Version classiqueVersion mobile

Intelligence de la foi et engagement social

 | 
Bernard Van Meenen

La théologie à l’heure d’Internet

Un nouveau potentiel

Claire Marie Monnet

Texte intégral

D’un côté, on pleure l’homme perdu dans la multiplicité des écrans et des flux, s’égarant, privé de tout ancrage, entre les mondes virtuels et les mondes réels ; de l’autre, on chante l’homme prométhéen disposant de prothèses techniques qui abolissent la distance, rapprochent et permettent enfin à une humanité réunie de bâtir une fraternité nouvelle.
André Akoun

1Notre rapport à Internet est marqué par une ambiguïté. Internet est désormais un élément essentiel de la culture ambiante. Mais c’est en transformant la culture en profondeur. Or cette mutation n’est pas sans poser question.

  • 1 Laurent Sorbier, Revue Esprit, mai 2006. Voir aussi www.sorbier.net.
  • 2 Techniquement parlant, il convient de distinguer le Net du Web, le réseau et la toile. Le Net est a (...)

2En effet, « la révolution numérique n’est plus virtuelle1 ». En une décennie à peine, Internet s’est imposé dans les gestes les plus quotidiens, bouleversant notre manière de communiquer, de nous informer, d’acheter, de vivre. Le mot d’origine anglaise désigne techniquement l’interconnexion de réseaux. De manière courante désormais, ce réseau est désigné sous le nom du « Web », traduit en français par « la Toile ». Pour illustrer sa réalité, l’image est celle d’une toile d’araignée ou d’un vaste filet2.

3A l’instar du livre de Gutenberg ou du chemin de fer, Internet a fait basculer le monde entre 1995 et 2005 dans une nouvelle civilisation, faite de vitesse, d’instantanéité, d’ouverture. Avec l’arrivée massive du haut débit en 2005 et l’engouement pour le mobile, l’ère numérique a définitivement pris son envol. Avec elle, les modèles traditionnels volent en éclats, portés par la génération montante, que l’on nomme aussi la « génération mutante », les 12-25 ans.

4Parler d’une société de l’information est donc devenu banal, tout comme évoquer une économie numérique. L’usage d’un ordinateur est habituel ainsi que celui d’une panoplie d’outils numériques devenus familiers, depuis les smartphones, les networks, les clés USB, jusqu’aux lecteurs MP3. Ecrire un SMS, passer un mail, scanner un document, sont des gestes qui ne font plus mystère. La plupart d’entre nous ont appris à tchater, à utiliser Facebook ou Youtube pour partager nouvelles et photos. On consulte Google pour ses comptes bancaires, préparer un trajet autoroutier, réserver un voyage ou connaître la météo...

  • 3 Source GfK.
  • 4 Selon comScore. Le nombre réel est sans doute plus élevé. Internet World Stats parle de 1,5 milliar (...)
  • 5 La fracture numérique (bien réelle) s’analyse plutôt en termes de « qualité » des installations tec (...)
  • 6 Les Échos, « Au commencement était la révolution numérique », no 19967, 24 juillet 2007.

5Ainsi, pour un pays comme la France, le temps moyen passé sur Internet en dehors du travail est de plus de deux heures chaque soir3 et plus de 7 millions de Français se sont dotés d’un blog. A l’échelle mondiale, l’agence anglaise Netwark dénombrait 23 500 sites Internet en 1995, ils sont aujourd’hui plus de 125 millions. Au 30 juin 2008, le nombre d’internautes de par le monde a dépassé le milliard (on parle plus volontiers d’un milliard et demi4) et s’il existe une fracture numérique entre les pays pauvres et les pays riches, il ne faut pas pour autant penser l’Internet comme l’apanage des pays riches. Diffère essentiellement l’accès à Internet : 94 % des foyers européens accèdent à Internet depuis leur domicile, mais c’est sous la forme des cybers-cafés collectifs que les populations des pays moins favorisés y parviennent5. De plus, la progression fulgurante de la téléphonie mobile semble initier un « rattrapage numérique » dans les pays en voie de développement, ces trois dernières années. Au plan mondial, les marchés occidentaux arrivent ainsi à saturation (États-Unis, Europe, Japon...) et ceux des pays émergents, tels que le Brésil, l’Inde et la Chine explosent. La croissance est exponentielle6.

  • 7 Ibidem.

6Simple rupture technologique ou changement radical de civilisation ? La question d’Internet se pose dans l’intervalle. A la croisée des champs disciplinaires, elle intéresse tout autant les économistes que les pédagogues, les juristes que les sociologues et les politologues. A l’intersection de l’individuel et du collectif, Internet modifie la vie des foyers comme des organisations et bouscule les frontières entre le privé et le public. Aussi, l’échelle du questionnement est-elle vaste : ce questionnement concerne l’espace et le temps, le rapport aux autres comme le rapport à soi, l’intime et le lointain. Mais alors que l’on attendait la « révolution numérique » principalement sur le terrain de l’économique et du commerce, c’est paradoxalement sur un autre terrain que le bouleversement est le plus fort. Nombreux sont les auteurs qui, à l’instar de Laurent Sorbier, note qu’internet transforme surtout le champ culturel et affecte particulièrement celui de la création et de l’intelligence7.

  • 8 Ce rapport est accessible en ligne :
    http://www.archipress.org/levy/cyberculture/cybercult.htm
  • 9 Pierre Levy est professeur au département Hypermédia de l’université Paris VIII. Entretiens avec Le (...)

7Le philosophe Pierre Levy, surnommé le « philosophe du cyber-cyberespace », explique suite à son rapport sur Internet au Conseil de l’Europe8, qu’internet n’est pas la culture des « fanatiques d’Internet » mais « une transformation profonde de la notion même de culture ». Selon lui, cette transformation n’est pas marginale, même si elle est unique. Elle va de pair avec d’autres transformations sociales : rurbanisation sans précédent, la hausse des niveaux d’éducation, la forme contemporaine de la mondialisation économique et, à travers elle, le développement des contacts entre les cultures. « L’humanité est en train de se rencontrer elle-même » ; il y aurait une « matérialisation de l’universel sans totalité ». Aussi n’y-a-t-il ni centre du réseau, ni flux unique. En effet, « chaque fois que vous avez un nouveau nœud dans le réseau, un nouveau site, un nouveau groupe de discussion, un nouvel abonné, vous avez une nouvelle source d’hétérogénéité et de diversité9 ».

8Le changement est sociologique, il marque surtout une anthropologie nouvelle. Si nous venons brièvement d’en parcourir les effets, sur le mode descriptif, il convient de s’interroger sur le sens plus profond des mutations culturelles et anthropologiques induites par Internet (I) pour mieux appréhender en quoi il s’agit d’un nouveau potentiel pour la théologie aujourd’hui (II).

I. Une anthropologie nouvelle

  • 10 Éthique et Infini. p. 18 : « La lecture de Bergson a correspondu à l’effroi de se trouver dans un m (...)

9Pour prendre un peu de recul face au phénomène que représente aujourd’hui Internet, il nous est apparu intéressant de le confronter à la pensée d’Emmanuel Lévinas. Nous postulons des consonances entre l’anthropologie de la relation à l’autre du philosophe juif et celle qui est sous-jacente à Internet. La philosophie de Lévinas, à la manière de Bergson dont il se dit débiteur, se veut être « une spiritualité du neuf10 ». L’expression nous importe pour deux raisons : d’une part, il est question d’un souffle, non d’une seule vision sociologique, d’autre part, il s’agit d’introduire au cœur de la réflexion des éléments nouveaux et imprévisibles. S’il est une permanence dans la structure de la personne humaine, il convient de constater aussi des éléments inattendus qui l’affectent profondément et durablement. La question est de savoir à quel point. Ainsi, l’apport de la pensée d’E. Lévinas à notre problématique est de deux types : un apport formel, sur le plan méthodologique et logique (A) qui conduit à penser le passage d’une totalité à un Infini dont Internet serait le symbole (B). Ces deux aspects préparent un autre rapport à la connaissance : sortir du savoir (C).

A. L’apport méthodologique d’Emmanuel Lévinas

10Lévinas offre tout d’abord un cadre méthodologique particulièrement approprié pour penser la problématique Internet. Le philosophe retient comme tout premier questionnement celui qui consiste à se demander : « Où en sommes-nous ? » La question « où » peut désigner un lieu. Elle peut s’entendre également comme celle du temps. Plus exactement, elle cherche à situer un moment sur l’échelle de l’espace et du temps. Il y a là une ouverture de l’intelligence au champ du réel dans son histoire, dans un devenir. Le facteur temps, loin d’être une sclérose de l’intelligence rigidifiée par ses propres concepts établis en vérité éternelle, constitue la possibilité d’un renouvellement constant.

  • 11 Éthique et Infini, p. 21.
  • 12 Ibidem.
  • 13 Ibid. p. 22.
  • 14 Éthique et Infini, p. 21.

11Parler d’un renouvellement traduit ainsi l’attitude d’une intelligence en quête de ce qui est, d’une objectivité jamais définie une fois pour toutes. Prendre le temps de décrire la réalité permet de prendre en compte ce qui est et ce qui advient. L’horizon n’est jamais « bouché » – pour reprendre l’expression même de Lévinas11 – par l’objectivité. Lévinas procède là en phénoménologue. Il approche le réel, non pas dans un pur intellectualisme, mais en mobilisant toutes les ressources vitales, celles de son intelligence certes, mais aussi celles des sentiments et des aspirations. La réflexion, dès lors, est « dynamisme12 ». Elle nous introduit dans une pensée qui n’est pas un simple savoir mais à visée existentielle. Elle est une « attitude de la conscience, d’une intentionnalité irréductible à la connaissance13 ». Le regard du philosophe s’ouvre. Cette ouverture est une extension du champ de vision. Elle est aussi une profondeur nouvelle. La réflexion s’enrichit et se nourrit de la diversité des « comment » de l’être. C’est en tournant auprès des choses que l’on accède à elles. Cet itinéraire révèle l’étroite dépendance de la conscience et de son objet. Cela revient à dire que les modalités de la conscience livrent quelque chose d’essentiel de ce qu’elles visent. Le phénomène est décrit, comme il vient au jour, à l’horizon de la vie, au cœur même de l’expérience. L’approche phénoménologique offre donc ici un langage et des outils, dont l’usage préalable garantit pour une part, une bonne assise, au cœur de la réalité telle qu’elle est et non telle que nous aimerions parfois qu’elle fût. Lévinas nous apprend que le travail du philosophe (et pourquoi pas du théologien ?) est celui d’« une présence auprès des choses14 ». La recherche des causes se fonde sur une description de la réalité. La portée n’est pas d’abord théorique mais existentielle. Elle est la recherche d’un sens à l’aune de la vie humaine. La vie porte en elle une sagesse qu’il convient de décrypter. La question n’est-elle pas celle d’une sagesse au cœur d’Internet ?

B. Internet : entre totalité et Infini

  • 15 Emmanuel Levinas, Totalité et Infini, « Essai sur l’extériorité », Nijhoff, édition originale, 1971 (...)

12Totalité et Infini : ces deux termes constituent le titre de l’ouvrage d’Emmanuel Lévinas, paru pour la première fois en 196115, et dont les thèmes majeurs ont été constamment repris et développés tout au long de l’œuvre du philosophe. Le sous-titre de cet ouvrage est particulièrement explicite et éclaire le projet de son auteur : « essai sur l’extériorité ». C’est comprendre que ce passage de la notion de totalité vers celle d’un Infini est le passage même vers une extériorité dont Lévinas ne cesse de décliner les noms, en termes d’altérité, de transcendance, de philosophie première. Il serait une philosophie pareille à cette transcendance dont parle Lévinas : sans point d’appui, sans résultat, sans prise et surtout sans évidence.

  • 16 Entre nous, p. 96.
  • 17 Totalité et Infini, p. 15.

13Cette philosophie ne serait pas une saisie mais un éveil, une question ouverte, un « dégrisement16 » aussi. Cela implique pour le philosophe, le premier, une exposition, un risque, celui de consentir à ne pas tracer d’avance le chemin. Il est une philosophie comparable à une partie de chasse, écrit le philosophe dans sa préface à Totalité et Infini. Elle comporte des sentiers arides, des « maquis de difficultés » où « rien ne garantit le gibier17 ». Lévinas n’entend pas établir un système. Son hypothèse de départ est précisément la notion d’un Infini qui transcende l’histoire et lui donne sens. Sa structure de pensée semble à l’image de ce qui est pensé, son expression parfois inadéquate. Le vocabulaire peut dérouter.

14Dans ce dépaysement de la pensée, nous reconnaissons le dépaysement induit par le Web. Ce sont autant de questions ouvertes. La notion d’infini, comme rupture de la totalité, n’est pas constituée comme un objet de recherche. Le passage de l’un à l’autre ne se livre pas dans la clarté et le confort d’une pensée unique, mais à travers maints cheminements, notions partielles, voire inadéquates dont Lévinas ne veut pas faire l’économie et dont nous non plus, ne pouvons faire l’économie dans la Webosphère.

  • 18 Ibidem, p. 14.
  • 19 Ibid., p. 10.
  • 20 Ibid., p. 10.
  • 21 Ibid., p. 31.
  • 22 Totalité et Infini, p. 24.
  • 23 Ibidem, p. 24.

15L’Infini dit l’Autre. Plutôt, il le désigne, il le « laisse être18 ». Le renversement de la totalité est, positivement, l’émergence de la transcendance, « l’éclat de l’extériorité19 » : en effet, « dans l’idée d’infini se pense ce qui reste toujours extérieur à la pensée20 ». La notion d’infini « désigne la distance » : elle est « ce passage à la limite, ce passage à l’autre, absolument autre [...] elle ne reste pas sur le terrain commun au oui et au non, où s’opère la négativité [...] inversement, elle désigne une hauteur et une noblesse, une transcendance21 ». Il y a « trans- ascendance » selon le terme que Lévinas emprunte à Jean Walh22 : « La distance que la transcendance désigne — à la différence de toute distance — entre dans la manière d’exister de l’être extérieur. Sa caractéristique formelle — être autre — fait son contenu23 ».

16Internet ne symbolise-t-il pas ce passage de la totalité à l’infini, ou pour reprendre les mots de Pierre Levy, « l’universel sans la totalité » ? Selon le philosophe, le cyberespace distend le lien qui, depuis l’invention de l’écriture, relie l’universel et la totalité. Il nous ramène, en effet, à « la situation d’avant l’écriture mais à une autre échelle et sur une autre orbite dans la mesure où l’interconnexion et le dynamisme en temps réel des mémoires en ligne fait de nouveau partager le même contexte, le même immense hypertexte vivant aux partenaires de la communication. Quel que soit le message abordé, il est connecté à d’autres messages, à des commentaires, à des gloses en évolution constante, aux personnes qui s’y intéressent, aux forums où l’on en débat ici et maintenant. »

  • 24 Ibid. p. 24.
  • 25 Ibid. p. 24.

17C’est dire, en d’autres termes que nous relevons encore chez Lévinas, qu’il y a une irréversibilité24 sans laquelle on ne peut concevoir l’Infini. La relation à l’autre que l’infini d’Internet introduit est une relation irréversible. Elle est le dépassement de l’affrontement et de la dialectique. Par là, elle est sortie de la totalité. Il n’y a pas coïncidence. Sinon, « les termes se li(r)aient indifféremment de droite à gauche, et de gauche à droite (et) ils s’accoupleraient, l’un à l’autre. Ils se complèteraient en un système, visible du dehors. La transcendance prétendue se résorberait ainsi dans l’unité du système qui détruirait l’altérité radicale de l’Autre25. » Il n’y a pas, pour autant une simple juxtaposition. Il y a bien une nouvelle manière d’être ensemble, une nouvelle sociabilité, un nouveau langage.

  • 26 Totalité et Infini, « Essai sur l’extériorité », Nijhoff, édition originale, 1971 ; Livre de Poche, (...)
  • 27 Réseaux, volume 26, no 152, 2008, p. 93-137. Le design de la visibilité, cartographie du Web 2.0.
  • 28 Jean-Paul II, La personne, don et mystère.

18Interroger le phénomène Internet au prisme lévinassien, c’est aller plus loin dans l’analyse. Ainsi, Internet n’est pas la pure abolition de la distance, ni même des catégories de l’espace et du temps. Il est question d’altérité. Le temps est autre. L’espace est autre. S’il y a bien « l’éclatement de la structure formelle de la pensée26 », c’est qu’une logique autre est à l’œuvre, d’où l’étrangeté et parfois la peur, que créent Internet. Cette logique de l’altérité est à caractériser et à illustrer. Pour Dominique Cardon27, deux dynamiques traversent le Web. D’une part, le Soi s’extériorise. La personne humaine va, de facto, à la rencontre d’un autre. Le Web est structurellement relationnel. Il est par définition des « liens hypertextes ». Or, n’est-ce pas en consonance avec l’affirmation de Lévinas : « au commencement est la Relation » ? Au principe même de structuration de la personne, il y a la place d’un autre qui me devance et m’appelle à être. Dans la tradition chrétienne contemporaine, nombreuses sont les affirmations selon lesquelles la personne est faite par et pour un autre28. D’autre part, selon D. Cardon, le Soi se met à distance de lui-même dans un « autoréglage réflexif ». Ainsi, il y a prise de recul, distanciation entre soi et soi pour permettre l’émergence d’une vraie personnalité. L’étude montre que ce processus de « subjectivation » (au sens de devenir une personne), est largement confortée par les pratiques relevées sur Internet : l’identité personnelle est plus un processus qu’un état, une activité qu’un statut, un travail plutôt qu’un donné. Internet participe dès lors à la « fabrication identitaire » qui est elle-même un « processus dynamique, public et relationnel qui couple l’expression à la reconnaissance ».

  • 29 L’expression est de Marshall Mac Luhan (1911-1980), philosophe et théoricien canadien de la communi (...)

19Le point névralgique de l’analyse est de repérer que précisément, un tel processus « épouse étroitement les potentialités des technologies numériques dont la plasticité et l’interactivité favorisent la production et l’enregistrement des transformations des signes de soi que les participants s’échangent sur les plateformes relationnelles. Le travail de subjectivation, entendue comme processus de création continue de soi, imprime sur les interfaces des plateformes du Web 2.0 des traces interactives qui font alors corps avec la personne et désignent aux autres sa singularité ». Faire corps avec la personne [...] pour désigner sa singularité : il y a donc une proximité entre le media (les potentialités numériques) et le contenu même du flux d’informations que charrie Internet. Au cœur de cette proximité se joue quelque chose du processus par lequel une personne devient ce qu’elle est. Ainsi, « le media est le message29 ».

  • 30 Totalité et Infini, p. 196.

20Il s’agit moins de penser Internet comme un élément externe – dangereux ou abstrait – que de pointer la transcendance qu’il désigne : celle de la singularité de chaque personne humaine. De là, on peut comprendre qu’internet n’est pas le règne de l’anonymat, ni celui du vide. Il n’est pas non plus réductible aux catégories ordinaires de la pensée, celle du temps et du lieu. Mais il peut être un élément structurant de la personne humaine, une fois mise au jour l’anthropologie implicite qui le sous-tend. Il y aurait un universel qui n’est pas totalisant, un désir de se communiquer qui n’est pas conquérant, une relation qui n’est pas une prise de pouvoir sur les êtres et sur le monde, une visée d’unité à travers la diversité. N’est-ce pas à cette source-là que puise Lévinas en introduisant la notion d’infini comme fondement de son projet éthique quand il écrit que « l’idée d’infini implique une âme capable de contenir plus qu’elle ne peut tirer de soi30 »? N’est-ce pas aussi un écho aux paroles du Christ : « Vous ferez des choses plus grandes que moi encore » ? L’infini d’Internet est peut-être moins l’infinité des mondes possibles de Leibniz – source d’indétermination, de potentialités multiples et parfois paradoxalement mutilantes – que l’infini de Levinas, au cœur d’un processus qui me fait être et me fait vivre : une relation originelle et constitutive. Parler alors de « déterritorialisation » pour évoquer ce non-lieu qu’est Internet, cet autre espace, ce monde dit virtuel, serait renvoyer à une sphère d’un être autrement, que nos sociétés contemporaines ont parfois du mal à appréhender, une sphère non quantifiable, non localisable, échappant aux projections des analystes comme aux conclusions de ceux qui savent. Avec Internet, nous entrons dans la sphère d’un non-savoir, d’une connaissance qui est plus de l’ordre d’une reconnaissance. Le terme peut désigner la relation éthique qui lie deux êtres ou plusieurs êtres ensemble. Il peut dire aussi une attitude de l’intelligence face au réel qui se fait d’abord réceptive et qui se met à l’écoute de ce qui existe.

C. Sortir du savoir

  • 31 Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS, Internet et après ?, p. 106.
  • 32 André Akoun, « Nouvelles techniques de communication et nouveaux liens sociaux ».

21Plus profondément, c’est l’accueil d’un autre qui n’est pas moi, pour entrer en dialogue. Internet devient une « situation limite » analogue à celle qu’analyse K. Jaspers, le lieu même d’une interrogation métaphysique. Tout ne se limite pas à ce que nous voyons, ni à ce que nous cernons. Il y a une part de mystère. Certains philosophes, comme Kant, ont affirmé que cet effort métaphysique est « illusoire » car ce serait prétendre accéder à une profondeur de la réalité alors que nous n’en avons pas les moyens, nous n’en connaîtrions pas le chemin. « Pour m’aventurer sur l’océan de la métaphysique, je n’ai ni voile, ni rame » disait Kant. N’est-ce pas ce que nous pensons parfois d’Internet ? La reconnaissance est l’acte par lequel l’intelligence s’ouvre à ce qu’elle ne connaît pas. C’est savoir que l’on ne sait pas. C’est un appel à l’interrogation. Cela implique une confiance dans le réel. Ne rejoignons-nous pas les pratiques désormais courantes avec Internet ? Je me rends disponible, je me fais capacités pour recevoir d’un autre que moi, que je ne maîtrise pas, c’est-à-dire à terme du réel, ses déterminations propres ? Parler de processus de subjectivation prend alors tout son sens. Car il ne s’agit pas d’un processus purement intellectuel ou rationnel. Qui dit confiance dit une bienveillance préalable, un acte de foi dans la bonté de l’autre. Se dessine là les traits d’« une humanité réunie » qui n’est plus simplement de l’ordre de l’utopie. En termes très contemporains sur Internet, l’on parlera de « solitudes interactives31 ». Isolé, parfois volontairement de ses proches, l’internaute cherche à entrer en contact, à joindre ou à être joint dans l’instant et à tout instant. Internet instaure un nouveau paradigme : celui d’un modèle « réticulaire » selon A. Akoun, c’est-à-dire qui allie l’isolement de chacun et sa relation potentielle avec tous n’importe quand32 ». Se déploie une nouvelle sociabilité : l’homme se pense en réseaux. La question est alors de penser la multitude. La multitude est-elle nécessairement sans visage ?

22Commet saisir la progression par laquelle la relation se fait multiple sans pour autant sortir véritablement du face-à-face fondateur ? Comment saisir le passage de l’unité à la multiplicité, et inversement ? Y aurait-il différentes formes d’altérité ? Seraient-elles dans un rapport analogique ? Comment en mesurer la portée, en termes politiques ? On pourrait penser que le face-à-face est enfermé dans la dualité. Au contraire, ne peut-on pas saisir, à partir de Lévinas, une ouverture à l’Infini, d’où découlerait la notion de multitude sans sombrer dans l’anonymat ? Il y a un « tiers » qui est absolument autre, qui n’existe pas seulement en tant que fruit de la relation, mais bien par lui-même, en dehors de la relation, en dehors du Même et de l’Autre. Le « tiers » n’est-il pas alors l’autre de l’autre, c’est-à-dire l’élément qui transcende la relation ? Par là, n’est-il pas témoin et protecteur de la relation ? A plusieurs reprises, Lévinas précise que, même si l’autre ne me regarde pas, « ça me regarde » ! Tel est l’enjeu de la multitude. Le « prochain lointain » n’est-il pas celui dont je ne vois pas le visage mais dont je reconnais l’existence et la vulnérabilité ? Ma perception du champ social est structurée par des lois et des institutions qui me permettent de respecter le prochain lointain. Elle peut être influée désormais par Internet. Ainsi, est-ce un lieu où j’exerce pleinement ma responsabilité. Par là, se constitue ma véritable liberté. En ce sens, selon Lévinas, j’adviens à ma propre humanité.

II. Un nouveau potentiel pour la théologie

  • 33 Jean-Paul II, allocution aux Journées mondiales des communications sociales, 24 mai 2002.

23Plus encore qu’une technique, Internet se révèle être une manière d’être à soi et au monde, l’acceptation de sa propre humanité, jamais acquise une fois pour toute, mais reçue d’un autre, dans un processus. Paradoxalement, les consonances sont fortes avec la tradition chrétienne. Dès 2002, l’Église catholique a pris conscience qu’internet était « un nouveau forum pour annoncer l’Évangile33 ». Par la voix de Jean-Paul II, les chrétiens étaient invités à « entrer sans peur » dans le monde du cyberespace et « à utiliser son potentiel ».

24Pour illustrer concrètement ce potentiel, nous avons choisi d’évoquer l’expérience d’une université en ligne, Domuni. L’enseignement y est dispensé entièrement à distance, par Internet. On appelle « e-learning » ce type d’enseignement, défini comme « apprentissage en ligne ». C’est sous la logique du « si loin, si proche » propre à Internet que se déroule les parcours d’études d’étudiants connectés des quatre coins du monde (A). Cette diversité géographique et culturelle ne cesse d’interroger notre propre rapport à la connaissance et savoir, non pour amoindrir la quête de vérité mais au contraire pour la stimuler (B). Ce faisant, cette communauté d’éveil et ce souci intellectuel qui font la part à l’autre constituent en eux-mêmes une véritable initiation évangélique (C).

A. Si loin, si proche : des étudiants des quatre coins du monde

25Peu à peu, à mesure que progresse l’accès à Internet, l’e-learning est entré dans les mœurs. Il inclut des classes virtuelles, des forums de formation, des visio-conférences, ainsi que des tutorats personnalisés en ligne. Le lieu de l’enseignement est repérable et unifié : les étudiants « si loin » se connectent à une plate-forme d’enseignement à distance sécurisé. Ils y reçoivent les cours, par étapes, pédagogiquement conçus. En 2009, Domuni dispose de plus de 170 cours en ligne, soit environ 20000 pages. Ces cours ne sont pas livrés comme des « syllabus » ou des « polycopiés ». Ils ont été ré-écrits et ré-aménagés pédagogiquement pour suivre une logique accessible, même à l’étudiant un peu isolé qui est seul devant son ordinateur. La qualité du cours est la base d’un bon enseignement à distance. Les mots difficiles ont été expliqués, les références sont précises, les bibliographies sélectionnées avec soin. La charge de travail est répartie par étapes, moins impressionnante, et suit une avancée programmée, d’un commun accord entre l’équipe pédagogique et l’étudiant. Par Internet, l’enseignement se libère donc des contraintes liées à l’espace et au temps. Les étudiants s’inscrivent et suivent leurs études de théologie en ligne, depuis Madagascar, Haïti ou Saigon. Une majorité est francophone (à 80 %) mais certains d’entre eux parlent une autre langue au quotidien.

26Mis à part les séminaires interactifs qui supposent une participation synchrone, le reste de l’étude peut se faire au rythme de l’étudiant. Celui-ci est invité à entrer dans un processus, un dynamisme et à se situer dans la situation de protagoniste de sa propre formation. Il définit sa vitesse de progression, sous la supervision du responsable pédagogique. Le rapport au temps est ainsi inversé : il est au service de la personne mais la personne en est pleinement responsable. L’anthropologie liée à Internet, faite d’instantanéité peut être, non pas une simple succession de moments, en une vision fragmentaire et presque désintégrée des parcours de formation – et à travers eux, des étudiants qui les font – mais au contraire une occasion de vivre l’instant pleinement. Il s’agit aujourd’hui de profiter du moment, non pas passivement, à la manière d’une culture hédoniste, mais activement, en s’engageant. Or, cet engagement est constitutif de soi. L’expérience montre que c’est bel et bien en forgeant que l’on devient forgeron. C’est en étudiant intelligemment que l’étudiant deviendra à son tour une personne et chrétien intelligent.

B. Stimuler la quête du vrai

27Internet instaure un rapport au temps qui permet d’être pleinement dans le temps sans être dévoré par le temps. N’est-ce pas en consonance avec une autre parole : « Être dans le monde sans être du monde » ? Il y a une forme d’affranchissement du conditionnement qui n’est pas pour autant une fuite hors du réel. Mais il y a un autre rapport au monde. Domuni a engagé un processus de formation fondée sur cet engagement des étudiants, et sur l’engagement réciproque de son dispositif pédagogique, conçue pour stimuler les étudiants à mobiliser leur intelligence et leurs ressources, et en encadrant avec confiance leurs propres potentiels.

  • 34 Définition d’un ingénieur selon Wikipédia.

28Sous-jacent, le travail de l’équipe pédagogique comporte une part importante d’ingénierie pédagogique. D’une part, il s’agit de concevoir, de coordonner et de mettre en œuvre des solutions matérielles ou logicielles à des problèmes variés, de nature technique, sous des contraintes de temps, de ressources et de respect des obligations légales34. D’autre part, les situations à gérer sont des situations pédagogiques : le but est de permettre aux étudiants de faire certains apprentissages, tout en assumant les contraintes externes (le plus souvent, leurs propres contraintes, liées à leur vie professionnelle et/ou familiale). Dans le cadre d’un enseignement classique, le modèle dominant de l’apprentissage est celui qui unit le professeur à son élève. Dans le cadre d’un enseignement par Internet, l’impact de l’environnement est tel qu’il convient d’établir la médiation d’une équipe pédagogique. Celle-ci comporte les professeurs mais aussi les tuteurs et les ingénieurs pédagogiques. Ceux-ci prennent une part importante dans le dispositif. Non substituables aux professeurs, ils assument une forme de médiation, en rendant favorable l’environnement, a priori défavorable (manque de temps et de disponibilité).

29Pour la théologie, et pour l’Église, l’enjeu est particulièrement important. Beaucoup de chrétiens manquent de confiance en eux, en leur propre formation, surtout en leur capacité à prendre la parole avec une relative autorité. Or, de plus en plus, ils seront amenés à prendre des responsabilités sur le plan de la formation au sein des mouvements et des paroisses. De plus en plus souvent également, ils seront interpellés, appelés à « rendre raison de l’espérance qui est en eux ». L’e-learning renouvelle la pédagogie et permet de répondre à ces besoins nouveaux. Le rapport maître/élève ne disparaît pas mais se modifie. Paradoxalement, plus grande est la proximité, la connivence intellectuelle, la recherche commune, le partage des connaissances et des méthodes. Mais c’est en tant qu’acteur que l’élève reçoit du professeur. Et le professeur tire son autorité de sa capacité à aider à penser, à baliser le chemin. Cette métamorphose relationnelle dépasse le face à face maître/élève, professeur/étudiant.

30Organiser un enseignement de la théologie va bien au-delà de mettre en rapport des contenus intellectuels avec des étudiants. Il s’agit de créer un espace de rencontre entre personnes où les questions comme les savoirs puissent s’échanger, où l’expérience (au sens d’épisodes vécus comme au sens de sagesse accumulée) puisse se partager, voire puisse décanter et se sédimenter. En un mot, il s’agit de favoriser la formation d’une communauté et d’une institution : la rencontre de personnes à travers des échanges de savoirs, mais aussi des processus d’organisation et de transmission. Cela est vrai pour un enseignement dans des salles de cours comme pour un enseignement à distance, qu’il se fasse par courrier ou par Internet.

31La difficulté se renforce lorsqu’il n’y a qu’un seul média, Internet, lorsqu’il ne s’agit pas de la simple extension de l’enseignement traditionnel vers d’autres étudiants plus lointains. Il faut reconstituer l’équivalent d’un creuset où s’organisent conférences et colloques, où se publient des revues, d’où se diffuse la recherche ; un lieu qui serve aussi pour la formation permanente des anciens étudiants comme pour tous ceux qui peuvent bénéficier du rayonnement ; un lieu d’échanges multiples et de mémoire commune, ce ‘corps’ dont nous parlions plus haut. Pour Domuni, la mise en ligne d’articles et de conférences d’accès gratuit, remplit cette fonction. Plusieurs milliers de personnes consultent, copient et diffusent ces analyses sur des sujets d’actualité. Les moteurs de recherche, comme Google, nous référencent en priorité. Internet favorise l’émergence d’une « intelligence collective » qui n’est pas sans rappeler la mise en commun des biens, fondatrice des premières communautés chrétiennes.

C. Une initiation évangélique

32L’expérience de Domuni rejoint celle de nombreuses universités qui proposent des formations à distance, par Internet et utilisent les nouvelles technologies pour enseigner.

33L’e-learning est un entrainement. Il implique et, plus encore, il forge une autonomie dans l’étude. L’étudiant en théologie est constamment stimulé : multiples sont tes occasions d’écrire, de rédiger des fiches de synthèse, de participer aux forums. Il y a un recul qui, bien encadré par l’équipe pédagogique, favorise la qualité des travaux réalisés. Il s’agit moins, à terme, de restituer des connaissances assez vite oubliées, que de savoir mobiliser tes sources, en les hiérarchisant et en décryptant les priorités. Une part importante de l’investissement de l’équipe pédagogique consiste à cet apprentissage auprès des étudiants. Ainsi, progressivement, en apprenant à se documenter et à se situer par eux-mêmes, les étudiants par Internet structurent leurs muscles dans un effort quotidien. La part de l’intériorité et de la méditation y est importante, celle d’un certain silence aussi. L’écrit évite le bavardage, le trop-plein de parole. Les mots sont pesés quand ils sont mis par écrit. L’écran de l’ordinateur qui pouvait apparaître comme un filtre ou un masque joue de fait un autre rôle, celui d’un écho, mais c’est un écho dans un certain silence, pour celui qui consent à se laisser guider et dépayser. Internet n’est plus cette terre étrangère. Il peut devenir ce « si loin et si proche », un rapport plus mesuré à soi et aux autres, plus réfléchi peut-être.

34Il y a une sagesse à découvrir dans et par Internet, par-delà les discours apologétiques ou critiques. Internet est un moyen simple d’apprendre, d’apprendre à apprendre, de se laisser rejoindre, d’aller à la rencontre des autres et du réel. Il est aussi pour les simples et les pauvres : pauvres de temps, d’argent, de relations, d’institutions et de moyens. Le chemin est parfois rude. L’étude solitaire est exigeante. Les limites personnelles de chacun apparaissent à leurs propres yeux : une certaine forme de lucidité s’impose d’elle-même. Dans l’Ordre des prêcheurs, cette lucidité liée à l’étude est la principale ascèse. Dans son sillage, Domuni est une expérience privilégiée. En cela, l’expérience est spirituelle.

Notes

1 Laurent Sorbier, Revue Esprit, mai 2006. Voir aussi www.sorbier.net.

2 Techniquement parlant, il convient de distinguer le Net du Web, le réseau et la toile. Le Net est apparu dans les années 1970 créé par des chercheurs et des militaires. En 1990, apparaît le Web, un premier moteur de recherche densifie le trafic. Le lien entre l’écrit et l’imprimé est rompu. Pour autant, nous adoptons la confusion des termes, issu du langage courant, qui consiste à désigner la même réalité en parlant de Net comme de Web. Voir Atlas de la mondialisation, « fractures numériques », p. 42, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2009.

3 Source GfK.

4 Selon comScore. Le nombre réel est sans doute plus élevé. Internet World Stats parle de 1,5 milliard de surfeurs au 30 juin 2008. En tout cas, entre 15 et 22 % de la population surfe sur Internet.

5 La fracture numérique (bien réelle) s’analyse plutôt en termes de « qualité » des installations techniques.

6 Les Échos, « Au commencement était la révolution numérique », no 19967, 24 juillet 2007.

7 Ibidem.

8 Ce rapport est accessible en ligne :
http://www.archipress.org/levy/cyberculture/cybercult.htm

9 Pierre Levy est professeur au département Hypermédia de l’université Paris VIII. Entretiens avec Le Temps, Genève, 22 janvier 2001.

10 Éthique et Infini. p. 18 : « La lecture de Bergson a correspondu à l’effroi de se trouver dans un monde sans nouveauté possible, sans avenir de l’espoir, monde où tout est réglé à l’avance... »

11 Éthique et Infini, p. 21.

12 Ibidem.

13 Ibid. p. 22.

14 Éthique et Infini, p. 21.

15 Emmanuel Levinas, Totalité et Infini, « Essai sur l’extériorité », Nijhoff, édition originale, 1971 ; Livre de Poche, « Biblio essais », Paris, 1987, seconde édition française.

16 Entre nous, p. 96.

17 Totalité et Infini, p. 15.

18 Ibidem, p. 14.

19 Ibid., p. 10.

20 Ibid., p. 10.

21 Ibid., p. 31.

22 Totalité et Infini, p. 24.

23 Ibidem, p. 24.

24 Ibid. p. 24.

25 Ibid. p. 24.

26 Totalité et Infini, « Essai sur l’extériorité », Nijhoff, édition originale, 1971 ; Livre de Poche, « Biblio essais », Paris, 1987, seconde édition française, p. 14.

27 Réseaux, volume 26, no 152, 2008, p. 93-137. Le design de la visibilité, cartographie du Web 2.0.

28 Jean-Paul II, La personne, don et mystère.

29 L’expression est de Marshall Mac Luhan (1911-1980), philosophe et théoricien canadien de la communication.

30 Totalité et Infini, p. 196.

31 Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS, Internet et après ?, p. 106.

32 André Akoun, « Nouvelles techniques de communication et nouveaux liens sociaux ».

33 Jean-Paul II, allocution aux Journées mondiales des communications sociales, 24 mai 2002.

34 Définition d’un ingénieur selon Wikipédia.

Auteur

Philosophe et théologienne, Domuni (Toulouse)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search