Version classiqueVersion mobile

Art et thérapie

 | 
Jean Florence

Chapitre IV. D’un possible effet thérapeutique : théâtre et musique comme art-thérapeutes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Circonspection...

Par précaution et prudence, il nous a fallu jusqu'ici manifester quelques sérieuses réserves à l'endroit du besoin de guérir, qu'il prenne la forme de ce qu'on pourrait appeler, pour paraphraser Gérard Miller1, un pousse-à-l'expression, ou celle d'un pousse-au-dire.

Est-il nécessaire de rappeler les réserves émises par Freud lui-même à propos de ce qu'il y a à attendre d'un traitement psychanalytique ?

Le plus urgent n'est-il pas, toujours à nouveau, de revenir aux préjugés et aux bonnes intentions qui encombrent le champ d'une relation thérapeutique afin d'y creuser l'espace indispensable à cette disponibilité à l'être, à ce vide actif sans quoi aucune ouverture à « autre chose » n'est envisageable ?

N'est-il pas exigible que sans cesse le thérapeute (analyste, art-thérapeute, psychodramaturge, etc.) revienne à nouveaux frais sur « les questions préliminaires à tout traitement » et qui concernent le mode même de « pré-compréhension » agissant à l'insu du thérapeute...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search