Version classiqueVersion mobile

Synesthésie et rencontre des arts

 | 
Jean-Louis Cupers

Deuxième partie. La synesthésie

Le témoignage du peintre

Jan Goris

Texte intégral

1Dieu, le Synesthète, créateur d’absolu.

2Des contrastes maintenus, en un sens inverse l’un de l’autre, parfois jusqu’au plus extrême de leur tension antagoniste : couleur et musique, guerre et paix, hiver-été, jour et nuit, incarnation et ascension…

3Selon Héraclite, ces contrastes, ce combat, c’est la signification du mot Dieu.

4Des forces qui s’opposent pour fonder une nouvelle harmonie.

5D’ailleurs, ne sommes-nous pas à la fois trop vieux et trop jeunes pour vivre et pour mourir ?

6C’est cet affrontement que la vie nous propose.

7C’est l’équilibre parfait surgi de cet affrontement qui définit la constance.

8La constance, ou la conscience de l’opposition universelle que nous nous devons de conquérir, d’apprivoiser, de reconnaître toujours.

9« Le savez-vous », dit Hélène Grimaud, la belle pianiste française, « les paysages sont essentiellement musicaux. La montagne, que je regardais enfant dans l’espoir d’y rencontrer Dieu, c’est Jean-Sébastien Bach. »

10Ainsi, les vitraux de Sainte-Alix sont devenus musique ou mots d’amour et de rencontre avec ma femme.

11Messages d’incarnation, de Résurrection, d’Assomption.

12Les sens réveillent l’essence, révèlent le sens.

13La musique, la danse, la peinture, la sculpture, toute forme d’art repose sur cette harmonie entre le ciel et la terre, sur la coïncidence entre le trouble et le clair.

14Coïncidence.

15Hasard que nous soyons réunis aujourd’hui ? Dieu nous mène les uns vers les autres. N’est-ce pas à nous de continuer ce qu’il initie ?

16Jean-Louis Cupers vit par hasard dans la même paroisse et par hasard (le hasard, n’est-ce pas le nom que Dieu a choisi pour passer inaperçu ?) je retrouve après tout ce temps avec bonheur Jean Heiderscheidt !

17Imaginons (c’est peine perdue !) essayons donc d’imaginer ne serait-ce que le potentiel incroyable, – synesthésique – dirais-je, d’une rencontre comme celle-ci et la liberté que Dieu nous laisse de faire naître et créer la suite !

18Son et couleur, goût et vue, hiver-été, rencontres incroyables : tout devient possible si nous osons faire un pas, créer, dès que nous nous ouvrons à l’essentiel, au hasard, à l’amour, à l’autre, aux contraires, à l’absolu.

19Selon l’Église d’Orient, l’être humain se situe entre le spirituel de l’ange et le matériel de la nature : il renferme les deux dans sa constitution. Mais ce qui différencie l’homme de l’ange, c’est qu’il est, comme Job, à l’image de l’Incarnation.

20De même que pour un synesthète les couleurs amènent les sons, ainsi la part spirituelle de l’homme se fait chair et amène sur terre ses énergies vivifiantes.

21L’homme ne reflète pas : il devient lumière, c’est-à-dire puissance créatrice et c’est pourquoi, d’après saint Grégoire, les anges le servent et le protègent. L’Ange emmène avec lui l’artiste dans son souffle, au loin.

22Le corps de l’artiste est alors musique, cigogne ou vitrail, qui résonne en lui.

23Il est fort comme la mort, comme la vie ; d’une sérénité mystique.

24Au moment suprême de la création, il s’élève ravi ; la terre, les couleurs, les sons, les odeurs, tout fuit ou tout suit…

25Créature créateur, il est pendant un temps synesthète absolu, ange qui quitte son incarnation.

26Ascension.

Auteur

Peintre, maître-verrier

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search