Version classiqueVersion mobile

Les discours de référence sur la langue française

 | 
Anne Dister
, 
Sophie Piron

Préface

Sophie Piron

Texte intégral

1Les discours de référence sont des prises de position sur la langue, émanant des instances officielles (délégations, conseils, ministères de l’Éducation et de la Culture, etc.), des spécialistes de la langue (les linguistes et les grammairiens) ou de personnalités publiques reconnues comme tels (on pense entre autres aux écrivains), mais aussi des médias, qui jouent un rôle non négligeable dans la diffusion des normes. Ces discours constituent pour les francophones des repères souvent symboliques et des avis difficilement contournables.

2Pendant longtemps, le français a été soutenu par un discours très uniforme, très normatif, très monolithique et, pour le dire autrement, très parisien. Or on constate que, depuis un certain nombre d’années, les discours sur la langue offrent une place à la variation.

3Les discours de référence englobent plusieurs formes de prise de parole au rang desquelles figurent les recommandations et documents officiels émis par les instances de la langue (commissions, conseils, académies, etc.), les programmes d’enseignement du français et circulaires qui relèvent des différents ministères de l’Éducation, mais aussi les ouvrages de référence. Ces derniers forment un vaste ensemble de publications : dictionnaires de langue générale, dictionnaires terminologiques, dictionnaires de difficultés, grammaires, traités de typographie ou encore de prononciation, pour n’en citer que quelques-uns.

4Le présent ouvrage regroupe des textes consacrés aux tendances actuelles qui se dessinent dans les discours de référence portant sur le français. La première partie traite de la transmission des savoirs à cet égard.

5Dans leur article Pour peu, j’en aurais (presque) perdu ma syntaxe, Audrey Roig, Émilie Deschelette et Caroline Lachet se penchent sur 44 manuels de français publiés en France pour la rentrée de 2016, et censés répondre à la réforme des programmes scolaires de 2015. Ceux-ci confèrent à l’oral une place bien plus importante que par le passé. L’école française se voit confier le rôle de présenter la variation au sein de la langue, y compris à l’oral, et d’amener les élèves à une utilisation du code linguistique en adéquation avec la situation de communication. L’angle d’étude des auteures est celui de la syntaxe de l’oral. Elles ont ainsi constaté que peu de manuels abordent véritablement l’oral. De plus, au-delà de quelques exceptions, la syntaxe de l’oral est encore trop souvent stigmatisée et enfermée dans des cloisonnements que les recherches en linguistique ont pourtant fait éclater.

6Le texte de Sofia Stratilaki-Klein et Claudine Nicolas, Discours de référence et (re)présentation du français de scolarisation, traite de la situation des élèves allophones nouvellement arrivés en France. Les auteures rappellent le cadre juridique qui fixe le rôle de l’école face à ces nouveaux arrivants. Elles analysent ensuite les discours et les représentations au sein de l’école, où elles décèlent que l’accent n’est plus désormais mis sur une maitrise insuffisante du français, mais plutôt sur le fait que les élèves possèdent une autre langue que le français. Le discours se veut davantage inclusif, grâce notamment au terme allophone. Si cette dénomination permet d’insister sur la compétence dans une autre langue que le français, cet atout ne semble pas pleinement intégré dans les pratiques scolaires ni dans les représentations des acteurs du milieu. Tout cela influe négativement sur la construction identitaire linguistique des élèves et sur leurs acquisitions langagières, et les mène souvent à l’insécurité linguistique.

7 Amélie-Hélène Rheault et Caroline Dubois proposent une réflexion sur la formation en révision linguistique à l’université dans l’espace québécois. Leur article – Apprendre à réviser, une tâche nécessairement puriste ? – analyse des interventions sur le forum de discussion d’un cours de révision de textes. Les commentaires des étudiants sont interprétés à l’aune de leur compréhension du système linguistique, de ce qu’est la variation et des réponses fournies par les ouvrages de référence. Il ressort de l’étude que les étudiants font en général preuve d’une assez bonne compréhension des facteurs en jeu, mais méconnaissent certains éléments linguistiques et interprètent parfois les avis des ouvrages de référence comme des sanctions incontournables. Tout cela peut mener ces futurs réviseurs à abusivement corriger un texte, sans prendre en considération les intentions de l’auteur ou le contexte de la prise de parole. Les deux enseignantes recommandent, au final, que la formation en révision s’appuie sur de bonnes connaissances en sciences du langage (sociolinguistique, lexicographie, métalexicographie, etc.), permettant ainsi un meilleur dialogue entre prescription et description en vue d’une révision éclairée.

8L’article Des discours de référence à l’action, rédigé par Anne-Christel Zeiter, s’inscrit dans le monde des demandeurs d’asile en Suisse romande et analyse comment des bénévoles d’une association communautaire se retrouvent à jouer le rôle d’enseignantes de français langue étrangère, sans la moindre formation en la matière. De plus, l’absence d’une lingua franca entre bénévoles et migrants conduit erronément à une représentation du français comme langue difficile. L’article analyse les tensions qui se jouent alors : rapport particulier entre le français tel qu’il est parlé en Suisse romande et le français selon une norme hexagonale, choix difficile entre un français du quotidien et un français scolaire en situation d’apprentissage, immersion passive en français et apprentissage actif basé sur la communication, place de l’oral et exercices scolaires basés sur l’écrit, mission d’intégration auprès d’immigrants parfois peu alphabétisés et exercices linguistiques d’appui centrés sur la norme écrite.

9La deuxième partie de ce livre regroupe des textes portant sur les ouvrages de référence que sont les dictionnaires et les grammaires.

10 Nadine Vincent propose une réflexion sur l’évolution de la lexicographie francophone. Son article Qu’est-ce qu’un dictionnaire ? trace les moments de basculement dans l’histoire de ces ouvrages de référence : dictionnaires en plusieurs volumes destinés à l’élite, dictionnaires en un volume qui profitent de la montée en puissance de l’école au xixe siècle, démocratisation et banalisation du dictionnaire au xxe siècle, informatisation de la lexicographie et production de versions numériques, projets collaboratifs et non professionnels à l’ère du web 2.0 ou mise à disposition de contenus figés. D’abord réceptif à la variation temporelle, le dictionnaire s’ouvre peu à peu à la variation géographique. L’analyse menée montre toutefois qu’il faut avoir conscience des éclairages divers qui peuvent être projetés sur la variation et des conséquences rédactionnelles qui en découlent : dictionnaires différentiels, variété centrale à laquelle se greffent des usages régionaux ou coexistence de variétés égales, etc.

11Dans l’article « Usito » : une description ouverte de la langue française, Hélène Cajolet-Laganière décrit Usito, un dictionnaire numérique accessible gratuitement, bâti au Québec par une équipe de spécialistes universitaires, pour le public québécois, mais qui offre une description élargie du français. L’ouvrage de référence – numérique dès les premières étapes de sa confection – est le résultat d’un travail de longue haleine qui a renouvelé la pratique lexicographique. Il est en perpétuelle mise à jour grâce à un dialogue instauré avec ses usagers. Le dictionnaire déploie toute une série de mécanismes innovants qui en font un outil de consultation aisé, tolérant à l’erreur, rempli de liens hypertextes permettant une navigation tentaculaire. Le dictionnaire propose aussi de nombreuses informations qui répondent aux questions et intérêts variés des usagers aux multiples profils de consultation : infobulles explicatives, modèles de construction, citations littéraires québécoises et notices biographiques des auteurs, tableaux de conjugaison, rectifications orthographiques, etc.

12Dans leur article L’adaptation phonologique des emprunts à l’anglais dans les dictionnaires québécois, Marie-Hélène Côté et Wim Remysen étudient le phénomène de l’emprunt à l’anglais à travers les transcriptions phonétiques proposées dans quatre dictionnaires québécois et les comparent à celles fournies par Le Petit Robert. L’adaptation phonétique des anglicismes en contexte québécois est influencée par les caractéristiques phonologiques du français québécois. Les auteurs rappellent que le discours sur les anglicismes n’est pas le même en France qu’au Québec à cause du rapport bien différent que les Québécois ont eu à entretenir avec l’anglais au cours de leur histoire : contacts prolongés et directs, rapport de force inégalitaire avec la langue de la domination politique et économique. Les anglicismes sont donc perçus très négativement au Québec. Il ressort de l’étude menée que la prononciation québécoise de ces emprunts n’est pas reflétée uniformément dans les dictionnaires du corpus, avec pour résultat un certain nombre de transcriptions à la française. Par contre, deux d’entre eux (le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui et Usito) se démarquent par une nette volonté d’intégrer les traits québécois dans la prononciation des anglicismes.

13 Anne-Sophie Bally traite de La place des semi-auxiliaires dans les ouvrages de référence. L’auteure montre que les semi-auxiliaires, aussi appelés notamment coverbes ou périphrases verbales, restent difficiles à identifier, et ce, malgré l’existence de tests syntaxiques et une conception sémantico-aspectuelle du procès verbal. Par conséquent, les listes existantes ne se recoupent pas et présentent beaucoup de variations. L’auteure a vérifié, dans un corpus de grammaires contemporaines d’abord, dans un corpus de dictionnaires ensuite, comment y étaient enregistrés quelques semi-auxiliaires. De manière générale, une certaine réticence a pu être observée quant à leur consignation. Des caractéristiques sémantiques plus fines interviennent dans l’acceptation de certains semi-auxiliaires. Finalement, l’auteure propose une imposante liste de verbes qui, à la suite des critères discutés dans l’article, devraient recevoir l’étiquette de semi-auxiliaires. Les valeurs sémantiques permettant de les regrouper en sous-classes confèrent un intérêt non négligeable à cet inventaire.

14 Sophie Piron se concentre sur la question de l’adverbe dans les grammaires. Son article, intitulé La classe de l’adverbe ou le fantôme des circonstances, relève d’abord les définitions que propose un corpus de 40 grammaires. Ces ouvrages ont été retenus à l’étude dans la mesure où ils forment le paysage grammatical contemporain. L’auteure y pointe les incohérences et difficultés inhérentes aux définitions en place. Elle met ensuite au jour ce qui se trouve en filigrane dans ces descriptions pleinement intégrées par tout francophone scolarisé, soit trois piliers de l’architecture grammaticale traditionnelle : la notion d’objet, celle de qualification et celle de circonstances. Cette clarification faite, l’auteure propose qu’un certain nombre d’adverbes traditionnels quittent cette classe puisqu’ils répondent à des critères de catégorisation que la grammaire moderne est censée avoir démantelés.

15La troisième partie du livre regroupe des textes portant sur les discours de référence et les représentations.

16Dans son article Diatopismes et degrés de normativité dans le discours sur le français en Belgique au tournant du xxie siècle, Franz Meier étudie la question des belgicismes au travers de la presse écrite. Il trace un portait général de la tradition belge de la chronique de langage avant de se concentrer plus particulièrement sur le chroniqueur Cléante. L’étude examine 200 de ses billets (parus entre 2000 et 2010) à l’aune d’une grille d’analyse qui distingue les types d’arguments avancés (statistiques, systémiques, communicationnels, constatifs, prescriptifs et fictifs) pour accepter ou condamner un usage. Il ressort que ces chroniques valorisent habituellement la diversité linguistique grâce à une approche descriptive. Si elles acceptent des belgicismes, elles établissent toutefois une hiérarchie normative au sein d’entre eux. Cependant, les aspects lexicaux semblent être mieux acceptés que les aspects morphosyntaxiques.

17 Malo Morvan s’interroge dans L’Académie, greffier du bon usage ? sur les procédés discursifs utilisés par l’Académie française pour se construire une position de légitimité. C’est dans la préface du Dictionnaire, mais aussi dans des communiqués et dans la presse qu’émerge cette position symbolique. À partir de la notion d’usage, ambivalente et intégrée dans un raisonnement circulaire, l’Académie met en place un discours de légitimation. L’article fait appel aux notions d’objectivation des pratiques, d’ethos et de discours constituant. La réflexion s’inspire des sciences politiques et de l’analyse de discours. Elle démêle le processus rhétorique ambivalent entre individualité et collectivité, la polysémie de la notion d’usage, les pratiques des locuteurs, la sanction de l’usage, la modernité régulée, la continuité avec le passé et le bon usage.

18 Stefano Vicari étudie La langue française dans « L’avis du médiateur » du Monde. Il s’agit de la rubrique qui entame un dialogue entre des médiateurs du journal et les lecteurs. Les médiateurs publient une chronique qui répond à des interventions au sein desquelles la langue française occupe une place de choix. L’article rappelle le rôle joué par ce genre de rubrique dans l’imaginaire linguistique avant de se pencher sur les enjeux de ces discours à partir de données textométriques. L’étude montre quels sont les procédés de légitimation du discours sur la langue, tant des médiateurs que des lecteurs. Elle expose aussi l’imaginaire linguistique qui émane de ces deux pôles énonciatifs. Ce genre de prise de parole s’inscrit en continuité du discours normatif classique des remarqueurs. Il entremêle langue, émotions et valeurs.

19Le texte Discours de référence sur la linguistique et la langue française à l’heure de YouTube : la chaine Linguisticae, co-écrit par Romain « Monté » Filstroff et Christophe Benzitoun, retrace la genèse du projet Linguisticae, un blogue devenu une chaine diffusant des vidéos à vocation linguistique. Le texte en décrit l’audience et les implications qui en découlent. Cela permet de contextualiser un monde en émergence : ces nouveaux acteurs de la vulgarisation scientifique, des acteurs dont la diffusion et le champ d’influence se révèlent étonnamment larges. Le texte débouche sur une réflexion à propos des vecteurs classiques d’information et de connaissance que viennent concurrencer les vidéastes. Les auteurs dévoilent aussi le récit de vie de Romain Filstroff, qui est à l’origine de Linguisticae, et décrivent son rapport à la norme, son parcours de linguiste et de vulgarisateur.

20 L’accord de proximité dans l’écriture inclusive. Peut-on utiliser n’importe quel argument ? est un texte de Marie-Louise Moreau, dans lequel l’auteure traite du débat autour de l’écriture inclusive. Le texte propose une analyse historique fine qui déconstruit les arguments avancés pour fonder la légitimité de l’accord de proximité prôné par l’écriture inclusive. L’auteure expose d’abord la règle d’accord de l’adjectif en latin, trace ensuite l’évolution de la règle en français en s’appuyant sur des décomptes précis dans des textes d’époque. Marie-Louise Moreau discute par la suite du rôle des grammairiens, en particulier au 17e siècle, et retourne à leurs écrits pour y vérifier ce qu’ils y ont véritablement dit. Enfin, l’auteure déconstruit les pièges interprétatifs des règles grammaticales et interroge la pertinence de l’argument historique avancé par des partisans de l’écriture inclusive.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search