Version classiqueVersion mobile

L’autonomie en pratique(s)

 | 
Philippe Caumières
, 
Sophie Klimis

La rationalité instrumentale comme utopie de la sortie de l’hétéronomie et ses avatars

Florence Giust-Desprairies

Texte intégral

L’appel que nous venons d’entendre, c’est plutôt à l’humanité toute entière qu’il s’adresse. Mais à cet endroit là, en ce moment, l’humanité c’est nous.
Samuel Beckett, En attendant Godot

Introduction

  • 1 Laboratoire de Changement Social (LCS) de l’université de Paris Diderot, codirigé avec Vincent de (...)

1La réflexion que je propose dans cet article s’inscrit dans une approche clinique psychosociale, comprise comme l’étude de l’expérience des individus ou des groupes en situation sociale. Je codirige un laboratoire réunissant des chercheurs en sciences sociales qui se reconnaissent dans une approche questionnant les relations dynamiques et réciproques entre les processus psychiques et les logiques, les phénomènes, les construits sociaux1. Mon attention se porte sur la mise en image et en sens de cette expérience telle qu’elle se donne à écouter, dans une parole adressée au clinicien, à partir d’une demande d’aide ou d’accompagnement de situations de crise ou de malaise. Ce sont ces configurations concrètes, leurs variations, les déplacements et les recompositions qui constituent le matériau privilégié d’une intelligibilité des processus à la fois subjectifs et sociaux.

2La démarche clinique est un décentrement, elle s’attache au travail du sens. Mais, si l’expérience immédiate livre d’emblée des significations, elle ne dit pas ce qui les organise, ne donne pas la trame complexe où elles sont prises. Ce qui procède du savoir clinique tient au dégagement d’une compréhension de cette organisation.

  • 2 Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société, Paris, 1975.
  • 3 Op. cit.

3Pour donner un contexte à mon questionnement, je poserai deux préalables. Le premier est de l’ordre du fondement théorique. J’inscris ma démarche dans cette proposition anthropologique et ontologique de Cornélius Castoriadis : « Le seul problème que l’institution de la société doit résoudre partout et toujours c’est le problème du sens : créer un monde investi de significations [...]. Ce qui confère du sens à tout ce qui se présente dans la société est indissociablement principe d’existence, principe de pensée, principe de valeur, principe d’action2 ». Et je souhaite souligner le renversement qu’opère l’auteur dans la considération de ce qui pose problème : la question du sens ne se pose pas dans les organisations du fait des problèmes qu’elles peuvent rencontrer, mais ces problèmes « ne se constituent comme tels qu’en fonction des significations qui sont les leurs et qui participent à définir leur identité3 ». Ces significations s’incarnent dans l’effectivité des organisations sociales et se présentent pour la subjectivité individuelle comme un déjà là, institué du sens, désignant les finalités de l’action et imposant pour une part des modes d’être. C’est à partir de ces significations que les individus, écrit Castoriadis, monnayent pour leur propre compte le sens à leur travail ou à leur activité. Le sens n’est pas intrinsèque aux situations mais résulte bien d’une élaboration continue du sujet pour se disposer dans son rapport au monde. Cette élaboration continue du sens à travers laquelle le sujet se reconnaît et cherche à être reconnu se fait donc dans les conditions contraignantes des significations sociales.

  • 4 Kaes (R.), Les alliances inconscientes, Dunod, Paris, 2009.

4Mon second préalable est le suivant. Intéressée à éclairer les liens existants entre des significations sociales et les modalités spécifiques de leur intériorisation subjective, je souhaite mettre l’accent sur la notion d’alliances inconscientes telle qu’elle est théorisée par René Kaes4. Il s’agit des pactes inconscients que les « sujets du lien » concluent entre eux. L’alliance inconsciente implique celle d’une obligation et d’un assujettissement. Et si les alliances peuvent être structurantes pour les liens sociaux, elles ont aussi une fonction défensive qui s’opère par la répression, le refoulement, le déni, la dénégation, le désaveu ; autant d’opérations requises pour que ce lien se constitue et se maintienne. Le pacte est ainsi une alliance destinée à réprimer un contenu commun. Il suppose un triple accord : un même contenu, une même obligation de réprimer ce contenu et un même accord sur le refoulement ou le déni de cette répression commune. La question des alliances inconscientes me semble centrale pour traiter de la question de l’autonomie en pratique. Tenter d’élucider la manière dont se noue, se dénoue, se renoue le lien social dans son effectivité, nécessite, en effet, de discerner les formes mutatives des modèles identificatoires et de leur transmission, entre alliances internes au sujet et alliances collectivement tissées.

I. Le récit mythique de la modernité comme horizon d’attente

5Ainsi équipée, je me propose donc de revenir sur la servitude du récit mythique de la modernité comme horizon d’attente, affectif, intellectuel et culturel, pour en montrer les avatars actuels, et ce qui, dans la société contemporaine, se dessine du traitement de ces alliances contractées dans la modernité, concernant tout particulièrement la figure du sujet autonome.

  • 5 Augé (M.), Les non-lieux, Le Seuil, Paris, 1992.
  • 6 Balandier (G.), Pour en finir avec le 20e siècle, Fayard, Paris, 1994.
  • 7 Gauchet (M.), Essai de psychologie contemporaine II, in Le Débat, no 100, 1998.

6L’histoire de l’individu démocratique, dans le passage de la subjectivité moderne à la subjectivité contemporaine, donne lieu à diverses lectures qui se partagent aujourd’hui principalement entre deux points de vue. L’un voit dans la postmodernité, l’hyper modernité ou la sur-modernité une exacerbation ou une radicalisation de la modernité, notamment Marc Augé5 et Georges Balandier6. L’autre considère ce passage comme une transformation réglée, dans le processus historique, entre le moi de l’époque moderne et celui des sociétés contemporaines. Cette position est défendue par Marcel Gauchet pour qui le « vrai moi » de l’époque moderne se définit comme un individu autonome, instituant ses propres normes par les découvertes en lui même des lois de la raison universelle, et le « vrai moi » du sujet contemporain se caractérise par le seul principe de sa toute légitimité7. Pour ma part, je voudrais suggérer que la modernité, dans sa conception, donne forme à l’hybridation de deux figures du sujet, le sujet autonome et le sujet indépendant ; que le sujet contemporain et l’avènement de la figure de l’indépendance et de ses possibles et que son déploiement se fait dans le recul de la figure de l’autonomie ; et qu’enfin cette figure de l’indépendance prend sens dans l’utopie d’une sortie de l’hétéronomie pré-moderne et donc de l’assujettissement.

7Me situant au niveau des constructions imaginaires et de leurs avatars, je partirai du cogito mais pas tant pour sa place historique dans le processus de subjectivation moderne que pour sa valeur mythique qui l’a progressivement conduit à pénétrer dans la société toute entière. Je partirai du cogito pour en souligner la signification imaginaire dans le fondement et le destin de ces deux figures.

8Rappelons donc les principes qui président à cet avènement du sujet. En révoquant tous les préjugés hérités, le sujet peut se saisir lui-même par sa propre pensée et devient le seul principe de certitude, le seul point d’appui pour construire le monde de la connaissance scientifique et philosophique. Ce sujet pensant qui occupe une place de fondement, va tracer les contours d’une figure d’un individu autoréflexif, entendu comme conscience et comme volonté, sujet de raison, ancré sur la certitude de se savoir lui-même, par sa propre pensée, édifice de la connaissance, sujet d’émancipation. Je nomme cette figure, le sujet indépendant.

9Mais le sujet moderne c’est aussi le sujet autonome, celui qui ayant posé l’absence de toute référence à un ordre naturel transcendant qui englobe les individus, se questionne sur ce qui permettrait de brider sa liberté infinie. Fondant la transcendance dans l’immanence, il cherche en lui-même les moyens d’une limitation qui doit dorénavant se penser comme autolimitation. L’autonomie est émancipation par rapport à une altérité radicale qui dicterait ses lois mais elle est soumission à des règles librement acceptées. Elle est dépendance fondatrice de libertés parce qu’intrinsèque à la fondation du lien social. Ainsi, entre l’autos et le nomos, s’est introduite une transcendance contraignante pour l’individu, dans le registre de la limite et de l’autolimitation : le sujet est autonome parce qu’il reconnaît son inachèvement et son incomplétude.

II. Le destin de la figure composite du sujet moderne indépendant et autonome

10Je postule que c’est dans cette double figure ou plutôt dans cette figure composite que les traits vont d’une certaine manière se dissocier concernant les avatars du sujet contemporain. Il faut également ajouter dans le processus historique, qui procède de la construction du sujet moderne, l’émergence d’un sujet qui ne se réduit pas aux facultés intelligibles, aux seules vertus de la raison mais qui intègre l’inconscient compris comme un savoir non su en actes, selon l’expression de Lacan, ou un cogito blessé selon celle de Ricœur, qui oppose au principe de la transparence à soi-même, l’existence d’une opacité et pose que la souveraineté du sujet moderne et de son projet d’émancipation doit composer avec un assujettissement plus profond, celui d’une division constitutive.

11Ainsi, le sujet des lumières, désireux de se libérer de l’héritage du passé marqué par les ténèbres de l’ignorance, s’est engagé vers le chemin éclairé de l’émancipation par la logique de la rationalité. Celle-ci a pris, traversant son histoire individuelle et collective, la voie culturellement significative d’une croyance en sa toute maîtrise. C’est l’idée même des limites, portée qu’elle est par la conception de l’autonomie des Modernes, et prolongée par celle de l’inconscient qui tend précisément à s’estomper dans la figure dominante du sujet contemporain. La liberté comprise comme capacité de s’arracher à toute détermination naturelle et historique va prendre la voie d’un idéal de la réalisation de soi délégitimant les exigences qui transcendent le désir et les expressions individuelles. La conception du progrès va prendre la voie, selon Castoriadis, d’une croyance dans l’expansion illimitée des sciences et des techniques, signification imaginaire sociale d’une expansion illimitée d’une prétendue maîtrise rationnelle sur le tout, nature et êtres humains, position centrale de la rationalité comme projet à la base de la domination culturelle, de la technique, de la science, de la bureaucratie et de l’efficience économique. La raison humaine tend ainsi progressivement à se confondre avec la rationalité instrumentale, elle consolide et durcit la figure du sujet indépendant qui semble procéder spontanément des perspectives scientifiques qui la naturalisent, conception scientiste et cognitivo-comportementaliste. La promesse est, alors, celle d’une transparence à soi et d’une autosuffisance qui établiraient la possibilité à terme de se libérer de ces liens qui entravent le plein exercice de sa propre liberté et qui permettraient de se soustraire à l’opacité et à la négativité : une individualité contingente, « Je suis comme ça se prononce » dit le poète contemporain.

III. Le déploiement social-historique de la figure du sujet indépendant

12Mon hypothèse est que ce sujet indépendant n’est pas le dépliement logique du sujet moderne mais le déploiement social-historique d’une signification possible comme aboutissement de l’objectivation, et ce, à partir de l’imaginaire d’un sujet pensant assuré de son jugement et d’un savoir sur soi et sur le monde qui se veut possiblement définitif. Quelle lecture est-il possible de faire sur les processus à l’œuvre dans les organisations aujourd’hui et qui peuvent être mis en rapport avec cette figure du sujet de l’indépendance ?

13Ce qui spécifie les organisations concrètes et leurs transformations, c’est le primat manifeste déclaré, affiché, de l’intérêt économique pour l’ensemble des organisations et des institutions quel que soit le secteur d’activité, y compris celles qui ont pour mission la formation le soin, l’éducation, la rééducation, la protection. Ce changement ne se réduit pas au prolongement ou au renforcement des logiques antérieures mais se caractérise par l’instauration de la logique de financiarisation ; recherche sans limites des marges de profit qui définit pour l’essentiel les stratégies des organisations. Un exemple : dans une maternité, les salariés sont engagés dans une reforme ayant pour but une meilleure rentabilité, mais ces efforts consentis sont sans fin, car la butée d’un taux acceptable d’accouchement est absent de la logique de maximisation. « Je dois encore et encore aller faire du bébé » se décourage un médecin accoucheur. Cette logique de la financiarisation, dans le contexte d’un marché mondialisé, marque le retour dans les nouvelles organisations du travail d’un objectivisme comportemental et d’un positivisme scientifique. Ceux-ci sont matérialisés par des pratiques d’intensification des formes de gestion instrumentale des salariés, y compris ceux de l’encadrement ; les organisations devant être aussi rentables que le capitalisme financier. Or, ce raidissement gestionnaire, justifié au nom de l’efficacité, procède d’une représentation de l’organisation comme système contrôlable et mesurable et dessine un imaginaire de la régulation sociale qui prend appui sur le modèle d’un facteur humain maîtrisable. Vont alors se mettre en place des dispositifs ayant pour objectif l’amélioration des pratiques par objectivation et rationalisation des tâches.

14Cela n’est pas véritablement nouveau. La nouveauté tient à l’extension de ces logiques aux professionnels ayant eu, jusqu’à aujourd’hui, une relative autonomie dans leur manière de concevoir leurs tâches et leurs responsabilités. Objectivation et rationalisation sont au service d’une représentation du professionnel et de son activité, comme sujet de la visibilité et de la transparence, sujet dont j’ai esquissé les traits dans la figure du sujet indépendant.

IV. Des modes d’intériorité de la pensée opératoire

15Dans nombre d’organisations, les professionnels sont, par exemple, conviés à décliner leur activité de travail dans le déroulement d’un mois, d’une semaine, d’une journée, d’une heure, selon un maillage de plus en plus fin, dessinant une cartographie objective de la « volumétrie » de l’activité, décomposée en tâches élémentaires. Ils sont tenus de décrire, par le menu, chacun de leurs actes, de leurs gestes, le temps qu’il y prennent, les espaces flous, les recouvrements. On les voit, avec l’aide d’experts, passer toutes les situations au crible et convertir le travail de chacun en un ensemble de procédures, ventilées dans la journée pour avoir, comme ils disent, « des référentiels temps plus robustes ». Ces données, une fois récoltées sur le terrain, vont faire l’objet d’un retraitement par des logiciels informatiques. Et ce qui s’observe, c’est que cette objectivation, présentée comme possible transparence d’un accès total aux données, nourrit l’illusion pour les salariés eux-mêmes, qu’ils pourraient être enfin protégés des tensions, des contradictions et des conflits inhérents à la vie des organisations. Les professionnels sont ainsi orientés vers la construction d’un idéal de l’objectivité et de la transparence, qui crée une forme d’adhésion sur la promesse de pouvoir sortir des dysfonctionnements et des malaises antérieurs. Mais, ce faisant, ils se trouvent dans une position paradoxale, dont nous constatons qu’elle n’est pas sans lien avec l’accroissement des maladies. En participant eux-mêmes à une rationalisation excessive de leurs pratiques et en continuant à penser que cet aplat objectivé de leur activité devrait permettre sa fluidité, ils contribuent eux-mêmes à invalider les cultures professionnelles, les ajustements existants, les modes spécifiques de coopération, les arrangements effectifs, mais aussi les lenteurs nécessaires qui tissaient le quotidien partagé et donnaient sens à leur expérience.

16Cette centration sur ce pragmatisme de l’action permet de croire à l’assomption d’une organisation sans contradiction, lavée des tensions. Elle se constitue comme un système de défense, illusoirement efficace, contre le trop de complexité à laquelle exposent les multiples transformations des organisations. Mais je voudrais particulièrement souligner que ce pragmatisme prend sa force d’imposition, comme un modèle attractif, dans sa fonction d’idéalité, parce qu’il trouve sa légitimité dans des référentiels scientifiques : certaines conceptions positivistes des sciences de la gestion et des sciences cognitivo-comportementalistes. Ce modèle a, en effet, acquis le pouvoir d’attaquer les autres manières de penser et d’agir, inscrites de longue date dans l’histoire des organisations. La question qui se pose est alors celle des modes d’intériorisation. S’interroger sur les processus d’autonomisation nécessite, en effet, de comprendre comment les professionnels se font eux-mêmes les propres alliés des assujettissements normés dans lesquels ils sont pris. Modalités d’intériorisation qui se laissent saisir par des manières de dire et d’être.

17Notre attention est, tout particulièrement, attirée vers le régime de la parole qui prédomine et qui se caractérise par un mode de présentation des événements, des situations de travail, comme une chronique plate, une succession de faits ou d’événements enfermés dans une suite d’énoncés explicatifs et soumis à une contrainte de rationalisation. La nécessité de donner du sens prend, ainsi, la forme d’un assujettissement à un mode d’expression langagière qui est caractéristique de cette rationalisation : le déclaratif. L’exclusivité de ce registre d’expression ne permet pas aux salariés de nommer ce qui leur pose problème et d’éprouver ce qui, dans leurs propos, se donne à entendre d’une expérience d’asphyxie et d’annulation de ce qu’ils sont. Telle que je peux être amenée à la saisir dans l’intervention, l’épreuve vécue est celle d’une crise de sens partagée par ces professionnels, qui se sentent captifs de logiques les contraignant sans réserve. Mais ces derniers ont du mal à se représenter les modalités adaptatives qu’ils adoptent pour y faire face et le coût psychique et somatique qui en résulte. Dans le régime dominé par la pensée opératoire, psyché et lien intersubjectif se trouve conjointement touchés. Le déni en acte de la représentation, réduite à une perception objective, a pour effet que le sujet se sent happé par les choses ou qu’il est comme aplati sur elles. Cette négation de l’activité représentative constitue une attaque du processus de mentalisation, car cet univers d’un monde du tout lisible contient la hantise de la pensée associative.

18Les professionnels doivent par exemple s’en tenir à des informations strictes, en écartant toute pensée émergente, évaluée comme perte de temps. Dans certaines organisations, des évaluations sont faites, à partir d’un système de surveillance sur la manière dont les professionnels répondent aux questions qui leur sont posées. Et il leur est reproché de répondre au-delà, c’est à dire de donner des informations qui leur viennent à l’esprit en lien avec leurs savoirs acquis sur les questions qu’ils traitent mais qui excèdent ce qui leur est demandé par leur interlocuteur. La représentation qui préside à cette logique, au delà de l’argument avancé du gain de temps, procède de la conviction qu’une réduction de la pensée à la transmission de données garantirait une sorte d’épure de l’information. Ce régime qui fait de la mentalisation, un aplat transparent, produit une sorte de bipolarité du plein et du vide qui favorise un certain type d’économie psychique, coûteux pour les professionnels. Elle favorise, en effet, alternativement un débordement par accumulation d’excitations qui ne trouvent pas à se lier et, en effet, de sidération, l’imaginaire peinant à exercer ses fonctions créatrices. Dans les deux cas, ce sont les processus de liaison qui sont mis à mal.

19Les régulations par l’expression somatique et psychique font partie des régulations habituelles, mais il convient de se demander si l’augmentation préoccupante des décompensations ne tient pas à la dissolution du lien organique entre le corps et l’activité représentative ; le sujet trouvant difficilement à s’inscrire dans un système qui attaque la pensée métaphorique et le processus de symbolisation.

20Entrons plus avant dans les mécanismes d’assujettissement à l’œuvre dans cette construction. En premier lieu, ce qui frappe, ce sont les modes de présentation des pratiques professionnelles qui renvoient à l’agir comme réalité totalement présente, totalement devant soi et non habitée par des significations plurielles. Ensuite, une intolérance à supporter des zones imprécises, imputées et renvoyées à l’autre comme des manquements entravant le déploiement de l’activité. Également, je l’ai déjà souligné, un régime du discours purement déclaratif, soutenu par une conception de la vérité réduite à une description objectivée des situations. Enfin, la croyance dans la transparence de ces situations, que leur donnent les procédures au service d’une prétendue visibilité sans reste. Ainsi, la conception du professionnel dans cette rationalité est sous-tendue par celle d’un monde construit du travail comme organisme objectif, obéissant à un schéma rationnel, dont la description minutieuse peut rendre compte. Un monde se donnant dans sa construction rendue transparente et qui dépasse la spécificité des acteurs, en négligeant dans sa logique même les ancrages culturels : l’histoire des équipes, de l’organisation et de ses projets dans leur dimension autre que fonctionnelle.

V. Du sujet indépendant au sujet de l’autonomie : un processus de dégagement

21Dans ce contexte de significations contraignantes, par quel type d’accompagnement vont passer les processus d’autonomisation ?

22Les décompensations qui viennent heurter l’efficience pragmatique rappellent que les changements nécessitent pour le sujet des moments d’arrêt ou de ralentissement, pour que s’opère leur intégration psychique. La capacité d’adaptation est soumise à des rythmes qui, s’ils diffèrent d’une personne à l’autre, nécessitent toujours un temps psychique de métabolisation. C’est cet espace-temps de la réception pour respirer, pour penser, pour former des liaisons significatives, que je tente d’ouvrir, à contre culture de cet agir qui s’épuise sans trouver le lieu psychique de son accueil. Il s’agit d’accompagner des professionnels à penser leur expérience en les aidant à défonctionnaliser les discours explicatifs et causalistes dans lesquels ils sont pris. Il est de toute importance que les acteurs sociaux puissent s’entendre dire ce qui, dans leur parole, arrive comme contenu imposé de sens, de normes qui instruisent précisément leur manière d’être et de faire. Lorsque cette prise de conscience a lieu et est éprouvé comme un « insight », le régime du discours change progressivement de la déclaration à la narration. La parole narrative va permettre de ré-instituer le sujet dans une temporalité ; elle permet une mise en intrigue, c’est-à-dire un agencement des faits qui n’est pas une grammaire, mais relie l’action et le sens qu’elle prend pour les personnes qui s’y engagent.

23Pour donner à voir comment s’opère ce passage, il convient d’en montrer les différents moments et leur succession. Il y a, en effet, plusieurs temps. Premièrement, un temps – que j’appelle le moment de la parole déclarative –, où chacun affirme sa propre idée, sa propre position et s’y tient, sans manifester le goût de prendre en compte ou d’élargir sa manière de voir aux expériences des autres. Le groupe donne à voir combien il lui est nécessaire de se protéger, à ce moment-là, des effets dépressifs et persécuteurs provoqués par le questionnement des logiques dans lesquelles tous sont pris, et je suis frappée de l’importance de l’isolement qui en résulte. Derrière la façon qu’ont les professionnels de faire valoir, chacun, leur point de vue, ils entrent dans des rapports de force explicatifs, qui laissent transparaître un fort sentiment d’impuissance et de disqualification. Dans cette période, ils sont parties prenantes de la logique instrumentale dans laquelle ils sont pris, convaincus que cette dernière devrait participer à l’amélioration de l’efficacité de leurs tâches. Le deuxième moment est caractérisé par une prise de parole sur le mal-être de chacun qui va prendre la voie non pas de l’intériorisation mais davantage de la projection sous la forme d’une dénonciation et d’une attaque de la déficience de l’autre : conduite d’annulation du proche, du plus proche, le collègue. Cette conduite laisse apparaître, au-delà des affects, une soumission au cadre de pensée qui structure une conception pragmatique de l’individu réduit à ses modes de faire. La position qui domine est celle d’imputer sans réserves à l’autre ses propres impuissances, ses propres ralentissements. Cette imputation se révèle comme manifestation défensive devant un régime qui favorise une infériorisation et une mésestime de soi-même. Ainsi, dans cette période, prévaut la décharge pulsionnelle, laissant chacun face à une grande solitude dans cette course qu’il mène pour le maintien du rythme et de la concentration concernant une activité par trop réduite à son cadrage et sa technicisation. Des comportements explosifs alternent avec des moments de retrait, comme réponse anxieuse pour s’adapter aux changements incessants et aux pressions injonctives.

24A ce temps, souvent long, où viennent à se déconstruire les schèmes internalisés, succède l’entrée dans une parole narrative. Les professionnels parviennent à s’adresser les uns aux autres dans une relation intersubjective, et non plus dans une série de déclarations sans véritable interlocuteur. Ils commencent, alors, à se percevoir comme une équipe ayant perdu les points d’appui que représentaient naguère les pratiques d’entraide, la possibilité de partager des préoccupations, des insatisfactions, et de se représenter les contraintes professionnelles comme un sort partagé. Ils réalisent, également, combien les nouvelles contraintes brisent le minimum de continuité dans laquelle s’inscrivaient jusqu’à ces dernières années les changements qui s’opéraient dans l’organisation. Petit à petit, émerge une parole sur les symptômes mais aussi sur le sentiment vécu, et qui peut enfin se partager, d’incompétence, d’impuissance, de déficience, de perte de confiance, de sens et aussi l’anxiété et le sentiment de culpabilité qui y sont associés. Ils commencent à mesurer les effets nocifs sur leur corps, leurs pensées, leur psychisme, de l’empiétement sur eux des contraintes excessives qui dépassent leurs capacités de contenance et entament leurs facultés d’intégration et de régulation, et dont ils méconnaissaient le plus souvent la gravité. Ils se voient aussi pour se protéger et pour conserver le lien, adopter à leur tour des conduites d’empiétement sur les autres qui augmentent leur tension. Ils réalisent combien la brisure des liens d’identification mutuelle, tout comme la difficulté d’intégrer les nouvelles normes, les privent de la distance nécessaire à l’instauration d’un lien a minima coopératif et solidaire, car la réduction de chacun à ce qu’il fait entame non seulement la qualité de la relation que les uns et les autres entretiennent à leur travail, mais aussi aux autres comme porteurs d’une suffisante reconnaissance « de ce qu’on est dans ce qu’on fait », comme ils disent. La fixation sur la transparence du geste et l’aplat des tâches ôte au travail sa densité conflictuelle. Le régime temporel de l’urgence écrase les lenteurs nécessaires à la formation d’une expérience qui prenne sens.

Conclusion

25Pour terminer, je souhaite revenir sur la question de l’imaginaire. Le monde qui est le nôtre, où tout va si vite, s’est considérablement élargi. Dans le même temps, il s’est paradoxalement rétréci par le repli de l’utopie qui a été longtemps la projection d’un idéal qui promettait sa réalisation dans l’avenir. Dans ce contexte, où la rationalité instrumentale s’érige comme une réponse défensive, mais aussi, offensive, à la complexité du monde, au nom de la science, c’est le désir qui est attaqué. Or, le désir révèle l’enracinement de l’imaginaire dans notre être corporel, par lequel il façonne le mode de notre ouverture au monde. L’imaginaire n’est pas une visée, il est ce double charnel de la pensée qui lui donne cette capacité de s’arrimer dans les interstices du réel incommode et d’en signifier les latences.

  • 8 Gauchet (M.), Essai de psychologie contemporaine II, in Le Débat, no 100, 1998.

26Nous sommes engagés aujourd’hui, de mon point de vue, dans un bras de fer épistémologique. L’expérience scientifique est faite d’obstacles épistémologiques disait Bachelard, il y a quelque chose à rompre. Ces obstacles il les voyait comme phénomènes internes à l’esprit même du chercheur. « C’est dans l’acte même de connaître intimement qu’apparaissent par une sorte de nécessité fonctionnelle des lenteurs et des troubles8. »

27Des lenteurs et des troubles...

28Bachelard disait aussi qu’il fallait que l’imagination prenne trop, pour que la pensée ait assez. La revanche de la pensée instrumentale sur une conception tragique de l’homme se traduit par la traque des comportements. Ce sujet tragique, qui se dissout dans les contraintes injonctives de la transparence, et que j’ai nommé le sujet indépendant, vient faire reculer le sujet de l’autonomie et avec ce recul entraîne les organisations dans un processus de déshumanisation.

Bibliographie

Éléments Bibliographiques

Auge (M.), Les non-lieux, Le Seuil, Paris.

Bachelard (G.), La formation de l’esprit scientifique, Vrin, Paris, 1971.

Balandier (G.), Pour en finir avec le 20e siècle, Fayard, Paris, 1994.

Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société, Seuil, Paris, 1975.

Castoriadis (C.), La montée de l’insignifiance, Seuil, Paris, 1996.

Compagnon (A.), Les cinq paradoxes de la modernité, Seuil, Paris, 1990.

De Nanteuil (M.), La démocratie insensible, Erès, Toulouse, 2009.

Ehrenberg (A.), Le culte de la performance, Calmann-Lévy, Paris, 2009.

Foessel (M.), La privation de l’intime, Seuil, Paris, 2008.

Gauchet (M.), Essai de psychologie contemporaine II, in Le Débat, no 100, 1998.

Greau (J.L.), Le capitalisme malade de la finance, Gallimard, Paris, 1998

Giust-Desprairies (F.), L’imaginaire collectif, Erès, Toulouse, 2003.

Giust-Desprairies (F.), « Le visible et l’invisible dans les formes de subjectivité contemporaines » in Les tyrannies de la visibilité, Erès, Toulouse, 2009.

Giust-Desprairies (F.), « Illusions et désillusions de la pensée instrumentale » in Les métiers de la relation malmenés, L’Harmattan, Paris, 2011.

Giust-Desprairies (F.), « La fabrication du risque psychosocial » in les RPS : une nouvelle catégorie sociale ? Co-responsable du numéro, Nouvelle Revue de Psychosociologie, no 10, Erès, 2011.

Giust-Desprairies (F.), « Instaurer une démarche clinique d’analyse de pratique aujourd’hui : un bras de fer épistémologique », Les groupes d’analyse de pratique, Nouvelle Revue de Psychosociologie, no 11. Erès, 2011.

Honneth (A.), La société du mépris, La Découverte, Paris, 2006.

Kaes (R.), Les alliances inconscientes, Dunod, Paris, 2009.

Laville (J.L.), Le travail : une nouvelle question politique, Desclée de Brouwer, Paris, 2008.

Merleau-Ponty (M.), Phénoménologie de la perception, Gallimard, Paris, 1945

Ranciere (J.), Chroniques des temps consensuels, Seuil, Paris, 2005.

Renaut (A.), L’ère de l’individu. Contribution à une histoire de la subjectivité, Gallimard, Paris, 1989.

Ricœur (P.), Soi-même comme un autre, Seuil, Paris, 1990.

Starobinski (J.), Jean-Jacques Rousseau : la transparence et l’obstacle, Paris, Plon, 1957 ; puis Gallimard, 1971.

Taylor (C.), Malaise dans la modernité, Cerf, Paris, 2008.

Thery L., Le travail intenable, La Découverte, 2006.

Notes

1 Laboratoire de Changement Social (LCS) de l’université de Paris Diderot, codirigé avec Vincent de Gaulejac.

2 Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société, Paris, 1975.

3 Op. cit.

4 Kaes (R.), Les alliances inconscientes, Dunod, Paris, 2009.

5 Augé (M.), Les non-lieux, Le Seuil, Paris, 1992.

6 Balandier (G.), Pour en finir avec le 20e siècle, Fayard, Paris, 1994.

7 Gauchet (M.), Essai de psychologie contemporaine II, in Le Débat, no 100, 1998.

8 Gauchet (M.), Essai de psychologie contemporaine II, in Le Débat, no 100, 1998.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search