Version classiqueVersion mobile

Philosophie du western

 | 
Astrid De Munter
, 
Natacha Pfeiffer
, 
Laurent Van Eynde

Avant-propos

Laurent Van Eynde

Texte intégral

1Le cinéma naît alors que l’épopée de l’Ouest touche à sa fin. En 1895, on déclare la fin de la Frontière et le cinéma prend la relève du mouvement de conquête. Les fondateurs de Hollywood ne manqueront pas de faire eux-mêmes le parallèle. Dès qu’il y eut cinéma aux États-Unis, il y eut western... Ce rapport de proximité entre l’époque et l’invention d’un nouveau mode de création nourrit une intimité sur laquelle fait fond le western classique américain. Loin du pittoresque ou de l’anecdotique, la sémantique bien connue de ce genre engage des enjeux anthropologiques qui enrichissent la syntaxe du filmage et favorisent d’audacieuses inventions formelles. Il est alors possible de démultiplier les angles d’approche : esthétique, anthropologie philosophique, philosophie sociale et politique, philosophie de l’histoire, histoire de l’art etc. Études cinématographiques, bien sûr. Ce sont tous les enjeux de l’espace sensible, des limites et frontières, de la justice sans cesse réinterrogée, de l’étranger, du lointain, du vivre ensemble, de la persécution, de l’imaginaire culturel et social, de l’invention historique qui doivent être traités dans une étude approfondie de l’image westernienne. Ce collectif se propose d’en poser les jalons en mobilisant essentiellement des compétences et des références philosophiques, mais aussi les vertus de l’interdisciplinarité.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search