Version classiqueVersion mobile

Actualité de la pensée juridique de Jeremy Bentham

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Avant-Propos

Philippe Gérard, François Ost et Michel Van de Kerchove

Texte intégral

  • 1 Les travaux du Centre interuniversitaire de philosophie du droit ont déjà abouti à la publication d (...)

1Les études qui se trouvent réunies dans le présent volume sont le fruit d'une recherche collective menée au sein du Séminaire interdisciplinaire d'études juridiques des Facultés universitaires Saint-Louis, dans le cadre d'un projet de recherche plus large sur les rapports entre droit et pouvoir, élaboré par le Centre interuniversitaire de philosophie du droit et subventionné par le Fonds de la Recherche Fondamentale Collective1.

  • 2 Ces travaux ont été publiés sous le titre L'interprétation en droit. Approche pluridisciplinaire, s (...)
  • 3 Ces travaux ont été publiés sous le titre Fonction de juger et pouvoir judiciaire. Transformations (...)

2Créé en 1974, le Séminaire a pour principal objectif de susciter une recherche critique et interdisciplinaire sur le phénomène juridique envisagé dans ses différentes dimensions. C'est dans cette perspective qu'il publie, depuis 1978, la Revue interdisciplinaire d'études juridiques et qu'il a consacré ses travaux de recherche antérieurs successivement à l'interprétation en droit2 et à l'évolution de la fonction juridictionnelle et des prérogatives du pouvoir judiciaire3.

  • 4 E. DUMONT, Discours préliminaire, in Œuvres de J. Bentham, jurisconsulte anglais, éd. Dumont, t. 1, (...)
  • 5 J. BENTHAM, Vue générale d'un corps couplet de législation, in Œuvres, op. cit., t. 1, p. 307.

3C'est dans cet esprit également qu'a été abordé le thème de l'actualité de la pensée juridique de Jeremy Bentham, qui forme l'objet du présent ouvrage. Si la science - autant que l'art - de la législation occupe, dans la pensée de Bentham, une place centrale, il est sans doute peu d'auteurs qui aient, aussi radicalement que lui, développé une démarche qu'on peut qualifier d'interdisciplinaire avant la lettre. Non content d'embrasser la législation "dans son ensemble" et "dans toutes ses parties"4 et de saisir ce qu'elles sont "les unes par rapport aux autres"5, Bentham n'a cessé en effet de souligner à travers toute son œuvre, les liens à la fois théoriques et pratiques qui unissent le droit - et la science dont il est l'objet - à d'autres disciplines, telles que la morale, la psychologie, la logique, la théorie du langage, l'économie ou la politique.

4De ces multiples articulations qui unissent aussi bien différentes branches du droit que la règle de droit et les différents phénomènes qui lui sont coextensifs, la plupart des contributions présentes dans ce volume font un large écho, tantôt en termes généraux, tantôt en abordant un thème particulier.

5Si la pensée juridique de Bentham se prêtait ainsi particulièrement bien à une approche interdisciplinaire, l'intérêt d'en traiter aujourd'hui n'était pas pour autant évident, pas plus que le fait d'en parler en termes d'actualité n'était exempt d'ambiguïté.

6Dès l'abord, il nous a semblé que l'abondance de la littérature consacrée à l'œuvre de Bentham - qu'atteste la bibliographie publiée dans le présent ouvrage - ne privait pas notre recherche de tout intérêt, dans la mesure où la plupart des études publiées, à de notables exceptions près, ne portent pas sur la pensée juridique de Bentham et n'ont, de plus, pas été rédigées en langue française. En outre, sans pouvoir prétendre à une originalité absolue, nous avons estimé que de nombreux aspects de la pensée de Bentham n'avaient encore été que peu abordés jusqu'ici et méritaient une étude plus approfondie. D'une manière plus positive, enfin, il nous a semblé que la plupart des thèmes et des concepts récurrents qui forment aujourd'hui la trame souvent implicite de notre pensée juridique trouvaient dans l'œuvre de Bentham, sinon leur source ultime, tout au moins une formulation décisive et paradigmatique. Ainsi en est-il de concepts aussi divers que ceux d'utilité, de balance des intérêts, de science du droit, de logique "déontique", de déontologie, de codification, de système juridique, de prévention, de contrôle social, d'opinion publique, de majorité politique et de bien d'autres encore dont la diversité apparaît à la lecture de l'index thématique qui clôture ce volume et qui occupent, dans l'œuvre de Bentham comme dans notre impensé actuel, une place essentielle.

7Dès lors, l'intérêt primordial qui nous a paru lié à l'étude de la pensée de Bentham réside moins dans l'exégèse de celle-ci que dans l'occasion privilégiée qu'elle nous fournit de réfléchir de manière critique sur ses ambiguïtés et ses limites, ainsi que, à travers elle, sur les pratiques et les discours actuels qui en sont très largement issus.

8Parmi ces interrogations, on citera d'abord la question de la portée exacte de l'utilitarisme et de ses limites. L'utilité visée est-elle individuelle ou collective, spontanée ou artificielle ? Le principe utilitariste a-t-il une vocation descriptive-explicative, prescriptive ou les deux à la fois, sans que les glissements fréquents de l'un à l'autre soient toujours clairement aperçus ni justifiés ? Par ailleurs, l'utilitarisme et sa rationalité calculatrice peuvent-ils prétendre se soumettre toute autre exigence ou ne sont-ils pas plutôt appelés constamment, d'une manière implicite ou explicite, à céder le pas à d'autres valeurs concurrentes, telles que la vérité, la liberté, la démocratie, l'égalité ou la sécurité ?

9On peut également s'interroger sur la nature profonde d'un projet de transformation de la société, tel que celui qu'élabore Bentham : s'agit-il d'une entreprise utopiste, conservatrice, réformatrice ou révolutionnaire ?

10Enfin, l'utilitarisme benthamien et son souci de/maximisation du bonheur du plus grand nombre conduisent-ils au dirigisme ou au libéralisme ? L'oscillation permanente qui paraît la sienne entre ces deux pôles met particulièrement bien en lumière la tension inscrite au cœur même de l'Etat moderne entre l'Etat libéral et l'Etat providence.

11Ces questions sont, parmi d'autres, celles que les contributions réunies dans ce volume s'efforcent d'élucider, tout en en suggérant certains prolongements actuels ainsi que les réflexions critiques qu'ils suscitent.

Corps embaumé de Jeremy Bentham conservé à l’University College de Londres

Notes

1 Les travaux du Centre interuniversitaire de philosophie du droit ont déjà abouti à la publication d'un premier ouvrage ayant pour titre Droit et pouvoir. La question de la validité des normes, Bruxelles, 1987.

2 Ces travaux ont été publiés sous le titre L'interprétation en droit. Approche pluridisciplinaire, sous la direction de M. van de Kerchove, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1978.

3 Ces travaux ont été publiés sous le titre Fonction de juger et pouvoir judiciaire. Transformations et déplacements, sous la direction de Eh. Gerard, F. Ost et M. van de Kerchove, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1983.

4 E. DUMONT, Discours préliminaire, in Œuvres de J. Bentham, jurisconsulte anglais, éd. Dumont, t. 1, Bruxelles, 1829, p. 2.

5 J. BENTHAM, Vue générale d'un corps couplet de législation, in Œuvres, op. cit., t. 1, p. 307.

Table des illustrations

Légende Corps embaumé de Jeremy Bentham conservé à l’University College de Londres
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/24496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 425k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search