Version classiqueVersion mobile

Synesthésie et rencontre des arts

 | 
Jean-Louis Cupers

Première partie. Hommages

Hommage des Facultés universitaires Saint-Louis

Jean-Pierre Nandrin

Texte intégral

1C’est avec émotion que je rends hommage, aujourd’hui, à un grand serviteur de notre institution, qui a marqué la section des germaniques, la faculté de philosophie et lettres, l’ensemble des Facultés universitaires Saint-Louis. Et ce n’est pas le doyen qui exécute une tâche protocolaire, mais bien l’ami qui s’exprime, celui qui au fil des années a pu apprécier ses qualités, son dévouement, son attention à l’autre.

2Jean Heiderscheidt est né le 12 juin 1941. Pas n’importe où : dans l’Ardenne profonde, aux confins des pays germanophones. Rien que cette insertion originaire éclaire déjà un tempérament et un caractère.

3Professeur dans l’enseignement secondaire de septembre 1965 à janvier 1967, il quitte la Belgique pour l’université Lovanium de Kinshasa, où il est chargé de cours d’octobre 1967 à octobre 1971, date à laquelle il devient l’assistant du professeur Jacques Van Rœy, à l’Université catholique de Louvain, jusqu’en 1974. Il entre aux Facultés universitaires Saint-Louis en 1974 en qualité de maître de conférences. En 1977, il devient chargé de cours, professeur en 1994 et professeur ordinaire en 2000.

4A côté de sa charge complète aux FUSL, Jean Heiderscheidt a aussi été professeur à l’UCL. Là, c’est la didactique qui l’accapare entièrement et avec passion, l’occupant bien plus que ce que le cahier des charges lui assigne comme nombre d’heures d’enseignement.

5Jean Heiderscheidt, c’est d’abord une figure bien typée. Enrobé de sa barbe blanche, il promène dans les couloirs des Facultés, avec sa longue cravate ou son pull à col roulé, un regard toujours attentif, prodiguant sourire, bonjour et conseil aux personnes qu’il croise. Le plus souvent, on le voit de son pas de sénateur (de prélat, disent certains, peut-être avec un brin de nostalgie), un appareil audiovisuel à la main, un rétroprojecteur, un enregistreur, un ordinateur, des cassettes, que sais-je encore. Il gère, à gauche et à droite, l’audiovisuel aux Facultés. Monsieur Jean, comme l’appellent avec beaucoup d’affection certaines personnes, Monsieur Jean est une institution, mais jamais on n’a vu ses chevilles enflées ni sa tête grossir démesurément.

6C’est aussi une mémoire. Il a connu les profondes transformations des Facultés, de l’époque où les choses s’arrangeaient entre soi et où les Facultés étaient perçues avant tout comme un excellent centre d’enseignement de premier cycle, à celle d’une véritable université qu’a consacrée la réforme de Bologne. Témoin le développement des troisièmes cycles ou la récente habilitation pour organiser une maîtrise en études européennes.

7Jean a déployé une extraordinaire activité pour faire connaître les études « germaniques » des Facultés. Comme il serait heureux aujourd’hui de voir que son projet a finalement passé qui prévoyait que nos étudiants pussent aussi étudier les langues romanes ou le japonais ou le russe, dans le cadre du nouveau mastère en « Communication multilingue ». Cette mutation profonde n’a cependant pas changé sa philosophie des rapports humains. Il a maintenu envers et contre tout la convivialité et donné la priorité à la relation personnelle, deux caractéristiques majeures du fonctionnement des Facultés.

8Jean, c’est d’abord la section des étudiants et professeurs en langues germaniques. Les germaniques, c’est un monde à part, un groupe qui a ses règles spécifiques de fonctionnement, ses rites, ses signes, ses codes. Pour s’en rendre compte, il suffit d’observer la délibération de leurs professeurs. Ils se regroupent au bout de la table, autour de leur maître ; ils ont leur jurisprudence, leur règle, explicite ou implicite, et le doyen n’est là que pour entériner cette sorte d’accord à l’africaine : on palabre puis, tout d’un coup, l’accord se noue, on ne sait pas très bien comment, mais il y accord, consensus, sous sa houlette. La cause est toujours bonne ; Jean intervient à chaque fois qu’il faut aider un étudiant, le faire progresser, ne pas le sanctionner bêtement, ne pas le « maxauder » comme il aime à dire.

9Jean Heiderscheidt, vrai pédagogue, a toujours eu le souci d’encadrer au mieux les étudiants, les suivant pas à pas, ne se privant pas de les rencontrer longuement lorsqu’ils butaient sur telle ou telle difficulté. Aussi a-t-il excellé dans l’accompagnement des mémoires à l’UCL. Combien de mémoires n’a-t-il pas dirigés, exercice éminemment difficile et exigeant, qui couronne le parcours universitaire des étudiants en lettres. Patiemment, il corrige les premières feuilles, récrit parfois certains passages, conseille, réoriente. Que de patience et de ténacité. Car n’oublions pas que, des très nombreux mémoires qu’il a dirigés, près de la moitié venaient de Saint-Louis. C’était là une belle conception de la continuité et de la collaboration entre les FUSL et l’UCL.

10Il convient aussi d’évoquer son engagement dans les recyclages d’enseignants en langues germaniques au cours desquels il a pu créer un extraordinaire réseau de relations et d’entraide dont tous les professeurs de langues lui sont redevables. Durant de nombreuses années, en particulier, il a organisé des séances de théâtre, invitant des troupes étrangères aux Facultés. Chaque année, quelque quinze cents élèves du secondaire sont venus aux Facultés. Représentations théâtrales et poétiques se sont ainsi succédé qui permirent à plusieurs reprises d’avoir aux FUSL des pièces en anglais connues comme The Importance of Being Ernest de Wilde, The Glass Menagerie de Tennessee Williams, Pygmalion de George Bernard Shaw ou encore Romeo and Juliet de Shakespeare voire des évocations du Londres de Charles Dickens ou encore l’adaptation théâtrale du Jane Eyre de Charlotte Brontë. La plupart de ces pièces ont été présentées par la troupe de Robert Southam (Professional Theatre from Oxford) de 1983 à 2002. Depuis 2002, nos spectacles ont été réalisés par la compagnie TIE (Theatre in English and Education) dirigée par Mike Cockburn, puis par Lynne Vaughan.

11Le projet de Jean était de proposer une animation théâtrale à Bruxelles pour les étudiants des classes terminales du secondaire ainsi que ceux du supérieur. Outre les familiariser avec les œuvres littéraires, Jean souhaitait que les élèves se rendissent compte que, grâce à une préparation ciblée, ils étaient capables, avec leurs connaissances linguistiques de fin de secondaire, de suivre et de comprendre une pièce de théâtre en anglais. Jean était impressionné par la qualité du travail de préparation effectué par les professeurs du secondaire et séduit par la motivation profonde des élèves des classes qui participaient à ces programmes. Il pensait qu’on a trop souvent tendance à sous-estimer ce dont les élèves sont effectivement capables si l’on parvient à les motiver.

12Les étudiants en langues et littératures germaniques des FUSL offrirent même au public bruxellois, en mars et en octobre 1993, à l’initiative de Jean-Louis Cupers, une interprétation en anglais de Verdict., une pièce policière originale d’Agatha Christie, mise en scène par Christian de Lombard. Ce fut un travail de longue haleine, mais une expérience unique et inoubliable pour les étudiants qui se sont lancés dans cette aventure.

13Jean fut enfin, durant deux mandats, doyen de la faculté de philosophie et lettres. Il a dû mener toute l’opération d’évaluation des professeurs de romanes et de germaniques. Ce ne fut pas une mince affaire. Enorme travail, harassant, pénible, peu gratifiant quand on sait que tous les rapports finals se perdent dans je ne sais quel tiroir, offrant ainsi aux historiens des archives d’une pratique jamais appliquée. C’est lui aussi, on le sait moins, qui, au sein du collège des doyens des facultés de philosophie et lettres, s’est employé à diriger l’opération « passerelles » pour les domaines d’études relevant des lettres. Aujourd’hui encore, c’est sur son travail que l’on s’est fondé pour proposer la nouvelle grille des passerelles qui devrait déboucher sur un décret de la communauté française. Comme secrétaire académique, j’ai pu apprécier l’énorme travail accompli. J’ai aussi pu vivre de très près les tensions qu’il dut assumer entre certaines décisions prises au conseil d’administration, auquel il participait comme administrateur, et ses convictions de doyen qui n’étaient pas nécessairement celles du conseil d’administration. Avant de trancher, Jean écoutait, consultait et vivait difficilement certaines décisions, toujours dans la crainte de voir la faculté être traversée par des conflits de personnes. Il sut maintenir une démarche d’unité. La faculté des lettres lui doit beaucoup ; elle n’a pas vécu les psychodrames que connaissent certaines facultés.

14N’oublions jamais que Jean Heiderscheidt est un Ardennais, origine dont il a hérité la patience, la ténacité, la rigueur, la parole non dispendieuse de futilités, une fidélité dans ses engagements, mais surtout un humanisme profond et un respect sans faille à l’égard de l’autre.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search