Version classiqueVersion mobile

Les sens de la peine

 | 
Diane Bernard
, 
Kevin Ladd

Deuxième partie. Éprouver le sens

Les sens et non-sens de la peine infligée à l’entourage des personnes détenues

Sandra Lehalle

Texte intégral

L’auteure tient à remercier l’Université d’Ottawa et le CRSH pour le financement accordé ainsi que Lisa Plamondon-Dufour pour sa relecture attentive.

1Une réflexion sur les sens de la peine nous invite le plus souvent à réfléchir au sens que la société lui donne ou au sens que la personne condamnée peut (ou pas) y trouver. En effet, la sanction pénale est légalement conçue comme une peine individuelle imposée à un condamné par la société au nom du contrat social. Tout comme le droit, les sciences et les médias portent sur le sens de la peine un regard en grand angle sur le corps social (à travers le prisme d’une victime réelle ou virtuelle) ou en mise au point sur l’individu condamné. Cette dichotomie ignore le plus souvent les individus touchés directement et indirectement par la peine bien que n’en étant pas eux-mêmes légalement la cible et l’objet : les proches des personnes condamnées. Si la littérature a beaucoup analysé l’expérience carcérale du point de vue de l’institution ou de la personne incarcérée, les effets de l’incarcération sur les proches ont été, jusqu’au milieu des années 90, largement ignorés des chercheurs et ceci en dépit de la relation établie depuis longue date entre le support familial et la réintégration des personnes incarcérées. Les recherches existantes, rarement canadiennes, se consacrent le plus souvent à un aspect spécifique de l’expérience des proches de détenus et n’abordent pas la question du sens de la peine. Ce chapitre se veut une invitation à s’interroger sur les frontières conceptuelles, légales, physiques et sociales de la peine en analysant les sens de celle-ci pour l’entourage témoin, sujet et parfois acteur de celle-ci.

  • 1 Notre corpus de données empiriques se compose à ce jour d’entrevues qualitatives non directives ré (...)

2Notre réflexion se nourrit d’une recherche empirique réalisée en 2016 et 2017 au Canada auprès de proches de détenus1. Sur la base d’entrevues semi-directives, nous avons exploré les diverses manifestations de la peine dans leur vie et notamment les défis sociaux, économiques, relationnels et identitaires rencontrés en raison des effets matériels et symboliques de l’incarcération d’un proche. Nous avons analysé comment ces proches font face aux difficultés rencontrées et comment ils mobilisent des stratégies différenciées dans la gestion des dommages collatéraux de la sanction pénale. C’est au fil de ces analyses thématiques qu’il nous a été donné de réfléchir aux sens que la peine prend dans leur vie. Permettant un point d’ancrage qui n’est ni la personne condamnée ni les acteurs du système pénal, l’entourage des personnes détenues - ces tiers partagés entre le monde du dedans et le monde du dehors - nous offrent un nouvel éclairage sur les sens de la peine en dehors des murs.

3Au moyen des témoignages recueillis, nous proposons d’analyser dans une première partie le sens de la peine tel que vécu par les proches à travers leurs expériences de celle-ci. Dans une deuxième partie, nous nous intéressons au sens social et civique de la peine dans leur vie de citoyen pour finalement questionner les fonctions de la peine telle que l’expérience des proches nous permet de l’analyser.

I. Le sens de la peine tel que vécue par les proches

4Pour l’entourage des personnes incarcérées, la peine a comme premier sens celui d’un vécu. La peine est littéralement vécue par les proches des personnes incarcérées. Conjoint(e)s, parents, frères et sœurs, enfants, oncles et tantes, ami(e)s, etc. font l’expérience des composantes physiques et psychologiques, sensorielles et émotionnelles de la peine. Ils sont confrontés, plus ou moins directement, au caractère contrôlant, contraignant, moralisant et infamant que les institutions pénales et sociales attribuent à la sanction pénale.

5Pour tenter d’analyser ces vécus, il est pertinent de dissocier ces expériences selon leurs points d’origine et leurs espaces de transmission. Nous proposons de réfléchir au vécu qui émane directement de celui de la personne détenue mais aussi au vécu qui est spécifique au traitement des proches par le système pénal et finalement au vécu rattaché aux effets élargis de la sanction pénale à l’extérieur des murs des prisons.

1. Un vécu du dedans « partagé », transféré et amplifié

6L’expérience des personnes ayant un être cher incarcéré est en partie celle d’un vécu indirect émanant des connexions surtout émotionnelles avec ce que vit la personne détenue. La souffrance de la détention est en quelque sorte partagée en raison des liens qui les unissent. « Sa souffrance devient ma souffrance » nous diront certains proches.

7En effet, les personnes rencontrées souffrent du fait qu’une peine de prison ne se limite jamais à perdre sa liberté, mais signifie également pour leur proche avoir faim, avoir froid, vivre et dormir dans la peur, être humilié/battu par détenus ou/et gardiens, attraper des maladies, avoir à payer 5 $ pour un dentifrice, avoir mal aux dents, devoir porter une combinaison orange, dormir sans oreiller ou par terre dans les douches faute d’espace, ne pas pouvoir recevoir de journaux et de cartes postales, être limité à 3 photos, avoir ses affaires jetées ou oubliées lors de transferts, ne pas avoir de contact humain lors de visites avec séparation…

8Ces exemples non exhaustifs illustrent bien l’étendue des sphères de la vie sociale et domestique qui sont concernées par l’aspect englobant et totalitaire de l’institution prison. Ils nous permettent également de constater que les proches reçoivent et éprouvent le vécu de leur être cher incarcéré que celui-ci soit exprimé explicitement ou non. En effet, les proches souffrent de ce qu’ils savent, mais ils ont bien conscience de ne pas tout savoir du vécu de la détention. Ce vécu difficile que la personne détenue relaye « parfois » à ses proches est amplifié, accentué par l’incertitude, l’inconnu de ce qu’elle vit réellement. Les proches en sont le plus souvent réduits à devoir interpréter les expressions corporelles, les signes corporels visibles, les mots prononcés ou encore les silences pour tenter d’appréhender l’expérience de la personne incarcérée. Cette perception, principalement basée sur le sensoriel, va les conduire à apaiser ou le plus souvent exacerber leur peur de la prison qu’ils ne connaissent pas ou mal. Ces indices transmis ou perçus sont parfois alimentés par l’imaginaire collectif le plus sinistre qui existe sur cette institution. Leur préoccupation pour la personne détenue apparaît omniprésente : mange-t-il assez ? est-il en sécurité ? reçoit-il ses soins ? est-il suicidaire ? La grande majorité des personnes rencontrées affirme avoir eu sérieusement peur pour la sécurité et l’intégrité physique de leur proche incarcéré.

«There’s also, like, terrible, terrible fear. Incredible fear. It’s taken me a long time to actually get to the point to realize that he may actually come out of this alive. Like, I had a lot of nightmares where he was dead and I was watching him get killed over and over and over again. Because I really have no illusions that he is safe. He’s not.» (Inès)

9Que la crainte soit fondée ou pas importe peu puisqu’elle est ressentie et vécue comme telle par les proches. À de multiples égards, le vécu de l’entourage peut s’analyser comme une caisse de résonance de la souffrance vécue en détention par celui qui y est et qui ne peut pas, au sein des murs, se permettre de l’exprimer, la montrer, la laisser sortir. Il s’agit d’une souffrance qui déborde et transpire des murs de la prison par l’intermédiaire du proche qui « sait », qui « sent », qui « devine » et qui craint souvent le pire.

  • 2 Expression utilisée pour la première fois par Clemmer 1940 pour décrire le processus de changement (...)

10Il est pertinent de souligner que ce partage de vécu sensible ne prend pas fin à la sortie de prison puisque les effets à moyen et long terme de l’incarcération continuent d’être partagés par les proches. Des témoignages tels que celui de Mona dont le frère qu’elle héberge transforme le salon en cellule en mettant des draps sombres aux fenêtres ou encore celui de Fanny qui constate que son fils de 23 ans dort par terre dans un coin de sa chambre illustrent le vécu partagé de la prisoniérisation2 prolongée de la personne libérée.

11Durant ou après la peine, le sens de celle-ci pour les proches se caractérise donc par la transmission (volontaire ou involontaire) du vécu difficile de la personne condamnée. Mais les proches font également l’expérience d’émotions et de souffrances qui leur est propre et dont le système pénal est grandement responsable.

2. Un vécu spécifique au traitement des proches par le système de justice pénale

12Le sens vécu de la peine pour les proches débute dès les premières interactions avec les institutions et les acteurs du système pénal, généralement lors de l’arrestation. Ils sont très fréquemment aux premières loges de l’intervention policière, de la fouille du domicile (souvent le leur), de l’enquête, du procès, etc. Certains d’entre eux se sont sentis malmenés, voire trahis, par les forces de l’ordre et les autorités judiciaires. Une mère évoque le traumatisme d’une intervention policière musclée. Deux autres nous expliquent que leur bonne volonté de collaboration candide avec la police a été manipulée de façon préjudicielle à la défense légale de leurs fils. Certains évoquent ce même sentiment de trahison de la part des travailleurs sociaux venus les rencontrer lors de l’évaluation sociale de la personne détenue.

13Concernant les institutions carcérales et leur personnel, leur expérience est très majoritairement négative. S’ils soulignent l’existence d’exception et la présence de personnel attentionné et respectueux, les proches rencontrés confient être le plus souvent très mal traités par le personnel carcéral. Ce mauvais traitement n’est pas perçu comme ayant un caractère interpersonnel, mais comme étant institutionnel et structurel.

«Violated. Made to be criminal. Victimized one more time. Humiliated. Ashamed. Being accused before doing anything wrong. I feel like the Correctional Services of Canada looks at visitors and family as the enemy and I believe that they’ve set up structures to make you feel that way.» (Inès)

14Ils se sentent traités comme des criminels, de la poussière, des êtres insignifiants.

«I would say, for the most part, it was either total disinterest. You could be just a fly on the wall, you know? Or they could be downright insulting and rude to you. And that happened on several occasions.» (Erika)

15Ce traitement des proches comme une quantité négligeable se manifeste le plus souvent de façon passive. Ils ne sont pas avisés des transferts d’établissement, des blessures et séjours à l’hôpital, des lockdowns, des changements des heures de visites, etc. À distance ou en personne, le personnel ignore leur existence. Ce sont des émotions d’humiliation et de honte qui sont engendrées par ces interactions passives avec le personnel.

«[…] one guy’s sitting there and he’s got both legs up on the desk and I stood at the window and he didn’t even bother turning his head. Like, it is just so disrespectful. And I thought, "I’ve worked in offices all my life. I would never allow anybody to come in and see me with both legs up on the desk, splayed out like this when I’m supposed to be working." And it just conveys such a level of disrespect to families, right? And it makes you feel that much more ashamed. And that’s what it’s designed to do. That whole process when you go in the door is meant to shame and blame. Right? That’s what they’re doing. And it’s working.» (Jeff)

16Mais c’est parfois de façon active que les procédures et techniques carcérales maltraitent les proches. Les procédures en place sont frustrantes, humiliantes et manifestent à leurs yeux un manque évident de respect de leur existence et de leur situation déjà difficile. Patricia mentionne à ce titre les procédures de réservation des visites qui nécessitent d’appeler 20-30 fois avant d’être mis en attente 35 minutes et se faire dire finalement qu’il n’y a plus de place. Le plus fréquemment, ils vivent très mal les confrontations avec les impératifs sécuritaires qui leur apparaissent disproportionnés et injustifiés. Comment comprendre pour une mère qu’elle ne peut pas envoyer des cartes postales coloriées à son fils ? Comment comprendre que les gardiens ne permettent pas la petite fille de 3 ans d’aller aux toilettes durant la visite ? Comment une mère doit-elle comprendre que pour se rendre aux visites familiales de 48h un gardien doit fouiller ses sous-vêtements de rechange et qu’on exige qu’elle utilise exclusivement des protections hygiéniques achetées préalablement par son fils à la cantine de l’institution ? Comment une mère doit comprendre qu’elle soit obligée de retirer son foulard chimio pour entrer ?

17Ce ne sont pas uniquement l’existence et la rigidité des procédures carcérales qui sont mal vécues par les proches, mais également leur manque de consistance d’un établissement à l’autre ou au sein du même établissement. Des permissions explicites ou tacites qui sont accordées par le personnel une semaine sont parfois suspendues et révoquées comme n’ayant jamais existé la semaine suivante. Ces incohérences engendrent des sentiments d’incertitude de stress et d’épuisement qui se répercutent sur l’anticipation et le déroulement de la visite. Même s’il s’agit de permissions aussi banales que d’entrer à la visite avec un gouter pour le bébé, les proches vivent très mal la façon dont ces interdictions sporadiques sont imposées et exprimées comme étant des confusions, des fautes voir des mensonges de leur part.

18Sans entrer dans une analyse de leurs justifications institutionnelles, ces pratiques forment les éléments constitutifs de sens (ou plutôt de manque de sens) vécu directement par les proches au contact des institutions pénales. Mal informés des procédures et non informés de leur raison d’être, les contraintes leur apparaissent ridicules et incohérentes.

19Pourquoi les dessins d’enfants faits durant la visite ne peuvent-ils pas simplement être donnés au détenu, mais doivent être envoyés par la poste une fois de retour à la maison ? Pourquoi sont-ils acceptés s’ils sont faits aux crayons de couleur, mais refusés si des feutres sont utilisés ? Pourquoi un tel envoi de dessins « non autorisés » peut-il donner lieu à une mention négative dans le dossier carcéral ?

20Leur expérience est ainsi constellée d’épisodes et d’interactions incompréhensibles et donc insensés. Ce qu’ils vivent subjectivement est un manque de considération de leur personne, de leur lien et de leurs efforts qu’ils interprètent comme étant au mieux de la négligence coupable et au pire de la malfaisance intentionnelle. À ces interactions avec les gardiens qui chiffonnent les pantalons repassés avec soin pour le procès ou qui « oublient » de mettre en marche les téléphones durant les 5 premières minutes d’une visite qui en dure 20, ils attribuent par défaut une seule explication : une volonté institutionnelle de les humilier et de miner les liens familiaux déjà fragilisés. Comment à leurs yeux, peut-il s’agit d’autre chose qu’une démonstration de la puissance de l’institution et d’un test de leur soumission à celle-ci ?

21Pour eux, il ne s’agit pas de choses anodines. Ne pas leur permettre de donner un baiser, un dessin… signifie en bout de compte que les procédures carcérales modèlent, redéfinissent leur façon d’être avec leur proche incarcéré. Une mère rencontrée s’interroge sur comment être mère si elle ne peut pas le prendre dans ses bras ni même lui colorier une carte postale.

22L’institution en charge de l’exécution de la peine a un impact structurel et structurant sur les interactions. La peine s’immisce dans la qualité, la quantité et l’expression des relations interpersonnelles avec la personne détenue. Cette intrusion dans le sensible et l’intime est encore plus marquante quand les proches sont des enfants qui visitent leurs parents en détention.

«You know, I remember, you know, just the daunting prison, right? Just seeing, like, the barbed wire and the big walls and the fences and the gun towers and the being processed and the drug dogs and the X-raying. […] It scares you, right? It’s power in its purest form, right? […] Being restricted in, like, how I could interact with my father. So, prison structure is all over your interactions in very particular sorts of ways. Where you can sit. How you can sit. How close you can get. When you can hug when you can’t hug. You know? Or if you think about that experience where I put my hand up against the Plexiglas, the prison is literally mediating the physical contact that I can have with my father, you know?» (Nathan)

  • 3 Les Ion Mobility Spectrometry Device, communément appelés ion scanners furent implantés dans les p (...)

23Un exemple frappant des effets de l’institution pénale sur les interactions et les comportements des proches s’observe dans l’usage actuel des machines de détection de substances illicites ion scan3. Ces machines engendrent chez les familles visitant les détenus la crainte d’un test positif et de ses conséquences parmi lesquelles la suppression des visites, l’inscription d’un incident au dossier carcéral voire même l’annulation d’un mariage préparé.

«The system makes me feel like a criminal. When you go in, they treat you like shit. They make you feel like you can’t be trusted. I’m 58 years old. I’ve never broken the law in my life but every time I go in there, I go past that ION Scanner and I’m terrified, terrified.» (Inès)

24En prévention des tests positifs, les proches témoignent de modifications importantes de leur routine et leurs comportements : ils lavent les vêtements qu’ils vont porter le matin même, ils portent des gants jusqu’à leur entrée dans l’établissement, ils nettoient leurs documents d’identité, leurs bijoux et les pièces de monnaie qui vont utiliser dans le stationnement, ils ne font aucun arrêt toilette sur la route de la prison, ils font le plein d’essence la veille, ils arrêtent de prendre certains médicaments qui peuvent tester positifs, etc. Ces stratégies de nettoyage rituel peuvent prendre parfois un caractère compulsif et être pratiquées en dehors des jours de visite ou mener à une certaine paranoïa. L’enjeu est pour eux crucial puisqu’il s’agit d’éviter que leurs efforts tels que prendre une journée de congé et conduire parfois 3-4 heures soient réduits à néant par l’annulation de la visite. Certains proches vont même renoncer aux visites en détention en raison de la crainte de tester positif et d’engendrer leurs conséquences néfastes pour eux-mêmes et pour la personne incarcérée. Dans de tels cas, les politiques et procédures carcérales viennent entraver non pas uniquement l’expression des liens familiaux, mais également leur maintien et leur existence.

25Au-delà du vécu propre à la personne détenue et celui dont font l’expérience directe les proches, il faut également prendre en compte que le sens de la peine se construit (ou déconstruit) au fil des difficultés rencontrées en-dehors des murs de la prison, dans leur quotidien d’individus libres.

3. Un vécu des effets élargis de la sentence pénale

  • 4 Hagan & Dinovitzer 1999, p. 122.
  • 5 Touraut 2012, p. 1.

26Être un proche de détenus n’est pas une expérience de vie qui se circonscrit aux 4 murs des prisons. La littérature existante évoque en effet les conséquences collatérales de l’incarcération comme étant une collection de coûts4, constitués d’impacts négatifs d’ordre mental, émotionnel et physique indirectement causés par la peine privative de liberté. Touraut parle d’expérience carcérale élargie : « L’expérience carcérale élargie traduit l’emprise que les institutions carcérales exercent sur des personnes qui ne sont pourtant pas recluses, comme l’entourage des détenus, et qui vont, de manière singulière, éprouver la prison dont l’action s’étend au-delà de ses murs et de ceux qu’elles enferment. L’expérience carcérale élargie vécue par les proches de détenus est connexe et parallèle à l’expérience carcérale. En effet, une expérience ou épreuve sociale vécue par un individu est créatrice d’expériences sociales différées et singulières éprouvées par ses proches, que je nomme expérience élargie »5.

  • 6 Touraut 2012, p. 1 ; Comfort 2008.
  • 7 Light & Campbell 2006 ; Matthews 1983 ; Bakker, Morris & Janus 1978.

27Ces effets collatéraux de la peine ont été documentés dans un certain nombre de recherches en Europe6 et en Amérique7. Nos résultats rejoignent les études existantes en identifiant des conséquences touchant l’économie, la santé et le relationnel des proches de personnes incarcérées.

A. La précarité économique

28Notre recherche documente les conséquences matérielles de l’incarcération et la précarisation économique des proches qui subissent une diminution des ressources et une augmentation des charges supportées en raison notamment des appels à « frais virés » (un budget allant parfois jusqu’à 200 euros par mois), des frais d’avocats, des déplacements et parfois des déménagements pour se rapprocher du lieu de détention. Certains mentionnent l’impossibilité d’avoir un emploi afin d’être disponible lors des procès, des visites et des appels.

«I could never have got a job with everything that I’ve gone through with him because the number of times I’ve been in court. The going to visit him… So, yeah, I could not have held down a job where I had to be there all the time because I would have – Even if I’d been able to do it mentally, I would have had to miss too much, you know, with the crisis of my son… And, you know, like, on a bad day for my son, if it’s six phone calls, that’s two hours out of my day. Days aren’t that long… I think for everybody it’s set us back, financially. A big one, you know, because of job and because it’s expensive having a kid in jail. And just expectations of what I thought I might do with my life. I kind of have put that on a back burner.» (Kim)

29Dans certains cas, ils se retrouvent à déclarer faillite personnelle ou commettre eux-mêmes des actes illégaux pour subvenir aux besoins de leur famille ce qui illustre un contre sens au niveau des objectifs de la peine.

B. L’impact sur leur santé

30L’incarcération d’un proche engendre également des conséquences psychologiques et physiques pour l’entourage parmi lesquelles angoisses, inquiétudes, trouble du sommeil, prise ou perte excessive de poids, problème de tension, grande fatigue physique et morale, etc.

«And so, I would say, for the first six months after it happened, I was in shell shock. I was frozen. And I, I really didn’t know how to help myself get through it.» (Erika)

«Just the mental – You know, it’s affected me. I’m on medication. I have anxiety. […] You know, sometimes I just want to be held. <laughter> And the thought of if I have to, you know, get dressed suitably and go out in society every day kind of terrifies me. So, you know, it’s affected my mental health. It’s, you know, I still cope.» (Kim)

  • 8 Hannem & Leonardi 2014.

31Pour certains, cela peut donner lieu à l’adoption de mécanismes de défense néfastes (parfois illégaux) tels que l’utilisation abusive de médicaments prescrits, l’augmentation de consommation de tabac, d’alcool et de drogues, l’automutilation ou encore les tentatives de suicide8.

C. Les dommages relationnels et le stigmate9 social

  • 9 Le stigmate fait traditionnellement référence à la présence d'une marque sur le corps qui représen (...)
  • 10 Touraut 2012 ; Ricordeau 2008.
  • 11 Hannem 2012 ; Hannen 2008.

32Des études approfondies se sont penchées sur les conséquences relationnelles de l’incarcération en France10 et au Canada11. Nos résultats indiquent en effet que l’incarcération comme événement bouleversant la famille va engendrer des tensions dans les couples de parents, entre les parents et les autres enfants (souvent délaissés pour supporter l’enfant détenu), entre grands-parents et petits enfants (à qui l’on dissimule la vérité)… À cela s’ajoutent les liens véritablement rompus par la séparation avec la personne incarcérée :

«I got punished for a crime I didn’t commit because I lost my father, you know?… My father was taken away from me, forcefully. […] considering the fact that my father, like I said, was the only person that I actually formed that close attachment with as a child, you know, to have that one relationship taken away, severed, that one connection severed as a young person, you know, it certainly affects your ability to form close relationships with people as an adult, right?» (Nathan)

33Si quelques-uns affirment que ces épreuves ont solidifié certains liens familiaux, la plupart témoignent de blessures et cicatrices persistantes.

« J’ai vu combien cela a détruit notre famille. Comment cela détruit encore notre famille. Combien cela tue ma mère à petit feu… » (Mona)

34Il n’est pas toujours aisé de dissocier les conséquences sur les liens familiaux qui sont du ressort des dynamiques propres à chaque famille de celles qui découlent des effets multiples de la stigmatisation que suscite l’incarcération d’un membre de la famille. Notre étude, comme d’autres, identifie en effet l’incarcération comme source d’un stigmate qui engendre des ruptures entre la personne détenue et la famille, mais également entre l’entourage du détenu et leur réseau relationnel. Les réunions de famille sont désormais compliquées et scindées entre les camps plus ou moins compréhensifs comme dans le cas de deux sœurs jumelles (dont les conjoints sont respectivement condamné et policier) qui se divisent désormais les horaires des évènements familiaux et ne peuvent plus réunir leurs enfants pour jouer ensemble.

35Mais il s’agit bien sûr un stigmate qui s’étend au-delà de la structure familiale et touche le milieu de travail, la communauté religieuse ou encore la communauté locale. Dans certains cas, ce sont des manifestations ostentatoires voir agressives du stigmate que les proches doivent affronter surtout quand le délit est médiatisé et/ou à caractère sexuel. Olivia a fait l’objet d’insultes dans des lieux publics en raison de la criminalité de son père. Diane et Hannah ont reçu des appels anonymes. Fanny a fait l’objet de menaces de voir sa plus jeune fille kidnappée et violée en représailles de délinquance sexuelle de son fils ainé. Ce stigmate de la sanction pénale devient parfois partie prenante de leur vie à long terme. Erika en vient à espérer que ses autres enfants ne se marieront pas pour ne jamais avoir à gérer les réactions de la belle famille.

36Ce stigmate a des effets bien concrets dans la vie des proches qui le gèrent selon des stratégies diverses entre affrontement (Olivia qui se bat dans les bars du village pour défendre son père) et protection (placer ses enfants en garderie fermée, changer de nom, se retirer des réseaux sociaux). Même si le stigmate s’atténue avec le temps, il reprend de la vigueur à la sortie de prison. Pour certaines personnes comme Fanny, le stigmate est même plus présent dans son voisinage une fois que son fils réintègre la maison.

«We were friendly on the street… But it was more, it changed more when he was getting out. That it was okay because he was over there. They didn’t have to deal with him and that’s, like, you don’t have to deal with it. Now that it’s getting closer, he is out, that’s when it really changed to that, like now you have a monster living on your street sort of thing. Which is so two-faced. So horribly wrong… A couple of them at the bus stop with their kids. They sort of turn away, you know? In the car they used to at least wave. But if he’s in the car, they don’t wave. But when he’s not in the car, they wave.» (Fanny)

D. Le stigmate institutionnalisé

37Les proches ne sont pas uniquement confrontés aux implications du jugement de leur entourage mais également à celles qui sont intégrées par le système de justice pénale à la condamnation. Dans certains cas, ce sont les conditions attachées à la libération conditionnelle qui viennent sérieusement affecter leur quotidien, surtout si la personne est relâchée sous leur supervision et/ou hébergée à leur domicile. Si le fils libéré ne peut participer à la sortie familiale en raquettes, il faudra décider qui reste à la maison avec lui. Si le fils ne peut être en présence de mineurs, il faudra gérer qu'il ne soit jamais seul à la maison avec sa sœur ou être présent quand les neveux viennent jouer dans la piscine. L’ordinateur de la maison devra parfois être sous clé.

38Le plus souvent, c’est l’existence du casier judiciaire et de ses conséquences qui viendra sur une longue période entraver les projets et les activités de la famille. Patricia nous expliquait en détail que son conjoint ne pourra pas se faire assurer, ne pourra pas construire une histoire de crédit dans le futur ou être bénévole accompagnateur des sorties scolaires de leur fille. Pour presque toutes les personnes rencontrées et surtout les parents, il en découle la crainte de ne pas être capable de supporter économiquement la personne condamnée qui n’atteindra sans doute jamais son plein potentiel professionnel en raison du stigmate et du casier judiciaire.

«It will impact my, my son’s earning potential, even though he’s very well educated, already had a university degree and now has, you know, a community college certificate as well from the time he was inside. Very well educated. He will never meet his own potential. We might end up supporting him for the rest of his life, the rest of our lives. Who knows? Because he doesn’t make enough money doing what he’s doing to support himself. We feel it’s important for him that he lives on his own so he, you know, we supplement what he brings in to make sure he has enough to live on. So, his life will never be what we envisaged for him. What he envisaged for himself. So, when we die, you know, will his siblings feel an obligation if he’s not been able to get back on his feet? If he can’t get a job that pays more than minimum wage? To be able to support himself, will they feel a financial obligation? I have to tell you, I, I have this incredible urge to save, save, save, save, save so that when we die we can leave enough money, you know, for all of them so that they won’t have to feel they have to maybe support him. Not fully, because, you know, he is getting work but it’s pretty tough to live on minimum wage.» (Érika)

39Les proches portent sur leur épaule la gestion du stigmate des sortants de prison au niveau professionnel et beaucoup en viennent à réorganiser leur vie personnelle et professionnelle pour tenter de compenser. Certains parents vont travailler bien au-delà de l’âge de la retraite et d’autres démarrent une entreprise indépendante pour pouvoir embaucher et financer la personne condamnée à sa sortie. Si la compensation ne peut être financière, elle se fera au niveau de l’engagement personnel des proches tels qu’Olivia qui limite sa vie sociale pour être disponible et présente pour son père à sa sortie de prison ou Kim qui redéfinit l’intégralité de sa vie comme support 24/24 pour son fils. Pour les proches, le sens de la peine est donc celui d’un impact concret sur leur vie présente et future.

E. Le stigmate intériorisé

40Pour certains, c’est le stigmate personnel, par contagion de la personne condamnée, qui persiste sur de longues périodes. « On partage la même honte » nous disaient des parents. Nathan, dès l’âge de 8 ans, a porté le stigmate de l’incarcération de son père au sein de sa propre famille et se débat toujours à 30 ans avec une faible estime de lui-même.

«This stigma that had got attached to me… I wore that within my family, right? Because I was always defending my dad… It was my family members who were the harshest, right? And, so, that’s where the real stigma came. … That’s what I became associated with. "You’re just like your father because you’re bad." […] that message is still a part of my core, right? That I still have to work on that, right? So, the work that I’m doing now as an adult, and I’ve done a lot of it with some psychologists and elders is to unravel this core belief that I’ve had, that I’m not worth it. That I’m somehow defective. That somehow something is wrong with me… Those ideas were built over thirty years, essentially. They’re not gonna be removed in a couple of weeks or a couple of months, right? That’s something I’m going to have to keep coming back to.» (Nathan)

  • 12 Soss 2005.

41Ces témoignages illustrent une intériorisation de la honte et d’une valeur diminuée, ce que Soss12 nomme stigma consciousness, la conscience du stigmate. Il arrive que cette conscience, cette crainte du stigmate combinée au sentiment de honte soit parfois suffisante pour que les proches s’isolent par eux-mêmes. Fanny, mère d’un condamné pour une affaire de mœurs évoque l’impact sur la vie sentimentale, professionnelle et sociale de sa fille aînée.

«And the impact it has on your family, my eldest was in a relationship. Ended up leaving the relationship and moving back home to be almost like a hermit. She served time, basically, in the house. She didn’t leave. We ended up saying, you know, that you’ve got to get a job or go back to school or, you know, like, we’re not gonna have you here… And, so, she ended up, you know, going and getting a job but people would, like, knew and would say something about, "Oh, I know about your brother," so she would just leave work and they couldn’t allow that. So, she lost her job. And then she ended up drinking and, um, basically I would say for seven years she lived in our basement.» (Fanny)

42Le sens de la peine dans leur vie est donc particulièrement complexe puisqu’il englobe de nombreuses sphères de leur vie intime et sociale sur une échelle de temps parfois très longue voir permanente. Les proches souffrent de façon souvent cumulative de ce qui arrive à leur proche, de ce qu’ils craignent qui puisse lui arriver, de ce qu’ils vivent comme traitement de la part du système pénal, de ce qu’ils observent comme souffrance des autres membres de leur famille immédiate et de ce qu’ils affrontent comme difficultés multiples en dehors des murs.

«Yeah, you realize that you go for months and think, “I haven’t drawn a full breath. Gasping all the time… You know when you paint a room a bright colour and you always have to put a gray primer coat underneath? Even when there are bright days, that primer coat’s always there. I’m always sad. I’m never not sad.» (Inès)

43Il s’agit bien de l’essence du sens de la peine entendu ici comme la sensation éprouvée mentalement et physiquement, dans sa dimension intime et même corporelle. La peine doit être pénible et elle l’est définitivement pour les proches des personnes condamnées. Leurs expériences vécues illustrent bien la polysémie du terme sens comme référant aux émotions et à la sensibilité qui s’apparente ici à un état de fragilité et de vulnérabilité.

44Ce sens vécu vient immanquablement influencer un deuxième sens, cette fois-ci entendu comme la compréhension et le jugement du domaine intellectuel. L’exercice du jugement des proches sur la peine va, en partie, se fonder sur la réalité sensible de la peine dans leur vie. Une analyse approfondie du sens de la peine se doit de prendre en compte cette rencontre du sensible et de l’intelligible. Comment les proches jugent-ils la peine, ses institutions, ses acteurs sur la base de leurs expériences ? Comment la dimension intime du sens de la peine pour les proches nourrit-elle la dimension politique de celui-ci et affecte le sens social/civique de la peine ?

II. Le sens social et civique de la peine pour les proches

45Les proches des personnes incarcérées découvrent et apprennent à connaître le système de justice pénale à travers leurs expériences. Cette rencontre particulière affecte leurs perceptions des institutions étatiques et influence leur rôle et leurs réactions à titre de citoyens et acteurs politiques.

1. Leurs perceptions des institutions étatiques et leurs positionnements citoyens

46Comme pour tous citoyens c’est à travers leurs interactions avec les institutions étatiques que les proches vont se former une idée du fonctionnement et des compétences du gouvernement. Une différence importante réside toutefois dans le fait que pour les institutions pénales contrairement à la plupart des institutions étatiques, l’interaction a pour l’individu incarcéré et pour ses proches un caractère involontaire et rarement anticipé.

47Pour les proches, la découverte est brutale et bouleversante. Ils expriment le choc qu’ils ressentent en constatant l’écart entre ce qu’ils croyaient être le système pénal et ce qu’ils en découvrent comme réalité.

«Well, it was a shock! It’s a shock to think that this is what our jails are like. This, and this was here in Ottawa, right? So, here we are in the Capital City of Canada. One of the best nations in the world to live in and this is how we treat people who haven’t even been found guilty of anything yet, right?… It was a shock. It was a shock to my system. I have to tell you, it, it really rocked me. It rocked my world.» (Erika)

48Si l’on s’en tient aux grandes lignes, ils découvrent un système basé sur la vengeance, ridicule, inconsistant, pas fiable, qui ne fournit pas l’aide et le support adapté aux problèmes de santé mentale à l’origine des actes condamnés et qui n’est pas pleinement en contrôle du quotidien de la détention puisque notamment incapable d’assurer la sécurité des détenus. Ils en ressortent bouleversés dans leurs convictions sur le système de justice, les services publics et les figures d’autorité. Le sens de la peine appréhendé intellectuellement sur la base de leur vécu est absent ou tout au moins incohérent et inefficace dans le cadre de leur jugement normatif. L’État non seulement ne les aide pas, mais il est l’origine et l’acteur de nombreux dommages et souffrances.

49Certains proches expriment alors leur ressentiment voire leur méfiance envers les institutions et les agents du système pénal.

«Growing up as a good citizen, you trust the police. Well, I’ve learned not to trust the police anymore. I would not share anything with the police ever again because they turn it around and they use it against you. We really learned that lesson. Wow… that was quite, quite a revelation to me. And to this day, it’s hard for me not to look at a police officer with some disdain. And it’s terrible to paint them all with the same brush but that’s not where I would go for help.» (Erika)

50Cette image ternie des autorités pénales transparait d’ailleurs dans la conviction de presque toutes les personnes rencontrées que ce sont les gardiens qui sont responsables de l’entrée des drogues en détention.

  • 13 Lee, Porter & Comfort 2014.
  • 14 Lipsky 1980.

51Ainsi, dans notre recherche, tout comme dans celle de Lee, Porter et Comfort13 sur les familles de détenus aux États-Unis, il est possible d’analyser une perception négative du système pénal et ses agents par les proches. Clairement, les expériences des proches viennent non seulement réduire leur niveau de confiance envers les institutions étatiques mais plus sérieusement remettre en question les valeurs du gouvernement. Lipsky14 affirme que les interactions socialisent les citoyens aux attentes qu’ils peuvent avoir de leur gouvernement. La socialisation des proches au contact du système pénal engendre une image dégradée des valeurs, des pratiques et des normes démocratiques que le gouvernement personnifie.

  • 15 Lee, Porter & Comfort 2014.
  • 16 Lipsky 1980.
  • 17 Lerman & Weaver 2014, p. 12.

52Le système devient ainsi une instance de socialisation politique qui joue un rôle sur l’attitude et la participation citoyenne des proches15. En effet, si les interactions des citoyens avec les institutions étatiques contribuent à leur socialisation envers ces institutions, elles influencent également leur place dans la communauté politique16. Les interactions avec l’État influencent, en effet, les perceptions individuelles des citoyens sur leur propre positionnement politique17 puisque les institutions leur permettent d’observer comme l’État traite « les gens comme eux ».

  • 18 Mettler 2005, p. 12-13.

«Through government contact, citizens "may acquire a sense of their own status in the polity, of how people like them are regarded-for instance, with respect or with stigma-and the extent to which they are included among the citizenry".»18

53Les personnes rencontrées dans le cadre de cette recherche témoignent d’un traitement non respectueux qui les choque d’autant plus qu’il émane des institutions publiques et qu’il est en contradiction avec leurs convictions de ce que les relations citoyen-service public devraient être.

«I’m a 58-year old, law abiding, tax paying citizen. Don’t treat me like garbage. I’m not garbage. I don’t treat you that way. I am respectful. I say please and thank-you and I say good morning when I walk in...» (Jeff)
«You feel like you're being treated like you are a criminal as well. They look at you with scowls… the majority of them are absolutely rude. And, I got worried and shocked and, to me, they’re doing a public service. Some of the public is coming in and if I go to any other institution or place with a public service, I should not expect to be treated that way.» (Gina)

  • 19 Lerman & Weaver 2014.
  • 20 Cohen 2010.

54Si, comme le suggèrent Lerman et Weaver19, les citoyens apprennent du gouvernement leur statut social et ce qui leur est permis, la leçon est sévère et s’assimilerait à une aliénation politique définie par Cohen comme : « A subjective condition in which feelings of inefficacy or the belief that formal political decision-making is impenetrable to the average citizen conjoin with feelings of cynicism and distrust toward the government. »20

  • 21 Lerman & Weaver 2014, p. 13 et p. 138.

55Les expériences évoquées par les proches illustrent clairement l’échec des institutions à mettre en application et à personnifier les valeurs démocratiques. Confrontés à un gouvernement (incarné par les acteurs du système pénal) qui apparaît à la fois incohérent dans ses politiques, despotique dans ses pratiques et incompétent à contrôler la prison, les proches ressentent une forte asymétrie de pouvoir qui influence leur vécu de citoyenneté ainsi que leur conception subjective de ce qu’est la citoyenneté. Quel est alors l’effet de cette compréhension sur leur relation au milieu carcéral et plus largement au monde politique qu’ils habitent ? Il semble en effet légitime de se demander si ces interactions inhibent les habiletés sociales des citoyens et engendrent un certain désapprentissage de la citoyenneté comme le suggèrent Lerman et Weaver21. Si les citoyens sont éduqués aux principes et valeurs démocratiques par les institutions étatiques, l’éducation reçue au contact du système pénal semble susceptible d’engendrer des inhibitions et des barrières à leurs actions citoyennes.

2. Les réactions citoyennes des proches

  • 22 Lerman & Weaver 2014, p. 8.
  • 23 Lerman & Weaver 2014, p. 8.

56Le concept de « custodial citizen » utilisé par Lerman et Weaver22 pour analyser ces millions de citoyens américains détenus ou supervisés par le système de justice pénal nous semble particulièrement intéressant à appliquer aux proches de détenus canadiens. Ces auteurs soutiennent que l’expérience de ces individus, marquée par la domination et la soumission à un État contrôlant et arbitraire, les socialiserait à un mode de vie particulier « custodial life world » caractérisée par deux leçons, deux ensembles de normes qui leur sont spécifiques : un code d’interdictions et des règles du jeu23.

57Si l’on transpose ce concept aux proches de détenus, nous pouvons, en effet, analyser un certain mode de vie qui caractérise l’expérience d’avoir un être cher en détention. Leurs témoignages indiquent bien qu’ils développent des comportements et des stratégies particulières face au système pénal et au monde social qui les entoure.

  • 24 Il importe peu à ce stade de dissocier les composantes du code d’interdiction que les proches s’im (...)

58Les proches rencontrés évoquent clairement l’apprentissage d’une forme de code d’interdictions regroupant tous les comportements à éviter face aux divers risques spécifiques à leur situation (témoignages manipulés, tests ioniques positifs, visites annulées, maltraitances par le personnel, conséquences disciplinaires, recommandations négatives pour une libération, sanctions légales, etc.). S’il n’est pas surprenant que les proches tentent d’éviter ces expériences négatives, il est cependant choquant de constater l’étendue des stratégies développées et l’emprise de celles-ci sur de nombreux aspects de leur quotidien. En affectant leurs routines vestimentaires, hygiéniques, organisationnelles et interactionnelles, ce code d’interdiction évoqué (sans être explicitement nommé) par les proches implique une adaptation importante de leurs façons de faire et façons d’être24.

  • 25 Lerman & Weaver 2014.

59Les proches rencontrés témoignent également avoir appris ce que nous qualifierons de règles du jeu inhérentes à leur situation. Ces règles très diversifiées regroupent tout ce à quoi il faut s’attendre lorsque l’on est proches d’une personne détenue. On y retrouve les trois composantes identifiées par Lerman et Weaver dans la vie des « custodial citizen » : les ressources, le rôle de l’espace et du lieu et la marque durable25. Les proches insistent, en effet, sur l’importance d’avoir les bonnes ressources (avocat, argent, garanties pour la sortie, protection dans la prison). Le rôle de l’espace et du lieu se manifeste lui à travers le lieu géographique d’incarcération dont l’éloignement ou la proximité va imposer ses conséquences multiples, mais également à travers le type d’établissement (provincial ou fédéral, avec ou sans programmes, composition de la population carcérale, etc.). Finalement la marque durable est sans conteste la règle du jeu qui s’impose dans toutes les interactions sociales des proches de détenus de par le silence auto-imposé ou par la gestion du stigmate dévoilé, institutionnalisé et/ou intériorisé.

  • 26 Lerman & Weaver 2014.
  • 27 Lerman & Weaver 2014.

60Ces leçons impliquent-elles, comme le suggèrent Lerman et Weaver26 que les citoyens sous garde en viennent à se démobiliser comme acteurs politiques ? Notre analyse est sur ce point plus nuancée. Nous observons à certains égards que certains proches de détenus apprennent à rester tranquilles, à ne rien demander et à se méfier des autorités. Mais cela signifie-t-il qu’au lieu de réagir en développant des outils de citoyen engagés, ils adoptent tous comme statut maître celui de citoyen de seconde classe réduit au silence ? Au regard de nos résultats de recherche, le caractère passif et soumis du concept de « custodial citizen » de Lerman et Weaver27 semble trop exclusif pour analyser les réactions des proches de détenus canadiens.

61Une fois passé le choc initial, certaines personnes interviewées adoptent une attitude réactive. Nous analysons d’ailleurs le simple fait d’avoir accepté de participer volontairement et gratuitement à cette recherche (et il s’agit d’un biais de sélection évident de notre échantillon) comme étant motivé par l’opportunité de dénoncer les contraintes et les injustices du système pénal et de prendre la parole en tant que citoyen engagé. De plus, la plupart des personnes rencontrées ont clairement manifesté le souhait de s’impliquer personnellement pour pallier les faiblesses du système pénal. Certains le font à un niveau individuel à travers leurs proches comme Erika qui a lutté pour obtenir l’accès aux études pour son fils incarcéré et Diane qui a insisté pour pouvoir transmettre ses excuses aux victimes. Nombreux sont ceux qui tentent de s’impliquer dans les réformes pénales jugées nécessaires en réalisant des recherches internet sur des meilleures politiques et pratiques correctionnelles à l’étranger, en lisant attentivement les publications du groupe de travail gouvernemental, en créant des associations de support pour les familles ou en entreprenant des études et des recherches abolitionnistes.

62Si ces actions s’analysent comme des actes de citoyens impliqués, toutes ne sont pas entreprises de façon publique durant l’incarcération. Pour certains, leur souhait militant est parfois freiné par la peur de représailles sur la personne incarcérée et ils décident d’attendre la fin de la sentence pour pleinement s’impliquer.

  • 28 Lerman & Weaver 2014.
  • 29 Scott 1990.
  • 30 Cohen 2004.

63Nous en concluons qu’il est possible d’observer un certain mode de vie qui intègre les leçons de ce que signifie être proche d’un détenu. Comme Lerman et Weaver28, nous observons, chez les proches, une certaine aliénation par la peur et un frein à leur rôle civique. Diverses techniques d’évitement sont, en effet, observables chez les proches qui souhaitent éviter les problèmes et les risques inhérents à une réaction citoyenne contre un système pénal défaillant. Cependant nous observons que certains cherchent d’autres voies de résistance et d’influence en dehors du domaine politique traditionnel. Ces réactions s’inscrivent, selon nous, dans ce que Scott29 et Cohen30 qualifient d’actes quotidiens d’opposition et de défiance citoyenne.

64Leurs expériences et leurs compréhensions de celles-ci contribuent à modifier et bouleverser le sens qu’ils attribuent au contrat social, à la citoyenneté, au pouvoir étatique et aux valeurs rattachées à la justice et la démocratie. Pour certains proches, leur vécu de la peine les conduit à modifier leur statut de sujets de droit en un statut de sujets critiques (et parfois militants) de l’État de droit impliqués dans la quête d’un sens à leur peine et plus globalement d’un sens de la sanction pénale.

Conclusion

65Le sens de la peine vécue par les proches des personnes détenues est caractérisé par des difficultés multiples et des souffrances qui envahissent de nombreuses sphères de leur vie intime et sociale. Leur peine se compose d’expériences et d’émotions de fragilité et de vulnérabilité qui bouleversent leur compréhension intellectuelle de la justice et du système pénal. Pour certains, ce non-sens perçu de la peine vient engendrer une redéfinition de leur sens civique comme citoyen en quête de sens. Cette quête est celle d’un sens à la fois subjectif basé sur leur vécu, mais également intuitif, un sens qu’ils perçoivent sans toujours définir ou en donner de critères précis. Ils remettent en question le sens de la peine pour la personne à qui elle est infligée, pour eux même mais également pour la société dans son ensemble.

  • 31 Ladd, dans cet ouvrage, p. 34.
  • 32 Frize 2004.

66Ces questionnements nous ramènent une fois de plus au contrat social et à son articulation avec la sanction pénale. Bernard et Ladd31 posent en introduction de cet ouvrage la question de savoir si la signification de la peine peut et doit être partagée « en ce que ce partage est constitutif du lien social ou de l’idée de société ». La signification de la peine n’est certes pas la même pour la mère de la personne condamnée, la victime ou le citoyen informé de la sentence par le biais de son média favori. Quel sens de la peine peuvent véritablement partager ces citoyens ? Si l’on accepte comme le suggère Frize32 que le sens de la peine ne puisse être donné ou imposé de l’extérieur, cela signifie que le sens de la peine doit non seulement être partagé, mais également trouvé par chacun !

67Le défi semble alors insurmontable et la tentation est grande de se cantonner à un raisonnement simpliste consistant à trouver la peine utile et efficace au regard de certains objectifs qui lui seraient assignés. Pourtant, même si nous acceptions les prémisses réductrices de ce raisonnement utilitariste, les résultats de cette recherche auprès des proches de personnes incarcérées démontrent que la peine ne fait guère de sens et n’atteint en aucun cas le sens souhaité et visé par la philosophie pénale.

  • 33 Garland 1990.
  • 34 Vanhamme & Beyens 2007.

68Bien au contraire, dans l’expérience des proches, la peine accomplit des résultats opposés aux objectifs recensés notamment par Garland33 et Vanhamme et Beyens34. Si la peine est bien porteuse de valeurs et de sentiments, pour les proches elle vient clairement bafouer les valeurs de famille, de respect, de dignité, de justice et de démocratie. La peine n’a pas la valeur communicative et symbolique voulue. Elle n’est pas non plus une pratique sociale signifiante qui confirme une autorité, mais elle génère une distance et une méfiance des proches envers les autorités. Elle n’assure pas la cohésion sociale, mais bien au contraire, à travers le stigmate social et institutionnel, elle engendre des processus individuels et collectifs de disqualification.

69Quant à l’objectif pénal de réinsertion sociale, les témoignages recueillis s’accordent sur le fait qu’il n’est ni atteint ni réellement poursuivi. Les proches dénoncent les carences de support, de soins et de programmes dont les personnes incarcérées auraient besoin. Pour eux, la sanction pénale ne fait rien pour aider leur proche dans son agir délinquant. De plus, le désintérêt ou le mauvais traitement que leur réservent les institutions pénales illustrent de façon flagrante les contradictions d’un système qui affiche un discours de réinsertion sociale ancré sur le support familial et social, mais qui, dans ses politiques et ses pratiques, contribue à fragiliser et entraver les liens familiaux. Au-delà de ce paradoxe, le système pénal choisit parfois de s’intéresser aux proches dans une logique utilitaire où ils sont impliqués, parfois contre leur gré dans le processus pénal. À diverses étapes allant de l’arrestation à la libération, les acteurs pénaux vont, en effet, évaluer et prendre en compte dans leurs décisions la qualité de leur relation avec la personne détenue et les ressources qu’ils peuvent (ou non) mobiliser en sa faveur en termes d’emploi, de logement et de surveillance. Les proches se retrouvent alors confrontés au non-sens d’un système qui, durant la peine, place de nombreux obstacles aux liens sociaux de la personne détenue, mais qui, en fin de mandat, vient évaluer ces liens comme principal critère de libération et garantie de réinsertion.

70Finalement, les témoignages des proches de personnes détenues nous invitent à sérieusement questionner les sens de la peine. La peine n’est pas une sanction purement individuelle ; elle affecte un ensemble bien plus large de la population qui fait l’objet de vulnérabilité et d’exclusion. Pour autant, loin de nous l’idée de confiner les proches dans un rôle de victimes de la peine en leur attribuant une étiquette qui ne ferait que les marginaliser et stigmatiser davantage. Indépendamment du fait que certains proches s’identifient ou pas comme victimes secondaires ou dommages collatéraux du crime et/ou de sa criminalisation, nous proposons avant tout de considérer qu’ils doivent être appréciés à leur juste valeur comme des témoins, sujets et acteurs des sens de la peine.

71Ce chapitre a avant tout une valeur heuristique : si nous n’avons pas tenté d’identifier des sens de la peine qui seraient généralisables ou au contraire spécifiques à des sous-catégories de l’entourage des personnes incarcérées (entreprise probablement hasardeuse), nous espérons avoir illustré, à travers l’expérience de ces proches, les composantes à la fois interpersonnelles et sociales du sens de la peine, essentielles à sa compréhension comme fait social et concept pénal.

Bibliographie

Bibliographie

Bakker, Morris & Janus 1978
Bakker (L. J.), Morris (B. A.), Morris (L.M.), « Hidden victims of crime », Social Work, 23/2 (1978), p. 143-148.

Cohen 2004
Cohen (C. J.), « Deviance as resistance : A New Research Agenda for the Study of Black Politics », Du Bois Review, 1/1 (2004), p. 27-45.

Cohen 2010
Cohen (C. J.), Democracy remixed, Oxford, New York, Oxford University Press, 2010.

Comfort 2008
Comfort (M.), Doing Time Together : Love and Family in the Shadow of the Prison, Chicago, University of Chicago Press, 2009.

Frize 2004
Frize (N.), Le sens de la peine : état de l’idéologie carcérale, Bruxelles, L. Scheer, 2004.

Garland 1990
Garland (D.), Punishment and modern society : a study in social theory, Chicago, University of Chicago Press, 1990.

Goffman 1975
Goffman (E.), Stigmate : [les usages sociaux des handicaps], Paris, Les Éditions de Minuit, 1975 [1963].

Hagan & Dinovitzer 1999
Hagan (J.), Dinovitzer (R.), « Collateral Consequences of Imprisonment for Children, Communities, and Prisoners », Crime and Justice, 26 (1999), p. 121-162.

Hannem 2008
Hannem (S. N.), Marked by association : stigma, marginalisation, gender and the families of male prisoners in Canada, s. l., Carleton University, 2008.

Hannem 2012
Hannem (S. N.), « The mark of association : Transferred stigma and the families of male prisoners », (2012), p. 95-117.

Hannem & Leonardi 2014
Hannem (S. N.), Leonardi (L.), Family Victim Research : Needs and Characteristics. Final Report to Public Safety Canada, Kingston, Canadian Families and Corrections Network, 2014.

Lee, Porter & Comfort 2014
Lee (H.), Porter (L. C.), Comfort (M.), « Consequences of Family Member Incarceration : Impacts on Civic Participation and Perceptions of the Legitimacy and Fairness of Government », The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 651/1 (2014), p. 44-73.

Lerman & Weaver 2014
Lerman (A. E.),t Weaver (V. M.), Arresting Citizenship : The Democratic Consequences of American Crime Control, Chicago, University of Chicago Press, 2014.

Light & Campbell 2006
Light (R.), Campbell (B.), « Prisoners’ Families : Still Forgotten Victims ? », Journal of Social Welfare & Family Law, 28 (2006), p. 297-308.

Lipsky 1980
Lipsky (M.), Street Level Bureaucracy, s. l., Russell Sage Foundation, 1980.

Matthews 1983
Matthews (J.), Forgotten Victims : How Prison Affects the Family, NACRO, 1983.

Mettler 2005
Mettler (S.), Soldiers to Citizens : The G. I. Bill and the Making of the Greatest Generation, New York, Oxford University Press, 2005.

Ricordeau 2008
Ricordeau (G.), Les détenus et leurs proches. Solidarités et sentiments à l’ombre des murs, Paris, Autrement, 2008.

Scott 1990
Scott (J.C.), Domination and the Arts of Resistance, s.l., Yale University Press, 1990.

Soss 2005
Soss (J.), « Making Clients and Citizens : Welfare Policy as a Source of Status, Belief, and Action », Deserving and Entitled : Social Constructions and Public Policy, (2005), p. 291-328.

Touraut 2012
Touraut (C.), La famille à l’épreuve de la prison, Paris, Presses Universitaires de France, 2012.

Vanhamme & Beyens 2007
Vanhamme (F.), Beyens (K.), « La recherche en sentencing : un survol contextualisé », Déviance et Société, 31/2 (2007), p. 199-228.

Notes

1 Notre corpus de données empiriques se compose à ce jour d’entrevues qualitatives non directives réalisées auprès de 13 proches de personnes étant ou ayant été incarcérées dans un établissement de détention au Canada dans le respect d’un certificat éthique décerné par l’Université d’Ottawa.

2 Expression utilisée pour la première fois par Clemmer 1940 pour décrire le processus de changement de valeurs et d’attitudes des personnes incarcérées qui assimilent le mode de vie propre à la détention.

3 Les Ion Mobility Spectrometry Device, communément appelés ion scanners furent implantés dans les pénitenciers fédéraux à partir de 1995 comme méthode de fouille non intrusive permettant de détecter des traces de drogues sur les visiteurs et le personnel.

4 Hagan & Dinovitzer 1999, p. 122.

5 Touraut 2012, p. 1.

6 Touraut 2012, p. 1 ; Comfort 2008.

7 Light & Campbell 2006 ; Matthews 1983 ; Bakker, Morris & Janus 1978.

8 Hannem & Leonardi 2014.

9 Le stigmate fait traditionnellement référence à la présence d'une marque sur le corps qui représente une souillure plus profonde de la personne. Selon le sociologue Erving Goffman 1963, ce terme fait généralement référence à des « caractéristiques indésirables » qui ne « correspondent pas à notre idée reçue de ce qu'un type de personne doit être ». La sanction pénale est ici analysée comme un stigmate social que porte la personne condamnée et par extension ses proches.

10 Touraut 2012 ; Ricordeau 2008.

11 Hannem 2012 ; Hannen 2008.

12 Soss 2005.

13 Lee, Porter & Comfort 2014.

14 Lipsky 1980.

15 Lee, Porter & Comfort 2014.

16 Lipsky 1980.

17 Lerman & Weaver 2014, p. 12.

18 Mettler 2005, p. 12-13.

19 Lerman & Weaver 2014.

20 Cohen 2010.

21 Lerman & Weaver 2014, p. 13 et p. 138.

22 Lerman & Weaver 2014, p. 8.

23 Lerman & Weaver 2014, p. 8.

24 Il importe peu à ce stade de dissocier les composantes du code d’interdiction que les proches s’imposent eux-mêmes de celles qui sont imposées par les institutions pénales.

25 Lerman & Weaver 2014.

26 Lerman & Weaver 2014.

27 Lerman & Weaver 2014.

28 Lerman & Weaver 2014.

29 Scott 1990.

30 Cohen 2004.

31 Ladd, dans cet ouvrage, p. 34.

32 Frize 2004.

33 Garland 1990.

34 Vanhamme & Beyens 2007.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search