Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Troisième partie. Discours de référence et représentations

Discours de référence sur la linguistique et la langue française à l’heure de YouTube. La chaine Linguisticae

Romain « Monté » Filstroff et Christophe Benzitoun

Texte intégral

1Ces dernières années ont vu apparaitre de nouveaux acteurs dans le domaine de la vulgarisation scientifique : les vidéastes sur les plateformes de vidéos en ligne. Ces dernières et ces derniers élaborent ce que l’on appelle des chaines, à savoir des espaces sur lesquels ils mettent de courtes vidéos (généralement inférieures à 10 minutes) à une cadence plus ou moins régulière. Ces chaines peuvent être suivies par des centaines de milliers voire des millions de personnes, ce qui fait d’elles des vecteurs d’influence non négligeables. Dans ce paysage, Linguisticae est une des rares chaines francophones à s’être positionnée dans le champ de la linguistique. En plus de concepts et notions linguistiques, Linguisticae aborde la question de l’omniprésence de la norme et du discours normatif en France, accorde une place importante à la variation et tente ainsi de faire avancer les représentations des locuteurs dans le sens de plus de tolérance.

1. La genèse du projet Linguisticae

  • 1 Linguisticae est en latin le génitif/datif du féminin singulier de linguisticus « de la langue, lin (...)

2Linguisticae était à l’origine un blog créé en 2013, lequel était tenu par l’étudiant en linguistique historique et indo-européenne que j’étais à l’université de Vienne. Celui-ci avait pour adresse http://linguisticae.com et ce pour plusieurs raisons essentielles : je voulais un nom qui évoquerait directement la linguistique même pour ceux qui ignoraient tout de cette matière, et je voulais un seul mot clair et bien identifiable qui puisse être bien référencé. De nombreux noms correspondant à ces aspirations étant déjà pris, j’ai opté pour Linguisticae1 qui est assez transparent et qui évoque la langue latine, rappelant l’origine du français. Le but du blog était de partager des outils, des actualités ou des curiosités autour des langues et de leur histoire. Cependant, l’âge d’or des blogs était déjà passé et l’audience n’était pas au rendez-vous.

  • 2 Cette chaine s’est rapidement imposée comme la plus importante dans son domaine, l’Histoire. Le 22  (...)
  • 3 Une convention est un type d’évènement communautaire où des personnalités de la sphère internet ou (...)

3L’époque où j’ai lancé mon blog correspondait à l’émergence de la vulgarisation via support vidéo sur la plateforme YouTube. En effet, la plupart des chaines principales de vulgarisation scientifique y sont apparues entre 2012 et 2014 (Latsague 2017 : 16). Durant l’année 2014 fut d’ailleurs fondé, par le vidéaste à l’origine de la chaine Nota Bene2, le collectif associatif La vidéothèque d’Alexandrie. Celui-ci avait à l’époque l’ambition de centraliser les vidéos des nouveaux vidéastes vulgarisateurs, aider ces derniers sur le plan technique et les mettre en avant. Rapidement, de nombreux domaines ont été représentés dans ce collectif, mais la linguistique n’y était pas ou peu présente, puisque les seules vidéos apparentées à ce domaine étaient produites par la chaine Code Mu (aujourd’hui inactive sur ce sujet) relayant un discours parfaitement normatif sur la langue française. Par ailleurs, ce collectif s’est rapidement imposé comme une référence de la vulgarisation sur YouTube, faisant l’objet d’invitations en conventions3.

  • 4 La locution « majorité silencieuse » est utilisée pour désigner tous les utilisateurs passifs, c’es (...)
  • 5 jour ouvrable - Paye Ton Expression #1, en ligne, https://youtu.be/ZSmkzyNG10M.

4Cette fin d’année 2014 marque pour moi un double tournant : je deviens consommateur acharné de vidéos de vulgarisation scientifique sur YouTube, passant de spectateur occasionnel et passif (situé dans la « majorité silencieuse »4) à spectateur régulier et actif : je me mets à « liker » et « lâcher des commentaires », pour reprendre le lexique consacré. Puis, l’idée de transposer mon blog en vidéos émerge. Le 20 décembre 2014 est créée la chaine Linguisticae. Le 13 février 2015 sort la première vidéo5. Je passe alors de spectateur à créateur. Mon parcours correspond par ailleurs au cycle de croissance de l’internaute tel qu’il est défini par Benjamin Bayart (2011).

5Au cours des mois suivants, plusieurs vidéos de divers formats ont vu le jour. Ces dernières se sont accompagnées d’une augmentation de la qualité vidéo via des investissements personnels, que ce soit en matériel audiovisuel, en lumières ou en décor. Le 22 janvier 2019, Linguisticae atteint les 211 000 abonnés sur YouTube, avec près de 150 vidéos au compteur (liste consultable ici : http://linguisticae.com/​videos.php). Il s’agit donc de la plus importante chaine YouTube parlant de linguistique dans l’espace francophone.

2. L’audience et ses implications

6Lorsque la chaine Linguisticae est apparue sur YouTube, elle faisait partie de la fin de la vague vulgarisatrice. Pour autant, alors que les grosses chaines étaient déjà en train de s’installer, elle s’est rapidement imposée comme la plus importante des chaines vulgarisant la linguistique. Bien qu’encore étudiant, j’avais pour moi mon expérience du monde universitaire, une méthode de travail mettant à profit mes cours de linguistique, et plusieurs ouvrages de référence à la maison. Cependant, et si ce facteur a pu jouer pour moi, notons qu’une bonne moitié des principaux vidéastes vulgarisateurs ne travaillent pas dans leur domaine de spécialité (Latsague 2017 : 17), et ce même s’ils ont pour la plupart une expérience dans le monde universitaire (Latsague 2017 : 16-17 ; Alcon-Lignereux 2017 : 1-2). Cela dit, le succès d’une chaine est aussi corrélé au nombre de concurrents évoluant sur la même thématique (Alcon-Lignereux 2017 : 3-4), et ceux-ci étaient finalement presque inexistants pour Linguisticae.

7Pour parler de chiffres concrets, le palier symbolique des 50 000 abonnés a été atteint le 29 janvier 2016, moins d’un an après le lancement de la chaine. Le 3 mai 2016, soit un trimestre plus tard, le palier des 100000 a été dépassé : ce niveau d’abonnés donne d’ailleurs lieu à la première distinction de la part de YouTube sous la forme d’un trophée mentionnant le nom de la chaine, à l’image des Oscars ou des Césars. Concernant le visionnage en tant que tel, les 100 000 vues ont été atteintes le 27 juin 2015, soit 4 mois à peine après la publication de la première vidéo (7,5k abonnés à l’époque). Les 500 000 ont été atteintes le 27 septembre 2015 (29k abonnés), le million le 28 décembre 2015 (42k abonnés), les 5 millions le 14 décembre de l’année suivante (140k abonnés). Le 22 janvier 2019, la chaine totalise 11600000 vues réparties sur un peu moins de 150 vidéos.

  • 6 Chiffres du 23 octobre 2017.

8Cette audience classe la chaine Linguisticae dans les chaines YouTube de taille moyenne. Pour comparer, les deux chaines les plus importantes sur YouTube à l’échelle mondiale sur le créneau de la vulgarisation scientifique en linguistique sont Langfocus et Nativlang, lesquelles ont respectivement 382k et 341k abonnés et totalisent respectivement 30M et 20M de vues6. Ces dernières ont certes plus de communauté et plus d’impact, mais elles évoluent dans une sphère bien plus grande puisqu’elles sont à destination d’un public anglophone.

  • 7 Pour celles et ceux qui vivent de leur travail et pour celles et ceux qui sont en bilan neutre ou n (...)

9Pour autant, et malgré sa portée, la chaine Linguisticae n’est pas encore tout à fait viable économiquement : rappelons que seuls 2 % des vidéastes francophones vivent de leur travail alors que 81 % sont en bilan neutre ou négatif, selon une étude faite par la vidéaste et vulgarisatrice Tania Louis (2016 : 23). Ces résultats concordent avec une autre enquête plus récente, celle de Léa Alcon-Lignereux (2017 : 2)7.

10J’aime à croire que Linguisticae a permis de braquer la lumière sur une discipline crainte, méconnue voire conspuée. La mauvaise image de la linguistique provient, pour le grand public, d’une confusion entre la linguistique et la norme alors que, pour une partie du milieu journalistique, médiatique et littéraire, les linguistes seraient des laxistes responsables de la détérioration de la langue française et de son enseignement. En effet, les rectifications orthographiques de 1990 sont passées par là. De nombreux linguistes ont contribué à la commission ayant élaboré la liste des rectifications. Le débat à l’époque a été assez violent à l’encontre des linguistes et il l’a été de nouveau plus récemment lorsqu’il s’est agi de transposer ces rectifications dans les manuels scolaires. Cela fait que de nos jours, les linguistes peuvent être caricaturés en défenseurs de la simplification de la langue et en responsables de la chute du niveau scolaire.

11Pour ma part, j’ai un discours déculpabilisant envers les personnes en situation d’illettrisme et les dyslexiques, par exemple, pour qui la langue n’est envisagée qu’à travers un écrit stigmatisant. Elle devient alors un facteur d’exclusion. Ce discours différent sur la langue est recherché par certains organismes et institutions, que ce soit pour des conférences ou des tables rondes : c’est dans ce cadre que j’ai pu intervenir à Science-Po Lyon ou dans la 11e édition du cycle Et si on en parlait organisé par l’Université de Lyon et co-organisé par le LabEx ASLAN, et que j’ai travaillé avec eux sur une vidéo explicative portant sur l’illettrisme en France.

12La plupart des évènements auxquels je participe sont en France, mais ils sont aussi parfois situés en dehors de France voire en dehors de pays francophones : ainsi, c’est l’institut français de Roumanie qui m’a invité une semaine en Bucovine et en Moldavie Roumaine, à Iași et Suceava, où j’ai pu me rendre compte que Linguisticae permettait aussi à des étudiants étrangers d’apprendre le français et de comprendre notre histoire linguistique, notre vie politique et culturelle. Toujours en Roumanie, d’ailleurs, j’ai assisté à un colloque universitaire international pour présenter ma chaine et en expliquer son rôle pédagogique. De plus en plus, les universitaires se tournent vers les vidéastes pour intervenir dans les facultés. Ainsi, et régulièrement désormais, je suis sollicité pour promouvoir la linguistique auprès des étudiants et pour défendre auprès d’enseignants-chercheurs la vulgarisation telle qu’elle existe sur YouTube.

13Bien évidemment, à côté de cela, je suis régulièrement présent aux évènements centrés sur YouTube, la culture internet ou geek, et le public répond toujours présent.

3. Le rapport aux vecteurs classiques d’information et de connaissance

14Le métier de vidéaste est assez récent, tout comme le mot qui le désigne. Alors, pour « l’ancien monde », notre arrivée surprend parfois, et les réactions suscitées sont assez variées.

  • 8 Manon Bril et Manon Champier sont la même personne : le premier patronyme est celui utilisé sur int (...)

15Comme le note Manon Bril8, qui a cumulé l’écriture d’un doctorat et la production de vidéos de vulgarisation historiques, le monde universitaire voit parfois d’un mauvais œil les nouveaux vulgarisateurs que nous sommes (Champier 2017). En effet, la vulgarisation n’est en soi pas toujours bien considérée lorsqu’on l’oppose à la recherche (Allemand 2016 : 255), et l’usage même du terme vulgarisation fait débat : certains lui préfèrent par exemple la locution médiation scientifique (Champier 2017) ou encore science populaire (Bensaude-Vincent 2010). Cependant, c’est le premier terme qui s’est imposé sur YouTube et celui-ci n’est jamais débattu ni remis en cause (Latsague 2017 : 20 ; Champier 2017). Malgré la connexion évidente avec le mot vulgaire, le terme vulgarisation n’est la plupart du temps pas perçu péjorativement.

16En revanche, il est vrai que vulgariser implique souvent une simplification des concepts et des explications fournies. Pour autant, la cible étant un public non initié, il s’agit souvent d’une entrée en matière invitant celles et ceux qui le désirent à aller plus loin. D’où la durée relativement courte des vidéos. La durée limitée ne représente pas une caractéristique propre aux vidéastes : c’est aussi celle du chercheur qui, en colloque, est limité en temps pour présenter sa communication (Champier 2017). Mais à la différence du vidéaste, le chercheur s’adresse à un public de spécialistes de sa discipline. Cependant, la caractéristique la plus marquante d’un vidéaste vulgarisateur par rapport à un universitaire classique est certainement la forme. Alors que le discours du second n’a généralement pas comme composante significative l’humour et la familiarité (du moins dans la communauté scientifique française), le premier l’intègrera à sa production audiovisuelle, et ce, le plus souvent, dès l’écriture des scripts. La communication par vidéo se fait en différé, ce qui n’est pas le cas de la communication scientifique orale. De plus, lorsque l’on communique par vidéos, celles-ci doivent être très étudiées rythmiquement (écriture, montage, musique, etc.) et surtout graphiquement (références culturelles, habillage, charte graphique, logos, etc.), le tout étant contraint par le matériel à disposition (enregistreur, caméra vidéo, objectifs, lumières, micro, ordinateur, etc.) et le fonctionnement de l’hébergeur (YouTube mais aussi Dailymotion, Vimeo, Facebook, etc.). Cette partie, pour la chaine Linguisticae, représente le plus gros du travail.

17La forme langagière que prennent les vidéos s’éloigne donc de manière significative d’une communication scientifique traditionnelle. Il s’agit généralement d’une hybridation entre langue de spécialité et une parole proche du français ordinaire que l’on parle au quotidien. On retrouve également ces formes linguistiques chez des chroniqueurs humoristiques (Nicole Ferroni, Guillaume Meurice) et chez des artistes pratiquant le stand-up. Cela consiste en une écriture proche d’une situation d’oral dans un contexte familier.

18Me concernant, et parce que je vulgarise un domaine qui a été celui de mes études, je suis très bien accueilli chez les universitaires. Des étudiants m’écrivent d’ailleurs régulièrement pour me dire que mes vidéos leur ont été diffusées ou conseillées. Outre le fait que ce soit encourageant pour nous, créateurs, c’est aussi l’une des preuves que le monde académique s’ouvre de plus en plus au support vidéo diffusé sur internet.

  • 9 La chaine YouTube L’insolente linguiste est tenue par une sociolinguiste chargée de cours à l’Unive (...)

19Pour conclure sur mon rapport avec le monde universitaire, les autres vidéastes vulgarisatrices (ce sont toutes des femmes !) en linguistique avec qui je suis en contact (L’insolite Linguiste, Elles Comme Linguistes, Les Langues de Cha’) ont toutes un pied à l’université : elles sont ou ont été chargées de cours, en doctorat ou en études dans ce domaine9. Cela permet de faire régulièrement contrôler mon travail sur le fond et de me tenir à jour sur les publications, afin d’assurer que mes vidéos soient au plus près des connaissances scientifiques actuelles.

20Mon travail étant aussi très axé sur la déconstruction des discours contre lesquels la linguistique descriptiviste lutte depuis longtemps, cela aide certainement à être perçu positivement par le monde académique. En revanche, le rapport est beaucoup plus complexe avec les vecteurs de norme (professeurs de français, journalistes, correcteurs, personnalités politiques, etc.) qui s’inscrivent le plus souvent dans une démarche prescriptiviste.

21Si parfois j’ai d’excellents retours, il arrive aussi que je sois confronté à des réactions assez négatives voire carrément hostiles. Certes, mes vidéos ne sont jamais vraiment attaquées, mais ayant un discours progressiste et ouvert sur la langue française, on m’accuse régulièrement, tout comme on accuse certains linguistes, de contribuer notamment à la baisse du niveau orthographique des francophones actuellement scolarisés. Le fameux discours du nivèlement par le bas. On peut aussi avoir l’impression que je fournis des arguments aux élèves face à l’autorité d’un professeur qui enseigne la norme de façon intransigeante. Au-delà de ces aspects, la déconstruction des idées reçues revient parfois à s’aventurer sur le terrain politique, où les réactions sont plus vives : le paysage politique français étant très marqué par la doctrine « néojacobine » sur les questions de langue, portant le français comme la langue unique et indivisible de la République, prendre la défense des langues régionales et minoritaires ou de la variation déclenche des levées de boucliers aussi bien chez les sympathisants de gauche que de droite. La langue française est en effet un des rares sujets sur lequel peuvent se retrouver des idéologies de droite comme de gauche. Les sympathisants de gauche mettent plutôt en avant le péril du vivre-ensemble indissociable du français pour tous, les sympathisants de droite mettent plus souvent en avant le morcèlement territorial et le risque de sécession de la Bretagne, de la Corse ou de l’Alsace. Il n’est pas rare non plus d’être associé au nationalisme ou au séparatisme d’extrême droite. De même, dès que l’on parle des incohérences de l’orthographe ou du français ordinaire, on est accusé de vouloir que la langue s’appauvrisse et périclite, et la société avec. Pour certains, la plupart frayant avec les idées d’extrême droite, cela rime même parfois avec une volonté d’islamiser la France, de la rendre plus accessible aux migrants qui mettent en péril le bon fonctionnement de notre société, et l’on est à ce titre un traitre ou une menace. De manière générale, la déconstruction d’idées reçues nous expose politiquement aux critiques de tous les camps et de toutes les idéologies, et cela peut parfois prendre des proportions inattendues. J’ai par exemple été l’objet d’une vidéo de la part d’un « penseur » de la fachosphère, et combattre son discours m’a exposé à des menaces et des injures justifiant un dépôt de plainte. Le fait que je parle un français non surveillé, mêlant régionalismes et verlan, conforte probablement aux yeux de mes détracteurs ce sentiment d’appauvrissement.

  • 10 Selon un article publié sur Challenges.fr de source AFP, la publicité numérique est passée devant (...)

22Concernant mon rapport avec le milieu journalistique, où les codes en matière de langue sont très importants (ton neutre, exigences orthographiques et stylistiques du public comme de la profession), il relève du rapport de force. Tout d’abord, parce qu’il est relativement courant que les articles parus dans la presse et traitant de la langue française soient favorables à une conception conservatrice. Le ton est souvent fataliste lorsque l’on y parle d’orthographe, d’écriture inclusive, de prédicat ou de dictée, et je suis intervenu sur ces quatre sujets pour démentir ou clarifier ce qu’on en a dit dans les médias. Mis à part les spécificités liées à la conception de la langue française dans les médias français, le traitement médiatique des vidéastes est méprisant ou maladroit. Nous sommes souvent traités de manière défavorable en nous réduisant à des personnes souhaitant uniquement faire de l’argent. Si on restreint le champ médiatique aux chaines de télévision, pour qui nous sommes une concurrence grandissante, cette relation devient carrément chaotique10. À cela, ajoutons que les métiers de vidéaste et de vulgarisateur ne sont pas toujours reconnus comme tels (Simon 2016 : 54-56, 102 ; Le Guern 2013 : 50-55). De plus, nombreux sont ceux qui ont du mal à définir notre activité avec précision et la provenance de nos revenus lorsque l’on en a (Simon 2016 : 35-54).

23Pour revenir sur les rapports tumultueux entre la linguistique et le grand public, certains pensent qu’il suffit de parler une langue pour en être expert ou d’avoir écrit des livres pour décider des formes légitimes à employer. De plus, il est courant de nos jours de juger en fonction de ce que l’on pense savoir, et la crédibilité que l’on octroie à nos contradicteurs ne dépend pas de leurs qualifications mais de leur audience (Allemand 2016 : 251). De ce fait, beaucoup de linguistes ou assimilés ont bien du mal à faire valoir leurs arguments sur leur propre domaine d’étude lorsqu’ils font face à un académicien, un auteur reconnu ou à un journaliste médiatisé.

24Les points de vue médiatiques sur la langue française sont bien souvent issus de personnes non spécialistes disposant d’informations très partielles sur la question. Il n’y a qu’à voir les membres de l’Académie française pour s’en convaincre : ils sont majoritairement écrivains mais il y a aussi un biologiste, un ancien président de la République, un spécialiste des yeux, un homme d’Église, des hauts fonctionnaires, des historiens, des philosophes, des médecins, des journalistes. Il n’y a pas un seul linguiste spécialiste de la langue française dans cette institution pourtant appelée à la rescousse par le pouvoir politique dès que se pose une question sur la langue. L’autorité de cette Académie s’invite d’ailleurs régulièrement dans la section « Commentaires » de mes vidéos, où elle est invoquée pour simplifier la thématique que j’aborde et pour fournir une réponse simple et univoque à une question de linguistique complexe. Ainsi, et pour prévenir cela, une partie de mon travail s’est construite en opposition à leur discours : je tourne non seulement en dérision leurs positions dans mes vidéos, mais je le fais aussi sur Facebook et sur Twitter. Plus qu’une institution dont je remets en cause les idées et les expertises, j’érige l’Académie française en véritable symbole d’un système que je dénonce : l’autoritarisme, l’élitisme, le parisianisme, le bourgeoisisme… et ce en recontextuali-sant son rôle, sa parole, sa composition et son histoire. Il s’agit alors de mettre en lumière l’idéologie qui se cache derrière le discours de l’Académie pour en montrer la subjectivité, et ce afin de fournir une grille de lecture au public qui pourra, en toute connaissance de cause, l’accepter pour ce qu’il est ou alors le réfuter.

25Pour les autres figures médiatiques, la stratégie est parfois différente, même si la recontextualisation est toujours présente. Lorsqu’Emmanuel Macron ou Stéphane Bern sont intervenus sur Villers-Cotterêts, associant la langue française au pouvoir monarchique de l’ancien régime, l’essentiel de mon travail a été de montrer en quoi Macron comme Bern sont probablement de bonne foi, mais malheureusement prisonniers d’une vision de la langue et de l’Histoire qui est fantasmée et erronée. Ainsi, cela permet de questionner la société sur la place que l’on veut donner à l’éducation linguistique et historique des citoyens, et de renvoyer au travail des universitaires et des vulgarisateurs sur ce sujet. De manière générale, au-delà de mon parcours personnel, mes contrediscours sont très influencés par les sphères zététiciennes, ce qui me permet de questionner efficacement la validité des arguments des autres tout en invitant à la réflexion : plutôt que d’asséner des vérités sorties de nulle part, il est souvent plus intéressant de poser des questions auxquelles on répond progressivement tout en invitant le public à nous suivre, et ce en présentant des éléments basés sur des recherches, des livres, des publications. Par cet accompagnement, le public arrive aux conclusions données tout en pensant en être à l’origine. Cela permet de contourner plus facilement le biais d’ancrage (on donne plus de crédit à sa première impression), le biais d’autorité (on donne plus de crédit à quelqu’un dont la position est jugée autoritaire ou prestigieuse, ou qui arbore des symboles autoritaires : les « experts », les institutions, les personnes en uniformes, etc.), le biais d’internalité (on donne plus de crédit aux intentions ou émotions d’un orateur qu’à son discours) ou encore le biais de confirmation (on donne plus de crédit à ses idées préconçues). Il s’agit aussi d’éviter à tout prix l’effet de retour de flamme (on renforce sa croyance en l’opposant à la contradiction).

26En cela, la chaine Linguisticae n’est pas atypique, elle s’inscrit au contraire dans la mouvance des autres chaines YouTube de vulgarisation scientifique. Pour tout ce travail d’accompagnement à la réflexion, il est important d’avoir une façon de parler accessible et authentique. Je ne vais pas me priver d’être vulgaire s’il le faut, je ne me force pas à construire mes négations avec ne et je suis friand des néologismes qui ne sont pas dans le dictionnaire. Cela me rapproche du public populaire qui est celui que je vise, cela lui inspire confiance et cela m’évite de parler comme un personnage que je ne suis pas. Exit alors le jargon universitaire, dont il faut restreindre au possible l’usage sauf s’il s’agit des notions centrales d’un épisode, et exit le français lissé de l’Académie ou des grands classiques de la littérature qui, pour beaucoup, renvoie les locuteurs à leurs angoisses scolaires. Il faut au contraire faire passer la connaissance sans rappeler les murs d’école. Il est pour cela bien plus bénéfique de parler comme un élève dans la cour de récréation plutôt que d’imiter le professeur.

4. Rapport à la norme

27Mon rapport aux universitaires d’un côté et aux professeurs du secondaire de l’autre est très clairement lié à ma position vis-à-vis de la norme. Sans surprise, ces derniers sont par leur orientation puis par leurs obligations professionnelles tenus de connaitre et d’enseigner la norme, et ce sans toujours avoir pu la questionner. Mon rapport avec eux est alors parfois conflictuel, bien moins que par le passé néanmoins. Ma position vis-à-vis de la norme est liée à mes études universitaires mais également à mon passé plus lointain. J’ai en effet été confronté très tôt à cette question, notamment dans un contexte scolaire.

28Je suis né dans une région située dans la « diagonale du vide », en Haute-Marne, à Chaumont, et j’ai passé toute mon enfance dans le sud du département où la seule et plus grande ville se trouve être Langres, 8000 habitants. Comme la plupart de mes amis de la primaire, du collège ou du lycée, je vivais dans un village où le seul transport en commun était un bus scolaire qui part tôt le matin et ne revient qu’en fin de journée. Ma région est traversée par des autoroutes et des lignes ferroviaires au trafic important, mais elle n’est pas attractive pour autant. Ainsi, je ne me souviens pas y avoir croisé de touristes, sauf peut-être une fois ou deux. Beaucoup déménagent, mais peu emménagent.

29La réalité linguistique est probablement en adéquation avec cet environnement, où le dialecte local a certes comme partout décliné, mais où le « français du coin » est malgré tout celui qui a cours. Ce dernier, dans lequel j’ai grandi, m’a toujours paru être le même français que partout ailleurs, et ce jusqu’à ce que je le confronte à celui des gens des villes, à celui des Parisiens ou des gens du sud. Comme beaucoup de mes camarades, j’ai été convaincu très tôt par mes enseignants que je parlais « mal » et qu’il fallait rectifier certaines prononciations, abandonner certains mots ou corriger certaines locutions : on dit mal à la tête et pas mal el têt, on dit renard et pas goupil, on dit faire de la lumière, illuminer ou éclairer et jamais clairer... Bref, une redite de l’Appendix Probi à l’impact probablement limité, certes, mais qui suffit à forger un sentiment d’insécurité linguistique important.

30À cela, ajoutons que j’avais de sévères lacunes orthographiques jusqu’à mes 13 ou 14 ans, de quoi provoquer un véritable rejet du « français », nom que l’on donne à cette matière scolaire où orthographe, langue et littérature sont entremêlées. Pour autant, j’avais une véritable passion pour la variation dialectale, les idiomes et les langues étrangères, pour les grammaires et les évolutions linguistiques. Ceci dit, on a souvent considéré que je ne méritais pas d’explications sur l’histoire de ma langue maternelle puisque ma priorité était de la maitriser « correctement ». Une injonction qui, dans mon histoire personnelle, a souvent été formulée par des vecteurs de norme dont je déconstruis aujourd’hui logiquement le travail. C’est d’ailleurs ce que j’explique au tout début de mon livre (Filstroff 2017 : 11-20), parce que je suis conscient que cela a été l’un des éléments déclencheurs à l’origine de ma démarche.

31Lorsque l’on quitte sa campagne pour gagner la ville, ce sentiment d’insécurité linguistique nous frappe d’autant plus que notre parole charrie avec elle la terre qui nous a vu grandir. Celle-ci, si elle occupe une place particulière dans mon cœur, était source de rejet de la part de « cultivés » qui associaient ma langue à un niveau intellectuel moindre, justifiant leur mépris à mon égard. Cette violence, c’est celle que subissent beaucoup de « Provinciaux » face aux « Parisiens », même si le terme parisien renvoie finalement ici à toute personne ayant vécu en ville et ayant grandi dans le giron d’un français plus standard que celui que j’utilisais.

32Aujourd’hui, de par ma formation et mon parcours, il est plus facile d’assumer ma différence sur le plan linguistique : plus besoin de justifier pourquoi, lorsque je retourne là où j’ai grandi, je prononce [(w) ɒː] le digramme <oi>, pourquoi je vocalise les /r/ en coda ou encore pourquoi je dis [ˈse̞.ɰø̞] pour « sérieux ». Sur ma chaine ou en débats, je peux m’élever contre les aberrations orthographiques ou les règles de grammaire désuètes qui, chaque jour, tiennent encore plus à l’écart les illettrés et les dyslexiques.

33Mes prises de position pour une réforme profonde de l’orthographe ou pour un apprentissage du français plus souple découlent logiquement de mon parcours et de celui que je me donne pour l’avenir. J’entends déculpabiliser toutes celles et tous ceux pour qui la langue – ou plutôt la norme – est synonyme de souffrance. J’espère aussi leur faire comprendre que la linguistique, en tant que discipline universitaire, ne participe pas à cette douleur qui est la leur mais qu’elle a un autre regard que celui qui est majoritairement diffusé et socialement valorisé.

34En portant ces discours, je crois être pleinement dans le travail de vulgarisation : rendre les savoirs accessibles, les faire circuler au maximum et ce sans barrière sociale. Susciter l’intérêt pour une discipline méconnue auprès d’un public qui ne s’en croit pas digne.

Bibliographie

Bibliographie

Alcon-Lignereux (L.), La « longue traine » des vidéos de vulgarisation scientifique, in Enquête « Quelques questions à propos de votre chaine YouTube », Période de passation : du 22 déc. 2016 au 9 fév. 2017, Université Paris-Dauphine, 201711.

Allemand (L.), « Vulgariser pour valoriser les sciences humaines et sociales », Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-, 2016, p. 251- 255.

Bensaude-Vincent (B.), « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique », Question de communication, 17 (2010), en ligne, http://questionsdecommunication.revues.org/368, consulté le 10 novembre 2017.

Champier (M.), « Vulgariser autrement ? Internet et les nouveaux espaces de médiation de l’histoire », Com’en Histoire (04/10/16), en ligne, http://cehistoire.hypotheses.org/1105, consulté le 28 octobre 2017.

Filstroff (R.), Les autres ne savent plus écrire, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2017.

Khan (L. M.), « Social media engagement : what motivates user participation and consumption on YouTube ? », Computers in Human Behavior, 66 (2017), p. 236-247.

LAtsague (G.), Les vidéos de vulgarisation scientifique sur internet : sources d’enjeux citoyens et innovations pédagogiques pour le système scolaire secondaire français, Mémoire de Master 2 en sciences de l’éducation, sous la direction de Lapostolle (G.), Université de Lorraine, 2017.

Le Guern (P.), L’éthique du métier de médiateur scientifique. Étude de cas : la Cité des Sciences de la Villette, Mémoire de Master 1 Culture et communication, industries créatives : médias, web et arts, sous la direction d’Aubert (A.), Université Paris VIII, 2013, en ligne https://memsic.ccsd.cnrs.fr/mem_00983016.

Louis (T.), « Situation Professionnelle des vidéastes vulgarisateurs francophones », enquête en ligne, http://goo.gl/8v0Wqy, consulté le 10 nov. 2017.

MisterJDay, Culture Tube – content ID, en ligne, https://www. youtube.com/watch?v=fOUxZqsvb64.

Simon (T.), Les Youtubers : une activité de travail organisée ? Eclairage par le concept de communauté de connaissances, Mémoire de Master 2 Dynamiques des organisations, Travail et Ressources Humaines, sous la direction de Paraponaris (C.), Université Aix-Marseille, 2016.

Cycle d’évolution des internautes - Benjamin Bayart (Bayart, 2011), en ligne :
https://vimeo.com/38270676
https://blog.genma.fr/?Prise-de-notes-de-la-conference-de-Benjamin
http://aslan.universite-lyon.fr/valorisation/aslan-et-si-on-en-parlait--350120.kjsp
https://www.challenges.fr/media/publicite/la-publicite-numerique-detrone-la-publicite-tv-en-france_450489

Chaines citées

Insolente linguiste : https://www.youtube.com/channel/UCeEb8pfFV5zWNX2fCiG6UDw

Les langues de cha’ : https://www.youtube.com/channel/UC0efyK_-Athm8yhyjNSqndQ

Elles comme linguistes : https://www.youtube.com/channel/UC8miF2H8VfLDDGeslNaWHfQ

Notes

1 Linguisticae est en latin le génitif/datif du féminin singulier de linguisticus « de la langue, linguistique », ou bien son nominatif au pluriel féminin.

2 Cette chaine s’est rapidement imposée comme la plus importante dans son domaine, l’Histoire. Le 22 janvier 2019, elle avait 832000 abonnés.

3 Une convention est un type d’évènement communautaire où des personnalités de la sphère internet ou geek viennent à la rencontre de leur public via des tables-rondes, conférences, dédicaces ou « meet-up ».

4 La locution « majorité silencieuse » est utilisée pour désigner tous les utilisateurs passifs, c’est-à-dire ceux qui ne commentent pas les vidéos. Selon Nonnecke et Preece (1999) cité dans un article de Khan (2016 : 237), les utilisateurs passifs représentent 90 % de nombreuses communautés sur internet.

5 jour ouvrable - Paye Ton Expression #1, en ligne, https://youtu.be/ZSmkzyNG10M.

6 Chiffres du 23 octobre 2017.

7 Pour celles et ceux qui vivent de leur travail et pour celles et ceux qui sont en bilan neutre ou négatif, cette enquête trouve respectivement 5 % et 79,2 %.

8 Manon Bril et Manon Champier sont la même personne : le premier patronyme est celui utilisé sur internet et pour son travail en dehors du monde universitaire.

9 La chaine YouTube L’insolente linguiste est tenue par une sociolinguiste chargée de cours à l’Université de Laval au Québec. Elles comme Linguistes est une chaine tenue par une enseignante-chercheure à l’Université de Lorraine et une doctorante qui était chargée de cours à l’Université Paris 8. La chaine Les langues de Cha’ est tenue par une étudiante en Sciences de l’Éducation passée par un cursus de coréanologie.

10 Selon un article publié sur Challenges.fr de source AFP, la publicité numérique est passée devant la publicité télévisuelle en 2016. La publicité en ligne, essentiellement captée par Google (dont YouTube) et Facebook (qui sert aussi d’hébergeur vidéo), est en croissance constante. À cela, ajoutons que les vidéastes sont régulièrement censurés par YouTube sur la demande des ayants-droits de contenus audiovisuels, tandis que les télévisions diffusent du contenu protégé en provenance d’internet sans autorisation ni citation des auteurs (MisterJDay, 2016).

11 Cette enquête a été exploitée dans Alcon-Lignereux (L.), Les vidéastes de science sous tension, Mémoire de Master 2 Politiques publiques Parcours Politiques publiques et opinion, sous la direction de JACQuemart (A.) et Jourdain (A.), Université Paris-Dauphine, 2017.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search