Version classiqueVersion mobile

Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

II. Présence de la musique dans la littérature : deux illustrations contemporaines

Chapitre 1. Affinités esthétiques et répétitions dans le roman cyclique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un grand roman pour moi, c'est comme Saint-Pétersbourg bâtie sur des marais, comme Venise gagnée, au prix de quels efforts, sur les eaux troubles de la lagune.
Natalie SARRAUTE, Les fruits d'or, Paris, Gallimard, 1963, p. 43

En guise d'illustration, nous nous pencherons tout d'abord sur deux cycles romanesques de la première moitié du XXe siècle, Jean-Christophe de Romain Rolland et Les hommes de bonne volonté de Jules Romains. Nous comparerons ensuite deux romans parus ces dernières années, La fantaisie du voyageur de François-Régis Bastide (1976) et La musique et l'hiver de Jean Libis (1985).

A la différence d'autres grands romans cycliques de la littérature française au XXe siècle1, où il joue à chaque fois un rôle éminent, l’art musical est, somme toute, relativement peu présent dans Les hommes de bonne volonté. Dans le panorama pourtant extrêmement complet de son temps que constitue la fresque de Romains, on décèle peu de présence artistique autre que littéraire (essentiellement p...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search