Version classiqueVersion mobile

Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La grande symphonie en ut de Beethoven, c'est une façade de cathédrale flottante, et comme en suspension dans une brume lumineuse...
Victor Hugo1

Dans La mare au diable, que George Sand dédie à Chopin, c'est la confrontation d'une gravure de Holbein avec une scène réelle entrevue dans le même moment, au temps des semailles, qui fournit l’étincelle initiale du récit. Dans Les maîtres sonneurs, qu'elle dédie au peintre Eugène Lambert, c'est la musique qui tient le premier rôle. Je t'envoie ce roman, écrit Sand, comme un son lointain de nos cornemuses. Qu'est-ce qui peut bien pousser un écrivain vers la musique ? Quelles mystérieures correspondances peuvent attirer un artiste vers un autre mode d'expression que le sien au point qu'il veuille le transposer en son art propre ? Comment un musicien se trouve-t-il tenté de mettre en musique tel poème, de doter telle pièce de théâtre d'une musique de scène ? Sur quels points musiciens et littérateurs se rencontrent-ils ?

Tels sont quelques-uns ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search