Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Troisième partie. Discours de référence et représentations

La langue française dans « L’avis du médiateur » du Monde

Stefano Vicari

Texte intégral

Introduction

1Depuis 1994 Le Monde s’est doté de médiateurs dont le rôle est celui d’assurer un dialogue avec ses lecteurs les plus fidèles. Ils sont cinq : André Laurens, Thomas Ferenczi, Robert Solé, Véronique Maurus, Pascal Galinier. Parfois porte-paroles des lecteurs, parfois défenseurs de journalistes, ils trient et commentent les courriers que la rédaction du journal reçoit quotidiennement dans leur rubrique « L’avis du médiateur », où la langue française apparait un sujet fort représenté. Après avoir rappelé le rôle joué par cette rubrique dans l’imaginaire linguistique des locuteurs à travers un aperçu rapide des études qui se sont déjà penchées sur l’analyse de ce genre journalistique, j’avancerai des hypothèses concernant les enjeux des discours sur la langue dans ces rubriques à partir de quelques données quantitatives issues du logiciel de textométrie TXM (Heiden et al. 2010). Enfin, l’analyse qualitative de certains phénomènes discursifs particulièrement aptes à répondre à ces enjeux permettra de creuser davantage les caractéristiques de ce type de discours et, par là même, de montrer (1) les procédés de légitimation du discours sur la langue des lecteurs et des médiateurs et (2) l’imaginaire linguistique tel qu’il ressort des dynamiques discursives entre ces deux pôles énonciatifs.

1. La rubrique « L’avis du médiateur » dans Le Monde et le discours sur la langue française

2Sur le modèle de l’ombudsman américain et de la presse espagnole (El Paìs), en 1994, Le Monde intègre dans son équipe éditoriale la figure du médiateur. Son rôle est celui de « favoriser le dialogue entre les lecteurs et la rédaction […] essentiellement par deux moyens : en gérant le courrier des lecteurs (avec l’aide d’un journaliste à mi-temps et de deux secrétaires) et en publiant dans le journal une chronique sous sa seule responsabilité » (Solé 1999 : 32). Le médiateur donne la parole aux lecteurs, il les rend co-constructeurs du discours à travers la représentation et la médiation de plusieurs points de vue. Dans ces courriers, les lecteurs « font entendre leur voix », pour paraphraser Branca-Rosoff et Marinelli (1994), bien que cette voix reste souvent muette : le tri des courriers reçus de la part des médiateurs est très sélectif, les courriers devant respecter toute une série de critères formels (longueur, bonne orthographe, beau style) et sémantiques (respect d’une certaine bienséance, conformité avec la ligne éditoriale du journal, etc.) (Hubé 2008). Il s’agit principalement, pour le médiateur, d’adopter une stratégie « qui utilis[e] le discours des lecteurs pour construire son propre discours et à travers lui son image d’une presse ouverte » (Fiala et Ebel 1983 : 291). Sa position est donc très délicate et la bonne réussite de son activité se joue dans sa capacité de trouver un accord entre ces deux instances que sont le journal et ses lecteurs : donner la voix aux critiques « acceptables », les expliquer, éventuellement faire amende et donner un avis le plus possible partagé. Si la structure de la rubrique est à peu près toujours la même, les sujets traités varient fortement en fonction de la une du journal : réflexions sur le travail des journalistes, communication d’informations pratiques aux lecteurs, analyses d’un article donné ou bien des critiques plus générales, comme par exemple, celles qui portent sur les questions de langue. Néanmoins, la place occupée par le discours sur la langue française dans les courriers des lecteurs justifie leur inclusion dans le genre plus large des chroniques de la langue, comme l’atteste la définition de chronique donnée par Quemada : « Toutes les rubriques destinées à un grand public et relatives à la langue française actuelle, à travers son usage, ses tendances, les institutions qui la régissent, l’étudient ou la diffusent, ainsi que les commentaires consacrés à des ouvrages d’actualité sur la langue ». (Quemada 1970-72 vol I : iii). L’inclusion des courriers dans le genre des chroniques permet de les considérer comme l’un des discours de référence sur la langue française circulant dans l’espace médiatique et exerçant, donc, une certaine influence sur l’imaginaire linguistique des Français. Certains spécialistes (parmi les autres Cellard 1983 ; Remysen 2011 ; Paveau et Rosier 2008 ; Rosier 2004) s’accordent en effet sur ce point et constatent le poids de ces chroniques dans la diffusion de la norme linguistique ainsi que leur lien étroit avec le discours normatif et puriste :

Le discours puriste emprunte différentes formes textuelles : dictionnaires et autres précis, chroniques de langues, courriers des lecteurs, carte blanche rédigée par des anonymes ou des gens célèbres, recommandations institutionnelles, interventions orales, interviews ou sur les forums de l’internet. (Rosier 2004 : 66)

3Le discours puriste sur la langue occuperait donc une place prépondérante dans les courriers des lecteurs, comme les médiateurs semblent le suggérer :

S’il est un thème qui revient avec une belle régularité dans le courrier des lecteurs, c’est celui de la défense de la langue française, sous toutes ses formes : appels à la correction grammaticale, lutte contre l’invasion de l’anglais, dénonciation des barbarismes et des solécismes, mises en garde contre le mauvais emploi des mots, condamnation des fautes d’orthographe. [...] (Ferenczi, « Le respect de l’orthographe », le 06/01/1997)

S’il y a un sujet qui revient continuellement dans le courrier des lecteurs, c’est bien la forme. Entendez par là les atteintes à la langue française (fautes d’orthographe, erreurs de syntaxe ou de vocabulaire, anglicismes abusifs, néologismes injustifiés...). Il ne se passe pas de jour sans qu’un correspondant indigné ne me prenne à témoin d’un délit commis dans ce domaine, et dans nos colonnes. (Solé, « Mots violentés », le 18/09/2000)

Nous arriverait-il d’employer certains mots à tort et à travers ? Serions-nous coupables d’abus de langage ? À intervalles réguliers, vous êtes nombreux à m’écrire pour nous rappeler à l’ordre lexical ou grammatical. Dans ce domaine, rien ne semble échapper à votre vigilance. (Nouchi, « Abus de langage », le 13/06/2016)

4Le souci pour la bonne langue, la traque aux fautes d’orthographe, la chasse aux anglicismes reviennent dans les courriers, « avec une belle régularité », « continuellement », « à intervalles réguliers » et, ajoutons-le, le long des années. De manière générale, on ne peut qu’être d’accord avec la caractérisation puriste de ce type de discours, ce qui semble d’ailleurs être suggéré par les cooccurrences du lexème langue (dont on compte 115 occurrences) dans l’ensemble du corpus : si l’adjectif française domine (97 occurrences), langue de Molière (10), respect de la (notre) langue (24), défense de (notre) langue (14), protection de la (notre) langue (6) constituent des dénominations plutôt répandues. Or, dans la plupart des cas, ces syntagmes apparaissent dans des fragments textuels rapportés, soit-il directs ou indirects ; ils ne sont presque jamais pris en charge directement par le médiateur :

Le médiateur lui-même est épinglé, pour l’usage du terme cover dans sa dernière chronique. Il y parlait des couvertures de magazines auxquelles a eu droit Anne Sinclair lors de son retour au journalisme. « Je ne sais pas ce qu’est cette cover : la page de couverture ? L’article principal du magazine ? Autre chose ? », se demande Jean Bernard-Chatelot (Montpellier), pour qui « Le Monde a des responsabilités dans le respect de notre langue nationale ». Nous y voilà. (Galinier, « Médiateur », le 01/12/2012)

Bien des lecteurs ne se privent pas de nous dire que la protection de la langue commence par son maniement correct. (Laurens, « Vie publique », le 19/11/1994)

5Les lecteurs se plaignant des fautes commises par les journalistes, le médiateur se doit de justifier le quotidien tout en accueillant leurs critiques. Son statut est donc ambigu, il doit résoudre ou prévenir les conflits éventuels, puisque difficilement les lecteurs s’adressent au journal pour se féliciter, surtout lorsqu’il s’agit de la langue. Une bonne partie de l’activité des médiateurs consiste donc à fournir des explications pour justifier les choix ou les « fautes » du quotidien. Autrement dit, ils doivent gérer la polyphonie intrinsèque au genre de la rubrique qu’ils tiennent : ils justifient le journal d’un côté et créent un consensus de l’autre, ils réduisent la distance entre les lecteurs et le journal et atténuent les clivages potentiels, dans le but ultime de garder le lectorat. Dans ce contexte, on peut à juste titre avancer l’hypothèse que les médiateurs essaient de restituer une image de la langue française dans laquelle le lectorat du Monde puisse facilement se reconnaitre à partir de la légitimation et du « montage » des dires des uns, les lecteurs, des choix ou des « fautes » des autres, les journalistes. Quelles sont donc ces stratégies de légitimation ? Comment les médiateurs dépassent-ils les clivages tout en inscrivant en discours leur propre avis sur les différentes questions ? Enfin, quelles représentations de la langue et de ses locuteurs sont véhiculées dans ces chroniques ?

2. Corpus, méthodologie et hypothèses

2.1. Quelques données quantitatives

6Avant d’entrer dans le détail des hypothèses et des analyses, il me semble important de cerner de plus près le poids du discours sur la langue dans l’ensemble de la rubrique L’avis du médiateur du Monde.

Médiateur Périodes Nombre de rubriques Rubriques sur la langue
André Laurens 02/04/1994 – 24/06/1996 81 10 (12 %)
Thomas Ferenczi 11/11/1996 – 27/07/1998 79 5 (6 %)
Robert Solé 07/09/1998 – 16/03/2007 240 50 (21 %)
Véronique Maurus 18/12/2006 – 14/03/2011 101 16 (16 %)
Pascal Galinier 04/07/2011 – 02/10/2015 71 10 (14 %)
Franck Nouchi 21/11/2015 – 30/10/2017 27 4 (15 %)
Total 599 95 (16 %)

7En dépit des déclarations d’ouverture des médiateurs, la place des questions linguistiques sur l’ensemble du corpus est attestée à 16 %, soit 95 textes (110979 mots) sur presque 600. Or, s’il est vrai que ce pourcentage n’est pas énorme, il est vrai aussi que la langue est un sujet qui revient de manière plus ou moins représentative sous la plume de tous les médiateurs qui se sont succédé le long des années, avec un pic sous Solé (21 %), le médiateur le plus sensible aux questions linguistiques, parait-il. L’intérêt pour la langue, la bonne langue le cas échéant, est plutôt stable dans le temps, avec des différences quantitatives dans les transitions d’un médiateur à l’autre qui non seulement ne sont pas significatives, mais qui peuvent aussi dépendre de facteurs de nature variable (sensibilité de chacun face aux questions linguistiques, la présence ou l’absence de « querelles linguistiques » dans l’espace médiatique, etc.). La même stabilité se retrouve au niveau des thématiques, sans que l’on puisse identifier une véritable évolution de celles-ci sur l’axe diachronique. Les sujets traités constituent les paliers du discours métalinguistique « ordinaire » normatif : fautes d’orthographe, tics de langage, glissements sémantiques, anglicismes, féminisation des titres et des métiers, les lecteurs semblant réagir sur les questions linguistiques les plus disparates, bien que dans des proportions fort différentes. Si en effet, les pourcentages des commentaires portant sur les anglicismes, sur les questions orthographiques et sur les tics de langue sont respectivement 19 % (18 sur 95), 16 % (21 sur 95) et 15 % (14 sur 95 %), les rubriques consacrées au lexique dépassent la moitié du corpus, soit 52 % (49 sur 95). L’absence des questions syntaxiques (exception faite pour deux rubriques portant sur l’emploi de la préposition « sur » devant les noms des villes), confirme sans doute le fait que la syntaxe serait l’un des niveaux de l’analyse linguistique parmi les moins disponibles dans la conscience linguistique des locuteurs (Silverstein 1981). Par ailleurs, le grand nombre de commentaires portant sur le lexique s’explique par le fort lien du support où les lecteurs épinglent les « fautes », le journal, avec l’actualité. En effet, à côté d’une attitude puriste, dont les enjeux sont principalement linguistiques et qui se caractérise par une forte axiolo-gisation performative (Rosier 2004), par exemple, par l’emploi de formules du type il faut dire, on ne dit pas, on doit dire déjà bien étudiées par Berrendonner (1982), il arrive souvent (dans presque la moitié des rubriques analysées) que le repérage d’une « faute » quelconque constitue le prétexte pour démasquer des présumées idéologies et dévoiler des problèmes sociaux. Cela est bien montré par les titres de quelques rubriques : « Le choc des idées et des mots qui les servent », « Proches-Orients », « Appellations d’origine », « Appeler un Noir un Noir », « Droits de l’homme », « Voile ou foulard ? », « Je ne suis pas un “juif de France” »« Abus de langage », « Préjugé gay ». C’est ainsi qu’un lecteur écrit à Galinier :

Je m’étonne que dans vos articles, comme dans tous les médias mais aussi dans l’expression des responsables gouvernementaux de la plupart des grands pays, l’expression « Etat islamique » soit systématiquement et soigneusement utilisée pour désigner un groupe de terroristes. Ce qualificatif d’Etat tend à en « normaliser » l’existence, cadeau de communication fait à de cruels assassins, les assimilant à une force légitime avec laquelle on aurait la faiblesse d’aller négocier... (Galinier, « Etat d’urgence », le 27/09/2014)

8Si la cible des critiques sont les mots, l’enjeu se situe souvent bien au-delà de la faute de langue : thématiques sociales, religieuses et politiques s’y entremêlent et offrent par là un aperçu des principaux défis auxquels la France doit faire face aujourd’hui. Ces commentaires répondent ainsi à des nécessités immédiates, ancrées dans des contextes spécifiques, qui ne relèvent pas toujours d’une simple obsession que Boltanski et Bourdieu (1975) ont si bien appelé « fétichisme de la langue ».

2.2 Hypothèses et objectifs

  • 1 http://textometrie.ens-lyon.fr/?lang=fr
  • 2 Je me suis limité aux cinq premiers items puisque dans la suite on retrouve des mots-outils et les (...)

9Dans le but de saisir les stratégies discursives utilisées par les médiateurs afin de légitimer les dires et les propos des uns et des autres et de créer un consensus autour des représentations de la langue française circulant dans ces discours, le corpus de 95 rubriques a été interrogé par le biais du logiciel de textométrie TXM1. La simple commande « Lexique », qui calcule la liste des fréquences de toutes les propriétés lexicales du corpus (lemmes, mots, mais aussi éléments de ponctuation, etc.), a permis d’identifier les lemmes les plus fréquents (après élimination des mots-outils et de la ponctuation), dont voici les 5 premiers retenus2 :

lecteur 436
nous 426
on 426
mais 373
je 345

10Dans ce tableau, on trouve, sans trop de surprise, les pronoms et, notamment, ceux de la première personne du pluriel et du singulier et l’indéfini on. L’ensemble des collocations de nous montre que dans plus ou moins la moitié des cas (à peu près 200 occurrences sur 426), il est employé comme pronom personnel complément renvoyant au médiateur et aux journalistes de la rédaction du Monde :

  • 3 Je souligne dans tous les extraits.

À la lecture de ces courriels, l’inquiétude nous a pris. D’autant que d’autres correspondants, comme Philippe Arzens (courriel), ou Lucien Rodier (Paris), exprimaient le même souci. Le Monde avait-il ainsi gravement manqué à ses mânes ? Enquête faite, nous sommes soulagés de répondre non. (Maurus, « Droits de l’homme », le 22/12/2008)3

11Le nous objet de l’inquiétude dans le premier énoncé est ainsi repris dans la suite sous la dénomination à valeur anaphorique Le Monde, qui permet de préciser la référence du déictique personnel. Cet extrait illustre bien que, lorsque nous remplit la fonction de complément indirect, il renvoie surtout aux journalistes saisis dans l’acte de recevoir et de lire les courriers écrits et envoyés par les lecteurs. Il en va autrement dans les cas où nous remplit la fonction de pronom personnel sujet, (qui sont beaucoup moins nombreux, 64 ; 162 occurrences apparaissent dans les discours rapportés des lecteurs) :

Le rôle du médiateur, tel que l’a créé la nouvelle direction du Monde, reste largement à inventer. Nous allons nous y employer. Nous, c’est-à-dire tous ceux qui font ce journal et tous ceux qui le lisent. Que les uns et les autres se rassurent, nous ne partons pas de rien ! (Laurens, « L’échange », le 02/04/94)

12L’on assiste dès lors à la création d’une dimension collective où nous englobe tant les journalistes que les lecteurs : c’est bien en effet le nous générique (Pottier 2002) qui domine dans ces extraits. Sous la plume de Laurens, cela se fait par le biais d’une glose métadiscursive explicitant la référence déictique et présupposant le partage de savoirs et de connaissances entre les deux groupes identifiés. Cela permet de créer en effet, un effet de connivence autour de savoirs présumés communs.

13La présence de dynamiques discursives entre individuel et collectif me parait aussi confirmée par les occurrences du lexème lecteur, plus fréquent au pluriel (305 occurrences) qu’au singulier (131 occurrences). Tout en s’adressant à eux, les médiateurs reprennent leurs mots et leurs propos, et n’hésitent pas à en rapporter les réactions, le plus souvent émotives :

Plus grave, deux jours plus tard, dans un article intitulé « Le Tchad et les sirènes pétrolières » (Le Monde du 3 septembre), on lisait au détour d’une phrase cette étrange précision : les sudistes sont... « chrétiens ou protestants ». Là, ce n’est plus seulement avec agacement, mais colère et indignation, que des lecteurs ont réagi. Les protestants, trop souvent oubliés en France parce que minoritaires, trop souvent assimilés aux catholiques, finiraient-ils par ne plus être considérés comme chrétiens ? (Solé, « Le sens des mots », le 14/09/1998)

14Ces réactions font l’objet de négociations sous la plume des modérateurs, ce qui est suggéré d’ailleurs par le grand nombre d’occurrences de mais, sans doute représentatif de l’activité de médiation des scripteurs, tout comme le sont d’autres opérateurs de concession tels que toutefois, cependant, or et néanmoins, fortement représentés dans le corpus (au total, à peu près 200 occurrences). Les deux seuls lexèmes prédicatifs qui se situent parmi les 50 unités les plus fréquentes (si l’on ne compte pas les auxiliaires et le modal pouvoir) sont écrire avec 143 occurrences et dire avec 119. Leur présence massive est sans doute liée à la représentation en discours de l’acte de communication entre lecteurs et journalistes/médiateurs.

15Ces toutes premières données permettent d’avancer l’hypothèse, à vérifier par les analyses qualitatives, que la légitimation des dires passe au moins par deux procédés discursifs : la mise en scène du droit de prise de parole et de réplique, d’un discours et de son contrediscours, savamment orchestrés par les médiateurs et par la construction discursive d’une communauté de locuteurs, reposant sur un ensemble de représentations linguistiques susceptibles d’être partagées par tous les « bons » locuteurs du français tels que le seraient les lecteurs du Monde.

3. Représentations des lecteurs et de leurs propos/dires

3.1. De quelques désignations des lecteurs…

16Dans 122 occurrences sur 305, ce sont nos lecteurs qui écrivent au Monde. Tous les médiateurs, exception faite pour Solé, usent de ce syntagme dans les incipits de leurs textes ou en début des paragraphes. C’est le cas des deux extraits ci-dessous :

PAR NÉGLIGENCE ou inattention, nous écrivent nos lecteurs, vous commettez trop de petites erreurs. (Ferenczi, « Madame la ministre... », le 01/12/1997)

Le manque d’attention est également la cause d’une autre catégorie de fautes qui exaspère nos lecteurs : les fautes d’orthographe. Certaines procèdent de confusions grossières. (Ferenczi, « Madame la ministre... », le 01/12/1997)

17Le premier exemple ouvre la rubrique, le deuxième, le paragraphe qui le suit. Dans les deux exemples, des listes de fautes d’orthographe, de syntaxe, de « barbarismes » épinglés par les lecteurs dans les colonnes du journal suivent. Les problèmes d’accord du participe passé sont les plus nombreux, exception faite pour les cas où les questions portent sur des choix lexicaux autour de sujets sociaux sensibles :

Les sujets de débat, parfois virulents, ne manquent certes pas. Celui sur le « mariage homo » et ses implications, qui a nourri la précédente chronique (Le Monde du 24 novembre), continue de faire couler beaucoup d’encre chez nos lecteurs. (Galinier, « Médiateur », le 01/12/2012)

18Nos lecteurs semble donc s’accompagner toujours de la représentation de l’acte d’écriture et de réception des courriers. Les médiateurs y recourent pour montrer l’abondance de courriers portant le sujet qu’ils décident de traiter dans la rubrique et justifier par là même leur choix. Les lecteurs du Monde sont alors saisis comme porteurs d’un point de vue groupal sur les faits et les évènements sur lesquels les médiateurs décident de se pencher. Ceux-ci insistent sur le caractère largement partagé des questions soulevées : c’est seulement dans le traitement dans le détail de ces questions que les médiateurs n’oublient pas de mettre en scène les clivages entre les différents propos. Dans ce but, d’autres désignations, où lecteurs est précédé d’adverbes, d’adjectifs et de locutions exprimant une quantité indéfinie, permettent d’introduire les différents positionnements. Les propos relatés proviennent alors de 53 certains, 48 plusieurs, 30 nombreux lecteurs, mais aussi des, quelques et nombre de, bien que ces trois derniers soient moins nombreux.

Un de nos correspondants condamne « le flou ambigu créé et entretenu par les médias entre pédophilie et homosexualité ». Certains lecteurs ne partagent pas cette indignation. « Pourquoi êtes-vous si discrets, si pudiques, pourquoi ménagez-vous ces individus, pourquoi n’écrivez-vous pas leur nom ? », nous demande Monique de Bradke, d’Ableiges (Val-d’Oise). (Ferenczi, « Ni le silence ni le spectacle », le 30/06/1997)

Le thème de l’enquête d’Annick Cojean, « Droits humains, c’est plus moderne », le 12 décembre, n’était pas aussi anecdotique que le disent nos lecteurs. À preuve les réactions... d’autres lecteurs ! Nombreux en effet sont ceux qui, piqués au jeu, ont pris parti pour ou contre l’adoption du terme « droits humains », suggérée par des nombreuses personnalités ou organisations internationales. (Maurus, « Droits de l’homme », le 22/12/2008)

19Les indéfinis permettent ainsi aux médiateurs d’afficher les différents positionnements et les divergences d’opinion des lecteurs, saisis comme des groupes antagonistes. Le singulier n’apparait que lorsque les médiateurs citent les mots ou rapportent les propos des lecteurs : ceux-ci sont alors introduits en discours par leur nom propre et/ou leur lieu d’origine (66 fois sur 131 occurrences de lecteur).

La presse allemande fait toujours précéder « Etat islamique » du qualificatif « l’organisation terroriste », clarifiant ainsi le statut de cette organisation », affirme Gilles Guieu (Aix-en Provence). Une réflexion du même ordre est en cours au Monde. « Provisoirement, nous recommandons de mettre « Etat islamique » entre guillemets lors de la première mention dans l’article, si possible en précisant « l’organisation ». (Galinier, « Etat d’urgence », le 27/09/2014)

Depuis peu c’est au tour du mot : « 9-3 ». Après la publication d’un article intitule « Dans le “9-3”, beaucoup d’ascenseurs, pas de formation », un lecteur habitant Le Raincy (Seine-Saint-Denis) écrit : « Les habitants de ce département se considèrent comme stigmatisés par le comportement des médias. Le mot nègre est banni, mais nous, on continue à nous traiter de “9-3”, comme si c’était une nouvelle forme de langage. » Vivement l’effet Obama ! (Maurus, « Appeler un Noir un Noir », le 17/11/2008)

20Si dans le premier extrait, l’indication de l’origine ne répond qu’à un souci de précision de la part du scripteur, dans le second, elle garantit le droit de prise de parole du lecteur, voire le bien-fondé de ses propos. La légitimation des dires des lecteurs peut aussi passer par des adjectifs qualificatifs :

Un lecteur attentif, Jean Meuriot, de Suresnes, nous a envoyé il y a quelques semaines une longue liste de bévues relevées dans plusieurs organes de presse, et en particulier dans Le Monde. (Ferenczi, « Le respect de l’orthographe », le 06/01/1997)

À force de succomber aux anglicismes, on en arrive à des aberrations. Un lecteur féru d’aéronautique, Geoffrey Nickson, a lu avec perplexité, dans Le Monde daté 28-29 mai, un mot nouveau : « turbo superchargeur ». Or, souligne-t-il, « le terme anglais supercharger correspond tout simplement à compresseur, dispositif destiné à augmenter la puissance du moteur. « Etait-il trop simple d’écrire « turbocompresseur » ? (Solé, « Crash », le 11/09/2000)

21Les médiateurs mettent volontiers en évidence des caractéristiques légitimant la prise de parole du lecteur et l’insertion de ses propos dans la rubrique : simplement « attentif » dans le premier extrait, spécialiste du domaine technique d’où est issu le terme dans le second, le lecteur est toujours présenté en discours comme une source énonciative fiable. La caractérisation du lecteur peut également s’étaler sur des segments textuels plus étendus, comme dans le cas suivant :

Une des premières lettres adressées au médiateur en fournit l’occasion. Elle émane d’un enseignant de Rennes, bon lecteur du Monde, père d’une étudiante et d’un lycéen. Autant dire qu’il a vécu de près la crise provoquée par le CIP ou le « SMIC-jeunes », suivant le point de vue où l’on se place. (Tiens, un autre lecteur nous reproche l’emploi, comme allant de soi, de cette dernière expression, bien que nous en usions avec des guillemets !) (Laurens, « L’échange », le 02/04/1994)

22Le bien-fondé des remarques métalinguistiques des lecteurs ne sont presque jamais remises en cause par le médiateur, comme l’extrait ci-dessus le montre bien. Le présumé caractère évident de la dénomination « SMIC-jeunes » dénoncé par le lecteur ne fait pas l’objet de discussion sous la plume du médiateur. Bien souvent, il ne peut qu’assumer l’erreur et s’excuser :

Ils [les lecteurs] reprochent à la rédaction du Monde une certaine dégradation de l’écriture : fautes de style, fautes d’orthographe, coquilles, lourdeurs, redondances, abus de termes étrangers qui ne s’imposent pas, ou d’expressions par trop familières, etc. L’ennui, c’est qu’ils ont raison plus souvent que nous le subodorions. (Laurens, « Vie publique », le 19/11/1994)

23Les lecteurs sont alors présentés comme porteurs d’un discours plutôt puriste, dans sa version décliniste (« dégradation de l’écriture »), sur la langue française : les « fautes » relevées ainsi que leur présentation sous forme de liste non finie constituent des topoï du discours normatif sur la langue. Les médiateurs semblent bien s’amuser à mettre en scène la nature puriste du discours sur la langue de leurs lecteurs, tout en entretenant avec cette attitude un rapport ambigu : bien loin de les considérer comme puristes, le médiateur tient à restituer une image valorisante de ses lecteurs, quitte à prendre les distances du discours ouvertement « puriste » :

Le journal succombe à ces tics de langage, et à quelques autres, au grand désespoir de lecteurs exigeants, qui ne sont pas forcément de vieilles badernes. D’aucuns se sentent obligés de le préciser : « Je ne suis pas un vieux ringard, j’ai trente-cinq ans », écrit un internaute, à la fin d’un courrier accablant. Comme s’il fallait s’excuser de relever des fautes de français dans Le Monde ! (Solé, « Tics en toc », 10/01/00)

Il ne faut pas prendre Alain Mayor pour un obsédé de la langue française, ni pour un oisif qui passerait ses journées à pêcher dans l’encre du Monde. Ce directeur de productions cinématographiques n’a le temps de lire le journal que trois ou quatre fois par semaine. Mais, comme d’autres butent inévitablement sur les anglicismes ou les participes mal accordés, lui, il rencontre toujours les mêmes fautes. (Solé, « Les mauvaises herbes », le 26/09/2005)

24Correspondants zélés, soucieux de la bonne langue sans être de « vieilles badernes » ou des obsédés de la langue, ils ont bien le droit d’épingler les fautes et d’en faire part à la rédaction du journal sans passer pour puristes, et cela est bien montré aussi par les différents procédés de représentation de leurs propos.

3.2… et de leurs propos

25Sous la plume des médiateurs, les lecteurs estiment, envoient, volontiers réagissent, plus fréquemment écrivent, reprochent, ou soupirent, se choquent, s’agacent face à une « faute » de langue. Un large éventail de verba dicendi et sentiendi introduit les dires des lecteurs et permet de reconnaitre aussitôt les tons plus ou moins polémiques des propos relatés. Si, en effet, le verbe le plus utilisé dans le corpus est le neutre « écrire » (sur les 232 occurrences de ce lemme dans l’ensemble des rubriques, 146 représentent l’activité d’écriture des lecteurs, soit à peu près 60 % des occurrences), les lecteurs n’écrivent pas tout court ! Ecrire est toujours accompagné d’expansions textuelles caractérisant soit l’état d’âme des lecteurs par des syntagmes prépositionnels :

Non seulement les lecteurs nous écrivent, mais ils le font souvent avec une pertinence dérangeante. (Laurens, « L’échange », le 02/04/1994)

Vous vous seriez crus déshonorés, écrit-il avec colère, d’intituler votre enquête Paroles de jeunes contre contre paroles de policiers. « Flics » est autrement vendeur, autrement accrocheur, autrement dans le vent [etc.]. (Solé, « Monsieur le policier », le 01/03/1999)

Caton rouge pour Le Monde, écrit avec énervement un lecteur, Bernard Krespine (courriel). Je ne m’abonnerai pas. Je veux garder la liberté de ne plus acheter votre journal le jour où ma patience sera par trop abusée. (Solé, « Errare humanum est... », le 23/02/2004)

26soit le but dans lequel ils se sont adressés au médiateur, par des expansions phrastiques exprimant la finalité, tant sous la plume des médiateurs que sous celle des lecteurs :

Un lecteur, M. Gérard Klein, nous a écrit pour nous dire sa perplexité devant les approximations publiées à ce sujet. (Laurens, « Question de maîtrise », le 26/06/1995)

Timide : « C’est la première fois qu’en tant que lectrice assidue je vous écris pour vous faire part de ma désolation de ne plus trouver en dernière page le billet de Robert Solé ». (Maurus, « Adieux », le 14/11/2011)

27Bref, l’acte d’écriture des lecteurs n’est jamais neutre, ce qui est encore plus évident dans tous les nombreux extraits, où ils contestent (18 fois), reprochent (29), s’agacent (10), regrettent (16) ou se plaignent (13) avec les médiateurs :

Certains de nos lecteurs estiment que cette tentative de traduction, non signalée comme telle, prête à confusion, et d’autres en concluent que Le Monde reprend à son compte des sentiments qui furent ceux des témoins et victimes potentielles du drame. Les premiers nous opposent la distance qui aurait dû être mise entre l’authenticité du témoignage et sa relation, les seconds nous reprochent d’occulter l’horreur de la tragédie. (Laurens, « Objections reçues » le 23/01/1996)

Ajoutons-y mysoginie (au lieu de misogynie), réthorique (au lieu de rhétorique), relai (au lieu de relais), cahotique (au lieu de chaotique) ou encore, au chapitre des mots anglais, dont de nombreux lecteurs regrettent l’abus, looser (au lieu de loser). (Ferenczi, « Le respect de l’orthographe », le 06/01/1997)

Mais voilà que d’autres lecteurs soulèvent une question plus troublante : ils contestent d’un ton péremptoire la manière dont Le Monde a présenté la célèbre apostrophe de Cicéron. L’un d’eux, qui habite Meylan (Isère) et signe « ancien élève de sixième », s’indigne : « Le latin aurait besoin d’être défendu, surtout contre votre journaliste, qui aurait dû écrire “patientiam nostram”, ces deux mots voulant l’accusatif. » (Solé, « Errare humanum est... », le 23/02/2004)

La liste de nos « dévergondages grammaticaux et lexicaux », comme l’écrit Christine Roux (courriel), est longue. Ils agacent les lecteurs aussi sûrement que les erreurs ou les gaffes (nous éviterons ici le mot « bourde », désormais chargé politiquement). (Maurus, « Dévergondages », le 05/03/2007)

28Même si plus rarement, l’acte d’écriture peut être aussi saisi par le biais de substantifs trahissant les tons avec lesquels les courriers ont été rédigés, ce qui, à l’occasion, permet au médiateur d’établir par-là même une sorte de hiérarchie des remarques reçues :

Au-delà des contestations sur le vocabulaire employé (l’adjectif morganatique étant réservé à la monarchie et l’expression fille adultérine étant distinguée de fille naturelle) et des indignations relevant de la morale personnelle, ce sont les critiques sur notre conception du journalisme qui retiennent notre attention. (Laurens, « Vie publique, vie privée », le 19/11/1994)

29Qu’il s’agisse d’en mettre en évidence l’état d’âme des lecteurs ou l’esprit avec lequel ils se sont adressés au journal, les médiateurs aiment caractériser les propos sélectionnés des lecteurs dans leurs rubriques. Le médiateur représente les dires des lecteurs, les cite, les commente, les rapporte en discours indirect et, au cas échéant, les reformule : la combinaison de ces stratégies, où le discours d’escorte s’insère volontiers dans les mots cités ou représentés, donne l’impression d’une apparente coénonciation, où les dires des uns supportent les dires des autres, voire ils s’y confondent :

Ainsi Xavier Darcos, qui fut professeur de khâgne au lycée Louis-le-Grand avant d’être nommé directeur du cabinet de François Bayrou puis conseiller auprès d’Alain Juppé, attire-t-il notre attention sur la façon dont est orthographié, dans un placard publicitaire du Monde du 17 décembre, le titre du film de Sandrine Veysset, prix Louis-Delluc 1996, Y aura-t-il de la neige à Noël ? On peut lire : Y’aura t’il de la neige à Noël ?

Passons sur la première apostrophe, après le y, que notre correspondant ne commente pas. La seconde, après le t, lui inspire les remarques suivantes : « On confond visiblement un signe euphonique intervocalique (du type “viendra-t-il ?”) et un pronom personnel (“te”, avec l’élision finale du -e, du type : “je t’aime”). Malgré les apparences, ce n’est pas un détail. Tout est là : on mélange la chose, une quasi-inanité sonore, et la personne, qui est tout. Dira-t-on bientôt : “je-t-aime” ? »

Le coupable, en l’occurrence, n’est pas la rédaction du Monde, mais la faute est assez répandue pour qu’on la signale ici. D’autres erreurs proviennent de confusions de mots. N’était-il pas question dans un récent « Monde des livres » (celui du 27 décembre) d’une identité « vascillante » (au lieu de « vacillante »), sous l’influence probable de l’adjectif « oscillant » ? [...] (Ferenczi, « Le respect de l’orthographe », 06/01/1997)

30Ce long extrait est représentatif de la façon dont les propos des lecteurs sont mis en discours dans ces rubriques : brève présentation légitimant le statut du lecteur (carrières dans l’éducation nationale et en politique) et « mise en contexte » du courrier reçu ; discours rapporté portant sur la faute épinglée (dans ce cas, l’apostrophe) ; clôture du médiateur justifiant le journal et insistant à nouveau sur les propos rapportés. Or, si dans le deuxième paragraphe, les mots rapportés, cités entre guillemets, sont bien identifiables, dans la clôture il est plus difficile de trancher sur l’origine de la source énonciative. Le passage du régime énonciatif du nous à valeur inclusive des premières lignes (Passons sur…, notre correspondant) au pronom on (on la signale ici), montre la prise en charge progressive de la part du médiateur non seulement du PDV du lecteur, mais aussi des propos rapportés, dont les limites apparaissent plus floues. Dans ce cas, on apparait de difficile interprétation : à la suite de Rabatel (2001 : 32), selon qui « sa [du pronom on] valeur de base, indéfinie, n’est jamais totalement supprimée », il semble que le médiateur adopte un PDV surplombant, englobant tant le lecteur que le médiateur, voire une communauté indéfinie de locuteurs/lecteurs du Monde. Dans le même ordre d’idées, l’interrogation générique finale participe de la construction discursive d’un régime énonciatif généralisant par le recours au désembrayage énonciatif, qui favorise l’identification du lectorat dans les dires relatés et qui permet d’inscrire en discours un PDV présumé partagé par tous.

4. Construction d’une communauté de bons locuteurs

31La légitimation des discours sur la langue dans ces rubriques passe aussi à travers la construction en discours d’une communauté de valeurs et d’émotions censées être partagées par l’ensemble des locuteurs. En effet, les médiateurs n’hésitent pas à inscrire en discours l’expression de l’implication émotive à travers un large éventail de stratégies discursives permettant d’afficher les émotions caractérisant les réactions des lecteurs tout comme les « fautes » dont ils seraient les témoins. C’est du moins ce qui arrive bien souvent dans un bon nombre de rubriques dont les titres « Sottisier », « Bêtisier », « Tics en toc » montrent bien jusqu’à quel point la traque aux fautes et le plaisir de la bonne langue se conjuguent volontiers et renvoient à un idéal plutôt puriste de la langue : « coquilles », « tics », « fautes » et « erreurs » épinglés par les scripteurs dans le Monde sont ainsi listés par les médiateurs, tantôt pour s’en excuser, tantôt pour les justifier. Choc, indignation, horreur des lecteurs face aux « fautes » etc. sont ainsi inscrits volontiers en discours de manière quelque peu stéréotypée (Doury 2010), voire ritualisée et constituent un topos de ces rubriques :

Où travaillez-vous ? « Je travaille sur Paris. » Cette formulation détestable a fait son entrée dans les colonnes du Monde, comme n’ont pas manqué de le remarquer plusieurs lecteurs. […] Un peu moins grave, mais tout aussi agaçante, est la préposition depuis, employée pour de. Est-il vraiment nécessaire de « téléphoner depuis Bruxelles » ou de lancer une fusée « depuis Cap Canaveral » ? […]. Après l’école citoyenne, la télévision citoyenne, l’entreprise citoyenne, la nation et même la mondialisation citoyennes, où va s’arrêter notre malheureux vocabulaire citoyen ? […] Attention cependant à un autre anglicisme, plus contestable, parce que trompeur. Celui-là vient des stades et du petit écran, comme le remarque un lecteur de Rodez, Bernard Frobert : « Alors que l’utilisation tout à fait abusive de l’expression “tout à fait” commence enfin à passer de mode, voilà que des sportifs ou des téléspectateurs ayant pris part à des jeux télévisés se plaisent à remercier non pas ceux qui les ont “soutenus” ou “appuyés”, mais “supportés”... C’est insupportable ! » […] Plusieurs lecteurs notent l’inflation de certains verbes à la mode, comme décliner. C’est fou ce qu’on décline de choses dans le journal ! […]. Il devient urgent de réfléchir aux effets déplorables des constructions fautives sur le journal (et non aux effets déplorables sur le journal des constructions fautives). (Solé, « Tics en toc », le 10/01/2000)

Quant à l’insupportable « se crasher », qui figure malheureusement dans la nouvelle édition du Petit Robert, lequel avait été devancé par le Petit Larousse, il n’apporte rien de plus que s’écraser. À force de succomber aux anglicismes, on en arrive à des aberrations. (Solé, « Crash », le 11/09/2000)

32Les émotions des lecteurs ponctuent le texte et marquent la progression thématique d’un tic à… un toc, souvent en début de rubrique ou de paragraphe et, par là-même, justifient le passage d’un sujet à l’autre. L’émotion est souvent associée à son « objet déclencheur », à savoir un mot mal choisi, une expression fautive, etc. : une formulation peut donc être détestable, une préposition agaçante, un anglicisme insupportable. Dès lors, l’émotion ne relève plus d’un état d’âme individuel : elle est présentée comme une propriété intrinsèque à l’objet et, par là, objective et évidente. Cela justifie par ailleurs la présence de jugements de valeur énoncés de manière plutôt péremptoire, comme c’est le cas d’insupportable introduit par c’est : le présentatif crée un effet d’évidence notable (Rabatel 2000), qui repose essentiellement sur le présumé caractère partagé du jugement ainsi exprimé. L’on assiste à la création en discours d’une dimension généralisante, témoignant d’une communion de valeurs et d’émotions autour de la langue française et cela arrive aussi lorsque les médiateurs attribuent des émotions aux lecteurs. Elles peuvent être assumées aussi par le médiateur, voire par un plus indéfini on :

Juifs de France, expression « simpliste » ? Maladroite peut-être. Malheureuse sûrement. Elle réveille révèle manifestement des douleurs anciennes. Estelle pour autant « injurieuse », comme le dit Mme Cohen-Solal ? […] On peut certes avec elle regretter « le temps où, en mai 68, tellement sûrs de la force de notre communauté nationale, nous pouvions crier, ensemble : “Nous sommes tous des juifs allemands” ! »

33ou bien, elles peuvent faire l’objet d’une justification explicite (« avec raison ») accompagnée d’une mitigation des ressentis, par le recours à l’humour :

Un peu perplexe, M. Truchot a consulté le Robert Collins du management, que chacun possède évidemment dans sa bibliothèque, pour comprendre que l’opération susnommée était la reprise d’une entreprise par ses salariés. Trop simple, sans doute, pour être dit ainsi... « S’il vous plaît, demande cet universitaire, parlez et écrivez la langue des gens. » Certains néologismes sont pleins de saveur et mériteraient de figurer tôt ou tard dans le dictionnaire. D’autres énervent avec raison des lecteurs qui réclament un journal en français. […]. (Solé, « Je débogue, tu débogues... », le 25/03/2002)

34C’est bien l’humour qui, fonctionnant à l’instar de clins d’œil aux lecteurs, permet au médiateur de créer un effet de connivence avec les lecteurs et de nuancer leurs propos :

Une abonnée d’Evry (Essonne), Sarah Szmuklerz, frôle la crise de nerfs chaque fois qu’un verbe est mal accordé. Ses lettres sont de longues plaintes […]. Cette fidèle lectrice intervient aussi auprès du grand magasin d’Evry qui a la chance de la compter parmi ses clientes. Elle signale les fautes d’orthographe sur les écriteaux, et les employés en tiennent compte : […] C’est ainsi que, l’été dernier, à la suite de l’article de Luc Rosenzweig sur les autruches, Mme Szmuklerz a réclamé de l’autruche à son grand magasin. Elle l’a obtenue, mais la viande est, paraît-il, décevante... Ne nous égarons pas. Nous parlions du subjonctif... (Solé, « À la diable », le 31/05/1999)

De temps en temps, des lecteurs écrivent au site interactif lemonde.fr pour s’étonner des titres adoptés par ses rubriques : desk, chat, check-list, newsletter...[…]. Des lecteurs anglophones sont parfois impitoyables. « Je n’en peux plus de constater le mauvais usage général, en France, du mot anglais « loser », nous écrit Liz Stirling (courriel) […]. Les dictionnaires français ont bien adopté « loser », et Le Monde aurait dû le savoir. Mais, au risque de fâcher de nouveau Mme Stirling, je dois lui signaler que le Petit Robert donne aussi la deuxième écriture. « Loser » ou « looser » ? Le plus simple serait encore d’écrire « perdant ». Tout le monde y gagnerait. (Solé, « My tailor is poor », le 24/05/2004)

35Jeux de mots, détournements d’expressions figées, calembours sont fréquemment utilisés par les médiateurs dans les clôtures de leurs textes : ils permettent aux scripteurs de rappeler la légitimité des propos et des émotions de leurs lecteurs tout en les mitigeant et en créant une certaine complicité avec eux. Dans le but d’atténuer les ressentis de leurs lecteurs, les médiateurs peuvent aussi adopter une posture de surénonciation avec l’adoption d’un point de vue impersonnel, à partir duquel ils énoncent des ON-perceptions (Rabatel 2005)

De nombreux correspondants en effet, souvent membres d’association de défense de la langue française, épluchent avec soin nos articles et nous font part, tantôt de leur surprise attristée, tantôt de leur véhémente indignation, devant les erreurs que la précipitation de l’édition quotidienne ne permet pas de corriger en temps utile. CHAQUE jour, ou presque, des lecteurs nous indiquent avoir repéré dans les colonnes du Monde des fautes d’orthographe qui suscitent chez eux des accès de colère. Il est vrai que trop d’erreurs et de négligences parsèment encore nos phrases. La vigilance de nos correcteurs, sous la direction de Jean Pierre Colignon, épargne à nos lecteurs une bonne quantité de bourdes, mais nos délais de fabrication, de plus en plus courts, leur interdisent d’intervenir sur les articles envoyés tardivement à la composition. (Ferenczi, « Le respect de l’orthographe », 06/01/1997)

36Dans ce dernier extrait, le médiateur adopte un point de vue surplombant par le biais d’un constat impersonnel à visée généralisante (« Il est vrai que trop d’erreurs et de négligences parsèment encore nos phrases »). Après les surprises attristées, les véhémentes indignations et les accès de colère, il inscrit donc en discours une vision plus modérée, qui atténue les réactions émotives tout en reconnaissant le bien-fondé sur lequel elles reposent. De manière générale, ces procédés témoignent bien de la construction en discours d’une communauté émotionnelle, fondée sur des ressentis ayant une forte composante cognitive (comme c’est le cas du choc, de l’indignation) et sur des valeurs présentées comme partagées et partageables par une communauté indéfinie de bons locuteurs. Les émotions et les valeurs ainsi énoncées contribuent donc à la légitimation des dires des lecteurs tout comme des médiateurs, ces deux instances partageant les mêmes représentations et croyances sur la langue.

37Le partage des mêmes représentations est montré également par la présence de certaines isotopies métaphoriques caractérisant une bonne partie de ces textes. Véritables « organisateurs textuel-cognitifs » (Paveau 2006 : 196), les métaphores favorisent en effet dans ces rubriques la création d’un espace discursif fondé sur des savoirs et des croyances sur la langue française partagées tant par les médiateurs que par les lecteurs. À côté de l’isotopie guerrière et de la personnification de la langue, typiques des discours métalinguistiques ordinaires en France (Paveau et Rosier 2008), sous la plume des médiateurs la traque aux fautes de leurs lecteurs devient volontiers une religion :

LES CHIFFRES, les détails, les titres : c’est par là que la presse, Le Monde compris, pèche le plus. Nos lecteurs nous le font assez savoir ! Le souci de la précision, la religion de l’exactitude, ne sont pas les premières vertus de la tradition journalistique française. (Laurens, « Question de maîtrise », le 26/06/1995)

Pourquoi ne rectifie-t-on jamais les anachronismes, les fautes d’orthographe, de syntaxe ou de style ?, demande une lectrice d’Evry (Essonne), Sarah Szmuklerz ? Ces péchés-là peuvent paraître véniels. Ils ne le sont jamais, Le Monde ayant l’ambition d’être écrit en français. (Solé, le 02/11/1998)

38Si dans le premier extrait, le conflit conceptuel se réalise à travers un foyer métaphorique prédicatif (pèche), dans le second le foyer est nominal (péchés). Cela montre la force projective du conflit conceptuel résidant à la base de la relation in absentia entre sujet subsidiaire (les péchés) et sujet primaire (les fautes) sur tous les segments de discours et, par là même, le caractère évident et partagé de l’assimilation du respect de la langue à une véritable religion. Les médiateurs peuvent aussi reprendre et réactiver dans le discours d’escorte les isotopies inscrites dans les mots des lecteurs :

SON premier courriel a été envoyé le 24 août, en plein été. « Chers amis du Monde, voici quelques approximations pêchées dans le journal ces derniers jours... » Suivait un relevé de phrases mal écrites, alourdies de mots inutiles ou employés de travers : « assigner » au lieu d’« affecter », « à la lisière » au lieu d’« à la frontière »... Alain Mayor, lecteur d’Asnières (Hauts-de-Seine), concluait : « J’arrête pour aujourd’hui et retourne à ma vie normale. » Ce n’était pas un adieu, mais un au revoir. Ayant accusé réception de cette petite pêche, j’ai eu droit par la suite à plusieurs casiers remplis de poissons.

39La traque aux fautes devient alors, sous la plume de Solé, une pêche, les fautes, des poissons à ranger dans les casiers, et ainsi de suite. La métaphore apparait dès lors suffisamment installée pour qu’elle puisse se diffuser sur différents segments de discours et contribuer par là à relayer un discours sur la langue plutôt normatif, voire puriste, dans lequel le lectorat puisse se reconnaître.

En guise de conclusion

40Le discours sur la langue française tel qu’il ressort de la rubrique L’avis du médiateur apparait s’insérer plutôt bien dans le discours linguistico-normatif qui puise ses origines dans la tradition des remarqueurs et des manuels de savoir-vivre et de savoir-parler français et francophones. Néanmoins, le souci pour la langue et, notamment, pour certains choix lexicaux, semble répondre plus à des enjeux extralinguistiques qu’à la préoccupation de bien causer français : les lecteurs mènent de véritables analyses « profanes » du discours des médias, qui ne sont pas toujours dépourvues d’une certaine pertinence. Par ces analyses, ils prétendent démasquer des idéologies sous-jacentes à l’emploi de certains mots ou expressions traqués dans les pages du journal, dans le métro, à la télé, etc. et par là même ils dénoncent certaines dérives des discours publics. Ce n’est donc pas seulement une certaine idée de la langue, ou plutôt de la bonne langue, qui se dessine au fil du discours : valeurs, émotions, remarques linguistiques ponctuelles et enjeux extralinguistiques s’entrecroisent sans qu’il soit toujours possible de trancher entre les uns et les autres. Les émotions et les valeurs ainsi véhiculées participent en effet de la construction en discours d’une communauté partageant non seulement un certain gout pour la belle langue, mais aussi une certaine vision du monde et de la société. L’autorité vient aux médiateurs de leurs lecteurs, du moins sous la plume des… médiateurs : le recours stratégique aux procédés de sur- co- et sous-énonciation et à des formes hybrides de discours rapporté, permet aux médiateurs d’orchestrer un discours qui se veut commun et partageable par l’ensemble de son lectorat, où mots d’esprit, humour et isotopies métaphoriques se conjuguent dans la création discursive d’une communauté de valeurs autour de la langue.

Bibliographie

Bibliographie

Berrendonner (A.), L’éternel grammairien : étude du discours normatif, Berne/Frankfort, Peter Lang, 1982.

Branca-Rosoff (S.), Marinelli (C.), « Faire entendre sa voix : le courrier des lecteurs dans les trois quotidiens marseillais », Mots, 40 (1994), p. 7-24.

Boltanski (L.), Bourdieu (P.), « Le fétichisme de la langue », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1-4 (1975), p. 2-32.

Cellard (J.), « Les chroniques de langage », in La norme linguistique. Textes colligés et présentés, sous la direction de Bedard (E.), Maurais (J.), 1983, Québec, Paris, Gouvernement du Québec, Conseil de la langue française, Le Robert, p. 651-666.

Doury (M.), « “Un cimetière et des avions” : argumentation et valeurs dans les courriers des lecteurs d’un journal local », Argumentation et analyse du discours, 5 (2010), en ligne, http://aad.revues.org/1003, consulté le 30/11/2018.

Fiala (P.), Ebel (M.), Langages xénophobes et consensus national en Suisse (1960-1980) : discours institutionnels et langage quotidien ; la médiatisation des conflits, Neuchâtel, Université de Neuchâtel, Faculté des lettres, 1983.

Gary-Prieur (M.-N.), Les déterminants du français, Paris, Ophrys, 2011.

HEIDEN (S.), Magué (J-P), PINCEMIN (B.), « TXM : une plateforme logicielle open-source pour la textometrie – conception et développement », in Proc. of 10th International Conference on the Statistical Analysis of Textual Data - JADT 2010, sous la direction de Bolasco (S.), vol. 2, Roma, Edizioni Universitarie di Lettere Economia Diritto, 2010, p. 1021-1032.

Hubé (N.), « Le courrier des lecteurs : une parole journalistique profane ? », Mots : les langages du politique, 87 (2008), en ligne, http://mots.revues.org/12572, consulté le 06/12/2018.

Paveau (M.-A.), Rosier (L.), La langue française. Passions et polémiques, Paris, Vuibert, 2008.

Pottier (B.), « Autour de “nous” », in Les facettes du dire. Hommage à Oswald Ducrot, sous la direction de Carel (M.), Paris, Kimé, 2002, p. 237-240.

Quemada (B.), Bibliographie des Chroniques de langage publiées dans la presse française, vol. I : (1950-1965), vol. II : (1966-1970), Paris, Didier, 1970-1972.

Rabatel (A.), « Effacement énonciatif et argumentation indirecte. “On-perceptions”, “onreprésentations” et “on-vérités” dans les points de vue stéréotypés », in Signes, langues et cognition, sous la direction de Raccah (P.-Y.), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 85-116.

Rabatel (A.), « Valeurs représentative et énonciative du “présentatif” c’est et marquage du point de vue », Langue française, 128 (2000), p. 52-73.

Rabatel (A.), « La valeur de “on” pronom indéfini/pronom personnel dans les perceptions représentées », L’Information Grammaticale, 88 (2001), p. 28-32.

Remysen (W.), « L’application du modèle de l’imaginaire linguistique à des corpus écrits : le cas des chroniques de langage dans la presse québécoise », Langage et société, 135 (2011), p. 47-65.

Rosier (L.), « La circulation des discours à la lumière de “l’effacement énonciatif” : l’exemple du discours puriste sur la langue », Langages, 156 (2004), p. 65-78.

Silverstein (M.), « The limits of awareness », in Linguistic Anthropology : a reader, sous la direction de Duranti (A.), London, Blackwell, 1981, p. 382-401.

Solé (R.), « Le médiateur au Monde », Les Cahiers du journalisme, 6 (1999), p. 33-34.

Notes

1 http://textometrie.ens-lyon.fr/?lang=fr

2 Je me suis limité aux cinq premiers items puisque dans la suite on retrouve des mots-outils et les premiers items lexicaux suivants se situent au-dessous du seuil de 100 occurrences, à l’exception de quelques verbes, ce qui ne semble pas trop significatif sur un corpus de 111032 mots.

3 Je souligne dans tous les extraits.

Auteur

Università di Genova

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search