Version classiqueVersion mobile

Les sens de la peine

 | 
Diane Bernard
, 
Kevin Ladd

Deuxième partie. Éprouver le sens

Les représentations de la peine chez les enfants de la rue incarcérés à Bukavu

Charles Kakule Kinombe

Texte intégral

Je tiens à remercier Dan Kaminski, professeur à l’École de criminologie de l’UCL, pour la lecture attentive de cette contribution et les commentaires enrichissants qu’il a bien voulu y apporter.

  • 1 Kakudji 2006, p. 126.
  • 2 Ce phénomène n’est pas limité aux grandes villes du Tiers monde. Lucchini 1992, p. 139, montre dan (...)
  • 3 Jamoulle 2008, p. 13.

1Sur le plan économique et social, la République Démocratique du Congo est en crise depuis environ un quart de siècle mais la situation s'est particulièrement amplifiée depuis les années 1990, au point que d'aucuns la considèrent comme structurelle1. Bien plus, la situation de guerre qui sévit dans le pays depuis août 1998 exacerbe cette situation déjà grave. C'est dans ce contexte que s'observe le phénomène des enfants de la rue2. La rue n’enfante pas, mais les enfants de la rue foisonnent, car « ils s’identifient à leurs lieux de vie »3. Dans cette étude, nous allons nous focaliser sur ces enfants de la rue qui sont incarcérés à la prison centrale de Bukavu, située dans la province du Sud-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC).

  • 4 L’enfant en conflit avec la loi est l’enfant âgé de quatorze à moins de dix-huit ans, qui commet u (...)
  • 5 Les quartiers réservés aux adultes à la prison centrale de Bukavu sont le quartier général appelé (...)

2En raison de l’absence de tout établissement de garde et d’éducation de l’État à Bukavu, les enfants « en conflit avec la loi »4 sont incarcérés dans le même établissement pénitentiaire que les adultes, la « prison centrale de Bukavu » ; un quartier spécial est cependant prévu pour les mineurs masculins5 – par contre, les filles mineures et les femmes adultes sont emprisonnées dans le même quartier. La plupart des enfants étaient, avant leur incarcération, des enfants de la rue et nombre d’adultes détenus ont connu la même situation, avant leur majorité.

  • 6 La souffrance peut présenter le caractère : physique (châtiment corporel), moral (privation ou res (...)
  • 7 Plusieurs auteurs affirment que la peine suppose une souffrance. Cf. notamment Vanhamme 2005, p. 2 (...)

3Ce chapitre est consacré aux représentations de la peine chez ces enfants de la rue, à partir d’un constat : en dépit des mauvaises conditions de détention qu’ils subissent, ils préfèrent vivre en prison que dans la rue. Notre préoccupation majeure dans cette étude est donc de comprendre les raisons de cette préférence, et ce que représente la peine de prison pour ces enfants. Nous tenterons de démontrer que la peine ne doit pas seulement être perçue comme une souffrance6, comme le soutiennent la plupart des pénalistes et criminologues7 : nous l’envisagerons ici comme un « refuge », un « soulagement », un « accroissement de sécurité » pour ces enfants de la rue.

  • 8 Ainsi, Pirès entend par « récits topiques » des récits segmentés qui cherchent à couvrir quelques (...)

4Les données permettant d’alimenter notre réflexion sont issues de 15 entretiens biographiques à caractère topique, focalisés sur le vécu en milieu carcéral des personnes interrogées8. Ces entretiens ont été menés non seulement avec les jeunes garçons âgés de moins de 18 ans logés au quartier spécial pour mineurs, les filles mineures du quartier des femmes, ainsi que de jeunes majeurs de sexe masculin enfermés au quartier général de la prison centrale de Bukavu. Tous étaient « enfants de la rue » avant leur incarcération.

5Après avoir défini la notion d’« enfant de la rue » (I), nous réfléchirons au non-sens (II) puis au sens (III) que paraît revêtir la peine pour les enfants de la rue incarcérés à la prison centrale de Bukavu.

I. Le concept d’« enfant de la rue »

6« Enfant de la rue » est un concept polysémique. L’exposé qui va suivre ne prétend guère à l’analyse exhaustive de toutes ces définitions mais se fonde sur deux définitions qui nous paraissent les plus fondamentales.

  • 9 Kaumba 2005, p. 2
  • 10 Marguerat & Poitou 1994.
  • 11 Filiberti 2000, p. 13.

7La première est celle donnée de Kaumba, qui considère que les enfants de la rue sont ceux qui ont la rue comme lieu de séjour et de travail9. En d’autres termes, ce sont des enfants qui passent leur vie dans la rue sans garder de contact avec leur famille : sans famille ou en rupture avec elle (venant de l'intérieur, issus de réfugiés, des déplacés, etc.), ils se distinguent ainsi des « enfants dans la rue » pour qui cette dernière est un lieu de travail ou un milieu d’affaires, qui y passent la journée à travailler mais rentrent chez eux ensuite, et qui conservent des attaches familiales voire participent à la survie du foyer10. Dans la même perspective, Filiberti considère que les enfants de la rue sont des enfants qui ont la rue pour maison et qui trouvent leur famille dans le groupe d’amis avec lesquels ils partagent la rue11.

  • 12 Masiala ma Solo 1990, p. 28.

8Cette première définition du concept d’« enfant de la rue » insiste surtout sur sa dimension physique ou, plus précisément, sur l’espace investi par ces enfants or il nous semble que le fait d’avoir la rue pour maison ne suffit pas à fonder la qualité d’enfant de la rue. C’est pourquoi nous préférons une définition alternative de ce concept, donnée par Masiala ma Solo : celui-ci ajoute un élément important à la première définition susmentionnée, en soutenant que l’enfant de la rue est une fille ou un garçon qui n’a pas atteint l’âge adulte et pour qui la rue au sens large (bâtiment à l’abandon, terrains vagues, etc.) est devenue la demeure habituelle et le moyen d’existence12.

  • 13 Combier 1994, p. 153.
  • 14 Kaumba Lufunda 2004, p. 77.
  • 15 Tshikaka Biaya 2000, p. 7-14, propose la classification suivante :
    - Les Moineaux (4-7 ans) : Ils s (...)
  • 16 Lupitshi 2009, p. 23.

9Cette deuxième définition met un accent particulier sur l’âge ; dans le même ordre d’idée, Combier soutient qu’« un enfant de la rue, c’est d’abord un enfant […] »13, et la Constitution de RDC telle que révisée en 2006, ainsi que la loi de 2009 portant protection de l’enfant et les textes internationaux ratifiés par la RDC (notamment la Convention relative aux droits de l’enfant de 1989, la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant) définissent l’enfant comme toute personne âgée de moins de 18 ans. Il faut cependant souligner que les données empiriques attestent – du moins pour notre terrain d’investigation – que certains sujets majeurs (d’âge) entrent dans la catégorie d’enfants de la rue. Ainsi, une étude consacrée à la criminalité à Lubumbashi fixe l’âge des enfants de la rue dans cette ville entre 5 et 23 ans14 ; s’agissant de la ville de Kinshasa, Tshikaka Biaya donne une classification d’enfants de la rue dont l’âge varie entre de 4 et 30 ans15. En considérant, dans nos enquêtes à la prison centrale de Bukavu, que certains détenus de plus de 18 ans, incarcérés au « quartier général » (ou « cour centrale »), étaient des enfants de la rue au vu de leur vécu passé, nous nous inscrivons ainsi dans la ligne de travaux antérieurs, qui considèrent que certains atteignent cette majorité dans la rue et, même, que d’autres sont « enfants de la rue » alors même qu’ils y vivent seulement après leur majorité16.

10Dans notre contribution, le concept « enfant de la rue » est donc entendu au sens large, incluant majeurs et mineurs. Cette précision conceptuelle balise ainsi l’objet des deux sections prochaines, consacrées à la représentation de la peine que manifestent les « enfants de la rue » incarcérés à la prison centrale de Bukavu.

II. Le non-sens de la peine pour les enfants de la rue incarcérés à la prison centrale de Bukavu

  • 17 C’est cette idée de souffrance qui permet de distinguer la peine des autres mesures de sureté. C’e (...)

11La définition du concept « peine » renferme a priori l’idée de souffrance17. Cependant, au regard des entretiens que nous avons menés avec les enfants de la rue incarcérés à la prison centrale de Bukavu, nous avons constaté la perte du sens de la peine en tant que douleur intentionnellement infligée aux délinquants : pour ces jeunes, la prison répond à des besoins fondamentaux, notamment l’alimentation, le logement, les vêtements, les soins médicaux, et la sécurité. Autrement dit, la peine de privation de liberté offre des avantages qui réduisent la dimension pénible de la peine, quand bien même ils paraîtraient moindres au vu de la grande pauvreté observée dans les prisons congolaises. Cette section est consacrée à trois « avantages » exprimés par les enfants de la rue qui ont participé à notre enquête, et qui donnent un sens « non pénible », et donc non pénal, à la privation de liberté.

1. La prison comme réponse aux besoins fondamentaux des enfants de la rue : alimentation, eau potable, soins médicaux, vêtements et logement

  • 18 Marguerat & Poitou 1994.
  • 19 Morelle (2006, p. 340) affirme que « les enfants des rues vivent en permanence dans la rue, devenu (...)
  • 20 De Suremain (2006, p. 122) souligne que le vol reste la spécificité des jeunes de la rue plus âgés

12Dans la rue, les enfants sont seuls face à leurs besoins fondamentaux. Certains d’entre eux exercent des petits métiers18 (vente de sachets, vente d’eau, porteurs au marché, laveurs des véhicules, cireurs de souliers, etc.)19, d’autres s’adonnent à la mendicité, d’autres encore se livrent à divers comportements incriminés, notamment le vol20 et, pour les filles surtout, la prostitution. Ces activités exercées par les enfants de la rue leur permettent de survivre mais ne sont pas toujours suffisantes, ainsi qu’en témoigne l’un des sujets de notre enquête : « J’avais passé une semaine sans gagner même 100 FC. Je ne trouvais pas de bagages à transporter. C’était vraiment pénible. J’étais donc obligé d’aller ramasser la nourriture jetée dans les poubelles […]. »

13Face à pareille situation, les enfants peuvent ressentir un soulagement à être incarcérés, la prison leur procurant des repas (bien que ces derniers soient insuffisants) : le gouvernement congolais fournit parfois des vivres aux détenus, d’une part, et les congrégations religieuses, ONG nationales et internationales ainsi que, pour certains, les membres de leurs familles apportent une aide significative aux détenus, d’autre part. Par ailleurs, l’appui de la REGIDESO a permis d’assurer un accès à l’eau potable relativement sûr, malgré les coupures occasionnelles.

  • 21 Sur les « capitas », ces détenus chargés de la gestion en prison, cf. Hugo 2015 ; Kakule Kinombe 2 (...)

14La prison centrale de Bukavu dispose d’un nombre insuffisant de lits, couvertures et matelas. Le « gouvernement des capitas » conditionne d’ailleurs l’accès à la literie au payement de « frais pour le confort » : la gestion de la literie est en effet confiée au « personnel détenu », c’est-à-dire à certains prisonniers chargés de maintenir l’ordre au vu de la pénurie de personnel et de la surpopulation carcérale21.

15Bref, comme dans toutes les prisons congolaises, les conditions de détention à Bukavu ne sont pas optimales mais semblent moins pénibles que la vie dans la rue, pour les enfants qui font l’objet de notre recherche : un repas insuffisant laisse l’espoir de manger mieux le lendemain, alors que, dans la rue, personne ne venait à leur secours.

« La semaine passée, nous n’avions pas trouvé à manger le mercredi. Mais cela ne m’inquiétait pas du tout car j’avais l’espoir que le jeudi nous aurons la visite des chrétiens catholiques qui vont nous apporter la nourriture. Mieux vaut la vie en prison que dans la rue car ici [en parlant de la prison], il y a des gens de bonne volonté qui nous assistent ; ce qui n’est pas le cas dans la rue » (Propos d’un enfant de la rue du quartier spécial pour mineurs).

  • 22 Kaumba Lufunda 2004, p. 77.

16Dans la rue, les enfants de la rue n’ont accès ni aux soins médicaux ni au logement ou à l’eau potable ; ils ne reçoivent ni vêtements ni repas. Certains dorment à la belle étoile, sans couverture, sur des cartons ou tout simplement à même le sol, et sont ainsi exposés à toutes sortes de dangers ainsi qu’aux intempéries22 ; d’autres passent la nuit dans des bâtiments abandonnés, en état de vétusté et de délabrement avancé. Tous peinent à trouver de l’eau et un endroit pour se laver, les plus courageux se risquant dans les eaux sales du lac et des rivières, sans aucune intimité.

17Ainsi la prison devient-elle un refuge et un moyen de se procurer repas, eau, abri et vêtements. En outre, la prison centrale de Bukavu dispose d’un dispensaire qui prend en charge les détenus malades, veille à l’état de santé des détenus et ordonne le transfert des cas graves vers l’hôpital général de Bukavu lorsque les sommaires équipements pénitentiaires sont insuffisants. Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) fournit parfois, en outre, des médicaments aux détenus. Les extraits d’entretiens ci-dessous permettent d’illustrer notre argumentaire :

« Dans la rue personne ne se soucie de toi. Su tu tombes malade, ça te regarde toi seul. Au moins encore ici en prison car si je tombe malade, on me donne les médicaments. Le CICR nous donne des médicaments. Nous avons un dispensaire ici en prison, en cas de maladie, les infirmiers viennent nous soigner. Si c’est un cas grave, on transfère le malade à l’hôpital général de référence de Bukavu. Qui pouvait faire tout cela pour nous dans la rue ? Personne ! […]. » (Propos d’une fille mineure, enfant de la rue logé au quartier des femmes)
« Dans la rue, on passait la nuit à la belle étoile. Si on me demandait de choisir entre la rue et la prison, le choix est clair. Je choisirai la prison car ici, j’ai quand même un logement même si je n’ai plus cette liberté d’aller et de venir […]. » (Propos d’un jeune de la rue logé au quartier général)
« Le jeudi et le dimanche, nous avons des visites des fidèles catholiques et protestants qui nous apportent beaucoup des choses : les vêtements, la nourriture, que nous avions de la peine à trouver à l’extérieur [dans la rue]. » (Propos d’un enfant de la rue du quartier spécial pour mineurs)

2. La prison comme moyen d’échapper à la maltraitance, au viol et aux accusations de sorcellerie

18Outre en tant que réponse à certains besoins fondamentaux, l’incarcération permet parfois aux enfants de la rue d’échapper à des situations de maltraitance, allant du viol aux accusations de sorcellerie.

« Depuis 2009, année de licenciement de mon père de son travail, notre famille a traversé des moments extrêmement difficiles. Mes parents n’arrivaient même pas à trouver la nourriture quotidienne. On mangeait une fois tous les deux jours. C’était vraiment pénible. En cherchant la cause de cette pauvreté, ma marâtre [la mère de cet enfant était morte et son père s’était remarié avec une autre femme] m’a traité de sorcier. Et pour confirmer cela, elle est allée à la rencontre d’un prophète qui a confirmé que c’est moi la cause de cette situation et que j’étais réellement sorcier. La marâtre en complicité avec mon père a décidé de me chasser de la maison. C’est ainsi que je me suis retrouvé dans la rue contré mon gré. Mais avant que je me retrouve dans la rue, j’étais maltraité par mes parents dès qu’ils avaient eu la confirmation de la part du prophète que c’était moi la cause de la situation de pauvreté que traversait notre famille. J’étais sérieusement battu comme un serpent par ma marâtre, même par mon père, sans pitié ni piété. C’était pénible […] [pleurs]. Pour échapper à cette maltraitance, j’avais pris la décision d’aller dans la rue car mes parents ne voulaient plus de moi. C’est ainsi que je me suis retrouvé dans la rue. Je pensais que la rue était la solution à mon problème. Loin de là. Là aussi, j’ai souffert. Les camarades de mon écurie m’administraient des coups de fouet et ravissaient tout ce que je gagnais en vendant de l’eau dans les sachets au marché de Kadutu car je gagnais beaucoup d’argent, plus qu’eux. Eux se mettaient seulement à voler et à escroquer les gens […]. Nous étions aussi pourchassés voire même fouettés par la police qui nous accusaient d’encombrer la ville […] Dans la rue, je dormais très mal. Je dormais à même le sol au marché de Kadutu […]. En 2016, alors que j’avais 15 ans, j’avais violé une fille de 12 ans qui se promenait seule à 21 h 00 au marché de Kadutu. La fille avait fortement crié au point que les gens sont venus sur le lieu et ils ont réussi à mettre la main sur moi et me déposer par la suite au commissariat de la police. Arrivé à la police, l’OPJ m’avait auditionné et placé au cachot. 48 heures après, l’OPJ m’avait envoyé au tribunal pour enfant qui a décidé de me placer au quartier spécial pour mineurs. Ici, où tu me vois [en parlant du quartier spécial pour mineurs], je me sens à l’aise. Je ne suis plus maltraité comme je l’étais sous le toit paternel ou dans la rue. Je ne suis plus accusé de sorcier. » (Propos d’un enfant de la rue du quartier spécial pour mineurs)

  • 23 Kasongo & Kinable 2010, p. 3.
  • 24 Yengo 2008, p. 304, montre que c’est au milieu des années 1980 que les premières accusations de so (...)
  • 25 De Boeck & Plissart, 2005, p. 159.
  • 26 De Boeck & Plissart, 2005, p. 41.
  • 27 De Boeck & Jacquemin, 2000, p. 39.

19Ce long extrait d’un entretien avec un enfant de la rue, incarcéré à la prison centrale de Bukavu, révèle tout d’abord que la détérioration des conditions de vie et le décès d’un parent figurent parmi les causes d’entrée des enfants dans la rue. « L’enfant devient un fardeau pour sa famille qui s’en débarrasse explicitement »23, souvent au motif (culturel) que l’enfant est un sorcier24 : cette accusation permet de « le jeter dans la rue »25 pour une raison « rationnelle » avec un sentiment de culpabilité moindre, d’autant que les accusations de sorcellerie sont confirmées par les dirigeants des églises, les prophètes, qui les légitiment26. Pour les enfants qui y sont confrontés, devenir « enfant de la rue » permet ainsi de fuir la maltraitance imposée par un parent tyrannique, ou des coups et vexations quotidiens. De Boeck et Jacquemin ont observé que l’enfant accusé de sorcellerie est « battu sévèrement et même, dans certains cas extrêmes, tué par des membres de la famille ou des voisins. La plupart de ces enfants, toutefois, sont simplement rejetés et reniés. Abandonnés, mais en même temps redoutés par la majorité des gens, les prétendus enfants-sorciers finissent dans la rue où ils font souvent équipe avec d’autres enfants pour constituer leur écurie »27.

  • 28 Dans le jargon des enfants de la rue de Bukavu, le concept d’« écurie » désigne un groupe ou une é (...)
  • 29 Lufunda 2004, p. 117.

20Les entretiens que nous avons menés à la prison centrale de Bukavu révèlent que la rue, d’abord perçue comme une solution à la maltraitance familiale suite aux accusations de sorcellerie, renferme aussi des limites car des conflits parfois violents naissent entre écuries ou au sein de celles-ci, et que les enfants sont parfois maltraités par les membres de leur « écurie »28. Autrement dit, leur condition mène les enfants de la rue à commettre des infractions mais, également, à en être victimes. En particulier, « si les garçons [et les filles] subissent des violences corporelles, les filles endurent [en plus] les abus sexuels »29 ; nous avons ainsi pu interviewer une fille mineure, placée au quartier des femmes, qui avait été victime de viols justifiés par les « lois de la rue » :

« Dans la rue, Il y a le problème de viol. J’ai été violée à plusieurs reprises par le chef de l’écurie. Il y a plusieurs écuries de maibobo [enfants de la rue] et chaque écurie a un chef qui est généralement de sexe masculin. Pour adhérer dans une écurie, la règle pour les filles est d’avoir des relations sexuelles avec le chef. Le fait pour moi de me retrouver ici m’a vraiment soulagée car je ne suis plus victime du viol […]. Je préfère rester ici que de rentrer dans la rue pour subir encore ces violences […]. »

21Ainsi, le placement au quartier spécial pour mineurs, tout en les privant de leur liberté d’aller et venir, procure à ces enfants un certain « soulagement » face à la maltraitance dont ils étaient victimes en famille et dans la rue. Il permet en outre à certains d’échapper à l’étiquette d’enfant sorcier et au viol.

3. La prison comme moyen d’échapper au lynchage

22Enfin, un troisième avantage à l’incarcération s’est dégagé des entretiens que nous avons menés avec les enfants des rues emprisonnés dans certains quartiers de la prison centrale de Bukavu, outre l’accès à certaines ressources fondamentales et une protection contre diverses violences : pour certains, la privation de liberté constitue un moyen d’échapper au lynchage.

  • 30 Felices-Luna 2010, p. 8.
  • 31 Morelle 2006, p. 350.
  • 32 Felices-Luna 2010, p. 7.
  • 33 Les thèses de doctorat de Tshinyama Kadima 2009 et de Baby Kabuya 2009, ethnographies d’un poste d (...)
  • 34 Felices-Luna 2010, p. 9.

23Suite aux dysfonctionnements du système judiciaire congolais, miné par la corruption et l’impunité, on observe un déficit de confiance en la justice étatique. « Quand on parle du palais de justice dans la cité, la population appelle ça le palais de l’injustice »30 ; « l'État ne convainc plus dans son entreprise d'exercer la violence »31. « Pour les acteurs employés par l’État dans le secteur de la justice, notamment les juges, procureurs, policiers, greffiers, […] la justice est devenue une affaire qui leur permet de gagner leur vie non pas au moyen du salaire qu’ils perçoivent, mais de l’argent qu’ils soutirent aux plaignants et aux accusés »32. Dans un contexte où le système judiciaire est perçu non comme un mécanisme de rétablissement de l’ordre social mais comme un système de rançon à l’égard de la population33, la justice communautaire et privée paraît avoir gagné en importance : « un individu va faire appel à la communauté pour lyncher, lapider ou brûler le suspect. Il s’agit d’une justice de rue, sans procédure pour établir la culpabilité de l’accusé et sans prise en compte de différences en termes de gravité de l’acte »34. Il s’agit là d’un retour à la vindicte populaire en guise de pratique de justice, qui ne transforme ni ne remplace le système pénal mais l’évite ou le contourne.

  • 35 Mujinya Bahati 2011, p. 1.
  • 36 Rodriguez-Torres 2003.
  • 37 Morelle 2006.
  • 38 Tshikaka Biaya 2000.
  • 39 Morelle 2006, p. 350.
  • 40 Imani Mapoli 2017, p. 126.
  • 41 Tadié 2002, p. 319, souligne que « le lynchage revêt une forme très anonyme : on parle de foule, d (...)

24Or la plupart des enfants de la rue « violentent, volent, extorquent et blessent des paisibles citoyens »35, s’exposant donc à la vindicte populaire. Les travaux de Rodriguez-Torres36 sur les enfants de la rue à Nairobi, ceux de Morelle à Yaoundé et à Antananarivo37 ainsi que ceux de Tshikaka Biaya à Kinshasa38 montrent ainsi que les enfants en Afrique sont souvent victimes de lynchage. « À Yaoundé, les enfants [de la rue] sont frappés avec un bâton, une machette, parfois brûlés. À Antananarivo, les lynchages existent mais sont moins fréquents », observe Morelle39 ; ceci paraît concordant avec certains témoignages que nous avons récoltés à Bukavu. Population que « personne ne réclame ou qui ne se réclame de personne »40, les enfants des rues paraissent en effet particulièrement exposés au lynchage41, comme en témoigne l’un des détenus que nous avons rencontrés :

« On m’avait attrapé dans une maison en train de voler en pleine journée. C’était vers 12 h 30 alors que le propriétaire de la maison était au travail. Comme il y avait un chemin de passage juste à côté de la maison, un jeune du quartier qui passait par ce chemin a vu que la fenêtre de la maison était ouverte. Alors, il s’est mis à appeler le propriétaire de la maison qui n’y était pas. Pour éviter qu’on me découvre car le jeune en question se posait la question de savoir qui était à l’intérieur, j’ai pris le courage de lui répondre en imitant la voix du propriétaire de la maison. Mais, ce jeune, en entendant ma voix, a constaté que ce n’était pas celle du propriétaire. Alors, il a mobilisé les autres jeunes du quartier qui étaient aux alentours et ils ont réussi à m’arrêter. Ces jeunes étaient prêts à me brûler vif car ils avaient un pneu de véhicule et de l’essence avec une boite d’allumettes avec eux. Quand ils voulaient me bruler, j’avais aperçu de loin un policier qui avait tiré une balle à l’air. Tous ceux qui me poursuivaient avaient pris la poudre d’escampette. Je suis resté là avec le policier qui m’a demandé pourquoi ces jeunes du quartier voulaient me brûler. Je lui ai expliqué tout ce qui s’était passé sans rien cacher et il m’avait conduit directement au tribunal pour enfant qui avait par la suite décidé de me placer au quartier spécial pour mineurs [...]. Pour moi, être au quartier spécial pour mineurs, c’est une grâce exceptionnelle car je serais déjà mort […]. Même si je mange ici une fois par jour une petite quantité de haricots avec le foufou tant mieux […]. » (Propos d’entretien d’un enfant de la rue logé au quartier spécial pour mineurs)

25Ainsi l’incarcération permet-elle aux enfants d’échapper à certains mécanismes de justice populaire, à laquelle leur condition précaire et leur comportement les expose tout particulièrement.

26Cette première section a permis ainsi de dégager, à trois égards, le « non-sens » que revêt la détention pour cette catégorie particulière de détenus : aux conditions de vie dans la rue viennent certes répondre les difficultés propres aux établissements pénitentiaires de RDC, mais sans y équivaloir pour autant. La section suivante sera consacrée, un peu plus loin, à ce que ces enfants détenus disent de la prison en tant que telle.

III. Le sens de la peine pour les enfants de la rue incarcérés à la prison centrale de Bukavu

27La section précédente nous a permis de constater que leur condition et les causes de leur incarcération poussent les enfants de la rue à considérer la prison sous un endroit assez favorable. La privation de liberté trouve là un sens – l’accroissement de sécurité – qui ne correspond guère au caractère pénible constitutif de la peine. Nous avons cependant observé que ces jeunes manifestent une représentation plus nuancée, presque paradoxale, de la peine : outre cette dévaluation de son sens pénible, ils expriment une certaine souffrance propre à la vie en prison. Elle est liée à la perte de leur liberté de circuler (1.) ainsi qu’à la violence de la vie carcérale (2.).

1. La prison, privation de la liberté d’aller et venir

28Si, au vu de la violence qu’ils ont connue extra muros, la prison apparaît comme un lieu de refuge pour les enfants que nous avons rencontrés, ces derniers expriment néanmoins une souffrance liée à la perte de leur liberté de mouvement. Deux extraits d’entretien permettent d’illustrer cette observation :

« […] En prison, c’est bien ! J’ai des médicaments, de la nourriture […] mais je n’ai pas la liberté d’aller où je veux, d’aller saluer mes amis […] Même si, dans la rue, nous souffrions au moins nous avions la liberté de nous promener comme nous voulions. » (Propos d’entretien d’un enfant de la rue logé au quartier spécial pour mineurs)
« Ici, nous sommes entre les quatre murs, pas de liberté de quitter. C’est souffrant ! J’ai envie d’aller voir mes chéries, mais je ne peux pas. » (Propos d’entretien d’un enfant de la rue logé au quartier spécial pour mineurs)

2. La prison, institution anarchique

  • 42 Cf. supra, note 22, ainsi que Kakule Kinombe 2016a.

29Certains entretiens ont permis de mettre en exergue la souffrance que les « capitas »42, les détenus chargés de la sécurité et de la discipline au sein de la prison, infligent à leurs codétenus en cas de manquement disciplinaire.

« C’est de l’anarchie qui règne ici. Il y a aucun surveillant à l’intérieur de la prison. Ce sont les capitas qui nous gèrent. Ils font du n’importe quoi. Ils nous administrent des coups de fouet même pour une petite faute. On m’a administré 20 coups de fouet pour avoir cassé une assiette. J’ai même été blessé sur le dos suite aux coups. » (Propos d’entretien d’un enfant de la rue logé au quartier général)

  • 43 Nyabirungu Mwene Songa 2007, p. 343.

30Ainsi la peine demeure-t-elle une souffrance : les enfants sont particulièrement fragiles face aux châtiments corporels que peuvent leur infliger les « capitas » en cas de manquement à la discipline interne à l’établissement pénitentiaire. Il semble dès lors qu’on puisse considérer qu’une souffrance tant morale (privation de liberté) que physique (châtiments corporels) est vécue par les enfants de la rue incarcérés, même si la prison constitue un refuge et atténue donc ce caractère pénible de la peine. Eux comme « la moyenne des condamnés éprouve[nt] un réel désagrément au contact de la sanction pénale »43.

Conclusion

31Les développements qui précèdent soulèvent un double questionnement, par lequel nous conclurons ce chapitre consacré aux sens que revêt la peine pour les enfants de la rue incarcérés à la prison centrale de Bukavu.

32Nous considérons qu’il est impératif que l’État congolais améliore les conditions de vie de la population : la dignité humaine l’exige, indépendamment de toute considération d’ordre pénal. Quant au sens de la peine, cependant, la pauvreté généralisée conduit actuellement les enfants de la rue, tout comme tous les plus pauvres parmi les Congolais, à considérer la prison comme un refuge : l’incarcération leur offre des avantages (certes ténus). Dans ce contexte, la peine perd tout son sens. Il s’agit donc de travailler structurellement à améliorer les conditions sociales en RDC, de sorte que les enfants de la rue n’aient pas à considérer l’emprisonnement comme une opportunité : une sécurité d’existence accrue leur serait déjà accessible.

33Quant à la peine en tant que telle, cet état de fait pousse à s’interroger. Nous sommes ici confrontés à une peine dont la dimension de souffrance est atténuée – ceci nous paraît constituer un point de départ à la réflexion de principe. Comme nous l’avons constaté, la prison procure un accroissement de sécurité et des moyens de survie aux enfants de la rue (alimentation, logement, soins médicaux) ; elle constitue donc une souffrance allégée, à l’aune de la vie en liberté – mais, puisqu’elle demeure une peine, et si l’on considère encore qu’elle doive faire sens pour la société et les personnes qui y sont enfermées, n’est-il dès lors pas temps de penser « une peine » dont la « pénibilité » ne serait plus conceptuellement déterminante ?

Bibliographie

Bibliographie

Loi no°09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant, JORDC, numéro spécial, 50e année, Kinshasa, 25 mai 2009.

Abel 2005
Abel (O.), « Sens et non-sens de la peine », Études théologiques et religieuses, no°2/80 (2005), p. 177-187.

Bady Kabuya 2009
Bady Kabuya (G.), Une approche criminologique pour un autre regard sur le travail d’un magistrat du parquet à Lubumbashi, Thèse de doctorat, École de criminologie, Université de Lubumbashi, 2009.

Brzezińska 2011
Brzezińska (J.), « La peine criminelle, sa spécification et sa dimension dans le droit pénal français », Acta Erazmiana, no°187 (2011), p. 187-199.

Chauvenet & Orlic 2002
Chauvenet (A.), Orlic (F.), « Sens de la peine et contraintes en milieu ouvert et en prison », Déviance et Société, vol. 26 no°4 (2002), p. 443-461.

Combier 1994
Combier (A.), Les enfants de la rue en Mauritanie. L’initiative de Nouakchott, Paris, l’Harmattan, 1994.

Constant 1966
Constant (J.), Traité de Droit pénal général, Liège, Imprimeries nationales, 1996.

De Boeck & Jacquemin 2000
De Boeck (P.), Jacquemin (J-P.), « Le deuxième monde et les enfants sorciers en République démocratique du Congo », Politique africaine, vol. 4, no°80 (2000), p. 32-57.

De Boeck & Plissart 2005
De Boeck (F.), Plissart (M. F.), Kinshasa, récits de la ville invisible, Bruxelles, La Renaissance du livre, 2005.

de Suremain 2006
de Suremain (C.-E.), « Affinité horizontale et stratégies de survie parmi les enfants de la rue. La bande solitarios à la Paz (Bolivie) », Revue Tiers Monde, vol. 47, no°185 (2006), p. 113-132.

Felices-Luna 2017
Felices-Luna (M.), « La Justice en République Démocratique du Congo : transformation ou continuité ? », Champ pénal/Penal field, vol. VII (2010), en ligne, https://journals.openedition.org/champpenal/7827, consulté le 10 octobre 2017.

Filiberti 2000
Filiberti (A.), Les enfants de la rue dessinent la famille. Expériences de liaison entre psychologie et pédagogie avec les jeunes de Lubumbashi, Lubumbashi, Don Bosco, 2000.

Gerber & McAnany 1970
Gerber (R. J.), Mcanany (P. D.), « The Philosophy of Punishment », in The Sociology of Punishmnet and Correction, sous la direction de Johnston (N.) et al., New York, s.n., 1970.

Imani Mapoli 2017
Imani Mapoli (M.) (2017), D'un tribunal pour enfants à une prison sans adulte. Ethnographie d'un quartier spécial pour mineurs en RD Congo, Thèse de doctorat, École des sciences criminologiques, ULB, 2017.

Jamoulle 2008
Jamoulle (P.), Des hommes sur le fil, Paris, La Découverte, 2008.

Kakudji 2006
Kakudji (A.), « Les enfants en rupture en RDC : Analyse d'une expérience d'enquête collective », Civilisations, vol. 54, no°1-2 (2006), p. 125-133.

Kakule Kinombe 2016a
Kakule Kinombe (C.), « L’ordre et la sécurité en milieu carcéral : Étude compréhensive des pratiques des acteurs de la prison centrale de Bukavu en RD Congo », Conjonctures congolaises, (2016), p. 67-87.

Kakule Kinombe 2016b
Kakule Kinombe (C.), « La surpopulation carcérale dans les prisons congolaises : causes, effets et pistes de solution », KAS African Law Study Library – Librairie Africaine d’Études Juridiques, no°3 (2016), p. 603-630.

Kasongo Maloba Tshikala & Kinable 2010
Kasongo Maloba Tshikala (P.), Kinable (J.), « Enfants de la rue, phénomène pluriel et complexe à Lubumbashi, RD Congo », Actes du Colloque international francophone Complexité 2010, La pensée complexe : défis et opportunités pour l’éducation, la recherche et les organisations, Lille (France), mercredi 31 mars et jeudi 1er avril 2010.

Kaumba Lufunda 2004
Kaumba Lufunda (S.), Approches de la criminalité dans la ville de Lubumbashi, Lubumbashi, OCU/UNILU, 2004.

Kellens 1991
Kellens (G.), Précis de pénologie et de droit des sanctions pénales, Liège, Collection Scientifique de la Faculté de Droit de Liège, 1991.

Kellens 2000
Kellens (G.), Punir, pénologie et Droit des sanctions pénales, Liège, Éditions juridiques de l’Université de Liège, 2000.

Lazaridis 1983
Lazaridis (S.), « La rétribution dans la philosophie pénale anglo-saxone d'aujourd'hui », Archives de philosophie du droit, 28 (1983), p. 91-108.

Lucchini 1992
Lucchini (R.), « La recherche avec les enfants de la rue en Amérique latine. Réflexions méthodologiques », Revue européenne des sciences sociales, 30/93 (1992), p. 139-167.

Manganas 1986
Manganas (A.), « Approche pragmatique du droit de l'État de punir », Les Cahiers de droit, 272 (1986), p. 401– 418.

Marguerat & Poitou 1994
Marguerat (Y.), Poitou (D.), À l'écoute des enfants de la rue en Afrique noire, Paris, Fayard, 1994.

Masiala ma Solo 1990
Masiala ma Solo, Les enfants de personne, Kinshasa, Enfance et paix, 1990.

Merle & Vitu 1984
Merle (R.), Vitu (A.), Traité de droit criminel, Problèmes généraux de la science criminelle. Droit pénal géneral, Paris, Cujas, 1984.

Morelle 2006
Morelle (M.), « La rue dans la ville africaine (Yaoundé, Cameroun et Antananarivo, Madagascar) / CityStreets in Africa (Yaounde, Cameroon, and Antananarivo, Madagascar) », Annales de Géographie, 115e année, no°650 (juillet-août 2006), p. 339-360.

Mujinya Bahati 2011
Mujinya Bahati (H.), Le phénomène Kuluna ou la violence des jeunes, un défi pour la gouvernance sécuritaire de la ville de Kinshasa, Rabat, Codesria, 2011.

N’Kulu Ngoy 2015
N’Kulu Ngoy (H.), Les stratégies d’adaptations des détenus et du personnel pénitentiaire : le cas de la prison centrale de la Kasapa, Thèse de doctorat en Criminologie, Université Libre de Bruxelles, École des sciences criminologiques Léon Cornil, 2015.

Nyabirungu Mwene Songa 2007
Nyabirungu Mwene Songa (R.), Droit pénal général congolais, Kinshasa, Droit et société, 2007.

Pires 1997
Pires (A.), « Échantillonnage et recherche qualitative : essai théorique et méthodologique », in La recherche qualitative. Enjeux épistémologiques et méthodologiques, sous la direction de Poupart (J.) et al., Montréal, Gaëtan Morin, 1997, p. 113-169.

Rodriguez-Torres 2003
Rodriguez-Torres (D.), « Les jeunes de la rue à Nairobi. D'un problème social ancien à une prise de conscience politique nouvelle », in Garçons et filles des rues dans la ville africaine. Diversité et dynamique des marginalités juvéniles à Abidjan, Nairobi, Antananarivo, sous la direction de Marguerat (Y.), Codesria, IRD, 2003.

Schmelck & Picca 1967
Schmelck (R.), Picca (G.), Pénologie et droit pénitentiaire, Paris, Cujas, 1967.

Sutherland & Cressey 1966
Sutherland (E. H.), Cressey (D. R.), Principes de criminologie, Paris, Cujas, 1996.

Tadie 2002
Tadie (J.), Les territoires de la violence à Jakarta, Paris, Université Paris IV-Sorbonne, 2002.

Tonda 2008
Tonda (J.), « La violence de l'imaginaire des enfants-sorciers (The Violent Imaginaire of Children Sorcerers) », Cahiers d'Études Africaines, vol. 48, cahier 189/190 (2008), p. 325-343.

Tshikaka Biaya 2000
Tshikaka Biaya (K.), Le jeune, la rue et la violence à Kinshasa. Entendre, comprendre, décrire, Dakar, Codesria, 2000.

Tshinyama 2009
Tshinyama (K. I.), L’observation ethnographique d’un commissariat à Lubumbashi. Une compréhension des pratiques policières en contexte congolais, Thèse de doctorat, École de criminologie, Université de Lubumbashi, 2009.

Walters 1972
Walters (R. H.), Punishment, Penguin Books, 1972.

Yengo 2008
Yengo (P.), « Le monde à l'envers. Enfance et kindoki ou les ruses de la raison sorcière dans le bassin du Congo (The World Upside down : Childhood and Kindoki, or the Cunnings of Sorcery in the Congo Basin) », Cahiers d'Études Africaines, vol. 48, cahier 189/190 (2008), p. 297-323.

Notes

1 Kakudji 2006, p. 126.

2 Ce phénomène n’est pas limité aux grandes villes du Tiers monde. Lucchini 1992, p. 139, montre dans sa recherche que « l’Occident a connu et connaît encore le phénomène des enfants de la rue ».

3 Jamoulle 2008, p. 13.

4 L’enfant en conflit avec la loi est l’enfant âgé de quatorze à moins de dix-huit ans, qui commet un manquement qualifié d'infraction à la loi pénale (Article 2 ; point 9 de la loi no°09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant, JORDC, No Spécial, 50e année, Kinshasa, 25 mai 2009).

5 Les quartiers réservés aux adultes à la prison centrale de Bukavu sont le quartier général appelé aussi cour centrale, le quartier spécial et le quartier des femmes.

6 La souffrance peut présenter le caractère : physique (châtiment corporel), moral (privation ou restriction de la liberté locomotrice), matériel (privation d’argent ou capacité juridique (totale ou partielle). Cf. Merle & Vitu 1984, p. 792.

7 Plusieurs auteurs affirment que la peine suppose une souffrance. Cf. notamment Vanhamme 2005, p. 25 : « la prison constitue symboliquement et concrètement un mur derrière lequel sont cachées souffrance et violence » ; Kellens 2000, p. 5 : « la peine est une souffrance » ; Schmelck & Picca 1967, p. 63 ; Lazaridis 1983, p. 91-92 ; Kellens 1991, p. 19-20 ; Walters 1972, p. 15 ; Gerber & McAnany 1970, p. 351 ; Sutherland & Cressey 1966, p. 277 ; Brzezińska 2011, p. 188 ; Nyabirungu Mwene Songa 2007, p. 342 ; Constant 1966, p. 615, Manganas 1986, p. 407.

8 Ainsi, Pirès entend par « récits topiques » des récits segmentés qui cherchent à couvrir quelques dimensions ou problématiques précises de la vie de l’acteur – cf. Pirès, 1997, p. 136.

9 Kaumba 2005, p. 2

10 Marguerat & Poitou 1994.

11 Filiberti 2000, p. 13.

12 Masiala ma Solo 1990, p. 28.

13 Combier 1994, p. 153.

14 Kaumba Lufunda 2004, p. 77.

15 Tshikaka Biaya 2000, p. 7-14, propose la classification suivante :
- Les Moineaux (4-7 ans) : Ils sont touchés par les accusations de sorcellerie et la violence familiale constituent les facteurs principaux de leur fuite dans la rue.
-Les Shege (8-12 ans) constituent le groupe le plus important. Leur appellation dérive de Shengen, et renvoie aux frontières de l'Europe dont les expulsés retrouvent la débrouille quotidienne et leur situation d'indésirable.
- Les Bana inbwa (13-17 ans), dont l'expression signifie chiots. Suivant l'orientation qu'ils prennent au sortir de l'adolescence, les uns deviennent des Phaseurs (15-20 ans), catégorie de jeunes connus pour leur penchant pour les hallucinogènes et les Bailados (17-23 ans) qui forment des bandes redoutées pour leur agressivité envers les passants. Au sommet de la pyramide, se tient le groupe des Bana Mayi (20-30 ans), anciens Bailados et nouveaux caïds dont la réputation se construit sur la maîtrise de certaines activités illégales aux ramifications internationales (faux papiers, proxénétisme...) ou sur le trafic de diamants dont les spécialistes sont appelés Bana Lunda. Ils ne craignent pas de revendiquer des pouvoirs occultes, voire sorciers, et représentent l'aboutissement du rêve absolu de l'enfant de la rue.

16 Lupitshi 2009, p. 23.

17 C’est cette idée de souffrance qui permet de distinguer la peine des autres mesures de sureté. C’est ainsi qu’elle se distingue de la simple mesure administrative de la police, qui intervient avant la commission de l’infraction en vue de la prévenir. De même, elle se distingue de la réparation civile qui résulte de la condamnation à des dommages et intérêts (Nyabirungu mwene Songa 2007, p. 343).

18 Marguerat & Poitou 1994.

19 Morelle (2006, p. 340) affirme que « les enfants des rues vivent en permanence dans la rue, devenue leur source de revenus […] ».

20 De Suremain (2006, p. 122) souligne que le vol reste la spécificité des jeunes de la rue plus âgés.

21 Sur les « capitas », ces détenus chargés de la gestion en prison, cf. Hugo 2015 ; Kakule Kinombe 2016b ; Imani Mapoli 2017.

22 Kaumba Lufunda 2004, p. 77.

23 Kasongo & Kinable 2010, p. 3.

24 Yengo 2008, p. 304, montre que c’est au milieu des années 1980 que les premières accusations de sorcellerie furent formulées contre des enfants. Il montre également que ce phénomène n’est pas exclusif à la RDC mais se manifeste aussi, à tout le moins, au Congo-Brazzaville et en Angola.

25 De Boeck & Plissart, 2005, p. 159.

26 De Boeck & Plissart, 2005, p. 41.

27 De Boeck & Jacquemin, 2000, p. 39.

28 Dans le jargon des enfants de la rue de Bukavu, le concept d’« écurie » désigne un groupe ou une équipe d’enfants de la rue. De Suremain 2006 utilise le concept de « bande » pour désigner un groupe d’enfants de la rue à Bolivie ; il paraît comparable à celui d’« écurie ».

29 Lufunda 2004, p. 117.

30 Felices-Luna 2010, p. 8.

31 Morelle 2006, p. 350.

32 Felices-Luna 2010, p. 7.

33 Les thèses de doctorat de Tshinyama Kadima 2009 et de Baby Kabuya 2009, ethnographies d’un poste de police et d’un bureau du parquet, présentent une réalité beaucoup plus complexe de ce phénomène en démontrant que ce que l’on nomme corruption est composé d’une diversité de pratiques aux objectifs eux aussi diversifiés qui peuvent refléter ou servir les intérêts du fonctionnaire, de la population en générale, de l’institution ou encore des parties en conflit (l’une, l’autre ou les deux).

34 Felices-Luna 2010, p. 9.

35 Mujinya Bahati 2011, p. 1.

36 Rodriguez-Torres 2003.

37 Morelle 2006.

38 Tshikaka Biaya 2000.

39 Morelle 2006, p. 350.

40 Imani Mapoli 2017, p. 126.

41 Tadié 2002, p. 319, souligne que « le lynchage revêt une forme très anonyme : on parle de foule, de masse, d'attroupement. Il n'est donc pas certain que la justice populaire soit un acte délibéré et réfléchi tenant à déclarer et à marquer un pouvoir collectif sur un espace donné. Il y a quelque chose de la fureur et de la transe qui paraît dépasser tous les raisonnements dans ces manifestations. Pourtant, chacun y retrouve ses voisins quitte à déclarer par la suite que tout en observant la personne, il ne la reconnaissait plus. Impossible paradoxe d'une violence illégale qui aboutit pourtant à une tuerie légitimée où le voleur, « l’autre », est nié dans son existence et dans son humanité ».

42 Cf. supra, note 22, ainsi que Kakule Kinombe 2016a.

43 Nyabirungu Mwene Songa 2007, p. 343.

Auteur

Assistant (criminologie), Université catholique de Bukavu Doctorant, UCLouvain – CRID&P

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search