Version classiqueVersion mobile

Synesthésie et rencontre des arts

 | 
Jean-Louis Cupers

Deuxième partie. La synesthésie

Le témoignage du sculpteur

Corinne d' Anastasi

Texte intégral

1Le monde est hanté de tous ces êtres détournés d’eux-mêmes et trafiqués par d’autres comme des moteurs de voitures volées !

2J’entends Christiane Singer s’insurger…

3Synesthésie : union (« syn ») des sensations (« aisthêsis »).

4Qui sont les synesthètes ?

5Le plus souvent des enfants, des femmes, des gauchers… des artistes…

6Ne cherchez pas dans mon propos erratique matière à vous convaincre.

7Surtout, ne cherchez aucune réponse.

8Je ne suis ni scientifique, ni politique, ni experte, ni professeur.

9Je suis femme, mère, artiste, et parce que je voudrais voir la vie en rose, je suis synesthète à mes heures.

10Ne cherchez pas de réponse, vous disais-je, simplement un questionnement qui entrerait en résonance avec le vôtre, peut-être.

11La plupart d’entre nous vivent comme en prison, claustrés, séquestrés, conditionnés par cette « hypnose socialement programmée » qu’a décrite Deepak Chopra.

12Une violente pression économique, sociale, nous contraint à nous spécialiser et on voudrait nous empêcher d’embrasser le champ des expériences extraordinaires du Vivant.

13Pas le temps…

14Et pendant que nous exécutons de mauvaise grâce notre numéro de funambule rentable, notre monde balance entre obscénité et trivialité.

15Le fléau de cette balance : l’argent et le culte délétère qui partout lui est rendu.

16« L’esprit intuitif est un cadeau "sacré" et l’esprit logique un domestique fidèle. Nous avons créé une société qui honore le domestique et qui a oublié le cadeau », nous rappelle Albert Einstein.

17Au-delà de la logique, de la spécialisation, de l’expertise, de la séparation, de la dualité, oser l’indivision et l’indifférenciation, expérimenter la multiplicité, tendre vers l’unification dans la multiplicité, l’union des sensations.

18Accepter d’être unique et unifié.

Minéraux au commencement,
nous sommes devenus plantes
puis animaux avant d’être des hommes
oubliant chaque fois notre état antérieur
sauf quand le printemps nous rappelle vaguement
que nous reverdissons.
C’est ainsi que le jeune homme se
tourne vers un maître. C’est ainsi que le bébé se penche
vers le sein, sans connaître le secret
de son désir, obéissant à son instinct.
L’humanité est guidée sur le chemin de l’évolution
par cette migration d’intelligences
et bien qu’apparemment nous dormions
en nous veille une conscience
qui dirige ce rêve
et qui un jour va nous réveiller
à la vérité de ce que nous sommes.

19Ce rêve, le Soufi Rumi le fait déjà au xiiie siècle.

20Mais nous, quand nous réveillerons-nous à la vérité de ce que nous sommes ?

21Créé à l’image de Dieu, l’homme occidental est peu à peu devenu une créature d’habitudes, confit dans l’abondance, repu, distrait, morcelé, anesthésié.

22Anesthésie… Suppression de la sensibilité, état d’indifférence.

23A l’image de Dieu nous avons été créés, avant de trébucher.

24Pour revenir à l’unité sous-jacente de la nature humaine, notre conscience voudrait connecter des parties dissociées de nous-mêmes.

25Relier l’intelligence et les émotions, la culture et l’instinct, installer des connexions entre nos cinq sens, faire des ponts…

26C’est encore Christiane Singer qui nous rappelle que « Les enfants sont la dernière passerelle entre Dieu et les hommes. »

27Synesthésie, enfants, Dieu…

28Comme par hasard.

Auteur

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search