Version classiqueVersion mobile

Synesthésie et rencontre des arts

 | 
Jean-Louis Cupers

Introduction

Jean-Louis Cupers

Texte intégral

Comme soleil levant sur les montagnes du Seigneur…
L’Ecclésiastique

La statue de Memnon, prétendaient les Egyptiens, saluait de son chant les premiers rayons du soleil : c’est sans doute au crépitement des petits éclats qui s’en détachaient à cette heure qu’il faut rapporter la légende. Le pied des falaises, au Sahara, est noyé dans un socle de débris.
Georges Treffel, Géographie physique

Je veux pouvoir aller m’asseoir à n’importe quelle heure de ma vie, dans une certaine ombre, en face du vitrail magique entre tous. Le plus fluorescent et engloutissant. Le plus abîme. Un chant nocturne de pierres précieuses. L’âme transpercée par les flèches, les couleurs du soleil nocturne.
Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté

  • 1 P. Claudel, « Pagodes » in Connaissance de l’Est, Pichon, Paris, 1928 (Œuvre poétique, Gallimard, P (...)
  • 2 Id., « Le porc » (Œuvre poétique, p. 58).

1Le monde des arts ne laisse pas de nous surprendre. Quand, dans Connaissance de l’Est1, Paul Claudel écrit que tel temple d’Orient, pagode ou torii, « exauce le vœu latent du site », l’on sent d’emblée combien la rencontre des arts et du monde est avant tout lien vital, miracle de l’« interconnexion » des choses selon le mot du poète américain Conrad Aiken. Et d’emblée le village alsacien vient se blottir sur le flanc de la colline, comme dans le beau texte claudélien, où le porc « renifle, sirote, déguste2 ». Et l’on ne sait s’il boit ou s’il mange.

2Je cite Connaissance de l’Est :

Il faut d’abord parler de la Pagode proprement dite.
Elle se compose de trois cours et de trois temples […]. Le lieu religieux ici n’enferme pas, comme en Europe, unique et clos, le mystère d’une foi et d’un dogme circonscrits. Sa fonction n’est pas de défendre contre les apparences extérieures l’absolu : il établit un certain milieu, et, suspendu en quelque sorte au ciel, l’édifice mêle toute la nature à l’offrande qu’il constitue.

  • 3 Voir J.-L. Cupers, Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique, Bruxelles, Publicatio (...)
  • 4 Voir P. Hadermann, « Musique et espace chez Kandinsky : A propos du Spirituel dans l’Art » in H. Va (...)
  • 5 Voir C. Sachs, The Commonwealth of Art : Style in the Fine Arts, Music and the Dance, New York, Nor (...)

3Mais le plus étonnant sans doute est la perméabilité même des réseaux de l’art3. Vassili Kandinsky « ressentait les impressions visuelles, gustatives, olfactives et tactiles comme des vibrations sonores4 ». Vincent Van Gogh identifie musique et peinture au point qu’il demande à un vieil organiste de lui enseigner le piano pour mieux étayer ce parallélisme qui le subjugue5. Combien d’artistes n’ont pas hésité longuement dans leur choix devant le monde infiniment diversifié des vocations artistiques ?

  • 6 Voir ci-après, dans ce volume même, le texte de Paul Hadermann.
  • 7 Alain, Eléments de philosophie, Gallimard, Paris, 1941. p. 23.

4Et comment ne pas s’émerveiller devant cette identité profonde de tout un chacun, s’éveillant à la vie chaque matin, le monde confondu de nos sensations nous rappelant à nous-même notre existence ? Ce corps que je vois et qui est le mien, je l’entends, je le touche, je le perçois comme « un », malgré sa diversité. Tel est bien le sens premier de la synesthésie selon Aristote6. Platon ne cherchait-il pas déjà quel est le sens par lequel nous nous rendions compte de l’unité fondamentale de nos sensations ? Dans son Thééthète, il se demande « par quel sens je connais l’union des perceptions des différents sens en un seul objet7 ».

  • 8 Sur le souvenir autobiographique, voir en particulier les travaux de Martin Conway.
  • 9 Voir Du côté de chez Swann dans A la Recherche du temps perdu (texte revu et établi sur les manuscr (...)
  • 10 Voir les Mémoires d’outre-tombe (nouvelle édition établie d’après l’édition originale et les deux d (...)
  • 11 Voir la Chronique des Pasquier, vol. 1, Mercure de France, Paris, 1933, p. 26 (Le Notaire du Havre,(...)
  • 12 É. Brontë, Les Hauts de hurlevent (Wuthering Heights), trad. Fr. Delebecque, Payot, Paris, 1984, p. (...)
  • 13 J. Linnankoski. Le Chant de la fleur rouge (‘Laulu tulipunaisesta kukasta‘), trad. R. Torfs, Rieder (...)

5Rien de plus éclairant à cet égard que de songer ici aux exemples que nous ont légués l’art romanesque d’une reconquête, en quelque sorte autobiographique8, d’une identité perdue. De Proust (le goût9) à Chateaubriand (l’ouïe10), de Georges Duhamel (l’odorat11) à Emily Brontë (le toucher12) et Linnankoski ou Romain Rolland (la vue13), à chaque fois c’est un autre sens qui sert de base à l’édifice immense du souvenir, central pour cette reconquête. C’est par le truchement d’un lien sensoriel que s’en déclenchent les lacunes et les ombres selon le rôle constitutif mais discontinu de la mémoire.

  • 14 Cf. A. Léonard, Les Raisons de croire, Fayard, Paris, 1987, p. 169.

6C’est d’ailleurs, sans doute, – pour anticiper sur ce qui va suivre, – à l’existence d’un monde indivis où littérature et musique cœxistent, n’étant en vérité qu’une seule et même chose où l’évolution finira par distinguer plusieurs éléments discrets, recouvrement quasi miraculeux, instantané et fugitif, d’un donné préconscient et originaire, où se produisent bientôt fixation et prédominance (ce qui donne lieu à la possibilité de la confusion), que nous devrons cette apparition du phénomène de la mémoire globale (r)éveillée à tel ou tel spectacle, paysage auditif, visuel voire olfactif… La synesthésie, « phénomène originaire mais non constitutif » comme le rappela Laurent Van Eynde, doyen de la Faculté, lors du colloque, loin de n’être qu’une aberration médicale, a de toute évidence un caractère normal, naturel, physiologique. Or on le sait le « simple » fonctionnement des organes de l’oreille et de l’œil tient déjà du miracle. Comme le dit Maine de Biran : « Si nous savions ce qui se produit quand nous remuons le bout du doigt, nous saurions tout14. »

7Ou en termes teilhardiens :

  • 15 P. Teilhard de Chardin, Hymne de l’Univers, Seuil, Paris, 1961 (pensées choisies par F. Tardivel), (...)

Par la sensation, nous nous imaginons voir l’Extérieur venir humblement à nous, pour nous constituer et nous servir. Or ceci n’est que la surface du mystère de la Connaissance. Quand le Monde se manifeste à nous, c’est lui, en réalité, qui nous prend en lui, et nous fait écouler en Quelque Chose de lui, qui est partout en lui, et qui est plus parfait que lui15.

  • 16 J.-L. Cupers, « Correspondance entre l’impressionnisme musical et le symbolisme littéraire », in Re (...)
  • 17 É. Souriau, Vocabulaire d’esthétique, v° « Beau », PUF, Paris, 2e éd., 2004, p. 235.

8Dans la synesthésie, c’est en quelque façon, ainsi que le virent les symbolistes, la visée d’une totalité, la plénitude des sens confondus, qui sert de tremplin à l’élucidation du monde. Les symbolistes espéraient que les perceptions sensorielles confondues ne fissent plus qu’un seul langage, « révélateur de ce qu’entrevoit le poète16 ». Une des définitions du beau n’est-elle d’ailleurs pas « ce qui conduit à la synesthésie17 » ?

9Il importe donc de découvrir et de mieux cerner tout ce que ces questions fondamentales doivent à une approche en quelque sorte physiologique des arts.

  • 18 Lettre de J. Goossens à J.-L. Cupers, 9 mai 2011.

10Chemin faisant, le lecteur éprouvera peut-être à son tour le paradoxe salutaire d’un couplage captivant. Ou comment « ouvrir en même temps les yeux (aux couleurs) et les oreilles (à la musique)18 » !

11Puisse cette confrontation mutuelle du monde à la fois si différent et si proche des différents arts contribuer à notre compréhension en profondeur du domaine de l’art même, si essentielle à notre approche de la vie et du monde.

A la rencontre de la ville, à la rencontre des arts

  • 19 Cf. M. Beaufils, Musique du son, musique du verbe. PUF, Paris, 1954, p. V.

12Il y a trente ans, en octobre 1981, les Facultés Saint-Louis organisaient, à l’initiative des professeurs Raphaël Célis et Daniel Coppieters de Gibson, leur premier colloque Littérature et musique. Aujourd’hui, au lendemain de leur cent cinquantième anniversaire, elles commémorent ces « prolégomènes trop succincts à une fabuleuse épopée19 ».

  • 20 Voir P. Capelle (et al.), Les églises à Bruxelles, Service de presse de l’archevêché, Malines, 1995 (...)
  • 21 H. Declève, « D’un ton propice à l’éthique » in H. Ackermans (sous la direction de) : Variations su (...)

13Le nom de Paul Claudel, prononcé ici à Bruxelles, nous met d’emblée dans l’atmosphère propice20 le ton adéquat dont parlait Henri Declève21 dans le volume d’hommage au recteur Jacques Dabin. Car comment ne pas évoquer ici les églises de notre capitale ? Paul Claudel, Guillaume Vogels ou Edgar-Pierre Jacobs au Sablon, Ruysbroeck l’Admirable, Roger de la Pasture ou Jean-Baptiste de Champaigne à la cathédrale, Pierre Breughel l’Ancien à Notre-Dame de la Chapelle, Hugo Van der Goes au Rouge-Cloître, Hippolyte Boulenger à la chapelle Saint-Hubert à Tervueren, tant de noms nous somment de convoquer tous les arts devant notre regard.

14Dans son dernier ouvrage, resté inachevé, L’art total, Etienne Souriau, pionnier de la recherche interartielle, écrivait :

  • 22 É. Souriau, « L’œuvre totale » in A. Souriau (sous la direction de) : L’art instaurateur, numéro sp (...)

Omniprésence de l’architecture : elle m’entoure de toutes parts, elle m’étouffe. Autour de moi, rien n’est que pierres accumulées, érigées, montant titanesquement à l’assaut d’un ciel de moins en moins visible22

  • 23 G. de Wallens, « Corot expliqué par Corot ou comment convertir au bien par la peinture » in Revue d (...)

15Tel Corot en apprenant le projet de décoration du Panthéon : « Et moi j’aurais voulu couvrir tous les murs d’une prison ; j’aurais montré à tous ces pauvres égarés la campagne de ma façon, et je crois que je les aurais convertis au bien, en leur apportant le pur ciel bleu23. »

16Il n’est donc pas jusqu’au pouvoir politique qui ne soit ici convoqué. Du puissant duc Jean 1er de Brabant, vainqueur de la bataille de Woeringen, le chroniqueur Louis van Velthem écrivait, comme nous le rappelle telle plaque de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule :

  • 24 En moyen-néerlandais : « Van hem zei kroniekschrijver L. Van Velthem dat hij
    Brussel eerde ende mind
    (...)

Il aimait et honorait Bruxelles
Plus que toute autre ville24.

17Et nous voilà bien au cœur du débat puisque notre maître-verrier ici à Sainte-Alix, Jan Goris, laisse à l’occasion son imagination picturale céder aux charmes littéraires de poèmes moyen-néerlandais ! Le monde interartiel fait irruption au sein du monde interartistique.

18Je vois encore, alignés sur le sol, aux frontières du figuratif et de l’abstrait, tous les petits blocs colorés de l’avant-projet de vitraux (dû au maître-verrier Pierre Majerus) pour l’église Sainte-Alix. N’eût-été un certain nombre de bonnes volontés, le projet eût été définitivement enterré, au grand dam de Monsieur l’Abbé Alain Smits, alors curé de la paroisse !

19« Une église à la recherche de ses vitraux » écrivis-je alors à la revue Il est vivant… Quel beau programme ! Il fut plus beau encore quand l’inauguration mêla le monde du vitrail, le monde de la couleur, à celui de la musique, à celui des sons. Et l’on voit déjà s’avancer ici, immense et magnifique, la procession des arts.

20En 2000, en effet, fut retenu par la fabrique d’église le projet de Jan Goris, ancien étudiant en langues et littérature germaniques à Namur et Louvain-la-Neuve, et qui eut comme professeur Monsieur Jean Heiderscheidt à l’UCL, pour l’agrégation. Peintre et maître verrier, Jan Goris vit actuellement, avec son épouse sculpteur Corinne d’Anastasi, au Pérou, non loin du site inca de Machu Picchu. Cet hiver, Jan Goris a exposé dans la rotonde du Manoir d’Anjou, non loin de l’église Sainte-Alix. Depuis quelques années déjà, un superbe rouge-gorge y occupait le centre d’une toile dédiée au Bon Pasteur et ornant, non loin de l’église Sainte-Alix, la rotonde de l’ancien château des comtes de Paris. L’exposition, un ensemble de peintures à l’huile consacrées au thème des paraboles, a orné le chœur de la cathédrale de Bruxelles, du 15 avril au 30 mai 2011, à l’occasion de la fête de Pâques.

21Jan Goris a également réalisé, en 2010, un chemin de croix consistant en quatorze toiles rassemblées en un seul espace, entre des vitraux déjà existants, pour la chapelle des sœurs de l’Assomption, dans le XVIe arrondissement de Paris. Du même artiste existe d’ailleurs un autre projet, en cours de réalisation, des vitraux pour l’église Notre Dame de l’Annonciation à Bruxelles.

22Lorsque les vitraux de Sainte-Alix furent inaugurés, le pianiste Thierry Bogaerts improvisa au synthétiseur devant les dix groupes de trois vitraux, commentés par le maître-verrier lui-même.

  • 25 Voir ci-après, dans ce volume, les textes de Paul-Baudouin Michel et de Daniel Paquette.

23On peut qualifier de comparaison « interartistique » l’étude des différents arts et de leur présence au sein d’ensembles, disons telle architecture religieuse ou profane ; le comparatisme « interartiel » désignerait plus exactement ces relations où les arts se mettent à l’écoute mutuelle les uns des autres, comme lorsque Messiaen envisage de composer selon des schémas picturaux… ou se met à l’écoute des oiseaux25.

24Le cadre général de notre propos est donc bien la relation entre architecture naturelle et artificielle, selon le mot de Claudel sur l’exaucement de celle-là par celle-ci. L’envahissement du site éblouissant de l’église de Wies en Bavière par les éléments végétaux et les décorations d’oiseaux, par quoi l’intérieur et l’extérieur de l’église de pèlerinage contrastent aussi, l’établissement de la « natural house » de Wright sur les chutes d’eau en Pennsylvanie, ne sont pas l’œuvre du hasard. Aussi bien Zimmermann, le grand architecte bavarois, bourgmestre de Landsberg, tombe-t-il amoureux de son église et vient-il vivre à son ombre.

25Dans d’autres édifices, déjà (ainsi à l’église de pèlerinage de Steinhausen), Zimmermann avait multiplié les décors végétaux et floraux, comme aussi les insectes et les oiseaux, l’ensemble dénotant un sentiment exquis de familiarité avec la nature.

  • 26 V. Denis, L’art d’Occident du XVIe siècle à nos jours, Meddens, Bruxelles, 1966, p. 128.

26Du seul point de vue historique et biographique, d’ailleurs, on pourrait déjà faire remarquer que Zimmermann naît en 1685. N’est-ce pas aussi l’année de la naissance de Jean-Sébastien Bach, de Georges Frédéric Haendel, de Domenico Scarlatti ? L’année 1770 voit la naissance de Hegel et de Hölderlin mais aussi celle de Wordsworth et de Beethoven ! Plus géographiquement, on doit remarquer que le monde naturel et le monde de l’art se « compénètrent » tout autant que la matière des arts et les arts eux-mêmes. Les barrières se franchissent toutes, tôt ou tard, et le monde naturel tout autant que celui de l’art a horreur du vide. Les frères Zimmermann n’étaient-ils pas habiles dans l’application de la scagliola, « mélange de plâtre polychrome, avec lequel on imitait à bon compte le marbre italien26 »… ?

  • 27 Voir par exemple M. Wackernagel, Renaissance et baroque, vol. II (Histoire de l’art, t. 14), Payot, (...)

27Avec l’élégante sobriété des lignes extérieures du chef-d’œuvre de Wies contraste ainsi l’éblouissante décoration intérieure, rappel du monde extérieur – champs et montagnes – des Alpes bavaroises tandis que l’immensité de cet univers extérieur lui-même – faune et flore – reprend à son tour et étend à l’horizon le merveilleux équilibre de l’ensemble27. Cette rencontre de la ville et des arts est donc bien, avant tout, la rencontre du site et du monde, la rencontre du site du monde même.

  • 28 L’église Sainte-Alix fait partie de l’entité dite Stockel-au-Bois, qui, à l’est de la ville, longe (...)
  • 29 La villa sur la cascade de Bear Run en Pennsylvanie est l’exemple même de l’architecture dite « org (...)
  • 30 Faut-il insister sur le fait que d’autres arts encore viendraient se conformer au vœu d’accord entr (...)

28Ce lien est particulièrement évident dans le cadre qui nous occupe. Saints-Michel-et-Gudule au Treurenberg, les assises puissantes de la basilique du Sacré-Cœur à l’ouest de la ville (Koekelberg) en direction de la mer, l’église Sainte-Alix à la lisière de la forêt de Soignes en bordure de l’ultime champ de la ville, objet de toutes les convoitises28. Et comment ne pas évoquer ici, ouvrant tous les horizons, tant de magnifiques édifices, la cathédrale Saint-Michel de Coventry joignant les ruines de l’ancien au nouveau, l’église abbatiale de Murbach dans l’étroite vallée de la forêt alsacienne ou la chapelle de Ronchamps, Notre-Dame-du-Haut, du Corbusier sur les derniers contreforts des Vosges… ? Des élégants contrastes entre les extérieurs sobres des églises de Zimmermann, dans les riantes prairies bavaroises aux pieds des Alpes, à leur exubérante décoration intérieure ou aux charmes des « maisons naturelles » de Frank Lloyd Wright, la villa construite sur la chute d’eau dans l’État de Pennsylvanie29, que de merveilles réalisent le vœu de Claudel30 !

  • 31 Cf. F. Demeuse et J. Galand, Forêt de Soignes, Renaissance du Livre, Bruxelles, 2010.

29Au cœur de la forêt de Soignes, la source du Sylvain et son monument de grès, érigé en 1936 à l’initiative de la Ligue des amis de la forêt de Soignes31, l’année où fut inaugurée l’église Sainte-Alix, ne nous rappellent-ils pas le souvenir de René Stevens, peintre et poète, qui venait méditer dans les beaux vallons de la hêtraie ?

  • 32 J.-L. Olivier, « Dans la forêt » (Terres végétales). Les poèmes cités dans l’introduction font part (...)

Note 3232

30Aussi bien l’existence des talents artistiques doubles, plus fréquents qu’on ne l’imagine bien souvent (au musicien Christian Sinding correspond le frère Otto, peintre et le frère Stéphane, sculpteur !), à l’intérieur d’une seule et même personnalité (saint Alphonse de Liguori est peintre, poète et musicien…), souligne-t-il opportunément ici que le problème de la comparaison des arts est posé par les artistes eux-mêmes.

  • 33 Pour d’autres exemples, voir J.-L. Cupers, Euterpe et Harpocrate, Publications des Facultés univers (...)

31Felix Mendelssohn, musicien, peintre et écrivain, constitue ici un exemple particulièrement représentatif. Mêlant adroitement le texte des mots au croquis et à la partition, ses lettres de voyage révèlent à l’envi son désir de rendre adéquatement toute la réalité sensorielle des sites rencontrés, les différents arts se suppléant tout à tour. Par le double usage du phénomène de l’écho et la quasi-métaphoricité de la ligne mélodique traçant le paysage marin, son ouverture de concert La Grotte de Fingal parvient à évoquer pour l’auditeur tant le déroulement dans le temps que l’extension dans l’espace d’un des plus remarquables paysages marins jamais conçus. Même un Wagner l’enviait ! Quoi d’étonnant dès lors que le compositeur regrette que son ouverture ne sente pas assez les cordages et l’odeur marine…33

***

  • 34 Voir mon article « From the Mendelssohnian Chord in Farcical History of Richard Greenow to the (Syn (...)

32Le lecteur me pardonnera le détour de souvenirs personnels. Une des contributions au colloque, celle de Paul-Baudouin Michel sur la synopsie chez Messiaen, suggère de ne pas en rester au stade théorique. Chacun devrait se demander pour lui-même ce en quoi il est personnellement susceptible d’une expérience synesthésique. Poussé par l’insistance à la Stravinsky de toujours garder les yeux grands ouverts sur le paysage ambiant à l’écoute de la musique (plutôt que par l’idée courante selon laquelle jamais on n’écoute mieux que les yeux fermés), le personnage huxleyen de l’ultime roman de l’auteur du Meilleur des mondes est obligé d’ouvrir les yeux. Aussi, dans une expérience qui lui est d’abord pénible, voit-il ce qu’il entend et entend-il ce qu’il voit34.

33Avais-je moi aussi quelque expérience « prégnante » à analyser en ce domaine ?

  • 35 Comme dans le film de D. Hennequin et N. Jarrossay, L’harmonie sauvage (France, 1994), dédié à Sami (...)
  • 36 Voir par exemple l’essai « Music and Pœtry » dans l’anthologie Texts and Pretexts (1932) de Huxley. (...)

34Sans doute beaucoup parmi nous aiment-ils à contempler un paysage naturel tandis qu’ils écoutent telle ou telle musique. Ainsi de l’adéquation des paysages alpins, qui l’ont vue naître, avec la Symphonie des Alpes de Richard Strauss35. C’est le cas pour un des premiers films tournés par la triple caméra du cinérama (association du relief sonore au relief visuel, 1952) : La grande rencontre raconte le voyage sur les mers du globe du navire-école norvégien le Christian Radich et « traduit » par des images de Norvège la musique du concerto pour piano de Grieg joué par un des cadets du bord… On le sait : l’élaboration d’un paysage naturel est un des moyens les plus courants par lesquels les écrivains songent à « rendre » la musique36.

  • 37 É. Souriau, op. cit. [voir note 17], vo « Couleur », p. 513.

35Mais prenons ici l’exemple donné par Souriau dans le Vocabulaire d’esthétique37 :

Psychologiquement, chez beaucoup d’individus, des associations d’idées soit spontanées soit acquises lient fortement les images sonores et chromatiques. Richard Wagner, qui était sujet à de telles associations, en discernait très lucidement l’origine. Il les avait acquises dans sa jeunesse, quand il commençait à étudier l’harmonie : il s’était servi alors d’encres de couleurs diverses pour noter les éléments de la tonalité (bleu pour la tonique, rouge pour la dominante, etc.).

36J’ai donc cherché à mon tour. Étais-je à mon insu le sujet d’un phénomène d’association du visuel au sonore ?

37En théorie, comme on le sait, certains morceaux de musique écrits en des tonalités réputées difficiles sont parfois récrits en enharmonie (disons : « mi bémol » plutôt que « ré dièse » par exemple), voire transposés d’un demi-ton, afin de les rendre plus faciles à lire. Il s’agit d’ailleurs le plus souvent d’un désir d’éditeur de rendre le morceau plus accessible. Mais le phénomène va plus loin, on va le voir, que la seule lisibilité.

38Tant dans le premier que le deuxième cahier du Clavier bien tempéré, les prélude et fugue en ut dièse majeur (les troisièmes) et ré dièse mineur (les huitièmes) existent également, certains d’entre eux en tout cas, soit dans les éditions courantes soit dans les éditions de type « Urtext », respectivement en ré bémol majeur et en mi bémol majeur. Il y a donc pour certains d’entre eux une version simplifiée (c’est-à-dire simplifiée pour la… vue, non pour l’ouïe bien entendu). On peut par ailleurs faire remarquer qu’avec beaucoup d’exercices on parvient à lire sans trop de mal l’une et l’autre version.

39Or il me revenait qu’à moi, en tout cas, certaines de ces œuvres paraissaient plus « adéquates » dans la version (en l’occurrence) plus simple. Pourquoi ? On connaît de ces phénomènes de psychologie expérimentale où deux segments en tous points égaux paraissent insurmontablement plus courts ou plus longs suivant qu’on les a prolongés d’un empennage qui remonte vers l’intérieur ou, au contraire, s’écarte vers l’extérieur du segment. Semblablement, la version avec bémols qui « baissent » la note m’apparaissait plus adéquate que la version avec dièses qui la « haussent »…

  • 38 Des travaux anciens insistent déjà sur le caractère syncrétique de certaines perceptions qui ne ser (...)

40Bref, c’était en souvenir de la lecture, quelques années auparavant, du Jean-Christophe de Romain Rolland que j’avais choisi de jouer comme morceau « imposé » lors du concours final de piano à l’académie de musique de Woluwe-Saint-Pierre… le prélude et fugue no VIII du premier cahier du Clavier bien tempéré. Or la scène du livre qui montre Jean-Christophe à l’harmonium, heureux du nouveau bonheur de ses amis, inclut bien la partition du thème de la fugue en mi bémol et non en ré dièse…38 Sous la pluie fine et les nuages bas, Jacqueline et Olivier se promènent.

  • 39 R. Rolland, Jean-Christophe, t. 3, Albin Michel, Paris, 1931 (Livre de Poche no 806-807, 1962, p. 4 (...)

Le ciel était gris, la lumière à demi éteinte ; les nuages bas se mouvaient pesamment, tout d’une masse, charriés par le vent. Une petite pluie fine tombait, tombait.39

41Ce n’est donc sans doute pas un hasard que l’Urtext de la fugue nVIII du premier cahier la présente en mi bémol : dans l’exemple donné, comme la pluie tombe, les bémols « descendent » ! (Et par contre le prélude n° III du premier cahier, si « lumineux », paraît tout à fait adéquat en ut dièse…)

  • 40 Voir aussi P. Mies, Schubert : Der Meister des Liedes, Berlin, Max Hesse, 1928, passim.

42Et je me suis rappelé alors un autre exemple : celui du 3e impromptu de l’op. 90 de Franz Schubert, qui existe en deux versions, l’une en sol majeur et l’autre, un demi-ton plus bas, en sol bémol majeur ! Nous eûmes à son sujet, étudiants en musicologie, une discussion animée (on était dans l’après-Mai 68…). On connaît l’expérience étonnante rapportée dans le livre Der Charakter der Tonarten de Paul Mies40. Des auditeurs non prévenus à qui on fait entendre l’une et l’autre version du célèbre impromptu pour piano de Schubert sont unanimes à reconnaître la version originale composée par Schubert, celle en sol bémol majeur. Et de fait la version en sol majeur n’est qu’une édition proposée pour la beaucoup plus grande facilité de sa lecture (un seul dièse par rapport aux six bémols de l’original !). Mais des arguments très forts soutiennent l’analyse qui suit : en effet, la modulation très « schubertienne » du morceau – vers mi bémol majeur – apparaît comme un « éclaircissement » du tissu musical, alors qu’en sol majeur le passage cette fois vers mi majeur (avec plusieurs dièses) donne une « impression » de complication (la justesse des sons qui y est liée fait partie du problème global !) infiniment moins convaincante. Et de découvrir que le diapason de la Vienne de Schubert était le même que celui de l’époque de l’anecdote rapportée ici confirmait le bien-fondé du jugement instinctif des auditeurs. Il ne peut donc s’agir d’un pur structuralisme comme le voulaient une partie des étudiants : les éléments mêmes du tissu musical ont leur importance. Sol majeur (plus simple pour la partition visuelle) n’était pas la même chose que sol bémol majeur (plus convaincant du point de vue sonore… et schubertien du point de vue visuel).

  • 41 Voir J. Kerman, Listen, Worth, New York, 3e éd., 1996, p. 342-345 (« mistiness » s’oppose à « clear (...)
  • 42 Voir J.-L. Cupers, Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique. Publications des Facu (...)
  • 43 Voir A. Souriau « Synesthésie » dans le Vocabulaire d’esthétique |voir note 17] : « Liaison par (...)

43On voit d’emblée tout ce que cette analyse peut apporter d’analogies prégnantes avec des notions devenues, depuis, dans l’art contemporain, chez Ligeti par exemple41, extrêmement productives : complexification et éclaircissement plutôt que tension et résolution. On conçoit aisément aussi tout ce que les rapprochements interartiels et interartistiques, en particulier musico-littéraires, peuvent puiser d’inspiration dans de telles associations entre le sonore et le visuel42. C’est dans cette optique particulière que le colloque interartiel organisé par les Facultés Saint-Louis tourna autour de la synesthésie43.

Le colloque du 26 avril 2006 à l’église Sainte-Alix

  • 44 R. Celis (sous la direction de) : Littérature et musique, Publications des Facultés universitaires (...)

44Et ce fut plus précisément le monde des oiseaux et des couleurs qui rassembla à Bruxelles un petit nombre de chercheurs que rejoignirent trois artistes de la commune de Woluwe-Saint-Pierre (peintre, sculpteur, musicien) que rapprochait ce même intérêt. Ce fut ainsi l’occasion pour les Facultés universitaires Saint-Louis de fêter le vingt-cinquième anniversaire de leur premier colloque musique et littérature44.

  • 45 Voir par exemple les travaux de Michel Chion à l’université de Paris III sur la notion de relation (...)

45Confronter les mondes du visuel et du sonore n’est pas chose aisée45, on le sait, aussi bien les deux mondes sont-ils à la fois, en un sens, analogues mais aussi résolument asymétriques. Il suffit de citer ici deux extraits du Vocabulaire d’esthétique :

Selon un premier sens qu’il faut distinguer très strictement des suivants, la couleur est la qualité sensible que perçoit une vue humaine normale lorsqu’elle reçoit une lumière où domine fortement une seule longueur d’onde. […] Toujours de ce premier point de vue, on doit dire qu’il y a un nombre infini de couleurs (la seule limitation de leur nombre serait la possibilité d’en discerner les différences ; selon Weissenborn il y aurait 3 549 nuances perceptibles) et qu’une couleur pure (ou saturée) est une radiation tout entière d’une seule longueur d’onde. Pratiquement il n’y en a pas dans la nature ni dans les arts ; on n’en obtient que par des moyens de laboratoire.

46Ou encore :

  • 46 Cf. É. Souriau, op. cit. [voir note 28], respectivement p. 508 et 512.

Scientifiquement, comme on l’a vu plus haut, il est impossible de constater des correspondances positives et naturelles entre le monde des sons musicaux et celui des couleurs. Ces deux mondes ont des structures différentes, tant du point de vue des radiations physiques (la gamme des lumières visibles a une étendue plus petite qu’une octave) que du point de vue des organes sensoriels (caractère analytique de l’ouïe, synthétique de la vue)46.

  • 47 M. Merleau-ponty, L’Œil et l’esprit, Gallimard, Paris, 1964, p. 67. Merleau-Ponty pense ici au Céza (...)

47« La couleur, rappellera Merleau-Ponty en citant Cézanne, est l’endroit où notre cerveau et l’univers se rejoignent47. »

  • 48 Voir le témoignage du sculpteur (cf. infra). « J’aimerais entrer dans le tableau… » dira l’enfant !
  • 49 Un cas singulièrement suggestif est celui de Janine Boissard. Les synesthésies fourmillent dans sa (...)
  • 50 Voir par exemple aux éditions Eulenburg (no 1998-99), Londres, s.d., la brochure The Art of Score R (...)

48L’étude de la synesthésie en particulier, si importante chez les enfants et les femmes selon le témoignage du sculpteur48 (on tiendra tout particulièrement compte d’auteurs « instinctifs »49), nous rappellera au passage combien il peut être éclairant de confronter les deux mondes50. On le verra : les parcours respectifs des contributions qui suivent, en une remarquable convergence, se recoupent et se complètent.

  • 51 Voir P. Szendy, « Phtongonomies animales » in M. Grabocz (sous la direction de) : Méthodes nouvelle (...)
  • 52 Cf. F.-B. Mache, Music, Myth and Nature : The Dolphins of Arion, Harwood Academie Publishers, Coire (...)
  • 53 M. Renier, « La musicalité des chants d’oiseaux » in Revue des archéologues et historiens d’art de (...)

49Le monde des oiseaux et celui des couleurs : les premiers mêlent de façon souvent étonnante les deux réseaux de relations ! Aussi bien l’ornithomusicologie n’en est-elle plus à ses premiers balbutiements51, et l’idée de « sonosphère », donnée par François-Bernard Mâche52, ne laisse pas d’être « vivifiante » car elle éclaire « toutes les facettes du monde sonore, proposant une nouvelle écoute de notre environnement », celle-ci ne pouvant « se faire qu’en retrouvant une écoute plus naturelle, plus curieuse et plus émerveillée53 » :

  • 54 M. Beaufils, op. cit. [voir note 16], p. 6.

Car le son est par essence phénomène aérien, manifestation à la fois matérielle et invisible du mystère, et son royaume est le ciel ou l’éther. Et l’on voit très bien pour finir ce Primitif associer à l’univers de ses premières transcendances le chant des oiseaux, non seulement miraculeux chanteurs – seuls chanteurs – mais habitants surtout des espaces divins, commensaux des Seigneurs de l’empyrée, et capables, dans leurs migrations, de surprenants pouvoirs de prophétie.
Au commencement fut le son : et le son est à la fois vibration et enchaînement rythmique.54

50Aussi ne puis-je mieux faire que citer ici, anticipant sur son texte des Actes, tel passage d’une lettre récente de Paul-Baudouin Michel :

  • 55 On trouvera en annexe à la contribution de P.-B. Michel le texte d’O. Messiaen, « La Rousserolle ef (...)
  • 56 Lettre de P.-B. Michel à J.-L. Cupers, 17 juillet 2009.

Cher ami,
Il n’y a pas d’erreur à propos de « La Rousserolle effarvatte », donc de 3 h du matin à 3 h de la nuit suivante (voir préface ci-jointe55 à ce morceau qui dure 30’). Messiaen nous plonge dans un temps imaginaire et rétréci comme une photo de 10 x 10 cm qui représente un personnage de 1,70 m.
Au moment où la R E commence son chant rauque dans les marais de Sologne au solstice d’été avant que le soleil ne se lève il s’est déjà écoulé 3 h consacrées aux cancans des grenouilles. Le temps réel est conventionnel mais cependant concret, homogène, qualitatif ; ici il devient abstrait, restructuré avec des accélérations, et des rallentandos, donc hétérogène. Il y a même palindrome musical au début relativement à la fin. Serait-ce un anneau de Möbius ? Le temps élastique ne serait-il qu’une sensation ? Dans son Traité de rhythme, de couleur, et d’ornithologie, Messiaen fait remarquer (tome 1 p. 13) que chez un enfant, le temps de cicatrisation d’une même plaie est plus rapide que chez un adulte et encore plus lente chez un vieillard. Alors que chez ce dernier les années semblent se suivre plus rapidement. Relativité quand tu nous tiens ! Tout cela est à méditer56.

51Le monde des couleurs, éminemment d’ailleurs, et d’emblée, mêlé à celui des oiseaux, est tout aussi étonnant. Souriau, dans son dernier livre achevé, L’avenir de la philosophie (Paris, Gallimard, 1982), – lequel fait, on le sait, pendant avec un de ses premiers ouvrages, L’avenir de l’esthétique (Paris, PUF, 1929), au début de sa carrière, – en décrit l’emprise :

  • 57 É. Souriau, L’avenir de la philosophie, Gallimard, Paris, 1982, p. 209.

J’ai eu bien souvent l’occasion de m’émerveiller devant les manifestations de la couleur verte. J’ai cru, une fois, au coucher du soleil sur la mer, voir ce fameux Rayon Vert dont on ignore encore si c’est un fait objectif ou subjectif. J’ai pu m’étonner sous les Tropiques de la surprenante intensité chromatique que prend une feuille de bananier vue au soleil en transparence. […]
Johann Heinrich Lambert, de Mulhouse, un de grands génies du xviiie siècle, disait : « La couleur est une pensée », et il blâmait son ami Kant de ne pas avoir placé la couleur, avec l’espace et le temps, parmi les formes a priori.57

  • 58 Voir M. More, « Le Dieu Mozart et le inonde des oiseaux » (à propos des Enfants du capitaine Grant) (...)
  • 59 Cf. J.-L. Cupers, « De la sélection des objets musico-littéraires » in S.P. Scher et U. Weisstein ( (...)

52De la proximité de la musique de Mozart avec le chant des oiseaux dans tel passage de la trilogie célèbre58, via Le Rayon vert ou Vingt mille lieues sous les mers, à la nouvelle Mr Ré-Dièse et Mlle Mi-Bémol dans le recueil Hier et demain59, on trouverait de tout cela d’étonnants exemples chez cet extraordinaire précurseur que fut Jules Verne.

53Ces Actes, comme l’événement qui les a vus naître, sont donc conçus un peu à la manière de La visite au musicien ou des Entretiens avec le sculpteur d’Emile Chartier. La confrontation au monde réel des artistes tel qu’ils le vivent constitue le fondement principal. Ou comme le suggère le maître de thé :

  • 60 Cité par A. Dommel-Dieny, Contrepoint et harmonie, Delachaux & Niestlé, Neuchâtel, t. IV, 1960, p.  (...)

Pour comprendre un chef-d’œuvre, inclinez-vous d’abord bien bas devant lui, et attendez, en retenant votre souffle, qu’il vous parle60.

***

54Au Népal, devant la chaîne des Himalayas, les voyageurs découvrent l’infinie variété de l’univers montagneux :

  • 61 J. Hunt, Victoire sur l’Everest, tr. B. Pierre, Amiot/Dumont, Paris, 1953, p. 86.

Lorsqu’on atteignait une des crêtes séparant les vallées, on entrait dans la zone merveilleuse des rhododendrons, qui forme une ceinture fleurie autour des montagnes. A mesure que l’altitude augmente, les fleurs de ces arbustes noueux passent de l’écarlate au rose ; au-dessus de 3 000 mètres, elles tournent au jaune et au blanc. L’air était imprégné du lourd parfum des fleurs de magnolia, piquées dans toute l’épaisseur de la forêt. Des primevères mauves fleurissaient le sentier, et les oiseaux ne cessaient de nous présenter le merveilleux spectacle de la vie intense dont ils animent l’Himalaya.
Comment traduire en parole la beauté des souïamangas, dont le plumage a l’éclat des pierres précieuses ? Comment décrire les gobemouches au manteau vert cendré, ou les mésanges à robe verte et chapeau rouge ?61

  • 62 J. Hunt, Victoire sur l’Everest, op. cit., p. 248-249.

55N’est-il pas émouvant de penser que lors de la première conquête du sommet du monde John Hunt, le chef de l’expédition, demanda à Hillary et Tensing, qui étaient chargés de l’ultime ascension, d’emporter avec eux un crucifix, qui fut enfoui dans la neige, à côté des offrandes du sherpa, « gages de respect envers les dieux auxquels tout pieux bouddhiste attribue pour demeure ce majestueux sommet62 » ?

  • 63 É. Souriau, L’ombre de Dieu, PUF, Paris, 1955, p. 350. Voir mon article « A la croisée des chemins  (...)

La truite qui au toucher de l’eau discerne et suit le chemin qui la mènera au lieu glacial de ses amours n’a ni le pouvoir ni le besoin de savoir le haut torrent de montagne, bondissant parmi les pierres au seuil des neiges. Et cependant c’est là qu’elle va63.

  • 64 Voir « Musique de l’Alpe » et « Chant des oiseaux », respectivement dans le t. 1 et le t. 2, Larous (...)
  • 65 O. Alain, vo « Musique de l’Alpe » in Larousse de la musique, t. 1, Paris, 1957, p. 22.
  • 66 Voir note 30.

56Peut-on imaginer une seconde que ce ne soit pas le même homme qui écrive l’article sur les oiseaux et l’article sur les Alpes dans leur rapport avec la musique, dans le Larousse de la musique64, et le compositeur du Chant funèbre pour les morts en montagne, « œuvre de deux alpinistes65 », sur un texte de Samivel ?66

  • 67 O. Messiaen, Dictionnaire de la musique, t. 2, Bordas, Paris, 1970, p. 713.
  • 68 Ibidem.

57Compositeur, ornithologue et rythmicien, Olivier Messiaen note au cours de ses voyages, « des milliers de chant d’oiseaux, particulièrement aux États-Unis, en République argentine et surtout au Japon ». 11 entreprend en outre, selon ses propres termes, « une notation musicale de tous les chants d’oiseaux de France, classés par habitat et par régions : oiseaux des champs, des lisières de forêts, des hautes montagnes, des côtes marines, des roseaux, des étangs et des marais67.» Mais les montagnes du Dauphiné restent « sa vraie patrie ». C’est dans les Hautes-Alpes de l’Oisans qu’il écrit presque toutes ses œuvres, « au cours des mois d’été ». Et il trouve utile de rappeler lui-même que sa mère, Cécile Sauvage, écrivit « avant et pour sa naissance, un livre de vers intitulé L’Ame en bourgeon, poèmes de prématernité célébrant les mystères de l’avant-naissance avec une richesse d’images et d’émotions unique68 »…

58Et le poète de réagir à son tour au musicien :

  • 69 N. Maliconi, « Les Oiseaux de Messiaen » (dessins de M. Berger), Ed. Esperluète, Noville-sur-Mehaig (...)

On pense alors au temps écoulé entre la connaissance des modèles et la naissance de la musique, au temps secret du compositeur, seul avec les sons extérieurs et les sons intérieurs, ignorant ce qu’il allait en advenir, bien qu’au départ il avait dû se dire qu’il composait le Réveil des oiseaux, et qu’à la fin, oui, ce sont bien les oiseaux que l’on écoute, mais autre chose encore, quelque chose de transformé, de déformé, on pourrait dire, si l’on se mettait à comparer avec ce que l’on a entendu dans la forêt69.

  • 70 R. Celis, op. cit. [voir note 37), p. 7.

59« De la délicatesse des sons », écrivait déjà Raphaël Célis dans la préface du premier colloque musico-littéraire des Facultés, « un paysage cruel nous sépare70. » Et le poète d’entériner :

  • 71 N. Maliconi, op. cit. [voir note 69], p. 11.

Ne disposant pourtant que de mots sans certitude, rien à faire. Contraint par les mots, voilà ce qu’on est ; et inutile de chercher l’issue ailleurs, on le sait ; on n’a rien d’autre pour s’approcher de ce qui ne peut se dire, rien que du balbutiement, de l’à-peu-près pour toute voie dans le cercle fermé, pour tenter de dire le frôlement et l’inaperçu71.

  • 72 Voir R. Laurentin (et al.) : Fioretti de la Vierge Marie, Mambré, Paris, 1990, p. 61-64. Cf. l’exem (...)

60Nul doute que ces questions soient difficiles, voire délicates, comme quand par exemple, dans tel contexte réel, c’est l’absence de perceptions, non leur confusion généralisée, qui est à l’œuvre. L’aporie plus que la surabondance peut alors parler, comme le suggère le texte de Valéry dans Tel quel. Ainsi des montagnards en deuil devant le cadre vide de l’icône absente…72

  • 73 L’ASBL Art, Culture et Communication « Et si la beauté pouvait sauver le monde ? » publie depuis 20 (...)
  • 74 Cf. P. Descola, Par-delà nature et culture, NRF, Gallimard, Paris, 2005 (en particulier la première (...)
  • 75 Cf. H. Declève, « L’ombre de Dieu et le retrait de l’être », Revue philosophique de Louvain, LXXXVI (...)
  • 76 Je renvoie ici aux quelques livres suivants, qui donnent une idée de l’ampleur du sujet : U. Weisst (...)

61Aussi, dans la foulée de cette quête de la beauté qui, concourante, contribue à sa manière, parmi d’autres efforts analogues, à « sauver le monde »73, l’étude des relations entre nature et culture74, d’une part, nature et surnature75, de l’autre, font partie intégrante de notre propos76 :

  • 77 F. Cassingena-Trevedy, Étincelles, Ed. Ad Solem, Genève, 2004, p. 46.

Transfiguration. Nous serons semblables à Dieu (1 Jn 3, 2). Mais, pour lui être semblables, nous ne serons pas pour autant identiques les uns aux autres, car, en nous transfigurant, le Christ transfigurera aussi nos différences qui sont un reflet insigne de sa richesse (Ep. 3, 8) et de sa polychromie77.

62Dans son Propos du 1er juillet 1933, nous rappelle Henri Van Lier dans son livre sur Les Arts de l’espace, Alain écrit que « la peinture nous restitue l’heureux premier moment devant les choses » :

Elle nous rend en effet la virginité du regard, la candeur et l’étonnement devant les formes visibles.

  • 78 « L’important : une certaine virginité du regard », dira Roger Martin du Gard dans le premier volum (...)

63Et le romancier et son personnage de faire écho au philosophe78.

  • 79 Voir mon article « Les termes en –isme et les mouvements musicaux », International Review of the Ae (...)

64« Voici que je fais toutes choses nouvelles. » Par la virginité du regard tout autant que l’innocence de l’écoute, l’homme confronté au monde des sens et de la matière voit s’entrouvrir le champ immense d’un devenir sans limites, celui de l’absolue réalité. Aussi d’établir la césure exacte entre beau naturel et beau artistique79 et leur jonction dans le monde réel, comme d’étudier l’indétermination des sens chez le primitif ou l’enfant tout autant que de leur confusion voulue ou instinctive chez l’artiste, sont bien tout autant de volets nécessaires de l’étude de la synesthésie.

  • 80 Cf. H. Van Lier, op. cit. [voir note 64], p. 58.

Devant une œuvre nègre, Bazaine se demande si elle est visage, feuille ou corps de femme. Il répond : les trois. Et en effet les rythmes syncopés d’un masque du Congo, de la Nouvelle-Guinée ou de la Côte d’ivoire joignent l’homme, l’animal, la plante, la pierre et les remous de l’eau80.

65Et il ajoute : « Dans mainte estampe japonaise, les lacets du graphisme relient si étroitement les courbes de la robe, du fleuve et de l’arbre qu’ils répondent non seulement à une exigence de grâce, objet de la jouissance artistique, mais réalisent une consanguinité cosmique. » Tel est en fin de compte l’enjeu et le prix de la synesthésie.

66Comme le blanc inclut et unifie toutes les couleurs, ainsi le silence dans l’humilité du rossignol réunit toutes les musiques.

67Le dédicataire de ce volume s’intéresse passionnément au monde de la peinture et de la couleur et au monde des oiseaux. Ce m’est donc un plaisir de le lui dédier.

68Qu’il me soit permis, ici, de remercier un certain nombre de personnes et d’institutions pour leur précieux concours.

69Je remercie Madame Anne Dessaintes, collaboratrice à l’Académie royale de langue et littérature française de Belgique, attachée principale à la Communauté française, qui a mis ses compétences au service du volume en mettant par écrit un certain nombre des textes qui le composent. Puisse-t-elle trouver ici notre reconnaissance pour sa généreuse contribution.

70Je remercie aussi Monsieur Pascal Ormancey, dont le beau mémoire interartiel sur Didon et Enée de Purcell manqua de très peu de recevoir à la fois le Prix de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines des FUSL et celui de la Belgian Association of Anglicists in Higher Education, et qui mit ses compétences musicales au service de la journée d’hommage des Facultés en interprétant à la viole de gambe « La Bergeronnette » de Monsieur de Sainte-Colombe Père.

71Je remercie Monsieur l’Abbé Philippe Mawet, curé de Sainte-Alix et responsable de l’unité pastorale de Stockel-aux-Champs, pour nous avoir permis d’organiser en son église l’exposition qui accompagnait la journée d’hommage des Facultés à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de leur premier colloque musico-littéraire, Littérature et musique, en 1981.

72Je remercie tout particulièrement Monsieur Thierry Bogaerts (alias Derek Orchards), secrétaire de l’asbl « Syn-esthésie » (thierrybogaerts@hotmail.com). dont l’enthousiasme non moins que les talents de vrai musicien sont à l’origine de ces Actes. Ses improvisations au synthétiseur devant les vitraux du maître-verrier Jan Goris resteront dans les mémoires comme un exemple de véritable transposition d’art.

73Je remercie enfin, Monsieur le Professeur Ulrich Weisstein (Graz, Autriche) qui nous a donné l’aimable autorisation de publier ici le texte original, en français, de l’article de Paul Hadermann, paru en traduction partielle allemande, dans son livre Literatur mul bildende Kunst, publié en 1992 aux éditions Erich Schmidt à Berlin. Nous remercions les éditions Schmidt de nous en avoir à leur tour donné la permission.

74L’Académie royale des beaux-arts et des sciences de Belgique, et Monsieur Paul-Baudouin Michel, directeur de la classe, pour nous avoir permis de publier une version remaniée d’un article publié initialement sous le titre de « Traité de rythme, de couleur et d’ornithologie en 7 tomes d’Olivier Messiaen » dans le Bulletin de la classe des beaux-arts, VIe série (t. XVI), 2005, p. 69-88.

75Monsieur le Professeur Daniel Paquette pour nous avoir confié la version intégrale de son projet de toujours, le piano oculaire (construit en 1993 par Louis Boffard, facteur de piano), tel que décrit dans les Annales de l’Académie de Mâcon (1998), provenant en particulier des présentations des jeudi 5 avril 2001, à la Fondation Peiresc à Bruxelles, et samedi 7 octobre 2006, au musée des Ocres et de la couleur de Roussillon.

Notes

1 P. Claudel, « Pagodes » in Connaissance de l’Est, Pichon, Paris, 1928 (Œuvre poétique, Gallimard, Paris, 1957, p. 27).

2 Id., « Le porc » (Œuvre poétique, p. 58).

3 Voir J.-L. Cupers, Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1988, p. 15-31.

4 Voir P. Hadermann, « Musique et espace chez Kandinsky : A propos du Spirituel dans l’Art » in H. Vanhulst (sous la direction de) : Musique et société, Publications de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1988, p. 143-169.

5 Voir C. Sachs, The Commonwealth of Art : Style in the Fine Arts, Music and the Dance, New York, Norton, 1946, p. 18.

6 Voir ci-après, dans ce volume même, le texte de Paul Hadermann.

7 Alain, Eléments de philosophie, Gallimard, Paris, 1941. p. 23.

8 Sur le souvenir autobiographique, voir en particulier les travaux de Martin Conway.

9 Voir Du côté de chez Swann dans A la Recherche du temps perdu (texte revu et établi sur les manuscrits autographes), Gallimard, Paris, 1972, p. 61 (première partie, chapitre 1).

10 Voir les Mémoires d’outre-tombe (nouvelle édition établie d’après l’édition originale et les deux dernières copies du texte), Gallimard. Paris. 1964, p. 91 (livre troisième, chapitre 1).

11 Voir la Chronique des Pasquier, vol. 1, Mercure de France, Paris, 1933, p. 26 (Le Notaire du Havre, prologue).

12 É. Brontë, Les Hauts de hurlevent (Wuthering Heights), trad. Fr. Delebecque, Payot, Paris, 1984, p. 160-170 (ch. XI).

13 J. Linnankoski. Le Chant de la fleur rouge (‘Laulu tulipunaisesta kukasta‘), trad. R. Torfs, Rieder, Paris, 1934, p. 211 (ch. XX) ; R. Rolland, L’Âme enchantée (t. 2, L’été, première partie), Albin Michel, Paris. 1963, p. 226.

14 Cf. A. Léonard, Les Raisons de croire, Fayard, Paris, 1987, p. 169.

15 P. Teilhard de Chardin, Hymne de l’Univers, Seuil, Paris, 1961 (pensées choisies par F. Tardivel), p. 129-130. Voir en particulier le conte « A la manière de Benson » intitulé Le tableau, p. 65-73.

16 J.-L. Cupers, « Correspondance entre l’impressionnisme musical et le symbolisme littéraire », in Revue des archéologues et historiens d’art de Louvain, IV (1971), p. 204.

17 É. Souriau, Vocabulaire d’esthétique, v° « Beau », PUF, Paris, 2e éd., 2004, p. 235.

18 Lettre de J. Goossens à J.-L. Cupers, 9 mai 2011.

19 Cf. M. Beaufils, Musique du son, musique du verbe. PUF, Paris, 1954, p. V.

20 Voir P. Capelle (et al.), Les églises à Bruxelles, Service de presse de l’archevêché, Malines, 1995. Cf. L. Engen, Le verre en Belgique : des origines à nos jours. Mercator, Anvers, 1989.

21 H. Declève, « D’un ton propice à l’éthique » in H. Ackermans (sous la direction de) : Variations sur l’éthique. Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1994, p. 84-85.

22 É. Souriau, « L’œuvre totale » in A. Souriau (sous la direction de) : L’art instaurateur, numéro spécial de la Revue d’esthétique. Union Générale d’Editions, Paris, 1980, p. 31.

23 G. de Wallens, « Corot expliqué par Corot ou comment convertir au bien par la peinture » in Revue des archéologues, historiens d’art et musicologues de l’UCL, 1 (2003), p. 136.

24 En moyen-néerlandais : « Van hem zei kroniekschrijver L. Van Velthem dat hij
Brussel eerde ende minde
Boven alle steden die hi kinde. »

25 Voir ci-après, dans ce volume, les textes de Paul-Baudouin Michel et de Daniel Paquette.

26 V. Denis, L’art d’Occident du XVIe siècle à nos jours, Meddens, Bruxelles, 1966, p. 128.

27 Voir par exemple M. Wackernagel, Renaissance et baroque, vol. II (Histoire de l’art, t. 14), Payot, Paris, s.d., p. 124.

28 L’église Sainte-Alix fait partie de l’entité dite Stockel-au-Bois, qui, à l’est de la ville, longe la forêt de Soignes. Significativement, peut-être, à la date du mardi 1er juin 2010, l’unité pastorale devient… Stockel-aux-Champs, sous la houlette de l’actuel curé, Philippe Mawet, qui déjà présida à l’inauguration des vitraux de Jan Goris !

29 La villa sur la cascade de Bear Run en Pennsylvanie est l’exemple même de l’architecture dite « organique », accord entre le cadre de vie naturel et le mode de vie des habitants. Elle date elle aussi, comme l’église Sainte-Alix, de 1936 !

30 Faut-il insister sur le fait que d’autres arts encore viendraient se conformer au vœu d’accord entre art et nature ? Ainsi, parmi bien d’autres, La Porte de l’espace d’Alexandre Calder (1973), aux environs du plateau d’Assy, face au Mont Blanc.

31 Cf. F. Demeuse et J. Galand, Forêt de Soignes, Renaissance du Livre, Bruxelles, 2010.

32 J.-L. Olivier, « Dans la forêt » (Terres végétales). Les poèmes cités dans l’introduction font partie de deux recueils non publiés. Terres végétales et Demain reverra les pays d’autrefois ou le jardin sauvage.

33 Pour d’autres exemples, voir J.-L. Cupers, Euterpe et Harpocrate, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1988, p. 24-29.

34 Voir mon article « From the Mendelssohnian Chord in Farcical History of Richard Greenow to the (Syn) Aesthetic Experience of Music in Island » in B. Nugel (sous la direction de) : Now More than Ever : Proceedings of the Aldons Huxley Centenary Symposium Munster 1994, Francfort-sur-le-Main, 1996, p. 83-105.

35 Comme dans le film de D. Hennequin et N. Jarrossay, L’harmonie sauvage (France, 1994), dédié à Samivel.

36 Voir par exemple l’essai « Music and Pœtry » dans l’anthologie Texts and Pretexts (1932) de Huxley. Cf. J.-L. Cupers, Aldous Huxley et la musique, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1985, passim.

37 É. Souriau, op. cit. [voir note 17], vo « Couleur », p. 513.

38 Des travaux anciens insistent déjà sur le caractère syncrétique de certaines perceptions qui ne seront analysées qu’ensuite, « une page de musique », par exemple, étant reconnue « à son allure générale, alors que l’enfant est encore bien loin de savoir […] déchiffrer les signes musicaux ». Cf. A. Cuvillier, vo « Psychologie » in P. Auge (sous la direction de) : Grand Mémento encyclopédique Larousse, Paris, t. 1, 1936, p. 515. Voir les Actes du colloque international des 19 et 20 novembre 2010, Musique et sciences de l’esprit, organisé par l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique (à paraître).

39 R. Rolland, Jean-Christophe, t. 3, Albin Michel, Paris, 1931 (Livre de Poche no 806-807, 1962, p. 40 (vol. 8, Les amies).

40 Voir aussi P. Mies, Schubert : Der Meister des Liedes, Berlin, Max Hesse, 1928, passim.

41 Voir J. Kerman, Listen, Worth, New York, 3e éd., 1996, p. 342-345 (« mistiness » s’oppose à « clearing up » plutôt que dissonance à consonance ou tension à résolution). Voir aussi H. Sabbe, « Musique de la voix chez Ligeti : sens et signifiance », Revue belge de musicologie, LVIII (2004), p. 301-305.

42 Voir J.-L. Cupers, Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique. Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1988, p. 15.

43 Voir A. Souriau « Synesthésie » dans le Vocabulaire d’esthétique |voir note 17] : « Liaison par laquelle l’excitation d’un sens fait naître de façon régulière, chez certaines personnes, des impressions d’un autre sens. Le plus souvent, il s’agit d’impressions visuelles, surtout colorées, provoquées par des perceptions auditives. » Le lecteur qui le souhaite pourra d’emblée « goûter » la saveur spéciale de la synesthésie en allant consulter p. 107, la note 102 du texte de P. Haderman, un exemple de synesthésie liée à la musique de Schubert.

44 R. Celis (sous la direction de) : Littérature et musique, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 1982 (Actes du colloque tenu à Bruxelles en octobre 1981). Cf. H. Vanhulst, « La musicologie en Belgique depuis 1958 » in Acta Musicologica, XLI (1989), p. 241-263, et la recension des actes du colloque des FUSL par C. S. Brown dans le Yearbook of Comparative and General Literature, XXXII (1983), p. 145-146.

45 Voir par exemple les travaux de Michel Chion à l’université de Paris III sur la notion de relation son/image.

46 Cf. É. Souriau, op. cit. [voir note 28], respectivement p. 508 et 512.

47 M. Merleau-ponty, L’Œil et l’esprit, Gallimard, Paris, 1964, p. 67. Merleau-Ponty pense ici au Cézanne de la période moyenne : « Les choses se mettent à bouger couleur contre couleur, à moduler dans l’instabilité. C’est donc ensemble qu’il faut chercher l’espace et le contenu. Le problème se généralise, ce n’est plus seulement celui de la distance et de la ligne et de la forme, c’est aussi bien celui de la couleur. » (p. 66-67). Voir G. Roque, Art et science de la couleur, Gallimard, Paris, éd. revue et augmentée, 2009 (1re éd., Chambon, Paris, 1997) ou encore le récent Lumières, formes et couleurs. Mélanges en hommage à Y. Vanden Bemden, aux Presses Universitaires de Namur (2009).

48 Voir le témoignage du sculpteur (cf. infra). « J’aimerais entrer dans le tableau… » dira l’enfant !

49 Un cas singulièrement suggestif est celui de Janine Boissard. Les synesthésies fourmillent dans sa suite romanesque, L’Esprit de famille (Fayard, Paris, 1977-1984). A titre d’exemple, dans le t. I (1977), p. 7 ; t. 2 (1978), p. 234-235 ; t. 3 (1979), p. 98 et 188 ; t. 4 (1981), p. 69 et 237 ; t. 5 (1984), p. 100, 261, 267, 293 et 300 ; t. 6 (1984), p. 141.

50 Voir par exemple aux éditions Eulenburg (no 1998-99), Londres, s.d., la brochure The Art of Score Reading, au sous-titre suggestif « The more you read, thc more you hear »…

51 Voir P. Szendy, « Phtongonomies animales » in M. Grabocz (sous la direction de) : Méthodes nouvelles, musiques nouvelles : Musicologie et création, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999. p. 11-29.

52 Cf. F.-B. Mache, Music, Myth and Nature : The Dolphins of Arion, Harwood Academie Publishers, Coire, 1992.

53 M. Renier, « La musicalité des chants d’oiseaux » in Revue des archéologues et historiens d’art de Louvain, XXII (1989).

54 M. Beaufils, op. cit. [voir note 16], p. 6.

55 On trouvera en annexe à la contribution de P.-B. Michel le texte d’O. Messiaen, « La Rousserolle effarvatte ».

56 Lettre de P.-B. Michel à J.-L. Cupers, 17 juillet 2009.

57 É. Souriau, L’avenir de la philosophie, Gallimard, Paris, 1982, p. 209.

58 Voir M. More, « Le Dieu Mozart et le inonde des oiseaux » (à propos des Enfants du capitaine Grant), Gallimard, Paris, 1971 (cf. A. Rey. Mozart et ses masques, Paris, Omnibus, 2006, p. 320-322). Cf. infra la contribution de D. Paquette, « Le piano à couleurs », note 62.

59 Cf. J.-L. Cupers, « De la sélection des objets musico-littéraires » in S.P. Scher et U. Weisstein (sous la direction de) : La littérature et les autres arts. Actes du IXe Congrès de l’Association internationale de littérature comparée, Verlag der Universität, Innsbruck, 1981, p. 277-278.

60 Cité par A. Dommel-Dieny, Contrepoint et harmonie, Delachaux & Niestlé, Neuchâtel, t. IV, 1960, p. 4.

61 J. Hunt, Victoire sur l’Everest, tr. B. Pierre, Amiot/Dumont, Paris, 1953, p. 86.

62 J. Hunt, Victoire sur l’Everest, op. cit., p. 248-249.

63 É. Souriau, L’ombre de Dieu, PUF, Paris, 1955, p. 350. Voir mon article « A la croisée des chemins : musique, éthique et psychanalyse » in H. Ackermans, op. cit. [voir note 16], p. 309.

64 Voir « Musique de l’Alpe » et « Chant des oiseaux », respectivement dans le t. 1 et le t. 2, Larousse, Paris, 1957, p. 22 et p. 124, sous la plume du compositeur Olivier Alain, directeur du Conservatoire municipal de Saint-Germain-en-Laye.

65 O. Alain, vo « Musique de l’Alpe » in Larousse de la musique, t. 1, Paris, 1957, p. 22.

66 Voir note 30.

67 O. Messiaen, Dictionnaire de la musique, t. 2, Bordas, Paris, 1970, p. 713.

68 Ibidem.

69 N. Maliconi, « Les Oiseaux de Messiaen » (dessins de M. Berger), Ed. Esperluète, Noville-sur-Mehaigne, 2005, p. XV.

70 R. Celis, op. cit. [voir note 37), p. 7.

71 N. Maliconi, op. cit. [voir note 69], p. 11.

72 Voir R. Laurentin (et al.) : Fioretti de la Vierge Marie, Mambré, Paris, 1990, p. 61-64. Cf. l’exemple éclairant donné par H. Caffarel dans L’emprise de Dieu, Ed. du Feu Nouveau, Paris, 1982, p. 25-26 :
Du plus loin que je me le rappelle, j’ai toujours eu le sentiment d’une présence qui me rendait heureuse. Je n’avais guère plus de trois ans quand, pour que je sois bien sage, on m’asseyait sous le grand piano à queue où une de mes tantes préparait son concours final du Conservatoire. Pendant que j’écoutais du Bach ou du Beethoven, le grand tapis du salon sur lequel je me trouvais se transformait pour moi en un merveilleux jardin dans lequel je n’étais pas seule. Il y avait déjà en moi un sentiment d’adoration dont le souvenir me reste vivace et que j’eus bien soin de garder pour moi seule.

73 L’ASBL Art, Culture et Communication « Et si la beauté pouvait sauver le monde ? » publie depuis 2000 une lettre d’information quatre fois par an et organise des congrès à intervalles réguliers (4, rue du Tournefou, F-10190 Pâlis, www.congres-beauté.org). On peut aussi renvoyer ici au remarquable ouvrage publié par le Prince de Galles, Harmonie, Paris, 2010 (Harmony, Harper/Collins, 2010).

74 Cf. P. Descola, Par-delà nature et culture, NRF, Gallimard, Paris, 2005 (en particulier la première partie, « La nature en trompe l’œil », p. 17-131). Voir aussi note 70.

75 Cf. H. Declève, « L’ombre de Dieu et le retrait de l’être », Revue philosophique de Louvain, LXXXVI (1988), p. 37-58 et 161-179.

76 Je renvoie ici aux quelques livres suivants, qui donnent une idée de l’ampleur du sujet : U. Weisstein (sous la direction de) : Literatur und bildende Kunst : Ein Handbuch zur Theorie und Praxis eines komparatistischen Grenzgebietes, Schmidt, Berlin, 1992 (en particulier la bibliographie sélective sur la synesthésie, p. 331-332) ; E. Souriau, La Couronne d’herbes : Esquisse d’une morale sur des bases purement esthétiques, Union Générale d’Editions, Paris, 1975 ; B. Vergely, La Foi ou la nostalgie de l’admirable. Albin Michel, Paris, 2005 ; P. Poupard, La voie de la beauté, Salvator, Paris, 2006 ; E. Burke, A Philosophical Enquiry into the Sublime and Beautiful, Routledge, Londres, 2008 (avec une introduction de et annoté par J.T. Boulton), etc.

77 F. Cassingena-Trevedy, Étincelles, Ed. Ad Solem, Genève, 2004, p. 46.

78 « L’important : une certaine virginité du regard », dira Roger Martin du Gard dans le premier volume des Thibault (Journal d’Antoine). Cf. H. Van Lier, Les Arts de l’espace, Casterman, Tournai, 1959, p. 60.

79 Voir mon article « Les termes en –isme et les mouvements musicaux », International Review of the Aesthetics and Sociology of Music, II (1971), 2, p. 238-240 et « De la sélection des objets musico-littéraires » in Steven P. Scher et U. Weisstein (sous la direction de) : Actes du IXe Congrès de l’Association internationale de littérature, Verlag der Universität, Innsbruck, 1981, p. 273-278.

80 Cf. H. Van Lier, op. cit. [voir note 64], p. 58.

Table des illustrations

Légende Note 3232
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/24904/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/24904/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search