Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Deuxième partie. Ouvrages de référence : les dictionnaires et grammaires

Usito : une description ouverte de la langue française

Hélène Cajolet-Laganière

Texte intégral

1Dans cet article, nous nous proposons de montrer le chemin suivi par l’équipe éditoriale du dictionnaire Usito de manière à rompre avec la tradition et à favoriser une description plus ouverte de la langue française. Usito a été élaboré dans le cadre du projet Franqus (français québécois usage standard), activité scientifique du Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois (CATIFQ) de l’Université de Sherbrooke, maintenant appelé Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec (CRIFUQ). Ces nouveaux chemins parcourus s’actualisent par les moyens suivants, qui seront détaillés successivement dans l’article : 1) l’élaboration d’une politique éditoriale qui répond aux attentes du public québécois ; 2) une conception informatique de la lexicographie basée sur des corpus textuels ; 3) l’élargissement du cadre descriptif du français grâce à un nouveau système de marques, notamment pour le traitement de la variation géographique et des anglicismes ; 4) une nouvelle approche pour distinguer les emplois techniques et scientifiques ; 5) le choix de la théorie grammaticale pour guider et encadrer le traitement des éléments grammaticaux ; 6) l’exploitation des nouvelles technologies pour le traitement des informations lexicogrammaticales et autres difficultés langagières ; 6) l’importance enfin de suivre l’évolution du discours de référence et d’en faire état dans le dictionnaire de manière constante.

1. L’élaboration d’une politique éditoriale qui répond aux attentes du public québécois

2Avant de commencer l’élaboration du dictionnaire Usito, nous avons mené une vaste enquête sous forme de questionnaire écrit, dans six régions du Québec, auprès de plus de huit-cents personnes de différents âges et fonctions. Il ressort de cette enquête que les Québécois veulent connaitre, d’une part, les emplois « acceptés » selon un certain « standard québécois » et, d’autre part, les emplois « critiqués » de même que les emplois qui peuvent varier en fonction de certaines situations de communication. Ils souhaitent de plus un dictionnaire général à l’intérieur duquel les mots et les emplois caractéristiques du Québec seront distingués des mots et des emplois caractéristiques de la France à l’aide d’une marque quelconque. Ces attentes ont été au cœur de l’élaboration de notre politique éditoriale et de la description lexicographique et ont guidé les chemins que nous avons empruntés.

2. Une conception informatique de la lexicographie basée sur des corpus textuels

3Le dictionnaire en ligne Usito n’est pas le résultat de l’adaptation d’une version imprimée préexistante d’un dictionnaire général. Aussi, avant l’élaboration du dictionnaire, plusieurs années ont été consacrées à la mise en place d’une infrastructure informatique (plateforme logicielle de gestion de documents, fiche de saisie informatisée des articles, etc.) et à l’élaboration de la Banque de données textuelles de Sherbrooke (BDTS), représentative des différents usages du français au Québec. Cette banque comporte plus de 52 millions d’occurrences tirées de plus de 15000 textes, la plupart contemporains, et dans cinq types de discours : textes spécialisés, littéraires, journalistiques, didactiques et textes transcrits d’enquêtes orales.

4L’observation de ce corpus textuel a permis l’établissement d’une nomenclature repensée (soit les mots et emplois à décrire) ainsi qu’un traitement lexicographique adapté à la réalité nord-américaine touchant les définitions, les exemples et référents culturels, les citations littéraires, les expressions, locutions, cooccurrents, proverbes, etc., de même que les valeurs et l’imaginaire culturel collectif associés à ces emplois.

3. L’élargissement du cadre descriptif du français grâce à un nouveau système de marques, notamment pour le traitement de la variation géographique

5Le système de marques d’un dictionnaire est fort délicat et complexe ; celui-ci permet de situer les différents mots et sens en fonction des différents types de variation linguistique (temporelle, géographique, sociale, stylistique ou autres). Nous avons adapté celui-ci à notre description lexicographique conformément aux objectifs mentionnés ci-dessus et aux attentes du public visé. Nous détachant de la tradition lexicographique, nous avons, par exemple, laissé de côté les marques populaire, argot et régional, moins adaptées à nos objectifs de description et à la situation sociolinguistique du Québec. Outre le registre neutre ou standard, nous avons opté pour les marques de registre familier, très familier et soutenu, et pour les marques de connotation, littéraire, par plaisanterie, péjoratif, vulgaire, injurieux, ironique, injurieux et raciste, dans le langage enfantin, souvent ou parfois péjoratif ou ironique.

6Nous nous attarderons ici au système original de marques et indicateurs géographiques que nous avons conçu de manière à offrir aux utilisateurs et utilisatrices une description ouverte de la langue française qui reflète la réalité québécoise, canadienne et nord-américaine tout en créant des ponts avec le reste de la francophonie, bref, une ouverture à la variation géographique des usages francophones et à la diversité culturelle qui la sous-tend.

7Ce que propose Usito, c’est d’élargir le cadre descriptif de la langue française de façon à pouvoir mieux intégrer le volet québécois et nord-américain de cette langue. Pour ce faire, il dégage de l’ensemble des usages du français une zone commune à la francophonie. Et au-delà de cette zone commune, il indique, grâce à des marques géographiques, à des indicateurs, à des remarques ou encore dans les définitions et l’exemplification, les emplois caractéristiques des autres aires de la francophonie.

8Plus concrètement, les spécificités du Québec, et plus largement du Canada, ou celles de la France, et plus largement de l’Europe, sont indiquées par des marques et indicateurs géographiques qui permettent de faire le pont entre les usages respectifs. La marque QC indique un emploi caractéristique de l’usage du français au Québec, et plus largement au Canada ; la marque FE, quant à elle, indique un emploi caractéristique de l’usage du français en France, et plus largement en Europe (voir les exemples d’articles présentés ci-après). Dire d’un emploi qu’il est caractéristique d’un usage n’implique pas nécessairement qu’il lui soit exclusif. Un mot peut continuer à être perçu comme caractéristique de l’usage européen, même si un certain nombre de Québécois commencent à l’utiliser, et vice versa. Nous présentons ci-après les chemins parcourus pour assurer cette ouverture de la description lexicographique.

3.1 L’enrichissement de la nomenclature et l’indication de marques géographiques

9Cet enrichissement de la nomenclature est directement lié à l’intégration des québécismes courants en français standard au Québec. En 2000, au moment du début de l’élaboration du dictionnaire, plus de 10000 mots, sens ou expressions généralement absents des dictionnaires élaborés en France et largement diffusés au Québec (le Petit Robert, Le Petit Larousse, etc.), ont été ajoutés, tels : andragogie, amiantose, autocueillette, baladodiffuser, camisole, bleuetier, centre de la petite enfance, certificat d’immatriculation, classe d’immersion, classe d’accueil, conseil d’établissement, fibrose kystique, orthopédagogue, téléjournal, théâtre d’été, etc. Voir, à titre d’exemples, les extraits d’articles suivants :

3.2 L’enrichissement de la description lexicographique

10Tous les articles ont été enrichis afin de mieux intégrer les ressources lexicales visant à nommer de manière précise les réalités québécoises, canadiennes et nord-américaines, et ce, dans tous les domaines de la vie courante et professionnelle (alimentation, faune et flore, environnement, sport, droit, culture, informatique, médecine, etc.).

11Cet enrichissement se manifeste par l’ajout des ressources lexicales de base du français (termes et syntagmes) qui servent à nommer avec précision le contexte québécois et l’environnement nord-américain par rapport à l’usage en Europe :

12Il se manifeste également par la prise en compte d’une plus large valeur référentielle des mots français, ce qui permet de mettre en évidence l’ancrage sociolinguistique des mots décrits :

13Il se manifeste de plus par la prise en compte d’un plus large éventail d’emplois propres à la réalité nord-américaine de même que par la mise en valeur de la culture littéraire québécoise et de l’imaginaire culturel collectif, grâce notamment aux citations littéraires, aux exemples de réalités culturelles et aux remarques d’ordre encyclopédique, linguistique ou culturel :

14L’enrichissement de la description se traduit aussi par l’ajout de valeurs sociales caractéristiques de la société québécoise. À titre d’exemple, la féminisation des titres de fonction. Le chemin suivi ici est de donner de manière systématique, en entrée ou dans l’exemplification, le féminin de tous les titres de fonction. Conformément à notre politique éditoriale, les variations géographiques sont indiquées en remarque ; de même, certaines restrictions d’emploi sont formulées, notamment pour ce qui est des féminins en -eure :

15L’enrichissement se remarque en outre par l’ajout de référents culturels propres à la francophonie canadienne et nord-américaine (toponymes, gentilés, emblèmes, sigles ou acronymes, proverbes ou expression, etc.), précisés grâce aux marques et indicateurs géographiques ou encore dans les exemples, les citations, les remarques et les articles thématiques.

16L’ouverture de la description se manifeste enfin par l’ajout de listes d’acadianismes, de belgicismes, d’helvétismes encore vivants, élaborées par les spécialistes du domaine et intégrées à la nomenclature. Voir, à titre d’exemples, les extraits d’articles suivants :

4. Une nouvelle approche pour distinguer les emplois techniques et scientifiques

17Conformément à la pratique courante dans les dictionnaires usuels, le dictionnaire Usito présente tous les sens d’un mot dans le même article ; les sens spécialisés sont en principe précédés d’un indicateur de domaine ou d’une marque technolectale. De même, Usito fait systématiquement le lien entre la langue générale et la langue de spécialité par des renvois ou des remarques.

18Au besoin, Usito ajoute à la description une précision quant à l’emploi du mot en langue générale ou en langue technique. Par exemple, dans l’article outarde, l’usager aura accès à la bulle explicative suivante : En plus de leur nom technique (utilisé notamment dans la langue spécialisée ainsi que dans la documentation officielle ou didactique), les plantes et les animaux ont souvent un nom usuel, dont l’emploi est plus spontané dans la langue générale, ainsi qu’à une longue remarque de manière à lui expliquer l’origine du mot outarde et son caractère standard en langue générale.

19Usito précise également de manière systématique les termes officialisés par l’OQLF ou par un organisme de normalisation en France.

5. Un nouveau système de marques pour le traitement des anglicismes critiqués qui prend également en compte la variation géographique

20Le traitement des anglicismes critiqués pose la question fondamentale de la hiérarchisation des usages et des formes en concurrence. Pour ce sous-ensemble très sensible de la description lexicographique, le chemin suivi a été de renouveler la nomenclature des anglicismes critiqués au regard de leur fréquence et de leur dispersion dans la Banque de données textuelles de Sherbrooke (BDTS) et autres bases et banques de données. Parmi les listes fort longues d’anglicismes présentées dans les ouvrages lexicographiques ou normatifs, un nombre restreint d’entre eux sont effectivement utilisés dans les textes. Nous avons, dans un premier temps, repéré ces emprunts réellement en usage au Québec, établi une typologie des cas types et tenté de les décrire d’une manière mieux adaptée à la situation linguistique du Québec en faisant notamment le lien avec les emplois hexagonaux. Notre objectif est d’informer l’usager sur la « recevabilité » de ces emprunts, « recevabilité » qui se dégage notamment de l’usage observé à l’écrit ainsi que de la prise en compte des commentaires épilinguistiques formulés au fil du temps sur ces emplois. Aussi, les anglicismes ont été décrits au regard de cette recevabilité. Dans un souci pédagogique, nous faisons suivre chacun des anglicismes critiqués des emplois français qui sont le plus généralement proposés comme substituts standards, parmi lesquels nous identifions ceux qui font l’objet d’une recommandation officielle de la part de l’OQLF ou d’une autre autorité normative francophone. Des marques géographiques permettent, le cas échéant, de distinguer parmi les anglicismes lexicaux ou sémantiques signalés ceux qui sont caractéristiques du français en usage au Québec (QC).

21À la suite de cette étude et de l’analyse des contextes d’emploi, nous avons élaboré une typologie originale des emprunts critiqués à l’anglais bien attestés dans nos corpus, tant lexicaux que sémantiques. Les anglicismes lexicaux ouvertement critiqués font l’objet d’un article distinct.

22Quant aux anglicismes sémantiques ouvertement critiqués, ils sont présentés dans une rubrique distincte à la fin de l’article.

23Par ailleurs, nous traitons dans une remarque les emplois qui, d’une part, sont largement attestés dans nos corpus textuels de référence et qui, d’autre part, ont fait l’objet de critiques dans quelques-uns des principaux ouvrages utilisés au Québec comme références normatives. Avec le temps, le jugement sur ces emplois a évolué et ils sont généralement passés dans l’usage standard dans la plupart des ouvrages, d’où la mention de parfois critiqué dans la remarque. Dans un souci pédagogique, nous faisons mention, le cas échéant, des autres emplois en français qui sont le plus généralement proposés comme substituts standards.

24Dans tous les cas d’emplois critiqués, l’utilisateur en est immédiatement informé dès l’affichage de l’article dans Usito. En effet, le panneau latéral d’accès direct à droite de l’article dégage tous les emplois critiqués ou à utiliser « avec précaution », évitant par le fait même une recherche fastidieuse dans le corps d’articles souvent volumineux.

25Par ailleurs, nombre de syntagmes, bien qu’ils soient calqués sur l’anglais, sont parfaitement intégrés au système de la langue et ne sont pas critiqués ; il importe d’en préciser la recevabilité : autoroute de l’information, chemin de fer, classe de maître, conférence au sommet, économiseur d’écran, gratte-ciel, groupe de discussion, guerre froide, lettre d’information, libre-échange, libre-service, navette spatiale, sélection naturelle, supermarché ; le jour de la marmotte, autobus scolaire, les jours de la jonquille, aile parlementaire, balance du pouvoir, cabinet fantôme, bière d’épinette, queue de castor, tasse à mesurer, cuillère à thé, cuillère à table. Il en va de même de nombreuses expressions : QC, Fam. accrocher ses patins ; QC avoir le pouce vert (FE avoir les doigts verts, avoir la main verte) ; QC, Fam. ne pas être sorti du bois ; Fam. avoir un cadavre, un squelette dans le placard ; Fam. Et parfois critiqué ce n’est pas ma tasse de thé, etc.

26Enfin, pour un certain nombre d’emprunts à l’anglais, la réserve normative émise à leur endroit nous semble liée à un souci d’ordre terminologique. Nous avons dans ces cas précisé la réserve Parfois critiqué, dans un contexte terminologique.

6. Le choix de la théorie grammaticale pour guider et encadrer le traitement des éléments grammaticaux

27Concernant la théorie grammaticale, l’approche descriptive de référence choisie est celle de la grammaire nouvelle ou moderne, tant dans le vocabulaire utilisé (par exemple, déterminant possessif, plutôt qu’adjectif possessif, etc.). Pour ce qui est du traitement des verbes, nous avons procédé à une réanalyse des classements verbaux des verbes en fonction des avancées de la théorie grammaticale. Cette analyse a porté essentiellement sur les verbes qui contiennent une construction avec complément prépositionnel sélectionné, c’est-à-dire requis par le verbe. Sur quelque 5500 verbes, près de 2000 ont au moins une construction intransitive. Notre souci premier a été de tenir compte des programmes d’enseignement du Québec. Par ailleurs, un examen de la situation a montré une cohabitation de la grammaire traditionnelle et de la grammaire nouvelle, autant dans les compétences des usagers que dans les divers ouvrages de référence. Nous avons donc opté pour une double analyse systématique, de façon à permettre le passage d’une théorie grammaticale à l’autre, et décidé de mettre la grammaire nouvelle au premier plan (le lien avec la grammaire traditionnelle est indiqué dans une infobulle, en cliquant sur le petit icône). Nous avons donc tenté, autant que possible, d’exemplifier chacune des acceptions, notamment pour illustrer des cas problèmes, des accords particuliers, etc. De plus, nous avons dégagé les modèles de construction des verbes pour que le dictionnaire puisse être une aide à la rédaction, à la révision ou à la traduction. La théorie grammaticale utilisée pour guider et encadrer le traitement des éléments grammaticaux dans Usito est celle décrite dans la Grammaire française, Mise à niveau, élaborée par Sophie Piron. Voir, à titre d’exemples, les extraits d’articles suivants :

7. L’exploitation des nouvelles technologies pour le traitement des informations lexicogrammaticales et autres difficultés langagières

28La variation morphologique (féminisation, pluriels irréguliers, conjugaison des verbes, etc.) est source constante d’hésitations orthographiques. Nous avons tenté de fournir ces informations de manière systématique et de façon explicite. D’abord, grâce aux informations présentées dans le bloc entrée et résumées dans un tableau synthèse en fin d’article, aux tableaux de conjugaison de tous les verbes aux formes simples et composées, à l’exemplification et au besoin, à l’ajout d’une remarque explicative. Ces informations comprennent également l’ensemble des formes recommandées par les rectifications orthographiques. La barre de recherche permet de plus à l’usager de lancer la recherche à partir de n’importe quelle forme du mot, y compris les formes conjuguées du verbe. Pour tous ces éléments, l’exemple joue un rôle très important dans les articles comme support d’information grammaticale. Voir, à titre d’exemples, les extraits d’articles suivants :

29Pour un certain nombre de mots, les contextes standards indiquent une variation de genre selon l’aire géographique. Dans ces cas, le chemin suivi est d’indiquer les deux genres, en précisant d’abord l’usage au Québec, suivi d’une remarque explicative, au besoin.

30Par ailleurs, dans le cas de problèmes d’accord ne pouvant pas être explicités dans la tête de l’article, les exemples jouent alors un rôle fondamental. Prenons, à titre d’exemples, l’accord du participe passé des verbes pronominaux et du verbe précédé d’un collectif, l’invariabilité des participes passés des verbes intransitifs et transitifs indirects, l’orthographe des homophones non homographes (adjectif verbal et participe présent), l’accord des adjectifs de couleur, ou autres difficultés grammaticales (quasi, demi, tout, même, possible, etc.). Ici encore, de manière systématique et de façon explicite, nous tentons d’anticiper la difficulté pour l’usager et de lui fournir l’information grâce essentiellement à l’exemplification et à l’ajout d’une remarque, au besoin.

7.1 Les paratextes et articles de synthèse

31Libre de toutes contraintes d’espace, le dictionnaire en ligne permet d’ajouter de multiples compléments d’information sous la forme d’articles thématiques consacrés aux réalités linguistiques, culturelles, socioéconomiques, politiques et géographiques du Québec et du Canada, qui appuient l’ancrage de la description lexicographique en contexte nord-américain. Davantage en lien avec la description du discours de référence, de nombreux tableaux ou articles de synthèse ont été intégrés à la description concernant notamment l’emploi de la ponctuation, de la majuscule, des abréviations ; les homophones ; l’accord du participe passé ; la conjugaison verbale ; la mise en relief des éléments dans un texte ; la rédaction épicène ; etc. Ces articles de synthèse constituent des aides supplémentaires pour l’usager. Également, divers tableaux, dont le Tableau des déterminants, le Tableau des pronoms, le Tableau d’équivalence de la grammaire nouvelle et de la grammaire traditionnelle, le Tableau des classes de mots, etc., permettent au milieu de l’enseignement et aux parents de s’ajuster aux programmes de français actuellement en vigueur.

8. L’importance de suivre l’évolution du discours de référence et d’en faire état dans le dictionnaire de manière constante

32L’équipe éditoriale d’Usito assure une veille linguistique constante des médias électroniques écrits ainsi que de corpus spécialisés. L’actualité, le développement technologique, la politique, l’environnement, l’alimentation, notamment, ne manquent pas d’avoir des répercussions sur les mots que l’on emploie. Ces mots reflètent les mutations de la société, de l’économie, les avancées de la science et de la technologie, etc. Nous sommes à l’affut de ces nouveaux mots. La fréquence d’un mot est le premier facteur de sélection, ainsi que sa dispersion dans de nombreuses sources (journaux, télévision, radio, littérature, textes techniques et scientifiques, etc.), pour une période suffisamment longue qui démontre que ce mot est véritablement entré dans l’usage. Avec l’évolution de la langue, des termes bien ancrés dans la langue s’enrichissent également de nouvelles significations. Un certain nombre d’exemples nouveaux servent aussi à illustrer les définitions existantes. Sans ces mots et sens nouveaux, on ne peut décoder la société moderne dans laquelle nous évoluons. La mise à jour du dictionnaire s’avère donc essentielle et garantit une relation continue avec les usagers. Un dictionnaire général se doit d’être une source d’information fiable, scientifique et moderne, ancrée dans la réalité d’un français de qualité en usage au Québec, au Canada et ailleurs, porteur de la culture francophone d’Amérique du Nord. Pour tous ces nouveaux mots, sens ou expressions, il importe, après recherche, et conformément à la politique éditoriale, de fournir les informations lexicogrammaticales normées, soit, selon le cas : l’orthographe standard, y compris les variations d’emploi et l’orthographe rectifiée ; la classe grammaticale, le genre, le pluriel ou l’invariabilité ; le tableau de conjugaison ; le système de renvoi (synonymes, antonymes, hyponymes, hyperonymes, etc.) ; les marques géographiques, les marques de domaines spécialisés, les restrictions d’emploi (registre de langue, connotation) ; l’exemplification ; les remarques normatives ; etc. Pour les emprunts critiqués à l’anglais, il importe de fournir les équivalents proposés pour les remplacer, les avis de recommandation des organismes officiels, etc. Voir, à titre d’exemples d’ajouts, les extraits d’articles suivants :

Conclusion : une approche interactive du dictionnaire et centrée sur l’utilisateur

33Nous libérant de toute contrainte d’espace, l’environnement numérique a rendu possible un profond renouvèlement de la pratique lexicographique, du discours lexicographique et de l’encadrement des usagers et usagères quant à la consultation et à l’exploitation de l’ouvrage. L’entreprise de rendre accessible une telle masse d’informations de manière simple, efficace et rigoureuse s’est avérée un véritable défi et a été l’occasion du développement et de la mise en œuvre de nombreux dispositifs et mécanismes innovants. Il devait être possible pour l’utilisateur non seulement de trouver ce qu’il cherche, mais d’y parvenir rapidement et avec aisance, de retirer une satisfaction de son activité, voire de dépasser l’objectif de sa recherche initiale. Cette quête de la plus petite courbe d’apprentissage s’est traduite par la prise en compte tant des habitudes déjà développées dans la consultation d’un dictionnaire que des habiletés acquises dans la manipulation des interfaces Web. À titre d’exemples du chemin suivi par Usito en lien avec une approche interactive du dictionnaire et centrée sur l’utilisateur, mentionnons, entre autres, la grande tolérance à l’erreur au moment de la recherche d’un mot, les infobulles explicatives, les nombreux liens hypertextes, les modèles de construction, notamment pour les verbes, l’exploitation des exemples, citations et notices biographiques des auteurs cités, l’ensemble des tableaux de conjugaison, qui incluent les rectifications orthographiques, le tableau latéral d’accès direct à droite de l’article qui dégage les synonymes, homonymes, emplois critiqués, sous-entrées, etc., donnant un accès immédiat à l’information. Enfin, la diffusion en ligne permet à Usito de demeurer un ouvrage de référence moderne, actuel et vivant qui est à l’écoute de ses utilisateurs (à qui Usito offre un canal direct de transmission de commentaires), qui leur communique sans délai le fruit de ses mises à jour régulières et de ses enrichissements et qui peut rapidement s’adapter aux nouveaux modes de communication (tablettes, téléphones intelligents, etc.).

Bibliographie

Bibliographie

Cajolet-Laganière (H.), Martel (P.), Masson (C.-E.), avec la collaboration de Mercier (L.) (conseiller éditorial et responsable du traitement du vocabulaire de la faune et de la flore), Usito, dictionnaire général de la langue française, Université de Sherbrooke, [2013], en ligne, https://usito.usherbrooke.ca.

Cajolet-Laganière (H.), en collaboration avec D’Amico (S.), « Le traitement des anglicismes critiqués dans le dictionnaire en ligne Usito », colloque du Réseau des organismes francophones de politique linguistique et d’aménagement linguistique (OPALE), Les anglicismes : des emprunts à intérêt variable ?, Québec, octobre 2016, p. 128-150.

Cajolet-Laganière (H.), D’Amico (S.), « Pour une approche plus ouverte du français et de sa variation géographique, pour une meilleure prise en compte des contextes québécois, canadien et nord-américain », in Migration Regionalization Citizenship : comparing Canada and Europe édité par Sarkowsky (K.), Schwarze (S.), Schultze (R.-O.), Wiesbaden, Springer (« Politikwissenschaftliche Paperbacks »), 2015, p. 209-229.

Cajolet-Laganière (H.), Mercier (L.), « En quoi l’environnement numérique contribue-t-il au renouvellement de la pratique et du discours lexicographiques ? », colloque international Du papier au numérique : la mutation des dictionnaires, 4e Journée québécoise des dictionnaires, BANQ, Montréal, 4 octobre 2012.

Cajolet-Laganière (H.), « Marques et indicateurs géographiques dans le dictionnaire général du français de l’équipe FRANQUS », in Français du Canada - français de France. Actes du huitième Colloque international (Trèves, du 12 au 15 avril 2007), édité par Bagola (B.), Tübingen, Max Niemeyer, n° 23 (2009), p. 121-135.

Mercier (L.), « Un nouveau dictionnaire général de la langue française qui vient du Québec, mais pourquoi donc ? », Repères-Dorif. Autour du français : langues, cultures et plurilinguisme, vol. 2, 2 (2012) (Autour du français québécois : perspectives (socio-) linguistiques et identitaires, dirigé par Molinari (C.) et Puccini (P.).

Mercier (L.), « Les avancées de la lexicographie généraliste du français à la lumière de l’expérience québécoise du Dictionnaire de la langue française : le français vu du Québec », conférence plénière présentée au colloque Les français d’ici : Acadie, Québec, Ontario, Ouest canadien, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, 14 juin 2012.

Mercier (L.), « Le français vu du Québec : une nouvelle étape de la lexicographie québécoise, une nouvelle étape de la lexicographie du français », conférence présentée dans le cadre de la journée d’étude Régionalisation, identité et normes linguistiques dans une perspective contrastive : Bavière et Québec (séminaire Sherbrooke-Augsburg), Université de Sherbrooke, Sherbrooke, 15 mars 2012.

Mercier (L.), « Le traitement des noms d’espèces naturelles dans un dictionnaire québécois ouvert à la variation topolectale et à la différence de contextes référentiels », in Le dictionnaire maître de langue. Lexicographie et didactique, Actes des « Deuxièmes journées allemandes des dictionnaires » (Klingenberg am Main, Allemagne, juillet 2006), édité par Heinz (M.), Berlin, Frank & Timme, (« Metalexikographie »), 2009, p. 179-208.

Mercier (L.) et al, « Dictionnaires usuels du français et Banque de données textuelles de Sherbrooke (BDTS) : convergence et divergence des nomenclatures », in Français du Canada, français de France VII. Actes du septième colloque international de Lyon, (16-18 juin 2003), édité par Horiot (B.), en collaboration avec Bignamini-Verhoeven (C.), Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 22 (2008), p. 9-23.

Mercier (L.) et al, « Le dictionnaire : un outil d’apprentissage du lexique en lien avec la culture », Québec français, 134 (été 2004), p. 71-73.

Piron (S.), Grammaire française. Mise à niveau. Volume 1. Supérieur et formation continue, De Boeck Supérieur, 2017 [2013].

Piron (S.), Grammaire française. Perfectionnement. Volume 2. Supérieur et formation continue, De Boeck Supérieur, 2017.

Piron (S.), Cajolet-Laganière (H.), « Pour une meilleure appropriation de la grammaire moderne dans l’enseignement du français grâce au renouvellement des grammaires et dictionnaires pédagogiques », in Français, langue ardente. Actes du XIVe congrès mondial de la FIPF, volume 2 L’enseignement du français entre tradition et innovation, sous la direction de EID (C.), Englebert (A.), Geron (G.), p. 53-61.

PIron (S), Vincent (N.), « La grammaire nouvelle et le traitement des verbes avec complément prépositionnel dans le dictionnaire Le français vu du Québec » in Les français d’ici et d’aujourd’hui. Description, représentation et théorisation, sous la direction de Bigot (D.), Friesner (M.), Tremblay (M.), Quebec, PUL, 2012, p. 39-64.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26427/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search