Version classiqueVersion mobile

Le droit malgré tout

 | 
Yves Cartuyvels
, 
Antoine Bailleux
, 
Diane Bernard
, 
et al.

Chapitre V. Nature, communs et droit

Une Nature Hors Du Commun

Pièce en deux actes

Delphine Misonne

Texte intégral

ACTE I

SCÈNE PREMIÈRE

1Lumière bleue – Trois chaises - Un journal sur le sol – Deux personnages qui arrivent brusquement

2La Terre, en colère

3Moi, la Terre, je m’étouffe, je m’encrasse, je m’insupporte ! J’ai du mal à régler le tracé de mes fluides, l’épaisseur de ma glace, l’acidité de mes entrailles marines. Mon front et mes joues me brûlent. Et mon manteau végétal qui est percé de toutes parts ! Regarde ! Là, et là et là. Et là encore. Et on me le remplace par tout autre chose qui me gratte de partout. Avec tant d’excroissances dures qui m’enserrent et me corsettent les pores. J’enrage ! Cela devient véritablement insupportable.

4L’érudit

5Calme-toi. C’est encore Anthropos, pour sûr. Il a la mémoire courte. Dans son aveuglement, il oublie que c’est toi qui le portes.

6La Terre

7Oublie ? Mais je ne fais que me rappeler à lui. Je m’ébroue, je le chauffe, je l’assèche, je l’inonde même. Mais le trop d’eau, il n’y croit plus. Ce truc est un peu éculé.

8L’Érudit

  • 1 Ost (F.), La nature hors la loi. L’écologie à l’épreuve du droit, La Découverte, Paris, 1995, p. 1 (...)

9La fièvre te rend fébrile. Tu sais bien que tu seras toujours le plus fort. Et puis, au fond de toi, tu l’aimes quand même, n’est-ce pas, ce parasite prolifique1 ? Prenant le journal, il s’assied. C’est quoi, au fait, cette histoire que l’on m’a rapportée ? Tu es convoqué demain au Tribunal ?

10La Terre

11Ah, oui, c’est la dernière. Le Tribunal – ironique – des « droits de la nature » – on aura tout inventé. Dans mon état, en plus.

12L’Érudit

13Vous allez enfin pouvoir vous expliquer.

14La Terre

  • 2 Au sens de citer à comparaître.

15J’en doute. Ce n’est pas Anthropos qui m’y convoque2.

16L’Érudit

17Et qui donc ?

18La Terre

19Tu te rappelles le jour où il clamait, réjoui, en dansant : « Je suis la Terre et la Terre est moi ». Ce jour de gloire où il m’a humanifiée…

20L’Érudit

21… pour te sauver, disait-il. Te protéger.

22La Terre, dont la colère reprend

23Ah, il y a de quoi. Me protéger de ceux qui me trouent et me perforent l’abdomen pour y trouver – tiens, regarde, ce genre de caillot gluant !

24LÉrudit

25Tsssss…

26La terre

  • 3 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 171, évoquant Roszak (T.), Person/Planet : the Creat (...)
  • 4 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 177.

27De ceux qui me fouillent les viscères pour en extraire ce jus noir dont ils croient avoir tant besoin. De ceux qui m’injectent je ne sais quoi dans les veines. De ceux qui me souillent la croûte de leurs artifices plastiques et radioactifs. Il s’éponge le front. Il avait tout essayé, affirmait-il. Mais, la personnalité juridique, ah, le nouveau dada ! Voilà qui allait tout arranger3. Une personnification bien illusoire !4

28L’érudit

  • 5 Ost (F.), Le temps du droit, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 160 (Promesse. Lier l’avenir).
  • 6 Stone (C.), « Should Trees Have Standing ? Towards Legal Rights for Natural Objects », California (...)
  • 7 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 154.
  • 8 Ibidem, p. 189.

29Cesse de te moquer. C’est une avancée. Hier aussi, des principes furent affirmés, qui paraissaient utopiques, mais dont on mesure aujourd’hui toute la pertinence5. Tant que tu n’es pas un sujet, tu restes un objet6 ! Là, maintenant, tu es un sujet et tu as une dignité propre à faire valoir7. C’est du concret, du solide. Tu deviens son égal, tu peux le défier. Tu verras, c’est avec une révérence renforcée que l’on te considérera8.

30La terre

31Un sujet égal… voilà encore une autre manière de me rabaisser à son niveau.

32L’érudit

  • 9 Ibidem, p. 150.
  • 10 Ibidem.
  • 11 Ibidem, p. 168.

33Remarque plutôt qu’on est bien loin des mièvreries d’antan ou du thème du péché originel9. Nous voici au cœur des idées qui avancent10. Tu te replaces au centre. Tu n’es plus simplement le décor11.

34La terre

35Au centre ? Mais, depuis le temps qu’on tourne, tu le sais quand même. Ce n’est pas moi, c’est le so…

36L’Érudit

  • 12 Par référence à l’écologie profonde (« deep ecology »), voire l’écologie radicale, dont F. Ost exp (...)
  • 13 Iorns Magallanes (C.), « Maori Cultural Rights in Aotearoa New Zealand : Protecting the Cosmology (...)

37Pas cela ! Ta valeur intrinsèque ! Le deep, quoi12. Tu es reconnu pour toi même ! Pas pour ce que tu rapportes. On te retire l’étiquette de ressource exploitable. On te débarrasse des questions d’appartenance. Tu n’es pas l’égal, mais plutôt le parent, le proche. C’est ça. Le proche. Tout est mêlé. Par le sang, par la lave. Par le sperme, par la sève. C’est carrément cosmologique13 !

38La Terre

  • 14 « Terre-à-terre ».
  • 15 Lafargue (R.), « Le préjudice civilisationnel pour atteinte à l’environnement. Droit au cadre natu (...)

39Je suis sans doute trop pragmatique14. Une régulation symbolique qui ne relève pas de ma rationalité. Ou pas encore. C’est une question de culture et de temporalité15.

40L’Érudit

41Et bien, précisément ! Ose le changement de paradigme ! Regarde le fleuve.

42La Terre, du tac au tac

43Le fleuve ?

44L’Érudit

  • 16 Le 16 mars 2017, la tribu Maori de Whanganui a obtenu que la personnalité juridique soit accordée (...)
  • 17 À propos des droits ancestraux des peuples autochtones et des logiques de reconnaissance ou de ces (...)
  • 18 Du même auteur, Iorns Magallanes (C.), « Nature as an Ancestor : Two Examples of Legal Personality (...)

45Oui, quand Anthropos lui a accordé la personnalité juridique16. En suggérant même qu’il s’agissait là d’une personne vivante. Finies, les discussions sur la question de savoir à qui son lit appartenait. Finies, les disputes sur qui pouvait en assurer le contrôle. Fini, le découpage en tranches. On en revient à l’approche holistique. On concilie les temporalités17. Avec, en bouquet final, l’obligation de lui allouer un tuteur, un gardien, à ce fleuve. Et pas n’importe lequel. Un gardien en symbiose. Un gardien éclairé. Un gardien qui s’identifie tant à lui qu’il le vénère comme son ancêtre18.

46La Terre

  • 19 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 177.
  • 20 Ost (F.), Quel avenir pour le droit de l’environnement ?, Bruxelles, Publications des FUSL, 1996, (...)
  • 21 Concept proposé par F. Ost dans La nature hors la loi et repris par de nombreux auteurs. Voy. auss (...)
  • 22 Ost (F.), Quel avenir pour le droit de l’environnement ?, op. cit., p. 19.

47C’était bon pour un fleuve, mais moi, la Terre ! Que l’on m’accorde une considération juridique, un statut19, j’en aurais été satisfait. Celui de projet, par exemple, j’aimais bien. J’étais alors un hybride de sujet et d’objet20. On était dans la dialectique de la transpropriation21. Mon usage était finalisé par des considérations d’intérêt général22. C’était plus simple à comprendre.

48L’Érudit

49Une simplicité toute relative.

50La Terre

  • 23 Comme l’exprime Sohnle (J.), « La représentation de la nature devant le juge : Plaidoyer pour une (...)
  • 24 Brown Weiss (E.), « The Planetary Trust : Conservation and Intergenerational Equity », Ecology Law (...)

51Ou encore cette belle notion de patrimoine commun23. La « terre en héritage »24

52L’Érudit

53Patrimoine commun d’Anthropos ? Mais tu te faisais complètement avoir. Tu restais sous son emprise. Mise en commun, peut-être, mais emprise quand même. Les temps ont changé. Il faut mieux te protéger. De ton isolement aussi. Qui pouvait encore prendre la parole en ton nom ? Se voir reconnaître le statut de personne, c’est très tendance, tu sais.

54La Terre

  • 25 « I am quite seriously proposing that we give legal rights to forests, oceans, rivers and other so (...)
  • 26 Nouvelle-Zélande, loi du 27 juillet 2014, Te Urewera Act 2014, qui accorde la personnalité juridiq (...)
  • 27 En Inde, la personnalité juridique a été accordée en mars 2017 au Gange et à son affluent la Yamun (...)
  • 28 Lovelock (J.), La terre est un être vivant. L’hypothèse Gaïa, Paris, Le Rocher, 1986, évoqué par O (...)
  • 29 En 2008, l’Équateur fut le premier État qui accorda la personnalité juridique à la nature, au sein (...)

55Précisément. Toujours ce don d’être dans l’exagération, la surenchère. Si c’est pour toi, pourquoi pas pour moi, et pour toi, et pour toi, et toi encore ? Tous les milieux y sont passés25. On avait commencé par le parc26. Puis, on est passé à la mer, à la montagne, au glacier27. Et même, tout simplement, à la nature, comme être vivant et bien réglé28 ! « La nature a droit au respect de son existence, de même qu’au maintien et à la régénération de ses cycles vitaux, structures, fonctions et processus évolutifs »29 ! Et pas n’importe où. Au plus haut sommet de la hiérarchie des textes. Dans la Constitution. À quoi sert le droit, quand même !

56L’Érudit

57Tu ne serais pas un peu jaloux ?

58La Terre

  • 30 L’idée n’est pas saugrenue si, comme pour le fleuve ou le parc national en Nouvelle-Zélande, l’un (...)

59C’est de l’opium. Le retour du Panthéon. Une fuite en avant. S’il avait véritablement des valeurs, devrait-il les protéger avec autant de cas ? Et pourquoi ne pas accorder la personnalité juridique à son dernier pipeline30 ? Avec ou sans âme et conscience, ce ne sera pas précisé.

60L’érudit

61On a les fantasmes qu’on peut ! Mais, suffit ! Qui est le demandeur, alors ? Qui t’attaque devant le Tribunal ?

62La Terre

63Ah ! Rien que d’y penser, j’en fais des secousses qui me râpent les plaques.

64L’érudit, Autoritaire

65Décide-toi !

66La Terre

67La stratosphère.

68L’érudit

69Oh ! Je la reconnais bien là. Elle a toujours eu ce petit air supérieur.

70La Terre

71Tu vois. Elle aussi, elle a été reconnue personne vivante et juridique, titulaire de droits. Mais sa personnalité est distincte de la mienne. Et voilà le résultat.

72L’érudit

73Vous êtes très imbriqués, quand même. Toi et elle, vous n’êtes pas simplement proches, c’est fusionnel.

74La Terre

75Oui, mais cette réalité dérangeait les Grands Intérêts. Du dualisme, de la dialectique, qu’ils voulaient !

76L’Érudit

  • 31 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit. p. 190.
  • 32 Ibidem. Voy. aussi Kotzé (L.), Villavicencio Calzadilla (P.), op. cit., à propos de la multitude d (...)

77Quel paradoxe ! Et vive le miroir aux alouettes31. Accorder des droits, c’est bien, mais les concilier, c’est évidemment là que cela se corse32. Pensif. Et donc, qu’est-ce qu’elle te reproche ?

78La Terre

79Le changement climatique et la production de nuages toxiques.

80L’Érudit

81Rien que cela !

82La Terre

83On lui a soufflé l’astuce. « On est responsable non seulement du dommage que l'on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l'on a sous sa garde ». Elle considère que je suis moi-même le gardien d’Anthropos et que je dois en répondre, puisque je le porte. Je suis responsable d’avoir créé des conditions trop favorables à son expansion.

84L’Érudit

85Trop favorables ? Il se tord de rire en se tenant les côtes. Laissons cela pour une autre fois. Silence. Et qui a été désigné pour te donner voix ?

86La Terre

87La génération future. Mais on l’attend toujours.

88L’Érudit

89Ce n’est pas encore au point, leur truc.

90La Terre

91De toute façon, que l’on ne compte pas sur moi. Dans mon état, je n’irai pas. J’ai à ma disposition bien d’autres moyens pour me faire entendre.

92La Terre s’en va, contrariée. Elle croise l’Arbre, tout guilleret, tente de l’attraper mais il lui échappe.

SCÈNE II

93Eclaircie. Lumière printanière.

94L’Arbre, réjoui

95J’en ai appris une bonne. Je n’y croyais pas. Et bien, ils avaient tort. On me plante partout désormais.

96L’Érudit

97Sois plus clair.

98L’Arbre

  • 33 Inspiré de « La coutume de signer des traités entre nations est regardée comme une insulte à une n (...)
  • 34 Ibidem, p. 127.

99On m’avait prévenu : « les Traités sont faits pour ne pas être respectés ». Docte. « La coutume de signer des Traités est regardée comme une insulte à une nature que des instruments diplomatiques ne sauraient avoir la prétention de définir »33. « Si quelqu’un méprise la nature, croyez-vous qu’il fera grand cas des mots ? »34. Et bien, pourtant, ça marche quand même. Anthropos a ratifié le nouvel Accord. Et voilà le résultat.

100L’Érudit

  • 35 Allusion à l’Accord de Paris sur le changement climatique, du 12 décembre 2015, dont l’un des ress (...)

101Le nouvel Accord ? On le dit pavé de bonnes intentions35, mais encore ?

102L’Arbre

  • 36 Art. 5 de l’Accord de Paris, confirmant une notion déjà présente dans la Convention-cadre de 1992 (...)

103Fièrement. Je suis un puits de carbone36. C’est sur moi qu’Anthropos compte pour absorber tous ses excédents, tous ses excès. Je suis la condition de son adaptation au changement climatique. Il a promis de parvenir à l’équilibre, à la neutralité. Alors, il plante, il plante, il plante. Qu’est-ce qu’il est chou !

104L’Érudit

  • 37 Allusion faustienne, évidemment. Ost (F.), Faust ou les frontières du savoir, Bruxelles, Publicati (...)

105Et il plante quoi ? Des marguerites37 ?

106L’Arbre

  • 38 L’Accord de Paris, article 5, appelle à la conservation des forêts et à leur accroissement, tout e (...)

107Mais tout est bon, pardi. C’est le grand retour de la nature ordinaire38. C’est ça qui fait chaud au cœur. De toute façon, ces prétentieuses, les espèces fragiles qui se prétendent victimes – Avec mépris « On est menacées, pitié » –, elles n’auraient pas fait l’affaire.

108L’Érudit

109L’affaire ? Parlons-en. Ce qu’on plante, c’est du toc. Toi-même, regarde, tu es tout modifié. Ta fibre est artificielle. La surnature, l’artefact,…

110L’Arbre, l’interrompant

  • 39 Convention de 1992 sur la Diversité Biologique.
  • 40 Protocole de Nagoya à la Convention sur la Diversité Biologique, sur l’accès aux ressources généti (...)
  • 41 Une notion déjà présente dans la Convention-Cadre de 1992 sur le changement climatique, mais dont (...)

111Oh, tu sais, du moment que je lui sois utile. J’étais d’abord la réserve de bois. Puis je suis devenu le poumon vert. Ensuite, le réservoir de biodiversité39. Après – admire le degré de conceptualisation ! – le pool de ressources génétiques40. Et maintenant – apprécie le renversement de perspective –, je suis le puits de carbone41. C’est ma manière à moi de lui rendre des services – hésitant – écosystémiques. C’est ça, c’est comme il dit. Écosystémiques. C’est comique. Et même économique. Regarde. Il sort un papier. Tout est chiffré.

112L’Érudit

113Maugréant. Décidément, Anthropos n’aime que ceux qui le servent. Il fallait donc que tu parles sa langue pour qu’il te trouve encore un attrait ! Plus fort. Et le vent dans les feuilles, c’est combien ? Et le papier que tu tiens, c’est combien ?

114L’Arbre

  • 42 Mais pas seulement. Anciennement, le papier était aussi produit à base de chiffon (fibres de chanv (...)

115Ah, pour cela, c’est moins réussi. Le papier comme communauté de destin, hélas ! Il ne lit plus, ou si peu. Ou du moins ce n’est plus sur moi qu’il table. Soudain nostalgique. J’aimais bien être passeur de culture. J’étais fort, là aussi. Toutes ces bibliothèques, c’est une partie de moi finalement42.

116L’Érudit

117Passeur d’art, passeur d’idées, passeur d’histoires, passeur de notes. De musique, les notes. C’était bien connu, le bois menait à tout. Tu devenais livre, partition, lettre, sculpture, poésie, peinture, cadre de tableau, violon,…

118L’Arbre, nostalgique

119Coffre à trésors, archet, flèche, alcôve, piano, porte, table d’écriture, caillebotis, bateau,… Se resaisissant soudain. Mais au moins j’évite la coupe. Et là, c’est le pied. Avec emphase. Car, la forêt, c’est aussi là qu’est mon aura.

120L’Érudit

121Là ? Rêveur. Le lieu de tous les dangers, le lieu de tous les passages, le lieu de tous les sacrés…

122L’Arbre

123… le lieu de toutes les amours, le lieu de tous les combats : le réveil des consciences !

124L’Érudit

  • 43 Hughes (J. D.), Thirgood (J. V.), « Deforestation, Erosion, and Forest Management in Ancient Greec (...)

125Ah, oui. Tu te souviens comme c’était ? Quand le manteau que tu formais était quasi complet ? Cela fait bien longtemps qu’Anthropos n’a cesse de te couper et de te transformer. Il ne s’en vante pas, c’est sûr. Mais sait-il encore que quand tu as commencé à te faire plus rare, à oser prendre le temps de pousser, voire à ne plus pousser du tout, ce fut directement le déclin et la dévastation, le désert et la migration ?43 Que l’école de la sagesse est ardue ! Elle a de fameuses faces cachées, sa responsabilité. Mais, allons, il se fait tard. Partons d’ici avant que l’on ne s’enracine.

126L’arbre danse, soudain beaucoup plus grave et lent, déployant sa ramure Ils quittent la scène ensemble

ACTE II

SCÈNE PREMIÈRE

127L’île – La jungle – Face à la mer

128L’île

  • 44 Banal, au sens de courant, ordinaire, commun.

129Ah, c’est d’un banal44. Que d’eau ! Toute cette immensité bleue. Rien que cette immensité bleue ! Toujours cette immensité bleue.

130La jungle

131Bleue aujourd’hui, grise hier, tout dépend de la lumière. Calme, agitée. Lisse, ridée. Accueillante, monstrueuse. Inspirante, effrayante. La mer est si changeante. Surtout quand on dispose du temps pour l’observer.

132L’île

133Une vraie poubelle, voilà sa réalité ! Des fûts de ceci, des blocs de cela. Et pas seulement pour les chasses au trésor. Tu devrais voir le fond ! Et tout ce qui y flotte ! La soupe est devenue infecte. Elle prend une poignée de sable. Regarde, c’est incroyable ! Même ici. Un microgranule. La mer de plastique, voilà bien la modernité d’Anthropos.

134La jungle

135Tout s’y déverse, un jour ou l’autre, dans la mer. Tu connais les lois de la dynamique.

136L’île

  • 45 Bollier (D.), La renaissance des communs, Pour une société de coopération et de partage, Paris, Éd (...)

137Justement. Anthropos devrait le savoir. Mais il a décidément ses travers. Il découvre un vaste espace libre d’appropriation, libre d’occupation ? C’est pour lui un appel à la souillure ou à la surexploitation. J’aimerais pourtant ne pas y croire, à cette trop fameuse tragédie des communs45

138La jungle

139C’est sans doute une grave lacune dans son éducation.

140L’île

141Ou peut-être un problème de maturité. En tout cas un manque désespérant de sens du commun. Il n’y a que quand il se sent individuellement concerné, qu’il décide de réagir. Et encore ! Ses ressorts sont complexes. Mais où est véritablement son projet collectif ? L’agir ensemble ? Come on !

142La jungle

  • 46 Ostrom (E.), Governing the Commons : The Evolution of Institutes for Collective Action, s.l., Camb (...)
  • 47 Bollier (D.), op. cit., p. 27.

143Il fait quand même pas mal d’efforts46. Il y a un frémissement, je trouve. C’était quoi encore ? Ah oui. Tu prends une ressource, un milieu partagé ou tout simplement un projet. Tu ajoutes une communauté. Mais aussi, c’est important, un ensemble de règles sociales47. Tu intègres bien le tout. Et voilà, c’est simple. Le résultat est pas trop mal.

144L’île

145Mais même s’il s’organise, il y en aura toujours bien un qui ne respectera pas le club. Et vive le coup de canif dans la toile ! Les gentils et les confiants en seront pour leurs frais. Toi, la jungle, tu en sais quelque chose.

146La jungle

  • 48 « Ce que je demande, c’est ce qui change lorsque la régulation emprunte désormais la forme juridiq (...)
  • 49 « Je n’ai cessé de me demander, en même temps que je m’efforçais de pratiquer la suspension phénom (...)

147Et bien, qu’il sorte le marbre et le burin ! S’il lui faut de la pompe, de la solennité, de la distance48. Qu’il passe au droit alors !49

148L’île

149L’acte destructeur n’en deviendra que plus jouissif, car il deviendra transgressif.

150La jungle

  • 50 Pour essayer de porter atteinte à l’effectivité symbolique de la règle. Ost (F.), van de Kerchove (...)

151Surtout si le rebelle l’affirme haut et fort50. La force peut pourtant se trouver du côté de la cohésion. On est surpris parfois des conclusions auxquelles on arrive.

152L’île

  • 51 Ost (F.), van de Kerchove (M.), De la pyramide au réseau ? Pour une théorie dialectique du droit, (...)

153Tu as beaucoup évolué, il me semble. Tu t’es mis en réseau51 ? Tiens, je me demande ce qu’on nous annonce…

154La jungle

155Annonce ?

156L’île

157Oui, là, regarde du côté gauche, une embarcation.

158La jungle, impressionée

159Ah, mais c’est lui. Anthropos en personne. Ou du moins l’un des siens.

160L’île

  • 52 Sur la notion de droit d’usage commun (et de dépassement de ce droit) en tant qu’intérêt légitime (...)

161Pourvu qu’il ne vienne pas ici se livrer à de nouveaux excès52. On a assez donné. Silence, qu’il ne remarque rien surtout. Estompons-nous. En chuchotant. Ayons l’air originels.

162Le paysage disparaît dans la brume. L’île et la jungle se placent côte à côte et observent.

SCÈNE II

163Surgit, de la barque et de la brume, un humain, accompagné d’un chat. Le soleil perce à nouveau.

164Anthropos, préoccupé

  • 53 Meadows (D.), Club de Rome, The limits to Growth, Londres, Earth Island, 1972, p. 23 : « It is pos (...)

165Tout se confirme. En pire, même. « That can be sustained far into the future »53, c’est pourtant cela qui m’avait été prescrit. Je dois trouver le passage, le transit, la connection. L’hyperloop. N’importe quoi, mais je dois éviter ce mur.

166Le Chat

167Le mur ? Je ne vois pas de mur ici. C’est plutôt très dégagé, même.

168Anthropos

  • 54 Brundtland (G. H.), Commission mondiale sur lenvironnement et le développement, Notre avenir à to (...)

169Je me suis déjà complètement écrasé, sur ce mur. J’y suis coincé depuis si longtemps, on ne le dit pas assez. Durable, qu’ils disaient, durable54 ! Ah, la belle illusion !

170Le Chat

171S’étirant. Durable ? Voilà qui viendrait bien à point. Et moi, je dis que ce long voyage m’a donné faim !

172Anthropos

  • 55 « Le problème historique n’est donc pas l’émergence d’une "conscience environnementale", mais bien (...)

173C’est ma versatilité, ma complexité, ma pluralité. Je sais en fait que tout cela me mène à ma perte55. Mais entre le savoir et l’action, il y a tant de pas dans toutes les directions. Je peux tout, mais est-ce que je veux tout ? Et est-ce que je le veux ensemble ? Ma volonté se désarticule. Mon tempérament est si changeant. J’oublie trop rapidement les règles que je me fixe à moi-même.

174Le Chat

175Mais où est-on ici ? Il y a quelqu’un ?

176Anthropos

177Enfin, le positif, c’est qu’il y a encore une île qui n’est pas submergée par ici. Il sort un smartphone de sa poche et semble y indiquer quelque chose.

178Le chœur

  • 56 Le Code civil français a été modifié, en 2015, pour sortir l’animal du statut juridique de bien me (...)

179Un dialogue de sourds. Ils ne s’écoutent pas l’un l’autre. Qu’Anthropos commence par s’adresser à cet être vivant doué de sensibilité !56

180Anthropos

  • 57 Marguenaud (J. P.), « La modernisation des dispositions du code civil relatives aux animaux : l’éc (...)

181Se rappelant soudain de l’existence du chat, qui lui frôle la jambe. Ah, oui, brave Nemo. Je t’avais oublié. On a fait tout ce voyage ensemble. Tu me parais tout chose57, ça va ?

182Le chœur

  • 58 Pour s’engager dans le registre des valeurs. L’homme est-il seul capable de moralité ? Ost (F.), L (...)
  • 59 L’étymologie de « personne » renvoie précisément à cette idée de masque, de rôle (persona) ou enco (...)

183Ces êtres vivants se ressemblent. En quoi sont-ils différents, si ce n’est leur langage ? Tous deux sont si petits, si fragiles, si dépendants. Lequel est-il véritablement capable de résister à ses instincts, de sublimer sa condition première58 ? Qu’ils mettent à bas leur masque59 ?

184Le chat

185J’ai faim.

186Anthropos

  • 60 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 219-232.

187Il a faim. Moi aussi. Il ne semble pas y avoir grand chose à se mettre sous la dent, par ici. Quoique… Il regarde le chat comme s’il en jaugeait le poids. Mais fait un signe négatif de la tête. Non, c’est vrai, je suis ton obligé. Mal agir envers toi ne serait qu’entretenir un funeste penchant dont je ferais un jour les frais60. J’ai ma dignité, quand même.

188Le Chœur

189Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour être fixés.

190Anthropos

191Tu pourrais te remettre à pêcher. Il devrait encore y avoir quelques poissons par ici. Si tu ne redoutes pas les granules ou le mercure. Il lui caresse la tête.

192Enfin, il se détend un peu.

193Le chat, qui se met à ronronner

194Anthropos

195Vivre l’instant présent. Pétrir le sable ou regarder le vent. Cet être vivant qui me ressemble. Et si je faisais pareil ? Être juste là. Immobile. Les yeux légèrement plissés. Méditer. Il s’assied à côté du chat et scrute avec lui l’horizon, tout en faisant couler le sable à travers ses doigts. Il se couche avec contentement sur le dos.

196Le chœur

197Cette scène est touchante. Mais il ne tiendra pas longtemps. Le lâcher prise, ce n’est absolument pas dans sa nature. Et qu’est-il venu faire ici, au juste ?

198Soudain, la sonnerie du portable retentit. Le chat sursaute. Anthropos le bouscule et se précipite vers son smartphone.

199Anthropos

  • 61 La mer de plastique, nouveau continent.
  • 62 Gonzalez (I.), Gosseries (A.), Institutions for Future Generations, Oxford, OUP, 2016.
  • 63 Le monde, la terre.

200Hallo ? Allo ? Hello ? J’entends mal. Oui, oui, moi-même. Où ça ? Quelque part dans le grand bleu. Je t’expliquerai. Tu trouves mes coordonnées ? Grésillements. Oui, c’était pour cela. J’ai les échantillons. Tout se confirme. C’est encore pire que ce que je ne le pensais61. Il écoute l’interlocuteur. Il fait signe au chat qu’ils s’en vont. Parfait. Dans vingt minutes. Attends. C’est qu’elle s’est finalement décidée à venir alors ? Et l’affaire a déjà été fixée ? Waow, formidable ! Quel procès cela va faire ! Et si on intervenait ? Oui, une intervention agressive. Tu vois d’ici le tableau. Cette génération future n’aura qu’à bien se tenir. Elle va certainement encore sortir la carte de ma responsabilité historique. Mais cela ne tient pas la route62, quoi qu’elle en dise. Très excité. Cela va chauffer. N’oublie surtout pas les pièces. Et ameute la presse. Il risque d’y avoir du monde. Beaucoup de monde63.

201Rideau.

Notes

1 Ost (F.), La nature hors la loi. L’écologie à l’épreuve du droit, La Découverte, Paris, 1995, p. 148 ; « L’homme, parasite prolifique, n’est-il pas en train d’épuiser l’organisme qui le nourrit ? ».

2 Au sens de citer à comparaître.

3 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 171, évoquant Roszak (T.), Person/Planet : the Creative Disintegration of Industrial Society, New-York, Anchor Press/Doubleday, 1978, p. 49.

4 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 177.

5 Ost (F.), Le temps du droit, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 160 (Promesse. Lier l’avenir).

6 Stone (C.), « Should Trees Have Standing ? Towards Legal Rights for Natural Objects », California Law Review, no 45 (1972), p. 450-501. « This is partly because until the rightless thing receives its rights, we cannot see it as anything but a thing for the use of "us" – those who are holding rights at the time », p. 455, par référence aux propos tenus sur l’esclavagisme par les Pères Fondateurs des États-Unis.

7 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 154.

8 Ibidem, p. 189.

9 Ibidem, p. 150.

10 Ibidem.

11 Ibidem, p. 168.

12 Par référence à l’écologie profonde (« deep ecology »), voire l’écologie radicale, dont F. Ost expose les racines dans La nature hors la loi, op. cit., p. 153. Au cœur de la philosophie de l’écologie profonde, se trouve précisément un double renversement. D’une part, faire de la nature un sujet de droit. D’autre part, quitter l’anthropocentrisme (où l’humain est la mesure de toute chose) pour un écocentrisme où c’est la nature elle-même qui devient la mesure de toute chose (« penser comme une montagne », comme l’évoque F. Ost).

13 Iorns Magallanes (C.), « Maori Cultural Rights in Aotearoa New Zealand : Protecting the Cosmology that Protects the Environment », Widener Law Review, 21 (2015), p. 273-327.

14 « Terre-à-terre ».

15 Lafargue (R.), « Le préjudice civilisationnel pour atteinte à l’environnement. Droit au cadre naturel et réalités socioculturelles : interdépendances et interdisciplinarité », Droit et société, no 74/1 (2010), p. 151-169.

16 Le 16 mars 2017, la tribu Maori de Whanganui a obtenu que la personnalité juridique soit accordée au fleuve du même nom, par la voie législative (Te Awa Tupua (Whanganui River Claims Settlement) Bill). Cette décision parlementaire faisait suite à plus de 140 années de négociation et à plusieurs décisions de justice, qui établirent que les atteintes à l’intégrité du fleuve étaient une atteinte à la spiritualité des tribus qui y sont connectées ; polluer le fleuve revenait par ailleurs à polluer les gens (Ngati Rangi Trust v. Manawatu-Wanganui Reg’l Council A67/2004 NZEnvC 172, 18 Mai 2004, § 318). Iorns Magallanes (C.), op. cit., p. 314 ; Ainge Roy (E.), « New Zealand river granted same legal rights as human beings », The Guardian, 16 mars 2017 ; Rousseau (B.), « In New Zealand, Land and Rivers Can Be People (Legally Speaking) », The New York Times, 13 juillet 2016.

17 À propos des droits ancestraux des peuples autochtones et des logiques de reconnaissance ou de cession de leurs terres aux autorités, François OST évoque la difficile cohabitation de deux temporalités différentes, soit une logique moderne de croissance et d’expansion et une logique ancestrale d’osmose avec la nature, dans OST (F.), Le temps du droit, op. cit., p. 97 (La reine et les Hurons).

18 Du même auteur, Iorns Magallanes (C.), « Nature as an Ancestor : Two Examples of Legal Personality for Nature in New Zealand », in La représentation de la nature devant le juge : approches comparative et prospective, sous la direction de Camproux (M. P.), Sohnle (J.), Paris, Vertigo, 2015, p. 83-104 ; Morris (J.), Ruru (J.), « Giving voice to rivers : Legal personality as a vehicle for recognising indigenous peoples'relationships to water ? », Australian Indigenous Law Review, 14/2 (2010), p. 49-62 ; Douglas (J.), « Affording New Zealand rivers legal personality : a new vehicle for achieving Maori aspirations in comanagement ? », mémoire (Université d’Otago, Nouvelle-Zélande), 27 juin 2009, disponible en ligne, https://ourarchive.otago.ac.nz/handle/10523/191

19 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 177.

20 Ost (F.), Quel avenir pour le droit de l’environnement ?, Bruxelles, Publications des FUSL, 1996, p. 7-19, p. 18.

21 Concept proposé par F. Ost dans La nature hors la loi et repris par de nombreux auteurs. Voy. aussi Ost (F.), Misonne (D.), De Clippele (M. S.), « Propriété et biens communs », in La propriété et ses limites, sous la coordination de Winiger (B.) et al., Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2017, p. 131-172.

22 Ost (F.), Quel avenir pour le droit de l’environnement ?, op. cit., p. 19.

23 Comme l’exprime Sohnle (J.), « La représentation de la nature devant le juge : Plaidoyer pour une épistémologie juridique du fictif », VertigO – La revue électronique en sciences de l'environnement, Hors-série 22 septembre 2015, en ligne, http://journals.openedition.org/vertigo/16343, consulté le 11 avril 2018, « il existe des solutions hybrides lorsque l’on postule que la nature n’est exactement ni personne ni chose. Évoquons à ce propos les idées d’une nature-quasi-sujet grâce à une possible construction prétorienne, d’une nature conservée pour les générations futures, chère à Hans Jonas, d’une nature-projet, bénéficiaire de devoirs s’imposant aux hommes, chère à François Ost et d’une nature-patrimoine commun de l’humanité, chère à Alexandre Kiss ». Kiss (A.), « La notion de patrimoine commun de l’humanité », Recueil des cours de l’Académie internationale de La Haye, 172/II (1982), p. 228-383. Pour d’autres approches encore, voy. Sax (J. L.), « The Public Trust Doctrine in Natural Resource Law : Effective Judicial Intervention », Michigan Law Review, 68 (1970), p. 471.

24 Brown Weiss (E.), « The Planetary Trust : Conservation and Intergenerational Equity », Ecology Law Quarterly, vol. 11, no 4 (1984), p. 495-582.

25 « I am quite seriously proposing that we give legal rights to forests, oceans, rivers and other so-called "natural objects" in the environment-indeed, to the natural environment as a whole », affirmait ainsi Stone (C.), op. cit., p. 456, dès 1972.

26 Nouvelle-Zélande, loi du 27 juillet 2014, Te Urewera Act 2014, qui accorde la personnalité juridique à un territoire du Nord-Est, jusqu’alors qualifié de « parc national ». Te Urewera est désormais consacré en tant que personne juridique, avec tous les droits et obligations que cela implique. Ceci afin de préserver sa valeur intrinsèque et l’intégrité de sa valeur naturelle et culturelle, dans le respect du lien qui le lie à la tribu Mahori Tuhoe. Le territoire est géré par un comité qui rassemble des représentants de la tribu Mahori Tuhoe et de la Couronne britannique. Surtout, il ne fait plus partie du domaine de la Couronne ; le statut de parc national impliquait une appropriation du territoire par l’État, sans considération de son occupation première. Le retrait du statut de parc est un symbole fort, favorable à une démarche de réconciliation, comme l’indique Ruru Ngati (J.), « Tuhoe-Crown settlement – Te Urewera Act 2014 », Maori Law Review, octobre 2014, en ligne, http://maorilawreview.co.nz, consulté le 11 avril 2018.

27 En Inde, la personnalité juridique a été accordée en mars 2017 au Gange et à son affluent la Yamuna, par voie jurisprudentielle (High Court of Uttarakhand à Nainital) mais, le 30 mars 2017, aussi à plusieurs glaciers, comme le rapporte David (V.), « La nouvelle vague des droits de la nature – La personnalité juridique reconnue aux fleuves Whanganui, Gange et Yamuna », Revue Juridique de l’Environnement, 3 (2017), p. 409-609.

28 Lovelock (J.), La terre est un être vivant. L’hypothèse Gaïa, Paris, Le Rocher, 1986, évoqué par Ost (F.), « Le juste milieu. Pour une approche dialectique du rapport homme-nature », in Images et usages de la nature en droit, sous la direction de Gérard (P.), Ost (F.), van de Kerchove (M.), Bruxelles, Publication des FUSL, 1993, p. 41.

29 En 2008, l’Équateur fut le premier État qui accorda la personnalité juridique à la nature, au sein même de sa Constitution (art. 71). Ce « texte fleuve » de près de 450 articles, ambitionne d’être un modèle pour le « socialisme du XXIe siècle », précise Morand-Devillers (J.), « L’environnement dans les constitutions étrangères », Les nouveaux cahiers du conseil constitutionnel, no 43 (2014), p. 83-95 ; « Étroitement lié à une nouvelle conception du droit au "bien vivre" (sumak kawsay en langue quechua), cette consécration consacre, entre autres, le droit pour tous à l’eau, l’alimentation, la santé, l’éducation (art. 12 à 16) et un système économique "social et solidaire", tendant vers une "relation dynamique et équilibrée entre la société, l’État et le marché, le tout en harmonie avec la nature" (article 283) ». S’il a le mérite de replacer les droits de la nature sous les feux de l’actualité, son manque d’opérationnalisation mais aussi le fait qu’il soit mis en concurrence, au sein de la même Constitution, avec d’autres droits plus classiquement anthropocentriques, pose sérieusement question. Ne s’agirait-il là que d’un écran de fumée pour mieux poursuivre, malgré tout, des ambitions extractivistes ? (en ce sens, voy. Kotzé (L.), Villavicencio Calzadilla (P.), « Somewhere between Rhetoric and Reality : Environmental Constitutionalism and the Rights of Nature in Ecuador », Transnational Environmental Law, 2 (2017), p. 1-33.

30 L’idée n’est pas saugrenue si, comme pour le fleuve ou le parc national en Nouvelle-Zélande, l’un des objectifs poursuivis, par l’attribution de la personnalité juridique, est d’instaurer un mécanisme de cogestion délié des questions d’appartenance et favorable aux peuples autochtones.

31 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit. p. 190.

32 Ibidem. Voy. aussi Kotzé (L.), Villavicencio Calzadilla (P.), op. cit., à propos de la multitude de droits consacrés dans la Constitution équatorienne.

33 Inspiré de « La coutume de signer des traités entre nations est regardée comme une insulte à une nature humaine que des instruments diplomatiques ne sauraient avoir la prétention de définir », More (T.), Utopia, trad. A. Prévost, Paris, Mame, 1978, p. 100.

34 Ibidem, p. 127.

35 Allusion à l’Accord de Paris sur le changement climatique, du 12 décembre 2015, dont l’un des ressorts essentiels se trouve dans les promesses faites par les États ; c’est sur la base de la réalisation de l’ensemble des « contributions déterminées au niveau national » que la communauté internationale ambitionne d’atteindre, à long terme, les objectifs fixés collectivement, tels que la réduction de la température mondiale et le plafonnement des émissions de gaz à effet de serre.

36 Art. 5 de l’Accord de Paris, confirmant une notion déjà présente dans la Convention-cadre de 1992 sur le changement climatique : « Art. 1.8. On entend par "puits" tout processus, toute activité ou tout mécanisme, naturel ou artificiel, qui élimine de l’atmosphère un gaz à effet de serre, un aérosol ou un précurseur de gaz à effet de serre ».

37 Allusion faustienne, évidemment. Ost (F.), Faust ou les frontières du savoir, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002.

38 L’Accord de Paris, article 5, appelle à la conservation des forêts et à leur accroissement, tout en soulignant qu’il importe de promouvoir les avantages non liés au carbone associés à de telles démarches.

39 Convention de 1992 sur la Diversité Biologique.

40 Protocole de Nagoya à la Convention sur la Diversité Biologique, sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation (2010).

41 Une notion déjà présente dans la Convention-Cadre de 1992 sur le changement climatique, mais dont les effets se renforcent avec l’Accord de Paris et son objectif de parvenir à une neutralité carbone à partir de 2050.

42 Mais pas seulement. Anciennement, le papier était aussi produit à base de chiffon (fibres de chanvre, de lin, de coton). L’économie circulaire, déjà.

43 Hughes (J. D.), Thirgood (J. V.), « Deforestation, Erosion, and Forest Management in Ancient Greece and Rome », Journal of Forest History, vol. 26, no 2 (avril 1982), p. 60-75.

44 Banal, au sens de courant, ordinaire, commun.

45 Bollier (D.), La renaissance des communs, Pour une société de coopération et de partage, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2014, p. 33 (« La tyrannie du mythe de la tragédie »), recadrant Hardin (G.), « The Tragedy of the Commons », Science, New Series, vol. 162, no 3859 (1968), p. 1243-1248.

46 Ostrom (E.), Governing the Commons : The Evolution of Institutes for Collective Action, s.l., Cambridge University Press, 1990 ; Coriat (B.) (dir.), Le retour des communs. La crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Les liens qui libèrent, 2015.

47 Bollier (D.), op. cit., p. 27.

48 « Ce que je demande, c’est ce qui change lorsque la régulation emprunte désormais la forme juridique : on pourrait par exemple […] observer qu’une certaine distance, peut-être même qu’une certaine méfiance, s’est installée entre les protagonistes […] – que signifie cette distance ? ». Ost (F.), À quoi sert le droit ? Usages, Fonctions, Finalités, Bruxelles, Bruylant, 2016, p. 39.

49 « Je n’ai cessé de me demander, en même temps que je m’efforçais de pratiquer la suspension phénoménologique de mes acquis (epoché), ce qui se transformait lorsqu’une société, un groupe, ou même simplement deux individus, décidaient de "passer au droit", – je veux dire d’en appeler au droit, de se confier au droit, de mettre en place des mécanismes de jugement, de régulation, d’attestation relevant de ce quelque chose de spécifique que nous appelons le droit ». Ost (F.), À quoi sert le droit ? Usages, Fonctions, Finalités, op. cit., p. 38.

50 Pour essayer de porter atteinte à l’effectivité symbolique de la règle. Ost (F.), van de Kerchove (M.), De la pyramide au réseau ? Pour une théorie dialectique du droit, Bruxelles, Publication des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002, p. 335. Attitude retenue par D. Trump, le 1er juin 2017, lorsqu’il décida d’annoncer à la face du monde qu’il sortait de l’Accord de Paris sur le changement climatique. Sans toutefois sortir de la Convention-cadre de 1992.

51 Ost (F.), van de Kerchove (M.), De la pyramide au réseau ? Pour une théorie dialectique du droit, op. cit. ; Capra (F.), Mattei (U.), The Ecology of Law, Toward a Legal System in Tune with Nature and Community, Berret-Koehler, Oakland, 2015.

52 Sur la notion de droit d’usage commun (et de dépassement de ce droit) en tant qu’intérêt légitime à protéger, voy. les travaux de M. P. Camproux, prenant comme assise l’article 714 du Code Civil, « Il est des choses qui n’appartiennent à personne mais dont l’usage est commun à tous ». Camproux (M. P.), « Une protection de la biodiversité via le statut de res communis », Revue Lamy Droit civil, janvier 2009, perspectives, p. 68.

53 Meadows (D.), Club de Rome, The limits to Growth, Londres, Earth Island, 1972, p. 23 : « It is possible to alter these growth trends and to establish a condition of ecological and economic stability that is sustainable far into the future ».

54 Brundtland (G. H.), Commission mondiale sur lenvironnement et le développement, Notre avenir à tous, Montréal, Éditions du fleuve, 1987 ; Meheust (B.), La politique de l’oxymore. Comment ceux qui nous gouvernent masquent la réalité du monde, Paris, La Découverte, 2009.

55 « Le problème historique n’est donc pas l’émergence d’une "conscience environnementale", mais bien plutôt l’inverse : comprendre la nature schizophrénique de la modernité qui continua de penser l’homme comme produit par les choses environnantes, en même temps qu’elle les laissait les altérer et les détruire », Bonneuil (C.), Fressoz (J. B.), L’événement anthropocène, Paris, Éditions du Seuil, 2016, p. 221.

56 Le Code civil français a été modifié, en 2015, pour sortir l’animal du statut juridique de bien meuble et le reconnaître comme être vivant doué de sensibilité, art. 515-14, tout en précisant que « Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens ». En Belgique, une proposition de loi modifiant le Code civil et visant à reconnaître à l’animal le statut d’être vivant doué de sensibilité dans le même Code a été déposée le 6 juillet 2016 (Doc. 54, 1954/001, 2015/2016).

57 Marguenaud (J. P.), « La modernisation des dispositions du code civil relatives aux animaux : l’échappée belle », Revue juridique de l’environnement, 2 (2015), p. 267.

58 Pour s’engager dans le registre des valeurs. L’homme est-il seul capable de moralité ? Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 219-232.

59 L’étymologie de « personne » renvoie précisément à cette idée de masque, de rôle (persona) ou encore à per sonare, « ce par l’intermédiaire de quoi le son se manifeste », comme le précise Gutwirth (S.), « Penser le statut juridique des animaux avec Jean-Pierre Marguenaud et René Demogue : Plaidoyer pour la technique juridique de la personnalité », Revue juridique de l’environnement, 1 (2015), p. 71.

60 Ost (F.), La nature hors la loi, op. cit., p. 219-232.

61 La mer de plastique, nouveau continent.

62 Gonzalez (I.), Gosseries (A.), Institutions for Future Generations, Oxford, OUP, 2016.

63 Le monde, la terre.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search