Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Troisième partie. Discours de référence et représentations

L’accord de proximité dans l’écriture inclusive. Peut-on utiliser n’importe quel argument ?1

Anne Dister et Marie-Louise Moreau

Texte intégral

Introduction : Chassez ce masculin que je ne saurais voir

  • 1 Si Anne Dister ne m’y avait pas encouragée, je n’aurais tout simplement pas entrepris ce travail. L (...)
  • 2 En France, le Premier ministre, Édouard Philippe publie le 21 novembre 2017, une « circulaire relat (...)
  • 3 Presque tous les organes de presse généralistes de France et de Belgique ont publié sur la question (...)
  • 4 Des parenthèses, des barres obliques, des points ordinaires ou des points médians prennent parfois (...)

1Dans la francophonie européenne, la terminologie linguistique s’est enrichie récemment d’un nouveau concept et d’une nouvelle étiquette : l’écriture inclusive. Pour les personnes qui auraient échappé aux développements politiques2 et médiatiques3 dont cette nouveauté a fait l’objet, surtout en 2017, disons en quelques mots de quoi il s’agit. La norme centrale de cette écriture consiste à éviter le recours au seul masculin pour désigner des ensembles mixtes. Si on pratique l’écriture dite inclusive, on évitera donc tout d’abord des formules comme les électeurs, et on leur préfèrera des doublets complets comme les électeurs et les électrices, ou des doublets abrégés comme les électeur-trice-s4. En second lieu, on mettra de côté la règle familière d’accord au masculin dans des cas comme Les étudiants et les étudiantes ont été informés, et on écrira plutôt Les étudiants et les étudiantes ont été informé-e-s, par exemple ; ou bien, on pratiquera l’accord de proximité, en adoptant pour l’adjectif ou le participe passé le même genre que le substantif le plus proche : soit Les étudiants et les étudiantes ont été informées, soit, en inversant les sujets, Les étudiantes et les étudiants ont été informés.

2C’est sur le deuxième volet de la règle, celui des accords, que cet article souhaiterait focaliser son attention, et plus particulièrement sur l’histoire de la règle. Les arguments utilisés traduisent en effet souvent une ignorance de l’histoire du français et des principes qui gouvernent les langues et leur évolution. Les contre-vérités foisonnent, reprises généralement de seconde ou de ènième main, sans qu’on s’embarrasse beaucoup de vérifications, sans qu’on se préoccupe toujours d’éviter les amalgames ou les généralisations précipitées.

3Pour assoir la légitimité de l’accord de proximité (dit aussi de voisinage), on invoque l’histoire de la langue. On soutient que l’accord au masculin est une invention tardive en français, et qu’il a été imposé par les grammairiens et l’Académie française.

Les accords victimes de la masculinisation de la langue française sont d’abord ceux qui concernent les adjectifs et participes passés se rapportant à plusieurs substantifs de genre et/ou de nombres différents. […] l’ancienne langue ne voyait là aucun problème, se contentant d’accorder le ou les mots en question (jusqu’au verbe conjugué) avec le dernier substantif exprimé. (Viennot 2014 : 66)

Cette promenade au cœur de la Querelle des femmes sous son versant linguistique nous apprend plusieurs choses. La première, c’est la violence imposée à la langue française par ceux qui ont entrepris de la modifier pour qu’elle témoigne de la « plus grande noblesse du sexe masculin » ; aucune de leurs interventions en ce sens n’allait de soi, toutes se sont faites en dépit de la langue, de ses traditions, de ses logiques. (Viennot 2014 : 103)

  • 5 Sur son site, Viennot parle d’ancien français et illustre son propos avec quelques exemples datés a (...)

Cette règle que nous apprenons à l’école primaire, et que l’on croit consubstantielle au français, a été mise au point au xviie siècle […] Les textes d’ancien français5 attestent tous les cas possibles. L’accord peut se faire au féminin, au masculin, au pluriel ou au singulier. Le plus souvent, l’accord se fait avec le mot le plus proche (règle de proximité). (Viennot 2018)

« Le masculin l’emporte sur le féminin » n’est pas une règle intemporelle, elle est au contraire relativement récente puisqu’elle n’est entrée en vigueur qu’au xviiie siècle, pour des raisons qui n’ont rien de linguistique : il fallait asseoir la supériorité masculine dans la langue, comme l’indiquait Claude Favre de Vaugelas (1585-1650), membre de l’Académie française à l’époque. (Bousquet et Vouillot 2017)

[…] la règle grammaticale communément apprise sur les bancs d’école, « le masculin l’emporte sur le féminin », est apparue au xviie siècle lorsque des grammairiens ont subitement décrété que le genre masculin était plus noble que le féminin. (Roubin 2017 : 5)

[…] l’adjectif se rapportant à des noms de genres différents ne se mettait pas systématiquement au masculin, comme c’est le cas aujourd’hui en français. Il s’accordait avec le nom le plus proche. Cet usage dominait en ancien français et encore au Moyen Age. Au [sic] xviie et xviiie, il prévalait toujours. Il semble que Malherbe, poète français, se soit exprimé le premier contre ces accords de proximité. Ensuite Vaugelas, grammairien, reprend l’idée […] Bouhours et Beauzée affirment de la même manière le statut « plus noble » du masculin par rapport au féminin. (Roubin 2017 : 5-6)

Pourtant, le masculin ne l’a pas toujours emporté sur le féminin. Ce n’est qu’au xviie siècle qu’il s’impose. Auparavant, la règle de l’accord de proximité était l’usage. (Benjamin et Tôn 2017)

La règle grammaticale du masculin l’emportant sur le féminin et l’effacement presque général de la féminisation des titres en français sont au contraire beaucoup plus récents. En effet, les marqueurs féminins n’ont été effacés par les académiciens qu’à partir du 17e siècle. Auparavant, on respectait la règle de proximité d’accord (« les hommes et les femmes sont égales » par exemple), et s’il y avait plus de femmes que d’hommes dans un groupe, on parlait du groupe au féminin (« les administresses » au lieu de « administrateurs »). Le masculin ne l’emportait donc pas sur le féminin et on rencontrait des phrases comme « je suis certaine de cela et je la resterai ». C’est en 1647 qu’un membre de l’Académie Française [sic] du nom de Claude Favre de Vaugelat [sic] décrète que le masculin doit l’emporter, et ce, parce que « c’est un genre plus noble ». Un siècle plus tard, sa position est appuyée par Nicolas Beauzée, un linguiste français, qui évoque alors la supériorité naturelle du mâle sur la femelle. Vous avez dit : sexiste ? (Jansen 2017 : 4)

Il y a 300 ans [sic], c’est un vieux monsieur qui avait l’oreille du roi, qui s’appelait Malherbe, qui a décidé que pour unifier tous les patois de France, et pour unifier la langue française, il fallait simplifier, et en simplifiant, il a enlevé tous les noms de métiers féminins. (Latil 2017 – ma transcription)

4Ce florilège pourrait s’enrichir de bien d’autres échantillons encore, qui développent sur la question les mêmes idées approximatives ou erronées. Il devrait cependant suffire pour indiquer qu’il ne s’agit pas de quelques positions isolées.

1. La norme d’avant le 17e

5Toutes ces citations nous disent que l’accord de proximité était la norme dans l’ancienne langue. Mais qu’en est-il vraiment ? C’est de cette question que se préoccuperont les sections suivantes, en distinguant les situations du latin et du moyen français. Pour le premier, j’examinerai les descriptions fournies par les grammaires spécialisées ; pour le deuxième, je partirai d’un relevé dans les textes de la période considérée.

1.1 La situation en latin

  • 6 Les autres n’évoquent qu’un seul de ces deux critères.
  • 7 Cibois (2017) fournit de nombreux exemples, extraits de différentes grammaires latines. Dans certai (...)

6Évoquant l’histoire de l’accord au masculin, Viennot (2018) traite la question en une formule lapidaire, « La langue française ignorait cette règle – comme le latin », sans davantage de développements. La situation du latin est pourtant bien plus complexe. La plupart des grammairiens6 s’accordent en effet sur ce point, la norme du latin procède avec un double critère, appliquant des règles différentes selon que les noms se rapportent à des personnes ou à des choses, d’une part ; et selon que les adjectifs ou les participes sont épithètes ou attributs, d’autre part (Janssens et Van de Vorst 1952, § 163, 164 ; Petitmangin 1956, § 101 ; François 1961, § 202, 204 ; Ernoud et Thomas 1972 : 150, 156 ; Bizos 1997 : 4-5 ; Guisard et Laizé 2001 : 79-80 ; Boxus et Lavency 2011, § 1387). Le tableau suivant schématise les différentes possibilités.

Tableau 1 : Comment l’adjectif latin s’accorde-t-il avec des noms de genres différents ?

7Beaucoup de ces grammairiens signalent toutefois que pour chacune des cases ici distinguées, on a affaire moins à des règles absolues qu’à des tendances (« généralement », « souvent », « ordinairement », « on peut »...). Ainsi, en plus de l’accord grammatical (avec le masculin), et de l’accord de voisinage, le latin connait également un accord selon le sens ; en certains cas, il n’accorde pas, mais répète l’adjectif à côté de chaque nom. Ernoud et Thomas (1972, § 156) notent également que si, le plus souvent, c’est le nom le plus proche qui donne l’accord, ce peut aussi être le plus éloigné. En tout état de cause, on voit ici que l’accord au masculin en français n’est pas une invention tardive de grammairiens machistes, puisqu’on le rencontre déjà en latin, avec une moindre extension qu’actuellement certes, mais pourtant indubitablement présent.

1.2 La situation en moyen français

8Pour les partisans de l’écriture inclusive, avant le 17e, l’accord avec le plus proche « prévaudrait », « dominerait », « serait courant », « fréquent »… Ne peut-on pas s’étonner qu’on n’en donne que quelques exemples, qu’on ne propose jamais d’indication chiffrée sur la place qu’occupent effectivement l’accord au masculin et l’accord de voisinage ? Pour me faire une idée plus précise, j’ai interrogé la base textuelle du moyen français de l’ATILF (Oldfrantext en accès libre), et les rubriques du Dictionnaire du moyen français (DMF 2015)8. Les textes traités par ces deux outils datent de 1330 à 15009.

1.2.1. Principes de dépouillement

9Dans la base textuelle, j’ai exploité la recherche de cooccurrences (homme-femme, Adam-Eve, comte-fille, oncle-dame, soleil-lune, …), en n’excluant pas la possibilité d’autres rencontres parmi les exemples fournis. J’ai également mis à profit les exemples de différentes rubriques du DMF. Dans l’une et dans l’autre sources, j’ai relevé tous les extraits répondant à ces critères :

  • Ils comportent au moins un nom masculin et au moins un nom féminin, dans un ordre indifférent ; ce sont les potentiels donneurs d’accord. Comme leur position relative intéresse directement mon propos, j’identifierai un de ces noms comme étant le donneur potentiel le plus proche du receveur (« dpp »). Il s’agit bien de potentialité : comme on va le voir, dans Son père et sa mère sont venuXXX, la règle du moyen français, permet de faire l’accord soit avec sa mère, soit avec l’ensemble son père et sa mère. Dans cet exemple, c’est mère qui est le dpp.

  • Ces noms sont coordonnés.

  • Ils sont associés à un déterminant, un adjectif ou un participe, receveur d’accord.

  • L’adjectif ou le participe se trouve dans le groupe nominal (GN), ou bien il est utilisé avec être.

    • 10 Merci à Martine Willems, qui a revu l’ensemble de mon corpus de ce point de vue, de m’avoir alertée (...)

    Quand le receveur d’accord est du type desquelz, equalz, grans, pareilz, etc., qui fonctionnent parfois comme des épicènes en moyen français (Marchello-Nizia 1992 : 100-106), j’ai examiné si l’auteur utilisait ou non, de manière systématique, des formes différentes en fonction du genre, dans l’ensemble de l’ouvrage, ou de ses ouvrages de la même époque (quand les occurrences étaient trop peu nombreuses pour qu’on puisse se prononcer) ; si tel était le cas, je conservais l’échantillon ; si non, il n’était pas repris dans le corpus10.

  • 11 Quand un item propose un accord à la fois à gauche et un autre à droite des noms coordonnés, je l’a (...)
  • 12 Le recueil des échantillons avec reprise par un pronom, et accord avec celui-ci, n’a pas été poursu (...)

10J’ai recueilli 24911 échantillons satisfaisant à ces conditions. Le corpus comporte en outre 55 extraits où les donneurs mixtes coordonnés sont repris par un pronom12. Tous sont accessibles sur le site https://www.sesla.be/​orthocor/​corpus/​.

1.2.2. Résultats

11Il m’a semblé intéressant de répartir les échantillons en trois catégories selon la fonction qu’y remplissent les receveurs d’accord :

  1. « Dans le GN »- Les receveurs de cette catégorie sont des déterminants, des démonstratifs, des adjectifs ou des participes passés associés à un nom, dans un groupe nominal.

  2. « Emplois avec être »- Cette catégorie réunit divers types d’emploi, qui ont en commun de se combiner avec être ou assimilables ; adjectifs ou participes attributs, participes passés de verbes conjugués avec être (ils sont grands, ils sont venus, ils se sont levés, ils ont été battus).

  3. Varia – J’ai rangé ici les cas qui ne peuvent l’être dans les deux premières catégories (on n’a que quelques cas, de prédicat secondaire et d’attribut sans copule).

  • 13 Cet échantillon, seul représentant de sa catégorie, doit être considéré avec une certaine circonspe (...)

12Le tableau suivant permet de donner des exemples d’échantillons, et leur nombre selon la manière dont l’accord y est réalisé. La deuxième colonne indique si le receveur est du même genre que le dpp (« Même ») ou d’un genre différent (« Différent »). Les données chiffrées seront reprises et complétées dans le tableau 3.13

Tableau 2 : Répartition des échantillons selon la fonction et le genre du receveur, la position du donneur potentiel proche

13Les tendances s’observent mieux dans le tableau suivant, où la première colonne fournit le genre du donneur potentiel proche (« dpp »).

Tableau 3 : Répartition chiffrée des échantillons

14Que nous apprend l’examen du corpus et de ces relevés ?

  1. La règle de l’accord de proximité est effectivement utilisée en moyen français. L’accord se fait donc parfois avec le féminin, parfois avec le masculin. Quelques échantillons l’illustrent d’une manière particulièrement claire. Par exemple, « sur toutes les malefaçons, injures et domages dessus diz » (Trésor des chartes du comté de Rethel, t. 2, 1337, p. 40), où toutes s’accorde au féminin avec malefaçons, et diz au masculin avec dommages.

  2. Toutefois, l’accord au masculin est majoritaire, dans toutes les configurations, mais de manière plus ou moins accusée. Considérons ainsi celles où le dpp est féminin. Si on contraste les extraits qui accordent au féminin, et ceux qui recourent au masculin, les tendances ne sont pas les mêmes dans le GN et dans les emplois avec être. Le masculin est majoritaire dans les deux cas, à hauteur de 54,7 % à l’intérieur du GN, contre 76,3 % dans les emplois avec être.

  3. Sur les 116 cas où le dpp est masculin, le corpus ne connait que deux accords au féminin. Le territoire du féminin parait donc assez rigoureusement limité aux accords de proximité.

  4. On a 90 échantillons avec dpp féminin et accord au masculin (36,1 % du corpus). Contrairement au territoire féminin, celui du masculin n’est donc pas restreint aux accords de voisinage (qui consistent pour le receveur à adopter un trait du ou des donneurs), il comprend aussi des accords d’ensemble (où les traits du receveur sont indépendants des traits individuels des donneurs). Cet accord d’ensemble n’est pas limité aux accords en genre, on le voit appliqué dans les accords en nombre : dans Le garçon et la fille viennent, le pluriel du verbe n’est pas dicté par le nombre de garçon ou celui de fille, mais par l’ensemble qu’ils forment. Pour le genre, l’accord d’ensemble se réalise avec le masculin. Ainsi se dessine sa fonctionnalité généraliste, non spécialisée.

  5. Si l’accord d’ensemble pour le genre est clairement appliqué dans ces 90 échantillons, il est très vraisemblable qu’il intervient également dans les cas où le dpp est masculin, mais il est impossible de déterminer laquelle des deux règles est appliquée dans ces configurations.

  6. Observons les cas suivants.

  • li orgoels et la negligense estoient si grandes en l’ostel dou roi Phelippe (Jean FROISSART, Chroniques, après 1400, p. 630)

  • Et à celle feste furent le duc et la duchesse, ensemble toute la seignorie, grandement festoyées (Olivier de LA MARCHE, Mémoires, t. 1, 1470, p. 283)

15On y voit en œuvre deux règles différentes. D’une part, l’accord de proximité : grandes et festoyées sont au féminin, adoptant le genre de leur dpp ; d’autre part, l’accord d’ensemble : ils sont au pluriel (comme d’ailleurs estoient et furent). Deux règles pour une même unité, qui toutes deux gèrent la façon d’accorder un receveur, mais en prenant en compte des donneurs différents. On peut comprendre que les usagers aient préféré ne retenir qu’un seul dispositif, pour le genre et pour le nombre. L’accord d’ensemble l’a emporté ; c’est qu’avec les accords en nombre, il couvrait déjà un vaste champ, plus large que celui qui nous occupe.

16D’autres mécanismes linguistiques interviennent vraisemblablement dans la dynamique qui privilégie le masculin et ils contribuent sans doute, à la manière d’arcs-boutants, à étançonner l’accord au masculin.

  1. Quand un groupe comportant un nom féminin et un masculin est repris par un pronom anaphorique ou un relatif variable, c’est, systématiquement, par un pronom masculin.

    • 14 Loin d’éviter le pronom ils (ilz) pour des ensembles mixtes, le moyen français l’utilise parfois, m (...)

    Du premier estat il a prins qu’il a esté sans peché, ainsi que Adam et Eve furent quant ilz14 furent formez. (Alain BOUCHART, Grandes chroniques de Bretaigne, 1514, p. 132)

  • quant vous verrez les ymaiges de Nostre Seigneur, de Nostre Dame, en quelque façon qu’ilz soient (Antoine de LA SALE, Jehan de Saintré, 1456, p. 44)

    • 15 Dans ce livre, Bagnyon ne traite pas desqueulx comme un épicène (Marchello-Nizia 1992 : 102-103), m (...)

    Adam et Eve, desqueulx15 nous sumes venus et furent en paradis terrestre (Jehan BAGNYON, L’Histoire de Charlemagne, c.1465-1470, p. 55-56)

    • 16 « les piés, la queue et la caillete qui sont noires, doivent cuire à part » (Anonyme, Le ménagier d (...)

    Dans les relatives, quand le pronom relatif est de forme invariable, on a un accord au masculin avec l’antécédent, que le dpp soit féminin ou masculin, à un échantillon près16 sur les 55 recueillis.

  • Il n’y a ne femme ne homme / Qui par luy ne soyent deceux/ Et dampnez en enffer. (André de LA VIGNE, Le Mystère de saint Martin, 1496, p. 296)

  • à cause des belles housseures et nobles habillemens qu » ilz avoient preparez pour la venue dudit roy (Jean de ROYE, Chronique scandaleuse, t. 1, 1460-1483, p. 343)

  • le conte de Warwik et le duc de Clairance avec leurs femmes, qui dechacez avoient esté par le roy Edouart d’Angleterre (Jean de ROYE, Chronique scandaleuse, I, 1460-1483, p. 238)

  • Nous avons veu les memoires et instructions que ledict Ymbault nous a apportés (Lettres de Charles VIII, P., t. 3, 1490, p. 47)

  1. De même, le pronom tous est systématiquement au masculin :

  • Et qui lors veist dames, damoiselles, chevaliers et escuiers plourer et mener douleur, et disoient tous de commun (Jean d’ARRAS, Mélusine, c.1392-1393, p. 257).

  • A mort ! a mort ceulx de ceens ! Hommes et femmes, touz mourront (Anonyme, Miracle de Oton, roy d’Espaigne, c.1370, p. 333)

  1. Les participes présents sont ou bien au masculin pluriel, ou bien traités comme invariables et écrits sous la forme du masculin singulier (Marchello-Nizia 1990 : 105).

  • vous ferez crier que la dame ou damoiselle, chevalier ou escuier qui aux dansses seront les mieulz chantans a ycelle feste, la dame ou damoiselle avra de vous un bel dyamant, et le chevalier ou escuier un bel ruby (Antoine de LA SALE, Jehan de Saintré, 1456, p. 83)

  • Mais toutesfois tout est ung sang et une meisme lignie venant de saint Loys et des Roys de France. (Olivier de LAMARCHE, Mémoires, t. 1, 1470, p. 152)

  1. Les adjectifs utilisés comme des substantifs renvoyant à des femmes et à des hommes sont toujours au masculin.

Adieu, adieu, mes parens, mes amys, / Oncles, tantes, nepveux, cousins, cousines, /Adieu vous dy a grans et a petis (Jean REGNIER, Les Fortunes et adversitez, c.1432, p. 136)

17À cette énumération, on pourrait ajouter tous les cas où, en dehors de la question de l’accord avec les donneurs mixtes, les formes masculines occupent seules l’espace grammatical, en moyen français comme en français moderne. On y reviendra au point 2. Bornons-nous pour l’heure à quelques illustrations en moyen français : il advint ; il est vray que ; il est let de non scavoir [ « il est laid de ne pas savoir »] ; ce qui est escript ; vivre est trescourt ; en venant ; Et ainsi sont faulx marchans qui mectent le plus bel et le meilleur dessus et le pire dessoubz, et jurent que tout est bon et loial (Le Menagier de Paris, 1394, p. 34) ; etc.

2. Le rôle des grammairiens

18Puisque, pour les partisans de l’écriture inclusive, l’accord au masculin n’existait pas en latin, en ancien et en moyen français, ou était minoritaire, il fallait l’inventer ou le généraliser. Ce à quoi se seraient employés les grammairiens du 17e.

19C’est s’illusionner beaucoup sur la potentielle influence des grammairiens, même à l’heure actuelle, dans nos sociétés, où la scolarisation est obligatoire et généralisée.

2.1. La grande illusion

20S’ils veulent être crédibles, les grammairiens ne proposent jamais de nouvelles règles qui aillent à l’encontre d’habitudes solidement ancrées dans la communauté linguistique, ou du moins dans les groupes auxquels ils s’adressent. Aucun ne suggèrera, par exemple, de mettre tous les adjectifs devant le nom (une verte robe, comme une jolie robe), d’aligner la conjugaison de vous dites, vous faites, sur celle de vous chantez, vous riez, etc. Leurs analyses et leurs conseils ne portent d’ailleurs jamais que sur des points de lexique ou de grammaire où s’observe une variation (Moreau 1997). Le fait même que les grammairiens du 17e se soient préoccupés de trancher entre accord au masculin avec l’ensemble et accord de proximité indique à lui seul que l’usage connaissait l’un et l’autre.

21Par ailleurs, quand on tente d’évaluer l’impact du discours tenu par les grammairiens normatifs, sur les pratiques effectives des usagers, même dans nos sociétés actuelles, on doit bien constater qu’il se réduit à bien peu de chose. Les usagers n’abandonnent pas leurs habitudes linguistiques, simplement parce qu’un grammairien porte sur elles des jugements négatifs. Particulièrement lorsqu’il s’agit de normes d’assez large empan, et d’usage fréquent. Or, la règle qui gouverne l’accord avec des donneurs mixtes n’est pas de celles auxquelles les grammaires réservent leurs petits caractères. Les accords audibles sont certes moins nombreux que les accords écrits, mais ils sont observables régulièrement dans tous les registres de langue : Philippe et Louise sont toujours amoureux ; Mon frère et ma sœur vont être verts de jalousie ; Il a essuyé son couteau et sa fourchette tout collants ; Le fauteuil et la chaise couverts de poussière. L’intégration de cette règle se fait en dehors de l’école : les enfants disent des choses comme Papa et Maman sont pas contents bien avant d’entendre seulement parler de noms masculins ou féminins, d’adjectifs et d’accord. Et s’ils pratiquent ainsi, c’est parce qu’ils se conforment à la norme de leur entourage. La pression sociale est bien plus déterminante que les prescrits des grammairiens.

2.2. Que disent vraiment les grammairiens ?

  • 17 Par exemple, https://www.lemonde.fr/culture/article/2012/01/14/genre-le-desac-cord_1629145_3246.htm (...)
  • 18 J’inclurai dans l’examen les Remarques de Vaugelas republiées en 1738, avec les commentaires de Pat (...)

22À en croire les adeptes du retour à l’accord de proximité, ce serait les grammairiens du 17e qui l’auraient condamné au profit de l’accord au masculin. Vaugelas est particulièrement épinglé comme chef de file de ce courant de pensée. Ailleurs17, on invoque pourtant son nom pour légitimer l’accord de voisinage. Qu’en est-il vraiment ? Et en quel sens se sont prononcés les autres grammairiens du 17e18 ?

23Malherbe (1555-1628), souvent évoqué, n’a en fait jamais théorisé sur la question. Ce qu’on sait de sa position tient à quelques notes manuscrites rageuses dans la marge d’un recueil publié par le poète Des Portes19 en 1600 :

« Clairs miroirs de mon ame, yeux des miens tant aimez […]
Filets d’or, chers liens de mes affections,
Et vous beautez du ciel, graces, perfections.
Helas ! pour tout iamais me serez vous cachées ? »
(Cleonice, XLIIII)

  • 20 Je me suis aidée de la lecture de Brunot (1891 : 366).

Note de Malherbe : « Il fallait cachés, vu que cela se réfère άπό κοινού [= « en commun »] à filets d’or, clairs miroirs de mon âme, etc. »20

« Pour rendre mon desir et ma peine eternelle » (Diane, livre II, 3)
Note de Malherbe : « Eternelle se rapporte a peine que deviendra le desir ? »

24Pour Malherbe, dès lors qu’un adjectif se rapporte à plusieurs noms de genre différent, on doit l’employer au pluriel, et au masculin. Il ne sera pas entendu, du moins pas intégralement, avant le 18e.

  • 21 La Mothe Le Vayer (1647 : 43) se prononce en faveur de l’accord masculin, mais il n’envisage que le (...)

25Ainsi, Vaugelas (1647 : 83-84) s’écarte de Malherbe, en distinguant deux règles, selon que le receveur d’accord est épithète ou employé avec être. Dans le premier cas, Vaugelas penche pour l’accord de proximité, dans le second, pour l’accord au masculin. Il est suivi par Chifflet (1680 : 155-156), La Touche (1696 : 194-195), l’Académie française (1704 : 98 et 306-307), Buffier (1709 : 301) et Thomas Corneille (1738 : 266-267 et 405-407)21.

26La section 1.2 montrait qu’en moyen français, l’accord au masculin était majoritaire, mais de manière plus accusée dans les emplois avec être que dans les groupes nominaux. On peut penser que cette différenciation, déjà présente dans les usages latins (voir 1.1), n’a pas disparu au 17e : le sort des emplois avec être parait réglé au profit de l’accord au masculin, et les grammairiens (loin de formuler une nouvelle règle) ne font qu’enregistrer et cautionner un usage largement dominant. Mais l’embarras sur les épithètes est perceptible. Malherbe conseille d’éviter des « écueils » comme Ce peuple a le cœur et la bouche ouverte – ou ouverts – à vos louanges, ainsi que le rappelle Vaugelas (1647 : 83). Pour celui-ci, toutefois, « il n’est pas question pourtant de gauchir tousjours aux difficultez, il les faut vaincre, et establir une reigle certaine pour la perfection de notre langue. » Mais après avoir formulé cette règle, il donne, plus loin dans le même ouvrage, un exemple qui la contredit : « Le travail, la conduite et la fortune joints ensemble, et non pas jointes » (p. 381). Buffier (1709 : 301) estime que « le meilleur serait d’éviter ces façons de parler », Bouhours (1674 : 129-131) ne s’aventure pas à trancher. Quelque vingt ans plus tard, il peine encore à se prononcer clairement en faveur d’un accord plutôt qu’un autre : « Mais soit erreur ou caprice, je ne puis m’accoustumer à une construction [l’accord de proximité] si peu reguliere ; et pour le dire encore une fois, j’aimerois mieux prendre un autre tour, que de laisser ainsi un substantif en l’air. Car quand on dit : Il estoit dans un épuisement et une défaillance generale, ce mot generale ne peut se construire avec épuisement, et ce substantif demeure comme suspendu. » (1692 : 407-409). T. Corneille (1738 : 407) fait état d’un débat sur la question dans « une assemblée d’habiles gens », dont certains sont d’avis qu’il faut « chercher un autre tour », et il conclut « Il y a des constructions si particulières dans notre langue, qu’on s’y trouve chaque jour embarrassé, sans qu’on en puisse donner de règles certaines ».

  • 22 Il persiste d’ailleurs encore de nos jours, certains accords au masculin restent agrammaticaux ou d (...)

27Tout indique donc qu’un tiraillement entre les deux types d’accord persistait dans le groupe nominal22. C’est bien de cette variation que plusieurs grammairiens portent témoignage, grammairiens chez qui il serait bien difficile de lire une volonté machiste d’imposer le masculin au détriment de l’accord avec le plus proche.

2.3. Un rôle réduit à la formulation d’une règle

28L’apport des grammairiens du 17e siècle, c’est d’avoir décrit les régularités observables à leur époque. Ce faisant, ils n’ont cependant pas réussi à esquiver deux pièges : ils ont assimilé masculin et mâle, et ils ont inscrit la norme grammaticale dans l’idéologie sociale de leur époque.

Premier piège : concevoir que masculin équivaut à mâle

  • 23 Citation empruntée à Poitou (2018).

29Au 1er siècle avant notre ère, le grammairien romain Varron écrivait : « […] nous disons qu’un mot est masculin, non parce qu’il désigne un être de nature mâle, mais parce qu’il peut être précédé de hic ou de hi ; et pareillement nous disons qu’un mot est féminin, non parce qu’il désigne un être féminin, mais parce qu’il peut être précédé de hæc ou de . »23 (dans l’édition de Nisard 1850 : 559). Bien des successeurs de Varron auraient gagné à s’inspirer de cette conception très moderne du genre, ce qui leur aurait évité de confondre genre grammatical et genre biologique, ainsi que le fait par exemple Restaut (1730 : 6) : « Qu’est-ce qu’un genre ? C’est une manière d’exprimer ce qui a rapport au sexe de l’homme et à celui de la femme. » Cette question et sa réponse disparaitront des nombreuses éditions suivantes…

30Dans une langue comme le français, masculin et féminin sont des étiquettes de catégories, dans lesquelles sont regroupés des unités et des accords très divers. Commençons par la catégorie appelée « féminin », la moins hétérogène.

  • 24 C’est d’ailleurs bien pourquoi des formules comme Madame le Sénateur, ou Julie Vertout, Administrat (...)

31• Le territoire du féminin est occupé par les noms renvoyant à des femmes (fille, directrice… )24, par les noms désignant les femelles de certaines espèces animales (jument, poule…), mais ce n’est pas le cas de toutes (grenouille, mouche…), par un ensemble arbitrairement constitué de noms -[Animé] (rue, table…), et par les articles, adjectifs, participes et pronoms associés à tous ces noms. En dehors de ce territoire, on recourt au masculin.

32• La catégorie appelée « masculin » accueille des unités qui désignent des humains mâles (garçon, ouvrier…), ou certains animaux mâles (jars, taureau…), mais la caractéristique « mâle » n’est pas systématique pour tous (crapaud, hibou…), et la distinction sexuée ne fait pas sens pour les non-animés (jardin, verre…). Cette catégorie contient en outre bien d’autres unités, d’autant que, à la suite d’un changement phonétique qui, en latin, a fusionné les formes masculines et les neutres, le masculin français a hérité des emplois assurés en latin par le neutre : du côté des pronoms, il et le sont certes utilisés pour référer à des noms masculins, mais ils servent aussi d’impersonnels (il est temps ; il faut ; il y a ; il est intéressant de ; je te le redis…) ; les accords de ce, cela et ça indiquent qu’ils appartiennent à la catégorie « masculin » (c’est parfait ; cela n’est pas clair ; ça m’est égal ; ce qui est faux…) ; quand un infinitif ou une complétive fonctionnent comme donneur d’accord, le receveur est toujours masculin (Qu’elle refuse est significatif ; Que Paula soit fâchée, je le regrette ; Mentir serait indélicat). A quoi il faut ajouter de multiples emplois des formes masculines, comme dans L’important, c’est… ; Trente-et-un plus vingt-et-un ; le boire et le manger ; le plus vite possible ; C’est toi qui manges le plus ; les activités préexistant à la réglementation ; en lisant ; Tout a été dit ; quelqu’un d’intelligent ; Personne n’est parfait (malgré une bonne personne) ; quelque chose de bon (malgré de jolies choses) ; Rien n’a été touché ; Julie a mangé ; etc.

33Puisque les catégories « féminin » et « masculin » comportent toutes sortes d’unités dont la plupart sont indifférentes à la distinction femelle-mâle, pourquoi avoir doté ces catégories d’étiquettes qui font allusion au genre biologique ? Il n’y a qu’une réponse à cette question : par anthropocentrisme ; on a, pour désigner l’ensemble des catégories, retenu les dénominations appropriées aux sous-catégories relatives aux humains, et ce dès les premières grammaires latines. En fait, il serait parfaitement concevable de recourir à d’autres étiquettes, de parler du genre « une » et du genre « un », ou du genre marqué et du genre non marqué, ou du genre spécialisé et du genre généraliste, etc. Et plus concevable encore, et d’application plus facile dans l’immédiat, que l’enseignement attire l’attention sur les limites des dénominations « masculin » et « féminin ».

34Comme on va le voir, c’est bien parce qu’ils se sont laissé prendre au piège des étiquettes, que les grammairiens du 17e n’en ont pas évité un deuxième.

Deuxième piège : justifier la norme grammaticale par la norme sociale

  • 25 Il s’agit d’expliquer ce qui se produit dans des cas comme Toi et moi sommes venus. « Et si l’un de (...)

35Empêtrés qu’ils étaient dans une conception qui assimile genre grammatical et genre biologique, les grammairiens avaient aussi du mal à comprendre que le masculin-mâle soit utilisé dans des accords avec des ensembles comportant des unités des deux genres. Il fallait qu’il possède quelque vertu qui le fasse sortir de ses emplois conçus comme normaux. Et Vaugelas imagina que le masculin était plus noble : « […] le genre masculin estant le plus noble, doit predominer toutes les fois que le masculin et le feminin se trouvent ensemble » (1647 : 84) ; « Parce que le genre masculin est le plus noble, il prevaut tout seul contre deux feminins, mesme quand ils sont plus proches du regime. » (1647 : 381) ; « […] les mots indéclinables [Vaugelas parle de l’indéfini personne] n’ayant point de genre de leur nature, s’associent toujours d’un adjectif masculin, comme de celui qui est le plus noble. » (1647 : 104-105). La formule plut. Bien des grammairiens de l’époque la reprirent : la noblesse du masculin lui permettait de « l’emporter » de « prédominer », de « prévaloir » sur le féminin. Ainsi en parlent Bouhours (1674 : 130 ; 1675 : 5), Chifflet (1680 : 155), qui étend le concept de noblesse à la hiérarchie des personnes de la conjugaison25, l’Académie (1704 : 98), T. Corneille (1738 : 264), Restaut (1745 : 120), cependant que Dupleix (1651 : 518) qualifie le masculin de « genre le plus excellent ». Au 18e, Beauzée (1767 : 358) enfonce le clou, en justifiant explicitement l’ordre grammatical par l’ordre naturel : « Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin, à cause de la supériorité du mâle sur la femelle. »

  • 26 Elle a pourtant disparu des manuels du 19e et du 20e siècles (Arrivé 2013), du moins dans les manue (...)
  • 27 L’intitulé même de Viennot (2014), Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin, apporte là-des (...)

36Ainsi donc naquit la malencontreuse formule « le masculin l’emporte sur le féminin », que des générations de maitres, de parents, d’enfants, allaient intégrer et reproduire26, non sans crispations du côté des petites filles et des femmes27. Bien entendu, la métaphore aurait eu moins de succès si elle ne s’alimentait pas à l’idéologie dominante des rapports entre hommes et femmes, idéologie dans laquelle elle puise, tout en la confortant.

  • 28 Van Raemdonck (2019) soutient un point de vue analogue : c’est la description des faits et l’étique (...)

37On pourrait cependant arriver à une meilleure compréhension du système, si les étiquettes, au lieu de comporter une dimension sémantique qui entretient la confusion, ne faisaient référence qu’à leurs propriétés formelles (et, comme on l’a vu plus haut, parler alors de genre « une » et de genre « un », p. ex.), ou enregistraient que des deux catégories, l’une est d’une plus grande extension, qu’elle est exploitée pour les unités et les accords proprement masculins, mais aussi pour l’indifférencié et le neutre (et contraster genre marqué et non marqué, p. ex.). Si on retenait cette dernière possibilité, tout le monde comprendrait d’emblée que la cohérence du système impose d’utiliser le genre non marqué pour des receveurs d’accord associés à des donneurs mixtes28.

3. La condamnation de l’accord au masculin : quels pièges ?

38Les grammairiens du 17e sont donc tombés dans deux pièges. C’est avec raison qu’on leur reproche leur formule malheureuse d’un genre qui l’emporte sur l’autre : il n’y a pas lieu de justifier une règle linguistique par des considérations frappées au sceau d’une idéologie sociale.

39De leur côté, les adeptes de l’accord de proximité n’ont pas évité le premier piège : peut-on penser, par exemple, que l’accord de proximité permettra de « faire apparaitre dans la langue la moitié de l’humanité », si on n’assimile pas genre grammatical féminin et genre biologique féminin ? Aurait-on de semblables réactions si la règle était ainsi formulée : « Quand les donneurs d’accord sont de genre différent, le receveur d’accord est au genre un », ou « … est au genre non marqué » ?

40Ils n’ont pas davantage évité un troisième piège, lié à deux acceptions du terme règle, qui renvoie tantôt à la régularité des usages décrits, tantôt à la description (Moreau 1997). Pour éclairer le point, sortons un moment du champ qui nous occupe. Si on a à décrire des séquences de majuscules et de minuscules comme Aakp, Baj, Ccd, Df, Mmh (qui répondent à au moins une régularité), on peut proposer des descriptions comme les suivantes :

41(i) Les séquences sont composées d’une majuscule à l’initiale, puis de minuscules.

42(ii) Les caractères forts occupent la première place, parce que les forts ont la préséance sur les faibles.

43Les deux descriptions – les deux règles – rendent compte des faits observés, mais la deuxième, comparable à celle de Beauzée, invoque un ordre naturel ou social pour les justifier, et on doit l’écarter. Quand une description n’est pas bonne, ce qu’il faut changer, c’est la description, pas la régularité qu’elle prétendait décrire. Il faut, autrement dit, évacuer (ii) au profit de (i), et non pas proposer de remplacer les séquences décrites par d’autres : aAKP, bAJ, cCD, dF, mMh, ou aakp, baj, ccd, df, mmh, etc. C’est pourtant ce que font les adeptes de l’écriture inclusive, qui n’envisagent pas de modifier la formulation de la règle, mais bien de modifier les usages qu’elle doit décrire.

3.1. L’argument historique : quelle pertinence ?

44Si on estime qu’en utilisant l’accord de voisinage, on est plus fidèle aux usages supposés – à tort – d’avant le 17e, et si cette fidélité est considérée comme une valeur, la cohérence ne devrait-elle pas conduire à renouer avec d’autres règles anciennes ? Va-t-on, en vertu de la fidélité, préconiser par exemple le retour à l’orthographe de la Renaissance, conseiller ne plus distinguer le i du j, le u du v, écrire comme Rabelais liure plutôt que livre, i ay plutôt que j’ai, noter les voyelles nasales avec un tilde (rẽcõtre plutôt que rencontre), etc.?

45Mais, au fond, pourquoi les défenseurs de l’accord de proximité éprouvent-ils le besoin de justifier leur proposition en recourant à l’histoire de la langue ? Viennot (2014 : 11) le dit explicitement, c’est pure stratégie : « J’ai par ailleurs expérimenté (…) que l’argument historique (“ce mot existe depuis le xve siècle au moins”), voire politique (“l’Académie française a tout fait pour qu’il disparaisse”) est beaucoup plus efficace que l’argument moral (“utilisons des expressions non sexistes”) ». À en juger par le nombre de fois que la fiction d’un accord masculin imposé par les grammairiens du 17e s’est trouvée relayée, l’argument historique touche effectivement des cordes sensibles.

46Cet argument est très disponible, très présent à l’esprit du public non expert, dès qu’il est question d’un changement de norme linguistique. Par exemple, en matière d’orthographe, beaucoup tiennent un discours du type : « On ne peut pas réformer notre orthographe : elle nous renvoie à nos racines, c’est un patrimoine ancestral, un héritage à préserver, c’est notre histoire… » (voir, p. ex., Groupe RO 2011, 2012 ; Legros et Moreau 2012). Dans ce contexte, on rassure sans doute les personnes qui hésitent à adopter un changement de pratiques, si on légitime les nouvelles normes en faisant valoir qu’elles s’enracinent dans la tradition. C’est en cela que l’argument historique fait mouche.

47La rhétorique exploitée par les adeptes de l’accord de proximité a cependant des effets pervers. Outre qu’elle se fonde sur des informations erronées, sur une double fiction – la prédominance de l’accord de voisinage avant le 17e, et l’imposition du masculin par les grammairiens –, elle hiérarchise usages anciens et modernes, au profit des premiers, dans une perspective incompatible avec les conceptions scientifiques de la langue, qui s’abstiennent de tout jugement de valeur. Elle entretient donc, sur la langue, une culture fausse, un imaginaire fallacieux, qui font obstacle à la compréhension de son fonctionnement, et qui parasitent tous les débats.

Conclusion

48L’écriture inclusive est acte de militance dans le combat pour assurer l’égalité des femmes et des hommes. Il est loisible de la promouvoir à condition de l’inscrire correctement dans l’idéologie à laquelle elle se rattache. En revanche, la probité intellectuelle ne trouve pas son compte quand, pour en assurer l’adoption, on utilise n’importe quel argument, quand, par exemple, on se contente d’analyses linguistiques et sociolinguistiques indigentes, et qu’on diffuse des informations historiques fausses. Ce détournement de la vérité, d’ailleurs, se révèle une arme à double tranchant : n’est-il pas de nature à jeter le discrédit sur les personnes qui colportent ces informations, sans se soucier de les vérifier, voire sur le mouvement féministe en général ?

  • 29 Voir Conseil de la langue 2017.

49Ceci est d’autant plus vrai que cette modification des pratiques d’écriture suscite d’autres réticences, et que les valeurs sous-jacentes à l’adoption d’une écriture inclusive se trouvent parfois en conflit avec d’autres valeurs. Ainsi, quand on estime que l’orthographe actuelle est déjà si complexe qu’elle prive les enfants d’enseignements plus fonctionnels, relatifs aux textes (compréhension, synthèse, rédaction…) ; ou bien quand on promeut l’écriture claire, quand on souhaite que le plus grand nombre soit en mesure de rédiger des textes précis et clairs, corrects tant pour leur contenu que pour leur forme ; quand on estime que toute la population devrait pouvoir comprendre sans difficulté des textes non spécialisés, on est sensible à d’autres valeurs, qui ne se définissent pas en termes d’égalité des genres, mais en termes de partage démocratique de l’accès à la maitrise de la langue, partage entre tous, rédacteurs et lecteurs, femmes et hommes29.

Bibliographie

Bibliographie

Académie française, Observations de l’Académie françoise sur les « Remarques » de M. de Vaugelas, Paris, Coignard, 1704, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50996b/f426.image.

Arrivé (M.), « Le masculin l’emporte sur le féminin » : peut-on y remédier ? », Féminin, masculin : la langue et le genre, Langues et cité (Bulletin de l’observatoire des pratiques linguistiques), 24 (octobre 2013), en ligne, http://www.dglflf.culture.gouv.fr/publications/LC_24_feminin, consulté le 3-10-2018.

Beauzée (N.), Grammaire générale ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage : pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues, tome 2, Paris, Hachette, 1767, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k84315f/f363.image.

Benjamin (A.), Tôn (É.), « Comment un manuel scolaire a propulsé 1 » écriture inclusive dans le débat », L’express, (20-11-2017), en ligne,www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-un-manuel-scolaire-a-propulse-l-ecriture-inclusive-dans-le-debat_1960138.html.

Bizos (M.), Syntaxe latine, Paris, Vuibert, 1997.

Bouhours (D.), Doutes sur la langue françoise, Paris, Mabre-Cramoisy, 1674, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k504692/f137.item.

Bouhours (D.), Remarques nouvelles sur la langue françoise, Paris, Mabre-Cramoisy, 1675, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76474?rk=21459;2.

Bouhours (D.), Suite des « Remarques nouvelles sur la langue françoise », Paris, Josse, 1692, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50471m/f450.vertical.

Bousquet (D.), Vouillot (F.), « L’écriture inclusive : “N’ayons pas peur d’une mesure de progrès” ». Le Monde, (20-11-2017), en ligne, https:// www.lemonde.fr/idees/article/2017/11/20/l-ecriture-inclusive-n-ayons-pas-peur-d-une-mesure-de-progres_5217491_3232.html, consulté le 8-9-2018.

Boxus (A. M.), Lavency (M.), Clavis, Grammaire latine pour la lecture des auteurs, Bruxelles, De Boeck, 2011.

Brunot (F.), La doctrine de Malherbe d’après son commentaire sur Desportes, Paris, G. Masson, 1891, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50479c?rk=21459;2.

Buffier (C.), Grammaire françoise sur un plan nouveau : pour en rendre les principes plus clairs et la pratique plus aisée. Paris, Le Clerc, Brunet, Leconte et Montalant, 1709, en ligne, https://gallica. bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50481x?rk=21459;2.

Chifflet (L.), Essay d’une parfaite grammaire de la langue françoise : où le lecteur trouvera en bel ordre tout ce qui est de plus nécessaire, de plus curieux, & de plus élégant, en la pureté, en l’orthographe, & en la prononciation de cette langue (sixième & dernière éd.), Cologne, Le Grand, 1680, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109109c/f302.vertical.

Cibois (P.), « L’accord de proximité en latin et en grec », en ligne, https://enseignement-latin.hypotheses.org/10417 (2017), consulté le 9-9-2018.

Conseil de la langue française et de la politique linguistique, Avis relatif à la rédaction dite inclusive adopté en séance plénière du 4 octobre 2017, en ligne, www.languefrancaise.be.

Corneille (T.), Notes dans : Vaugelas, (C.F. de), Remarques de M. de Vaugelas sur la langue françoise. Tome 3, avec des notes de messieurs Patru & T. Corneille, Paris, Huart, 1738, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65659155?rk=21459;2.

Dictionnaire du moyen français, en ligne, http://www.atilf.fr/dmf/, consulté de juin à septembre 2018.

Dupleix (S.), Liberté de la langue françoise dans sa pureté, Paris, Bechet, 1651, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k24764/f712.vertical.

Ernoud (A.), Thomas (F.), Syntaxe latine, Paris, Klincksieck, 1972.

François (G.), Grammaire latine, Liège, Dessain, 1961.

Grevisse (M.), Goosse (A.), Le bon usage, Bruxelles, De Boeck et Larcier, 2008.

Groupe RO, Faut-il réformer l’orthographe ? Craintes et attentes des francophones. Français et société, 21, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, Fernelmont, EME, 2011.

Groupe RO, Réforme de l’orthographe française - Craintes, attentes et réactions des citoyens. Glottopol, 19 (2012), en ligne, http://glottopol.univ-rouen.fr/numero_19.html.

Guisard (P.), Laizé (C.), Grammaire nouvelle de la langue latine, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2001.

Jansen (B.), Écriture inclusive, Pour ou contre ? Namur, Centre d’éducation populaire André Genot, en ligne, http://www.cepag.be/sites/default/files/publications/analyse_cepag_-_dec._2017_-_ecriture_inclusive.pdf, consulté le 8-9-2018.

Janssens (J.), Van de Vorst (C.), Grammaire latine, Liège, Dessain, 1952.

La Mothe Le Vayer (F. de), Lettres touchant les nouvelles remarques sur la langue francoise (deuxième lettre à lettre à Gabriel Naudé), Paris, de La Coste, 1647.

Latil (O.), Interview sur Arte, Émission « 28 minutes », 13-11-2017, en ligne, https://www.arte.tv/fr/videos/075223-056-A/28-minutes/, consulté le 8-9-2018.

La Touche (P.), L’art de bien parler françois, tome 1, Amsterdam, Desbordes, 1696, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7816g/f3.vertical.

Legros (G.), Moreau (M.L.), Orthographe, Qui a peur de la réforme ?, Bruxelles, Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2012, en ligne, www.languefrancaise.be.

Littré (É.), Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1873-1874.

Malherbe, Annotations manuscrites de Les premières œuvres de Philippes Des-Portes : au roy de France et de Polongne, Paris, Patisson, 1600, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86267701/f1.vertical.

Marchello-Nizia (C.), Histoire de la langue française aux xive et xve siècles, Paris, Dunod, 1992.

Moreau (M.L.), « Les types de normes », in Sociolinguistique. Les concepts de base, sous la direction de Moreau (M.L.), Sprimont, Mardaga, 1997, p. 218-223.

Moreau (M.L.), Dister (A.), Mettre au féminin, Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, Bruxelles, Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2014.

Petitmangin (H.), Grammaire latine complète, Paris, Gigord, 1952, en ligne, http://canadienfrancais.org/wp-content/uploads/livres/latin/latin_grammaire.pdf, consulté le 8-9-2018.

Poitou (J.), « Féminisation, “écriture inclusive”, etc. », en ligne, http://j.poitou.free.fr/pro/html/typ/feminisation.html (2018).

Restaud (P.), Abrégé des principes de la grammaire française, Lausanne et Genève, Bousquet, 1745, en ligne, https://www.e-rara.ch/zuz/doi/10.3931/e-rara-47112.

Roubin (S.), Le sexisme dans la langue française, Analyse FPS 2017, en ligne, http://www.femmesprevoyantes.be/wp-content/uploads/2017/04/Analyse2017-sexisme_dans_la_langue_francaise.pdf, consulté le 8-9-2018.

Selosse (P.), « Le poids du mot genre dans les revendications de l’écriture inclusive », in Le poids des mots, Hommage à Alicja Kacprzak, sous la direction de Konowska (A.), Woch (A.), Napieralski (A.) & BOBINSKA (A.), Lodz, Université de Lodz, 2018, p. 253-262, en ligne, http://dspace.uni.lodz.pl:8080/xmlui/bitstream/handle/11089/24896/253-262-selosse.pdf?sequence=1&isAllowed=y, consulté le 9-9-2018.

Van Raemdonck (D.), « L’inclusif, entre accord et désaccord Ou “Jusqu’à ce que la proximité nous sépare” », in Le discours et la langue, Les défis de l’écriture inclusive, dossier coordonné par Rabatel (A.) et Rosier (L.), 2019, p.

Varron (M.T.), De la langue latine, in Macrobe (Œuvres complètes), Varron (De la langue latine), Pomponius Méla (Œuvres complètes), sous la direction de Nisard (D.), Paris, Dubochet, Le Chevalier et Cie, 1850, en ligne, https://books.google.be.

Vaugelas (C. F. DE), Remarques sur la langue françoise, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire, Paris, Courbé, 1647, en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k509950/f132.vertical.

Viennot (É.), Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2014.

Viennot (É.), Site personnel, en ligne, http://www.elianeviennot.fr/Langue-accords.html, mis à jour le 5-9-2018, consulté le 12-9-2018.

Notes

1 Si Anne Dister ne m’y avait pas encouragée, je n’aurais tout simplement pas entrepris ce travail. Le regard philologique vigilant de Martine Willems et d’Olivier Delsaux m’a permis d’éviter plus d’un écueil. Je les remercie bien sincèrement, de même que les divers lecteurs que des versions précédentes ont utilisés en première ligne.

2 En France, le Premier ministre, Édouard Philippe publie le 21 novembre 2017, une « circulaire relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française ». Voir Journal officiel n° 0272, en ligne, https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000036068906.

3 Presque tous les organes de presse généralistes de France et de Belgique ont publié sur la question un article ou une carte blanche, souvent plusieurs ; la plupart des chaines de télévision y ont consacré au moins une émission, et bien sûr, internet et les réseaux sociaux se sont aussi emparés de la polémique.

4 Des parenthèses, des barres obliques, des points ordinaires ou des points médians prennent parfois la place des traits d’union.

5 Sur son site, Viennot parle d’ancien français et illustre son propos avec quelques exemples datés au plus tôt du 16e.

6 Les autres n’évoquent qu’un seul de ces deux critères.

7 Cibois (2017) fournit de nombreux exemples, extraits de différentes grammaires latines. Dans certains de ces exemples, on a également au masculin des adjectifs épithètes caractérisant des noms animés et des non-animés.

8 Pour la base de textes : http://oldfrantext.atilf.fr/MoyenFrancais/ ; pour le Dictionnaire du moyen français : www.atilf.fr/dmf/. Ces deux sites donnent accès aux références complètes des textes auxquels les échantillons sont empruntés.
J’ai considéré uniquement les éditions retenues par l’Atilf. Un examen des différentes versions pourrait indiquer que les copistes intervenaient quelquefois sur les marques d’accord. Olivier Delsaux me signale deux cas dans la traduction par Laurent de Premierfait du De amicitia de Cicéron (1405).
– On a de haine et discord advenue dans le manuscrit R7 V1, mais de haine et discord avenu dans l’édition de 2015 par O. Delsaux (Paris, Champion, §3,1) ;
– On a le droit et la loy de amistié seroit deserte et interrompue dans le manuscrit du groupe δ, mais les adjectifs sont au masculin dans l’édition de Delsaux (§35,2).

9 Quelques échantillons, très minoritaires, datent de quelques années après 1500.

10 Merci à Martine Willems, qui a revu l’ensemble de mon corpus de ce point de vue, de m’avoir alertée sur les potentiels épicènes du moyen français.

11 Quand un item propose un accord à la fois à gauche et un autre à droite des noms coordonnés, je l’ai dédoublé (l’adjectif ou participe à prendre en considération est souligné, et l’autre est grisé), exemple : Adam et Eve, desquels tous les hommes et femmes sont issus. Je n’ai cependant pas dédoublé les extraits où on a deux adjectifs soit tous deux à gauche, soit tous deux à droite des substantifs, ni ceux du genre Ils sont tous morts, bien que tous et morts soient de fonctions différentes ; il me semble en effet impossible qu’ils ne fassent pas l’objet d’un même accord en genre.
Les Chartes et documents de l’abbaye de Saint-Magloire fournissent de nombreux cas construits sur la structure « furent présents X [identification d’un homme] et sa femme [identification d’une femme] ». Pour ne pas déséquilibrer le corpus, en accordant une place excessive à des textes d’une même aire textuelle (beaucoup sont des jugements), j’ai limité à 3 les échantillons de ce type, et à 3 aussi les cas semblables, où présents est employé comme prédicat sans être. Ceci élimine une douzaine d’échantillons avec masculin associé à un dpp masculin.

12 Le recueil des échantillons avec reprise par un pronom, et accord avec celui-ci, n’a pas été poursuivi une fois constatée que seules les formes masculines sont utilisées dans la cinquantaine recueillie.

13 Cet échantillon, seul représentant de sa catégorie, doit être considéré avec une certaine circonspection. Olivier Delsaux, que je remercie pour cette information, me signale qu’Olivier de La Marche cite ici le Traité de paix d’Arras de 1435 ; la transcription du traité est celle de l’éditeur scientifique du 19e, sur la base du texte original conservé aux Archives de la Côte d’Or. Toutefois, une autre copie du traité, celle du chroniqueur Enguerrand de Monstrelet, ne contient pas villaiges : en la dessusdicte contée et au payx de l’Aucerrois et ès villes enclavées en yceulx (éd. L. Douët-d’Arcq, Paris SHF, 1861, t. V, p. 165). On ne peut donc exclure que quelque main ait ajouté villaiges, sans se préoccuper de l’accord.

14 Loin d’éviter le pronom ils (ilz) pour des ensembles mixtes, le moyen français l’utilise parfois, mais de manière exceptionnelle, pour renvoyer à des femmes (DMF 2015, entrée « il », avec la mention « rare ») : « Car aussi ne dit l’en pas que femmes soient incontinentes pour ce que ilz ne mainnent pas ou gouvernent les concupiscences, mais sont menees par elles. » (Nicole Oresme, Le livre de Ethiques d’Aristote, 1370, 381) ; « De nous mesler parmy les filles De Cayn. - Ilz sont si gentilles Que de leur amour suis ravy » (Le mistére du viel testament, t. 1, c.1450, p. 381). Notez que l’attribut est au féminin.

15 Dans ce livre, Bagnyon ne traite pas desqueulx comme un épicène (Marchello-Nizia 1992 : 102-103), mais distingue desqueulx, associé à des noms masculins ou à des ensembles mixtes (12 et 2 occ.), et desquelles pour les supports féminins (5 occ.).

16 « les piés, la queue et la caillete qui sont noires, doivent cuire à part » (Anonyme, Le ménagier de Paris, t. II, c.1393, p. 149). Il n’est cependant pas exclu que la relative se rapporte seulement aux deux derniers substantifs. Si tel est le cas, cet échantillon n’aurait pas sa place dans ce corpus, puisqu’il impliquerait des noms tous deux féminins.

17 Par exemple, https://www.lemonde.fr/culture/article/2012/01/14/genre-le-desac-cord_1629145_3246.html.

18 J’inclurai dans l’examen les Remarques de Vaugelas republiées en 1738, avec les commentaires de Patru (1604-1681) et de T. Corneille (1625-1709). Les textes de tous les grammairiens cités ont fait l’objet de captures d’écran à partir de gallica.bnf.fr, et sont réunis dans une annexe, accessible sur https://www.sesla.be/fran%C3%A7ais/orthocor/corpus/.

19 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86267701/f561.vertical.

20 Je me suis aidée de la lecture de Brunot (1891 : 366).

21 La Mothe Le Vayer (1647 : 43) se prononce en faveur de l’accord masculin, mais il n’envisage que le cas de l’épithète, pas celui de l’attribut. Inversement, un siècle plus tard, Restaut (1745 : 120) se déclare lui aussi en faveur de l’accord au masculin, ne fournit qu’un seul exemple, d’un attribut. Arnaud et Lancelot (1660), Maupas (1618), Ménage (1672, 1675-1676), Oudin (1632) ne traitent pas la question. Pour ne pas encombrer la bibliographie, je n’y mentionnerai pas ces ouvrages, qu’on peut identifier très aisément, en activant la fonction « Recherche avancée » de gallica.bnf.fr.

22 Il persiste d’ailleurs encore de nos jours, certains accords au masculin restent agrammaticaux ou d’une grammaticalité douteuse dans le groupe nominal, lorsque le nom féminin est au contact de l’adjectif : *Certains avenues et boulevards ; *Les vieux tasses et verres ; *Ses nombreux cousines et cousins ; * ? Les volets et la porte ouverts ; ?*Elle avait mis son pull et sa jupe blancs. Bien des grammairiens recommandent en conséquence de privilégier les formulations où c’est le nom masculin qui est contigu au receveur d’accord. Par exemple, Grevisse et Goosse (2008, §338), Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française (en ligne, http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?T1=accord%20proxi-mit%c3%a9&id=3997).

23 Citation empruntée à Poitou (2018).

24 C’est d’ailleurs bien pourquoi des formules comme Madame le Sénateur, ou Julie Vertout, Administrateur général, sont contraires à la logique de la langue. Pour l’emploi des genres grammaticaux, il faut vraiment distinguer les cas où on désigne une femme ou un groupe composé exclusivement de femmes, et les cas où on renvoie à des ensembles mixtes (Moreau Dister 2014).

25 Il s’agit d’expliquer ce qui se produit dans des cas comme Toi et moi sommes venus. « Et si l’un des Nominatifs est d’une plus noble Personne que l’autre, le Verbe plurier s’accordera avec luy en Personne : car la premiere Personne, je, ou, nous, prevaut aux deux autres, et la seconde tu, ou vous, prevaut à la troisième. » (Chifflet 1680 : 155). De même, chez Restaud (1745 : 123) : « Quand un verbe a plusieurs nominatifs de différentes personnes, en quelle personne doit-on le mettre ? On doit le mettre à la personne la plus noble. La premiere personne est plus noble que les autres, et la seconde est plus noble que la troisieme. » À l’entrée « noble », Littré (1873-1874) note encore : « Terme de grammaire. La personne la plus noble, celle dont la relation est plus proche avec celui qui parle. La 1re personne est plus noble que la 2e, et la 2e plus noble que la 3e. Le genre le plus noble, se dit du masculin comparé au féminin, et du féminin comparé au neutre. »

26 Elle a pourtant disparu des manuels du 19e et du 20e siècles (Arrivé 2013), du moins dans les manuels de français, mais pas dans certaines grammaires latines (ainsi, on la trouve encore dans François 1961, § 202).

27 L’intitulé même de Viennot (2014), Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin, apporte là-dessus une éclairante confirmation.

28 Van Raemdonck (2019) soutient un point de vue analogue : c’est la description des faits et l’étiquetage des catégories qui devraient être modifiés, et non les faits décrits. Il propose de distinguer trois genres : « le genre non marqué en UN, le genre marqué en UN + Ø (pour l’ancien masculin) et le genre marqué en UNE (pour l’ancien féminin). »

29 Voir Conseil de la langue 2017.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search