Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Deuxième partie. Ouvrages de référence : les dictionnaires et grammaires

Qu’est-ce qu’un dictionnaire ? Perspectives de la lexicographie au 21e siècle

Nadine Vincent

Texte intégral

Introduction

1Assistons-nous au 21e siècle à un bouleversement de la place du dictionnaire dans le quotidien des francophones ? Bien que l’on puisse avoir l’impression que le dictionnaire a toujours été un repère stable, son statut n’a cessé de changer durant les derniers siècles.

2Si, dans l’espace francophone, certains se servent aujourd’hui de ce puissant symbole pour prétendre rapprocher les peuples de langue française, il reste un ouvrage profondément culturel dont il est important d’identifier le public cible.

3À partir de quelques dictionnaires marquants, du 17e siècle à aujourd’hui, nous aborderons les transformations connues par cet ouvrage emblématique, son ouverture aux français hors de France, sa vitalité particulière au Québec et, au cours des deux dernières décennies, sa dématérialisation et son appropriation par les locuteurs depuis l’avènement du Web 2.0.

4En ayant constamment à l’esprit les questions : « à quoi sert un dictionnaire ? », « pour qui fait-on un dictionnaire ? » et « qui achète un dictionnaire ? », nous souhaitons mesurer l’évolution de cet outil de référence et démontrer qu’il s’est toujours modelé sur les enjeux des sociétés dont il décrit la langue.

1. Du 17e au 19e siècle : l’apanage de l’élite

  • 1 Titre complet : Dictionnaire français, contenant les mots et les matières, et plusieurs nouvelles r (...)
  • 2 Titre complet : Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux qu (...)
  • 3 Le DAF est une exception dans l’histoire de la lexicographie du français. Il a traversé toutes les (...)

5La lexicographie monolingue française moderne nait à la fin du 17e siècle, siècle des grammairiens et de la création de l’Académie française. Les dictionnaires que l’on considère comme les fondateurs de la tradition lexicographique française sont le Dictionnaire français1 de Pierre Richelet (1680), le Dictionnaire universel2 d’Antoine Furetière (1690), et le Dictionnaire de l’Académie française3 [DAF] (1694). Ces trois ouvrages parus à quelques années d’intervalle vont connaitre par la suite de nombreuses rééditions et adaptations (voir notamment ce qu’en disent Matoré 1968 ; Gaudin et Guespin 2000 ; Pruvost 2002). L’objectif est alors de ne décrire qu’une partie de la langue française, le bon usage, défini comme « la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de la plus saine partie des Autheurs du temps » (Vaugelas 1647 : préface).

Sans doute l’œuvre de Richelet est-elle celle d’un puriste ; il opère un choix dans la langue de son temps, et comme l’Académie il ne prétend recueillir, en principe, que les termes du « bon usage ». Procédant par élimination, il écarte les termes archaïques, les mots « bas » et triviaux, les termes dialectaux, certains néologismes et les expressions de caractère trop nettement technique. (Matoré 1968 : 76)

6Émile Littré, quand il rédige son dictionnaire près de deux siècles plus tard, poursuit les mêmes ambitions, mais avec la préoccupation de tenir compte de la langue classique, c’est-à-dire de la langue attestée par les auteurs et les dictionnaires depuis la création de l’Académie française. Comme on peut le constater en lisant la préface de son Dictionnaire de la langue française, il se démarque en s’ouvrant à la variation temporelle, mais rien n’indique alors une attention portée à la variation géographique.

[…] toute langue vivante, et surtout toute langue appartenant à un grand peuple et à un grand développement de civilisation, présente trois termes : un usage contemporain qui est le propre de chaque période successive ; un archaïsme qui a été lui-même autrefois usage contemporain, et qui contient l’explication et la clef des choses subséquentes ; et, finalement, un néologisme qui, mal conduit, altère, bien conduit, développe la langue, et qui, lui aussi, sera un jour de l’archaïsme et que l’on consultera comme histoire et phase du langage.

Chez nous, l’usage contemporain, pris dans un sens étendu, enferme le temps qui s’est écoulé depuis l’origine de la période classique jusqu’à nos jours ; c’est-à-dire que, commençant à Malherbe, il compte aujourd’hui plus de deux cents ans de durée. (Littré 1873 : III)

  • 4 Pour n’en nommer que quelques-uns, notons que le dictionnaire de Richelet (1680) de même que les di (...)

7L’ouvrage appelé dictionnaire est jusque-là constitué de plusieurs volumes4, et produit par des individus, parfois de petites équipes (Richelet, Furetière, Littré, etc.) ou par des institutions (l’Académie française). Il est l’apanage de l’élite, de ceux qui détiennent une certaine autorité dans la société (notables, communautés religieuses, institutions d’enseignement, etc.).

  • 5 Titre au masculin, ainsi que l’emploie Madame Carrère d’Encausse.

8Dans son discours du 7 février 2019 où elle annonce la mise en ligne de la plateforme numérique de l’Académie française, Madame Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel5 de l’institution, note l’ouverture vers un large public que permet Internet. Ce faisant, elle reconnait que les dictionnaires n’étaient pas au départ destinés au plus grand nombre.

  • 6 https://www.dictionnaire-academie.fr/editorial.html [page consultée le 24 juillet 2019].

[…] dans un premier temps, si l’Académie fut utile, c’était essentiellement à une petite élite lettrée et qui avait les moyens de s’offrir son Dictionnaire. Les premières éditions étaient, il faut le reconnaître, peu accessibles. Vendues en faible nombre, elles étaient d’une consultation difficile, et, qui n’avait pas à proximité de son domicile une grande bibliothèque, n’y avait pas accès.6

9Rappelons aussi que jusqu’à la fin du 19e siècle, la majorité des citoyens français n’ont pas le français comme langue maternelle. Cet état de fait confirme le caractère élitiste des dictionnaires décrivant alors la langue française.

Au cours du xixe siècle, les étapes de la diffusion du français et du recul des patois sont généralement reliées […] à l’évolution de notre politique scolaire. La loi Guizot de 1833, la loi Falloux de 1850, et, surtout, les lois Ferry des années 80, dans la mesure où elles sont autant de manifestations de l’intérêt porté par l’État national à la formation des jeunes – et, en particulier, des enfants des milieux populaires des campagnes, restés les plus fidèles aux patois – sont regardées comme accélérant, chaque fois, le processus de francisation et de lutte contre les langues régionales. (Vigier 1979 : 195)

2. Le dictionnaire entre dans les foyers

  • 7 Pour cette époque, on pense bien sûr au Dictionnaire de la langue française de Littré et au Grand d (...)

10C’est donc par l’école et pour l’école que le dictionnaire deviendra plus accessible, au moment où l’instruction en français se généralise en France. Si la production de dictionnaires en plusieurs volumes se poursuit7, les premiers dictionnaires scolaires apparaissent vers le milieu du 19e siècle. Larousse publie en 1856 son Nouveau Dictionnaire de la langue française (NDLF), petit ouvrage en un volume.

  • 8 https://francearchives.fr/de/commemo/recueil-2006/39086 [page consultée le 23 juillet 2019].

P. Larousse était […] convaincu qu’il fallait offrir aux enfants des écoles communales et aux Français en général, qui parlaient encore le plus souvent en langue maternelle un dialecte, un outil pour maîtriser la langue française, ciment d’un sentiment républicain auquel il était politiquement attaché. (Pruvost 20068)

11Le dictionnaire devient alors un objet courant et entre dans les maisons, ainsi qu’en témoignent les chiffres de vente des dictionnaires en un volume de la maison Larousse.

En vérité, ce petit ouvrage [le NDLF de 1856], un in-18 de 714 pages à vocation didactique, présenté souvent comme le lointain ancêtre du Petit Larousse illustré, dépassera les cinq millions d’exemplaires vendus, avant d’être détrôné en 1905 par ledit Petit Larousse illustré. (Pruvost 2002 : 57)

Citons, comme date marquante, la première édition, le 29 juillet 1905, du Petit Larousse illustré. Cet ouvrage […] connaîtra un succès continu pendant tout le siècle puisqu’il s’en vendra entre 1905 et 1975 plus de 30 millions. (Gaudin et Guespin 2000 : 77)

  • 9 Sous le titre Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française.

12On peut donc considérer le 20e siècle comme le siècle de la démocratisation du dictionnaire, voire de sa banalisation. On assiste par ailleurs au cours de la seconde moitié du siècle à la naissance de la maison Robert avec la publication, de 1953 à 1964, de la première édition du Grand Robert9, dictionnaire en 6 volumes (et un supplément publié en 1971) et à l’avènement du Petit Robert, en 1967. C’est le règne de la lexicographie commerciale.

Pour tout le monde, initiés et non-initiés, évoquer les dictionnaires Robert et Larousse par exemple, c’est en termes de représentation faire appel à des références telles qu’elles ont valeur d’institution, au point même de pouvoir faire autorité dans les jeux radiophoniques et télévisés portant sur la langue française. (Pruvost 2002 : 17)

13Le Petit Robert prend ainsi une place symbolique à côté du Petit Larousse illustré dans les dictionnaires en un volume, mais il n’arrivera jamais à le détrôner au sommet des ventes, occupant bon an mal an 20 % du marché.

3. Lexicographie et variation géographique

14Des travaux lexicographiques s’effectuent en parallèle dans d’autres aires de la francophonie, et ce dès le 19e siècle, mais il s’agit de la production de dictionnaires différentiels, qui ne s’attardent qu’aux particularités de chacune des variétés étudiées.

  • 10 Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada.
  • 11 Dictionnaire canadien-français ou lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouva (...)
  • 12 Le parler populaire des Canadiens français ou lexique des canadianismes, acadianismes, anglicismes, (...)
  • 13 Glossaire du parler français au Canada.

15Au Québec, cette lexicographie différentielle apparait dès 1841, avec la parution du Manuel des difficultés les plus communes de la langue française, adapté au jeune âge, et suivi d’un recueil de locutions vicieuses de Thomas Maguire, et sera avant tout normative, puisque son objectif est d’éliminer de la langue des Québécois tout emploi absent des dictionnaires faits en France. Une lexicographie plus descriptive voit le jour quelques décennies plus tard avec les glossaires d’Oscar Dunn (1880)10, de Sylva Clapin (1894)11, de Narcisse-Eutrope Dionne (1909)12 et de la Société du parler français au Canada (1930)13.

  • 14 Avant sa publication en un volume, le dictionnaire de Bélisle est publié par fascicules qui sont ve (...)
  • 15 Au moment de son utilisation par Bélisle, le contenu de ce dictionnaire est donc passé dans le doma (...)

16En 195714, alors que paraissent en France les premiers volumes du Grand Robert, Louis-Alexandre Bélisle publie au Québec le Dictionnaire général de la langue française au Canada, construit sur la base du Littré-Beaujean de 187415, auquel l’auteur a notamment greffé des emplois québécois tirés du Glossaire du parler français au Canada de 1930 (voir J. Vincent 2016). Ce montage de données déjà existantes constitue le premier dictionnaire général de français fait pour un public non hexagonal. Même s’il contient peu de contenu nouveau, le dictionnaire de Bélisle innove en affirmant la possibilité d’une description globale de la langue en fonction d’une variété spécifique, ici le français du Canada.

  • 16 L’organisme a été renommé « Office québécois de la langue française » en 2002.

17Cette première assise en lexicographie générale, dont on ne mesurera l’importance qu’avec le recul, est suivie en 1961 de la création de l’Office de la langue française16 (OLF). À ses débuts, l’organisme gouvernemental s’appuie sur la norme de France pour franciser des vocabulaires de spécialité, puis développe petit à petit ses propres outils et ses propres critères pour décrire une norme correspondant à l’usage des Québécois.

18Hasard, réaction commerciale ou air du temps, c’est à la fin des années 1960 que se généralise l’entrée d’emplois marqués géographiquement dans les dictionnaires faits en France. Il y a bien eu, dès le début de la lexicographie française, quelques mots à la nomenclature des dictionnaires. Par exemple, le mot d’origine basque orignal (avec en vedette la graphie orignac) a fait son entrée dans la 2e édition du dictionnaire de Richelet en 1706 et sera attesté dans le Dictionnaire de l’Académie française dès la 4e édition (1762). Pour l’Académie, orignal ne désigne pas alors un animal propre au Canada, mais le mot canadien pour nommer l’élan, ainsi qu’en témoigne la définition de l’époque : « Les Canadiens donnent ce nom à l’élan. » (1762 : 267) À l’inverse, le mot algonquien caribou, qui fait aussi son apparition dans la 4e édition du DAF, est lui bien défini comme désignant un animal propre au Canada : « Animal sauvage du Canada, dont on mange la chair. » (1762 : 248) Les exemples de mots ou de réalités du Canada qui entrent dans les dictionnaires français sont nombreux au cours des siècles suivants, mais touchent essentiellement des éléments de la faune et de la flore. À la fin des années 1960, on assiste plutôt à une volonté exprimée de tenir compte des différentes aires de la francophonie dans les dictionnaires conçus à Paris.

[L]’introduction de termes institutionnels et de mots ou de sens propres aux usages du français dans les États et les régions où cette langue fonctionne, soit comme langue maternelle (Québec, Romandie, Wallonie), soit comme langue officielle ou d’enseignement (Tunisie, Maroc, pays d’Afrique), a commencé en lexicographie générale du français avec le Petit Robert et avec le Dictionnaire du français vivant (1972) […]. Il s’agissait, à travers des objectifs éditoriaux et commerciaux – pourquoi le cacher ? – qui ne sont que secondaires pour le lexicographe, de refléter de manière moins imparfaite les variétés d’usage de la langue française. (Rey 2003 : 95-96)

19À la même époque, l’Office de la langue française publie Canadianismes de bon aloi (1969), petit fascicule présentant 62 québécismes jugés acceptables par l’institution gouvernementale. Cet imprimatur du Québec facilitera l’entrée de plusieurs de ces mots dans le Petit Robert et le Petit Larousse. Par exemple, l’édition 1977 du Petit Robert, année de refonte, ouvre ses pages aux emplois québécois abattis, achigan, atoca, avionnerie, banc de neige, batture, biculturalisme, bleuet (le fruit), bleuetière, bordages, bouscueil, brûlot (le moustique), cabane à sucre, débarbouillette, ouananiche, ouaouaron, et plusieurs autres, tous présents dans le fascicule de l’OLF.

20Simultanément à cette intégration croissante de québécismes dans les dictionnaires français, et après la parution des dictionnaires de Bélisle, trois autres dictionnaires généraux sont publiés au Québec : le Dictionnaire du français plus (1988), le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (1992 et 1993) et le dictionnaire Usito (depuis 2013). Dans ces trois ouvrages, les emplois propres à la variété hexagonale du français sont marqués géographiquement. Par exemple, ils indiquent tous que l’abréviation w.-c. est un emploi propre à la France. Ce marquage des francismes contribue à mettre sur le même pied les différentes variétés de français. Dans la lexicographie francophone, on se trouve dès lors face à deux conceptions de la langue : soit il existe une variété centrale, celle de France, et des français « périphériques » ou « régionaux », soit il existe plusieurs variétés de français d’égales valeurs linguistiques (mais bien sûr d’importances différentes sur le marché linguistique). Pour le Québec, la première vision se concrétise par l’ajout d’emplois québécois et marqués comme tels dans des dictionnaires faits en France, alors que la seconde s’illustre par la production de dictionnaires généraux faits en fonction d’un public québécois.

  • 17 Hors de France, il n’y a aussi qu’au Québec, par l’entremise de l’Office québécois de la langue fra (...)

21Notons que le Québec est encore aujourd’hui le seul État hors de France à produire des dictionnaires généraux du français17, ce qui permet de constituer un deuxième pôle de description dans la francophonie. Et plus la lexicographie québécoise s’affirme, plus des emplois québécois sont attestés dans les dictionnaires français. Il s’agit en partie d’une question de marché. Yves Garnier, un des directeurs de Larousse, le démontre très bien en 2005 quand il explique que les québécismes sont maintenant les « francophonismes » les plus nombreux du Petit Larousse parce que les Québécois achètent beaucoup de dictionnaires.

  • 18 Un tableau indique par la suite qu’il se vendrait annuellement en moyenne 100 000 Petit Larousse au (...)

Certaines zones francophones sont manifestement sous-représentées par rapport à d’autres : il suffit de comparer les africanismes (125 marqués Afrique, 1 marqué Sénégal) ou les mots français du Maghreb (11 marqués Algérie, 3 marqués Maghreb, 1 Maroc, 1 Tunisie) avec les gros bataillons fournis par les québécismes (496), les helvétismes (492) ou les belgicismes (367). […] Ces chiffres ne sont donc pas cohérents si on les rapporte au nombre de locuteurs, mais ils le sont un peu plus au regard du nombre d’acheteurs du Petit Larousse dans les zones francophones18. (Garnier 2005b : 233)

4. Les débuts de l’informatisation

22En parallèle de la lexicographie commerciale, dominée par les maisons françaises Larousse et Robert, se développent successivement deux projets institutionnels qui reposent sur les avancées de l’informatique. Le premier d’entre eux est le monumental Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (1789-1960) (TLF). Sa rédaction s’échelonnera de 1971 à 1994.

Prévu pour compter quatorze volumes, l’ouvrage en occupera seize. Publié en France sous l’égide du Centre National de la Recherche Scientifique, le T.L.F., que dirigent Paul Imbs (volumes 1 à 7), puis Bernard Quemada (volume 8 à 16), tous deux linguistes, est un travail considérable. […] La constitution d’une base de données textuelles pour alimenter le fonds de citations de l’ouvrage annonçait la lexicographie informatique. Cette base, Frantext, était, à la fin du xxe siècle, la plus grande base de données textuelles littéraires à l’échelle mondiale. (Gaudin et Gueslin 2000 : 82-83)

23Comme les dictionnaires commerciaux des maisons Larousse et Robert, le TLF atteste différents emplois de variétés de français hors de France, qui sont marqués géographiquement, alors que les emplois propres à la France ne le sont pas. Le TLF n’ayant connu qu’une seule édition, ses articles n’ont jamais été mis à jour et constituent aujourd’hui une documentation considérable qui peut servir de repère historique. L’ensemble de l’œuvre est disponible gratuitement en ligne depuis 2002 et connu sous l’abréviation TLFi (Trésor de la langue française informatisé)19.

24Le second projet institutionnel important né quelques années plus tard a été conçu comme un complément au TLFi.

La Base de données lexicographiques panfrancophone (BDLP) est un projet d’envergure internationale qui s’inscrit dans l’entreprise du Trésor des vocabulaires français, lancée par le professeur Bernard Quemada dans les années 1980. La BDLP est actuellement en voie de réalisation pour les pays et régions figurant ci-dessus, mais d’autres équipes se préparent à s’y associer. L’objectif est de constituer et de regrouper des bases représentatives du français de chacun des pays et de chacune des régions de la francophonie.20

25La BDLP, œuvre conjuguée d’équipes locales de spécialistes de la langue, linguistes ou même lexicographes, a été mise en ligne en 2004. À l’instar des dictionnaires généraux faits au Québec, elle est porteuse de la vision voulant que chaque variété de français soit définie pour elle-même, en fonction des usages et des normes de sa propre communauté. À l’inverse, le TLFi représente l’idée d’un français central auquel s’ajoutent des usages régionaux.

26Si la BDLP est encore présentée sur son site comme un projet vivant, elle est pourtant paralysée depuis un bon moment. Ainsi que nous l’avions déjà constaté il y a quelques années, certaines bases « n’ont pas été mises à jour depuis plus de 10 ans et à peine le quart d’entre elles ont été retouchées dans les cinq dernières années. » (Vincent 2016 : 62)

  • 21 L’utilisation de la graphie Francophonie, avec majuscule initiale, renvoie au sens politique du mot (...)
  • 22 Extrait du communiqué annonçant la mise en ligne du portail numérique de l’Académie française. http (...)

27Le temps est passé et aucune modification au contenu n’a été faite depuis que nous avons écrit ces lignes. Certaines équipes sont maintenant démantelées, d’autres en manque de financement. Cependant, depuis notre constat de 2016, le site de la BDLP a fait peau neuve. C’est qu’en février 2019, le DAF a mis en ligne un portail numérique destiné à regrouper toutes les éditions de son dictionnaire, de même que « des liens permettant d’accéder à des ressources externes, comme […] la Base de données lexicographiques panfrancophone (B.D.L.P.), regroupant les variétés lexicales de vingt pays de la Francophonie21 »22.

28Ce lien vers la BDLP par l’Académie française impose trois observations. D’abord, la tendance générale de la lexicographie faite en France, autant commerciale qu’institutionnelle, est à l’affirmation d’une volonté de tenir compte de l’ensemble de la francophonie. On pouvait ainsi lire, dans la préface du premier volume de la 9e édition du DAF, en 1992 :

  • 23 https://www.dictionnaire-academie.fr/prefaces/1992.html [page consultée le 27 juillet 2019].

Préoccupation nouvelle, mais désormais permanente, la Francophonie, au long de nos travaux, est toujours présente à notre esprit. Quand nous examinons, acceptons, définissons, redéfinissons les mots, nous pensons à tous les peuples à travers la Terre qui ont la langue française en partage ; nous pensons à tous les pays qui en font usage pour tout ou partie de leurs communications et de leurs échanges ; nous pensons à ceux qui l’emploient pour rédiger leurs lois. Nous pensons aux hommes et aux femmes, par millions sans cesse croissants, qui lui confient l’expression de leurs cultures, donc un peu de leur âme.23

29Ensuite, cette intention de tenir compte des différentes variétés de français n’est souvent qu’une ligne promotionnelle, à l’Académie comme ailleurs. On écrit sur le site de la BDLP : « Ce partenariat relève d’une démarche d’ouverture de l’Académie française vis-à-vis des variétés lexicales du français, et ne peut que renforcer la visibilité de la BDLP qui, à cette occasion, a modernisé son interface de consultation.24 » Pourtant, et le DAF ne s’en cache pas, un hyperlien est fait vers les mots décrits par la BDLP uniquement quand le DAF atteste lui-même ce mot (que les emplois retenus soient les mêmes ou non), par exemple les mots babillard, bacon ou canot. Cependant, si un mot n’est pas attesté par le DAF, l’usager ne sera pas redirigé vers la BDLP, comme pour les mots acériculture, avionnerie ou babiche. La vénérable institution n’a donc pris de la BDLP que les données qui permettent de compléter ses propres articles, mais ne s’est pas servie de sa plateforme pour faire une réelle place à la francophonie en rendant accessibles des mots non attestés par le DAF et déjà décrits par la BDLP.

30Enfin, l’agrégation de contenus existants se fait au détriment de la création de nouveaux contenus. Plutôt que de financer les équipes de la BDLP pour permettre la mise à jour de leurs bases, on récupère du contenu figé, qui était déjà disponible gratuitement en ligne.

5. Internet et le Web 2.0

31Après des décennies de domination du marché par la lexicographie commerciale, l’arrivée d’Internet crée un véritable bouleversement dans la relation de l’usager au dictionnaire. Cette transformation est comparable au rapport des citoyens à l’information : pourquoi payer pour du contenu que l’on peut trouver gratuitement en ligne ?

32Si la Toile assure une pérennité aux anciennes ressources qui deviennent alors accessibles à tous (des premiers dictionnaires du français au Trésor de la langue française informatisé, en passant par les glossaires québécois de la fin du 19e et du début du 20e siècle), elle permet aussi la naissance de différents outils, comme le moteur de recherche Google (1998), l’encyclopédie Wikipédia (2001) ou le Wiktionnaire (2004 pour la version française), qui répondent en quelques clics aux principales questions pour lesquels les usagers se tournaient jadis vers les dictionnaires.

33Il n’est pas facile d’obtenir les chiffres de vente d’ouvrages comme le Petit Robert et le Petit Larousse illustré, mais en mettant en relation quelques données glanées ici et là, on parvient à tracer la courbe du marché sur vingt-cinq ans, de 1990 à 2015. Bien que les chiffres soient plus difficiles à obtenir pour le Petit Robert, on peut observer une baisse progressive des ventes pour les deux dictionnaires en un volume indirectement proportionnelle à la montée du Web.

Il s’était vendu en 1990 1,1 million d’exemplaires du Petit Larousse et de l’ordre de 250 000 Petit Robert. Pour ce dernier, le marché était retombé à la fin du siècle à un chiffre avoisinant 150000 exemplaires, le cédérom correspondant s’étant vendu en 4 ans à 30000 exemplaires. (Gaulin et Guespin 2000 : 99)

1999. Parution du millésime 2000 [du Petit Larousse illustré], qui atteindra un volume de vente supérieur au million d’exemplaires, record historique. (Garnier 2005a : 88)

  • 25 https://www.rtbf.be/info/medias/detail_justine-henin-entre-au-petit-larousse-2013-avec-une-faute?i (...)

Il y a quelques années, Yves Garnier, directeur du département Petit Larousse, évoquait le chiffre de 800 000 exemplaires du Petit Larousse illustré vendus par an, dont 500000 en France, le qualifiant ainsi de « dictionnaire de français le plus populaire ». À la même époque, le Petit Robert concurrent était vendu à quelque 200000 exemplaires. (infolettre de la RTBF, 27 juin 201225)

Le Petit Larousse et Le Petit Robert se livrent à une bataille sans merci. L’enjeu est économique et commercial - près d’un million d’exemplaires vendus chaque année. […] Le chiffre d’affaires du secteur dépasse les 23 millions d’euros, même s’il connaît une tension. Sans livrer de chiffres – secret oblige -, la direction du Petit Larousse consent à lâcher cette information : « Il s’en vend un à chaque minute », affirme Carine Girac, directrice du département dictionnaires et encyclopédies. Cela fait plus de 525 000 exemplaires par an. Le Petit Larousse détiendrait près de 70 % du marché. (Aïssaoui 2016 : 12)

34Cette décroissance, visible sur le graphique, est bien sûr admise par les principaux intéressés.

[L]es ventes du Petit Larousse illustré sont en déclin depuis quelques années. « Comme le marché du livre en général, peut-être un peu plus pour le dictionnaire, note Julie Macherez [gestionnaire éditeurs de Hachette Canada]. Internet ne nous aide pas. »« C’est un défi pour les dictionnaires de continuer d’être un achat pertinent dans un contexte où on est à deux clics de trouver une réponse sur internet et où le Larousse n’est pas encore numérisé », ajoute Stéfanie Forcier, responsable des relations avec les médias de Cartler [agence de publicité d’Hachette Canada] (Massé 2013 : La Presse Affaires 3)

35Les données disponibles gratuitement en ligne pouvant donner à l’utilisateur l’impression que tous ses besoins sont comblés, la question qui se pose aujourd’hui est plutôt de savoir qui est encore prêt à payer pour accéder à un dictionnaire que de se demander qui s’en sert encore.

36Il faut cependant éviter de confondre les formats et les contenus. Comme nous l’avons mentionné plus tôt, Internet permet l’accès à un grand nombre d’ouvrages lexicographiques importants mais disponibles surtout dans les grandes bibliothèques publiques, d’enseignement ou d’autres institutions ; on peut alors parler d’archivage de dictionnaires numérisés.

  • 26 Par exemple, la version numérique du Petit Robert permet des recherches plein texte, la consultatio (...)

37Les dictionnaires commerciaux, comme le Robert et le Larousse, occupent différemment un espace sur le Web. Si le Petit Robert, disponible sur abonnement, n’est que la version numérique de son millésime papier, Larousse propose plutôt gratuitement des articles datant de quelques années, et qui ne correspondent pas à son dernier millésime. Dans un cas comme dans l’autre, la présence de ces dictionnaires en ligne n’a eu aucune influence sur l’espace consacré à la description de la langue26. C’est aussi le cas du Grand Robert de la langue française, qui n’est plus disponible qu’en version numérique depuis son édition de 2013. Si les données sont plus facilement consultables, le traitement de la langue et la longueur accordée à chaque article n’ont pas changé.

Que peut-on dire en résumé de l’apport de la version numérique au Grand Robert ? Que permet-elle de plus qu’autrefois la consultation sur papier ? Tout, en vérité, car c’est l’usage même du dictionnaire qui se trouve ici entièrement renouvelé. Et une fois adopté, il paraîtra évident à l’utilisateur d’aujourd’hui qu’il n’est plus possible de revenir en arrière, tant le Grand Robert a été et est plus que jamais fait pour le numérique. (Catach 2013 : XI)

38Ainsi, rares sont les dictionnaires réellement conçus en version numérique. On peut penser par exemple au dictionnaire québécois Usito, dictionnaire professionnel et institutionnel, et au Wiktionnaire, dictionnaire collaboratif né avec le Web interactif ou Web 2.0 ; ils sont tous deux accessibles gratuitement en ligne.

39Le Web 2.0, caractérisé par une interaction des internautes entre eux et de l’usager d’un site avec son contenu, ouvre de nouvelles perspectives à la lexicographie en permettant à chacun de documenter ses usages de la langue. En plus d’ajouter des mots à la nomenclature et de rédiger des articles, les internautes peuvent modifier les articles rédigés par d’autres, les commenter, les valider, etc. On assiste donc à une description en constante mutation. Le Web 2.0 permet ainsi la prolifération d’une lexicographie « populaire » ou « profane » qui est dite « participative » ou « collaborative » en fonction de la structure décisionnelle en place.

40Cette liberté d’espace, liée souvent à l’absence de contraintes commerciales, a fait surgir chez certains le rêve d’une nouvelle lexicographie réellement panfrancophone, où tous les emplois seraient regroupés sans hiérarchisation des usages ou des variétés.

41À cette enseigne, le Wiktionnaire a pu faire illusion. On y atteste par exemple le sens belge de boulet, « Dans le pays de Liège, sorte de boulette de viande servie en sauce27 », ou l’emploi québécois binerie, « Petit restaurant où l’on sert, à prix modeste, des repas peu élaborés28 ». Ces deux acceptions sont absentes du Petit Robert et du Petit Larousse, et la seconde est même absente du dictionnaire Usito, sans doute parce qu’en tant que mot familier d’origine anglaise, elle ne cadre pas avec sa ligne éditoriale. Mais cette addition d’emplois de partout ne suffit pas à permettre à chaque variété d’être équitablement représentée. Une langue aussi largement diffusée que le français doit forcément être décrite en fonction d’une variété spécifique, soit celle de France, soit celle d’ailleurs, et en fonction des usages et de la culture des locuteurs de cette variété.

  • 29 Faute de dictionnaires généraux pour les autres aires de la francophonie, nous ne pouvons pas savoi (...)

42À titre d’exemple, aucun dictionnaire différentiel québécois n’attesterait des mots comme tofu et soya, qui ne sont pas propres au Québec. Pourtant, la prononciation du premier et la graphie du second ne sont pas les mêmes au Québec et en France29, ce que permettent de préciser des dictionnaires généraux qui décrivent l’ensemble de la langue en fonction d’une de ces variétés. Dès lors, quelle prononciation faudrait-il indiquer pour tofu dans un dictionnaire qui s’adresserait à tous les francophones ? Le Petit Robert n’indique que [tɔfu], alors que le dictionnaire québécois Usito indique [tɔfy] en vedette, en précisant en remarque que l’on prononce [tɔfu] en France, et le Wiktionnaire, dictionnaire universel, non national, indique les deux prononciations, d’abord [tɔfu], puis [tɔfy]. Si le Robert et Usito respectent l’usage majoritaire de leur public cible, le Wiktionnaire doit choisir comment hiérarchiser la description et favorisera toujours la variété française, dominante sur le marché linguistique.

43Et pour soya ? Les Québécois écrivent soya (et prononcent [sɔjɑ]) et les Français écrivent soja (et prononcent [sɔʒɑ]). Hiérarchisant les graphies en fonction de leurs publics cibles respectifs, le Petit Robert met soja en vedette, et précise dans une remarque dans le corps de l’article : « Au Canada, on dit soya [sɔja]. », alors qu’Usito met soya en vedette, soja en variante, et indique en remarque d’entrée : « On emploie généralement soya au Québec et soja en France. ». Et que fait le Wiktionnaire ? Il propose deux articles distincts, ce qui peut sembler la meilleure solution pour ne pas donner la préséance à l’une des graphies. A-t-on alors affaire à un dictionnaire panfrancophone parfaitement neutre et apte à convaincre chacun des locuteurs de l’espace francophone qu’il répond à sa vision du monde, à son utilisation de la langue ? Malheureusement, non. Parce qu’il faudra choisir une graphie à utiliser dans les articles fève, huile, miso, sauce, tamari, teriyaki, tofu. Dans tous les cas où un de ces mots est attesté, Usito utilise la graphie soya ; le Petit Robert et le Wiktionnaire, la graphie soja. Et ce n’est pas un hasard. Dans un dictionnaire qui se prétend panfrancophone et neutre comme le Wiktionnaire, la loi du plus fort ou du plus nombreux finit toujours par l’emporter. En français, c’est la variété de Paris qui est dominante et qui sert donc de dénominateur commun chaque fois que plusieurs variétés sont en présence, délégitimant du fait même les autres variétés et confirmant l’irréalisme d’un dictionnaire panfrancophone.

6. Le Dictionnaire des francophones : un renouveau lexicographique ?

  • 30 https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/10/12/discours-au-sommet-de-la-francophonie-a-erevan.

44Quel avenir peut-on maintenant envisager pour la lexicographie du français ? Le 11 octobre 2018, lors du discours qu’il prononce au XVIIe Sommet de la Francophonie en Arménie30, le président français Emmanuel Macron livre sa vision de la langue française. Si l’anglais est une langue d’usage, le français serait la langue de la création, de tous les auteurs qui choisissent de s’en servir, et doit prendre sa place sur Internet. Il échafaude un modèle où le français, s’ouvrant au monde, serait une langue de traduction et d’échanges. Il évoque très rapidement le projet de Dictionnaire des francophones, sans le définir, et insiste surtout sur le financement de projets de traduction.

  • 31 https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/10/12/discours-au-sommet-de-la-francophonie-a-erevan[pa (...)

La Francophonie pourrait ainsi s’emparer du débat sur le français, « langue monde » et soutenir des initiatives comme le Dictionnaire des francophones, que nous devrions pouvoir conduire et porter ensemble. Et je souhaite que nous puissions multiplier les initiatives ensemble. La France a commencé et nous avons mis des financements en place pour multiplier les dictionnaires entre les différentes langues de l’espace francophone et le français. Il n’y a pas de dictionnaire aujourd’hui entre le wolof et le français. Allons-y, développons-le [… ]31

45Il n’en fallait pas plus pour que le Dictionnaire des francophones soit considéré comme un des projets prioritaires du gouvernement français.

  • 32 http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/francophonie/un-dictionnaire-francophone-pour-repertorier- (...)

C’est l’un des grands chantiers du quinquennat Macron : faire rayonner le français dans le monde. […] Aussi, pour consolider et développer cette richesse, parmi les mesures du plan d’action « une ambition pour la langue française et le plurilinguisme » du Président de la République, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) a été chargée de conduire un projet de création. Celui d’un Dictionnaire des francophones.32

  • 33 Au moment d’aller sous presse, le Dictionnaire des francophones n’est pas encore accessible et la l (...)

46Mais de quoi s’agit-il au juste ? Est-il question d’un nouveau Trésor ? Chose certaine, il ne s’agit pas d’un dictionnaire, avec tout ce que ce mot implique d’autorité et de cohérence. Mais le seul fait de donner ce titre au projet présenté prouve que le mot dictionnaire est encore gage de confiance chez les francophones. En fait, le mal nommé Dictionnaire des francophones sera plutôt une plateforme, un agrégateur permettant de consulter à partir d’une même fenêtre plusieurs ressources déjà disponibles gratuitement en ligne33. Cette plateforme comprendra aussi un segment participatif, pour permettre aux internautes de partout de décrire des emplois propres à leur coin de pays.

Le Dictionnaire des francophones prendra la forme d’une application, disponible notamment sur téléphones et tablettes. Il permettra la consultation de milliers de mots venus de toute la francophonie et réunis au sein d’une même interface. Il sera enrichi par la contribution des utilisateurs et utilisatrices. Parce que le français appartient à tout le monde, chacun, où qu’il soit, aura ainsi son mot à dire !34

  • 35 Il s’agit du titre de travail de cette section au moment d’aller sous presse.
  • 36 Dans le TLFi et dans la 9e édition du DAF, par exemple, le mariage se résume encore à l’union d’un (...)
  • 37 Le mot parentalité est absent des nomenclatures du TLFi et du DAF.

47Ce qu’il faut lire entre les lignes, c’est qu’il n’est pas ici question de production de nouveau contenu par des lexicographes professionnels. Plutôt que, par exemple, de financer les équipes qui travaillaient sur les différents volets de la BDLP, on a choisi de proposer aux usagers les vieilles données de la BDLP, de même que celles du TLFi ou d’autres ressources déjà accessibles. Le seul segment nouveau reposera sur la lexicographie profane et offrira à chacun de donner sa vision de sa langue quotidienne. Participatif, ce segment nommé « Notre francophonie35 » permettrait aux usagers d’ajouter des contributions, de voter pour celles des autres, mais pas de les modifier comme dans le Wiktionnaire, dictionnaire collaboratif entièrement rédigé et validé par les contributeurs. De plus, le segment « Notre francophonie » s’apparente à un dictionnaire différentiel, alors que le Wiktionnaire est un dictionnaire général. C’est donc par accumulation des différents points de vue qu’on espère arriver à la description de la langue française, des langues françaises, plutôt que de proposer une ligne éditoriale cohérente et une description scientifique faite par des spécialistes. Dans un tel projet, il faut se demander d’où viendront les définitions des mots partagés par tous les francophones. Qui définira les différents emplois des mots table, chaise, droit, pied, maison ? Jugera-t-on utile de garder ces articles à jour ou se contentera-t-on des définitions de dictionnaires désuets ? Qui traitera des mots dont les interprétations peuvent varier d’une culture à l’autre et d’une époque à l’autre, comme crime, mariage36, parentalité37 ?

48Le Wiktionnaire étant le dictionnaire général le plus à jour des différents outils pressentis, c’est donc sur un dictionnaire collaboratif que reposera la description de la langue générale. Et un autre volet participatif sera proposé aux usagers pour qu’ils ajoutent leurs particularismes. Le Dictionnaire des francophones marquera donc possiblement la prise en main de la description de la langue française par ses locuteurs.

Conclusion : le dictionnaire ? Quel dictionnaire ?

49D’abord œuvre en plusieurs volumes décrivant le bon usage pour l’élite à une époque où la majorité des Français n’avait pas le français comme langue maternelle, puis ouvrage accessible en un volume pour franciser les écoliers au moment où l’éducation devient obligatoire en France, le dictionnaire n’a cessé de se transformer. Il s’est peu à peu ouvert aux emplois marqués, aux emplois d’ailleurs, et a même fleuri hors d’Europe, quand les Québécois ont éprouvé le besoin de produire des dictionnaires généraux faits en fonction de leur norme et de leurs usages. Aujourd’hui dématérialisé, rédigé par des professionnels ou par des non-spécialistes, le dictionnaire garde comme seul trait constant de servir de repère, de référence et de mémoire, tout en se modifiant en fonction des fluctuations des sociétés qui s’en servent. En cela, il demeure un parfait témoin de son temps.

50D’un point de vue plus pragmatique, il faut bien constater qu’Internet ayant multiplié les données disponibles, les énergies vont plutôt à regrouper ces données qu’à en créer de nouvelles. Les locuteurs sont maintenant sollicités pour décrire leur langue avec l’appui des gouvernements. Reste à savoir comment réagiront les éditeurs de dictionnaires commerciaux, et surtout les usagers. Ces derniers se satisferont-ils de données foisonnantes et disparates ou préfèreront-ils un ensemble incomplet, mais organisé en fonction d’une ligne éditoriale et d’un public déterminé ? Pour faire un parallèle avec la situation actuelle dans le monde de l’information, préfèreront-ils puiser les nouvelles à même les médias sociaux ou s’en remettre à des journalistes professionnels ?

51Par ailleurs, malgré les discours parlant d’ouverture et de partage, la concurrence persiste entre deux visions de la description de la langue : une vision centralisée où la variété dominante française, non marquée, sert à décrire l’ensemble des emplois du français, et une vision décentralisée où chaque variété décrit le français avec son regard, ses valeurs et ses usages. À ces visions s’ajoute l’opposition entre lexicographies profane et professionnelle. De quoi alimenter les analyses pendant encore bien des années.

Bibliographie

Bibliographie

Aïssaoui (M.), « Larousse contre Robert : dans les coulisses de la guerre des mots », Le Figaro, 18 mai 2016, p. 12.

Catach (L.), « Le Grand Robert : un ouvrage résolument numérique », dans L’aventure du Grand Robert. 50 ans d’histoires, Paris, Éditions Le Robert, 2013, p. IX-XI.

Garnier (Y.), « Le Petit Larousse : jalons historiques », in Les dictionnaires Larousse, genèse et évolution, sous la direction de Cormier (M.) et Francœur (A.), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2005a, p. 83-89.

Garnier (Y.), « Les francophonismes dans le Petit Larousse », in Les dictionnaires Larousse, genèse et évolution, sous la direction de Cormier (M.) et Francœur (A.), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2005b, p. 219-248.

Gaudin (F.) et Guespin (L.), Initiation à la lexicologie française. De la néologie aux dictionnaires, Bruxelles, Duculot, 2000, 358 p.

Littré (É.), Dictionnaire de la langue française, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1873.

Massé (I.), « Petit Larousse illustré 2014. De nouveaux mots pour le dire », La Presse, 20 aout 2013, p. La Presse Affaires 3.

Matoré (G.), Histoire des dictionnaires français, Paris, Larousse, 1968, 270 p.

Pruvost (J.), Les dictionnaires de langue française, Que sais-je ? No 3622, Paris, PUF, 2002.

Rey (A.), « La renaissance du dictionnaire de langue française au milieu du xxe siècle : une révolution tranquille », in Les dictionnaires Le Robert : genèse et évolution, sous la direction de Cormier (M.), Francœur (A.), Boulanger (J.C.), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2003, p. 88-99.

Vaugelas (C. F. de), Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire, Paris, Pierre Le Petit, imprimeur et libraire ordinaire du Roy, 1647.

Vigier (Ph.), « Diffusion d’une langue nationale et résistance des patois, en France, au xixe siècle. Quelques réflexions sur l’état présent de la recherche historique à ce propos », Romantisme, n° 25-26. Conscience de la langue. 1979, p. 191-208.

Vincent (J.), « Aux sources du Dictionnaire générale de la langue française au Canada (1957) de Louis-Alexandre Bélisle », in La langue française au Québec et ailleurs. Patrimoine linguistique, socioculture et modèles de référence, sous la direction de Remysen (W.) et Vincent (N.), Frankfurt am Main, Éditions Peter Lang, 2016, p. 127-166.

Vincent (N.), « Organismes d’officialisation, dictionnaires et médias : le triangle des Bermudes de la francisation », in 4e Congrès Mondial de Linguistique Française, Berlin, Allemagne, 19-23 Juillet 2014, édité par Neveu (F.), BLumenthal (P.), Hriba (L.), Gerstenberg (A.), Meinschaefer (J.), Prévost (S.), Institut de linguistique française, EDP Sciences, 2014, p. 1731-1740.

Vincent (N.), « La prise en compte de plusieurs variétés nationales dans un dictionnaire du français : exercice de lexicographie pratique », in Espaces réels et imaginaires au Québec et en Acadie : enjeux culturels, linguistiques et géographiques, sous la direction de Molinari (C.) et Gavinelli (D.), (« Lingue Culture Mediazioni/ Langages Cultures Médiation »), Milan, LED, 2016, p. 59-81.

Notes

1 Titre complet : Dictionnaire français, contenant les mots et les matières, et plusieurs nouvelles remarques sur la langue française, ses expressions propres, figurées et burlesques, la prononciation des mots les plus difficiles, le genre des noms, le régime des verbes : avec les termes les plus connus des arts et des sciences. Le tout tiré de l’usage et des bons auteurs de la langue française.

2 Titre complet : Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, et les termes des sciences et des arts.

3 Le DAF est une exception dans l’histoire de la lexicographie du français. Il a traversé toutes les époques, de sa première édition en 1694, à la 9e toujours en production depuis 1986. Au moment de la rédaction de cet article, il en était à la production de la lettre s, quelque part entre savoir et savon.

4 Pour n’en nommer que quelques-uns, notons que le dictionnaire de Richelet (1680) de même que les différentes éditions du DAF (de 1694 à 1935), comptent 2 volumes in-folio ; le dictionnaire de Furetière (1690), 3 volumes, la première édition du dictionnaire d’Émile Littré (1863), 4 volumes, le Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse (1878), 17 volumes (incluant un dernier supplément publié en 1888).

5 Titre au masculin, ainsi que l’emploie Madame Carrère d’Encausse.

6 https://www.dictionnaire-academie.fr/editorial.html [page consultée le 24 juillet 2019].

7 Pour cette époque, on pense bien sûr au Dictionnaire de la langue française de Littré et au Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Larousse.

8 https://francearchives.fr/de/commemo/recueil-2006/39086 [page consultée le 23 juillet 2019].

9 Sous le titre Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française.

10 Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada.

11 Dictionnaire canadien-français ou lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens-français avec de nombreuses citations ayant pour but d’établir les rapports existant avec le vieux français, l’ancien et le nouveau patois normand et saintongeais, l’anglais et les dialectes des premiers aborigènes.

12 Le parler populaire des Canadiens français ou lexique des canadianismes, acadianismes, anglicismes, américanismes, mots anglais les plus en usage au sein des familles canadiennes et acadiennes françaises, comprenant environ 15000 mots et expressions, avec de nombreux exemples pour faire comprendre la portée de chaque mot ou expression.

13 Glossaire du parler français au Canada.

14 Avant sa publication en un volume, le dictionnaire de Bélisle est publié par fascicules qui sont vendus dans les épiceries de 1954 à 1957. Il connaitra deux rééditions en 1971 sous le même titre, et en 1979 sous le titre Dictionnaire nord-américain de la langue française.

15 Au moment de son utilisation par Bélisle, le contenu de ce dictionnaire est donc passé dans le domaine public.

16 L’organisme a été renommé « Office québécois de la langue française » en 2002.

17 Hors de France, il n’y a aussi qu’au Québec, par l’entremise de l’Office québécois de la langue française, que sont proposés, normalisés ou recommandés des équivalents français à des anglicismes (voir Vincent 2014).

18 Un tableau indique par la suite qu’il se vendrait annuellement en moyenne 100 000 Petit Larousse au Québec, 60 000 en Belgique, 25 000 en Suisse et 45 000 dans le reste du monde hors de France, pour des ventes totales oscillant entre 700 000 et un million d’exemplaires.

19 http://atilf.atilf.fr/tlf.htm.

20 http://www.bdlp.org/ [page consultée le 27 juillet 2019].

21 L’utilisation de la graphie Francophonie, avec majuscule initiale, renvoie au sens politique du mot puisqu’il réfère à l’ensemble des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (ce qui exclut l’Algérie, par exemple, mais inclut notamment la Grèce), alors que la graphie francophonie, avec minuscule initiale, désigne l’ensemble des locuteurs du français.

22 Extrait du communiqué annonçant la mise en ligne du portail numérique de l’Académie française. http://academie-francaise.fr/actualites/dictionnaire-de-lacademie-fran-caise-en-ligne [page consultée le 27 juillet 2019].

23 https://www.dictionnaire-academie.fr/prefaces/1992.html [page consultée le 27 juillet 2019].

24 http://www.bdlp.org/ [page consultée le 27 juillet 2019].

25 https://www.rtbf.be/info/medias/detail_justine-henin-entre-au-petit-larousse-2013-avec-une-faute?id=7795311 [page consultée le 25 juillet 2019].

26 Par exemple, la version numérique du Petit Robert permet des recherches plein texte, la consultation des tableaux de conjugaison pour chaque verbe et des notices biographiques pour chaque auteur cité, mais n’a en rien modifié le traitement des emplois décrits.

27 https://fr.wiktionary.org/wiki/boulet [page consultée le 1er aout 2019].

28 https://fr.wiktionary.org/wiki/binerie [page consultée le 1er aout 2019].

29 Faute de dictionnaires généraux pour les autres aires de la francophonie, nous ne pouvons pas savoir comment se distribuent ces caractéristiques dans l’espace francophone.

30 https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/10/12/discours-au-sommet-de-la-francophonie-a-erevan.

31 https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/10/12/discours-au-sommet-de-la-francophonie-a-erevan[pageconsultéele1eraout2019].

32 http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/francophonie/un-dictionnaire-francophone-pour-repertorier-les-varietes-du-francais-20190430 [page consultée le 1er aout 2019].

33 Au moment d’aller sous presse, le Dictionnaire des francophones n’est pas encore accessible et la liste des outils existants qu’il regroupera varie d’une source à l’autre. Il est régulièrement question du TLFi, de la BDLP et du Wiktionnaire.

34 http://dictionnairedesfrancophones.org/ [page consultée le 22 juillet 2019].

35 Il s’agit du titre de travail de cette section au moment d’aller sous presse.

36 Dans le TLFi et dans la 9e édition du DAF, par exemple, le mariage se résume encore à l’union d’un homme et d’une femme.

37 Le mot parentalité est absent des nomenclatures du TLFi et du DAF.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/26417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k

Auteur

Université de Sherbrooke, membre du CRIFUQ (Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search