Version classiqueVersion mobile

Le droit malgré tout

 | 
Yves Cartuyvels
, 
Antoine Bailleux
, 
Diane Bernard
, 
et al.

Introduction. Hommage à François Ost. Passeur de frontières, penseur de l’entre-deux

Yves Cartuyvels

Texte intégral

1Rendre hommage à François Ost n’est pas la tâche la plus aisée qui soit. Le bouillonnement intellectuel et le foisonnement d’activités de celui qui reste aujourd’hui un pilier de la Faculté de droit de l’Université Saint-Louis – Bruxelles sont tels qu’on se perdrait à vouloir éclairer toutes les facettes de son talent. Cet ouvrage d’hommage en est sans doute la meilleure illustration : à la différence de bien des Liber Amicorum, souvent réceptacles de textes épars et sans lien, il recueille des contributions substantielles qui tantôt commentent, tantôt discutent les thèses de François dans un des divers champs que son esprit créatif et imaginatif a labourés. Et Dieu sait s’il en est, de la théorie à la philosophie du droit, des rapports entre droit et nature aux liens entre droit et littérature, pour ne citer que quelques-uns des grands chantiers qu’il a ouverts jusqu’ici.

2François Ost entre aux Facultés Universitaires Saint-Louis comme assistant en 1975, muni d’un diplôme de licencié en droit, qu’il complète très vite par l’obtention d’un diplôme de licencié en philosophie (1976) et par une licence spéciale en droit économique (1977). Il est marqué, sans doute définitivement, par son parcours d’étudiant entamé en 1970 dans la même Université, au lendemain de mai 1968. Les candidatures suivies aux « FUSL » constituent un déclic. Sous la houlette du regretté Michel van de Kerchove, qui restera un compagnon de route tout au long de sa vie universitaire, la Faculté de droit de cette petite institution pose déjà les fondements de ce qui deviendra sa marque de fabrique : une approche interdisciplinaire où l’enseignement du droit se combine à des approches de philosophie, de sociologie ou de psychologie autant qu’à une réflexion critique sur le droit. Jeune étudiant, François se confronte à Althusser et Marcuse, aux écrits d’Edgar Morin, aux courants de l’anti-psychiatrie ou encore aux délices d’une approche réflexive sur le droit via les cours de « sources et principes du droit » ou de « droit naturel ». Et il aime ça. Au point de vivre les trois années de « licence en droit » qui suivent à l’Université catholique de Louvain comme des « années de plomb », avec un enseignement qu’il qualifiera de « désespérément dogmatique, s’engluant sans joie dans un pénible no man’s land entre une pratique absente et une théorie désormais sans perspective ». Si l’on excepte l’enseignement de François Rigaux, le désert des licences semble bien aride à un étudiant curieux, qui devra peut-être son sauvetage juridique à un parcours parallèle mené en philosophie.

3Son diplôme en poche, François est rapidement recruté par Michel van de Kerchove aux Facultés universitaires Saint-Louis. Ce dernier, propulsé doyen de la Faculté de droit en 1974, a très tôt repéré ce jeune juriste brillant et ouvert qu’il imagine aussitôt associer au projet de fondation ou de refondation de la Faculté de droit. « VDK », comme l’appelleront des générations d’étudiants (et de collègues) ne s’est pas trompé : entre Michel et François se noue rapidement une complicité à laquelle le développement de la Faculté de droit doit beaucoup. Complicité dans la recherche et l’écriture – ce dont témoignent nombre d’ouvrages écrits à quatre mains – mais aussi dans la construction d’un enseignement axé sur l’ouverture et l’interdisciplinarité. Jusqu’à un certain point, lest trajectoires de Michel et de François sont indissociables, tant furent nombreux les projets innovateurs menés en commun, scandant l’évolution de la Faculté de droit dans ses dimensions d’enseignement comme de recherche.

4Dès 1975, François Ost rejoint le Séminaire Interdisciplinaire d’Études Juridiques (SIEJ), créé un an plus tôt par Michel van de Kerchove dans le but de fédérer divers collègues de la Faculté de droit issus de disciplines différentes, autour d’un double projet d’enseignement et de recherche. À la même époque, François se lance dans une thèse de doctorat originale à un double titre. Rédigée à quatre mains, la thèse est coécrite avec Jacques Lenoble, qui deviendra professeur à l’Université catholique de Louvain et principal animateur de son Centre de Philosophie du droit. La formule est inédite à l’époque, elle l’est peut-être encore aujourd’hui, à tout le moins dans une Faculté de droit. Par ailleurs, menée sous la direction de François Rigaux, la thèse est défendue en 1980, sous un titre provocateur à l’époque : Droit, mythe et raison. Essai sur la dérive mythologique de la rationalité juridique. Puisant largement aux sources des sciences humaines, empruntant des voies peu classiques comme la psychanalyse via les travaux de Pierre Legendre ou de Cornelius Castoriadis, les auteurs y questionnent la perspective dogmatique traditionnelle de la science du droit. Près de 40 ans plus tard, le texte reste fondamental et continue de sous-tendre les écrits de ses auteurs. Plus directement peut-être pour Jacques Lenoble, resté sans doute plus fidèle aux apports freudo-lacaniens pour interroger les mutations du droit contemporain. De manière plus pointilliste mais néanmoins importante chez François OST, dès lors que nombre d’intuitions développées dans ce premier ouvrage contribueront à marquer sa trajectoire réflexive ultérieure, en philosophie comme en théorie du droit.

5En 1977, François propose le lancement d’une revue attachée au SIEJ, la Revue Interdisciplinaire d’Études Juridiques. Le premier numéro de la RIEJ, publié un an plus tard, est l’occasion de préciser, dans un article rédigé avec Michel van de Kerchove, les contours de cette interdisciplinarité appelée à devenir la matrice de la recherche et de l’enseignement à la Faculté de droit. Adeptes d’un « point de vue externe modéré », Michel et François en appellent à « un point de vue externe averti du point de vue interne des juristes ». Le paradigme puise aux sources d’une démarche dialectique, proposant de mener un dialogue ouvert et engagé entre le point de vue situé des juristes, qu’il s’agit de prendre au sérieux, et un regard critique externe porté sur le droit à l’aide d’autres points de vue disciplinaires.

6La démarche interdisciplinaire ainsi comprise marquera les orientations de recherche du SIEJ, guidées par le souci constant de nouer – et nourrir – le dialogue entre le droit et les autres disciplines, autour d’un objet juridique identifié. Sous la houlette de Michel et de François, devenu co-directeur du SIEJ en 1993, les travaux du centre de recherches se multiplient et donnent lieu à un nombre impressionnant de publications, notamment dans la collection de la Faculté. Les célèbres ouvrages à couverture noire et verte des publications FUSL feront la renommée de cette dernière, dans le monde francophone tout au moins. On peut citer ici L’interprétation en droit (1978), Fonction de juger et pouvoir judiciaire (1983), Actualité de la pensée juridique de Jeremy Bentham (1987), Droit et Intérêt (1990), Images et usages de la nature en droit (1993), Droit négocié, droit imposé (1996), L’accélération du temps juridique (1999), Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ? (2000), Lettres et lois (2001), La responsabilité face cachée des droits de l’homme (2005), Les droits de l’homme, bouclier ou épée du droit pénal ? (2007), Traduction et droits européens, enjeux d’une rencontre (2009), Les sources du droit revisitées (2012), auxquels on ajoutera, distillé sous forme d’articles dans la RIEJ, Quelle(s) formation(s) et quelle(s) recherches pour quels (non)-juristes et quel droit ? (2014) et les actes à venir du séminaire actuellement en cours sur le thème Le droit en transition. La science juridique dans les sociétés de l’après-croissance (2018).

7Cheville ouvrière du SIEJ, le tandem OST – van de Kerchove imprimera aussi sa marque sur l’enseignement en Faculté de droit. Michel devenu vice-recteur en 1982, François le remplace comme doyen la même année, fonction qu’il occupera jusqu’en 1993. Cette longue période de décanat sera mise à profit pour poursuivre et amplifier les initiatives pédagogiques introduites par Michel van de Kerchove, comme le cours de méthodologie juridique, le séminaire en sciences humaines (philosophie, sociologie, histoire, etc.) en première année ou encore le séminaire de théorie du droit qui complète le cours d’introduction critique à la pensée juridique contemporaine en deuxième année. Elle sera aussi l’occasion de créer, dès le début des années 1980, un premier cycle en droit (alors appelé « candidature ») « à horaire décalé », formation en cours du soir qui recueillera un franc succès malgré le scepticisme initial des Universités complètes, ainsi que des « recyclages en droit », modules de formation continuée avant la lettre à l’intention des praticiens.

8Par ailleurs, le souhait de créer des ponts entre les disciplines se double d’une volonté de dépasser les barrières entre les langues. Sensible à l’enjeu de la traduction, auquel il consacrera ultérieurement plusieurs années de recherche, François OST sera à l’origine d’un ambitieux programme de candidatures bilingues (Français-Néerlandais), qu’il crée en 1991 avec la Katholieke Universiteit Brussel (KUB) et son doyen de l’époque, Mark Van Hoecke. Très vite complétée par un programme bilingue Français-Anglais, puis par un programme trilingue (Français-Anglais-Néerlandais), l’initiative repose sur une intuition géniale qui n’est pas pour rien dans le succès que connaît la Faculté de droit aujourd’hui. Dépasser les barrières, tisser des ponts, ce sera le leitmotiv de celui qui est aussi un entrepreneur dans la meilleure acception du terme. Couronnement peut-être de cet esprit d’entreprise, la fondation en 1993 d’une Académie européenne de théorie du droit, avec la collaboration de Mark van Hoecke et de la KUB toujours. Organisant un DEA en théorie du droit, l’Académie proposera un programme bilingue (Français-Anglais) de théorie du droit, mobilisant les meilleurs spécialistes internationaux de la matière. Sorte d’école doctorale avant la lettre, imprégné de l’ambiance estudiantine des échanges Erasmus, ce Master in Legal Theory accueillera des cohortes d’étudiants de toutes nationalités, européens et extra-européens ; il a fondé et demeure à la base d’un vaste réseau d’étudiants devenus aujourd’hui académiques dans leur pays.

9Passionné par ce programme international, sur lequel se grefferont des séminaires d’été, deux collections scientifiques (Bruylant à Bruxelles et Hart Publishing à Oxford) ainsi qu’un prix international récompensant les meilleures thèses en théorie du droit, François OST n’en oublie par pour autant le front interne. Interpellé par la question de l’environnement à une époque où les thèses écologistes étaient encore assez marginales, voire objet de railleries, il crée le CEDRE (Centre d’étude du droit de l’environnement) avec Benoît Jadot et Jean Gillardin en 1989. Le cahier des charges annonce un véritable projet, celui de s’emparer de la recherche en droit pour faire avancer une cause : d’abord un engagement en faveur de l’environnement, ensuite une étude scientifique du droit de l’environnement encore naissant et enfin une réflexion critique et interdisciplinaire car « plus qu’une nouvelle branche de droit qui demande à être explorée, le droit de l’environnement pose des questions fondamentales sur le rapport de l’homme à la biosphère, au vivant et en définitive à sa propre nature ». De fait, la création de ce centre comble assurément un vide et la frénésie d’activités et de publications de ses premières années marquera de manière décisive l’essor du droit de l’environnement en Belgique. Soucieux d’assurer son rôle de laboratoire d’idées, le CEDRE promeut dans la foulée, à une époque où les Facultés universitaires Saint-Louis étaient cantonnées au programme du premier cycle (« candidatures »), une ‘formation’ de troisième cycle dans une matière qui n’était par ailleurs pas encore enseignée dans le cursus de l’étudiant en droit en Belgique francophone. Cette formation se transformera rapidement en DES (Diplôme d’Études Spécialisées), pour devenir ensuite un Master de spécialisation en Droit de l’environnement et droit immobilier. En 2004, la création d’une chaire « Droit, gouvernance et développement durable » subsidiée en ses débuts par la Fondation Bernheim, permet d’élargir le champ des intérêts à une approche sociétale plus englobante, entame du fil d’une réflexion qui sera poursuivie, bien plus tard et aujourd’hui encore, autour du vaste thème des « communs ».

  • 1 Platon, La République, Livre VII, 520d.

10On doit à François Ost la célèbre trilogie juge-pacificateur, juge-arbitre, juge-entraineur. On est ici tenté de lui renvoyer l’ascenseur et de jouer sur les images qui collent à l’homme. On l’aura compris, François est un créateur et un entrepreneur. Ce que l’on souligne parfois moins, c’est qu’il aura été aussi, dans sa vie universitaire, un gestionnaire avisé et un homme de pouvoir responsable. Doyen de Faculté pendant onze ans, Vice-Recteur à la recherche de l’Université pendant dix ans, endossant des responsabilités académiques, scientifiques et éditoriales multiples qu’il serait vain de vouloir toutes citer ici, François aura été amené à occuper diverses fonctions de gestion et positions de pouvoir. Il a, dans cette double posture régulièrement périlleuse, navigué avec bonheur. Excellent gestionnaire, il s’est montré rapide et précis, souple et efficace, jamais tatillon ni bureaucratique. Sans doute parce qu’il a toujours su garder en vue les finalités du projet auquel accorder les exigences d’une bonne gestion. Malgré les pressions du temps, François n’est jamais tombé dans les pièges du managérialisme, ce « passage à la limite » où la gestion s’emballe, oublie qu’elle est au service d’un projet et finit par se prendre pour sa propre finalité. De même, l’homme de pouvoir a toujours su garder la mesure. Mû par une éthique de la responsabilité, il ne s’est pas dérobé et l’a exercé. Mais sans tomber dans ses rets. Sans doute parce que le pouvoir pour le pouvoir ne l’intéresse pas vraiment. S’il l’exerce, il n’en jouit pas. Pour notre plus grand bonheur, sa jouissance comme sa quête de reconnaissance sont ailleurs, dans l’enseignement et la transmission sans doute, dans l’écriture sûrement. Sa trajectoire comme homme de pouvoir vient au fond confirmer une très vieille loi : le pouvoir est chose trop précieuse pour être donné à ceux qui l’aiment. Il vaut beaucoup mieux le confier à ceux qui n’en veulent pas vraiment, comme le disait déjà Platon1.

11Reste un pan de la vie académique de François à éclairer. C’est sa vie d’enseignant chercheur. Comme enseignant, François se révèle un remarquable pédagogue, talent qu’il déploie également comme conférencier. François est un littéraire. Dans ses cours comme dans ses conférences, il raconte. Et il raconte bien. On ne sait si sa passion pour les rapports entre droit et littérature y est pour quelque chose mais il aura, au cours de sa carrière, passé des heures et des heures à raconter. Certes, sans doute n’est-il pas très branché power-point… Mais avec quel talent se déploie une parole sans artifice qui fait transfert et qui, qualité que l’on retrouve dans ses écrits, donne à l’auditeur le sentiment de pénétrer par une voie simple dans des univers complexes. François est un orateur né. Et si des générations d’étudiants de Saint-Louis en ont profité, les responsables d’autres Universités ne s’y sont pas trompés : François sera professeur invité à l’UCL, à l’Université de Genève, aux Universités de Buenos Aires, Sao Paulo, Macerata, Paris-Nanterre, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Aix-Marseille, Lisbonne, Rio de Janeiro, ainsi qu’au Collège de France, au Collège Belgique, au Collège international de Philosophie de Paris, à l’École nationale de la Magistrature (Bordeaux) ou encore à l’Institut universitaire européen (Florence).

12La trajectoire du chercheur, quant à elle, n’est certes pas la plus simple à esquisser tant elle est riche et diversifiée, tissée d’avancées, de carrefours et de bifurcations, de « boucles étranges » ou récursives. Pour mieux comprendre le cheminement d’un trajet intellectuel toujours en cours, on ne peut sans doute mieux faire que renvoyer à l’entretien accordé à Manuel Atienza, à la fin de ce livre. Cela dit, François Ost est un Chercheur hors normes, doté d’une puissance de travail peu commune, ce qui lui vaudra une reconnaissance nationale et internationale. Titulaire à deux reprises de la chaire Francqui au titre belge (Faculté de droit de l’Université Libre de Bruxelles (1994-1995) et Faculté de théologie et de philosophie de l’Université catholique de Louvain (2005-2006)), François sera également proclamé docteur honoris causa de l’Université de Nantes en 2001 et de l’Université de Genève en 2017. Lauréat du prix de la recherche Prince Louis de Polignac en 2010, il assumera également, tout au long de sa carrière, nombre de responsabilités scientifiques et éditoriales qui attestent à la fois son engagement et la confiance de ses pairs.

13Travaillant seul ou en équipe, il cumulera les activités de recherche, impulsant nombre de projets collectifs ou individuels. Difficile d’être exhaustif ici et sans doute n’est-ce pas là l’important. Co-président du SIEJ dès 1993, il en sera la cheville ouvrière pendant de nombreuses années, avec le soutien toujours indéfectible de Michel van de Kerchove. Le SIEJ – et la RIEJ qui en est l’émanation et qu’il dirigera pendant de nombreuses années – constitueront un laboratoire de recherche passionnant, reconnu en Belgique comme à l’étranger. Sous l’impulsion d’Antoine Bailleux, le SIEJ continue aujourd’hui une aventure qui doit énormément au dynamisme et à l’imagination créatrice de ses pères fondateurs. De même, la RIEJ, devenue RIEJ. Droit en contexte en 2015 poursuit son chemin, d’une manière sans doute plus collégiale qu’auparavant, ce qui correspond à l’esprit du temps. Co-directeur de l’Académie européenne de théorie du droit, François OST sera à la source d’une aventure aussi stimulante sur le plan intellectuel qu’enrichissante sur le plan personnel. Venus d’horizons divers, les étudiants du Mastère de théorie du droit se souviendront sans doute autant d’une formation extrêmement solide que d’une vie communautaire festive, couronnée par un week-end annuel à Mont, dans la maison de François située dans les Fagnes… Quant au CEDRE, dont François assume la présidence depuis 1989, il continue sa route à une époque où la problématique de l’environnement se fait chaque jour plus cruciale.

14Assumer l’héritage, le (re)modeler et le transmettre : il y a peut-être là une formule qui traduit une des postures du François Ost chercheur. Fidèle à une conception trinitaire du temps qu’il défend comme articulation du passé, du présent et de l’avenir, François aura assumé, dans le domaine de la recherche peut-être plus que partout ailleurs, un rôle de passeur pour les générations futures. En témoigne ce souci de toujours assurer la continuité des projets entrepris et de préparer la relève. Sans doute la dizaine de thèses doctorales qu’il a dirigées attestent-elles cette volonté constante de préparer l’avenir : Nicolas de Sadeleer en droit de l’environnement (1998), Sébastien van Drooghenbroeck en droit des droits fondamentaux (2001), Nicolas Bernard en droit du logement (2003), Antoine Bailleux en droit européen (2008), Daniel Dumont en droit de la sécurité sociale (2010), Delphine Misonne en droit de l’environnement (2010), Diane Bernard en droit international pénal (2011), Jérémie van Meerbeeck en droit européen (2013), Pauline Bégasse de Dhaem en droit bancaire (2017) et, bientôt sans doute, Marie-Sophie de Clippele en droit de l’art et Oscar Torres en droit européen.

15Se risquerait-on à un bilan de la production scientifique et littéraire de François Ost ? Bien téméraire celui qui se lancerait dans une telle aventure. On se bornera ici à évoquer quelques fils d’une activité débordante. Entamant sa trajectoire par la thèse doctorale susmentionnée, rédigée avec J. Lenoble et publiée en 1980 (Droit, mythe et raison), François poursuivra l’expérience d’une écriture à quatre mains avec Michel van de Kerchove. Coauteurs de six ouvrages de théorie du droit, dont quatre feront l’objet de traductions en anglais, italien et espagnol, François et Michel donneront la pleine mesure d’une complicité qui rend vaine toute tentative de démêler ce qui, dans ces centaines de pages rédigées en commun, appartient à l’un ou à l’autre. Entamé avec Bonnes mœurs, discours pénal et rationalité juridique (1982), ce parcours de co-écriture se poursuit avec Jalons pour une théorie critique du droit (1987), Le système juridique entre ordre et désordre (1988), Entre la lettre et l’esprit. Les directives d’interprétation en droit (1989), Le droit ou les paradoxes du jeu (1992) pour se clôturer avec De la pyramide au réseau ? Pour une dialectique du droit en (2002), un titre dont le point d’interrogation fera gloser nombre de commentateurs.

16Mais dès les années 1980, François entame également un parcours monographique plus personnel qui l’amène à sillonner des terres nouvelles où son intuition, son sens de l’analyse et de la synthèse font merveille, au même titre que son écriture à la fois élégante et limpide. Avec La nature hors la loi. L’écologie à l’épreuve du droit (1995), s’inaugure la réflexion sur le droit de l’environnement. Quelques années plus tard, Le temps du droit (1999) amorce une réflexion sur les mutations de la temporalité (juridique) que l’auteur poursuivra dans d’autres ouvrages collectifs. Puis vient Du Sinaï au Champ-de-Mars. L’autre et le même au fondement du droit (1999), ouvrage moins connu et pourtant passionnant où l’auteur renoue avec le questionnement des fondements abordé dans Droit, mythe et raison. Suivent alors Raconter la loi. Aux sources de l’imaginaire juridique (2004), Dire le droit, faire justice (2007), Le droit comme traduction (2009) et finalement À quoi sert le droit ? Usages, fonctions, finalités (2016) qui constituent autant de jalons d’une réflexion plus générale sur le sens, la place et les mutations du droit dans nos sociétés contemporaines. Chacune de ces publications trouvera un écho dans nombre de conférences comme dans ses cours, contribuant ainsi à construire les ponts entre recherche et enseignement.

17Derrière le philosophe et théoricien du droit se cache aussi - et de moins en moins avec les années - un passionné de littérature et un homme de théâtre. Antigone voilée (2004), Sade et la loi (2005), Furetière, la démocratisation de la langue (2008), La nuit la plus longue. Sade et Portalis au pied de l’échafaud (2009), Traduire. Défense et illustration du multilinguisme (2009), Camille (2011), Shakespeare. La comédie de la Loi (2012), constituent autant d’échappées vers d’autres lieux, dans un autre style, même si la question de la loi s’y donne presque toujours à voir, en filigrane des textes.

18Les nombreuses traductions de ses ouvrages en espagnol, italien ou portugais soulignent par ailleurs la forte pénétration d’une pensée dans le monde latin, un univers sans doute plus réceptif aux intuitions philosophiques de l’auteur que le monde anglo-saxon. Enfin, François Ost sera également le moteur d’une bonne vingtaine d’ouvrages collectifs, au sein du SIEJ, du CEDRE ou avec le SIRL, et d’environ 300 contributions publiées, seul ou en collaboration, dans divers ouvrages et revues belges ou internationales.

19Il est sans doute trop tôt pour tirer tous les fils d’une œuvre foisonnante, entamée par un questionnement sur les fondements de la rationalité juridique et – provisoirement – clôturée par une réflexion sur les usages, les fonctions et les finalités du droit. On se risquera pourtant à en souligner trois traits marquants.

20D’abord, une fidélité sans faille au principe d’une démarche interdisciplinaire. À travers les ouvrages et les articles de théorie du droit, François Ost restera fidèle au principe de l’articulation du point de vue interne et du point de vue externe, soit à l’adoption de ce « point de vue externe modéré » qu’il pose très tôt, avec Michel van de Kerchove, comme horizon régulateur d’une démarche éclairée en théorie du droit. Si son penchant naturel le pousse sans doute plus vers les délices de la réflexion sur le droit, il n’en oublie jamais la nécessité de fonder celle-ci sur le droit tel qu’il est. L’interdisciplinarité ainsi comprise n’est finalement peut-être qu’une manière de bien penser ce qui est au fondement de la démarche scientifique, soit un va-et-vient constant entre théorie et empirie, dans un jeu de fécondation réciproque.

21Cela dit, une deuxième caractéristique de la démarche de François OST est sans doute, dans son questionnement sur le droit comme formidable révélateur des mutations sociales, l’emprunt de chemins de traverse. On pense aux réflexions sur le temps ou la langue, mais aussi à la mobilisation jubilatoire d’un réservoir de littérature inépuisable. Sophocle, Shakespeare, Sade… la littérature ou le théâtre sont-ils, outre le plaisir visible qu’ils procurent à l’auteur, autre chose que des voies détournées pour interroger encore et toujours les usages, les fonctions et les finalités du droit ?

22Enfin, entre fond et méthode, s’il ne fallait retenir qu’un fil autour duquel se tisse une toile rhizomatique, ce serait peut-être celui d’une démarche dialectique soulignant les « paradoxes » et l’« entre-deux », méfiante à l’égard de tout Absolu et consciente de l’importance créatrice du « jeu » entre des pôles divers. Si la dialectique est aussi fondamentale dans toute l’œuvre de François OST, quels que soient les terrains arpentés, c’est sans doute qu’elle lui permet de revenir encore et toujours à une question, présente depuis les débuts : celle du tiers. Dans son dernier ouvrage, François pose la question À quoi sert le droit ? et, peut-être, la réponse pourrait-elle se ramasser dans une formule : à compter jusqu’à trois. La figure du tiers est de fait centrale en droit : qu’est-ce que le droit, sinon le passage par une « scène tierce » qui tempère la violence de rapports sociaux autrement marqués par la démesure et l’immédiateté ? À travers ses innombrables publications, François ne cessera jamais de labourer cette question, ne cachant pas ici sa dette à l’égard de Paul Ricœur. « Soi-même comme un autre » : derrière la question du tiers, c’est aussi le passage par l’altérité comme constitutive de l’expérience humaine qui s’énonce, la division du sujet ou sa pluralité comme marque de toute identité instituante. Derrière une réflexion sur le droit, c’est donc aussi chez François Ost une anthropologie qui se dessine, depuis le premier Droit, mythe et raison de 1980 jusqu’au dernier À quoi sert le droit ? de 2016. Et ce n’est sans doute pas un hasard si, dans ce dernier opus, se lit une inquiétude devant les évolutions d’une gouvernance algorithmique qui, menaçante pour le droit, ne l’est sans doute pas moins pour le sujet (du droit) comme personne.

***

23Le présent ouvrage est conçu comme un hommage à cette pensée foisonnante. Il présente une belle cohérence et propose des contributions d’une grande richesse. On est ici bien au-delà de l’exercice de style et de l’hommage convenu, avec des textes qui mobilisent et discutent en profondeur les thèses de François Ost. C’est sans doute la meilleure façon de saluer la fécondité de sa pensée et le plus beau gage d’amitié qu’on pouvait lui offrir.

24On remerciera les contributeurs d’avoir joué le jeu et répondu à la demande qui leur était formulée : prendre appui sur un des ouvrages ou une des contributions de François pour discuter une question, faire résonner un argument ou prolonger une intuition développés par ce dernier. L’ensemble est structuré autour de six chapitres. Le premier aborde un volet épistémologique consacré à la science du droit et ses enjeux. Les contributions de Robert Jacob et Mark Van Hoecke y mettent respectivement en exergue divers enjeux de la théorie du droit contemporain et du raisonnement juridique en droit comparé, alors que Jacques Commaille et Isabelle Hachez reviennent sur ce paradigme de l’interdisciplinarité cher à François au point d’avoir toujours été au cœur de sa démarche, tant en matière de recherche que d’enseignement. Le tout sur fond d’une réflexion philosophique sur le statut de la rationalité dans la démarche philosophique (Laurent Van Eynde). Le second chapitre, intitulé Fondements, symbolique et avenir du droit, constitue une trilogie abordant trois thèmes indissociablement liés, qui traversent l’œuvre de François depuis les écrits du début jusqu'aux textes les plus récents : étudié dès sa thèse doctorale, le problème des fondements du droit et celui de son statut – entre immanence et transcendance – est repris à nouveaux frais, avec des contributions de Jacques Lenoble, Benoît Frydman, Alain Papaux et Guillaume de Stexhe ; celui du tiers, inséparable du questionnement sur la dimension symbolique du droit, est ensuite traité par Antoine Garapon et Diane Bernard. Enfin, la question de l’avenir du droit répond en miroir à celle des fondements. Faisant écho à l’inquiétude suscitée par une possible « évaporation du droit », Jacques Chevallier et Yves Cartuyvels questionnent tous les deux la mise en abîme des fondements de l’État de droit dans des sociétés tentées par le tout sécuritaire ou le recours à une gouvernance algorithmique. Dire le droit, faire justice : dans un troisième chapitre, divers concepts ou grilles de lecture proposés par François sont mobilisés pour réfléchir à la justice comme valeur (Alain Supiot), à la posture du juge (Paul Martens, Jérémie Van Meerbeeck) ou encore à la justice en actes, ici plus particulièrement à travers l’analyse de la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (Sébastien Van Drooghenbroeck, Nicolas Bernard et Françoise Tulkens). Ces contributions soulignent, chacune à leur manière, la fécondité d’une pensée ancrée dans la philosophie du droit pour analyser le droit en action.

25Les deux chapitres suivants abordent des terrains plus spécifiques sur lesquels François Ost a largement fait œuvre de pionnier, dans le monde francophone tout au moins. Le chapitre IV Droit, langue et littérature rend hommage à ce penchant irrésistible de François pour la langue et la littérature. Sur un mode tantôt philosophique, tantôt historique, Pierre Legrand, Isabelle Ost et Annette Ruelle questionnent le rapport du droit à la langue, au rite ou à la littérature. Prenant appui sur des œuvres littéraires, Jeanne Gaaker, Massimo Vogliotti, Denis Salas, Pauline Bégasse de Dhaem et Marie-Sophie de Clippele, ainsi que Xavier Delgrange mobilisent un réservoir de textes ou de références fascinant pour analyser le droit. Le chapitre V, Nature, communs et droit, est quant à lui consacré à un autre grand chantier largement arpenté par François : traité sur un mode tantôt ludique (Delphine Misonne), tantôt plus analytique (Benoît Jadot, Alain Strowel), le thème se nourrit des réflexions du jubilaire sur le droit de l’environnement et souligne son intérêt plus récent pour la thématique montante des « commons ».

26Enfin le chapitre VI, À quoi sert le droit ? reprend le titre du dernier livre de François Ost. Dans cet ouvrage, l’auteur s’inquiète d’une possible « évaporation » du droit, évoquant le scénario d’une société post-juridique dans laquelle « le droit se serait dissout dans un océan de normativité indistincte, déterritorialisée et managériale ». Chacun à leur manière, Jean-Guy Belley comme Antoine Bailleux discutent cette hypothèse, alors que Hugues Dumont se laisse stimuler par l’ouvrage pour examiner la question de savoir à quoi peuvent bien servir des normes aussi troubles entre le droit et le non-droit, entre l’instrumental et le symbolique que celles des préambules constitutionnels.

  • 2 Nos plus vifs remerciements vont à Axelle Darmont qui a assuré la mise en page et la relecture att (...)

27La boucle est-elle ainsi bouclée ? Que nenni, dirait-on en cette belle langue du plateau des Hautes Fagnes qu’affectionne tant l’auteur. Qui de mieux en effet que François lui-même pour éclairer le fil et les étapes de sa pensée ? Dans un entretien passionnant mené avec Manuel Atienza, François se livre sans détour et nous propose un regard très personnel sur son œuvre. Cette postface clôture l’ouvrage. Mais le matériau qui la constitue, précieux, offre aussi une introduction remarquable à l’ensemble de son œuvre. C’est peut-être, au fond, le premier texte à conseiller au lecteur pour pénétrer dans l’univers de François Ost et se promener ensuite, au fil des envies, dans le dédale des textes ici rassemblés pour lui rendre hommage2.

Notes

1 Platon, La République, Livre VII, 520d.

2 Nos plus vifs remerciements vont à Axelle Darmont qui a assuré la mise en page et la relecture attentive de l’ensemble des contributions.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search