Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Deuxième partie. Ouvrages de référence : les dictionnaires et grammaires

La place des semi-auxiliaires dans les ouvrages de référence1

Anne-Sophie Bally

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je tiens à remercier mes étudiantes et mes étudiants de cours de grammaire avancée à l’UQAM. Ce son (...)

1Les grammaires du français s’entendent sur l’existence de deux auxiliaires de conjugaison en français, être et avoir. Outre ces auxiliaires, les verbes dits modaux comme pouvoir ou devoir reçoivent souvent le qualificatif de verbes auxiliaires. Une majorité de grammaires incluent aussi les verbes formant les temps périphrastiques tels qu’aller VInf (verbe à l’infinitif) pour l’expression du futur (souvent qualifié de proche) et venir de VInf pour l’expression du passé récent. Des recherches en linguistique française amènent à considérer que l’expression du temps, du mode et de l’aspect se fait à l’aide de moyens plus vastes que ceux présentés dans les ouvrages de référence. Ces moyens sont constitués d’un ensemble de formes verbales, souvent composées d’un verbe et de à ou de de, précédant un verbe à l’infinitif exprimant le procès. Les linguistes les nomment diversement : auxiliaires de temps, auxiliaires d’aspect, auxiliaires de mode, semi-auxiliaires, mais aussi coverbes (Wilmet 2010 ; Gosselin 2010), verbes opérateurs (Gardes-Tamine 2010), périphrases de modalité (Leeman-Bouix 1994) ou entrées verbales non prédicatives (François 2003). Dans cet article, nous choisissons de les appeler uniformément semi-auxiliaires, essentiellement dans l’objectif de les distinguer des auxiliaires de conjugaison. Étonnamment, il n’existe pas de définition claire de ce qui constitue un semi-auxiliaire ; les critères pour les reconnaitre varient d’une recherche à une autre. Aussi faut-il lire des travaux en sémantique, en syntaxe, voire en sociolinguistique pour tenter de délimiter cette catégorie de formes verbales bien particulière. Un des problèmes – qui explique peut-être l’absence de consensus autour de ce qu’est un semi-auxiliaire – est qu’il existe une construction, la subordonnée complétive infinitive, qui ressemble à s’y méprendre à celle avec un semi-auxiliaire si on n’en analyse pas soigneusement la structure. C’est ce que l’on voit en 1) et en 2) : la phrase 1) est une phrase simple contenant un semi-auxiliaire précédant un verbe à l’infinitif ; la phrase 2) est une phrase complexe contenant une subordonnée complétive infinitive (souvent présentée comme une réduction de la subordonnée complétive conjuguée que je parte). Dans cette dernière phrase, « partir » a une fonction grammaticale par rapport au verbe veux dont elle est complément. En 1), au contraire, il n’existe pas cette relation entre le verbe « partir » et le semi-auxiliaire « aller » : tous deux constituent la forme verbale, partir n’étant pas complément de aller.

1) Je vais partir.
2) Je veux [PSubpartir].

2Le but premier de cet article est d’examiner le traitement des semi-auxiliaires du français dans des ouvrages de référence (grammaires et dictionnaires) en comparaison avec l’état de la recherche en linguistique sur ce sujet. Le constat de cette comparaison est qu’il existe des différences importantes entre les ouvrages de référence consultés, tant dans les caractéristiques syntaxiques et sémantiques des semi-auxiliaires que dans leur nombre. Si ces différences sont en soi normales et attendues, elles peuvent cependant poser des problèmes d’analyse puisqu’elles ont une conséquence sur le traitement de la subordonnée complétive infinitive. En effet, classer l’emploi d’un verbe comme semi-auxiliaire fait qu’il n’est alors plus analysé comme sélectionnant un complément sous la forme d’une phrase subordonnée complétive infinitive. Nous consacrons la première partie de cet article à une présentation de ce qu’est le semi-auxiliaire en linguistique française. Puis nous faisons un portrait du traitement du semi-auxiliaire dans plusieurs ouvrages de référence (grammaires et dictionnaires) récents. Ensuite, nous proposons quelques pistes de réflexion pour les ouvrages de référence en insistant sur les impacts que cela aurait sur l’enseignement de la grammaire du français et sur la description de la langue. Enfin, notre article s’enrichit d’un tableau présentant une liste de plus de 200 verbes que nous analysons comme semi-auxiliaires. Cette liste est, à notre connaissance, la plus exhaustive disponible à ce jour.

1. Analyses linguistiques du semi-auxiliaire

3Avant de regarder le traitement des semi-auxiliaires, cette section de notre article fera un survol en deux temps de ce qu’est un semi-auxiliaire en linguistique française, d’abord en présentant les approches linguistiques existantes, ensuite en proposant des pistes d’analyse permettant d’élargir la catégorie des semi-auxiliaires.

1.1. État de la recherche sur le semi-auxiliaire

4La littérature scientifique est riche en descriptions du choix du verbe aller comme marqueur de futur et du verbe venir comme marqueur de passé. On trouve des analyses linguistiques de ces formes verbales par exemple dans Bouchard (1995) et Bress et Labeau (2012). Poplack et Dion (2009), dans leur corpus de 163 grammaires du français publiées entre 1530 et 1999, remarquent que l’emploi de aller pour marquer le futur est présent dès les premières grammaires du français. Dans cette section, nous délaissons l’observation de ces formes verbales, qui font l’unanimité, pour réaliser plutôt un survol des approches des semi-auxiliaires moins étudiés et moins communément admis dans les recherches en linguistique.

1.1.1. Les approches purement syntaxiques

5Du point de vue syntaxique, les semi-auxiliaires sont identifiés par la négative, en utilisant les tests permettant de reconnaitre une subordonnée complétive infinitive. Autrement dit, il existe des tests syntaxiques pour identifier la subordonnée complétive infinitive. Lorsqu’un verbe échoue à ces tests, il peut alors (mais pas systématiquement) être classé comme un semi-auxiliaire. Les tests sont les suivants : vérification de l’existence d’une complétive conjuguée équivalente (test 1), pronominalisation de la séquence contenant le verbe à l’infinitif pour voir si elle est une expansion du verbe (test 2) et pseudo-clivage de la séquence infinitive équivalente (test 3). Le tableau ci-dessous illustre l’application de chaque test en mettant en parallèle les tests appliqués à un verbe sélectionnant une subordonnée complétive infinitive et à un semi-auxiliaire.

Tableau 1. Mise en application des tests d’identification de la subordonnée complétive infinitive

6Bien que ces tests soient intéressants dans le processus de découverte des semi-auxiliaires, ils ne disent pas ce que doit être un semi-auxiliaire du point de vue syntaxique. Tout juste sait-on que ce ne sont pas des verbes sélectionnant une subordonnée comme complément. Le test syntaxique qui a le plus de poids aux yeux des linguistes est le test 1, comme le soulignent par exemple Gosselin (2010) et François (2003). Aucun critère sémantique n’est retenu par les approches purement syntaxiques. Ainsi, oublier de n’est pas analysable comme un semi-auxiliaire puisque la subordonnée complétive oublier que existe. Il y a pourtant avantage à tenir compte du sens, au-delà de la seule distribution des verbes.

7Comparons les deux phrases ci-après :

3) Tu as oublié de remplir le formulaire.
4) Tu as oublié qu’elle a rempli le formulaire.

8Sur la seule base de l’alternance possible avec une subordonnée complétive oublier que, la forme verbale oublier de n’est pas classée comme un semi-auxiliaire. S’il y avait prise en compte du sens, cependant (et c’est ce que plaide François (2003) en parlant de cas de polysémie), on constaterait qu’il existe une profonde différence modale entre les deux énoncés. Dans l’énoncé 3), le procès remplir le formulaire n’a pas eu lieu. Autrement dit, la présence de la forme verbale oublier de indique la non-réalisation du procès. Dans l’énoncé 4), au contraire, le procès a rempli le formulaire a eu lieu. La forme verbale oublier que introduit une déclaration, sous la forme d’un oubli. Pour François (2003 : 271), il existe des verbes polysémiques dont l’une des entrées est non prédicative, c’est-à-dire que ces verbes ont aussi une ou des entrées prédicatives. Dans cette optique, nous pouvons analyser oublier comme un verbe polysémique dont l’une des entrées est non prédicative, c’est-à-dire, dans les termes adoptés ici, qu’une des entrées de oublier (oublier de) est un semi-auxiliaire, que nous pourrions classer comme contrefactuel. L’existence de cas comme celui-ci devrait mener à considérer des approches qui ne sont pas exclusivement basées sur la distribution et sur l’alternance avec une subordonnée complétive déclarative, mais qui tiennent aussi compte du changement de sens.

1.1.2. Prise en compte du sens et classement sémantique

9En nous inspirant de l’approche proposée par François (2003), nous proposons deux grandes catégories de semi-auxiliaires. Il y a, d’une part, les formes verbales qui n’alternent jamais avec une subordonnée complétive conjuguée (par exemple, continuer de/à, tarder à, cesser de, daigner, aller, venir de) et, d’autre part, les formes verbales polysémiques, qui alternent entre construction suivie d’un infinitif et construction avec une subordonnée complétive conjuguée, mais avec une variation de sens entre les deux constructions (par exemple, oublier de, omettre de, qui indiquent la non-réalisation du procès). C’est donc du côté de la sémantique que nous nous tournons pour enrichir la définition des semi-auxiliaires. Les semi-auxiliaires entrent dans le système temps, mode, aspect du français puisqu’ils servent à exprimer à différents degrés des valeurs temporelles, modales ou aspectuelles. Ces valeurs se sous-divisent ensuite. Tout procès comporte une division externe et une division interne, en phases, et le rôle d’un semi-auxiliaire est de sélectionner une de ces phases (Gosselin 2010). Ci-dessous, nous schématisons ce découpage du procès en adoptant la terminologie du modèle SdT (en référence à l’ouvrage Sémantique de la temporalité en français (Gosselin 1996), modèle étendu au mode dans Gosselin (2005)).

Figure 1. Découpage aspectuel du procès dans le modèle SdT

  • 2 Le terme modalité d’action est de François (2003).

10La division externe au procès compte la phase préparatoire du procès, sélectionnée par des semi-auxiliaires tels que s’apprêter à ou se préparer à et la phase résultante du procès, indiquée par des semi-auxiliaires comme venir de. Les semi-auxiliaires permettent aussi de sélectionner l’aspect interne du procès à son début (commencer à, se mettre à), pendant qu’il est en cours (être en train de, continuer à) ou quand il est près de se terminer (finir de, achever de). En plus de ces semi-auxiliaires donnant des indications purement aspectuelles, il existe des semi-auxiliaires contenant aussi un sens de modalité d’action2. C’est le cas de hésiter à, qui sélectionne une valeur aspectuelle de phase préparatoire accompagnée d’une valeur sémantique indiquant l’hésitation, ou de s’acharner à, qui sélectionne une valeur aspectuelle de phase médiane accompagnée d’une valeur sémantique indiquant l’opiniâtreté. Les verbes de déplacement, lorsqu’ils sont suivis d’un verbe à l’infinitif, sont eux aussi analysés comme des semi-auxiliaires : courir, monter, descendre, filer, entrer, sortir, partir, etc. À la différence des semi-auxiliaires présentés précédemment, ces semi-auxiliaires indiquent la direction ou le mouvement du sujet dans le procès décrit par le verbe à l’infinitif (Ce père file chercher sa fille à la garderie). Ils sélectionnent soit la phase préparatoire (aller, courir, monter, etc.), soit la phase résultante (revenir de, rentrer de, etc.) alors que le verbe à l’infinitif indique le but du déplacement.

11Quelques semi-auxiliaires pointent vers une phase différente selon qu’ils sont niés ou non. C’est le cas de cesser de, (s’) arrêter de, finir de qui sélectionnent la phase finale du procès quand ils sont positifs et la phase médiane du procès quand ils sont négatifs (ne pas cesser de, ne pas (s’) arrêter de, ne pas finir de).

12Aux semi-auxiliaires présentés dans Gosselin (2010), on ajoutera ceux proposés dans François (2003) et évoqués précédemment, à savoir les semi-auxiliaires de non-réalisation du procès, tels que omettre de, oublier de, négliger de. Il nous faut compléter cette liste avec les semi-auxiliaires de la presque réalisation du procès comme faillir, manquer de, être près de, passer près de. Nous pensons qu’il faudrait aussi considérer comme semi-auxiliaires de modalité les formes verbales indiquant la manière d’être du sujet, une disposition de celui-ci à l’égard du procès, avec les formes affecter de, faire semblant de, faire mine de, feindre de.

13Quelques semi-auxiliaires ont un comportement particulier puisqu’ils peuvent être accompagnés d’un complément (syntagme nominal ou syntagme prépositionnel). Ce complément peut prendre la forme d’un pronom personnel clitique. La particularité de ce complément est qu’il semble être sélectionné par le semi-auxiliaire (il en a la forme et la position quand il est un pronom personnel clitique, comme en 7) et en 9)), mais il agit sémantiquement comme l’actant (agent ou objet) du procès décrit par le syntagme verbal (SV) infinitif qui le suit.

5) La présidente invite les membres du comité à participer à cette activité.
6) Elle a habitué ses enfants à manger des plats épicés.
7) Vous les aiderez à remplir ce formulaire.
8) Nous avons vu plusieurs avions passer.
9) Tu le laisseras sortir ce soir.
10) Ils ont chargé leur meilleure amie d’organiser leur mariage.

14Dans l’ensemble des énoncés 5) à 10), l’élément en gras est syntaxiquement le complément du semi-auxiliaire, mais il joue le rôle sémantique d’actant du SV infinitif qui le suit. Cette construction donne alors au semi-auxiliaire un double rôle lexical : i) son rôle habituel de sélection d’une phase du procès et ii) la sélection de l’actant dans le procès. Plus de travail sur ces structures semble nécessaire.

1.2. Perspectives

15La description des semi-auxiliaires en français demeure parcellaire. En effet, il reste plusieurs verbes dont la description syntaxique et sémantique pose problème. Sans tous les présenter ici puisque ce serait l’objet d’une autre recherche, nous choisissons d’effleurer le cas des verbes apprendre et penser. Pour illustrer la difficulté d’analyse du verbe apprendre, comparons les phrases 11) et 12) :

11) Elsa commence à faire du judo.
12) Elsa a appris à nager.

16Sur la base du fait que apprendre sélectionne une subordonnée complétive conjuguée (J’ai appris qu’il avait réussi son examen), les linguistes classent habituellement la phrase 11) comme un cas différent de la phrase 12). La phrase 11) est une phrase simple contenant un V expansé en semi-auxiliaire (commence à) et VInf et son complément (faire du judo). La phrase 12) est une phrase complexe contenant une subordonnée complétive infinitive (à nager) dans laquelle le sujet est coréférentiel à celui de la P matrice. Nous questionnons cette analyse et suggérons plutôt que les phrases 11) et 12) ont la même structure syntaxique, c’est-à-dire qu’elles sont toutes deux des phrases simples contenant respectivement les semi-auxiliaires commencer à et apprendre à. Cette proposition se justifie à l’interface syntaxe-sémantique :

17a) Quand apprendre est suivi d’une subordonnée complétive conjuguée, il a la signification de « venir à la connaissance de quelqu’un », comme dans la phrase J’ai appris qu’il avait réussi son examen. Le verbe apprendre est ici un verbe d’achèvement. Il dénote un procès ponctuel non duratif, comme en témoigne la difficulté de le faire précéder de être en train de (? Je suis en train d’apprendre qu’il a réussi son examen) et le caractère assez étrange de l’accompagner de en + durée (? J’ai appris en 5 minutes qu’il avait réussi son examen). Dans la phrase 12) en revanche, il signifie « acquérir un savoir ou un savoir-faire » et est plutôt un verbe d’accomplissement, puisqu’il est duratif. Il se combine d’ailleurs facilement avec être en train de (Elsa est en train d’apprendre à nager) et permet facilement d’être accompagné de en + durée (Elsa a appris à nager en 3 ans).

  • 3 Je remercie Laurent Gosselin (communication personnelle) de m’avoir fait remarquer cette significat (...)

18b) En 12), il y a quelque chose de profondément aspectuel, puisque le sens de apprendre à indique une chose inaccomplie (Elsa n’est pas encore une nageuse aguerrie). Le procès est alors une série fréquentative et non une simple occurrence3.

19Cependant, apprendre à n’est pas un pur semi-auxiliaire aspectuel (tout comme hésiter à ou persévérer à) puisqu’il contient d’autres informations lexicales. Non seulement il a le sens aspectuel permettant de montrer la phase initiale du procès, mais il a aussi un sens lexical, voire modal, présentant le procès comme un objet d’apprentissage, c’est-à-dire comme un savoir que la personne ne possède pas dans le monde de l’énonciation, mais auquel elle tend. Ce sens modal surgit aussi quand on fait suivre apprendre d’une complétive interrogative infinitive, comme en 13), où on a bel et bien le sens du processus d’apprentissage.

13) Elsa a appris comment nager.

20Si le verbe de la complétive interrogative est conjugué, le sens de la phrase complexe peut être le sens modal « acquérir un savoir ou un savoir-faire », comme l’illustre l’exemple 14). En effet, apprendre est compatible avec en + durée (Elle a appris en quelques heures comment un moteur électrique fonctionne). Mais le sens « venir à la connaissance de quelqu’un’ est aussi possible comme le montre l’exemple 15), difficilement compatible avec en + durée (? Elle a appris en 2 minutes comment ton vol s’était passé). Le contenu propositionnel de la subordonnée semble ici être responsable de ces deux possibilités d’interprétation de apprendre, illustrées en 14) et en 15). Un travail sur un plus grand corpus permettrait sans doute une analyse plus fine de ces emplois.

14) Elle a appris comment un moteur électrique fonctionne.
15) Elle a appris comment ton vol s’était passé.

21Lorsqu’on fait suivre ce même verbe apprendre d’une complétive interrogative, mais avec un mot interrogatif autre que comment, l’interprétation d’apprendre relève du seul emploi (« venir à la connaissance de quelqu’un »), comme l’illustrent les phrases 16) à 19).

16) J’ai appris quand l’inauguration aura lieu.
17) J’ai appris pourquoi Léo l’a quittée.
18) J’ai appris où le spectacle aura lieu.
19) J’ai appris qui a eu le poste.

22La possibilité qu’apprendre puisse être suivi d’une complétive interrogative comme en 13) tout en conservant la signification de « acquérir un savoir ou un savoir-faire » semble à première vue un contrexemple à notre analyse d’apprendre comme semi-auxiliaire. Cependant, le fait que seul le pronom interrogatif comment permette cet emploi d’apprendre n’est indicateur que du fait que la signification même de Elsa a appris comment nager est quasiment synonyme de Elsa a appris à nager. On pourrait donc faire l’hypothèse que apprendre à et apprendre comment sont deux semi-auxiliaires synonymes, tout comme le sont continuer à et continuer de.

23Il y a bien un continuum dans le degré d’auxiliarité des verbes. Certains sont purement temporels ou aspectuels, mais apprendre est intermédiaire, puisqu’il a une sémantique qui s’additionne à son caractère aspectuel et modal. Du point de vue aspectuel, apprendre met l’accent sur un procès fréquentatif dans sa phase initiale. Du point de vue modal, apprendre indique que, dans le monde de l’énonciation, la personne ne se caractérise pas comme étant une personne qui maitrise le savoir ou le savoir-faire (la personne qui apprend à jouer du violon n’est pas violoniste). Leeman-Bouix (1994) propose que savoir fasse aussi partie de la liste des semi-auxiliaires. Le Goffic et Combe McBride (1975) rangent dans la catégorie des verbes opérateurs apprendre et savoir. Ces quelques rares études pointent vers l’idée que les verbes de connaissance pourraient faire partie de la liste des semi-auxiliaires du français.

  • 4 Leeman-Bouix (1994) propose aussi penser comme semi-auxiliaire, aux côtés de croire, estimer, présu (...)

24Quant au verbe penser, son analyse comme semi-auxiliaire est loin d’être acquise dans la littérature. En effet, il se construit facilement avec une subordonnée complétive conjuguée (Je pense que je serai en retard). Pourtant, dans une phrase comme Ma voisine pense apporter un dessert, penser a une valeur aspectuelle très proche de celle que l’on retrouve dans hésiter à, c’est-à-dire que son emploi permet de pointer sur la phase préparatoire du procès apporter un dessert. Le sens de penser est ici « avoir le projet de ». Mais penser dans la phrase Je pense être en retard n’a pas du tout ce sens de « avoir le projet de », mais plutôt celui de « avoir une certaine certitude de », qui est le même que celui que l’on trouve dans la subordonnée complétive conjuguée équivalente Je pense que je serai en retard. On est donc en droit de supposer qu’il pourrait y avoir deux emplois différents de penser suivis d’un verbe à l’infinitif : un emploi comme semi-auxiliaire quand il a le sens de « avoir le projet de » et un emploi comme verbe ayant comme complément une subordonnée infinitive quand il a le sens de « avoir une certaine certitude de » (qui le classe alors plus largement parmi les verbes déclaratifs)4.

25Cette trop brève description des emplois d’apprendre et de penser suivis d’un verbe à l’infinitif a le mérite de poser des questions sur ce qu’est un semi-auxiliaire. Par ces remarques sémantique et distributionnelle, nous sommes consciente qu’il serait nécessaire et bénéfique de procéder à des analyses fines des verbes dont la construction a été jusqu’ici admise trop hâtivement. Nous mettons le doigt sur plusieurs problèmes liés à la définition de ce qu’est un semi-auxiliaire. D’abord, nous remarquons qu’une analyse purement syntaxique et distributionnelle est problématique, puisqu’elle exclut immédiatement des verbes tels qu’apprendre ou penser comme semi-auxiliaire, du fait qu’ils peuvent être suivis d’une subordonnée complétive conjuguée. Ensuite, nous constatons le caractère essentiel du sens. Pour être plus aboutie, la recherche sur les semi-auxiliaires en français devra donc établir des critères définitoires qui 1) ne définiront pas les semi-auxiliaires uniquement par la négative, en opposition avec les subordonnées complétives infinitives et 2) tiendront compte de tous les emplois des verbes et des changements de sens qui y sont associés.

2. Le semi-auxiliaire dans les ouvrages de référence

  • 5 Seuls les auxiliaires venir de, être en train de et aller + VInf semblent avoir fait leur chemin da (...)

26Comme nous venons de le voir, les linguistes sont encore loin d’avoir établi ce qu’est un semi-auxiliaire, et il n’existe pas, à ce jour, de consensus quant à une liste des éléments formant cette catégorie. Dans cette section, nous nous intéressons à la présence des semi-auxiliaires dans les ouvrages de référence que sont les grammaires et les dictionnaires. Cette recension se veut non exhaustive et a surtout pour but de mettre en évidence les différences importantes qui existent d’un ouvrage à l’autre. Le choix des ouvrages consultés a essentiellement reposé sur trois critères : 1) leur inscription dans le courant moderne de la grammaire, ce qui revient à considérer les ouvrages cherchant à offrir une description systématique de la langue ; 2) le public auquel ils sont destinés (personnes instruites, ayant un diplôme de 1er cycle universitaire ou l’équivalent, ayant un intérêt particulier pour la langue) et 3) la représentation d’une certaine diversité de la francophonie. Nous avons exclu les ouvrages à visée exclusivement pédagogique. En effet, les semi-auxiliaires ne représentent pas une difficulté du français. Ils sont donc rarement présentés dans ce type d’ouvrages5. Pour fins de comparaison, nous avons décidé de ne pas nous intéresser aux semi-auxiliaires de temps aller et venir de et de mode pouvoir et devoir parce que ce sont des formes dont le statut fait consensus dans les ouvrages de référence. Afin de bien représenter chacune des catégories de semi-auxiliaires présentés en 2.1, nous avons choisi de regarder le traitement des cinq formes verbales suivantes (et parfois des formes équivalentes) :

hésiter à modalité d’action phase préparatoire du procès
se mettre à aspect phase initiale du procès
monter modalité d’action déplacement menant au procès
laisser modalité causativité menant au procès
négliger de modalité non-réalisation du procès

Tableau 2. Formes verbales à l’étude dans la comparaison des ouvrages de référence

2.1. Le semi-auxiliaire dans les grammaires

  • 6 Dans Grevisse et Goosse (2016), la liste des semi-auxiliaires est couverte aux § 820- 821. Les autr (...)
  • 7 Piron (2017a) présente la forme hésiter à la fois comme semi-auxiliaire modal (p. 59) et comme verb (...)
  • 8 Riegel et al. (2018 : 452) indiquent explicitement dans une remarque qu’« [o]n ne confondra pas l’e (...)

27Une grammaire n’a pas pour fonction de fournir un lexique des formes à l’étude. Si les grammaires offrent parfois un inventaire exhaustif des formes fonctionnelles comme les déterminants, elles ne le font pas pour les classes lexicales. Ainsi, dans la comparaison des grammaires que nous faisons ici, nous avons essentiellement cherché à voir si les grandes catégories de semi-auxiliaires présentés dans le tableau 2 sont présentes. Le tableau 3 ci-après résume le résultat de la comparaison.6-7-8

Tableau 3. Analyse de cinq formes verbales comme semi-auxiliaires dans huit grammaires

28La différence d’analyse entre les grammaires trouve sa source à deux niveaux. D’abord, et c’est le cas dans Grevisse et Goosse (2016), la liste des semi-auxiliaires est restreinte à quelques formes verbales. En conséquence, il existe une liste additionnelle de formes verbales prenant un infinitif pour complément. Ensuite, les formes verbales au sujet desquelles les linguistes n’ont peu ou pas consacré d’études ont moins tendance à se trouver dans les grammaires. On remarque notamment que hésiter à est à un stade encore fluctuant : son analyse distributionnelle et sémantique n’est pas systématique dans la littérature linguistique consacrée au semi-auxiliaire.

29À la lecture de ce tableau, on constate que l’auxiliaire se mettre à, sélectionnant la phase initiale du procès est analysé comme semi-auxiliaire. La phase préparatoire du procès, ici illustrée avec le verbe hésiter à, ne reçoit pas le même traitement, à part dans Piron (2017a), où il est envisagé comme semi-auxiliaire. Le verbe laisser parait lui aussi faire généralement consensus (aux côtés de faire, non illustré dans le tableau). On observe en revanche une bien plus grande réticence des grammaires à inscrire les semi-auxiliaires de modalité d’action puisqu’il y a une absence (ou quasi-absence) des formes monter et négliger de dans les grammaires à l’étude. Comme les recherches linguistiques à leur sujet demeurent marginales et récentes (début des années 2000), il nous semble tout à fait normal et attendu qu’ils n’aient pas encore fait leur chemin jusqu’aux grammaires.

2.2. Le semi-auxiliaire dans les dictionnaires

  • 9 Une présentation plus complète de chacun de ces ouvrages dans leur version la plus récente est disp (...)

30En ce qui concerne les dictionnaires, nous avons choisi de regarder le traitement des semi-auxiliaires dans les dictionnaires suivants (suivis de leur abréviation respective dans ce texte) : Le Petit Robert de la langue française électronique (PR), Le Grand Robert de la langue française électronique (GR), Le Trésor de la langue française informatisé (TLFi), la 9e édition du Dictionnaire de l’Académie française (DAF), Usito et Antidote 99. Pour cette comparaison, nous conservons les verbes que nous avons déjà choisi de présenter dans le tableau 2. La question ici n’est en revanche plus de savoir si ces verbes sont ou non traités – bien évidemment, ils sont tous présents -, mais plutôt d’observer le contenu de chacune de leur entrée. Pour ce faire, nous regardons d’abord si l’emploi suivi d’un verbe à l’infinitif est exemplifié. Si c’est le cas, nous examinons la présence d’indications grammaticales concernant l’analyse de la tournure. Les informations grammaticales que nous cherchons sont diverses. Il peut s’agir par exemple de marques de transitivité verbale. Cela peut être également une indication aussi explicite que semi-auxiliaire.

31Le tableau 3 regroupe les indications entourant l’emploi d’hésiter à suivi d’un verbe à l’infinitif.

Tableau 4. Description de hésiter à + VInf dans six dictionnaires

32On y observe tout d’abord que les six dictionnaires à l’étude présentent ou exemplifient hésiter à suivi d’un verbe à l’infinitif, mais qu’aucun ne l’analyse comme un semi-auxiliaire. Seul le TLFi se risque à fournir une indication aspectuelle, impliquant que ce verbe pointe vers la phase préparatoire du procès. De plus, on constate une différence dans la transitivité verbale puisque certains dictionnaires classent cet emploi comme intransitif et d’autres, comme transitif indirect. On pourrait hâtivement croire que le PR et le DAF, qui présentent l’emploi comme intransitif, font une analyse différente de la construction. Mais, comme le souligne Piron (2018 : 282) en rappelant l’histoire de la grammaire dans les dictionnaires, jusqu’au début du 20e siècle, « un verbe construit avec un complément direct est transitif, un verbe construit sans complément direct (mais possiblement un autre complément) est intransitif. » Il est donc fort probable que les six dictionnaires à l’étude étiquètent différemment les verbes sans que cela implique une différence d’analyse de la construction. En conclusion de ce premier survol, nous pouvons donc dire qu’hésiter à n’est jamais analysé comme un semi-auxiliaire dans les dictionnaires consultés, ce qui n’est pas étonnant compte tenu de notre observation des grammaires dans la section 2.1, où seules deux grammaires (Wilmet 2010 ; Piron 2017a) faisaient le choix de l’analyse en semi-auxiliaire.

33En ce qui concerne le verbe mettre dans la construction se mettre à, on constate cette fois que tous les dictionnaires à l’étude en rendent compte.

Tableau 5. Description de se mettre à + VInf dans six dictionnaires

34Ici, il n’est plus tant question de transitivité, mais chaque dictionnaire indique dans son entrée qu’il s’agit d’un verbe (ou d’un emploi) pronominal. On constate que seul le dictionnaire Usito le présente comme un semi-auxiliaire. Le fait qu’un seul dictionnaire l’étiquète comme un semi-auxiliaire nous parait surprenant, puisque l’ensemble des grammaires consultées s’accordent pour le traiter comme un semi-auxiliaire. Pour pousser plus loin notre observation, nous avons ajouté à notre recherche un semi-auxiliaire synonyme de phase initiale – commencer à – et nous avons pu constater la constance de leur traitement dans les dictionnaires : encore une fois, seul le dictionnaire Usito le considère comme un semi-auxiliaire.

  • x Antidote 9 est un peu particulier dans notre corpus puisqu’il s’agit d’un dictionnaire qui se déplo (...)

35Le cas du semi-auxiliaire monter (comme dans Tu es montée chercher un chandail) est particulièrement intéressant puisqu’il n’est présenté et exemplifié que dans trois des six dictionnaires consultés, soit le PR, le GR et le TLFi.x

Tableau 6. Description de monter + VInf dans six dictionnaires

36Aucun de ces ouvrages n’analyse cet emploi de monter comme un emploi de semi-auxiliaire. Nous nous sommes donc demandé si le traitement était le même pour un verbe de déplacement avec but plus fréquent. Nous avons choisi ici aller, non pas dans son emploi de semi-auxiliaire exprimant le futur, mais dans celui où l’infinitif qui le suit exprime un but (comme dans Il est allé acheter du pain). En principe, son traitement dans le dictionnaire devrait être similaire à celui que l’on trouve avec le verbe monter. Curieusement, et peut-être est-ce dû à la fréquence du verbe aller, tous les dictionnaires rendent compte de l’emploi d’aller comme verbe de déplacement avec but. Seul le dictionnaire Usito cependant le classe comme un semi-auxiliaire. Même si les autres dictionnaires ne le classent pas comme semi-auxiliaire, ils fournissent, à l’exception d’Antidote 9, une indication sémantique sur le déplacement avec but, ce qui est en soi une marque non explicite de modalité d’action.

37Il n’est pas étonnant que les verbes de déplacement avec but ne soient pas présentés comme des semi-auxiliaires dans les dictionnaires, considérant que les grammaires ne les traitent généralement pas comme tels. Il est toutefois surprenant que monter reçoive un traitement différent de celui d’aller, et ce, dans l’ensemble des dictionnaires. Cela nous amènera à plaider, dans la discussion de la section 4, pour la création d’une liste des semi-auxiliaires aussi exhaustive que possible, que nous proposons dans la section 5.

38L’emploi de laisser suivi d’un verbe à l’infinitif est majoritairement traité comme un semi-auxiliaire par les dictionnaires. Seuls le PR et Antidote 9 ne lui donnent pas ce statut. Dans la mesure où plusieurs grammaires procèdent à cette même analyse (voir la section 2.1), cette observation ne nous surprend pas.

Tableau 7. Description de laisser + VInf dans six dictionnaires

39Terminons cette revue des semi-auxiliaires avec la forme verbale négliger de qui indique la non-réalisation du procès (L’article néglige de mentionner ce détail). Il s’agit en quelque sorte d’une négation du procès, qui n’a pas pu avoir lieu. À l’exception d’Usito, tous les dictionnaires présentent le cas du verbe négliger de suivi d’un infinitif. Cependant, aucun ne le présente comme un semi-auxiliaire. Il n’y a là rien d’étonnant dans la mesure où les recherches en linguistique le présentant comme un semi-auxiliaire sont rares et que les grammaires ne le présentent pas non plus comme tel.

Tableau 8. Description de négliger de + VInf dans six dictionnaires

3. Discussion

40Considérant que les ouvrages de référence consultés cherchent à rendre compte de la langue française comme un système, de la façon la plus cohérente possible, nous avons été surprise de constater les différences importantes dans le traitement des semi-auxiliaires intraouvrage et interouvrages, tant dans les grammaires que dans les dictionnaires. Gosselin (2010) rappelle que leur absence des grammaires peut s’expliquer par le fait qu’ils relèvent de l’aspect lexical et non de l’aspect grammatical, contrairement aux auxiliaires avoir et être. Cependant, le fait que beaucoup ne soient pas décrits comme tels revient à créer une division tripartite dans la description des verbes suivis d’un infinitif en français :

Catégorie 1. Les verbes transitifs suivis d’une subordonnée complétive dont le verbe est à l’infinitif (Je veux [PSubpartir]. Elle a accepté [PSubd’étudier ton projet].)

Catégorie 2. Les semi-auxiliaires (Elle est en train de lire un article. Nous devons lui écrire.)

Catégorie 3. Les verbes (analysés comme verbes intransitifs ou transitifs selon l’approche grammaticale) suivis d’une séquence infinitive qui n’a pas d’équivalent en subordonnée complétive (Il a hésité à prendre la parole. Tu n’oses pas écrire à la directrice.) et dont la séquence comprenant le verbe à l’infinitif et ses compléments, s’il y a lieu, est non pronominalisable en le ou en cela.

41Ce que les recherches linguistiques montrent (par exemple, François 2003, Gosselin 2010, Leeman-Bouix 1994), c’est qu’il est possible de réduire cette division en deux catégories, en rapatriant les verbes de la catégorie 3 dans la catégorie 2. Cette catégorie 2 peut alors se sous-diviser selon le degré de lexicalisation du semi-auxiliaire et ses propriétés distributionnelles.

42Les avantages d’un tel reclassement pour les ouvrages de référence sont alors les suivants. Pour les dictionnaires, il n’est plus nécessaire d’indiquer la transitivité des verbes comme hésiter et oser quand ils sont suivis d’un verbe à l’infinitif. Ils sont à ce moment-là classés comme semi-auxiliaires. Une marque sémantique peut compléter l’information (semi-auxiliaire aspectuel, modal, de modalité d’action, etc.).

43Pour les grammaires, il y a trois grands avantages. Le premier réside dans le fait qu’il n’existe plus de séquence infinitive difficilement analysable : soit la séquence infinitive est une subordonnée complétive, soit elle contient le véritable verbe de la phrase (celui qui décrit le procès) précédé d’un semi-auxiliaire. Il n’est ainsi plus nécessaire de postuler l’existence d’une sorte de groupe de type groupe verbal infinitif (solution adoptée dans Chartrand et al. (2011 : 192-194)), catégorie regroupant des éléments au comportement très variable. Ainsi, le reclassement évite d’attribuer la fonction de complément (direct ou indirect) du verbe à toutes les séquences suivant un semi-auxiliaire. Le deuxième avantage réside dans le fait que l’intégration de nombreuses formes comme semi-auxiliaire permet d’élaguer la liste des verbes qui prennent une subordonnée complétive comme complément. Cette catégorie de verbes devient alors plus cohérente sur le plan syntaxique et moins hétéroclite sur le plan sémantique, puisque les verbes qu’elle contient sont tous des verbes déclaratifs avec des nuances sémantiques (par exemple, regretter et avouer sont des verbes déclaratifs permettant respectivement de déclarer le regret et l’aveu). Le troisième avantage est de présenter le système temps, mode, aspect du français comme étant beaucoup plus vaste et disposant d’un large éventail lexical. Si la conjugaison dispose déjà de moyens morphologiques pour indiquer l’aspect inaccompli grâce aux temps simples, il ne faut pas passer sous silence l’existence de nombreux semi-auxiliaires permettant cette même valeur (être en train de, ne pas cesser de, continuer de, n’en plus finir de, être occupé à, persévérer à, etc.)

44Finalement, d’un point de vue sociolinguistique, dans les dictionnaires comme dans les grammaires, on tirera avantage à donner plus de visibilité aux semi-auxiliaires pour afficher le caractère normé de leur emploi en français. En effet, comme le signalent Poplack et Dion (2009), une forme absente d’un dictionnaire ou d’une grammaire peut être perçue à tort comme ne faisant pas partie de la norme. C’est d’autant plus vrai avec les semi-auxiliaires qui dédoublent une forme existante normée. Baylon et Fabre (1973 : 126), parlant du futur construit avec le semi-auxiliaire aller, portent le jugement normatif suivant : « Dans la langue familière, la périphrase aller + infinitif tend à prendre la place du futur I. » Poplack et Dion (2009) montrent au contraire que ce ne sont pas des variables sociales qui conditionnent l’emploi d’une forme du futur plutôt que d’une autre, mais des variables linguistiques telles que la présence d’une négation ou d’un adverbe de temps. Dans le but d’offrir un portrait juste du français normé, il est important que les semi-auxiliaires reçoivent un traitement quantitatif et qualitatif dans les ouvrages de référence.

4. Liste des auxiliaires du français

45Pour fournir un point de départ au travail des grammairiens et des lexicographes, nous terminons notre article avec une liste relativement exhaustive des formes que nous analysons comme étant des semi-auxiliaires, à la lumière des recherches en linguistique française les plus avancées et les plus récentes. Cette liste s’est constituée grâce aux nombreuses listes présentes dans les divers articles et livres que nous avons lus sur les semi-auxiliaires (François 2003 ; Gosselin 2010 ; Leeman-Bouix 1994 ; Le Goffic et Combe McBride 1975 ; Piron 2017a et 2017b ; Riegel et al. 2018 ; Wilmet 2010). Les tableaux de Gross (1975) nous ont aussi été d’une grande utilité. Cette liste a également été enrichie grâce à la recherche de synonymes dans le PR, le GR et Antidote 9. Nous pensons qu’il manque encore quelques verbes, et nous sommes bien consciente des problèmes qu’une telle liste peut représenter. Nous croyons cependant qu’elle a le mérite premièrement de regrouper des données jusqu’ici éparses et deuxièmement de montrer la quantité de formes verbales qui appartiennent à cette classe encore négligée par les ouvrages de référence qui ont comme visée de décrire le français en tant que système linguistique. Nous proposons des sous-valeurs sémantiques qu’on ne trouve habituellement pas dans la littérature sur le temps, le mode et l’aspect (par exemple, connaissance ou implication dans le procès). Elles sont présentes essentiellement dans la perspective de classer un peu plus finement les formes verbales. En réalité, il aurait été possible de fragmenter encore plus ce classement, mais ce serait nous éloigner de l’objectif de notre article. Dans la lecture de cette liste, c’est d’abord et avant tout la valeur principale dans la première colonne qui importe.

Conclusion

46Dans cet article, nous avons proposé une ouverture de la classe des auxiliaires à beaucoup plus de formes que celles fournies par les ouvrages de référence. Nous y voyons deux avantages importants. Le premier est que l’analyse des séquences verbe + (préposition) + VInf s’effectue selon des critères syntaxiques et sémantiques plutôt que purement syntaxiques (alternance possible ou non avec une subordonnée complétive dont le verbe est conjugué). La distinction entre un semi-auxiliaire suivi d’un verbe à l’infinitif et une subordonnée complétive infinitive ne repose donc plus seulement sur l’alternance syntaxique possible avec une subordonnée complétive dont le verbe est conjugué. La prise en compte du sens enrichit les critères définitoires.

47Le second avantage de cette ouverture est qu’elle permet de lister un certain nombre de verbes et de les regrouper selon leur sens. On peut penser dès lors à utiliser ce genre de liste dans un objectif d’enrichissement du vocabulaire.

Bibliographie

Bibliographie

Antidote 9, Logiciel, Montréal, Druide informatique, 2018.

Arrivé (M.), Gadet (F.), Galmiche (M.), La grammaire d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986.

Baylon (C.), Fabre (P.), Grammaire systématique de la langue française avec des travaux pratiques d’application et leurs corrigés, Paris, Nathan, 1973.

Bouchard (D.), The semantics of syntax : a Minimalist approach to grammar, Chicago, The University of Chicago Press, 1995.

Bres (J.), Labeau (E.), « De la grammaticalisation des formes itive (aller) et ventive (venir) : valeur en langue, emplois en discours » in Études de sémantique et pragmatique françaises sous la direction de Saussure DE (L.), Rihs (A.), Berne, Peter Lang, 2012, p. 143- 165.

Chartrand (S.-G.), Aubin (D.), Blain (R.), Simard, (C.), Grammaire pédagogique du français d’aujourd’hui, Montréal, Chenelière Éducation, 2011.

Cherdon, Guide de grammaire française (13e édition), Bruxelles, De Boeck, 2005.

Denis (D.), sancier-Chateau (A.), Grammaire du français, Paris, Livre de Poche, 2002.

Dictionnaire de l’Académie française (1992-…) (9e édition), Paris, Académie française, en ligne, https://academie.atilf.fr/9/.

François (J.), La prédication verbale et les cadres prédicatifs, Louvain, Peeters, 2003.

Gardes-Tamine (J.), La grammaire/2 syntaxe, Paris, Armand Colin, 2010.

Gobbe (R.), Tordoir (M.), Grammaire française, Saint-Laurent, Éditions du Trécarré, 1986.

Gosselin (L.), Sémantique de la temporalité en français : un modèle calculatoire et cognitif du temps et de l’aspect, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1996.

Gosselin (L.), Temporalité et modalité, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 2005.

Gosselin (L.), Les relations entre périphrases aspectuelles et conjugaisons en français, in Interpréter les temps verbaux sous la direction de Flaux (N.), Stosic (D.), Vet (C.), Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2010, p. 33-61.

Grevisse (M.), Goosse (A.), Le bon usage, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2016.

Gross (M.), Méthodes en syntaxe : régime des constructions complétives, Paris, Hermann, 1975.

Le Goffic (P.), Combe McBride (N.), Les constructions fondamentales du français, Paris, Librairie Hachette, 1975.

Leeman-Bouix (D.), Grammaire du verbe français : des formes au sens, Paris, Nathan, 1994.

Le Grand Robert de la langue française. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Nouvelle édition augmentée, sous la responsabilité d’Alain Rey et de Danièle Morvan, Paris, Le Robert, 2017, en ligne, version numérique 4.1 (novembre 2017).

Le Petit Robert de la langue française 2018, sous la direction de Josette Rey-Debove et d’Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2018, en ligne, version numérique 5.2 (juin 2018).

Narjoux (C.), Le Grevisse de l’étudiant : grammaire graduelle du français, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2018.

Piron (S.), Grammaire française - Perfectionnement, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2017a.

Piron (S.), Grammaire française - Mise à niveau (2e édition), Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2017b.

Piron (S.), « La grammaire dans les dictionnaires ou les dessous secrets de la lexicographie » in La linguistique et le dictionnaire au service de l’enseignement du français au Québec sous la direction de Vincent (N.), PIron (S.), Montréal, Nota Bene, 2018, p. 237- 312.

Poplack (S.), Dion (N.), « Prescription vs. Praxis : The evolution of future temporale reference in French », Language, 85 (3), 2009, p. 557-587.

Riegel (M.), Pellat (J.-C.), Rioul (R.), Grammaire méthodique du français (7e édition), Paris, Presses universitaires de France, 2018.

Trésor de la Langue Française Informatisé (TLFi), Nancy, CNRS, ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française), UMR CNRS-Université Nancy 2, en ligne, http://atilf.atilf.fr/frantext.htm.

Usito, dictionnaire général de la langue française sous la direction d’Hélène Cajolet-Laganière, de Pierre Martel et de Chantal-Édith Masson, et avec la collaboration de Louis Mercier, Université de Sherbrooke, [2013], en ligne, https://usito.usherbrooke.ca.

Wilmet (M.), Grammaire critique du français (5e édition), Bruxelles, De Boeck - Duculot, 2010.

Notes

1 Je tiens à remercier mes étudiantes et mes étudiants de cours de grammaire avancée à l’UQAM. Ce sont eux qui, dès 2015, m’ont fait prendre conscience du fait que l’analyse des semi-auxiliaires dans les ouvrages de référence du français présente beaucoup de variabilité. Je les remercie chaleureusement de m’avoir fourni des formes verbales sur lesquelles réfléchir : la liste de semi-auxiliaires qui clôt cet article ne serait pas aussi riche sans leurs questionnements. Je remercie Laurent Gosselin et Julie Rinfret pour leur relecture d’une version préliminaire de cet article.

2 Le terme modalité d’action est de François (2003).

3 Je remercie Laurent Gosselin (communication personnelle) de m’avoir fait remarquer cette signification.

4 Leeman-Bouix (1994) propose aussi penser comme semi-auxiliaire, aux côtés de croire, estimer, présumer, supposer. Elle ne distingue cependant pas les différents sens de ce verbe, puisque sa démonstration se concentre uniquement sur le verbe croire.

5 Seuls les auxiliaires venir de, être en train de et aller + VInf semblent avoir fait leur chemin dans ces ouvrages.

6 Dans Grevisse et Goosse (2016), la liste des semi-auxiliaires est couverte aux § 820- 821. Les autres verbes suivis d’un infinitif sont couverts aux § 904-909, où l’infinitif est analysé comme un complément du verbe. Nous avons choisi d’indiquer les formes hésiter à, se mettre à, monter et (s’) empêcher de comme étant absentes de Grevisse et Goosse (2016), puisqu’elles ne sont pas traitées comme des semi-auxiliaires, mais comme des verbes ayant un infinitif comme complément.

7 Piron (2017a) présente la forme hésiter à la fois comme semi-auxiliaire modal (p. 59) et comme verbe sélectionnant une PSub complétive déclarative infinitive (p. 210). Cette double analyse, que l’auteure souligne (Piron 2017a : 214), est révélatrice du flou de l’analyse linguistique du semi-auxiliaire.

8 Riegel et al. (2018 : 452) indiquent explicitement dans une remarque qu’« [o]n ne confondra pas l’emploi du verbe aller comme auxiliaire avec son utilisation comme verbe de mouvement suivi d’un infinitif. » Ceci exclut de facto la possibilité d’une analyse de monter comme un semi-auxiliaire.

9 Une présentation plus complète de chacun de ces ouvrages dans leur version la plus récente est disponible dans Piron (2018 : 246-248).

Notes de fin

x Antidote 9 est un peu particulier dans notre corpus puisqu’il s’agit d’un dictionnaire qui se déploie en neuf dictionnaires (synonymes, antonymes, historique, etc.). On trouve l’emploi de monter + VInf seulement dans le dictionnaire des cooccurrences, dictionnaire formé à partir d’un corpus de 4 milliards de mots, analysé automatiquement, selon les informations fournies par le logiciel. Il y a donc une inadéquation entre les constructions présentées dans le dictionnaire des définitions et celles issues du corpus du dictionnaire des cooccurrences.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Mise en application des tests d’identification de la subordonnée complétive infinitive
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Figure 1. Découpage aspectuel du procès dans le modèle SdT
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Tableau 3. Analyse de cinq formes verbales comme semi-auxiliaires dans huit grammaires
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Tableau 4. Description de hésiter à + VInf dans six dictionnaires
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Tableau 5. Description de se mettre à + VInf dans six dictionnaires
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Tableau 6. Description de monter + VInf dans six dictionnaires
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Tableau 7. Description de laisser + VInf dans six dictionnaires
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Tableau 8. Description de négliger de + VInf dans six dictionnaires
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26452/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search