Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Deuxième partie. Ouvrages de référence : les dictionnaires et grammaires

La classe de l’adverbe ou le fantôme des circonstances

Sophie Piron

Texte intégral

Introduction

1« Classe poubelle » (Chervel 1977 : 251), « classe fourre-tout » (Garde 1983 : 3), « catégorie fourre-tout » (Guimier 1996 : 1), l’adverbe est la cible de critiques depuis longtemps maintenant (Togeby 1965 ; Moignet 1974 ; Feuillet 1988 ; etc.).

Il semble que l’on ait mis dans les grammaires sous la rubrique « adverbe » tous les mots dont on ne savait que faire. La liste n’est jamais close et on n’en donne pas de définition intégrante. (Pottier 1962 : 53, cité par Wilmet 2010 : 340)

En grammaire traditionnelle, les adverbes constituent une classe très hétérogène ; et il est probable qu’aucune théorie syntaxique générale ne réunirait dans la même classe syntaxique toutes les formes qui sont traditionnellement étiquetées « adverbes ». (Lyons 1970 : 249)

In the litterature of generative grammar, perhaps the least studied and most maligned part of speech has been the adverb. (Jackendoff 1972 : 47)

Quels que soient les semblants de définitions qui en sont donnés a posteriori, dans la pratique cette catégorie n’est guère mieux qu’un fourre-tout où vont s’entasser pêle-mêle toutes les formes dont on ne sait trop dans quelle autre classe on pourrait bien les ranger. (Creissels 1988 : 207)

Bref, les classements à base sémantique, tout en reflétant une intuition certaine du locuteur, regroupent parfois des éléments peu homogènes. (Blumenthal 1990 : 41)

There is some confusion between the concept of “adverb” as a lexical category (on a par with noun, verb, adjective, etc.) and the use of “adverbial” to denote a relational category more or less equivalent to ‘modifier’ [...]. (Jones 1996 : 336)

Les adverbes forment une catégorie considérée résiduelle où l’on range traditionnellement les termes invariables qui ne sont ni des prépositions, ni des conjonctions, ni des interjections. (Riegel et al. 2018 : 646)

2Face à ce problème, les linguistes adoptent deux attitudes. La première consiste à ne pas remettre en question la catégorisation traditionnelle et à proposer un classement englobant des unités habituellement catégorisées comme adverbes (notamment, Melis 1983) ou à se concentrer sur une portion seulement de la liste des adverbes (par exemple, Pinchon 1969 ; Borillo 1976 ; Molinier et Levrier 2000). La seconde attitude refuse le statuquo et propose de renouveler la définition. C’est le choix opéré par Cervoni (1990) ou Wilmet (2010). Cela dit, les nouvelles définitions semblent souvent (mais il faut admettre que ce n’est pas toujours clair) légitimer et conforter la liste classique des adverbes, voire englober de nouvelles entités (Gross 1986). Entre ces deux voies, d’aucuns soulignent que certains adverbes mériteraient d’être reclassés ailleurs (par exemple, Jones 1996). Somme toute, comme le souligne Lagarde (1988 : 103) à propos des parties du discours, « Malgré des déclarations fracassantes sur le peu de valeur scientifique de la partition traditionnelle, la pratique dominante consiste donc à la conserver. »

3L’étude que nous proposons compare les définitions de l’adverbe dans un corpus de grammaires récentes, essentiellement d’orientation moderne. Elle souligne ensuite les incohérences qui en ressortent. L’objectif est de montrer que persistent, en filigrane, trois piliers de la grammaire traditionnelle issus du domaine de la complémentation verbale : la notion d’objet, celle de qualification et celle de circonstances. Ces trois piliers de l’analyse syntaxique ont leurs pendants catégoriels. Le nom et le pronom occupent la zone réservée à la notion d’objet, l’adjectif relève de la qualification et l’adverbe se range du côté des circonstances. En pointant ainsi ce que nous considérons comme la source du problème, il devient possible de clarifier la catégorie de l’adverbe et d’expurger la liste traditionnelle de mots classés comme adverbes.

1. Les définitions de l’adverbe

4La présente section repose sur un corpus de 40 grammaires qui forment une bonne partie du marché grammatical francophone contemporain. Il s’agissait de construire un corpus représentatif des idées qui circulent actuellement à propos de l’adverbe, et donc d’avoir des ouvrages aux objectifs parfois très variés. Certains présentent un profil linguistique ; d’autres, un profil scolaire. Nous avons toutefois essentiellement sélectionné des publications qui s’inscrivaient en grammaire dite moderne. À ce titre, ces ouvrages optent, en principe, pour des définitions des classes de mots qui ne sont plus notionnelles – c’était le choix de la grammaire traditionnelle pour définir les parties du discours – au profit de définitions qui prennent en compte la syntaxe au premier chef, mais qui font aussi intervenir la morphologie et la morphosyntaxe. Par ailleurs, les fonctions liées au verbe ne sont plus envisagées en termes sémantico-logiques, mais en principe sur des bases syntaxiques de dépendance.

5Au sein de ce corpus, certaines grammaires n’hésitent pas à dresser un constat d’impuissance face à l’adverbe à cause des éléments très hétérogènes qui en constituent la classe.

L’adverbe est une classe difficile à définir, car il existe en fait plusieurs sortes d’adverbes qui n’ont pas de réels points communs, si ce n’est leur invariabilité. (Clamageran et al. 2011 : 54)

Les adverbes forment une classe de mots nombreuse, difficile à définir. À part la série avec le suffixe -ment, facile à identifier, on trouve des formes très disparates. (Cellier et al. 2010 : 129)

En dépit d’une apparente unité formelle – l’adverbe est un mot invariable – cette catégorie grammaticale se révèle à l’examen assez peu homogène, intégrant des mots d’origine et de fonctionnement différents. (Denis et Sancier-Chateau 1997 : 19)

La catégorie traditionnelle de l’adverbe groupe en réalité des mots qui n’ont de commun que l’invariabilité (encore y a-t-il un adverbe variable : tout) […]. (Dubois et al. 2002 : 20a)

6Les critères de définition rencontrés sont l’invariabilité, le caractère facultatif, la combinatoire syntaxique (éléments adjacents et autonomie) et le sens. Au rang de ces critères, celui de l’invariabilité de l’adverbe est systématiquement présent dans les grammaires du corpus, parfois d’entrée de jeu, parfois comme un élément supplémentaire précisé en cours de définition. La notion d’invariabilité n’est habituellement pas explicitée. On relève une précision dans une grammaire scolaire : l’adverbe appartient à une classe invariable, c’est-à-dire qui n’a ni genre, ni nombre, ni personne (Laporte et Rochon 2011).

L’adverbe est un mot invariable qui est apte à servir de complément à un verbe, à un adjectif, à un autre adverbe […]. (Grevisse et Goosse 2016 : § 954)

7Le caractère facultatif apparait dans un peu plus d’un quart des grammaires du corpus, qui signalent que l’adverbe est souvent facultatif. Il s’agit majoritairement de grammaires scolaires (qui peuvent être très catégoriques à ce sujet) et exceptionnellement de grammaires linguistiques (Riegel et al. 2018 ; Denis et Sancier-Chateau 1997 ; Aslanides 2001).

Le GAdv peut toujours être supprimé. (Lecavalier 2013 : 25)

Il [le modificateur] peut toujours être supprimé. Le modificateur peut être un GAdv […], un GPrép […], une Psub […]. (Lefrançois 2017 : 258)

Il entre dans la phrase dont il est l’un des constituants – plus ou moins nécessaire […]. (Denis et Sancier-Chateau 1997 : 23)

  • 1 Cet élément de combinatoire et les problèmes qu’il engendre trouvent leur origine dans l’histoire d (...)

8La combinatoire syntaxique de l’adverbe repose, d’une part, sur les éléments se rapportant à lui, d’autre part, sur les éléments auxquels lui-même se rapporte. Les grammaires ne s’entendent pas toutes sur la capacité de l’adverbe à pouvoir régir un complément1. Le corpus présente une première tendance, qui consiste à décrire cette classe de mots comme n’autorisant pas la présence d’un complément, ce qui est parfois nommé intransitivité (Arrivé et al. 2005 ; Denis et Sancier-Chateau 1997 ; Maingueneau 1999 et 2007 ; Gobbe et Tordoir 2005 ; Pellat et Fonvielle 2016 ; Narjoux 2018). L’adverbe est alors souvent mis en opposition avec la préposition. Le passage d’une classe à l’autre se produit selon la présence ou l’absence d’une expansion à droite. Les exemples les plus souvent cités sont devant, derrière, avant et après.

Contrairement à la préposition, l’adverbe ne peut pas avoir d’expansion à sa droite. Par conséquent, le GAdv est très souvent réduit à son seul noyau. Mes amis lisent beaucoup. (Chartrand et al. 1999 : 224)

À la différence de la préposition, avec laquelle il partage le critère d’invariabilité, l’adverbe ne peut introduire de complément. C’est précisément ce critère qui fonde la distinction entre la préposition et l’adverbe, même en cas de formes semblables. On distinguera ainsi un adverbe dans l’exemple Passe devant ! et une préposition dans la phrase suivante : Il marche devant elle. (Denis et Sancier-Chateau 1997 : 20)

9L’autre tendance, nettement moins représentée (un quart du corpus), consiste à définir l’adverbe comme un mot qui autorise la présence d’un complément : Le Goffic 1993 ; Genevay 1994 ; Éluerd 2008 ; Bonenfant 2008 ; Dubois et Lagane 2009 ; Cellier et al. 2010 ; Kostzrewa 2011 ; Laporte et Rochon 2011 ; Riegel et al. 2018 ; Boivin et Pinsonneault 2019. Les compléments de l’adverbe cités dans le corpus se répartissent en deux structures, bien que ce ne soit pas toujours clair dans les ouvrages consultés : complément prépositionnel (conformément à, indépendamment de, malheureusement pour, etc., mais aussi parfois assez de, suffisamment de, loin de, près de, etc.) et complément phrastique (en particulier, heureusement que et peut-être que). Les constructions envisagées comportent des expansions à droite de l’adverbe. Rares sont les ouvrages qui précisent que l’adverbe peut avoir une expansion à sa gauche (qu’ils présentent l’adverbe comme intransitif ou non), spécifiquement un autre adverbe. Celui-ci sera analysé tantôt comme un complément (par exemple, Cherdon 2005 ; Gobbe et Tordoir 2005 ; Grevisse et Goosse 1995), tantôt comme un modificateur (entre autres, Genevay 1994 ; Chartrand et al. 1999 ; Laporte et Rochon 2011), voire un mot qui en modifie un autre (notamment Arrivé et al. 2005 ; Laurent et Delaunay 2012 ; Pellat et Fonvielle 2016). À ce titre, l’adverbe peut être également présenté de manière sémantique comme une « mise en degré » (Gobbe et Tordoir 2005 : 363) ou comme un mot qui « renforce » un adjectif ou un adverbe (Laurent et Delaunay 2012 : 219).

  • 2 La notion de syntagme est définie très rapidement (§ 5, 4o) et n’est pas exploitée dans l’exposé de (...)

10Il est étonnant de constater à quel point la notion de syntagme, et plus particulièrement de syntagme adverbial, est absente de certaines grammaires (par exemple, Grevisse, Goosse 20162 ; Denis et Sancier-Chateau 1997 ou encore Gobbe et Tordoir 2005). C’est pourtant un acquis de longue date maintenant. Or plus de la moitié des grammaires du corpus ne précisent rien à propos de l’existence du syntagme adverbial et du fait que l’adverbe en constitue le noyau. Il arrive de trouver la notion de syntagme exploitée pour le nom et le verbe, et curieusement absente pour d’autres catégories de mots, en particulier l’adverbe (Aslanides 2001 ; Christensen et al. 2005 ; Wilmet 2010 ; Breckx 2012).

11Les définitions de l’adverbe prennent également en compte l’insertion de ce mot sur l’axe syntagmatique. L’adverbe est alors décrit comme un mot ne disposant pas d’autonomie et s’inscrivant, par conséquent, dans une relation avec un autre élément. Cette particularité est considérée comme capitale par la moitié du corpus, tandis que l’autre moitié tantôt ne dit rien à ce sujet, tantôt ne confère aucun caractère définitoire à cette relation : par exemple, l’adverbe a « la faculté d’accompagner un adjectif, un verbe, un autre adverbe, une phrase » (Cherdon 2005 : 119) ou est « apte à servir de complément » (Grevisse et Goosse 1995 : 313).

Trois critères permettent de reconnaître ou de définir la classe des adverbes : l’invariabilité […]. La dépendance […]. L’intransitivité […]. (Denis et Sancier-Chateau 1997 : 19-20)

12Les ouvrages du corpus envisagent différemment le type et la directionnalité de la relation dans laquelle s’inscrit l’adverbe : l’adverbe tantôt est dépendant d’un autre mot (c’est la formule la plus fréquente, et elle peut être assimilée à la notion de complément), tantôt le modifie (c’est la deuxième expression la plus utilisée), tantôt encore en est le complément ou le précise. Dans tous les cas, l’adverbe entre en relation avec autre chose, qui peut être un verbe (répondre poliment), un adjectif (très poli), un adverbe (très poliment) ou une phrase (franchement, il faudrait se dépêcher). Les grammaires signalent aussi que l’adverbe est en relation avec un déterminant (environ cinq personnes), une préposition (bien avant le départ) ou une conjonction de subordination (même lorsqu’il pleut).

13Finalement, le critère du sens intervient dans environ 60 % des grammaires du corpus sans que celles-ci confèrent pour autant à ce critère une place centrale. Elles proposent alors un classement sémantique en adverbes de lieu, de temps, de manière, etc. Cette option est majoritairement adoptée par des grammaires scolaires ou grand public (Bled 2007 ; Bonenfant 2008 ; De Villers 2009 ; Laporte et Rochon 2011 ; Pellat et Fonvielle 2016 ; Laurent et Delaunay 2012 ; etc.), qui pourront proposer une liste de sens uniquement dans la section consacrée aux propriétés sémantiques de l’adverbe (Gobbe et Tordoir 2005 ; Bosquart 1998 ; Chartrand 1999 ; etc.). À l’occasion, les grammaires présentent ce classement, tout en précisant qu’il s’agit là d’une concession à la tradition (Arrivé et al. 2005 ; Christophe 2013).

Ce classement ne présente guère d’intérêt. (Arrivé et al. 2005 : 49)

14Seules trois publications (Christensen et al. 2005 ; Maingueneau 2007 ; Gardes-Tamine 2015) font explicitement référence aux circonstances pour décrire les adverbes. Soit les adverbes sont dits présenter des valeurs circonstancielles du point de vue sémantique (Gardes-Tamine 2015), soit certains adverbes sont qualifiés de circonstanciels, en opposition à d’autres sous-classes, comme celle des adverbes de liaison (Christensen et al. 2005 ; Maingueneau 2007).

Adverbes circonstanciels […] qui indiquent dans quel cadre s’inscrit le procès exprimé par la phrase. (Maingueneau 2007 : 79)

2. Incohérences et difficultés dans les définitions de l’adverbe

2.1. L’invariabilité

15Les auteurs qui positionnent l’invariabilité au premier plan lorsqu’ils abordent les classes de mots confèrent – plus ou moins consciemment – une visée orthographique à la grammaire. Les ouvrages plus modernes et d’inspiration linguistique considèrent d’abord la distinction entre classes lexicales et classes grammaticales. Ce n’est qu’ensuite que s’opère la distinction entre classes variables et invariables.

  • 3 Nous laissons de côté le cas de l’adverbe tout, dont la variabilité a été mise en place par les gra (...)

16Si adverbe implique invariabilité3, certaines grammaires sautent trop rapidement à l’implication inverse : c’est l’invariabilité qui fait l’adverbe.

De très nombreux adverbes sont créés par « changement d’emploi » d’un adjectif suivant un verbe quand il ne s’accorde plus. (Arrivé et al. 2005 : 47)

17Or tout mot qui est invariable (et qui n’est clairement ni une préposition ni une conjonction) ne peut être catégorisé adverbe sans autre considération. D’autres critères de classement doivent converger vers cette analyse.

Il ne faut pas en conclure que toute forme invariable soit automatiquement de nature adverbiale. (Gross 2012 : 282)

L’adverbe […] doit sans doute à l’invariabilité une bonne part de sa fortune scolaire et sa propension annexionniste. De « l’adverbe est un mot invariable », les férus d’orthographe ont eu vite fait de tirer « ce mot invariable est un adverbe » […]. (Wilmet 2010 : 340)

18À cet égard, il faut souligner que la notion même d’invariabilité n’est pas toujours explicitée en grammaire (scolaire) moderne : au-delà de la forme unique quel que soit le contexte, c’est plus profondément l’absence de traits de personne, de genre et de nombre qui caractérise l’invariabilité. Une telle précision permet de distinguer un nom variable (c’est-à-dire possédant des traits de genre, de nombre et de personne) mais à orthographe fixe, comme temps, d’un adverbe invariable (c’est-à-dire dépourvu de traits de genre, de nombre et de personne), lui aussi à orthographe fixe, comme parfois. Ces deux concepts – orthographe fixe et invariabilité – sont trop souvent confondus. L’invariabilité, interprétée dans son sens traditionnel et orthographique, finit par englober des mots qui sont en situation d’accord neutralisé (s’arrêter net, chanter juste, etc.) et des unités lexicales fixes (ici, maintenant, ainsi, etc. ; à terre, à temps, à reculons, etc.).

2.2. Le sens

19Le fait que certaines grammaires finissent par regrouper les listes d’adverbes dans des classes sémantiques trouve son origine dans la tradition, mais perpétue surtout le lien avec la notion de circonstances et la fonction de complément circonstanciel. La fixité formelle (qu’elle soit orthographique ou lexicale) et le sens circonstanciel (lieu, temps, manière, etc.) jouent souvent en faveur du classement de mots en adverbes. Malheureusement, se retrouvent ainsi rassemblés dans une même classe syntaxique des mots ou des séquences de constitutions différentes, mais pouvant occuper la même fonction. Ainsi, les équivalences sémantique et fonctionnelle des groupes ci-dessous ne doivent pas mener à une analyse unique en syntagme adverbial et donc en adverbe. Les mots suivis d’un astérisque sont actuellement classés comme adverbes, avec toutefois des fluctuations d’analyse pour les séquences sous forme de groupes prépositionnels, notamment à terre et par terre.

(1) La police arrive maintenant* / à temps* / à midi / à 15 heures / mardi.
(2) Le clou est tombé ici* / à terre* / sur le sol / à côté de mon pied.
(3) Elle a marché ainsi* / calmement* / avec calme / à reculons* / à cloche-pied*.

2.3. Le caractère facultatif

20Ce critère de définition perd de son utilité dans la mesure où il n’est pas systématique et, surtout, n’est pas mis en relation avec des contextes spécifiques ou des listes d’adverbes. Rares sont les ouvrages qui relient le caractère obligatoire de l’adverbe à une fonction en particulier. Sinon, les grammaires font plutôt appel au sens, tout en laissant finalement une grande part de flou à propos de la nécessité de certains adverbes.

L’adverbe est obligatoire dans un seul cas : en fonction CI. Elle habite ici. *Elle habite ⃠ . (Clamageran et al. 2011 : 55)

Certains adverbes, indispensables au sens de la phrase, peuvent difficilement être supprimés. Il s’est comporté admirablement dans l’épreuve. La phrase Il s’est comporté dans l’épreuve a un sens incomplet. (Laurent et Delaunay 2012 : 217)

2.4. L’intransitivité

  • 4 On trouve plutôt que la préposition gouverne un autre mot, a un régime, permet de construire un com (...)

21Il est étonnant de constater la prégnance du terme intransitivité dans la description de l’adverbe. Les définitions opposent l’adverbe, intransitif, à la préposition, qui, en comparaison, est peu qualifiée de transitive4. Faut-il y voir une association presque mnémotechnique avec la fonction traditionnelle circonstancielle de l’adverbe et le caractère intransitif d’un verbe construit avec ce genre de complément ? Serait-ce là une façon de rassembler ces notions et de les cimenter ?

22Les ouvrages qui définissent l’adverbe comme intransitif aboutissent à une impasse, à notre avis, lorsqu’il leur faut analyser des séquences de deux adverbes telles que très bien. L’analyse proposée consiste souvent à signaler que très est le complément de bien, ce qui revient pourtant à dire que l’adverbe bien a un complément… Ce complément étant à gauche, faut-il déduire que l’adverbe « n’introduit pas de complément » ? Ce point de difficulté n’est jamais désamorcé dans le corpus, qui ne fournit aucune explication à cet égard.

L’adverbe n’a pas d’autonomie syntaxique, il a besoin d’un support auquel se rattacher. Dès lors, son statut est bien celui d’un complément de verbe […], d’adjectif […], d’adverbe […]. L’adverbe ne peut introduire de complément […]. (Denis et Sancier-Chateau 1997 : 20)

23Autre point d’accroc à l’égard de l’intransitivité : chez les auteurs qui insistent sur le changement de la préposition en adverbe (devant, derrière, avant, après, etc.) en situation d’intransitivité, seule la mémorisation d’une liste au demeurant non exhaustive permet de savoir si, en la présence d’un complément, l’adverbe doit être recatégorisé en préposition (derrière + complément comme dans derrière la maison, donc derrière est une préposition) ou demeurer dans son statut d’adverbe (conformément + complément comme dans conformément à vos attentes, donc conformément est un adverbe qui a un complément).

2.5. La dépendance

  • 5 « Cette fonction se retrouve dans tous les types de groupes. C’est un groupe ou une P qui vient ajo (...)

24L’adverbe est le plus souvent considéré dans un rapport de dépendance à un autre élément, ce qui amène beaucoup de grammaires à l’analyser comme un complément quand vient le temps de lui attribuer une fonction (Denis et Sancier-Chateau 1997 ; Gobbe et Tordoir 2005 ; Éluerd 2008 ; Dubois et Lagane 2009 ; Grevisse et Goosse 2016 ; etc.). Certains auteurs lui attribuent toutefois des fonctions diverses, mais engagent en même temps l’adverbe dans une zone fonctionnelle floue, par exemple Narjoux (2018) : complément (d’un verbe, d’un adjectif, etc.) dont la fonction est de modifier la relation de prédication (coûter cher, chanter joyeusement), mais aussi de procéder à un cadrage aspecto-temporel ou spatial (le lendemain, longtemps, ici, etc.) ou encore de modifier la relation d’un terme avec un autre (par exemple, toujours souriante). Autrement dit, la fonction de complément se double d’une autre fonction dont le statut – en suspens d’ailleurs – s’inscrit davantage en sémantique. Cette fonction qui consiste à modifier est bien implantée dans les grammaires traditionnelles, où elle est réservée aux adverbes portant sur un verbe ou un adjectif (Dubois et al. 2002). Elle est plutôt utilisée sous la forme X modifie Y, bien que l’on puisse aussi trouver le terme de modifieur à de rares occasions (par exemple, présent uniquement dans l’index chez Narjoux 2018). Sinon, les grammaires parlent de modification. Les grammaires québécoises se caractérisent par leur usage de la fonction de modificateur, en vigueur pour le groupe adverbial, mais pas exclusivement5.

25Parfois, signale entre autres Narjoux (2018), l’adverbe n’a pas de fonction : il précise des relations logiques (certes, pourtant, etc.) ou indique un type et une forme de phrase (comme…, ne… pas, etc.). C’est là, à notre avis, un problème non négligeable. Sans fonction, l’adverbe n’entre en relation avec aucun élément. Comment envisager alors la relation de dépendance, l’absence d’autonomie qui est censée le définir ? Plus problématique, l’adverbe peut être une phrase à lui seul (oui, non, etc.). Ce dernier comportement syntaxique contrevient davantage encore à la définition de dépendance donnée à l’adverbe.

3. Que trouve-t-on en filigrane dans la classe de l’adverbe ?

26Pour trouver ce qui transparait en filigrane dans la classe de l’adverbe et ce qui se cache derrière certains problèmes décelés dans les définitions contemporaines de cette catégorie syntaxique, il faut se pencher sur la définition traditionnelle de l’adverbe et les pans de grammaire où elle intervient. Pour ce faire, nous nous référons essentiellement à l’édition du Bon usage de 1961 et au Précis de 1957.

L’adverbe est un mot invariable que l’on joint à un verbe, à un adjectif ou à un autre adverbe, pour en modifier le sens. […] L’adverbe équivaut, dans bien des cas, à un complément de circonstance, qui précise la signification du mot auquel il est joint, en indiquant la manière, le temps, le lieu, etc. (Grevisse 1961 : § 821)

  • 6 Il faut également souligner que la terminologie a hésité au début du xixe siècle entre complément c (...)

27Cette définition associe l’adverbe à des notions sémantiques de circonstances et à une fonction précise, celle de complément circonstanciel6. Sans être présentée comme systématique, l’association sémantico-fonctionnelle ne propose pourtant aucune autre possibilité d’interprétation et d’analyse. D’ailleurs, la définition de l’adverbe trouve un écho très clair dans celle du complément circonstanciel.

Le complément circonstanciel est le mot qui complète l’idée du verbe en indiquant quelque précision extérieure à l’action (temps, lieu, cause, but, etc.). (Grevisse 1957 : § 55)

Le complément circonstanciel complète l’idée exprimée par le verbe en indiquant les conditions, les circonstances dans lesquelles se trouve le sujet ou s’accomplit l’action du sujet. (Grevisse 1961 : § 199)

28Ainsi définie, la paire adverbe (un mot de circonstances) / complément circonstanciel (une fonction de circonstances) s’oppose à la paire (pro) nom (un mot d’objet) / complément d’objet (une fonction d’objet), bien que ces liens ne soient pas rendus explicites dans les définitions.

Le nom ou substantif est le mot qui sert à désigner, à « nommer » les êtres animés et les choses ; parmi ces dernières, on range, en grammaire, non seulement les objets, mais encore les actions, les sentiments, les qualités, les phénomènes, etc. (Grevisse 1961 : § 235)

Le pronom est un mot qui, en général, représente un nom, un adjectif, une idée, une proposition. (Grevisse 1957, § 226 ; Grevisse 1961 : § 461)

Le complément d’objet est le mot ou groupe de mots qui se joint au verbe sans préposition pour en compléter le sens en marquant sur qui ou sur quoi porte l’action ; il désigne l’être ou la chose qui subit l’action du sujet. (Grevisse 1957 : § 48)

Le complément d’objet indirect est le mot ou groupe de mots qui se joint au verbe par une préposition pour en compléter le sens en marquant sur qui ou sur quoi porte l’action ; parfois il indique l’être à l’avantage ou au désavantage de qui l’action se fait. (Grevisse 1957 : § 51)

29Cette opposition objet (êtres, choses) / circonstances (temps, lieu, manière, etc.) se retrouve dans la répartition des mots interrogatifs. Qui ? Que ? Quoi ? Lequel ? sont des pronoms puisqu’ils représentent des êtres ou des choses tandis que où ? quand ? comment ? pourquoi ? et souvent combien ? sont des adverbes puisqu’ils représentent des circonstances. La frontière entre les deux classes de mots est capitale en grammaire traditionnelle puisque c’est sur elle que repose le critère de distinction entre le complément d’objet et le complément circonstanciel. Les questions sont d’ailleurs érigées en critères pour déterminer la fonction du complément du verbe.

Pour identifier le complément d’objet indirect, on peut, en consultant le sens, faire après le verbe l’une des questions… à qui ?... à quoi ?… de qui ?... de quoi ? etc. (Grevisse 1961 : § 192)

Pour identifier le complément circonstanciel, on fait, après le verbe, une des questions… où ?... quand ?... comment ?... pourquoi ?... combien ?... avec quoi ?... en quoi ?... par quoi ?... de combien ?... par où ? etc. (Grevisse 1961 : § 199)

30La présence des séquences prépositionnelles < avec, en, par + quoi > dans les questions circonstancielles trouve son origine dans l’évolution du complément indirect et sa différenciation du complément circonstanciel (Piron 2012, 2014, 2016a et 2016b). On soulignera d’ailleurs à cet égard que Le bon usage (2016) présente uniquement les compléments adverbiaux de lieu, de temps, de manière et de cause au moyen de questions usant des adverbes interrogatifs où, quand, comment et pourquoi. Les autres nuances adverbiales auxquelles Le bon usage se restreint désormais (mesure, opposition, but et condition) ne sont associées à aucun mot interrogatif. Toutefois, en amont des mots interrogatifs, la définition même du complément précise bien que « le complément adverbial est un complément qui est un adverbe ou qui peut être remplacé par un adverbe » (Grevisse et Goosse 2016 : § 310).

31L’opposition objet / circonstances fonde également une grande partie de la répartition des verbes en espèces. En grammaire traditionnelle, les verbes transitifs se construisent avec un complément d’objet et les intransitifs, sans complément d’objet. Dans certaines grammaires, il pourra être précisé que les seuls compléments autorisés par les verbes intransitifs sont des compléments circonstanciels.

Les verbes transitifs sont ceux qui expriment une action passant (latin transire, passer) du sujet sur une personne ou sur une chose ; ils appellent un complément d’objet […]. (Grevisse 1957 : § 286a)

Les verbes intransitifs sont ceux qui expriment une action ne passant pas du sujet sur une personne ou sur une chose ; ils n’appellent pas de complément d’objet […]. (Grevisse 1957 : § 286b)

32On le constate, tout est mis en place pour consolider l’opposition objet / circonstances. Ces deux catégories ontologiques forment deux piliers de la grammaire traditionnelle que la grammaire moderne a tenté de gommer. Malgré cela, l’adverbe s’oppose encore au pronom (critères de l’invariabilité et de l’effaçabilité), mais plus aussi nettement qu’auparavant. Désormais, les grammaires semblent davantage opposer l’adverbe, de façon explicite cette fois, à la préposition (critère de l’intransitivité) et à la conjonction (critère de la dépendance).

Certains adverbes, appelés adverbes de liaison, sont proches par le sens des conjonctions de coordination. […] L’adverbe, lui, se rapporte toujours au second des mots ou groupes de mots entre lesquels il établit une relation. Il peut, à la différence de la conjonction, se placer après ou à l’intérieur du groupe de mots qu’il détermine. (Christensen et al. 2005 : 56-57)

À la différence d’une conjonction ou d’une préposition, l’adverbe n’introduit aucun mot ou groupe de mots. (Laurent et Delaunay 2012 : 217)

[…] sont classés comme adverbes les mots invariables qui ne sont ni pourvus de régime (comme les prépositions), ni ligateurs (ou mot de liaison comme les conjonctions), ni mots autonomes exprimant l’affectivité (comme les interjections). (Narjoux 2018 : 389)

33L’invariabilité de l’adverbe s’inscrit dans ce conglomérat lié aux circonstances : complément circonstanciel, absence d’accord du participe passé, sémantique circonstancielle. Une troisième paire catégorie-fonction vient compléter le tableau des oppositions que nous avons déjà relevées – (pro) nom-objet / adverbe-circonstances – et consolider le système en place. Il s’agit de la paire adjectif-attribut. En grammaire traditionnelle, les adjectifs qualificatifs représentent la qualification tandis que les adjectifs non qualificatifs (ou déterminatifs) interviennent dans la détermination. Nous nous concentrerons sur les premiers parce qu’eux seuls peuvent occuper la fonction d’épithète, mais surtout celle d’attribut.

L’adjectif est un mot que l’on joint au nom pour le qualifier ou le déterminer […]. On distingue : a) les adjectifs qualificatifs ; b) les adjectifs non qualificatifs : numéraux, possessifs, démonstratifs, relatifs, interrogatifs, exclamatifs et indéfinis. […] L’adjectif qualificatif exprime une manière d’être, une qualité de l’être ou de l’objet désigné par le nom auquel il est joint. (Grevisse 1957 : § 152- 154)

34La fonction d’attribut découle de la définition de l’adjectif. Elle est donc intrinsèquement et préférentiellement liée à une classe de mots, comme le sont le complément d’objet et le complément circonstanciel. Cette fois par contre, la fonction est indissociable de l’accord : « L’attribut est par nature adjectival et s’accorde. » (Narjoux 2018 : 466)

L’attribut est le mot ou groupe de mots exprimant la qualité, la nature, l’état, qu’on rapporte, qu’on « attribue » au sujet ou au complément d’objet par l’intermédiaire d’un verbe. (Grevisse 1957 : § 58)

4. Propositions

35Maintenant que sont mis au jour ces trois piliers de la grammaire traditionnelle, il est possible de revoir à l’aune de cet éclairage la définition de l’adverbe, les listes de mots qui en relèvent et les fonctions qui y sont accolées. L’espace réservé à cet article nous permettra seulement de tracer les lignes directrices qui doivent guider la réflexion.

  • 7 Autrement dit, est-on en mesure d’analyser la séquence comme un groupe nominal ou prépositionnel ?

36Il faut d’abord identifier les cas d’association entre sens de circonstances, invariabilité et adverbe. Se trouvent alors suspects les mots considérés comme invariables et présentant notamment un sens de lieu, de temps ou de manière : les locutions d’avance, à regret, à peine, sans doute, etc. ; les mots interrogatifs où, quand, comment, pourquoi ; les mots déictiques ici, maintenant, aujourd’hui, demain, etc. ; les mots génériques s’intégrant dans des paradigmes quelque part (à mettre en paradigme avec quelqu’un, quelque chose), autre part, nulle part, ailleurs, partout, n’importe où / quand / comment (à mettre en paradigme avec n’importe qui / quoi / lequel). Dès lors, les locutions encore transparentes syntaxiquement7 et ne s’intégrant pas dans des paradigmes devraient être analysées comme telles : des groupes figés, tantôt nominaux (bon train, un brin, etc.), tantôt prépositionnels (d’avance, à regret, à peine, sans doute, etc.). Ensuite, les mots qui sont utilisés comme substituts ou comme éléments génériques devraient être rangés avec les pronoms, puisqu’ils présentent le même calcul sémantico-référentiel : ici s’inscrit dans un même espace référentiel que je ; pourquoi, dans le même espace référentiel que quoi ; quelque part dans le même espace référentiel que quelqu’un ; etc. De plus, les mots servant à établir des liens logiques ressortissant aux circonstances (opposition, temps, etc.) comme néanmoins, toutefois, d’abord, ensuite, etc. devraient sortir de la classe des adverbes et rejoindre celle des coordonnants qui seront distingués entre eux par leur position fixe (et, mais, ou, etc.) ou mobile (donc, néanmoins, toutefois, etc.), et leur capacité à se cumuler entre eux ou non (et pourtant, *et mais, etc.).

37Il faut ensuite remettre en question l’analyse des adverbes issus d’adjectifs qui apparaissent après un verbe non attributif (payer cher, manger salé, sentir bon, etc.) et qui restent invariables, contrairement à l’adjectif en fonction d’attribut du sujet (être cher, salé, bon, etc.) après un verbe attributif. Il faudrait considérer que l’on est face à des adjectifs qui, dans ces séquences, ne varient pas. Leur fonction grammaticale sera différente, mais pas leur classe, ce qui permettra par ailleurs de ne pas dédoubler en adverbes tous les adjectifs en situation d’invariabilité après un verbe qui n’est pas un verbe d’état.

38Il faut enfin reconsidérer la fonction de complément qui revient habituellement à l’adverbe (ou, plus justement, au syntagme adverbial) et la détacher de la notion de circonstances, que celles-ci relèvent de la précision d’un lieu, d’un temps, d’une manière, d’une quantité, etc. À cet égard, la fonction de modifieur ou modificateur, bien en place dans les grammaires québécoises, pourrait s’avérer des plus utile et réactiver un emploi que connaissent à la fois la tradition grammaticale et la linguistique (le modifieur correspondant au spécifieur en syntaxe générative).

Ces particules se joignent d’ordinaire au Verbe pour en modifier & déterminer l’action, comme generosè pugnauit, il a combattu vaillamment ; c’est ce qui a fait qu’on les a appelez Adverbes. (Arnauld et Lancelot 1660 : 88-89)

L’adverbe sert à modifier soit un adjectif, soit un verbe, soit un autre Adverbe ; c’est-à-dire qu’il marque quelque manière, quelque circonstance de ce qui est exprimé par l’un ou par l’autre […]. (Girault Duvivier 1840 [1811], tome 2 : 902)

L’adverbe est un mot invariable que l’on joint à un autre mot pour en modifier le sens. (Calvet et Chompret 1920 [1917] : 318)

L’adverbe modifie le sens d’un adjectif, d’un verbe ou d’un autre adverbe. (Dubois et Lagane 2009 : 3)

L’adverbe peut dépendre d’un autre constituant de la phrase […] dans la terminologie traditionnelle, l’adverbe modifie ce constituant. (Riegel et al. 2018 : 649)

La fonction des adverbes. On distingue deux cas. L’adverbe modifie un mot ou un groupe de mots dans la phrase. […] L’adverbe modifie l’ensemble de la phrase […] (Laurent et Delaunay 2012 : 219-220)

Les adverbes ont cependant la propriété d’être fondamentalement des modificateurs qui nécessitent la présence d’un support qui peut être de nature diverse. (Choi-Jonin et Delhay 1998 : 158)

Items traditionally classified as adverbs constitute a very disparate class […] least controversial members of this class act as modifiers of the verb in much the same way as adjectives modify nouns. (Jones 1996 : 336)

  • 8 L’attribut est considéré comme un type particulier de complément.

39Cette fonction prendrait un nouvel envol et permettrait de réinvestir une notion ancrée depuis longtemps dans les grammaires. Les syntagmes adverbiaux, mais aussi des syntagmes nominaux, adjectivaux ou prépositionnels, occuperont la fonction de modifieur à partir du moment où ils n’identifient pas quelque chose, une unité discrète (un objet, un lieu, une époque, etc.), mais caractérisent plutôt en imprimant une nuance, en graduant, en modulant le sens de ce sur quoi ils portent (manière, degré-quantité, déroulement dans le temps) (Piron 2017a et 2017b). Si l’on s’attarde uniquement aux fonctions diversement commandées par le verbe (qu’elles soient sélectionnées ou non, obligatoires ou facultatives), on obtient les répartitions proposées dans le tableau ci-dessous.8

40La fonction de modifieur permet aussi de reconsidérer les séquences habituellement analysées comme des adverbes suivis de leur complément. Dans conformément à, antérieurement à, etc. l’adverbe modifie la séquence qui le suit, tout comme dans exactement sous le parasol. Les séquences conformément à, contrairement à, parallèlement à, relativement à (et peut-être aussi (mal) heureusement pour) se sont figées et doivent désormais être réanalysées comme des prépositions composées. Le même principe est à l’œuvre dans tellement de, beaucoup de, énormément de, etc., qui se sont grammaticalisés en déterminants composés.

Conclusion

41Cet article a passé en revue les définitions données à l’adverbe dans un corpus de 40 grammaires contemporaines. Il a été constaté que les éléments les plus récurrents concernaient l’invariabilité de cette catégorie de mot, sa capacité à fonctionner sans complément (pour bon nombre de grammaires), mais pouvant modifier un autre élément, la nécessité qu’il a de s’appuyer sur un autre mot et son classement sémantique circonstanciel. Il a ensuite été relevé que certains de ces critères de définition – en particulier celui de l’invariabilité et du sens de circonstances, ainsi que l’association nature/fonction – conduisaient à catégoriser comme adverbes des mots qui ne devraient pas l’être. Il a ainsi été démontré que se trouvaient en filigrane derrière ces méprises trois piliers de la grammaire traditionnelle : la notion d’objet, celle de qualification et celle de circonstances, qui fondent une bonne partie de l’appareil théorique traditionnel, irradiant des parties du discours (noms, pronoms, adjectifs et adverbes) vers les espèces de verbes (transitifs et intransitifs), en passant par les fonctions (complément d’objet, attribut et complément circonstanciel). Ces associations sont voilées dans les définitions plus modernes de l’adverbe par la mise en exergue d’une autre série d’oppositions : adverbe/préposition/ conjonction/interjection.

42Une fois clarifiées ces scories de la grammaire traditionnelle, il est devenu possible de reconsidérer la catégorisation de certains adverbes. Devront alors quitter cette classe : des pronoms déictiques, remplaçants et généraux (ici, maintenant, hier, dessus, ainsi, ailleurs, quelque part,  ? quand ? etc.), des groupes prépositionnels figés (à terre, d’avance, à regret, etc.), et des adjectifs dont l’accord mène à des traits neutralisés (cher, juste, net, etc.). L’objectif de cet article n’était pas d’exposer le comportement syntaxique des unités soumises à recatégorisation, mais d’identifier les causes des problèmes de classement et de catégorisation, de justifier une révision de la classe de l’adverbe et de préparer la voie de la réanalyse.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

Arrivé (M.), Gadet (F.), Galmiche (M.), La grammaire d’aujourd’hui. Guide alphabétique de linguistique française, Paris, Flammarion, 2005 [1986].

Aslanides (S.), Grammaire du français. Du mot au texte, Paris, Honoré Champion, 2001.

Bayol (M.-C.), Bavencoffe (M.-J.), La grammaire française, Paris, Nathan, 2013 [1995].

Bertrand-Savard (S.), Beaulieu (S.), Cayouette (M.-M.), Minet (C.), La nouvelle grammaire en contexte, Anjou, CEC, 2013.

Bled (É.), Bled (O.), Berlion (D.), Bled. Orthographe. Grammaire, Paris, Hachette, 2007.

Boivin (M.-C.), Pinsonneault (R.), La grammaire moderne. Description et éléments pour sa didactique, Montréal, Beauchemin-Chenelière éducation, 2019.

Bonenfant (Ch.), avec la collaboration de Turcotte (G.), Boite à outils. Nouvelle grammaire, Mont-Royal, Modulo, 2008.

Bosquart (M.), Nouvelle grammaire française, Montréal, Guérin, 1998.

Breckx (M.), Grammaire française, 4e édition revue et actualisée par Cherdon (Ch.), Wautelet (B.), Bruxelles, De Boeck, 2012.

Cellier (M.), Dorange (Ph.), Garcia-Debanc (C.), Pellat (J.- Ch.), Pierson (C.), Puidoyeux (C.), Français. Épreuve écrite d’admissibilité, Paris, Hatier concours, 2010.

Chartrand (S.-G.), Aubin (D.), BLAIN (R.) Simard (C.), Morin (F.), Grammaire pédagogique du français d’aujourd’hui, Montréal, Chenelière éducation, 1999.

Cherdon (Ch.), Guide de grammaire française, Bruxelles, De Boeck, 2005 [1985].

Chevalier (J.-C.), Blanche-Benveniste (C.), Arrivé (M.), Peytard (J.), Grammaire du français contemporain, Paris, Larousse, 2002 [1964].

Christensen (M.-H.), Fuchs (M.), Korach (D.), Schapira (C.), Grammaire, Paris, Le Robert et Nathan, 2005 [1995].

Christophe (P.), Grammaire française en fiches, Paris, Ellipses, 2013.

Clamageran (S.), Clerc (I.), Grenier (M.) et Roy (R.-L.), Le français apprivoisé, Montréal, Modulo, 2011 [2001].

De Villers (M.-É), Nouvelle grammaire en tableaux, Paris, Québec Amérique, 2009 [2003].

Denis (D.), sancier-Chateau (A.), Grammaire du français, Paris, Le livre de poche, 1997 [1994].

Dubois (J.), LAGANE (R.), Grammaire, Paris, Larousse, 2009.

Dubois (J.), LAGANE (R.), La nouvelle grammaire du français, Paris, Larousse, 2004 [1973].

Éluerd (R.), Grammaire descriptive de la langue française, Paris, Armand Colin, 2008 [2002].

Éluerd (R.), La grammaire française, Paris, Garnier-Littré, 2009.

Gardes-Tamines (J.), Gautier (A.), Mercier-Leca (F.), Niklas-Salminen (A.), Verjans (T.), Cours de grammaire française, Paris, Armand Colin, 2015.

Genevay (É.), Ouvrir la grammaire, Lausanne, LEP, 1994.

Gobbe (R.), Tordoir (M.), Manuel de grammaire française, Bruxelles, Plantyn, 2005 [1984].

Grevisse (M.), Goosse (A.), Le bon usage, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 2016 [1936].

Grevisse (M.), Goosse (A.), Nouvelle grammaire française, Bruxelles, De Boeck, 1995 [1980].

Kostrzewa (F.), L’essentiel de la grammaire, Bruxelles, De Boeck, 2011.

Laporte (M.), Rochon (G.), Nouvelle grammaire pratique pour tous, Anjou, CEC, 2011 [2007].

Laurent (N.), Delaunay (B.), Bescherelle. La grammaire pour tous, Paris, Didier Hatier, 2012.

Le Goffic (P.), Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette supérieur, 1993.

Lecavalier (J.), avec la collaboration de Bonneville (J.), L’express grammatical. Révision et correction de textes, Saint-Laurent, Éditions du renouveau pédagogique, 2013 [2006].

Lefrançois (P.), Français écrit pour futurs enseignants. Théorie et exercices, Montréal, JFD, 2017 [2013].

Maingueneau (D.), Précis de grammaire pour les concours, Paris, Armand Colin, 2007 [1991].

Maingueneau (D.), Syntaxe du français, Paris, Hachette supérieur, 1999 [1994].

Maisonneuve (H.), Vadémécum de la nouvelle grammaire, Montréal, Chenelière, 2013 [2003].

Narjoux (C.), Le Grevisse de l’étudiant. CAPES et agrégation de lettres. Grammaire graduelle du français, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2018.

Pellat (J.-Ch.), Fonvielle (S.), Le Grevisse de l’enseignant, Paris, Magnard, 2016.

Riegel (M.), Pellat (J.-Ch.), Rioul (R.), Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 2018 [1994].

Wilmet (M.), Grammaire critique du français, Bruxelles, De Boeck – Duculot, 2010 [1997].

Bibliographie secondaire

Arnauld (A.), Lancelot (C.), Grammaire générale et raisonnée, contenant les fondemens de l’art de parler, expliquez d’une manière claire & naturelle, les raisons de ce qui est commun à toutes les langues, & des principales differences qui s’y rencontrent, et plusieurs remarques nouvelles sur la Langue Françoise, Paris, Pierre Le Petit, 1660.

Blumenthal (P.), « Classement des adverbes. Pas la couleur, rien que la nuance ? », Langue française (1990), n° 88, p. 41-50.

Borillo (A.), « Les adverbes et la modalisation de l’assertion », Langue française (1976), n° 30, p. 74-89.

Calvet (J.), Chompret (C.), Grammaire française. Cours supérieur, Paris, De Gigord, 1920 [1917].

Cervoni (J.), « La partie du discours nommée adverbe », Langue française (1990), n° 88, p. 5-11.

Chervel (A.), Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français. Histoire de la grammaire scolaire, Paris, Payot, 1977.

Choi-Jonin (I.), Delhay (C.), Introduction à la méthodologie en linguistique. Application au français contemporain, Strasbourg, Presses de l’Université de Strasbourg, 1998.

Creissels (D.), « Quelques propositions pour une clarification de la notion d’adverbe », Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale (1988), n° 7, p. 207-216.

Dubois (J.), GIACOMO (M.), Guespin (L.), Marcellesi (Ch.), Marcellesi (J.-B.), Mével (J.-P.), Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse, 2002.

Feuillet (J.), Introduction à l’analyse morphosyntaxique, Paris, PUF, 1988.

Garde (P.), « Présupposés linguistiques de la théorie des parties du discours », Travaux 1. Les parties du discours. Cercle linguistique d’Aix-en-Provence (1983), p. 1-8.

Girault Duvivier (Ch.-P.), Grammaire des grammaires ou Analyse raisonnée sur la langue française, Paris, Cotelle, 1840 [1811].

Grevisse (M.), Le bon usage, Gembloux, Duculot, 1961 [1936].

Grevisse (M.), Précis de la langue française, Gembloux, Duculot, 1957 [1939].

Gross (G.), Manuel d’analyse linguistique, Paris, Septentrion, 2012.

Gross (M.), Grammaire transformationnelle du français. 3. Syntaxe de l’adverbe, Paris, ASTRIL, 1986.

Guimier (C.), Les adverbes du français. Le cas des adverbes en -ment, Paris-Gap, Ophrys, 1996.

Jackendoff (R.), Semantic Interpretation in Generative Grammar, Cambridge Mass., MIT Press, 1972.

Jones (M.A.), Foundations of French syntax, Cambridge University Press, 1996.

Lagarde (J.-P.), « Les parties du discours dans la linguistique moderne et contemporaine », Langages (1988), n° 92, p. 93-108.

Lyons (J.), Linguistique générale. Introduction à la linguistique théorique, Traduction de F. Dubois-Charlier et D. Robinson, Paris, Larousse, Langue et langage, 1970.

Melis (L.), Les circonstants et la phrase, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 1983.

Moignet (G.), Étude de psycho-systématique française, Paris, Klincksieck, 1974.

Molinier (C.), Levrier (F.), Grammaire des adverbes. Description des formes en -ment, Droz, Genève-Paris, 2000.

Pinchon (J.), « Problèmes de classification. Les adverbes de temps », Langue française (1969), n° 1, p. 74-81.

Piron (S.), « Les compléments prépositionnels dans les grammaires françaises de la première moitié du xixe siècle », in Actes du troisième Congrès mondial de linguistique française, Lyon, 4-7 juillet 2012, sous la direction de Neveu (F.), Muni Toke (V.), Blumenthal (P.), Klinger (T.), Ligas (P.), Prévost (S.), Teston-Bonnard (S.), Institut de linguistique française, EDP Sciences, 2012, p. 773-788.

Piron (S.), « Entre adverbes et pronoms, une question de circonstance », in Actes du quatrième Congrès mondial de linguistique française, Berlin, 19-23 juillet 2014, sous la direction de Neveu (F.), Blumenthal (P.), Hriba (L.), Gerstenberg (A.), Meinschaefer (J.), Prévost (S.), Institut de linguistique française, EDPSciences, 2014, p. 491-504

Piron (S.), « Les syntagmes prépositionnels au tournant de la deuxième grammaire scolaire française », in Actes du xxviie Congrès international de linguistique et de philologie romanes (Nancy, 15-20 juillet 2013), section 15 : Histoire de la linguistique et de la philologie, sous la direction de Fryba (A.-M.), Antonelli (R.), Colombat (B.), Nancy, ATILF, 2016a, p. 121-134.

Piron (S.), « Compléments indirects et circonstanciels dans la grammaire française au cours de la seconde moitié du xixe siècle » in History of Linguistics 2014. Selected Papers from the 13th International Conference on the History of the Language Sciences (ICHoLS XIII), Vila Real, Portugal, 25 – 29 August 2014, sous la direction de Assunção (C.), Fernandes (G.), Kemmler (R.), Amsterdam/ Philadelphia, John Benjamins, 2016b, p. 205-218.

Piron (S.), Grammaire française, Volume 1, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2017a [2013].

Piron (S.), Grammaire française, Volume 2, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2017b.

Togeby (K.), Structure immanente de la langue française, Paris, Larousse, 1965.

Notes

1 Cet élément de combinatoire et les problèmes qu’il engendre trouvent leur origine dans l’histoire de la grammaire. Depuis Port-Royal (1660), l’adverbe est considéré comme l’équivalent d’une préposition et de son complément : « Car la pluspart de ces particules ne sont que pour signifier en un seul mot, ce qu’on ne pourroit marquer que par vne preposition & vn nom : comme sapienter, sagement, pour cum sapientia, avec sagesse : hodie pour in hoc die, aujourd’huy. » (Arnauld et Lancelot 1660 : 88).

2 La notion de syntagme est définie très rapidement (§ 5, 4o) et n’est pas exploitée dans l’exposé de la grammaire.

3 Nous laissons de côté le cas de l’adverbe tout, dont la variabilité a été mise en place par les grammairiens entre le 17e et le 18e siècle, la règle présentant encore beaucoup de fluctuations à cette époque. La prononciation de certaines consonnes finales et la liaison ne sont certainement pas étrangères à la variation écrite peu à peu mise en règle.

4 On trouve plutôt que la préposition gouverne un autre mot, a un régime, permet de construire un complément, etc.

5 « Cette fonction se retrouve dans tous les types de groupes. C’est un groupe ou une P qui vient ajouter une nuance de sens à un mot ou à un groupe de mots. » (Lefrançois 2017 : 258)

6 Il faut également souligner que la terminologie a hésité au début du xixe siècle entre complément circonstanciel et complément adverbial. Le premier terme a fini par l’emporter sur le second, mais l’équivalence est restée. Il n’est d’ailleurs pas anodin que Goosse ait remplacé le complément circonstanciel par le complément adverbial à partir de la 12e édition du Bon usage.

7 Autrement dit, est-on en mesure d’analyser la séquence comme un groupe nominal ou prépositionnel ?

8 L’attribut est considéré comme un type particulier de complément.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search