Version classiqueVersion mobile

Le droit malgré tout

 | 
Yves Cartuyvels
, 
Antoine Bailleux
, 
Diane Bernard
, 
et al.

Chapitre I. Épistémologie et droit : raison, raisonnement juridique et interdisciplinarité

L’esprit du droit à l’USL-B1. Pour une formation résolument interdisciplinaire

Isabelle Hachez

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce titre est un clin d’œil au remarquable ouvrage de Philippe Gérard, L’esprit des droits. Philoso (...)
  • 2 Ost (F.), Le temps du droit, Paris, Odile Jacob, 1999.
  • 3 Hachez (I.), Le principe de standstill dans le droit des droits fondamentaux : une irréversibilité (...)
  • 4 Hachez (I.), Cartuyvels (Y.), Gérard (P.), Dumont (H.), Ost (F.), van de Kerchove (M.) (dir.), La (...)
  • 5 Ost (F.), van de Kerchove (M.), De la pyramide au réseau ? Pour une théorie dialectique du droit, (...)
  • 6 Ost (F.), À quoi sert le droit ? Usages, fonctions, finalités, Bruxelles, Bruylant, 2016.

1Du Temps du droit2 dont s’est largement nourrie ma thèse de doctorat3 à l’aventure commune des Sources du droit revisitées4, en passant par l’incontournable ouvrage De la pyramide au réseau ?5, nombreuses sont les voies d’entrée que j’aurais pu choisir pour rendre hommage à celui qui, toujours, s’est montré soucieux de transmettre aux générations qui le suivaient. C’est pourtant sur un autre terrain que je me situerai, celui de son dernier livre À quoi sert le droit ?6, non pas tant pour discuter de la définition du droit ou de ses finalités que pour interroger, par ce biais, le caractère interdisciplinaire de la formation offerte par la Faculté de droit de l’Université Saint-Louis (2) et les lieux au sein desquels il se manifeste ou pourrait se déployer (3). Cette réflexion s’inscrit au demeurant dans un chantier plus large, initié au sein de notre Faculté et auquel le dédicataire de ses lignes a dès son entame apporté son entier soutien dans un élan d’enthousiasme qui participa à l’inscrire dans la durée (1). Puisse-t-il recevoir ce qui n’est en réalité encore qu’une ébauche de réflexion destinée à être réappropriée collectivement comme le signe de mon infinie gratitude à l’égard de l’héritage qu’il nous a transmis sur un mode délibérément ouvert à la remise en question. Puisse, de son côté, le lecteur pardonner le caractère singulier de cette contribution s’ancrant dans le versant pédagogique de la Faculté de droit de l’USL-B.

1. Le point d’ancrage de la réflexion

  • 7 Voy. notamment van de Kerchove (M.), « Les conceptions du droit et l'organisation des études », in(...)

2L’interdisciplinarité : gageons que qui connaît l’Université Saint-Louis et sa Faculté de droit lui associera cette spécificité. La Faculté de droit de l’USL-B fut en effet pionnière en matière d’interdisciplinarité en fondant, dès 1973, sous l’égide de Michel van de Kerchove, le Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (le SIEJ) et, cinq ans plus tard, la revue homonyme (la RIEJ, aujourd’hui peer-reviewed et à comité de lecture international). Ce qui est vrai sur le plan de la recherche se vérifie également en matière d’enseignement7, les deux – tout le monde le sait – ayant partie liée à l’université.

3À l’heure où Michel van de Kerchove nous a trop tôt quittés et François Ost accède à l’éméritat, cette marque de fabrique (l’interdisciplinarité) correspond-elle encore à la réalité ? Est-elle toujours assumée et pratiquée, en particulier dans le cadre de la formation dispensée à nos étudiants de droit ? Dès lors que la Faculté compte désormais nombre de nouveaux enseignants, il est apparu essentiel d’encourager un exercice de réflexivité pour apprécier jusqu’où et dans quelle mesure les cours que nous dispensons et, plus largement, la formation que nous offrons rencontrent réellement cette spécificité.

  • 8 Cf., en particulier, le dossier « Enseigner le droit demain », R.I.E.J., 72 (2014), p. 25-62.
  • 9 Le texte du Manifeste est disponible à l’adresse suivante : www.usaintlouis.be/fr/pdf/ALaUne/manif (...)

4Ces questions, et la réflexion qu’elle appelle, ont émergé dans le cadre des travaux menés par le SIEJ sur le thème « Quelle(s) formation(s) et quelle(s) recherche(s) pour quel(s) (non-)juriste(s) et pour quel droit ? »8, qui ont eux-mêmes débouché sur l’adoption en décembre 2015 d’un Manifeste pour la formation en droit (« De futurs juristes libres et responsables ! »)9. Ce Manifeste, adopté sous l’impulsion d’Antoine Bailleux, entend « redire et […] préciser les convictions scientifiques et l’horizon pédagogique qui, à Saint-Louis, doivent continuer à alimenter et orienter la formation des juristes ». Il rappelle, en termes de contenu de la formation, les trois spécificités qui, de longue date, sont assumées par notre Faculté : l’interdisciplinarité, le tropisme multilingue et la formation permanente, étant entendu que, dans le prolongement de cette dernière, les compétences en lien avec la pratique gagneraient à se développer. Disons-le sans ambages : la (ré)affirmation de ces spécificités ne revient nullement à en revendiquer l’exclusivité (elles peuvent, en effet, se rencontrer en tout ou partie dans d’autres Facultés), pas davantage qu’elle ne peut être interprétée comme une forme de repli identitaire (on gagne à (re)connaître et cultiver son identité en vue de collaborations fructueuses avec d’autres partenaires).

5De lege ferenda, le Manifeste appelait de ses vœux la constitution de lieux de réflexion correspondant aux spécificités évoquées et destinés à poursuivre le travail entamé. Du souhait à l’action, la Faculté de droit de l’USL-B s’est dotée cette année d’une nouvelle architecture institutionnelle, en parfaite adéquation avec son Manifeste. À l’image d’un temple grec, chacune des trois spécificités à revisiter (interdisciplinarité, tropisme multilingue et développement des compétences en lien avec la pratique) a conduit à la création d’un lieu de coordination – un pilier, placé sous la responsabilité d’un coordinateur bénéficiant, pour assurer sa mission, d’une décharge de quinze heures de cours. Ces trois coordinateurs sont appelés à interagir étroitement en vue d’assurer des synergies au sein d’une coupole logée au niveau de la Faculté de droit et destinée à les réunir à intervalles réguliers ; loin d’être isolé par une cloison étanche, chaque pilier a en effet vocation à s’ouvrir aux autres. L’espoir est évidemment que cette architecture favorise une sorte de refondation de la Faculté de droit autour d’une formation juridique résolument attachée – pour ce qui nous occupera exclusivement ici – à un enseignement dont l’interdisciplinarité aura été repensée.

2. Le sens du droit et sa soif d’interdisciplinarité

  • 10 Ost (F.), À quoi sert le droit ?[…], op. cit., p. 10.
  • 11 Ibidem, p. 11.

6À quoi sert le droit ? Dans la droite ligne de ses travaux antérieurs, le dernier ouvrage de François Ost annonce d’emblée recourir à la méthode interdisciplinaire10. « Mon souhait », écrit-il, « est [...] de croiser dans toute la mesure du possible le regard du juriste qui considère le droit de l’intérieur à partir de ses concepts et méthodes spécifiques, avec celui de l’anthropologie qui étudie les sociétés sans droit et parfois en passage au droit, celui des sciences sociales qui étudient les effets des prétentions juridiques sur le terrain et dans les mentalités, et celui du philosophe qui analyse les potentialités de telle ou telle finalité que le droit se propose ou devrait se proposer. Chacun de ces points de vue apporte un éclairage spécifique au sujet, chacun détient une part de vérité ; c’est au croisement de ces différents axes que se dessine la réponse à la question des fonctions, usages et finalités du droit ; c’est de l’enchevêtrement de leurs perspectives que l’objet étudié acquiert consistance, volume et mouvement, se rapprochant ainsi de la réalité, comme un objet en trois dimensions animé de mouvement et éclairé sous ses différentes facettes »11.

  • 12 Ibidem, p. 355 et s., spéc. p. 362.

7À quoi sert le droit ? Si le droit reflète largement la société qu’il encadre, s’il sert notamment « à réaliser un arbitrage social général entre prétentions et valeurs concurrentes »12, si son ADN réside dans la médiation qu’il propose, encore faut-il pouvoir saisir, dans toute sa complexité, la société qui nous entoure et les intérêts sociaux qui s’y jouent, encore faut-il que celui qui le pratique soit capable, à cette fin, de sens critique et de décentrement.

  • 13 Ost (F.), van de Kerchove (M.), De la pyramide au réseau ? [...], op. cit., p. 468.
  • 14 Ibidem, p. 472.
  • 15 Sur les autres acceptions possibles de la notion, cf. infra.
  • 16 Sur le rapprochement entre interdisciplinarité et interculturalité, cf. e.a. Lemay (V.), « Trois p (...)
  • 17 Voy. e.a. Dumont (H.), « Le mythe de la démythification en droit », J.T., 2007, p. 290-292 ; Baill (...)
  • 18 Cf. e.a. Fian (L.), « Enseigner la pratique interdisciplinaire » in « Démoulages ». Du carcan de l (...)
  • 19 Cf., parmi d’autres, Conrad (G.), Lazare (J.), « The lawyer in context : reimagining "legal" educa (...)

8L’interdisciplinarité constitue sans doute la voie royale pour acquérir cette intelligibilité et développer ces compétences, elle qui « articul(e) de(s) savoirs (et) entraîne, par approches successives, comme dans un dialogue, des réorganisations partielles des champs théoriques en présence »13, elle qui constitue « une instance de médiation où se "nouent" des liens [...] entre la dogmatique juridique, d’une part, et les différentes sciences humaines, d’autre part, dont les différentes disciplines sont susceptibles d’être mobilisées selon la dimension (sociologique, politique, psychologique, historique linguistique, etc.) sous laquelle le phénomène juridique se trouve étudié »14. L’interdisciplinarité – au sens fort du terme où nous l’entendons ici15 – intègre l’exigence d’un discours critique tout en la dépassant ou en la concevant de manière très ambitieuse, à la croisée de différentes disciplines. S’attarder sur des controverses doctrinales et jurisprudentielles est déjà une première forme d’ouverture à l’esprit critique. Mais découvrir une autre discipline que la discipline mère (le droit, en l’occurrence), c’est oser quitter la zone de sécurité qu’incarnent les codes et usages de la formation initiale ; c’est prendre au sérieux l’autonomie relative du droit ; c’est approcher le réel dans toute sa complexité ; c’est se frotter à l’altérité et à la diversité avec laquelle le droit est appelée à composer16 ; c’est s’enrichir du regard « externe » et critique que ces autres disciplines portent sur le droit en en dévoilant les mythes et présupposés ; c’est aussi, ce faisant, se mettre en position d’évaluer à sa juste mesure la puissance symbolique des fictions constitutives du droit17. Plus que d’autres peut-être, le droit est une discipline qui, compte tenu de sa finalité, de ses finalités, gagne à entrer en relation avec d’autres disciplines18. Le futur juge ou médiateur, le parlementaire ou diplomate en devenir, pour ne prendre que ces exemples, ne servira au mieux la cause du droit que s’il témoigne d’une fine connaissance des fondements et enjeux des normativités juridiques, et est capable de décentrement – d’empathie, oserait-on écrire – le rendant réceptif et ouvert à la compréhension du point de vue de l’autre, des autres, en vue de le traduire et d’en tenir compte dans un langage juridique au départ duquel il se situe19.

  • 20 D’où l’importance d’enseignements de méthodologie universitaire, à vocation transversale. Sur l’ex (...)
  • 21 On peut penser que l’acquisition de la technicité propre à chaque discipline renforce la capacité (...)

9Cette interdisciplinarité, l’université l’autorise si elle ne l’encourage pas, elle qui se donne le temps long d’une démarche critique, stimulant la réflexion et invitant à la déconstruction du raisonnement. Il n’est du reste sans doute pas de meilleure façon d’ancrer une compétence qu’en l’abordant sous divers angles, au départ et par le prisme de disciplines différentes20. On pense en particulier, comme exemples de compétences, à la lecture d’un texte de sciences humaines (en apprenant, en amont, à se poser une question « meta »)21, à la compréhension de repères épistémologiques et méthodologiques, à la distinction entre registres descriptif et normatif ou encore à la pensée par cas.

  • 22 Dumont (H.), Bailleux (A.), « Esquisse d’une théorie des ouvertures interdisciplinaires accessible (...)
  • 23 Ibidem, p. 275-293.

10Certes, à elle seule, une formation interdisciplinaire ne parviendra pas à confèrer à ses bénéficiaires (les étudiants) la capacité de se mouvoir avec autant d’aisance dans les arcanes de la sociologie ou de la philosophie que dans celles de la discipline juridique qu’ils ont choisie. Il n’y a pas à le regretter si l’on fait le choix, essentiel à nos yeux, de concilier l’interdisciplinarité avec le souci de prendre rigoureusement en considération les dimensions proprement techniques du droit, ce qui requiert de ménager une place prépondérante à la dogmatique juridique dans le programme des études de droit. Entrer en altérité, via l’interdisciplinarité, suppose au préalable ou dans le même temps de « se » connaître (autrement dit de connaître le droit), sous peine de « se » diluer, de passer à côté du dialogue que la démarche interdisciplinaire appelle de ses vœux, de stagner au niveau du « 1 + 1 = 2 » sans accéder à la plus-value de la rencontre qui se joue dans un espace tiers. S’il ne se complète pas d’une formation complémentaire, le diplôme universitaire de bachelier en droit permettra sans doute, au mieux, à ses titulaires de rentrer dans la lecture et la compréhension de textes issus d’autres disciplines. Gageons, à cet égard, que lorsqu’il ne leur aura pas à jamais donné le goût de l’évasion vers d’autres contrées, le programme, tel que nous l’envisageons, aura au moins crédité la démarche interdisciplinaire d’un certain intérêt par le biais d’« ouvertures », certes « limitées[,] vers les sciences sociales, au départ d’[une] approche d’abord et principalement d’ordre juridique, c’est-à-dire menée du point de vue interne à celui-ci »22. C’est déjà beaucoup, c’est déjà assez, pensons-nous, pour assumer, défendre et développer l’attachement à une formation résolument interdisciplinaire épousant les contours d’un « point de vue interne modérément ouvert », tel que Hugues Dumont et Antoine Bailleux ont pu l’esquisser dans le sillage des écrits de François Ost et Michel van de Kerchove23.

3. Les lieux de l’interdisciplinarité

11À s’en tenir à ces propos, l’interdisciplinarité semble tout naturellement s’inviter dans la formation juridique. Tous les bacheliers en droit de la Communauté française offrent d’ailleurs aujourd’hui un éventail de cours issus d’autres sciences humaines que le droit. Mais pourquoi alors parler de l’interdisciplinarité comme d’une spécificité « made in Saint-Louis » ? Il n’est du reste pas certain que les étudiants eux-mêmes perçoivent toujours la plus-value de l’interdisciplinarité que l’on aime associer à notre Faculté. D’où la nécessité de mieux expliciter le sens et les finalités d’une formation interdisciplinaire et de nous interroger, en amont, sur la manière dont nous, enseignants, vivons et ressentons l’interdisciplinarité. Il semble à cet égard que l’interdisciplinarité puisse se concevoir à deux niveaux au moins en termes d’enseignement : à un niveau macro, à l’échelle du programme (B), et à un niveau micro, dans le cadre d’un cours (A).

A. Au niveau micro, dans le cadre d’un cours

  • 24 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1262.html, consulté le 26 février 2018. Comme exemples d’au (...)
  • 25 Sur la présence d’une forme d’interdisciplinarité dans toute véritable théorie du droit, voy. Bail (...)
  • 26 À propos de ce Séminaire, qui existe depuis 1974, voy. Ost (F.), « Pour un enseignement du droit i (...)

12L’interdisciplinarité peut tout d’abord être envisagée à l’échelle d’un cours lorsque l’objet même de celui-ci invite à une démarche interdisciplinaire. Le cours « droit et littérature », que François Ost enseigne aujourd’hui encore, en constitue un exemple paradigmatique, lui qui poursuit comme objectifs d’apprentissage d’« aborder des questions de théorie et de philosophie du droit sous un angle original », de « renouveler et approfondir ces questions à partir de la littérature », d’« entretenir ou susciter le goût des œuvres littéraires », de « favoriser l'interdisciplinarité entendue ici au sens large de dialogue des cultures (culture littéraire/culture juridique/culture propre aux sciences humaines, y compris la philosophie) », et encore de « susciter la créativité intellectuelle des étudiants tout en cultivant la rigueur de la lecture et de l'analyse »24. Mais on songe aussi aux cours de philosophie du droit (ou droit naturel) et d’Introduction critique à la pensée juridique contemporaine (ICPJC)25 que le dédicataire de ces lignes a longtemps enseignés avant de céder la place à Antoine Bailleux, Diane Bernard et Jérémie van Meerbeeck dont il a, à chaque fois, promu la thèse de doctorat. On pense bien sûr encore au « bijou de famille » que constitue, à Saint-Louis, le Séminaire de théorie du droit qui, dans le prolongement du cadre théorique posé à la faveur du cours d’ICPJC, permet aux étudiants de développer, en petits groupes, une démarche de recherche personnelle26.

  • 27 C’est à ce niveau, sans doute, que se manifeste avec le plus d’acuité la tonalité particulière qu’ (...)

13L’interdisciplinarité peut également se pratiquer là où on l’attendait moins, parce que l’intitulé du cours ne laissait point présager de sa présence. Elle tient alors au fait que le professeur qui le dispense ménage au sein d’un cours a priori disciplinairement situé des ouvertures interdisciplinaires27. C’est notamment le cas du cours de droit constitutionnel, tel qu’il a été conçu par Hugues Dumont. Ainsi, dans ce cours, la notion d’État est essentiellement abordée du point de vue juridique, mais elle l’est également sous l’angle de la science politique (qui étudie le pouvoir politique tel qu’il se forme, s’exerce et disparaît de fait) et d’un point de vue philosophique (pour poser la question du sens, de la finalité de ce type de collectivité). Il en va de même pour le cours de droit pénal, tel que conçu au départ par Françoise Tulkens et Michel van de Kerchove et aujourd’hui enseigné par Yves Cartuyvels et Christine Guillain. Le corpus consacré au droit pénal positif est ici précédé par une large introduction à la « pensée pénale et criminologique », dont l’objectif est de fournir des repères philosophiques et sociologiques pour mieux saisir les enjeux de la pénalité contemporaine.

  • 28 Concernant la perspective temporelle et l’histoire du droit, on peut penser que le degré de densit (...)
  • 29 « L’interdisciplinarité est alors interne au droit » (Fian (L.), « Enseigner [...] », op. cit., p. (...)
  • 30 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1111.html, consulté le 26 février 2018.
  • 31 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1112.html, consulté le 26 février 2018.

14En droit, l’on peut aussi envisager des formes plus modestes d’interdisciplinarité que l’on rencontre à la faveur d’une mise en perspective spatio-temporelle du droit (droit comparé et histoire du droit28), ou qui se situent dans un dialogue noué entre différentes branches ou sources du droit29. En guise d’illustration de la première hypothèse, on évoquera le cours de droit romain qui, selon sa titulaire, constitue « une plateforme idéale pour engager une démarche comparative à plusieurs niveaux », et en particulier « une perspective comparative interne au droit : il s’agit ici de mesurer l’apport du droit romain à notre droit civil tout en prenant conscience des différences qui peuvent séparer l’un et l’autre. À cet égard, le droit romain connaît de nos jours une nouvelle actualité dans le contexte des projets de codification européenne et de formation d’un droit européen des contrats, car il permet de comprendre comment et surtout pourquoi les codes nationaux européens peuvent comporter des solutions juridiques très différentes alors qu’ils ont tous la même origine »30. Pour la seconde hypothèse envisagée, on peut notamment « voir une forme d’interdisciplinarité dans les parties du cours (de Sources et principes du droit) consacrées à l’exposé succinct des différentes branches du droit, et à la manière dont celles-ci appréhendent parfois différemment une même notion juridique »31.

B. Au niveau macro, à l’échelle du programme

  • 32 Par delà le tronc commun de la formation ici envisagé, la présence de plusieurs disciplines se man (...)

15En plus des cours de (théorie du) droit et des cours de sciences humaines en lien avec le droit au sein desquels l’on retrouve l’une ou l’autre formes d’interdisciplinarité, le programme du bachelier en droit contient des cours de sciences humaines non juridiques (le cours de philosophie, le cours de sociologie, le cours de psychologie, le cours d’économie,...), dont la finalité n’est pas directement connectée au droit et qui ont pour ambition d’apprendre aux étudiants les rudiments de la discipline considérée. À un niveau macro, le programme de la formation en droit réunit donc lui-même plusieurs disciplines32.

  • 33 Qui était destinée à assurer, via l’harmonisation intervenue au niveau du bachelier, une parfaite (...)
  • 34 La réforme « Paysage » a considérablement bouleversé « l'organisation des études et la constructio (...)
  • 35 Résolution du Conseil de Faculté du 9 mai 2014.
  • 36 Cf. supra, point 1.

16L’ouverture du programme de bachelier en droit à des cours de sciences humaines non juridiques n’est cependant pas une spécificité de la formation dispensée par l’Université Saint-Louis : toutes les universités de la Communauté française de Belgique comportent une offre de cours similaire. Sous l’impulsion de ses doyens successifs, la Faculté de droit de l’USL-B ne s’est par contre jamais privée, même après les décrets « Bologne »33 et « Paysage »34, de faire usage des marges de manœuvre laissées par la législation et les accords interuniversitaires pour donner une coloration particulière et des accents propres à la formation qu’elle délivre, en ce compris depuis 2010 qui a vu les minima d’harmonisation des programmes de bachelier en droit ouvrir la porte à une certaine marginalisation de la place laissée aux sciences humaines non juridiques dans le cursus du Bachelier en droit. Le Conseil de la Faculté de droit de notre université a d’ailleurs récemment réaffirmé son attachement à une formation résolument interdisciplinaire35, ce qu’est encore venue confirmer la création du LC « interdisciplinarité »36.

17Mais, à elle seule, la présence de cours non juridiques dans le programme du bachelier en droit – pas davantage, du reste, que l’existence de cours interdisciplinaires à un niveau micro – n’atteste pas encore le caractère interdisciplinaire de celui-ci d’un point de vue macro. Tout au plus permet-elle de prétendre au qualificatif de programme pluridisciplinaire, au sens où il juxtapose différents savoirs disciplinaires. De la pluridisciplinarité à l’interdisciplinarité, c’est le dialogue qui se noue entre disciplines – autrement dit entre enseignants pratiquant des disciplines différentes – qui autorise ce saut qualitatif. Tout comme il en allait dans le cadre d’un cours, ce dialogue peut épouser différents degrés ou, pour le dire autrement, prendre des formes diverses.

  • 37 Car ces cours n’ont pas seulement pour fonction de participer à l’acquisition d’une culture généra (...)
  • 38 Il s’agit, avec le cours de Sources et principes du droit et de droit romain, de l’un des plus "gr (...)
  • 39 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1122.html, consulté le 26 février 2018.
  • 40 Ibidem.
  • 41 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1123.html, consulté le 26 février 2018.
  • 42 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1124.html, consulté le 26 février 2018.
  • 43 Ibidem.
  • 44 Bailleux (A.), « Quelle formation pour quel juriste et pour quel droit ? Libération et responsabil (...)
  • 45 Sur le risque que la pratique interdisciplinaire opère au service unique d’une discipline se plaça (...)

18Des cours foncièrement disciplinaires (en ce sens qu’ils ont pour objet d’initier aux fondements de la discipline) peuvent, voire devraient avoir le souci d’expliciter leur pertinence au sein de la formation considérée. Les cours de philosophie, de sociologie, de psychologie – pour ne citer que ces exemples – sont des cours disciplinairement situés en philosophie, en sociologie, en psychologie. Autrement dit, ce ne sont pas des cours de philosophie du droit, de sociologie du droit ou de psychologie du droit (qui existent par ailleurs, souvent sous la forme de cours à option). Ce qui est en jeu dans ces cours est l’acquisition de connaissances solides dans les disciplines considérées qui, chacune, présentent leurs spécificités. Aussi légitime soit-elle, cette finalité ne doit cependant pas taire leur ancrage dans une formation juridique. On peut d’ailleurs penser que les spécificités et principes actifs de chacun de ces cours37 seront mieux perçus par les étudiants s’ils sont situés par rapport à la discipline qu’ils ont choisie (qu’est-ce qu’un point de vue philosophique, sociologique, psychologique,... ? En quoi se distinguent-ils d’un point de vue juridique ?), et que leur présence au sein d’un bachelier en droit est explicitement assumée et justifiée. Ainsi, tout en se défendant explicitement de dispenser un cours de philosophie du droit, Sophie Klimis – qui donne nonante heure de philosophie en première année de droit38 – précise ménager des interactions avec le domaine juridique « sur le double registre méthodique et thématique »39. Mais, pour l’essentiel, il s’agit dans ce cours « de familiariser les étudiant(e)s avec l'apparente "étrangeté" du questionnement philosophique, due à son haut degré d'abstraction et aux modes de raisonnement qu'elle mobilise, mais aussi de leur faire prendre conscience du fait que la pensée des philosophes relaie des questionnements propres à tout homme (sur le rapport à la mort, à autrui, au temps, à l'existence de Dieu, etc.) et qu'elle a contribué à façonner en profondeur nos manières de penser »40. Si le cours de psychologie a, lui aussi, pour ambition « de déployer une vue d'ensemble de la discipline psychologique », son titulaire n’en précise pas moins que « le cours traitera des questions directement liées au champ du droit, comme celle de l'expertise psychologique, mais aussi les discussions autour du normal et du pathologique et celles relatives aux effets des mutations sociales sur la subjectivité »41. Le droit est écrit par et pour des hommes, essentiellement ; la psychologie a pour vocation de fournir aux futurs juristes une compréhension minimale des arcanes de l’être humain auquel il s’adressera. Ainsi encore, en sociologie, « l'objectif principal [du cours] est d'initier à la discipline sociologique, à sa spécificité parmi les sciences humaines, à sa manière de construire son objet et à certains de ses grands paradigmes »42 ; il entend mettre les étudiants en capacité de répondre eux-mêmes à la question de savoir comment ils pensent. Et ses co-titulaires d’ajouter qu’« une attention particulière [n’en] sera [pas moins] prêtée aux implications de ces différents "gestes sociologiques" pour la réflexion sur le droit, sa genèse, ses applications, ses fonctions sociales »43. « Le droit est une construction sociale, toujours en chantier, nécessairement exposé aux rapports de force »44 ; le cours de sociologie est donc essentiel pour accéder à la compréhension des rapports de force qui le traversent, pour saisir la corrélation qui s’établit entre les différentes manières de concevoir la société et les diverses façons de penser le droit et ses normes. Au total, il semble capital que dès l’entame (dès avant, même, idéalement) de leurs études de droit, les étudiants perçoivent et comprennent la raison d’être de la présence de cours non juridiques dans la formation qu’ils suivent, sous peine de ne pas en percevoir l’esprit et de passer à côté d’une part importante, fondamentale, de celle-ci. Tout l’enjeu sera, en définitive, de tenir compte de l’inscription de ces cours dans un bachelier en droit, de mettre, ce faisant, les futurs juristes en position de se réapproprier les savoirs qui y sont dispensés dans leur propre champ disciplinaire, sans pour autant en faire des cours instrumentalisés par le droit45.

  • 46 Ou à l’image d’un tapis persan (« la recherche du motif prime, ce qui implique que chaque fil est (...)

19L’explicitation par un enseignant de la manière dont son cours s’inscrit dans la formation participe déjà du souci de jouer le jeu collectif. Mais cette inscription individuelle dans un programme commun ne suffit pas à relever le défi de l’interdisciplinarité à un niveau « macro ». Les acteurs – les enseignants – doivent à cette fin interagir entre eux, esquisser, partager et promouvoir un programme qui fait sens pour chacun d’eux, à l’image caricaturale d’un puzzle dont chacun détiendrait une pièce qu’il saurait où intégrer parce qu’il connaîtrait à suffisance les autres pièces, l’image qu’ensemble, les acteurs souhaitent co-construire46. C’est une loi classique de l’éducation : ce n’est que si les enseignants eux-mêmes pratiquent en acte devant les étudiants l’interdisciplinarité à laquelle ils disent adhérer que les bénéficiaires de leur formation auront la possibilité d’y accéder. L’interdisciplinarité n’est pas une norme qui s’enseigne en théorie seulement, c’est aussi une pratique qui se vit et se ressent par ses promoteurs et destinataires.

  • 47 Ibidem, p. 114.
  • 48 Au club house, par exemple, du nom de notre célèbre cafétaria à la conception de laquelle François (...)
  • 49 Dans le but de favoriser une réappropriation critique des spécificités de la formation que nous di (...)
  • 50 Ce passage est extrait d’un échange de mails avec Hugues Dumont.
  • 51 Cf. supra, point A.
  • 52 En français, mais aussi en anglais et, à partir de l’année académique 2018-2019, en néerlandais.
  • 53 Ce cours constitue une introduction à tous les autres cours que l'étudiant recevra au fil de ses é (...)

20Différents dispositifs peuvent être tentés à cette fin, qui, tous, ont en commun de requérir du temps47 : c’est sans doute à la fois leur principale limite et le témoin manifeste du fait qu’on se situe dans une démarche universitaire, aux antipodes du fast-food auquel, au nom de la spécificité d’une démarche critique et interdisciplinaire, on a toutes les raisons d’opposer une résistance obstinée. Parmi ces dispositifs, il y a d’abord les liens qu’on peut tisser entre cours, favorisant une première articulation entre eux, invitant les étudiants à les décloisonner et à eux-mêmes tisser des passerelles. De tels liens ne présentent évidemment une réelle plus-value que lorsqu’ils s’adossent à une connaissance plus ou moins approfondie de l’un ou l’autre enseignement(s) composant le programme, permettant alors de dépasser le simple renvoi au profit d’une reformulation, d’une réappropriation, d’une confrontation ou d’une discussion des contenus de cours différents. Cette connaissance peut bien sûr s’acquérir de diverses manières, à la faveur d’échanges informels entre enseignants48, par la lecture de supports de cours de collègues, par le suivi de cours qu’ils enseignent en se remettant, ce faisant, dans la posture de l’étudiant (démarche de décentrement), par le biais de séminaires organisés afin de favoriser une mutualisation entre enseignants des contenus et méthodes pédagogiques49. Un autre dispositif de nature à favoriser le caractère interdisciplinaire du programme consisterait à organiser une rencontre au cours de laquelle tous les enseignants de premier bloc seraient appelés à confronter et ajuster leurs points de vue autour d’une thématique ayant donné lieu à une recherche collective, et ce, afin de montrer en acte aux étudiants la complémentarité des regards posés par le juriste, la philosophe, l’historien, le psychologue, le sociologue,... « "Le" droit ou, plus exactement, les ordres juridiques sont (en effet) des objets qui [...] se prêtent à des apports et des points de vue multiples : complémentaires ou en tension. Ce sont à la fois des constructions socio-politiques "nécessairement exposées aux rapports de force" ([...] ce qui rend le point de vue du cours de sociologie indispensable [...]), des systèmes de normes qui ont leur propre logique (strictement juridique en l'occurrence, d'où les cours de Sources et principes du droit, droit romain et droit constitutionnel en première année), des représentations d'un ordre social désirable (d'où les cours de philosophie et de psychologie) et des produits d'une histoire qui ne cesse d'agir et de rebondir (d'où le droit romain, l'histoire et la sociologie) »50. À terme, une fois la formule rodée entre enseignants, cette séance collective gagnerait à intégrer une dimension participative, en associant à sa conception et son organisation les étudiants. Les séminaires de théorie du droit, qu’on a déjà eu l’occasion d’évoquer51, incarnent un troisième lieu au départ duquel la dimension interdisciplinaire a vocation à rayonner à l’échelle du programme dans son ensemble. Logés en fin de bachelier, en troisième année, ces séminaires offrent aux académiques qui, pour l’essentiel, le dispensent52 une occasion rêvée de boucler la boucle (d’en tout cas, tendre vers cet horizon, car la boucle ne sera jamais bouclée, et, à vrai dire, heureusement), en allant repiquer, en vue du portefeuille de textes à constituer pour les étudiants, dans des travaux d’ores et déjà labourés antérieurement, en reliant, en contextualisant les nouveaux textes proposés aux enseignements d’ores et déjà dispensés. Quant aux étudiants, le travail personnel qu’ils seront amenés à rédiger dans ce cadre, au terme de séminaires en groupes restreints, sera pour eux l’occasion de tester et pratiquer les virtualités de la démarche interdisciplinaire enseignée, avec toute la rigueur et la précision postulées à l’université et sur fond desquelles l’on doit espérer que parvienne à émerger (tel est en tout cas l’une des finalités, si pas la principale finalité, de la formation dispensée) leur potentiel de créativité. Last but not least : l’esprit du bachelier en droit mériterait d’être explicité à la faveur d’un temps fort, sous la forme d’une séance inaugurale ou d’un bouquet final, dans la droite ligne de la réécriture des descriptifs de cours initiée à l’échelle de la première année sur la base d’un canevas commun destiné à faire émerger la dynamique à laquelle, chacun, ils participent. C’est dans cette perspective que le cours de Sources et principes du droit53 s’ouvre actuellement, et depuis trois ans, par une présentation générale du programme des études de bachelier en droit à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, soulignant ses spécificités et, en particulier, sa dimension interdisciplinaire. L’essai doit cependant encore être transformé pour conférer davantage de souffle et de visibilité à ce qui devrait devenir ce temps fort de notre Faculté, réunissant l’ensemble de ses acteurs autour d’un projet universitaire préalablement réapproprié, collectivement porté, capable de tous nous faire vibrer.

  • 54 Sylvestre (E.), Berthiaume (D.), op. cit., p. 105. Voy. aussi : Louvain Learning lab, Carnet de l’ (...)
  • 55 Cf. supra, note 34.
  • 56 Ibidem.
  • 57 En ce sens : Sylvestre (E.), Berthiaume (D.), op. cit., p. 107.

21« Développer une vision commune et collective du programme et de ses intentions formatives »54 : telle est bien l’ambition que l’on vient d’esquisser en matière d’interdisciplinarité et dont les premières manifestations ont déjà pris forme au sein du lieu de coordination « interdisciplinarité ». Si le décret « Marcourt »55 peut susciter, dans le chef des étudiants, l’impression de parcours infinis à créer sur mesure, le corps enseignant continue à réfléchir et suivre une ligne de conduite qui fait sens : il demeure un véhicule commun à même de porter les différents choix posés par les étudiants ; c’est précisément aux fins d’assurer la progression la plus logique possible dans l’étude des différentes matières, et dans l’enchainement de leurs difficultés respectives, que les autorités académiques ont conçu un programme standardisé, fait de trois blocs annuels. « Développer une vision commune et collective du programme et de ses intentions (formatives) » : tel est précisément l’objet, avons-nous par la suite découvert, de ce que les pédagogues nomment « l’approche-programme »56. À la pousser jusqu’au bout, celle-ci impliquerait de toujours pouvoir repenser le contenu de la formation dispensée à l’aune de ses spécificités, dont l’interdisciplinarité, en interrogeant, notamment, la cohérence de la succession des cours57. Cette ambition risque toutefois de se heurter à des obstacles pratiques, dans la mesure où elle paraît a priori s’inscrire à rebours de la logique d’accumulation de crédits et de l’individualisation croissante que les politiques publiques impriment à l’université. Mais les obstacles ne sont-ils pas fait pour être surmontés ? À tout le moins ne peuvent-ils justifier l’économie d’une réflexion de fond et d’ensemble sur les objectifs, les méthodes, les contenus et les valeurs du bachelier en droit que nous enseignons, sous peine d’abdiquer de notre rôle d’universitaire.

Conclusion

  • 58 Voy. Bailleux (A.), « Le mythe […] », op. cit.
  • 59 Ost (F.), Bailleux (A.), « De la guerre des disciplines à celle des paradigmes ? », R.I.E.J., 77 (2 (...)
  • 60 Que l’on songe à la taille des auditoires qui ne cesse d’augmenter au point d’atteindre un seuil c (...)

22« Quelle est la prétendue spécificité de l’interdisciplinarité "made in Saint-Louis" ? », m’avait un jour demandé un potentiel futur étudiant. Si ce dernier, dont l’anonymat n’a pas été levé à la faveur de notre rencontre au Salon de l’étudiant, ne s’est peut-être jamais inscrit à la Faculté de droit de notre université, il peut en tout cas se targuer d’avoir initié, à l’échelle de celle-ci, un processus de réflexion qui, d’informel, a conduit à la création du lieu de coordination « interdisciplinarité » au sein de la nouvelle architecture institutionnelle dont s’est dotée notre Faculté. Ce processus apparaît d’autant plus salutaire qu’il se situe à la croisée des générations, à cette période de transition où les aînés voient peu à peu les cours changer de mains. Aux successeurs d’accueillir un héritage qui a sans conteste bâti la réputation de notre Faculté et à la hauteur duquel ils doivent désormais se hisser après en avoir fait l’inventaire et se l’être, en tout ou partie, réapproprié. Le défi est de taille : il s’agit d’assurer la succession de Michel van de Kerchove, Philippe Gérard, François Ost, et d’ici quelques années, de Hugues Dumont, puis Yves Cartuyvels, soit autant de figures qui ont porté et imprimé – à supposer qu’elles ne continuent pas à le faire – leur marque de fabrique au Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (le SIEJ) et fait de l’interdisciplinarité l’une des principales spécificités du programme de bachelier en droit offert à l’USL-B. J’en viendrais finalement à penser que si spécificité il y a, elle ne tient pas tant à l’interdisciplinarité comme telle qu’à la personnalité de ceux qui l’ont promue, ensemble, à une époque où elle était encore tout sauf une évidence58. Que le terreau Saint-Louis soit fertile et de nature à pouvoir assurer, si pas la pérennité, en tout cas la continuité des moissons, je serais encline à la croire. Grâce à eux, nous avons pour la plupart baigné dans une culture interdisciplinaire, favorisée par la taille et l’architecture de notre université, une culture dont on peut penser qu’elle est facilitée par l’existence sous-jacente d’un paradigme communément partagé59 ; au point de basculement où nous nous situons, la Conseil de la Faculté de droit a redonné un nouveau souffle au projet « interdisciplinarité » en lui conférant une visibilité et les moyens de ses ambitions. Reste, pour poursuivre l’aventure, à prendre le temps de la vivre et la nourrir d’un sentiment d’appartenance à une Faculté de droit fédérée autour d’un projet commun dont l’esprit et la force d’entrainement devraient avoir raison de toutes autres sources de démotivation60.

  • 61 Ost (F.), À quoi sert le droit ?, op. cit., p. 13.

23« En définitive, le droit sert aux fins que nous imaginons pour lui. Espérons que nous serons capables d’imaginer le meilleur »61, écris-tu, François. Ce qui est certain, c’est que tu auras tout fait pour nous mettre en mesure de le faire au service de notre chère Faculté.

Notes

1 Ce titre est un clin d’œil au remarquable ouvrage de Philippe Gérard, L’esprit des droits. Philosophie des droits de l’homme, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2007.

2 Ost (F.), Le temps du droit, Paris, Odile Jacob, 1999.

3 Hachez (I.), Le principe de standstill dans le droit des droits fondamentaux : une irréversibilité relative, Bruxelles/Athènes/Baden-Baden, Bruylant/Sakkoulas/Nomos Verlagsgesellschaft, 2008.

4 Hachez (I.), Cartuyvels (Y.), Gérard (P.), Dumont (H.), Ost (F.), van de Kerchove (M.) (dir.), La théorie des sources du droit, 4 vol. (vol. 1 : normes internationales et constitutionnelles ; vol. 2 : normes internes infraconstitutionnelles ; vol. 3 : normativités concurrentes ; vol. 4 : théorie des sources du droit), Limal/Bruxelles, Anthémis/Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2012.

5 Ost (F.), van de Kerchove (M.), De la pyramide au réseau ? Pour une théorie dialectique du droit, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002.

6 Ost (F.), À quoi sert le droit ? Usages, fonctions, finalités, Bruxelles, Bruylant, 2016.

7 Voy. notamment van de Kerchove (M.), « Les conceptions du droit et l'organisation des études », in La réforme des études de droit. Bilan et perspectives, Namur, Faculté de droit de Namur, 1978, p. 66-80. Voy. aussi Ost (F.), « Pour un enseignement du droit imaginatif, critique et rigoureux », in Contestations, combats et utopies, Mélanges Christine Matray, sous la direction de Buyle (J.-P.), Castin (M.) et al., Bruxelles, Larcier, 2015, spéc. p. 484, 489 et 490.

8 Cf., en particulier, le dossier « Enseigner le droit demain », R.I.E.J., 72 (2014), p. 25-62.

9 Le texte du Manifeste est disponible à l’adresse suivante : www.usaintlouis.be/fr/pdf/ALaUne/manifeste_final.pdf. Il est également publié dans la R.I.E.J., 76 (2016), p. 169-175. À dire vrai, l’origine de la dynamique réflexive autour de l’interdisciplinarité et de nos enseignements réside dans une question qui me fut adressée à la faveur d’un Salon de l’étudiant. L’un d’eux me demanda quelle était la prétendue spécificité de l’interdisciplinarité « made in Saint-Louis », sachant que toutes les universités francophones offrent des cours en sciences humaines non juridiques dans leur programme de bachelier en droit. Je rétorquai que cette interdisciplinarité ne se limitait pas à un programme ouvert à des cours non juridiques mais pénétrait les cours eux-mêmes, certains professeurs de notre université concevant leur enseignement de manière interdisciplinaire. Cette question, tout comme le degré de véracité de la réponse que je lui avais spontanément réservé, m’ont cependant taraudée. D’où la lettre qu’en août 2014, Sébastien van Drooghenbroeck, Doyen de la Faculté de droit, et moi-même avons adressée aux enseignants de 1er bloc de la Faculté et qui, en marge des travaux du SIEJ, lança le chantier « interdisciplinarité » sur la base de ces deux questions : « Quelle est, parmi le(s) cours que vous dispensez en première année de bachelier en droit à Saint-Louis, la place ménagée au droit (pour les cours de sciences humaines non juridiques) ou à d’autres disciplines (pour les cours de droit) ? Le cas échéant, explicitez-vous cette place, oralement et/ou dans vos supports de cours, au titre de prémisses épistémologiques ? ». Bien que n’enseignant pas en 1ère année, François Ost, avec lequel j’avais d’emblée partagé mes interrogations, rencontra favorablement notre demande de prendre part aux trois réunions informelles qui s’en sont suivi et contribua indéniablement – faut-il le souligner ? – à leur succès. Outre ces trois rencontres, ce projet aboutit à la réécriture, autour d’un canevas commun, de la plupart des plans de cours de 1er bloc par lesdits enseignants, à la rédaction et la présentation en grand auditoire, en septembre 2015 et 2016, d’un « Manifeste du programme de bachelier en droit à l’Université Saint-Louis » destiné à en expliciter l’esprit et le fil rouge ainsi qu’à une interaction importante entre deux enseignantes de 1ère année en vue de tisser des ponts entre les cours de Philosophie et de Sources et principes du droit.

10 Ost (F.), À quoi sert le droit ?[…], op. cit., p. 10.

11 Ibidem, p. 11.

12 Ibidem, p. 355 et s., spéc. p. 362.

13 Ost (F.), van de Kerchove (M.), De la pyramide au réseau ? [...], op. cit., p. 468.

14 Ibidem, p. 472.

15 Sur les autres acceptions possibles de la notion, cf. infra.

16 Sur le rapprochement entre interdisciplinarité et interculturalité, cf. e.a. Lemay (V.), « Trois principes de rénovation tranquille pour l’enseignement du droit. L’avantage d’un retour du souci méthodologique et épystémologique », R.I.E.J., 72 (2014), spéc. p. 38.

17 Voy. e.a. Dumont (H.), « Le mythe de la démythification en droit », J.T., 2007, p. 290-292 ; Bailleux (A.), « Le mythe du droit sans limites », in Aux limites du droit, sous la direction de Regad-Albertin (C.), s.l., Mare et Martin, 2016, p. 43-56.

18 Cf. e.a. Fian (L.), « Enseigner la pratique interdisciplinaire » in « Démoulages ». Du carcan de l’enseignement du droit vers une éducation juridique, sous la direction de Sefton-Green (R.), Paris, Société de législation comparée, 2015, p. 185 et la référence citée.

19 Cf., parmi d’autres, Conrad (G.), Lazare (J.), « The lawyer in context : reimagining "legal" education », « Démoulages » […], ibidem, spéc. p. 64-65.

20 D’où l’importance d’enseignements de méthodologie universitaire, à vocation transversale. Sur l’explicitation de ce qu’est une démarche critique, voy. not. Marquis (N.), Lenel (E.), Vancampenhoudt (L.), Pratique de la lecture critique. À l’usage des étudiants en sciences humaines et sociales, Paris, Dunod, 2018.

21 On peut penser que l’acquisition de la technicité propre à chaque discipline renforce la capacité à lire en droit.

22 Dumont (H.), Bailleux (A.), « Esquisse d’une théorie des ouvertures interdisciplinaires accessibles aux juristes », Droit et société, no 75, 2 (2010), p. 286.

23 Ibidem, p. 275-293.

24 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1262.html, consulté le 26 février 2018. Comme exemples d’autres cours à option ayant le droit pour objet, cf. les cours de sociologie du droit et de psychologie du droit, ou encore le cours d’Histoire des institutions et du droit, inscrit au programme des blocs 1 et 2.

25 Sur la présence d’une forme d’interdisciplinarité dans toute véritable théorie du droit, voy. Bailleux (A.), Ost (F.), « Droit, contexte et interdisciplinarité : refondation d’une démarche », R.I.E.J., 70 (2013), p. 36-37.

26 À propos de ce Séminaire, qui existe depuis 1974, voy. Ost (F.), « Pour un enseignement du droit imaginatif, […] », op. cit., p. 485.

27 C’est à ce niveau, sans doute, que se manifeste avec le plus d’acuité la tonalité particulière qu’un enseignant peut donner au cours dont il est titulaire et l’étroitesse du lien entre recherche et enseignement qui est une caractéristique de l’enseignement universitaire. Avec du rêve et des finances, on pourrait aussi songer à la mise sur pied de séminaires réunissant les compétences d’enseignants issus de disciplines différentes.

28 Concernant la perspective temporelle et l’histoire du droit, on peut penser que le degré de densité interdisciplinaire soit de nature à varier en fonction de différents paramètres comme la place ménagée à l’histoire dans le cours (un cours d’histoire du droit à part entière ou un cours de droit dans lequel on retrouve des mises en perspective historiques) ou encore la formation de son titulaire (juriste et/ou historien).

29 « L’interdisciplinarité est alors interne au droit » (Fian (L.), « Enseigner [...] », op. cit., p. 181 ; adde p. 182-185). Pensons par exemple, au niveau de la recherche, à la récente journée d’étude organisée à Paris par Pascale Deumier et Jean-Marc Sorel (Deumier (P.), Sorel (J.-M.) (dir.), Regards croisés sur la soft law en droit interne, européen et international, Paris, LGDJ, 2018) dont l’objet et l’originalité consistaient à croiser les regards des internationalistes et des internistes sur le soft law.

30 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1111.html, consulté le 26 février 2018.

31 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1112.html, consulté le 26 février 2018.

32 Par delà le tronc commun de la formation ici envisagé, la présence de plusieurs disciplines se manifeste aussi dans la palette de cours à option proposée (cf. supra, point A), dans la possibilité de grouper ces cours dans des « mineures » disciplinaires (Philosophie, Criminologie, Études européennes,…) et dans la possibilité d’effectuer un « Bachelier supplémentaire » (« double bac »), par exemple en Sciences politiques ou en Sciences économiques et de gestion.

33 Qui était destinée à assurer, via l’harmonisation intervenue au niveau du bachelier, une parfaite mobilité intrafrancophone, et qui a eu le mérite de faire bénéficier notre Université de trois années de bachelier, en lieu et place des deux années de candidature.

34 La réforme « Paysage » a considérablement bouleversé « l'organisation des études et la construction du programme des étudiants. La scansion de celui-ci en "années d'étude" est abandonnée au profit d'une logique d’accumulation de crédits qui individualise bien davantage les parcours respectifs. L'objectif (vanté) est celui de la flexibilité, dont on attend qu'elle promeuve, à son tour, la réussite des étudiants et leur mobilité ». Il est cependant regrettable « que cette nouvelle réforme et ses promoteurs ne se soient pas mis davantage à l'écoute de l'expérience de la Communauté flamande devancière en la matière, et n'aient pas mis en place un mécanisme d'évaluation périodique destiné à en débusquer les défauts et excès. La "flexibilité" et le droit transitoire des réformes ont un coût administratif très élévé », et il est interpellant de constater que celui-ci a absorbé une bonne partie de « l'énergie que les Facultés de droit devraient pouvoir consacrer à la recherche et à l'innovation dans leurs enseignements » (van Drooghenbroeck (S.), « Rencontre avec les doyens des facultés de droit : FUSL (5/5) », en ligne, https://legalworld.wolterskluwer.be/fr/nouvelles/domaine/droiten-general/rencontre-avec-les-doyens-des-facultes-de-droit-fusl-5-5/, consulté le 26 février 2018).

35 Résolution du Conseil de Faculté du 9 mai 2014.

36 Cf. supra, point 1.

37 Car ces cours n’ont pas seulement pour fonction de participer à l’acquisition d’une culture générale en sciences humaines. Chacun a ses spécificités, et c’est de leur compréhension, d’abord, de leur complémentarité, ensuite, que naît une culture générale, ce qui nous semble être tout autre chose.

38 Il s’agit, avec le cours de Sources et principes du droit et de droit romain, de l’un des plus "gros" cours de 1er bloc. L’importance du cours de philosophie tient sans doute au fait que « Toutes les disciplines, y compris dans les sciences naturelles, procèdent de la spéculation philosophique [...] Chacune des disciplines que nous connaissons aujourd’hui résulte d’un processus d’affranchissement à l’égard de cette philosophie matricielle et d’un mouvement de spécialisation au regard de ces considérations générales » (Ost (F.), Bailleux (A.), « De la guerre des disciplines à celle des paradigmes ? », R.I.E.J., 77 (2016), p. 10).

39 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1122.html, consulté le 26 février 2018.

40 Ibidem.

41 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1123.html, consulté le 26 février 2018.

42 http://www.usaintlouis.be/sl/2017/CDROI1124.html, consulté le 26 février 2018.

43 Ibidem.

44 Bailleux (A.), « Quelle formation pour quel juriste et pour quel droit ? Libération et responsabilisation de l’étudiant bruxellois », in Pour une nouvelle éducation juridique, sous la direction de Vogliotti (M.), Paris, L’Harmattan, à paraître.

45 Sur le risque que la pratique interdisciplinaire opère au service unique d’une discipline se plaçant en position centrale, voy. Bailleux (A.), Ost (F.), « Droit, contexte et interdisciplinarité : refondation d’une démarche », R.I.E.J., 70 (2013), p. 43.

46 Ou à l’image d’un tapis persan (« la recherche du motif prime, ce qui implique que chaque fil est pensé, choisi en fonction du motif »), en lieu et place d’un patchwork (« on met ensemble des bouts de tissu de texture et couleur différents, sans chercher à produire de motif ») ; cf. à ce sujet : Sylvestre (E.), Berthiaume (D.), « Comment organiser un enseignement dans le cadre d’une approche-programme ? », in La pédagogie de l’enseignement supérieur : repères théoriques et applications pratiques, t. 1 : Enseigner au supérieur, sous la coordination de Berthiaume (D.), Rege Colet (N.), Berne, Peter Lang, 2013, p. 105.

47 Ibidem, p. 114.

48 Au club house, par exemple, du nom de notre célèbre cafétaria à la conception de laquelle François OST n’est pas totalement étranger. On ne soulignera sans doute jamais assez, à cet égard, la mesure dans laquelle l’architecture participe – ou non – à l’interdisciplinarité. Ainsi encore, la répartition des bureaux au sein de notre université résiste-t-elle encore largement (il y a toutefois certaines exceptions) à une logique de concentration disciplinaire.

49 Dans le but de favoriser une réappropriation critique des spécificités de la formation que nous dispensons et de tisser des liens entre les enseignements, une nouvelle formule a été initiée cette année dans le cadre du LC « interdisciplinarité » : les « midis du SIEJ ». Il s’agit d’approfondir, au niveau pédagogique, la dynamique interdisciplinaire qui caractérise notamment les projets collectifs de recherche menés au sein du Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques. Y sont présentés et débattus, entre enseignants, des supports de cours (précis, manuels ou syllabi) s’inscrivant dans une perspective interdisciplinaire. Voy. par ailleurs, au sujet d’une autre initiative, antérieure, émanant de doctorants de l’USL-B : Begasse de Dhaem (P.), Verreycken (Q.), Van der Noot (O.), « les Midis de l’interdisciplinarité. Bilan et perspectives », R.I.E.J., 77 (2016), p. 357-361.

50 Ce passage est extrait d’un échange de mails avec Hugues Dumont.

51 Cf. supra, point A.

52 En français, mais aussi en anglais et, à partir de l’année académique 2018-2019, en néerlandais.

53 Ce cours constitue une introduction à tous les autres cours que l'étudiant recevra au fil de ses études de droit. S'il s'agit essentiellement d'un cours de droit, destiné, dans une perspective positiviste, à décrire et expliquer le système juridique sur la base des règles de droit en vigueur, le cours de Sources et principes du droit n'en ménage pas moins certaines ouvertures vers d'autres disciplines que la discipline juridique, conformément à l'approche interdisciplinaire caractéristique de la Faculté de droit de l'Université Saint-Louis.

54 Sylvestre (E.), Berthiaume (D.), op. cit., p. 105. Voy. aussi : Louvain Learning lab, Carnet de l’enseignant. Voyage en pédagogie universitaire, Louvain-la-Neuve, mai 2016, p. 121 et s.

55 Cf. supra, note 34.

56 Ibidem.

57 En ce sens : Sylvestre (E.), Berthiaume (D.), op. cit., p. 107.

58 Voy. Bailleux (A.), « Le mythe […] », op. cit.

59 Ost (F.), Bailleux (A.), « De la guerre des disciplines à celle des paradigmes ? », R.I.E.J., 77 (2016), p. 5-24

60 Que l’on songe à la taille des auditoires qui ne cesse d’augmenter au point d’atteindre un seuil critique en termes de défis pédagogiques et de maintien de modalités d’évaluation dignes de ce nom. Que l’on songe aux exigences décrétales, à l’individualisation croissante des parcours d’étudiants qu’elles insufflent, à la surcharge administrative dont elles s’accompagnent, alors même qu’on peine à en percevoir la plus-value sur le plan qualitatif, qu’on perçoit par contre bien le risque qu’elles charrient du point de vue d’une « approche-programme » dont il n’est pas certain, pour dire le moins, qu’elles partagent les prémisses.

61 Ost (F.), À quoi sert le droit ?, op. cit., p. 13.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search