Version classiqueVersion mobile

Développement durable et économie environnementale régionale

 | 
Bertrand Hamaide
, 
Sébastien Brunet

Chapitre 6. Intégration d’un service écosystémique intermédiaire à une modélisation input-output économico-écologique : cas de l’estuaire de la Seine

Mateo Cordier

Résumé

Dans cet article, une démarche méthodologique est proposée pour permettre d’étudier les interactions entre les activités économiques et l’environnement. La démarche consiste à intégrer au sein d’un modèle input-output les services écosystémiques intermédiaires (principalement des services d’auto-entretien et de régulation), c’est-à-dire les services qui conditionnent l’existence de tous les autres services écosystémiques nécessaires à la survie et aux activités de l’homme. La démarche est testée sur un cas d’étude réel, celui de la restauration des habitats de nourriceries de l’estuaire de la Seine. La simulation de scénarios de restauration montre que malgré des coûts de mise en œuvre très importants, l’impact macroéconomique est négligeable. A l’échelle sectorielle par contre, l’effet des coûts est conséquent pour trois secteurs. Quant à l’impact écologique, il est positif et conduit à une augmentation conséquente des stocks de poissons produits par les habitats naturels de l’estuaire. Par sa capacité à quantifier les compromis et arbitrages entre différents usages des services écosystémiques, la démarche méthodologique développée dans ce papier constitue un outil prometteur pour les processus de décision participatifs.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Introduction

Durant ces 15 dernières années, le terme « service écosystémique » a colonisé les pages des revues scientifiques à une vitesse exponentielle. Son importance grandissante peut s’expliquer par la capacité de ce concept à améliorer la compréhension des interactions entre le fonctionnement des écosystèmes et le bien-être humain (Fisher et al., 2009). Le Millennium Ecosystem Assessment (2005), une évaluation de l’impact des modifications des écosystèmes sur le bien-être humain à l’échelle mondiale, a démontré que globalement, sur un total de 24 sous-catégories de services écosystémiques, 15 sont en déclin. Cette évaluation a également démontré que les écosystèmes ont subi des modifications plus importantes sur ces 50 dernières années qu’à aucun autre moment dans l’histoire, ce qui a causé une perte de biodiversité substantielle et souvent irréversible. L’impact à attendre sur le bien-être-humain futur sera probablement conséquent et largement négatif. C’est la raison pour ...

Auteur

Recherches en Economie-Ecologique, Eco-innovation et ingénierie du Développement Soutenable à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (REEDS-UVSQ). Bâtiment Aile Sud. Bergerie Nationale. Parc du Château, 78120 Rambouillet Cedex, France. Email : mateo.cordier@reeds.uvsq.fr

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search