Version classiqueVersion mobile

Synesthésie et rencontre des arts

 | 
Jean-Louis Cupers

Première partie. Hommages

Hommage de l’Université catholique de Louvain

Sonja Vanderlinden

Texte intégral

1Les quelques lignes qui suivent ne prétendent pas brosser un portrait complet ni objectif de la personnalité de Jean Heiderscheidt. Ce sera nécessairement un profil de biais, ses tâches le requérant principalement aux Facultés universitaires Saint-Louis. Il révélera quelques facettes d’un collègue apprécié et trop peu connu.

2Au départ – ce devait être dans les années 1970 – je n’imaginais pas qu’un professeur nommé « Heiderscheidt » pût enseigner l’anglais, bien qu’en Belgique, on le sait, les combinaisons les plus surprenantes soient possibles (un Bourgeois flamand, une Onkelinx wallonne, un Di Rupo belge…). En fait, la consonance germanique de son patronyme rappelle qu’il est originaire de la partie orientale de notre pays. Le charmant village de Heiderscheid, près de Wiltz, au Grand-Duché de Luxembourg, m’en est du coup devenu sympathique.

3Pour être précise, Jean Heiderscheidt est né à Beho, village autrefois germanophone, situé près de Gouvy, non loin de la frontière grand-ducale. Il y vit le jour le 12 juin 1941. Je ne connais pas Beho, mais je suis sûre que la nature y est belle et que cette région boisée regorge d’oiseaux appartenant aux espèces les plus variées. Ou alors c’est dans le Brabant wallon, à Chaumont-Gistoux, où il s’est installé avec sa famille, que Jean a développé son amour et sa connaissance des oiseaux. Nul doute qu’en Normandie, où il passe volontiers ses vacances, il n’observe également la gent ailée et écoute ses chants.

4On m’eût dit que Jean était moine ou père missionnaire que je l’aurais cru. Sa belle barbe blanche, sa tonsure, sa bonhomie donnent l’impression d’un homme fondamentalement bon et doux qui n’a de cesse qu’il ne répande son idéal d’harmonie et de paix. Sa seule présence apaise les conflits et suscite la grandeur d’âme et la générosité. Que de fois, en délibération, n’est-il intervenu en faveur de l’étudiant, évoquant ses qualités plutôt que ses défauts, ses efforts plutôt que ses échecs. Jean Heiderscheidt connaissait ses ouailles, qui se confiaient volontiers à cet homme calme et attentif à autrui. Mais non, Jean n’était pas moine, il s’était choisi une sympathique et dynamique épouse, Claudine avec qui il a fondé un foyer dont sont issues deux filles et des petits-enfants, dont il est très fier et qui jouissent de tout l’amour de leur papy.

5Jean Heiderscheidt n’a rien de l’académique figé style « vieille France », ce qui se marque d’ailleurs dans son allure vestimentaire. Sa simplicité, sa chaleur humaine, sa qualité d’écoute tranchent sur le cliché de l’académique auréolé de savoir, volontiers sûr de lui, prétentieux et distant. Sa modestie innée le garde loin de tous ces travers.

6Ses travaux et ses cours étaient avant tout ceux d’un linguiste attaché à l’art d’enseigner. Mais j’ai toujours trouvé chez lui, une ouverture exceptionnelle aux productions et aux œuvres de la culture artistique et littéraire. Ce volume d’hommage en est d’ailleurs le témoignage indirect. Je dirais bien que le « Séminaire de méthodologie de l’enseignement de l’anglais : partie culturelle », dont il a longtemps été titulaire à l’Université catholique de Louvain et dont nous discutions à l’occasion, fut un de ses cours préférés.

7A vrai dire, j’ai surtout rencontré Jean – cela n’en dit-il pas long sur sa personnalité ? – dans des activités bénévoles. Idéaliste et dévoué à la bonne cause, il assurait bon nombre de tâches dont certains se déchargent volontiers sur leurs assistants, telles (par exemple) les séances d’information dans les écoles secondaires. Même lorsqu’il était devenu doyen aux Facultés universitaires Saint-Louis, nous nous retrouvions chaque année tels soirs de février, au collège Saint-Michel à Bruxelles, pour expliquer tous les deux, en parfaite entente, le curriculum de l’étudiant en langues et littératures germaniques. Et puis il y avait « GL », l’association des anciens étudiants et professeurs en langues germaniques de l’UCL, fondée en 1970 par feu Monsieur le Professeur Henrard, et dont je fus longtemps la secrétaire attitrée. Jean doit avoir rejoint son comité directeur vers le milieu des années 1970.

8De l’amicale qu’elle était, l’association se vit, sous son impulsion, muée en organisation de séances de recyclage pédagogique. Jean était présent à toutes les réunions de comité du vendredi soir et y apportait idées et sources de financement, par le biais du Centre de formation continuée en langues germaniques, qu’il a présidé au sein de l’ICAFOC pendant près de vingt-cinq ans. Des années durant, grâce à la collaboration active de divers présidents et secrétaires successifs, l’association fut une des instances principales à organiser des recyclages de qualité dans le domaine de l’enseignement des langues germaniques. Ils attiraient un vaste public et les autorités de l’enseignement secondaire catholique les reconnaissaient volontiers. Tout cela, bien entendu, dans le chef de l’intéressé, bénévolement.

9Dévoué, Jean Heiderscheidt l’a été durant toute sa carrière, tant aux FUSL qu’à l’UCL, où il n’était cependant chargé officiellement que d’une petite fraction de son temps plein. Si aux Facultés universitaires Saint-Louis il occupa des fonctions importantes comme la direction du groupe de philologie germanique (comme on disait à l’époque) et ensuite celle de toute la faculté de philosophie et lettres, à Louvain-la-Neuve sa réputation se fondait non seulement sur ses cours de didactique de la langue anglaise, mais aussi sur le nombre impressionnant de mémoires qu’il dirigea. Beaucoup d’étudiants arrivés de Saint-Louis, en effet, mais aussi bien d’autres, attirés à la fois par la discipline qu’il enseignait et par son enthousiasme tranquille, choisissaient chaque année de se laisser guider par ce professeur gentil et dévoué qui les accueillait à bras ouverts.

10Un relevé rapide n’en dénombrerait pas moins de 170, et ils portent principalement sur les multiples aspects de l’enseignement de l’anglais, en particulier dans le cadre des études secondaires : compréhension à l’audition, prononciation et accentuation ; compétences communicatives ; vocabulaire ; orthographe ; grammaire cognitive ; tests d’évaluation ; structures et morphologie ; analyse de manuels ; outils audiovisuels et informatiques, etc. Mais à côté de ces sujets qui relevaient plutôt du domaine du linguiste étaient également proposés et choisis des sujets tels que techniques de lecture, place de la littérature et de la culture dans la classe de langue, utilisation des techniques dramatiques, analyse contrastive de la poésie et des arts plastiques.

11En effet, dans son cours et séminaire de didactique, Jean affectionnait d’utiliser des œuvres ressortissant aux arts visuels. Il aimait mettre en parallèle avec celles-ci des poèmes du recueil de William Carlos Williams (Pictures from Breughel and Other Poems), qu’il s’agît de la Chute d’Icare ou du Retour des Cha ss eurs, où le poète propose ses « interprétations » des œuvres plastiques :

The over-all picture is winter
icy mountains
in the background the return

from the hunt it is toward evening
from the left
sturdy hunters lead in

their pack the inn-sign
hanging from a
broken hinge is a stag a crucifix

between his antlers the cold
inn yard is
deserted but for a huge bonfire

that flares wind-driven tended by
women who cluster
about it to the right beyond

the hill is a pattern of skaters
Breughel the painter
concerned with it all has chosen

a winter-struck bush for his
foreground to
complete the picture

  • 1 Leuven/Louvain, Davidsfonds/Literair, 1999, p. 48-59.

12Là où le professeur de langues désireux jadis d’exploiter cette source d’inspiration devait nécessairement avoir recours aux diverses diathèques existantes (un progrès déjà par rapport au passé), il y a désormais pour lui la possibilité de disposer de diaporamas de gros plans de photos digitalisées permettant de faire une telle présentation de façon beaucoup plus simple… Et Jean de renvoyer à la sélection faite par Jos et Maurits Smeyers dans Mi ss chien het tedere begrijpen : Dichter hij kunst1.

  • 2 Du point de vue du présent volume, on peut d’ailleurs en ouvrir le champ. Voir par exemple D. Cran (...)

13L’on peut citer également les mémoires faits sous sa direction et qui ont traité de sujets de nature culturelle, artistique ou littéraire2.

  • Nathalie Caron (1985) : Culture in the Foreign Language Curriculum
  • Marie-Dominique Mariscal (1986) : The Study of Literature and Foreign Language Learning Objectives
  • Rudi Germain (1987) : Pœtry and Visual Art in English Language Teaching I
  • Anne Pittomvils (1987) : Pœtry and Visual Art in English Language Teaching II
  • Anne-Françoise Berger (1996) : Culture in Foreign Language Teaching : Scotland
  • Sophie Maréchal (1996) : Culture in Foreign Language Teaching : Looking Ahead
  • Inès Dufour (2000) : Literary Culture and Personal Growth : Canterbury and Chaucer’s Canterbury Tales
  • Gwenaël Clément et Fanny Van Parijs (2000) : Culture in the Language Cla ss room : Discovering Ireland
  • Nancy Rulens (2000) : Using Literature and Other Arts in the Language Cla ss room
  • Stéphane Willot (2002) : Motivation through Culture : Australia

14Ses proches se souviendront de l’allégresse avec laquelle Jean évoquait, avec précision, ses amis les oiseaux dans le Jardin des délices de Jérôme Bosch : martin-pêcheur, colvert, chardonneret, rouge-gorge, huppe fasciée, chouette, mésange charbonnière… Aussi le vers de Gerard Manley Hopkins :

As kingfishers catch lire, dragonflies draw flame

15le fascinait pour la pertinence de la description du vol et du plongeon du martin-pêcheur, de l’iridescence des ailes de la libellule en vol. Il en goûtait les sonorités évocatrices.

16S’il me fallait résumer en quelques mots la personnalité de Jean Heiderscheidt telle que je l’ai perçue à Louvain-la-Neuve, je dirais : qualités de cœur, amabilité, sensibilité, patience et, on ne saurait trop le répéter, grand dévouement.

17Pour tout cela, cher Jean, un cordial merci de la part de tous tes anciens étudiants de Louvain. En mon nom personnel, merci pour ta grande collégialité et pour ton amitié : j’espère te revoir de temps à autre pour un sympathique tête-à-tête à la Fleur de sel, où tu me parleras de tes nouvelles activités et de tes nouveaux projets.

Notes

1 Leuven/Louvain, Davidsfonds/Literair, 1999, p. 48-59.

2 Du point de vue du présent volume, on peut d’ailleurs en ouvrir le champ. Voir par exemple D. Cranmer et C. Laroy, Musical Openings : Using Music in the Language Classroom, Longman, Harlow, 1992, et M. Macintyre et E. Chan, Teaching the Arts to Engage English Language Learners, Routledge, Abingdon. 2010. Voire, alliant les deux, joignant le visuel à l’auditif, C. Hoehn, Temps de saison, t. 1 et 2, Didier/Hatier, Paris/Bruxelles, 1995, méthode de français langue étrangère inspirée de la suggestopédie.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search