Version classiqueVersion mobile

Actualité de la pensée juridique de Jeremy Bentham

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Le bienfaiteur utile du pauvre

Fernand Tanghe

Texte intégral

1Comme l'œuvre de Bentham est parsemée de réflexions sur la pauvreté et les pauvres, ce serait une gageure que de prétendre écrire un texte sur tous les aspects de sa pensée concernant le paupérisme. Je me limiterai donc, en m'en tenant aux textes qui se penchent plus spécialement sur ce sujet : les Tracts on Poor Laws, écrits en 1797. Il s'agit d'une part d'une contribution aux Annals of Agriculture d'Arthur Young dans laquelle l'auteur formule ses projets personnels, l'Outline of a Work Entitled Pauper Management, d'autre part de l'analyse critique d'une proposition de loi de Pitt, analyse non publiée durant la vie de Bentham et qui a pour titre Observations on the Poor Bill Introduced by Mr. Pitt (Edition Bowring, t. VIII, p. 358-439 et 440-461). Pour bien saisir les idées de l'auteur il faut inverser l'ordre suivi par Bowring : d'un point de vue logique, le règlement de compte avec Pitt précède l'alternative formulée dans le premier texte. Commençons donc par la critique du droit à l'assistance défendu par Pitt.

  • 1 II existe une littérature énorme sur le sujet, qui est surtout l'œuvre d'historiens anglais. Dans (...)

2D'emblée, les choses se compliquent : il nous faudra faire un détour avant de résumer la polémique de Bentham. Celle-ci présente en effet au moins autant d'intérêt par ce qu'elle ne dit pas que dans la critique qu'elle développe. Deux présences/absences dans le texte de Bentham : le mouvement des enclosures (une seule allusion, sur laquelle je reviendrai) et le système d'allocations prévu par Speenhamland (dont l'auteur ne dit mot) ; deux blancs qu'il faut remplir sous peine de manquer la portée du raisonnement. D'abord les enclosures : mot signifiant la divison, l'allotissement et la clôture des champs, prairies et pacages ouverts, et des terres vagues et communes d'une paroisse1. Les terres concernées par le mouvement des enclosures sont donc les "open fields" et les "common wastes", les deux piliers sur lesquels reposait l'agriculture traditionnelle. Les premiers sont des étendues de terrain sur lesquelles les propriétés de plusieurs ayant-droits se trouvent dispersées et mêlées. Il s'agit bien de propriétés privées, mais sous forme d'un grand nombre de parcelles disséminées un peu partout dans le village : un individu peut posséder soit une seule parcelle, soit un certain nombre de parcelles dispersées. Ce qui importe, c'est qu'à cause de l'enchevêtrement des propriétés, ce régime foncier impose une forme d'agriculture empêchant le développement des implications de la propriété privée au sens moderne du mot. Le système de culture qui en découle est incompatible avec ce qu'on a appelé l'individualisme agraire. Le paysan est forcément solidaire de tous ceux qui l'entourent, il ne peut rien faire sans leur concours ou consentement : ni cultiver ce qu'il veut ni choisir le moment des différents travaux ; a fortiori ne peut-il être question d'expérimenter de nouvelles cultures. L'open field impose des servitudes : il faut traverser la propriété des autres pour accéder à ses propres terres ; impossible donc d'établir des clôtures. La seule issue, c'est l'exploitation selon des règles communes : la fumure, le labourage, les semailles, la moisson ont lieu à des moments fixés pour toute la paroisse. Maintenir la division des parcelles entre la récolte et les semailles ne présenterait aucun intérêt : l'open field prend donc l'aspect d'une propriété collective, il devient pour un temps le terrain de pâture où tous les propriétaires, indistinctement, envoient leurs bêtes.

3D'autre part, il y a les "common wastes'' ; des terres incultes qui sont une propriété commune de tous les propriétaires du village. Ils possèdent un droit de pâture pour un nombre d'animaux à proportion de leur propriété personnelle, ils peuvent y couper du bois, éventuellement pêcher, etc. Ces terres incultes offrent aussi des avantages aux non-propriétaires du village : ils peuvent y envoyer paître les quelques bêtes qu'ils possèdent parfois, y ramasser du bois mort pour le chauffage, y construire même d'humbles cottages avec des matériaux pris à même le communal. Il ne s'agit pas d'un droit reconnu ou écrit, mais l'usage et une tolérance ancienne permettent aux pauvres campagnards de profiter du bien communal et de survivre ainsi d'un équilibre précaire entre une économie de subsistance et un travail pauvrement rémunéré. Cet usage, d'une importance vitale pour les ouvriers agricoles, présente aussi quelque intérêt pour les propriétaires : il permet des bas salaires, puisqu'il représente un complément en nature.

4Les enclosures sont donc d'abord un remaniement de la propriété foncière, le remembrement et la redistribution des terres d'une paroisse : on fait des champs ouverts et des communaux des propriétés fermées, on réunit les parcelles dispersées et partage les champs indivis en domaines compacts, indépendants les uns des autres et entourés de haies continues. Or, il y avait longtemps que cela se pratiquait, mais à une échelle beaucoup plus réduite qu'au temps de Bentham. Avant le 18ème siècle, il s'agissait plutôt d'enclosures "sauvages" : le législateur s'y opposait, invoquant l'argument qu'elles provoquaient la dépopulation des villages concernés (parce qu'on convertissait les terres arables en pâturages : de son temps, Thomas More remarquait déjà que les moutons élevés pour l'industrie de la laine mangeaient les hommes). Au 18ème siècle, c'est l'inverse qui se produit : les enclosures sont légalisées et encouragées par des actes du Parlement. Leur nombre progresse à un rythme accéléré, finit par provoquer un véritable raz-de-marée : de 33 actes du Parlement entre 1720 et 1730 à 642 entre 1770 et 1780, 906 entre 1800 et 1810 ; à côté de ces décisions du Parlement, de plus en plus d’enclosures se pratiquent par la voie de rachats "à l'amiable". Pourquoi ce mouvement irrésistible ? C'est que l'aristocratie s'est convertie à l'agromanie : elle veut entreprendre la mise en valeur méthodique de ses domaines, améliorer les cultures, pratiquer un élevage systématique, s'enrichir par le ravitaillement des villes en viande. Le système de l'open field constitue un obstacle pour l'application de méthodes nouvelles : beaucoup de terres demeurent incultes, sont abandonnées à la stérilité ; celles qui sont cultivées le sont souvent mal et d'une manière primitive, l'assujettissement à la routine commune interdit toute expérience, les jachères représentent un gaspillage (persistance de l'assolement triennal). D'où l'offensive des grands propriétaires ; ce sont eux qui prennent l'initiative des pétitions adressées au Parlement.

  • 2 E. P. THOMPSON, The making of the English working class, Londres, Penguin Books, 1980, pp. 240-241 (...)

5Dans la redistribution des terres, le perdant c'est d'abord le petit cultivateur indépendant : les meilleures vont aux plus riches. En plus, il est obligé d'entourer sa nouvelle propriété de haies, ce qui coûte du travail, de l'argent, et de participer aux frais généraux de 1'enclosure, souvent considérables (irrigation, construction de routes, drainage etc.). D'où découragement et endettement, avec pour résultat prévisible la vente de son lopin aux propriétaires riches : ceux-ci avaient d'ailleurs sollicité l'acte d'enclosure dans le but avoué d'accaparer les terres des petits paysans ; ainsi s'explique leur disparition au long du 18ème et au début du 19ème siècle. Quant aux cottagers et journaliers, il n'est plus question qu'ils vivent sur les terres incultes ou en tirent avantage : elles vont disparaître et la classe possédante ne manque aucune occasion de rappeler aux pauvres qu'ils n'avaient aucun titre légal à la jouissance des communaux. Ce n'est pas tout : le recul de la petite culture est suivi par l'extension des pâturages, le nombre des ouvriers requis diminue donc. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que les enclosures provoquent parfois des émeutes ou des réactions violentes de la part du petit peuple2.

  • 3 P. DUMOUCHEL, L'ambiance de la rareté, in P. DUMOUCHEL & DUPUY, L'Enfer des choses, Paris, Seuil, (...)

6Les enclosures ne sont donc pas une simple redistribution des terres existantes, mais une véritable restructuration du régime foncier dans un sens capitaliste, la conséquence du désir des plus forts de traiter leur propriété comme un capital. En réduisant la main-d'œuvre, ils diminuent les frais ; en appliquant des méthodes nouvelles, ils augmentent la production et les bénéfices. Ils se libèrent des routines et des gaspillages, mais se soucient beaucoup moins du coût social de l'opération, c'est-à-dire de la disparition des institutions coutumières protectrices de l'individu, et des hommes qui comptent peu à leurs yeux à côté du rendement et de la croissance de la productivité. Les propriétaires terriens se sont convertis à la concurrence parce qu'ils enviaient la bourgeoisie commerçante et ses succès, maintenant qu'ils se sont constitués en doubles leur rivalité mimétique provoque l'exclusion sociale des tiers, petits paysans et journaliers ; c'est ce que Dumouchel a appelé l'institution sociale de la rareté. Etrange paradoxe : il y a toujours autant de terres mais elles ne suffisent plus pour satisfaire les besoins de tous, la production augmente mais les pauvres n'en tirent aucun avantage car il y a moins de travail. Le moyen même par lequel on prétend lutter contre la rareté, la multiplication productiviste des biens et des objets, crée la rareté, les méthodes par lesquelles on accroît la production agricole instituent la rareté des terres et des subsistances. Les grands propriétaires se disent convaincus que l'accroissement de la production ne peut qu'être un bienfait pour tous. Mais ce qui était pour eux une évidence et l'est devenu pour nous : l'augmentation de la productivité, la rationalisation du travail agricole, la simplification des tâches, la réduction de l'effort fourni pour un rendement égal, l'élimination des déplacements inutiles, tout cela ne va de soi qu'au moment où le travail devient le moyen d'autre chose, quand il est conçu dans une optique productiviste et qu'il faut produire plus ou à moindres frais pour le marché. Pour ceux qui en ce temps-là vivaient d'une économie de subsistance, la rationalisation du travail ne fait aucun sens car il n'est pas le moyen d'autre chose, il fait tout simplement partie de la vie, la terre n'est pas seulement un espace de production, mais avant tout le monde que les hommes habitent. Avec les enclosures, la terre devient un ensemble d'objets exclusifs, de propriétés privées au sens absolu : l'ancienne communauté villageoise et les obligations traditionnelles de solidarité n'ont plus de raison d'être. La restructuration de la propriété provoque l'extériorité des villageois : l'autre face de celle-ci c'est pour le paysan l'obligation de produire plus afin de compenser la perte de son droit d'accès aux communaux ; la solidarité n'est donc plus de mise, même la générosité devient rare. Quant aux propriétaires riches ce sont eux qui, en bonne conscience productiviste, ont suscité l'exclusion sociale ; les tiers, paysans qui perdent leur indépendance, ouvriers qui tombent dans un état d'indigence, n'ont plus droit qu'à l'indifférence des doubles. Non qu'ils en veuillent particulièrement aux pauvres, ils ne leur font aucune violence ouverte, ils s'en désintéressent tout simplement : on n'a pas de devoirs envers eux, d'ailleurs ils n'avaient pas de droit légal à la jouissance des communaux. C'est la violence de la rareté ; une violence invisible, sans visage, celle de l'indifférence3.

  • 4 G. NICHOLLS, A history of the English Poor Law, Londres, Frank Cass & Co, 1967, I, pp. 279 et suiv

7Mais les choses ne sont pas si simples : les pauvres ne disparaissent pas aussi facilement de la surface du globe terrestre que les open fields et les communaux. On s'attendrait à ce qu'ils quittent leurs villages pour chercher leur salut sur le marché du travail de la nation (d'autant plus que la création d'un marché de la terre par les enclosures va dans le sens du capitalisme qui, pour triompher, requiert aussi la présence d'un marché concurrentiel du travail). En effet, en 1795, on assouplit largement l'Act of Settlement ; celui-ci, datant de 1662, avait instauré un système de servage paroissial qui empêchait la mobilité du travail : tout individu qui changeait de résidence pouvait à tout moment être renvoyé dans la paroisse où il avait son domicile légal. Pour l'expulser, il n'était pas nécessaire qu'il fût dans un état d'indigence réclamant des secours immédiats et rendant sa présence onéreuse pour la paroisse où il venait de s'établir ; il suffisait que l'éventualité en fût regardée comme probable4. L'Act of Settlement impliquait donc une extraordinaire rigidité dans la répartition de la force de travail, constituait un obstacle à la mobilité physique indispensable au fonctionnement d'une société de marché. Depuis longtemps, les libéraux fulminaient contre ce système. Adam Smith y voyait le comble de l'absurde : il empêche les gens de trouver des emplois utiles et interdit au capitaliste de trouver des employés ; il ôte à l'ouvrier une chance de gagner sa vie et le condamne à l'indigence et à l'assistance paroissiale si le travail manque sur place. En 1795, une nouvelle loi retirait aux autorités locales le droit d'expulsion préventive : seules les personnes sans moyens d'existence, tombées effectivement à charge de l'assistance publique peuvent être renvoyées dans leur pays d'origine ; en cas de maladie ou d'infirmité elles ont droit à un délai. Il y avait synergie entre cette nouvelle loi et le mouvement des enclosures : tous deux allaient dans le sens de la création d'une société de marché. Mais c'est ici qu'entre en jeu un phénomène qui allait à l'encontre de l'institution d'un marché national du travail : dans la même année, les juges du Berkshire réunis à Speenhamland décidaient d'accorder des compléments de salaire conformément à un barême indexé sur le prix du pain, si bien qu'un revenu minimum devait être assuré aux pauvres indépendamment de leurs gains. Pour déterminer le niveau du complément, on tiendrait compte du nombre d'enfants : en même temps donc, on instituait en quelque sorte un système d'allocations familiales. Aucun homme ne devait redouter la faim : la paroisse entretiendrait sa famille quelle que fût la faiblesse de ses gains. C'était une innovation par rapport à la Poor Law élisabéthaine (1601) : celle-ci ne prévoyait pas de compléments et forçait les pauvres à travailler pour le salaire. Dans le système de Speenhamland, même quand on avait un emploi on était secouru tant que le salaire demeurait inférieur au revenu familial qu'accordait le barême. En fait, l'édit reconnaissait un droit de vivre indépendamment du travail, il proclamait le droit à l'assistance sous forme d'un droit inconditionnel au secours incompatible avec le système salarial.

  • 5 B. INGLIS, Poverty and the industrial révolution, Londres, Hodder & Stoughton, 1971, p. 50.

8Il existait plusieurs raisons pour prendre une telle mesure : la dislocation provoquée par la guerre avec la France, les mauvaises récoltes de 1794 et 1795, la disette et le prix exorbitant du pain provoquant des émeutes, l'hiver extrêmement rude de 1794-95, le développement d'un mouvement jacobin dans le pays. Le spectacle de la France donnait à réfléchir : Speenhamland était d'abord inspirée par la crainte d'un soulèvement populaire, c'était une assurance contre la révolution, une mesure conçue comme circonstancielle. Mais cette mesure d'urgence allait durer, elle se généralisera même très vite dans les campagnes et ne sera abrogée qu'en 1834, au moment de la réforme de la Poor Law. A cela, il y avait d'autres raisons. D'abord, il est évident que Speenhamland compensait en quelque sorte l'effet des enclosures : le système d'allocations se répandait surtout très vite dans les régions où celles-ci avaient exercé des ravages5. Les gros fermiers avaient un autre motif que celui d'alléger la détresse rurale consécutive aux enclosures. En fait, ils ne voulaient pas d'un marché du travail à l'échelle de la nation : il aurait bouleversé les conditions locales. En effet, pour assurer leur production, ils avaient besoin d'une réserve de main-d'œuvre dans laquelle ils pouvaient puiser à tout moment : la campagne requiert beaucoup plus de forces de travail au printemps et en automne que durant la morte-saison ; en plus, il y a des travaux occasionnels exigeant la présence sur place d'une réserve constamment à la disposition du fermier. Assurer cette disponibilité signifie entretenir les travailleurs ruraux pendant les périodes d'oisiveté en vue de leur emploi dans les moments de pointe ou d'urgence : donc les rendre dépendants de l'assistance paroissiale. Speenhamland devait empêcher la dépopulation des campagnes, son succès s'explique en partie par la crainte des fermiers de devoir entrer en concurrence avec les employeurs urbains, c'est-à-dire de devoir payer des salaires plus substantiels par suite d'émigrations qui auraient été l'effet logique des enclosures.

  • 6 B. INGLIS, Op. cit., p. 327.
  • 7 Sur Speenhamland, K. POLANYI, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983, pp. 113-144, 365 e (...)

9L'assouplissement de l'Act of Settlement rendait plus tentant la migration en quête d'emploi, Speenhamland rendait cette quête moins impérative et contrecarrait l'attrait des salaires urbains. Mais ce système avait des effets pervers. Les propriétaires terriens en profitaient pour baisser les salaires : les allocations assuraient de toute façon un revenu minimum aux travailleurs et ce qu'ils perdaient sur la taxe des pauvres, ils le récupéraient plus que largement sur la dépense salariale. Car la taxe était payée par tous les propriétaires du village, grands et petits : ces derniers n'avaient pas droit aux prestations parce qu'ils possédaient un lopin de terre ; à cause de la baisse des salaires, ils ne pouvaient plus louer leurs bras aux gros fermiers à un prix raisonnable. Conséquence : ils vendaient bientôt leur terre pour aller rejoindre la masse des indigents assistés. Les petits paysans qui trimaient du matin jusqu'au soir pour épargner quelques sous étaient donc pénalisés par le système6. Les ouvriers, de leur part, ne pouvaient se défendre contre les bas salaires : les Anti-Combination Laws de 1799-1800 interdisaient toute coalition et toute revendication salariale ; c'est avec l'appui de ces lois répressives que les propriétaires terriens allaient transformer Speenhamland en un système de subvention pour les employeurs. Mais comme les salaires tombaient partout en-dessous du barême fixé par Speenhamland, les pauvres n'avaient pas intérêt à travailler, puisque leur revenu était de toute façon assuré par les allocations. Le salaire devenait en fait un appoint ; à côté des allocations, il avait de moins en moins d'importance. D'où baisse de la productivité : en théorie, le travail demeurait obligatoire, mais les ouvriers se considéraient comme des travailleurs forcés, travaillaient donc peu et mal ; le travail devenait un semblant d'activité maintenu pour sauvegarder les apparences. Pour le petit paysan qui engageait de tels ouvriers et que ruinait déjà la contribution au fonds de la loi, c'était une raison de plus pour tout envoyer au diable et aller grossir à son tour le rang des assistés. Speenhamland devait freiner la prolétarisation, son résultat était la paupérisation des masses : le droit à l'existence, par ses modalités d'application et ses effets pervers, se muait en une machine à fabriquer la misère physique et morale7.

  • 8 Edition Bowring, vol. VIII, p. 442.
  • 9 Op. cit., p. 443.

10La proposition de Pitt date de 1796 : il voulait non seulement donner force de loi au système de Speenhamland mais aller au-delà, c'est-à-dire, comme nous le verrons, revenir sur les effets des enclosures. De tout cela, Bentham ne souffle mot, ni des conditions historiques et sociales qui ont inspiré le projet : il se meut exclusivement dans la sphère des principes. Quand Pitt défend les compléments de salaire, Bentham (tout en reconnaissant que le salaire est souvent en-dessous du minimum vital) répond par le refus de toute réglementation. La première possibilité (rejetée par Pitt), c'est de fixer un salaire minimum qui garantit la subsistance. Cela va à l'encontre de la loi de l'offre et de la demande, c'est donc une mesure illusoire qui non seulement ne garantit pas le travail mais fait augmenter le chômage : "thereby you exclude from employment many persons who might otherwise have obtained it"8. L'autre possibilité, la mesure préconisée par Pitt : verser des compléments de salaire à l'ouvrier sans qu'on exige de lui un travail supplémentaire, serait tout simplement néfaste. En assurant à tous un revenu minimum indépendamment du travail fourni, on donnerait une prime aux paresseux, on pénaliserait l'ouvrier consciencieux et zélé. En effet, pour se prémunir des effets de cette prime à la paresse, l'employeur baissera les salaires, l'ouvrier exemplaire ne recevra pas plus que son camarade fainéant. La raison profonde pour laquelle Bentham est hostile à ce système, c'est qu'il s'agit d'une mesure égalisatrice, elle menace les vertus productivistes de la propriété privée : "The equalization System, as applied to wages, seems hardly less threatening to industry, and thence to property (to say nothing of the expense) than, as applied to property, it would be to property, and thence to industry"9. En plus, le texte de Pitt définit le revenu minimum comme l'équivalent de la "full rate of wages", mais il n'explique pas ce qu'il entend par cette dernière formule ; or, les besoins sont élastiques : les allocations vont donc croître partout, les régions où elles demeurent modérées vont se dépeupler et les villes où les autorités ont la main généreuse seront prises d'assaut.

  • 10 Op. cit., p. 446.

11Pitt propose aussi d'accorder des allocations familiales aux pères ayant plus de 2 enfants en-dessous de l'âge de 5 ans et aux veuves ayant plus d'un enfant en-dessous du même âge ; en contrepartie de ces prestations, on enverra les enfants au-dessus de l'âge de 5 ans dans une school of industry où ils travailleront et où ils recevront une formation technique. Bentham trouve que le critère adopté pour le secours rend la mesure inefficace : certains qui ne se trouvent pas dans un véritable état d'indigence recevront de vrais cadeaux, pour d'autres les allocations ne suffiront pas. Quant à la contrepartie, l'obligation de travailler dans une school of industry, elle est plutôt théorique. Il faudra d'abord bâtir ces écoles, cela coûte cher : il faudra la collaboration de plusieurs paroisses. Or, une école pour plusieurs paroisses, cela signifie que la distance entre le domicile des parents et l'école sera trop grande pour y envoyer les enfants : pas de garantie de renfermement donc. Finalement, cumuler des compléments de salaire et des allocations familiales revient à encourager deux fois la fainéantise : "First comes the pay of the idler, made up to an equality with the earnings of the industrious ; then come the extra children of the idler to be put in whatsoever number upon the pensionlist"10.

  • 11 Op. cit., p. 447.
  • 12 Op. cit., p. 448.
  • 13 Op. cit., p. 449.

12Là où Pitt va décidémment trop loin, c'est quand il propose de revenir sur les effets des enclosures. Aux pauvres qui ont un lopin de terre ou qui sont autorisés à utiliser les communaux il voudrait donner de l'argent pour acheter un animal "productif" : une vache, cela donne du lait, assure jusqu'à un certain point la subsistance, de sorte que le pauvre serait moins à charge de la communauté. Bentham s'oppose à la "cow-money clause", d'autant plus qu'il ne s'agit plus d'allocations ; les autorités fournissent un véritable capital, plus même, elles en garantissent la continuité : "Hitherto the danger of profusion has confined itself to income : it now threatens capital. In the preceding clauses the allowances authorized, how much soever too ample, continued to be (...) in the first instance occasional only, at the worst graduai, accomodated as to their rate of efflux to the influx of the fund from which alone they could be derived. Here capital is given under the very name of capital, and as a substitute of income (...). The spigot was there opened, here the bung hole"11. En effet, supposons qu'on donne une vache au pauvre et qu'elle disparaisse ou ne produise plus de lait après un certain temps : il faudra la remplacer ; on assure donc sa subsistance ad infinitum. Mais on ne lui donne pas directement la vache, mais l'argent pour l'acheter : et s'il l'utilise pour aller au cabaret ? En plus, il peut mentir, il va sûrement mentir : dire que la vache est morte ou volée quand il l'a en fait vendue pour boire tout sauf du lait ; il faudra quand même lui donner une nouvelle somme. Tout secours alloué doit promouvoir l'amour du travail et les habitudes productives, or, le don d'une vache n'encourage pas le pauvre à travailler : "Attendance upon a single cow is a species of industry, if industry it can be called, which is, of anything that can bare that name, the nearest of kin to idleness"12. Nous ne sommes pas au bout de nos peines : il faudra procurer un terrain pour la vache, c'est-à-dire soit fournir un lopin individuel au pauvre, soit lui permettre d'utiliser des communaux. Dans le dernier cas, on lèse les autres usagers : bientôt, les communaux vont être surpeuplés, la productivité du sol diminuera, la vache du pauvre ne sera même plus capable de donner du lait, les vaches des autres usagers deviendront elles aussi moins productives et il faudra donc dédommager ceux-ci. De toute façon, la survivance des communaux est nuisible, c'est autant de terre qui est perdue pour une agriculture rentable. La proposition de Pitt est un pas en arrière, il voudrait annuler les effets bénéfiques des enclosures : "The tendency of the General Enclosure Bill seems alike favourable to the interests of the rich and the poor (...) Its most direct and prominent object is the giving facility to the wealthy towards the augmentation of their wealth. But at the same instant it effects with equal certainty an object of still higher amount, the rising of the wages of labour"13.

  • 14 B. INGLIS, op. cit., p. 103.

13Bentham était loin d'être le seul à s'opposer à l'attribution d'une parcelle aux cottagers en guise de compensation pour les enclosures. Une telle mesure aurait sûrement diminué la taxe des pauvres : elle leur aurait donné la possibilité d'une vie indépendante. Mais voilà justement le hic : assurer cette indépendance aurait voulu dire diminuer l'offre des forces de travail, les fermiers auraient été obligés de payer des salaires plus substantiels. Cependant, à mesure que l'effet des enclosures devenait visible, s'élevaient de plus en plus de voix pour demander une "restitution" pour les pauvres. Bentham s'en tient à une opposition de principe : tout compte fait, dit-il, il vaudrait mieux donner un métier à tisser aux pauvres, c'est un capital qui ne risque pas de tomber malade ou de mourir subitement, mais de toute façon, on ne distribue pas des moyens de production gratuitement. Une telle opposition de principe ne suffira bientôt plus pour étouffer les voix opposées ; c'est alors qu'on invoquera l'argument malthusien : offrir un lopin de terre aux pauvres, ce serait les encourager à se marier et à procréer ; l'avantage serait de courte durée, avant peu le remède deviendrait pire que le mal, pour les pauvres tout autant que pour les contribuables14.

14Pour finir, Pitt veut empêcher la prolétarisation du petit paysan : ce serait cruel si des circonstances passagères le faisaient tomber dans un état d'indigence et lui faisaient perdre son indépendance d'une façon irréversible. Donner seulement des secours à ceux qui n'ont pas d'économies ou ne disposent d'aucun bien serait donc dégradant. Mieux vaut prévenir la déchéance du pauvre si les revenus de son travail ne suffisent pas pour le faire vivre, à condition toutefois que sa propriété visible ne dépasse pas un certain seuil, se réduise à une chaumière, un petit lopin de terre, quelques instruments de travail. On ne sera pas étonné de voir Bentham condamner la mesure, puisqu'elle est de nature à freiner l'effet des enclosures : il parle d'"opulence-relief clause", insinuant par là que le droit à l'assistance favorise maintenant les gens aisés. La clause ne fait pas de distinction entre le véritable indigent et celui qui vit du travail de ses mains : ce dernier peut "jouir d'une relative opulence, posséder des biens, pas seulement visibles d'ailleurs, il n'existe aucune raison avouable de lui venir en aide. Si l'Etat assurait l'indépendance des gens, se portait garant du niveau d'aisance auquel sont accoutumés les individus, quelle serait la situation en résultant ? Une partie toujours plus grande de la population vivrait sur le dos des autres. La déchéance est certes une chose déplorable, mais la charité privée suffit pour la prévenir : supposons en effet que l'individu menacé soit honnête et laborieux, une victime innocente de revers de fortune ; n'est-il pas évident qu'il sera sauvé par ses proches ? Ne devrait-on pas conclure de ceci que de fortes présomptions d'imprévoyance et de mauvaise conduite pèsent sur celui qui n'est pas aidé par son entourage ?

  • 15 Edition Bowring, vol. VIII, p. 456.
  • 16 E. HALEVY, The growth of philosophical radicalism, Londres, Faber & Faber, 1972, p. 232.

15En dépit de la critique du langage de Pitt, de ses confusions et de ses incohérences, critique souvent justifiée mais témoignant parfois aussi d'une mauvaise foi évidente, tous les éléments du texte de Bentham convergent vers l'unique thèse : l'individu n'a aucun droit aux secours ; cette thèse implique un double rejet : celui du droit à l'assistance et celui des secours à domicile, 1'"outdoor relief" qui est l'inévitable traduction du premier. En effet, le projet de Pitt, fidèle en ceci à l'esprit de Speenhamland, reconnaît, plutôt que le droit au travail, un droit à l'assistance. Or, le premier, tout aussi illusoire que le dernier s'il est conçu comme un droit subjectif, s'accompagne au moins d'une contrainte, le devoir de travailler, de produire l'équivalent de ce qu'on reçoit, contrepartie que les autorités peuvent extorquer au besoin par des mesures de contrainte. Certes, le projet de Pitt suppose que les bénéficiaires de la loi ne refuseront pas le travail ou l'instruction qu'on leur impose, sous peine de perdre le droit aux secours. Mais cela c'est une exigence plutôt platonique : il faudra d'abord qu'on procure du travail ou de l'instruction aux pauvres ; même si on admet que ce soit faisable, cela demandera du temps. Or, le besoin ne connaît pas de délai : le droit devient exigible avant que le devoir ne puisse être imposé15. Le droit à l'assistance n'est pas seulement néfaste, il est illusoire. Dans d'autres textes de la même période, Bentham argumente que ce droit, considéré du point de vue des individus débiteurs, provoque le renversement du principe de propriété, tandis qu'il est impossible, du point de vue de la société, de le garantir. Il n'y a qu'un moyen pour assurer la subsistance des gens et il est de nature non-juridique : seule la croissance économique peut créer une situation dans laquelle les besoins de tout le monde seront satisfaits. Parler de garanties juridiques, c'est fournir aux pauvres des armes contre les propriétaires16. Non seulement on suscite des espoirs illusoires, mais on établit un lien entre la question des subsistances et l'idée d'un droit à l'insurrection : le spectacle de la France montre où cela mène.

16Ce qui se trouve refoulé par l'argumentation économiste de Bentham, c'est que la croissance économique, en créant la rareté des terres et des subsistances, avait justement amené la négation du droit à l'existence du pauvre : le droit à l'assistance n'était en fait qu'une mesure pour compenser l'effet des enclosures. Bentham, qui croit encore pouvoir réfuter ce droit en invoquant la croissance, ne convaincra pas tout le monde. La critique du droit à l'assistance ne prendra toute sa vigueur que quelques années plus tard, quand elle s'armera des arguments malthusiens. Si les pauvres se multiplient de façon inconsidérée, même la croissance économique ne pourra pas assurer leur subsistance ; le droit à l'assistance est donc doublement illusoire, absurde même, car il nourrit les éléments les moins valables du corps social au détriment des éléments productifs, il encourage la procréation sans favoriser la croissance des subsistances. L'argument sera une arme redoutable contre Speenhamland et surtout contre le principe des allocations familiales ; ce n'est pas un hasard si les disciples de Bentham qui allaient liquider Speenhamland par la réforme de la Poor Law en 1834 avaient relu leur maître à travers les lunettes de Malthus.

  • 17 Ibidem, p. 232.
  • 18 Townsend employait des termes plus crus : "La faim domptera les animaux les plus féroces, elle ens (...)

17Finalement, pour Bentham, le droit à l'assistance est aussi superflu. On sait qu'en matière économique il est adepte de l'harmonie naturelle des intérêts. Si la loi ne peut rien faire de façon directe pour assurer la subsistance des gens, cela signifie d'une part qu'accorder des droit sociaux aux pauvres serait une méconnaissance de lois naturelles, d'autre part ces lois sont le seul éperon qui les incite à travailler. Elles permettent donc d'économiser sur le droit, en d'autres mots, il faut abandonner le pauvre à la pénalité naturelle du marché : "The force of the physical sanction being sufficient, the employment of the political sanction would be superfluous". Aucune sanction politique, qu'elle soit de nature répressive ou charitable, ne peut produire avec la même efficacité ce qui est assuré par la rétribution naturelle du travail et de la paresse : "The motives which depend on laws are more or less precarious in their operation (...). But the natural effects, which may be regarded as nature's punishments and rewards, scarcely admit of any uncertainty. There is no evasion, no delay, no favour"17. Le calcul des peines et des plaisirs exige qu'aucune mesure superflue ne soit prise : si la faim peut arranger les choses, pas besoin d'autre sanction18. Or, le besoin et sa satisfaction sont des punitions et des récompenses suffisamment fortes pour dispensér le législateur d'intervenir : si l'on n'avait pas fait des lois pour assurer la subsistance, tout le monde aurait accompli les efforts requis pour l'assurer par lui-même.

  • 19 A première vue, cela est contredit par certains textes où Bentham semble préconiser l'intervention (...)

18Mais si le droit à l'assistance est une intervention illicite de la loi juridique dans un domaine qui n'est pas le sien, celui des lois naturelles de l'économie, de la nature et de la nécessité, cela ne veut pas dire que toute intervention politique entre en collision avec l'ordre naturel : si elle soutient et assure cet ordre, qui est le vrai fondement de la légalité politique, si elle aide à le construire et à le maintenir, elle sera justifiée. Au fond, Bentham ne croit pas tellement à l'autosuffisance de la société économique. Cela nous renvoie à l'ambiguïté de sa pensée : d'un point de vue économique il met l'accent sur l'identité naturelle des intérêts ; d'un point de vue politique il préconise l'identification artificielle des intérêts19. Mais celle-ci invoque une téléologie historique qui assurerait la réalisation graduelle de l'identité naturelle, elle repose sur la foi en un progrès continuel de nature économique : l'abondance, par exemple, présuppose la subsistance, elle est le résultat graduel des mêmes mécanismes qui assurent la deuxième. Or, ce n'est pas l'abondance qui fait problème, mais sa condition nécessaire, la subsistance. Pourquoi donc ? parce que l'ordre naturel n'a pas sa demeure chez les pauvres : dans leur cas, la nature n'est même pas une promesse historique. D'où la transition vers un point de vue politique dans lequel prévaut l'identification artificielle. Concrètement, s'impose la nécessité d'une technologie politique capable d'incorporer "la nature" dans la personne du pauvre. Le laissez-faire assure automatiquement le plus grand bonheur du plus grand nombre, oui, mais à condition que le gouvernement soit l'agent de réalisation de ce bonheur en éliminant les obstacles au fonctionnement spontané des lois du marché, ce qui signifie par exemple conditionner le comportement de l'individu déficient de façon à le rendre conforme à ces lois. Là où la nature manque au rendez-vous, il faut la produire : il s'agit de créer chez les pauvres une disposition naturelle au travail de telle sorte que celui-ci ne soit plus une habitude décousue mais une activité normalisée, effectuée avec la régularité invariable de l'automate. Une nature humaine conforme aux lois naturelles de l'économie est une œuvre d'art. Si les pauvres font l'objet de cette production c'est que, contrairement aux bons calculateurs, ils sont mauvais juges en ce qui concerne leurs intérêts qui ne peuvent donc être identifiés que de façon artificielle avec ceux des autres. L'autre nom de leur intérêt c'est le travail régulier, l'effort ininterrompu, ce qu'hélas ils ne comprennent pas. Produire la nature voudra donc dire transformer une foule d'individus irréductibles, misérables ou nomades, en une masse homogène et laborieuse, i.e. un capital humain.

19Condamner le droit à l'assistance n'implique donc pas le rejet de toute politique sociale. Ce droit en effet, précisément parce qu'il est un droit de l'individu, présente l'inconvénient de prendre une forme particulière : l'outdoor relief ; il ne permet pas d'enfermer les pauvres. Ce système ne donne pas les moyens de contrôler leur comportement, a fortiori n'est-il pas capable de produire en eux la nature requise par les lois naturelles de l'économie. L'assistance, n'étant pas un droit, doit prendre la forme de la contrainte : en d'autres mots, la nature manquante exige le renfermement. Le Panoptique sera la machine qui moud les pauvres paresseux pour en faire des corps producteurs.

20Au début de cet article j'ai dit que le texte sur Pitt commande, d'un point de vue logique, l'alternative proposée par Bentham ; cela mérite quelques nuances : il s'agit d'une condition nécessaire, non suffisante. Rejeter le droit à l'assistance n'exclut pas un choix entre plusieurs autres possibilités : on peut défendre tout aussi bien une politique répressive, une politique sociale qu'une politique de secours sans droit concomitant de l'individu ; or, Bentham propose de nouveau son panoptique. Pour faire un pont entre celui-ci et le rejet du droit à l'assistance, il faut donc quelque chose de plus qu'une simple nécessité logique, quelque chose qui se situe à un niveau proprement fantasmatique : la solution choisie s'explique par le plaisir de l'enfermement, la jouissance du pouvoir d'enfermer. Ce fantasme produit toute une série de dissonances dans le texte : d'une part la politique sociale défendue par Bentham a pour but (il n'emploie pas le mot) l'adaptation du pauvre à la société de marché, c'est-à-dire vise l'intégration sociale par la transformation des "sauvages de l'intérieur" en fonction des lois naturelles d'une société marchande ; d'autre part, l'enfermement dans une institution totalitaire, comme l'a bien montré Goffman, ne peut que produire la désadaptation : plus le comportement du pauvre obéit à la logique insulaire de l'institution, plus il est adapté aux exigences d'auto-reproduction de celle-ci et moins il sera à son aise dans la société libre. Nous verrons quelle peut être la fonction sociale "quand même" d'une telle désadaptation.

  • 20 Sur le panoptique en général : M. FOUCAULT, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975, pp. 201 e (...)
  • 21 Edition Bowring, vol. VIII, pp. 372-373, 378.
  • 22 '"The refuse of the population, able as well as unable, is the lot best adapted to the situation o (...)
  • 23 C'est le principe de "less eligibility", qui servira de base aux workhouses créées par la réforme (...)

21Dans Outline of a work entitled pauper management, 1'industry-house défendu par Bentham comme alternative au droit à l'assistance n'est en effet qu'une adaptation du panoptique : comme les principaux traits de celui-ci sont bien connus maintenant, je n'y reviendrai pas, mais il est bon de les garder à l'esprit si on veut bien saisir la stratégie préconisée par Bentham20. Toutefois, ce texte nous confronte avec des traits spécifiques car faire du panoptique la machine à fabriquer une nature dans la personne du pauvre exige une complexification du modèle original. Bentham ne distingue pas mons de 33 catégories parmi les pauvres bons à enfermer : il faudra donc les loger dans des sections séparées, isolées les unes des autres, les localiser et les ventiler dans l'espace panoptique selon des règles strictes (separation and aggregation principle : association d'une même classe pour le travail agricole, diverses formes de séparation en vue de prévenir la contagion physique et morale, etc.)21. Ces catégories ne forment pas la masse totale des pauvres : il faut en effet distinguer entre les "self-maintaining poor" et les indigents. L'industry-house, en principe, n'accepte que les derniers, les déchets de la pauvreté22 ; elle incite même les pauvres valides à s'aider eux-mêmes, car les conditions du secours (l'enfermement, un traitement et une rémunération pires que celles du plus pauvre des ouvriers libres) sont telles que l'aide prend une figure d'épouvantail23. En théorie donc, 1'industry-house n'"assiste" pas les pauvres autonomes. Il en est pourtant qui n'auront pas le choix ; des gens à qui ne viendrait jamais l'idée de demander des secours au prix de leur liberté, mais qu'on va enfermer contre leur volonté : ces self-maintaining poor que sont les mendiants et les "habituai depredators". La notion de self-maintaining poor cache donc une dichotomie morale entre ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas, entre les pauvres qui gagnent leur vie en peinant du matin jusqu'au soir et les adversaires de la religion du travail. Si ces derniers seront enfermés quand même, c'est que la stratégie prêchée par Bentham a un autre but que l'assistance des pauvres : l'éradication de la pauvreté improductive.

  • 24 "In the case of the beggar, vhat is proposed to be done is no more a punishment, than sending a bo (...)

22La preuve que les mendiants font partie des self-maintaining poor, c'est qu'ils préfèrent, bien que la Poor Law offre aux pauvres une assistance sans véritable contrepartie, leurs conditions de vie à celles des pauvres secourus ; elles sont donc meilleures. Pour les attirer dans une industry-house, pas d'autre moyen donc que de les arrêter, car ils ne se soumettront jamais de plein gré à des conditions pires que celles prévues par la Poor Law, c'est-à-dire à l'obligation de travailler en échange d'une pitance permettant tout juste de survivre. En conséquence, ici, le principe d'utilité justifie la contrainte. En effet, la jouissance que procure l'oisiveté au mendiant ne contrebalance pas la somme des peines, sympathie ou dégoût, qu'il inflige aux autres. Mais surtout - le principe d'utilité étant le cache-sexe du productivisme - tolérer les simagrées des mendiants, ce serait permettre qu'ils insultent les gens laborieux : on ne donne pas de primes à la fainéantise. D'ailleurs, le principe d'utilité exige la répression dans l'intérêt commun des mendiants mêmes : le marché de la mendicité étant sursaturé, le prix payé pour le bonheur de quelques-uns, c'est le malheur de la majorité des mendiants. Heureusement que Bentham dispose d'un passe-partout. Le plus grand bonheur du plus grand nombre des mendiants commande donc qu'ils disparaissent en tant que classe. Si cela rend la répression inévitable, c'est évidemment à cause de leur ignorance du principe d'utilité : les mendiants (et d'ailleurs la majorité des pauvres) sont des enfants, ils sont incapables de gérer de façon rationnelle leurs besoins, font de mauvais calculs qui représentent un gaspillage de leur intérêt bien compris, car ils ne voient que leur confort immédiat et ne tiennent aucun compte de l'avenir ; enfermés dans l'instant, ils se laissent entraîner uniquement par le principe de plaisir ; bref, ici le laissez-aller mènerait à des catastrophes, serait suicidaire. Il faut donc les protéger contre eux-mêmes, c'est-à-dire les enfermer pour leur apprendre à calculer et à prévoir, pour leur imposer une relation de comptabilité transparente avec eux-mêmes. Comme il s'agit de maximiser leur bonheur à plus long terme, cette répression ne constitue pas plus une punition que les contraintes exercées à l'égard de l'enfant en vue de son plus grand bien24.

  • 25 Op. cit., p. 383.

23Le directeur de l'industry-house peut faire interner les mendiants, mais n'importe qui d'autre, agent de police ou simple citoyen, peut les appréhender et les transporter au panoptique : pour ce faire, ils recevront une prime. Une fois internés, les mendiants seront soumis au self-liberation principle : ils devront rembourser par leur travail les frais d'arrestation, la prime payée aux délateurs et chaque sou dépensé par la maison pour leur entretien. Après avoir payé cette dette, l'ex-mendiant fera l'objet de mesures de probation : pendant la durée d'un an il sera sous-traité par 1'industry-house aux employeurs qui veulent de lui. Enfermer les mendiants dans les prisons ou maisons de correction existantes ne sert à rien, dit Bentham : elles ne leur apprennent pas à travailler, exercent une action corruptrice. Seule 1'industry-house par l'organisation méticuleuse du travail qui y règne, est à même de corriger vraiment le mauvais pauvre : en le soumettant au self liberation principle elle lui apprend à calculer, elle inscrit dans son corps l'équivalence entre le travail et sa récompense. Plus et mieux il travaillera, plus vite il sera libre ; ceci n'étant qu'une application du "duty and interest-junction principle", c'est-à-dire un exemple de l'identification artificielle des intérêts. Dans le cas des paresseux, le self-liberation principle sera d'ailleurs secouru par 1'"earn-first principle" : chaque repas devra être mérité par 1'effectuation d'une tâche imposée et exactement mesurable (p.ex. tourner une roue : en route donc vers le treadmill)25.

  • 26 Op. cit., pp. 401-405.

24Comme Bentham compte les colporteurs et les balayeurs de rue parmi les mendiants, son remède s'appliquera à plus forte raison aux "habitual depredators", c'est-à-dire à ceux qui ne disposent pas de moyens honorables pour subsister et qui ne travaillent ni mendient ; preuve suffisante que la déprédation est chez eux un mode de vie habituel. Entrent dans cette catégorie les "stigmatized hands" : ceux qui ont été condamnés pour un délit ; les "suspected hands" : ceux qui ont été suspectés d'avoir commis des délits mais qu'on a relâchés faute de preuves ; les "unavowed-employment hands" ; tous ceux qui n'exercent pas de métier honorable. Il va de soi qu'en ce qui les concerne, les modalités du travail forcé et de la probation seront plus sévères qu'en ce qui concerne les simples mendiants. La progéniture des mendiants et classes dangereuses, coupable ou non des mêmes vices que les parents, sera internée de même. Pour éviter toute influence corruptrice, on séparera les pères et les enfants26.

  • 27 "Not one in a hurdred is absolutely incapable of all employment. Not the motion of a finger - not (...)
  • 28 Op. cit., pp. 370, 377, 389.

25A côté de ces classes dangereuses, il y a les pauvres qui, au bout de leur rouleau, viendront solliciter les secours dans 1'industry-house ou que des circonstances indépendantes de leur volonté exigeront d'interner : les chômeurs (out-of-place-hands, s'il s'agit de chômage pour une durée indéterminée ; casual-stagnation ou periodical-stagnation hands, s'il s'agit de chômage saisonnier ou pour une durée limitée ; superseded hands, s'il s'agit d'ouvriers rendus superflus par l'introduction de machines), les soldats démobilisés (disbanded hands), les malades curables et incurables (sick ou feeble hands), les épileptiques (sick and well hands), les handicapés (imperfect hands), les malades mentaux (insane hands), les enfants (unripe hands : enfants trouvés ou abandonnés, orphelins, ceux dont les parents ne peuvent prendre soin), et j'en passe. L'emploi du dénominateur commun "hands" en dit long sur les intentions de Bentham. En effet, le seul critère pour une classification rationnelle des pauvres est leur capacité de travail, mesurée soit d'après leurs dispositions subjectives, soit d'après certaines caractéristiques naturelles (état physique ou mental, intégrité corporelle ou non). Or, aucune des catégories susnommées n'est complètement incapable de se livrer à certaines activités : tous devront donc travailler. Etant admis d'une part que tout secours exige une contrepartie en travail, étant donné d'autre part que tout individu, quelque diminué qu'il soit, est en état d'accomplir certaines tâches, le problème se réduit à ceci : il s'agit de trouver pour les malades et les handicapés un travail adapté à leur état mental ou physique27. Il n'y a pas que les handicapés et les incurables, il y a aussi les malades qui chercheront refuge dans la maison pour une durée limitée seulement. On les hébergera et les soignera, mais à condition qu'ils remboursent par leur travail le coût de l'entretien et des soins reçus en vertu du self-liberation principle, éventuellement au moment de leur convalescence ou guérison. Un des avantages du panoptique sur les hôpitaux ordinaires, c'est justement qu'on obligera les malades à travailler dans la mesure du possible : c'est une manière efficace de combattre la simulation ou les convalescences prolongées28.

  • 29 Op. cit., pp. 374, 382.

26Le panoptique est donc conçu de a à z comme une usine. Comme il n'existe que des incapacités relatives, l'emploi des différentes catégories de pauvres exige seulement une bonne division du travail. D'où la nécessité d'une production à grande échelle : chaque industry-house emploiera 2.000 pauvres. Seule la méga-machine permet une division du procès de travail en opérations extrêmement simplifiées : elle fournit les conditions idéales pour rendre productifs des corps à capacité de travail limitée, soit à cause d'une infirmité, soit à cause d'une absence de formation ou de motivation29. L'industry-house sera donc une entreprise rentable : elle permettra non seulement de distribuer des dividendes aux actionnaires, mais aussi d'économiser sur la taxe des pauvres, même de la supprimer à terme. Bien sûr, l'idée d'organiser du travail dans les institutions pour les pauvres n'était pas nouvelle : c'était le concept même des workhouses qui existaient depuis longtemps. Mais, outre le fait que le résultat se réduisait souvent à un simulacre de travail, les ambitions étaient d'emblée limitées : on n'organisait des travaux que pour les pauvres valides. Par son organisation minutieuse et sa division poussée du travail, le panoptique préfigure l'usine moderne et, par 1'all-employing principle, il va même au-delà.

  • 30 M. IGNATIEFF, A just measure of pain, Londres, MacMillan, 1978, pp. 32, 109 et suiv. ; D.S. LANDES (...)

27L'esquisse par Bentham d'une organisation scientifique du travail, l'idée de sa division à grande échelle suppose la négation des secours à domicile en même temps qu'elle constitue une arme contre l'industrie à domicile, qui continuait de prévaloir de son temps. Il y a un lien évident entre les deux : ce sont des obstacles à un contrôle efficace et continu, l'assistance à domicile empêche de vérifier si le pauvre est bien disposé à surmonter son état d'indigence par le travail, l'industrie à domicile permet toutes sortes de chapardages, détournement de matières premières et vols de travail (parce qu'elle rend l'ouvrier maître de son temps) ; elles collaborent de toute façon pour tuer la prévoyance et la régularité. En proposant d'enfermer les pauvres dans son panoptique, Bentham fait d'une pierre deux coups ; non seulement il domestique le pauvre en extorquant du travail en contrepartie des secours, mais il établit un système de contrôle et de discipline "pétrifiée" qui assure la rentabilité de son travail pour l'institution. "Si le capital prend la science à son service, l'ouvrier récalcitrant sera forcé d'être docile" : Ure, quand il lançait ce mot d'ordre, avait en vue la machine, mais ne pourrait-il pas s'appliquer tout aussi bien à la manipulation "scientifique" des corps préconisée par Bentham ? Sa prison panoptique pourrait servir de modèle à l'usine moderne : la première était une usine révolutionnaire, la deuxième sera une prison d'un genre nouveau, l'horloge servant de geôlier. Quoi d'étonnant alors si les pauvres regardaient ce produit de la révolution industrielle comme une variante des maisons de correction new look, héritiers des workhouses mais dépassant de loin leurs ancêtres par l'inventivité benthamienne ? Quoi d'étonnant s'ils avaient quelque peine à identifier dorénavant leur vie et leur travail avec ces prisons industrielles ?30.

  • 31 Mais elle peut bien sûr approvisionner cette même industrie en pauvres valides de façon à faire ba (...)
  • 32 Op. cit., pp. 36 8, 378, 382-383, 385, 391, 431.

28Chez Bentham, la division du travail se combine avec l'alternance des travaux : tâches sédentaires et tâches ambulatoires, tâches laborieuses et tâches faciles, tâches à l'extérieur et tâches dans la maison, adaptées à toutes les conditions météorologiques. Mais attention, ne confondons pas Bentham avec Fourier : si les pauvres excercent successivement des activités différentes, c'est parce que cette organisation du travail augmente la productivité de leurs corps, donc la rentabilité de l'entreprise. Mais c'est aussi parce que le panoptique formera un ilôt autarcique au milieu de la société : s'agissant de l'individu, l'économie de subsistance est condamnable, elle exclut la division du travail ; ici au contraire, elle repose sur cette division : elle est donc justifiée, plus même, elle est indiquée, car 1'industry-house doit soigneusement éviter de se rendre coupable de concurrence déloyale à l'égard de l'industrie privée31. Les pauvres enfermés porteront les chaussures et vêtements qu'ils auront fabriqués eux-mêmes, ils élèveront des bêtes pour leur propre usage, cultiveront les légumes qu'ils mangeront eux-mêmes etc. L'agriculture, productrice de subsistances, représentera donc une partie essentielle de leurs activités ; c'est vrai qu'à l'encontre de l'"in-door employment" elle exclut l'enfermement. Pas de panique, toutefois : les différentes classes de pauvres travailleront sur des terrains soigneusement séparés et isolés les uns des autres, des parcelles groupées autour de la maison et qui en sont en quelque sorte le prolongement... comme si, de la tour centrale, on pouvait même regarder à travers les murs du panoptique. Le principe de self-supply va loin : Bentham comptait recruter son personnel dirigeant et soignant parmi la masse des jeunes enfermés ; n'ayant jamais connu la vie en dehors de la maison, ils n'auront que des besoins limités et se contenteront de salaires frugaux, pour ne rien dire du fait qu'ils auront reçu une formation idéale. Ainsi, la république autarcique sera habitée par une communauté organique : insularité de 1'industry-house et garantie d'auto-reproduction vont de pair32.

  • 33 The extraction of labour to as great a value as may be, consistently with the regard due to health (...)
  • 34 Op. cit., pp. 381, 384-385, 391, 396, 421-422, 437.

29D'où aussi les soins particuliers qu'exige la population enfantine : si 1'industry-house héberge une faune bigarrée, son avenir dépend de la progéniture des pauvres. C'est pourquoi on n'acceptera des enfants dans la maison qu'à condition qu'il y restent jusqu'à l'âge de 21 ans. En effet, il importe d'extorquer un maximum de travail aux pauvres33, d'exciter même dans ce but leur émulation par des primes en argent ou des prix symboliques, d'éviter le travail en groupe et d'individualiser dans la mesure du possible les tâches afin de faciliter l'application de punitions et de récompenses. Or, le problème avec les enfants, c'est qu'ils ne peuvent travailler qu'à partir d'un certain âge : ils représentent donc un capital fragile, et, s'ils meurent, un capital stérile. C'est pourquoi il faudra tout mettre en œuvre pour garantir la rentabilité de l'investissement. D'abord sauver la vie des nouveaux-nés : un contrôle médical ininterrompu et une puériculture d'avant-garde l'assureront. Le personnel aura tout intérêt à concourir à cette entreprise de sauvetage : on lui accordera des primes (à vrai dire une partie de leurs émoluments) dont le niveau sera déterminé d'après le nombre des enfants survivants, on excitera même l'émulation entre les industry-house en attribuant des "superprimes" au personnel de la maison qui réussira à produire le plus grand nombre de survivants. Le taux de mortalité y sera donc beaucoup plus bas que dans la société, même parmi les classes aisées. Ainsi, les enfants rembourseront à partir d'un certain âge par leur travail les coûts qu'ils auront causés pendant les premières années de non-activité. Dès qu'ils seront en état de travailler, la minimisation du repos s'impose : on ne leur en accordera que la quantité indispensable pour le maintien de la santé et de la vigueur corporelle ; toute inactivité non-fonctionnelle nuit à la santé morale et physique. L'industry-house présente un mélange étonnant de bio-politique et d'économisme. Il faut bien le dire, il n'y a pas trace de malthusianisme chez le Bentham du "pauper management" : c'est ainsi que les enfants pourront choisir un partenaire dès qu'ils auront atteint l'âge où la santé ne dresse plus d'obstacles au mariage. Aucune considération morale ne s'y oppose ; dans la société, l'immaturité intellectuelle est un argument contre l'indépendance précoce ; dans 1'industry-house, que les apprentis soient mariés ou non importe peu, de toute façon ils devront continuer à y travailler jusqu'à l'âge de 21 ans et leur subsistance sera assurée. L'économie n'y menace donc plus la multiplication des hommes : cela suppose, il est vrai, qu'on raisonne dans une perspective d'autarcie ; il faudra donc que les enfants des apprentis demeurent enfermés à leur tour dans 1'industry-house jusqu'à ce qu'ils aient atteint l'âge adulte34.

  • 35 Op. cit., pp. 384-385, 387-389.

30Voilà pour le côté cour, la production. Quant au côté jardin, la consommation de la machine, on s'en sera douté : il faudra économiser. La santé n'étant rien d'autre que la négation de la maladie, on nourrira les pauvres de la façon la moins coûteuse possible : le superflu et le luxe seront évités systématiquement. Quant aux liqueurs fermentées, il ne faudra pas y penser. Quel sera le minimum compatible avec la santé ? Faudra-t-il leur donner du pain (ce n'est pas économique), de la viande, des légumes ; en quelles quantités, selon quels dosages ? Voilà des questions auxquelles on ne peut donner de réponse a priori : tout cela sera matière à expérimentation, le panoptique fournissant un laboratoire rêvé. Le vêtement sera purement fonctionnel, tout souci esthétique devant être banni : on donnera des uniformes aux différentes classes de pauvres, cela présentera l'avantage supplémentaire de faciliter le contrôle. Même chose enfin pour la literie. D'ailleurs, certains articles pourront servir successivement à des usages différents ou être utilisés par plusieurs personnes ; il faudra récupérer autant que possible les déchets ; la paille des lits par exemple, après avoir servi pour les enfermés, pourra être utilisée comme engrais35.

31Dans 1'industry-house, le corps n'a plus d'identité ou d'individualité. Il serait dangereux s'il n'était réduit au statut d'un instrument fonctionnel : il faut donc l'aseptiser, réprimer ses pulsions, inscrire le temps productif dans ses membres, ne lui accorder que le repos strictement nécessaire à la santé et à la reconstitution des forces vitales, transformer les moments de détente en un travail de réparation. Afin de rentabiliser son énergie on en réprimera toute expression nomade. Bref, le langage du corps est exproprié par l'institution, sa régulation sous le signe de la production et de la satisfaction des seuls besoins vitaux le rend absent à lui-même.

  • 36 M. WEBER, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964, pp. 181, 205-208, 2 (...)
  • 37 E. HALEVY, op. cit., pp. 492-493.
  • 38 Edition Bowring, vol. VIII, pp. 430, 435-436, 439.

32On le voit : quant les pauvres sont concernés, le plus grand bonheur du plus grand nombre prend une figure plutôt décharnée. Après tout, rien d'étonnant à cela : si leur existence dans la société les exclut déjà de ce nombre, à plus forte raison sera-ce le cas des pauvres enfermés. Mais peut-être les connotations ascétiques de cette application du principe d'utilité expriment-elles quelque chose de plus fondamental de la part de Bentham. L'éloge de la division du travail pour la raison qu'elle favoriserait par l'accroissement de la production le bonheur du plus grand nombre ; l'anti-esthétisme et l'accent mis sur le caractère fonctionnel des activités et des produits, leur uniformisation et leur standardisation ; l'impératif de l'effort systématique et continu, exclusif du repos dans l'acquis ou de la jouissance ; le caractère coupable de toute perte de temps, en particulier dans les distractions : tout cela représente des traits connus du puritanisme. L'application du principe d'utilité aux pauvres hérite de l'ascétisme puritain, de la systématisation de la conduite en vue de la certitudo salutis, du refus de glorifier le monde d'ici-bas, de l'aspect impersonnel de l'amour du prochain : il existe d'ailleurs une correspondance frappante entre l'idée de moralisation des pauvres par le travail défendue par les méthodistes et la stratégie préconisée par Bentham36. Il ne faut pas perdre de vue non plus que l'ascétisme puritain aura eu surtout une influence éducative, il n'excercera son plein effet économique qu'après la retombée de la vague de l'enthousiasme religieux : de ce point de vue l'utilitarisme peut être considéré comme sa fabuleuse sécularisation, le produit désublimé d'une obsession religieuse. D'ailleurs, Bentham ne se considérait-il pas lui-même comme un méthodiste manqué37 ? Il est vrai qu'il rejetait le principe de l'ascétisme. Mais de quel ascétisme s'agit-il : celui qui sacrifie l'individu à des valeurs étrangères à son intérêt ou celui qui sacrifie les pulsions aux intérêts du moi ? L'utilitarisme offre toute latitude pour l'assujettissement ascétique de la personne à cette partie impersonnelle d'elle-même qui calcule et "raisonne". La serre chaude du panoptique, parce qu'elle assure justement 1'identification artificielle des intérêts, ne devient-elle pas dès lors la projection d'une conception fantasmatique du plus grand bonheur du plus grand nombre ? D'ailleurs, Bentham n'affirme-t-il pas que les pauvres enfermés dans ses industry-houses seront beaucoup plus heureux que les pauvres laissés en liberté ? Le principe de transparence universelle empêchera toute transgression, il rendra donc superflu pratiquement toutes les punitions : cette sûreté contre l'arbitraire n'est-ce pas la vraie liberté ? Il est vrai que, si on entend par liberté absence de lois, il n'y en aura pas dans la panoptique : mais le pauvre jouira d'une sécurité absolue, il sera assuré contre les peines et les besoins, il connaîtra donc le vrai bonheur38. Ainsi, la fiction communiste qui sous-tend le plus grand bonheur du plus grand nombre n'informera vraiment la réalité que dans cet ilôt autarcique imaginé par Bentham. Et si le panoptique ne présente qu'une version ascétique du plaisir, une sécularisation du puritanisme qui réduit le plaisir à l'absence de peine, il implique aussi un renversement étonnant de la signification sociale de ce puritanisme : si, dans celui-ci, un certain style de vie est le signe de l'élection, cela ne concerne que les riches, ceux qui ont connu le succès, les "drapeaux" de la société naturelle et productive ; avec le panoptique, ce sont les pauvres qui deviennent les élus ou en tout cas une partie de ceux-ci ; d'où chez Bentham l'importance des enfants qui, par leur conduite exemplaire, symbolisent une société idéale. Le renversement consiste en ceci : maintenant, ce sont les pauvres qui deviennent un exemple pour la société "naturelle" concrète, comme si Bentham était déçu par celle-ci. Il est indéniable que pointe ici un penchant utopique chez Bentham : si la société réelle est trop prosaïque et vulgaire pour incarner le principe d'utilité, on sauvegardera celui-ci par une insularité où les valeurs du puritanisme recevront une forme sublimée. Si on peut dire que Bentham n'est pas un utopiste du point de vue de la "macro-politique" mais plutôt un réformiste (voir le texte de François Ost dans le même ouvrage), il faut aussi ajouter qu'il n'est pas complètement satisfait de ce réformisme : l'insularité du panoptique est là pour fournir une compensation dans l'imaginaire ; mais pas seulement cela : le panoptique est cette projection qui doit réaliser le rêve à l'échelle de la micro-politique ; réalisation d'un rêve ; car il n'est pas un outopos, il est avant tout un eu-topos, la concrétisation d'une harmonie idéale qui combine le bonheur et la vertu.

33C'est pour cette raison que les enfants occupent la part du lion dans le projet de Bentham. La mise en place d'un ordre social définitif et harmonieux, symbolisé et matérialisé par le panoptique, se fera par la concrétisation d'une utopie pédagogique. Si on réussit à enlever la progéniture du pauvre, la toute-puissance de la pédagogie deviendra une réalité : elle sera en mesure de susciter dans l'enfant une seconde nature qui entraîne la première, assure l'identification automatique de ses propres intérêts avec l'intérêt commun. Le problème avec les adultes c'est qu'ils portent sur eux les cicatrices et les souillures d'un passé corrompu, dominé par les mauvaises habitudes : ils se sont encroûtés dans leur antinature. L'enfant, par contre, est une matière soumise et malléable qui facilite la construction d'un homme nouveau. Le pouvoir de transformation de la pédagogie, qui découle soi-disant de la connaissance des lois de la nature humaine, suppose en fait une stratégie qui, à l'aide d'artifices et d'astuces, fabrique ces lois. En effet, si l'industry-house permet de construire un homme nouveau, c'est d'abord parce que l'enfant est à sa disposition permanente pendant de nombreuses années. Comparée à l'exercice constant d'un pouvoir "plastique" qui maîtrise chaque fraction du temps individuel jusqu'à l'âge de 21 ans, l'influence d'un instituteur sur ses écoliers dans la vie ordinaire est d'une efficacité risible. Dans 1'industry-house, la totalité de l'existence de l'enfant appartient à l'institution, la matière ne sort jamais du moule ; il est continuellement sous l'oeil, activement surveillé, tous les détails de sa vie sont strictement réglés. Il y recevra un enseignement utilitaire qui favorise la "self-maintenance", c'est-à-dire pas tellement une formation intellectuelle, mais surtout cette formation disciplinaire qui produit de bonnes habitudes, productives et morales, et qui donne un pli définitif au caractère. On le soumettra à des exercices fréquents et continuellement répétés qui stimulent la vigueur du corps. Mais ce n'est pas assez : en ce qui concerne ses occupations, il faut préférer avant tout le travail productif. Aucune activité n'aura en vue le seul amusement ou confort ; ceux-ci doivent être incorporés aux tâches productives, n'en être que les bénéfices secondaires. Le panoptique inscrira dans le corps des enfants la mémoire requise par une société productiviste : ainsi, il sera une pépinière de corps producteurs, fabriquera une race nouvelle, laborieuse, réglée ; le travail et la discipline deviendront des besoins vitaux : ils mettront le futur adulte en état d'autogérer tous ses autres besoins et assureront de manière infaillible sa subsistance.

  • 39 "Sequestered from the world at large (...) no existing body of military farce could be equally pro (...)

34Mais pour atteindre ce but, il faudra couper court à tous les besoins artificiels : du fait de la séparation complète d'avec le monde extérieur, le désir du luxe n'aura même pas l'occasion de naître, le stock des besoins sera réduit d'emblée au minimum, circonscrit par un cercle tracé par "la nature". En effet, 1'industry-house implique une organisation du cadre de vie et des circonstances en mesure de produire intégralement la personnalité. Elle protège l'enfant contre tout ce qui pourrait l'inciter à pécher, objets ou environnement ; face à cette absence parfaite d'éléments de séduction ou de corruption se trouve la présence assurée de toutes les causes qui favorisent l'éclosion de la nature. En créant un climat matériel de vertu que l'enfant aspire avec tous ses sens, elle déracine le mal : la loi dès lors n'est plus une extériorité, elle imprègne le corps et les gestes de l'individu sans même qu'il s'en rende compte, elle devient cette proximité familière qui constitue et structure automatiquement la personne, elle régule l'économie de ses pulsions en faisant l'épargne de ces faux frais que sont conflits ou déchirements. Les impressions uniformes subies par les enfants assureront l'unanimité des pensées, des actions et des sentiments : Bentham rêve même de faire servir cette éducation en serre chaude à la constitution d'une milice qui réprimerait au besoin de manière infaillible, c'est-à-dire sans se poser de questions, émeutes et insurrections39

35Ainsi donc, l'institution totalitaire, bien qu'elle produise systématiquement la désadaptation, aura quand même ce résultat paradoxal : l'utilité des pauvres enfermés, c'est qu'on peut former avec eux des milices pour réprimer les sursauts populaires. Ils seront donc fonctionnels pour la société de marché précisément dans la mesure où ils seront aliénés, où ils ne se reconnaîtront pas dans les rapports sociaux concrets, donc dans la mesure où ils constituent des corps étrangers dans la société empirique ; et, plus ils seront aliénés, plus ils seront utiles.

36Ainsi, l'autarcie aura quand-même accompli une fonction sociale : produire cette nature artificielle qui garantit la soumission du pauvre aux lois du marché, une soumission tellement automatique même qu'il les défendra contre ceux qui s'y soustraient ou oseraient les rejeter. La nature triomphera à l'aide de moyens qui ne sont pas ceux de la nature. A première vue, l'objectivation renvoie à une objectivité réprimée qui attend dans la pénombre de l'histoire le geste libérateur de l'utopie pédagogique, comme si sa latence était en même temps promesse de bonheur et d'harmonie ; en fait, ce geste fera surgir une objectivité contraignante qui, loin d'être la manifestation d'un sens latent, est la production uniformisante d'une nature jamais donnée : elle taille l'individu à la mesure d'une pseudo-nature, la société de marché. Tout cela est bien connu, c'est même le fantasme qui se dégage de pratiquement tous les projets philanthropiques des Lumières. La seule différence avec Bentham, mais elle est de taille, c'est qu'il étale un luxe de détails (que j'ai malheureusement dû omettre, faute de place) qu'on ne trouve chez nul autre : du coup, le projet acquiert des dimensions ahurissantes, donne forme à un univers asphyxiant qui ne cesse d'étonner le lecteur. Mais la construction d'un monde pareil, cette "découverte" d'une planète qui dégage un parfum à la Shylock et dans laquelle la mort ne figure qu'à titre de comptabilité, est-ce encore de la philosophie ? A regarder autour de soi, et si la philosophie, selon le credo moderne, doit assurer son autoréalisation, il faut bien le croire, mais dans ce cas il faut ajouter que Marx s'est lourdement trompé quand il disait que la philosophie avant lui n'avait fait qu'interpréter le monde et qu'il s'agissait maintenant de le transformer.

Notes

1 II existe une littérature énorme sur le sujet, qui est surtout l'œuvre d'historiens anglais. Dans l'exposé qui suit je schématise beaucoup. Le livre de Paul MANTOUX, La révolution industrielle au XVIIIe siècle (Génin, Paris, 1973) demeure une bonne introduction à l'histoire des enclosures.

2 E. P. THOMPSON, The making of the English working class, Londres, Penguin Books, 1980, pp. 240-241. Signe des temps : auparavant, des hommes religieux avaient condamné les enclosures parce qu'ils y voyaient une manifestation de la cupidité des propriétaires, maintenant ceux-ci contre-attaquent en invoquant l'argument que la jouissance des communaux encourage la fainéantise ; ne garantit-elle pas une subsistance aléatoire et démoralisatrice à ceux qui seraient autrement forcés de travailler de façon régulière pour vivre ?

3 P. DUMOUCHEL, L'ambiance de la rareté, in P. DUMOUCHEL & DUPUY, L'Enfer des choses, Paris, Seuil, 1979, pp. 245 et suiv.

4 G. NICHOLLS, A history of the English Poor Law, Londres, Frank Cass & Co, 1967, I, pp. 279 et suiv.

5 B. INGLIS, Poverty and the industrial révolution, Londres, Hodder & Stoughton, 1971, p. 50.

6 B. INGLIS, Op. cit., p. 327.

7 Sur Speenhamland, K. POLANYI, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983, pp. 113-144, 365 et suiv., 385 et suiv.

8 Edition Bowring, vol. VIII, p. 442.

9 Op. cit., p. 443.

10 Op. cit., p. 446.

11 Op. cit., p. 447.

12 Op. cit., p. 448.

13 Op. cit., p. 449.

14 B. INGLIS, op. cit., p. 103.

15 Edition Bowring, vol. VIII, p. 456.

16 E. HALEVY, The growth of philosophical radicalism, Londres, Faber & Faber, 1972, p. 232.

17 Ibidem, p. 232.

18 Townsend employait des termes plus crus : "La faim domptera les animaux les plus féroces, elle enseignera la décence et la civilité, l'obéissance et la soumission aux plus pervers. Eh général seule la faim peut aiguillonner les pauvres et les éperonner à travailler. Pourtant nos lois ont dit qu'ils n'auraient jamais faim. Les lois, il faut l'avouer, ont aussi dit qu'ils seraient contraints à travailler. Mais la contrainte légale est imposée avec beaucoup de peine, de violence et de bruits, elle crée la mauvaise volonté qui ne peut jamais produire des services bons et acceptables. Tandis que la faim, non seulement est une pression incessante, paisible, silencieuse, mais, comme elle est le motif le plus naturel du travail et de l'industrie, elle appelle les efforts les plus puissants" (cité par P. DUMOUCHEL, op. cit., p. 229-230). L'apologie de la pénalité naturelle du marché sert néanmoins chez tous les deux le marie but : l'abolition pure et simple des secours considérés canne un droit du pauvre.

19 A première vue, cela est contredit par certains textes où Bentham semble préconiser l'interventionnisme économique, p. ex. l'article Defence of a maximum (commenté dans me autre contribution à cet ouvrage) où Bentham défend la régulation du prix des blés. Toutefois, il ne me semble pas que cet article contienne vraiment me critique de la société de marché ; pour plusieurs raisons. 1° Si Bentham défend dans ce cas précis la régulation des prix, il le fait sur base du principe d'utilité qui ne risque aucunement de menacer le marché en tant que tel : pour que l'avantage d'une intervention de l'Etat soit plus considérable que les désavantages causés par celle-ci, il faut qu'on ne fasse pas baisser les prix d'une façon arbitraire ; il faut qu'ils assurent en dépit de tout m profit aux producteurs et marchands pour éviter qu'ils ne se découragent : on ne suivra pas l'exemple des révolutionnaires français dont les mesures terroristes avaient l'effet pervers de provoquer précisément la famine ; la régulation des prix n'est pas me mesure de punition à l'encontre des fermiers et des marchands de blé (Economic Writings, edited by W. Stark, Vol. III, p. 251). 2° La régulation des prix est me mesure temporaire, prise exclusivement en temps de disette, donc me mesure exceptionnelle (op. cit., p. 293) ; si la subsistance du peuple engage la responsabilité de l'Etat cela ne crée aucunement m droit pour le pauvre. Plus : en vertu du fait que Defence of a maximum est un texte circonstanciel, qui vise me conjoncture concrète et ne propose pas la solution idéale qui caractériserait me société de marché parfaite, il y a des raisons supplémentaires pour défendre la régulation et, vu le but précis de Bentham, elles acquièrent ici m poids substantiel. D'abord le texte date de 1801 : or, toute la période de la fin du 18ème siècle se distingue par me fréquence très forte d'émeutes frumentaires, les années 1800-1801 manifestant même une pointe de la vague (E.P. THOMPSON, The moral economy of the english crowd in the 18th century in Past and Present, no 50, Oxford, 1971, p. 79). 3° En disant qu'en cas de disette la hausse du prix du blé n'est pas l'effet d'une "conspiration" des fermiers et des marchands, Bentham nie en fait la réalité de la spéculation : c'est un argument idéologique qui vise à désarmer la violence popupopulaire ; tout en préconisant la régulation des prix Bentham déculpabilisa les possédants et neutralise les critiques à l'encontre des spéculateurs ; la régulation est me mesure indispensable pour éviter le pire, c'est-à-dire elle est nécessaire pour faire taire les critiques de la spéculation qui pourraient menacer la société de marché, pour protéger celle-ci de la menace d'une révolution. Finalement, la pointe du raisonnement me semble résider dans ce qui est dit aux pages 264 et 284 : à ceux qui prétendent que la liberté du marché finit toujours par rétablir m équilibre entre l'offre et la demande, même en temps de disette car m certain nombre de pauvres sont éliminés par la faim, Bentham répond que ce n'est pas le cas dans les circonstances actuelles, à cause des modalités concrètes d'application de la Poor Law. 4° En vertu de Speenhamland les pauvres sont assurés de leur subsistance et la hausse des prix n'aura pour effet que de faire monter la taxe des pauvres ; les fermiers et les marchands contribuent à cette taxe, ce qui signifie qu'ils devront subsidier leur propre vente, ce qui diminuera d'autant leurs profits ; de ce point de vue mieux vaut fixer m maximum : le poids sera alors supporté par tous, y compris les consommateurs pauvres, et non seulement par ceux qui payent la taxe, Mais si la Poor Law n'assurait pas la subsistance des pauvres, si les circonstances n'étaient pas ce qu'elles sont, si la réalité coïncidait avec le principe d'utilité...

20 Sur le panoptique en général : M. FOUCAULT, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975, pp. 201 et suiv. et M. PERROT, L'inspecteur Bentham, in J. BENTHAM, Le Panoptique, Paris, Belfond, 1977, pp. 169 et suiv.

21 Edition Bowring, vol. VIII, pp. 372-373, 378.

22 '"The refuse of the population, able as well as unable, is the lot best adapted to the situation of the company” (op. cit., p. 398).

23 C'est le principe de "less eligibility", qui servira de base aux workhouses créées par la réforme de la Poor Law de 1834. B. INGLIS, op. cit., p. 330 et suiv., D. FRASER, The evolution of the British Welfare State, Londres, MacMillan, 1973, p. 40 et suiv.

24 "In the case of the beggar, vhat is proposed to be done is no more a punishment, than sending a boy to school is a pinishment" (Ed. Bowring, vol. VIII, p. 402).

25 Op. cit., p. 383.

26 Op. cit., pp. 401-405.

27 "Not one in a hurdred is absolutely incapable of all employment. Not the motion of a finger - not a step - not a wink - not a whisper - but might be turned to account in a way of profit in a System of such a magnitude. A bed-ridden person if he can see and converse, may be fit for inspection; or though blind, if he can sit up in the bed, may knit, spin etc. Real inability is relative only, i.e with reference to this or that species of employment, or this or that situation. In the situation in question employment may be afforded to every fragment of ability, however minute. Ch the part of the deaf and dumb, and the blind, the ability is enen-tire; requiring only to be directed into particular channels. So, on the part of most classes of the insane, requiring only particular means for the direction of it" (op. cit., p. 382).

28 Op. cit., pp. 370, 377, 389.

29 Op. cit., pp. 374, 382.

30 M. IGNATIEFF, A just measure of pain, Londres, MacMillan, 1978, pp. 32, 109 et suiv. ; D.S. LANDES, L'Europe technicienne ou le Prométhée libéré, Paris, Gallimard, 1975, pp. 65, 83 et suiv. ; L. MUMFORD, Technique et civilisation, Paris, Seuil, 1950, p. 161.

31 Mais elle peut bien sûr approvisionner cette même industrie en pauvres valides de façon à faire baisser les salaires "excessifs" (Ed. Bowring, vol. VIII, pp. 389-390, 398-400).

32 Op. cit., pp. 36 8, 378, 382-383, 385, 391, 431.

33 The extraction of labour to as great a value as may be, consistently with the regard due to health, costumary relaxation, and the observance of religious duties" (op. cit., p. 383).

34 Op. cit., pp. 381, 384-385, 391, 396, 421-422, 437.

35 Op. cit., pp. 384-385, 387-389.

36 M. WEBER, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964, pp. 181, 205-208, 215, 231, 235 ; E.P. THOMPSON, op. cit., pp. 401-402, 812.

37 E. HALEVY, op. cit., pp. 492-493.

38 Edition Bowring, vol. VIII, pp. 430, 435-436, 439.

39 "Sequestered from the world at large (...) no existing body of military farce could be equally proof against seductions and combinations. Completely trained by so many years of exercise, at the expiration of their apprenticeship, and consequent diffusion into the mass of the population, they would form an ample fond of disciplined force, ever ready in the hour of exigency" (op. cit., p. 420 ; également ; pp. 395-396, 422, 435-436).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search