Version classiqueVersion mobile

Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

I. Questions de méthode

Chapitre 3. Un préalable spécifique : les aspects musicaux du langage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le langage à distance est naturellement musical ; il emprunte sa mélodie à l'accent du langage ordinaire ; mais il la purifie et la simplifie afin d’être mieux compris, et de plus loin (...). Au reste, le parler tout ordinaire, si on arrive à l'entendre sans le comprendre, forme une sorte de mélodie qui monte, descend, s'élance et finit.
ALAIN, Cris chantés (Propos, 26 octobre 1907)

L'ambiguïté de base du domaine musico-littéraire, du point de vue de son matériau, pourrait sans doute, avec quelque explication, s'exprimer ainsi : la musique n'est pas parole mais toute parole est déjà musique. A cette ambiguïté linguistique foncière répond, à l’autre bout, l’ambiguïté des tentatives d'exploitation littéraire de la musique : la musique de mots reste toujours, d'une certaine façon, une impossible chanson. Mais ces tentatives littéraires, pour impossibles qu'elles soient, s’appuient sur la première ambiguïté. Examinons cela de plus près.

La hauteur et la durée déterminent, on le sait, la do...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search