Desktop versionMobile Version

Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

II. Présence de la musique dans la littérature : deux illustrations contemporaines

Chapitre 2. Figures de musiciens romantiques dans le roman d'aujourd’hui : un cas exemplaire d’interdépendance musique-littérature

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändlern im PDF- und ePub-Format online erworben werden, wenn der Verlag diesen kommerziellen Vertrieb gewählt hat. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Franz Schubert ne s'habitue pas à vivre loin de Vienne, ici à Prague, ou chez le comte Esterhazy, à Szeliz, loin des amis Schober, Mayrhofer et Senn.
François-Régis BASTIDE, La fantaisie du voyageur, Paris, Le Seuil, 1976, p. 203

Il y a tout lieu de croire que Franz Schubert a quitté Zseliz aux environs du 20 octobre 1824. Mais les circonstances de ce départ demeurent énigmatiques, et comme brusquées par on ne sait quelle poussée d'impatience, d'amertume ou de déraison.
Jean LIBIS, La musique et l'hiver, Paris, Balland, 1985, p. 248

On trouve chez Jane Austen, dans un roman paru au lendemain de la bataille de Waterloo, un petit passage très révélateur. L'auteur, on le sait, venait de vivre une douloureuse transplantation. Dans le roman, transplantée elle aussi dans une nouvelle communauté, Mrs Elton, née Miss Hawkins, exprime sa satisfaction d'arriver dans une communauté à la vie musicale riche :

I am dotingly fond of music-passionately fond - and my friends say I am not entirely devoid ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search