Version classiqueVersion mobile

Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

I. Questions de méthode

Chapitre 1. Perméabilité et interpénétration des réseaux artistiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le premier mérite d'un tableau est d'être une fête pour l'œil. Ce n'est pas à dire qu'il n'y faut pas de la raison : c'est comme les beaux vers ; toute la raison du monde ne les empêche pas d'être mauvais, s'ils choquent l'oreille.
Eugène DELACROIX, Journal, 22 juin 1863 (Paris, Plon, t. 3, 1893, p. 438)

Le destin des arts est lié par leur matière. Développement sonore dans le temps, le poème séduit par le déroulement graphique de son écriture dans l'espace y est en quelque sorte prédestiné par la nécessité primaire d'en indiquer la notation. Par là, il est en tout point semblable à l'œuvre musicale. Quelque hypothèse que l'on adopte quant à la genèse des diverses formes de la communication et de l'expression (que le langage - cri ait été premier par rapport au chant - musique ou vice versa ; que l'entité première soit au contraire un hybride indissociable), les fondements mêmes du matériau littéraire et de son homologue musical les renvoient l'un à l’autre de par la nécessité initial...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search