Version classiqueVersion mobile

Images et usages de la nature en droit

 | 
Philippe Gérard
, 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

V. Les significations de la nature, enjeu de la réflexion philosophique

Le droit, voix de la nature ?

Henri Declève

Texte intégral

Le droit face au catastrophisme

1Les juristes attribuent depuis vingt ans des droits et la qualité de sujet à des étants autres qu’humains. Le sens de cette pratique semble se justifier toujours plus nettement au fur et à mesure qu’en apparaissent des suites bénéfiques. Quelques mises à sac de paysages par l’exploitation industrielle, routière ou touristique ont pu être évitées ; quelques espèces végétales et animales se sont vu reconnaître une certaine dignité et accorder quelques chances de ne point disparaître ; le problème des déchets commence à se poser correctement ; surtout se fait jour une meilleure appréciation du temps : l’action de l’homme reconnaît plus clairement son enracinement et sa responsabilité pour l’avenir. Mais ces résultats ne sont pas ce qui seul importerait : n’était le style de pensée et la discipline qui les ont produits, ils demeureraient anecdotiques.

2Ce point doit être clairement perçu. « Droits des plantes et des animaux », « respect de l’environnement », « reconnaissance d’un primat de la nature », dénonciation de « l’anthropocentrisme », et des passe-droits que notre espèce « tardive » se serait arrogés : autant d’expressions vite muées en slogans qui, dans le public, déclenchent des comportements dont il n’est pas interdit de se demander s’ils ne sont pas les symptômes d’une angoisse de moins en moins capable de trouver quelque apaisement ailleurs que dans la magie, avec les formules et les rites qu’elle s’est créés dans un univers de télévision de masse. Souvent l’angoissé est un fidèle client de ceux qui lui proposent remèdes et thérapies, mais plus encore de ceux qui, sous prétexte de l’aider à identifier son mal, l’entretiennent ou l’empirent quand ils ne l’ont pas fait naître. Aussi est-ce avec beaucoup de pertinence qu’Haroun Tazieff a dénoncé récemment l’exploitation « juteuse » d’un certain « catastrophisme », de ces craintes paniques que déclenchent dans une foule peu informée quelques dangers réels dont est menacée la nature ou dont elle est la cause.

3Attitude doublement perverse en vérité. Elle tire d’abord jouissance de cette recherche effrénée du profit qu’elle dénonce chez les hommes censés responsables de ces désastres et, en mobilisant les media, elle rabaisse à une rivalité entre concurrents sur le marché de l’argent une question portant en définitive sur le sens de l’existence. De plus quand elle prétend parler publiquement le langage du bon sens, de l’éthique et d’une science enfin mise au service des valeurs humaines et de la nature elle-même, l’exploitation du catastrophisme prive bel et bien l’éthique, la science et le bon sens de leur véritable moyen d’expression, le monde de la vie quotidienne, et elle se satisfait de cette dépossession.

4Le phénomène d’angoisse que le mercantilisme lit comme une possibilité d’ouvrir et de développer un nouveau marché, le droit y a saisi à la fois une violence déjà à l’œuvre et l’espérance qu’elle puisse être abolie. Telle que la vit le catastrophisme, cette violence semble impossible à surmonter, sinon au prix d’une renonciation de l’homme à toute primauté parmi l’ensemble des étants. C’est, se dit-on, le sentiment de sa supériorité qui le transforme, d’une part, en tyran de la nature et qui l’empêche, d’autre part, de se soumettre comme il conviendrait au cours du monde. Dès cette réaction toute sentimentale, la pensée se trouve engagée dans une expérience-limite : il lui faut définir les conditions d’une réduction aussi radicale que possible de la violence, tout en acceptant que cette violence, dans la mesure où elle provient de la nature, pourrait garder le dernier mot et n’entendre jamais raison. Tel est, me paraît-il, le défi que relève le droit. Utilisant toutes les ressources de la fiction et de l’analogie propres à leur discipline, les juristes s’efforcent de créer et de mettre en place les structures où les conflits suscités par la prétention excessive de l’homme à son humanité et par la puissance incommensurable de la nature pourront trouver à s’exprimer de manière argumentée, faire l’objet d’un arbitrage et de sanctions publiques, donner lieu à une décision ayant force de loi dans un Etat de droit.

Parler au nom d’autrui

5Or pour l’ordinaire les litiges sur lesquels le droit se prononce, les abus qu’il réprime concernent une liberté qui use de la force ou du dol pour contraindre un égal à renoncer à sa propre liberté ou à des biens dont celle-ci est seule à pouvoir disposer légitimement. La victime, il est vrai, peut se trouver réduite au silence, ou mise dans l’impossibilité de faire entendre sa plainte à qui de droit : enfants avant leur naissance, enfants martyrs, hommes et femmes réduits en esclavage ou maintenus en des situations proches de l’esclavage, prévenus prématurément traités comme des coupables, victimes de chantages, membres de communautés impuissants à résister aux manœuvres iniques de prétendus chefs. En tous ces cas, la tâche de l’honnête homme, du législateur et des cours de justice est de s’opposer à la violence faite à des humains par d’autres humains : il faut rendre à des citoyens leur possibilité fondamentale d’agir comme citoyens, de contribuer de manière active et si possible créative aux projets de la société et à ses progrès vers plus d’humanité.

6Réclamer de la sorte l’application de la loi pour tous met en lumière un aspect moins aperçu ou du moins une conséquence logique, de son universelle validité, — de son impartialité — à savoir qu’en principe n’importe lequel de ceux qu’elle oblige pourrait éventuellement tenir le rôle de n’importe quel autre : législateur ou bien juge, plaignant sinon victime, ou bien défendeur voire accusé. Et ceci demeure vrai, me semble-t-il, que les parties en cause soient des collectivités, des sociétés ou des états, dont la personnalité est en fin de compte créée par le droit. Le processus juridique dans son ensemble implique la clause d’un éventuel renversement des rôles.

7Qu’en serait-il si cette clause implicite devenait inimaginable et pratiquement impossible ?

8Intenter une action en justice est un comportement complexe dont il serait long d’analyser les composantes et les conditions. Parmi ces dernières, il faut accorder une attention spéciale à la relation entre chaque partie et son représentant. Même lorsque celui-ci se voit désigné d’office, pareille relation se constitue d’actes de langage fondés sur une confiance mutuelle, si minime soit-elle, et dont la référence s’ancre dans les trois extases du temps : dans le passé, pour l’exposé des faits, dans le présent pour la motivation de la plainte ou de la défense, dans le futur par les rendez-vous pris, les espoirs raisonnés que justice soit rendue, les éventuelles promesses. Le contrat en bonne et due forme ainsi que les règles de la déontologie ne font que préciser en droit cette relation de base.

9Quand il s’agit d’enfants ou bien d’adultes soumis à un mode ou l’autre de terreur, les victimes sont impuissantes à intenter une action : elles sont physiquement et psychologiquement incapables de prendre la parole et, si l’on tente de les en persuader, elles s’y refuseront souvent. Elles n’assument plus leur qualité de sujets de droits ; leurs droits leur sont étrangers ou bien demeurent pour eux de pures fictions. L’action séparée ou conjuguée de quelques citoyens, du législateur, du juge, de l’avocat pourra cependant obtenir que la plainte soit entendue malgré tout, que soit rompu le silence oppressant, qu’il y ait prise de parole. Tout se passe comme si une puissance qui pour n’être pas divine n’en est pas moins d’une hauteur distante, la Justice, avait enfin prêté l’oreille à des actes « qui crient vengeance au ciel » ; mais il a fallu que le sens moral, la solidarité humaine, le civisme aient uni leur voix pour rendre les pouvoirs attentifs à l’iniquité. L’élaboration de l’œuvre juridique, ses procédures, ses recours à l’analogie et à la fiction s’avèrent alors refus d’accepter que la violence soit invincible, que le mal et la mort doivent avoir le dernier mot.

L’inversion des rôles et le droit comme acte de langage

10C’est donc l’exigence fondamentale de l’éthique, à savoir la responsabilité solidaire, qui oblige à déployer les moyens de faire entendre en raison et en logique la voix de ceux qui sont arbitrairement réduits au silence et à continuer ainsi à fonder le droit. Mais que se passet-il plus précisément lorsqu’est établie devant l’instance compétente la légitimité d’une représentation d’intérêts lésés ou de droits bafoués et demeurés jusqu’alors silencieux ? A quoi se réfère ultimement le juge qui reconnaît fondée la prétention de parler au nom d’un autre ? Ou bien le législateur qui définit le caractère délictueux d’un refus d’assistance à une personne en danger ?

11Dans l’un et l’autre cas, le droit protège le plus faible pour cette raison qu’il est aussi un égal, un humain comme vous et moi, un Mit-mensch. Les textes et les décisions sont supportés par une structure de l’imagination, que Kant appellerait un idéal, c’est-à-dire la représentation individualisée, jusqu’à porter parfois un nom ou un prénom, d’une idée de la raison, c’est-à-dire d’une totalité pensée dont l’existence n’est pas vérifiable dans le sensible. Ainsi interprète-t-on certaines dispositions légales en se référant au bon père de famille. Dans les cas qui nous occupent le législateur s’adresse, semble-t-il, à l’homme mûr, au bon voisin, qui a conscience à la fois des nécessaires solidarités et de la commune faillibilité de tous les membres de l’humanité. Ceci doit être supposé pour que soit respectée la distributivité de la loi : elle s’adresse à tous et à chacun, elle est l’œuvre de tous et de chacun.

12Encore une fois, le législateur, le juge, les parties admettent implicitement la possibilité que soient éventuellement intervertis les rôles. C’est à cette condition que la représentation des intérêts et des droits d’autrui ne rompt pas l’égalité fondamentale au profit du plus savant, du plus doué, du mieux placé. Ainsi l’avocat n’est-il pas seulement la compétence appelée à l’initiative d’un client ou en vertu de la loi ; et ce n’est pas non plus de sa propre initiative seulement qu’il défend les abandonnés, les sans voix, les « réduits au silence ». Il est fait appel à lui de plus haut, ou plutôt l’appel vient d’une tout autre région, d’un tout autre règne. Tous les hommes sont appelés à répondre de leur commune humanité en dépit de la violence qui lui est faite par d’autres humains. Cette situation fondamentale manifeste l’appartenance de l’homme à un échange, à un commerce, dont il n’est pas l’origine et que l’on décrirait mal en le fondant dans la relation dialogale d’un Je et d’un Tu, voire dans l’on ou dans le nous. Etre homme et le devenir, c’est avoir à répondre avant toute décision personnelle, parce qu’il en est ainsi.

13Autrement dit : le droit est un des modes fondamentaux de l’être-là, de l’exister, comme être « de » langage, le langage n’étant pas d’abord un moyen d’expression inventé par l’homme, mais bien plutôt une ouverture de monde. Appartiennent à cette dernière les comportements qui seraient en fin de compte violents si leur origine était un sujet n’ayant à répondre que de lui-même et à lui-même. Constitué d’une juxtaposition de consciences pareilles, le genre humain ne serait que le panthéon de dieux fatalement en lutte. Espérer que la violence n’ait pas le dernier mot, c’est accepter que l’être-chez soi ne saurait être le caractère premier du je. Il ne va pas en effet sans une passivité, sans une affectivité à l’égard du soi comme tel en laquelle lui sont ouverts d’avance autrui et le monde.

Aspects formels et aspects économiques du droit

14Etre reconnu comme sujet de droit, c’est aussi la plupart du temps être reconnu comme propriétaire et comme agent économique. Et sans doute n’est-il guère de situation de violence ou d’injustice qui ne porte dommage à des biens légitimement possédés et qui n’empêche de participer au mouvement de l’économie dans la communauté. Cependant si essentiels que soient les liens de la liberté et de la personnalité juridiques avec la propriété et l’activité productrice de chacun, ces deux derniers éléments ne constituent pas le fondement des autres droits. Ils appartiennent simplement à l’ensemble structuré des droits de la personne, à l’unité de leur sens.

15Les biens auxquels peut s’étendre le droit de propriété sont toujours susceptibles d’être estimés selon un prix et une valeur pécuniaire. Paradoxalement ce caractère donne prise à la pensée juridique en ce qu’elle a de plus essentiel peut-être, c’est-à-dire son formalisme en tant qu’il garantit l’impartialité. Ainsi la technique de l’amende met-elle le coupable à l’abri de la vengeance tout en l’obligeant à se reconnaître responsable. Sans doute ne s’agit-il encore que d’une responsabilité juridique. Mais il est nécessaire précisément que la responsabilité morale proprement dite soit ici mise entre parenthèses. Prétendre juger du point de vue éthique au nom de la société est probablement le plus sûr moyen de fomenter plus de violence. La signification abstraite de la monnaie permet ainsi au droit de maintenir autant que possible les exigences de réparation au niveau d’une maturité humaine normale, sans faire du respect de la loi l’apanage d’une classe, les honnêtes gens, détenteurs de mérites exclusifs, qui pourraient à la limite justifier de leur part un recours à la force.

16Il est des cas cependant où la signification abstraite de la monnaie ne semble rejoindre le formalisme du droit que pour le pervertir. L’avantage pécuniaire peut devenir le seul motif d’une action dont le contenu juridique, si ténu soit-il, oblige la loi à prendre la demande en considération sous peine de se contredire.

17Certains comportements notoirement répandus aux Etats-Unis montrent comment se produisent ces dérives. Bien des divorces, de nombreux procès intentés à des médecins, par exemple, n’ont d’autres motifs réels qu’une possibilité offerte au demandeur par une interprétation de la loi de s’assurer, sous forme de pension ou de dommages et intérêts, sinon une part immédiate de la fortune d’autrui, du moins une durable participation à ses profits et revenus. Il n’est pas jusqu’à des procès intentés par manière de paris sur un point sans importance qui ne viennent encombrer les cours.

18Supposons maintenant qu’un plaignant ne s’estime nullement lésé en tant que propriétaire ni dans son activité de production mais, par exemple, dans des exigences esthétiques ou des revendications culturelles, considérées par ailleurs comme légitimes pour lui-même, pour ses concitoyens et pour les générations à venir. Obtiendra-t-il satisfaction s’il ne démontre pas que son intérêt authentique — esthétique ou culturel — repose en réalité sur des motifs d’ordre économique ? Et n’est-ce pas encore sous forme pécuniaire qu’il devra recevoir de la partie adverse, une fois reconnue responsable, une compensation pour un dommage que l’argent répare tout au plus de façon symbolique ?

19Que le droit soit exposé à ces apories et à ces déviations met en évidence son originalité. Si pour éviter les excès qu’entraîne le formalisme il prétendait s’en dégager, son langage perdrait paradoxalement toute objectivité. Les lois et les arrêts des cours ne feraient plus que prendre parti pour des factions, ils exprimeraient uniquement les modes plus ou moins acceptés de la violence.

20Nous pouvons maintenant risquer une description de l’activité juridique en ce qu’elle a de plus formel.

Droit et ἔποχη

21Pour formuler un droit, pour le défendre ou le représenter, la pensée pratique une sorte d’ἔποχη : elle met entre parenthèses la personnalité concrète des acteurs, avec leurs intérêts dans l’immédiat et le quotidien. Elle ne prend pas non plus explicitement en considération l’élément proprement éthique dans lequel cependant elle a pris naissance, dont elle se nourrit et auquel elle sait ne pouvoir renoncer sans se détruire. La situation sur laquelle il s’agit de se prononcer est réduite ainsi aux seuls éléments qui permettent d’y intervenir sans violence ni arbitraire, au nom de la communauté des hommes libres. La loi ou l’arrêt ne pourront donc pas, on l’espère, servir de prétextes à de nouvelles vexations. Sera rétabli au contraire le processus d’échanges que la violence avait interrompu. Dans les enceintes où se dit le droit, le réel est suspendu, ramené aux conditions les plus formelles d’une discussion pratique, à l’essentiel de cet acte de langage qui permet que raison soit entendue, en vue de l’action.

22Cette description présente le droit comme une analyse transcendantale, qui tente de dégager, à partir d’un conflit concret, les conditions pratiques a priori de résistance à la violence. Transcendantal veut dire : une analyse menée dans le champ que déterminent les relations entre le subjectif et l’objectif, chacun y apparaissant comme un potentiel, en puissance de lui-même dans la mesure où il est déterminé intentionnellement et formellement par l’autre.

23En d’autres termes, il s’agit d’exercer la raison pratique en prenant conscience que ses limites internes ne dévaluent pas son action, mais lui donnent de laisser être même le non-rationnel, tout en résistant à la violence. Sans lui être physiquement extérieures, les limites de la raison ne deviennent pas pour autant ses structures absolues, comme tend à le penser l’idéalisme spéculatif. Lorsque le droit s’efforce de définir le raisonnable en chaque point où la violence risque de l’emporter, il prend acte de la non-omnipotence de la raison, en l’ouvrant aux chances incalculables de non-violence que pourrait recèler l’irrationnel voire le non-raisonnable. Au juriste pourrait donc convenir le propos qu’Héraclite adressait d’abord au philosophe : « S’il n’espère pas l’inespérable, il ne le découvrira pas, car il est indécouvrable et sans accès » (B 18).

24Parler d’espérance n’est-ce pas cependant renoncer à la rigueur formelle sans laquelle, avions-nous dit, le droit risque de n’être lui-même qu’un autre visage de la violence ? Non ; parce que le formalisme transcendantal n’est pas un vide intemporel. La relation entre le subjectif et l’objectif dont il s’agit ici ne saurait fonder nul échange de paroles ni de rôles si elle définissait, par impossible, un espace totalement abstrait, où des positions s’inverseraient sans aucun mouvement. Ne peut vraiment se mettre à la place d’un autre et parler en son nom qu’un être conscient d’appartenir au même temps, à la même histoire.

25Une réflexion de ce type a-t-elle encore le moindre intérêt pour la vie réelle du droit ? Ou bien n’est-elle, au mieux, qu’un exercice d’école repérant des analogies entre la méthode phénoménologique et une sorte d’abstraction, peu soucieuse de se légitimer, extrayant certains schèmes généraux du processus concret d’élaboration du droit ?

26Je pense au contraire qu’une analyse comme celle qui précède est exigée par le développement de l’appareil juridique dans nos sociétés et spécialement par l’apparition d’un droit de l’environnement. Ce dernier « objet » de nos législations les oblige d’abord, il est vrai, à réagir d’urgence et cas par cas aux problèmes et aux besoins. Mais pour demeurer conforme à son essence juridique toute action en ce domaine est amenée à s’interroger sur les fondements du droit. Non dans le but de tracer d’avance le plan de tout code qui prétendrait légiférer dans l’avenir sur l’environnement. Mais afin de maintenir l’agir juridique dans le champ de son universalité et de son impartialité propres, celui du refus de la violence comme norme des rapports sociaux.

Environnement et anthropocentrisme

27Pourquoi plus que tout autre objet l’environnement repose-t-il sans cesse le problème des fondements ?

28Ce qui précède a déjà préparé la réponse et indiqué comment je propose de l’articuler : il s’agit en somme de préciser à quelle condition demeure pensable l’impartialité du droit dans l’hypothèse où l’un des trois rôles de législateur ou de juge, de demandeur, d’accusé serait tenu par ce que désignent les mots relevant du réseau sémantique où figurent nature et environnement.

29Cette formulation exclut de traiter le sujet de droit en question de façon anthromorphique. Un chêne inamovible, un chat héritier, un cheval propriétaire, un hippopotame détenteur d’un droit de pêche ou de pâturage, une planète reconnue sauvage ou inviolable ne relèveraient pas de nos juridictions en vertu d’un simple élargissement du droit civil, par une sorte d’analogie de proportionnalité ! C’est en vertu de l’appartenance au domaine du non-humain, seul « sujet » proprement reconnu, que les étants « naturels » pourraient être accusés ou revendiquer des droits.

30A cet égard, le choix du mot environnement pour désigner cet ensemble articulé n’a pas été sans soulever l’objection d’être guidé par un anthropocentrisme d’autant plus dangereux qu’il serait inaperçu : il ne s’agit pas en effet de ramener à un quelconque avantage ou profit pour l’homme les droits de ces créatures dont il est incapable le plus souvent de comprendre le mode d’existence.

31Un refus aussi radical de mettre l’homme au centre du processus exclut, dira-t-on, toute possibilité de poser le problème d’un droit, phénomène humain s’il en est. Du moins n’y aurait-il pas lieu d’envisager plus que des règlements à l’amiable ou des mesures éventuelles de police cas après cas.

32Mais alors pourquoi admettrait-on par ailleurs qu’un tribunal international se prononce sur des litiges opposant deux Etats sans aucune frontière commune ? Serait-il impensable d’élargir la notion d’étranger au point qu’elle permette d’articuler la relation entre deux règnes, l’humain et le non-humain, dans un espace-temps autre que strictement territorial ? Sans doute en pareil contexte nos législations en viendraient-elles à définir des obligations incombant à l’homme beaucoup plus que des droits ; quant aux droits du non-humain, ils ne pourraient être précisés qu’à l’usage, en constatant comment leur détenteur les exerce régulièrement dans sa manière d’être. Cette objectivité à l’égard de l’environnement ne serait pas simplement identique pourtant, nous le verrons, à celle des lois énoncées par la physique, ni même à celles d’autres sciences de la nature.

33Malgré les arguments sur lesquels elle s’appuie, la méfiance concernant l’usage juridique du concept d’environnement peut être réduite quelque peu. En observant tout d’abord que l’environnement de l’homme n’est pas compris comme une sphère géométrique dont tous les points sont définis avec nécessité par rapport à son centre, à son rayon et à la constante π. Il s’agit ici de désigner la possibilité de rencontre des vivants, donc aussi des humains, avec le non-vivant. Ne pas supposer une dimension de ce genre rendrait incapable d’envisager un litige ou un accord entre l’homme et le non-humain. Le reproche d’anthropocentrisme doit donc être à tout le moins nuancé.

34Pour qu’une législation touchant ces matières fonctionne légitimement, il n’est nullement requis qu’elle soit élaborée du point de vue de Sirius. Il suffit — et peut-être est-il nécessaire — que soient admises les limites de la puissance humaine dans l’espace et dans le temps. Dans les questions concernant la conservation des espèces par exemple, le législateur est tenu, semble-t-il, par une cause implicite, à savoir qu’il n’entend pas se prononcer en droit sur la signification des disparitions massives d’être vivants qui ont jalonné l’histoire de la terre et qui pourraient dans l’avenir s’étendre à l’homme lui-même !

  • 1 Cf. Paul and Anne EHRLICH, Extinction : The causes and consequences of the disappearance of specie (...)
  • 2 Sur la pitié cf ARISTOTE, Rhétorique II, 1385 b 5 — 1386 b 6 ; S. THOMAS d’AQUIN, Summa theologiae (...)

35Certains auteurs fondent la politique conservationniste sur le sentiment de pitié et sur le sens esthétique1. L’affectivité qu’ils invoquent ainsi ne procède-t-elle pas davantage encore d’une conception purement anthropocentrique de l’environnement ? — Pas nécessairement. Le sens esthétique en effet découvre l’unité en train de se faire du sensible avec l’intelligible, il réinvente sans cesse la règle constitutive de significations symboliques. Pareille ouverture décentre l’homme : elle lui fait reconnaître qu’il n’est pas l’auteur absolu des normes ni de l’ordre du monde, si relatif que soit cet ordre. Comme l’a bien vu Schopenhauer, une expérience de ce style entretient des liens essentiels avec la pitié2 : avec cette misère que vit notre cœur devant la misère de l’autre, surtout si elle est due au hasard, si le mal l’atteint alors qu’il pouvait espérer tout le contraire, si enfin rien dans la victime ne mérite ces malheurs. Pareille pitié n’est nullement retour sur soi-même, ni comparaison regardante de mon état avec celui d’autrui. Elle est au contraire l’immédiateté de la fragilité partagée : la conscience que l’inégalité des conditions, si nécessaire qu’elle puisse être à l’articulation d’un tout ordonné, laisse irréductiblement subsister un reste de violence. Si la notion d’environnement est comprise dans son rapport à la pitié et au sens esthétique, elle ne sera plus anthropocentrée.

36Les conservationnistes que j’ai cités plus haut ajoutent à leurs arguments que préserver les espèces animales, c’est aussi s’assurer à long terme des avantages économiques non négligeables ; c’est enfin se défendre soi-même. — Ces propos peuvent également s’entendre comme des maximes de décentrement. Le dernier suppose en effet que l’homme apprend à se connaître à partir de ce qui est le plus éloigné de la conscience. Quant aux avantages à long terme d’une gestion plus écologique de notre planète, les résultats de la politique opposée ne suffisent-ils pas à convaincre que le maître et seigneur de la nature n’est en réalité qu’un apprenti sorcier ? Mais ce ne serait diminuer en rien la tenue scientifique de l’économie que d’y introduire des modèles davantage inspirés de l’éthologie et des sciences préoccupées des équilibres biologiques, voire des sciences qui prennent en compte le très long terme, comme la géologie. Autrement dit : même si la notion d’environnement met en évidence l’avantage de l’homme, elle n’en fait pas pour autant le centre des étants. A la condition toutefois qu’elle comprenne l’environnement comme l’articulation d’un divers qui n’a d’autre mesure que ce divers même en train infiniment de se constituer, de se mettre perpétuellement en ordre, en monde.

Environnement et patrimoine

37Ce processus incessant d’articulation doit-il être déclaré par le droit patrimoine de l’humanité, ou du moins en est-il une partie majeure ? Nul doute que l’idée d’un ensemble de biens transmissibles de génération en génération ne permette de justifier en droit l’intérêt qu’un citoyen ou un groupe de citoyens prend à maintenir l’environnement en bon état et même à l’améliorer.

38De plus défendre un patrimoine ne se limite pas à la protection matérielle des choses : leurs valeurs les plus diverses — affectives, culturelles, esthétiques, historiques, économiques, — peuvent s’inclure dans ce tout et doivent faire l’objet de nos sollicitudes. Plus exactement, les valeurs — ou le symbolique — ne sont pas seulement des aspects plus ou moins subjectifs de l’environnement, elles en forment l’unité. En droit et surtout devant une cour, ce sera sans doute la valeur économique qui retiendra l’attention. Au moins se présentera-t-elle, puisqu’il s’agit d’un patrimoine, non comme le fondement de l’intérêt à défendre, mais comme un élément d’une structure complexe qui en est inséparable.

39La raison de cette unité indissociable des diverses dimensions symboliques d’un patrimoine pourrait se trouver dans le caractère transmissible, c’est-à-dire temporel, de cet ensemble de biens. Si le passé des choses, même immémorial, se trouve ramassé en elles, leur avenir y est également présent dans le droit qu’ont d’avance les descendants à les recevoir, non seulement matériellement, mais en tant qu’éléments d’un processus de signification libre.

  • 3 B. PASCAL, Pensées, in Œuvres complètes, (L’intégrale), Paris, Seuil, 1963, p.528.

40Reste que, si le temps des héritages sera sans trop de peine pris en considération par le droit et les juges, il n’est pas sûr qu’il n’oblitère pas des aspects essentiels de l’environnement. « Le silence des espaces infinis m’effraie » tout comme le silence des temps mesurés maintenant par les paléotonlogistes, les géologues, les astronomes. Et sans doute, « toute notre dignité consiste en la pensée. C’est de là qu’il nous faut relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale. »3 Mais à bientôt quatre siècles de distance, si le roseau pensant veut travailler à bien penser, n’est-il pas mis en demeure de protéger ce qui l’écrase sans nulle conscience, tout autre chose donc que des biens familiers dont la propriété se transmet, tout autre chose qu’un patrimoine voire qu’un environnement ?

41En droit, travailler à bien penser mènera, entre autres, à définir le plus soigneusement possible les conditions d’impartialité à l’égard du non-humain. Dans la mesure où l’idée d’environnement et celle de patrimoine tiennent encore pour soumise aux plans et aux desseins de l’homme une réalité qui soutient avec lui un tout autre rapport, il s’imposera de les aménager.

Du patrimoine au sans mesure : la nature

42Ces considérations ne vont pas à interdire d’utiliser le titre Droit de l’environnement ! Elles suggèrent qu’il connote certains des traits qu’ont mis en lumière dans l’histoire de la pensée en occident les idées de nature et de monde, dans leurs relations avec celle de loi. Ce sont ces traits-là que nous tenterons de faire ressortir dans ce qui suit.

43Pour que l’usage du terme environnement soit adéquat à son objet en droit, il faut le délier d’attaches étroitement « conservationnistes ». L’homme et le monde physique se heurtent en effet très souvent en des situations telles que le cours des événements naturels doit être modifié par l’homme sous peine de graves dommages sinon de mort.

44Il faudrait à cet égard analyser en détail le phénomène de l’habitat qui se perpétue dans les régions régulièrement bouleversées par les éruptions volcaniques ou les ouragans, c’est-à-dire dans un environnement hostile, dont l’hostilité ne saurait être ni préservée, ni réduite à néant. Au moins le droit national et international contribue-t-il à mettre en place les instruments qui permettent d’assurer légalement et le plus régulièrement possible le dédommagement des victimes. Les associations et les fonds de secours ainsi constitués parlent-ils, pour une part au moins, au nom de l’auteur des dommages ? Représentent-ils le volcan, l’ouragan, la rivière accusés de répandre la ruine ? Ou bien s’agit-il d’assurances prises plus ou moins obligatoirement par les citoyens exposés à pareils aléas ? Quoi qu’il en soit, il est pensable que l’environnement — et particulièrement l’un de ses éléments hautement symboliques : volcan, mer, rivière, ouragan, — puisse faire l’objet d’une plainte et même d’une accusation. En effet les torts qu’il a causés, les excuses que son défenseur pourrait invoquer en son chef sont susceptibles d’une estimation selon les normes d’une législation. Dans la plupart des cas, il est vrai, seule l’importance des intérêts économiques en jeu motivera l’intervention des tribunaux. Bien des conflits pourtant semblent exiger que le droit élargisse son point de vue traditionnel. Déjà apparaît que la prévention de certaines catastrophes naturelles et surtout les tâches de reconstruction après les désastres relèvent globalement, selon l’opinion générale, d’une solidarité universelle et d’un secours international. L’adversaire cause de la violence est perçu comme gigantesque : ses dimensions quantitatives en modifient les qualités, les caractères d’être.

45Il en va de même, me semble-t-il, dans un autre conflit entre l’homme et la nature dans lequel les catégories habituelles du droit sont amenées à se critiquer en raison de la taille du glacier et de la montagne, qui paraissent d’abord dans le rôle d’accusé, puis dans celui de demandeur.

46Le lac glaciaire d’Arsine, au nord-ouest de la Barre des Ecrins, s’est formé vers les années cinquante. L’exutoire naturel situé au fond du lac a commencé de se boucher quelque trente années plus tard. Il fallait défendre les villages situés en contre-bas. L’administration départementale et les agences gouvernementales prirent des mesures pour assurer artificiellement l’écoulement du lac par voie de surface. Depuis le bouchage de l’exutoire et à la suite des travaux d’endiguement et de canalisation, le lac revendique un territoire aux limites sans cesse mouvantes.

47Affaire banale, dira-t-on : les instances concernées — département, région, gouvernement — agissent comme propriétaires du terrain et prennent les mesures de conservation et de développement qu’impose une gestion responsable... en bon père de famille !

48Voire ! Les travaux ont été décidés à la suite d’une catastrophe meurtière déclenchée au Pérou dans des circonstances identiques, à la situation géographique près. Cette motivation révèle les véritables dimensions de l’environnement contre l’hostilité duquel on s’est prémuni en raison de ses méfaits antérieurs : il s’agit de la terre, des mouvements de son écorce selon des rythmes appréciables seulement en millions d’années. Sans doute suffit-il à toute fin pratique de traiter telle ou telle instance administrative en propriétaire des terrains litigieux. En toute rigueur cependant n’appartiennent-ils pas au glacier, à la nature, dans la mesure où les hommes lui versent une redevance pour les occuper, sous forme d’aménagements et de précautions diverses ? Les travaux entrepris n’auront de chance d’être adaptés que si les ingénieurs s’appliquent à reconnaître et à respecter les contraintes imposées par le sol, c’est-à-dire par la nature tout simplement.

49Suffit-il de spécifier : le droit de propriété comporte des limites imposées par la nature de l’objet ? Il n’en resterait pas moins que la dimension gigantesque de l’objet interdit d’élargir simplement, pour règler les conflits qu’il suscite, des notions adaptées aux conditions normales de la géographie administrative ou politique. De plus, dans un massif adjacent les associations et les agences de défense de la nature ont obtenu que soit refusée à l’administration l’autorisation de fermer une vallée en y construisant un barrage. N’est-ce pas dès lors la nature elle-même, en position d’accusée ou de demanderesse, que l’homme rencontre « en personne » lors de pareils conflits ? N’est-ce pas cette nature qui lui fait subir des violences ou qui au contraire en subit de sa part ? Et les dimensions de cet agent juridique n’imposent-elles pas aux droits des administrations qui s’en déclareraient propriétaires des spécifications telles qu’une compétence de regard et même de gestion doive être reconnue à des personnes juridiques — nationales ou internationales — dont l’intérêt avéré pour l’environnement ne relèverait pas seulement ou pas du tout de l’économie ?

  • 4 Peut-être ce caractère ne resterait-il pas étranger aux autres domaines du droit : même si son inc (...)

50A supposer la nature en position de demanderesse ou d’accusée, il apparaît donc que le droit doit considérer l’immensité, le sans-mesure comme la dimension spécifique des conflits dans lesquels l’homme peut se trouver engagé face à la nature4. La construction juridique d’une nature qui soit un sujet de droit ne saurait se contenter de transposer à une plus grande échelle le modèle habituel de la personnalité. Il faut passer à un autre ordre, celui des conditions ultimes, celles qui subsistent indépendamment du fait qu’il existe ou non quelque chose, pour parler comme certains médiévaux.

51Mais définir l’immensité comme condition ultime, n’est-ce pas réduire à rien le propos d’instituer l’égalité formelle en critère d’universalité et d’impartialité du droit ? Et n’est-ce pas renoncer d’emblée à l’idée d’un système du droit, du droit de l’environnement à tout le moins ? C’est en effet sur l’égalité formelle des parties en cause que repose la possibilité d’échange et de représentation dans la cohérence d’une structure juridique. Le sans-mesure rendrait donc vaine, priverait de fondement, toute tentative de donner la parole en justice aux plantes, aux animaux, à la mer voire aux corps célestes.

52Or en fait des juristes ont plaidé pour des étants non humains ou légiféré à leur sujet. L’efficacité plus ou moins grande de pareilles démarches n’a pas compromis tout progrès possible de l’idée de droit, comme le ferait la reconnaissance par un parlement ou par un tribunal de propositions juridiquement contradictoires en elles-mêmes. Faudrait-il donc admettre que le droit de l’environnement met en œuvre actuellement des principes existant depuis que le droit est droit, mais qu’il n’avait pas été nécessaire d’expliciter jusqu’ici ? Ou bien faut-il renoncer à toute unité systématique du droit ?

53En droit comme en morale, l’unité systématique s’atteste pratiquement. Sans nier donc que l’usage d’un critère d’immensité ne puisse éclairer spéculativement la théorie dont se soutiennent des jugements ou des arbitrages déjà rendus, aucune reconstruction, aucun passage à un autre ordre ne serait acceptable, sous peine d’incohérence, sans un prudent pragmatisme.

54Ainsi est précisé le cadre dans lequel nous devons examiner le dernier aspect de l’universalité de la loi, dans un processus où la nature est l’un des partenaires égaux : la possibilité pour l’immense d’être juge ou législateur.

La nature dans la fonction de juge ou de législateur

55L’expérience quotidienne n’exclut pas de voir comparaître en cour un membre du pouvoir législatif ou un magistrat, tant au titre d’accusé qu’à celui de plaignant. Dans la mesure du reste où l’un et l’autre, en comparaissant, se reconnaît obligé par la loi, il ne cesse de participer quelque peu, sinon à la fonction judiciaire, du moins au pouvoir législatif. L’égalité formelle devant la loi est ainsi respectée : les rôles des trois parties peuvent être éventuellement intervertis, l’universalité de la loi joue pleinement.

56Par ailleurs, le monde moderne oblige à ne plus considérer le rapport des animaux au droit du seul point de vue des nuisances éventuelles que la propriété d’un chat ou d’un perroquet peut engendrer dans le voisinage. Nous découvrons de plus en plus clairement qu’il est utile de voir la nature représentée en tant que partie demanderesse ou défendue comme accusée. Nous nous habituons à la voir représentée dans un rôle de législateur : certains d’entre nous votent pour les Verts. Il n’est pas inimaginable non plus qu’une institution internationale légifère au nom de la nature : une sorte de ministère public mènerait en son nom l’accusation et en son nom encore jugement serait rendu. A défaut de pareille instance, la jurisprudence en train de se constituer dans de nombreux pays n’a-t-elle pas déjà des caractères communs tels qu’il faille reconnaître aux diverses législations une portée plus que locale voire une même origine ? A travers les arrêts rendus et les arguments avancés jusqu’à présent, une opinion commune ne se dessine-t-elle pas, qui pourrait représenter un propos et une volonté de législation de l’immense nature, dépassant ainsi les seuls besoins et avantages des hommes ? Mais la dimension d’immensité ne rend-t-elle pas inimaginable, voire contradictoire, de voir pareil législateur obtempérer à une citation à comparaître ?

57Mais à part le plaisir diversement appréciable de flirter avec le délire, quel bénéfice peut-on trouver, demandera-t-on, à concevoir la nature dans le rôle, éventuellement interchangeable, du juge ou du législateur ?

58L’exercice permet de préciser trois aspects d’une législation dont l’auteur serait immense. Il fait voir d’abord ce qui la rendrait tyrannique. Il écarte ensuite une idée de la loi et de la nature dont le droit, non content d’y prêter l’attention critique qu’elle exige, pourrait être tenté d’accepter le prestige : la représentation de la nature et de la loi que se fait, non pas tellement le professionnel des sciences, que l’opinion cultivée à partir des recherches passées et actuelles en physique et en sciences naturelles. En troisième lieu, cette expérience de pensée peut éclairer les tâches actuelles du droit à l’égard de la nature en comparant notre problématique à celle que développe Aristote en utilisant l’opposition entre φύσις et νόμος, d’un côté la nativité, l’acte même de ce qui est en train de naître et, de l’autre, la mise en ordre du divers dans le temps par expérience commune.

Un immense tyran ?

59L’existence d’institutions internationales proclamant au nom de la nature une législation, acceptée en principe par tous le gouvernements, et assortie d’un appareil judiciaire adapté ne suffirait pas à garantir la légitimité du système. Qu’en serait-il, par exemple, du juge ? N’aurait-il pas à interpréter des textes émanés d’un pouvoir à l’instauration et à la constitution duquel lui-même, ses ancêtres et ses descendants auraient été et resteraient absolument incapables de participer... par nature ? Serait-il plus que l’envoyé d’une toute-puissance lointaine, au mieux d’un divin maître ? Pour que le code ne se réduise ni à une réglementation totalitaire, ni à une écriture sainte, il faut que soit spécifié quel mode de participation au pouvoir législateur immense convient aux autres parties en cause, c’est-à-dire aux humains. Supposons, par exemple, que le tribunal que nous imaginons satisfasse aux conditions juridiques assurant sa compétence sur tout le « territoire » de la planète, il serait encore nécessaire de marquer la possibilité de réforme propre à ce genre de jugement : eu égard à l’immensité du « territoire » sur lequel l’autorité du législateur s’exerce, pour un temps dont l’origine et le terme échappent à toute prise commune, la validité des lois, telles que peut les connaître le juge, serait compromise si ces limites n’étaient explicitement reconnues. Sans de pareilles clauses, on entrerait pratiquement dans un système tyrannique ; ce qui, on le sait, reste une tentation constante pour l’homme.

Immensité de la nature et nécessité de ses lois

60Pour construire, en évitant le totalitarisme, l’hypothèse d’une nature législatrice dans le sens juridique de ce terme, n’est-il pas indiqué de demander aux sciences les énoncés fondamentaux et même axiomatiques du système dont il s’agirait ?

61Les lois qu’énoncent la physique mathématique et les sciences qui y sont directement liées semblent bien présenter des normes auxquelles se conforment tous les étants observables à travers le temps et l’espace. Ainsi en serait-il des interactions fondamentales. Gravitationnelle, électromagnétique et radioactive, ou encore nucléaire, ces forces suffiraient à expliquer l’ensemble complexe des phénomènes physiques et à déduire le détail de leurs lois. Il ne serait pas dépourvu de sens d’affirmer que les êtres matériels obéissent à ces normes, ni même que celles-ci octroient certaines possibilités d’agir à tous ces étants en garantissant leur égalité devant la loi. Outre cette universalité et cette impartialité, les lois physiques présenteraient un autre caractère éminemment naturel : elles sont en effet intérieures aux étants et à tel point que le non-respect de ces principes entraînerait ipso facto la mort du réfractaire. Il s’agirait-là d’une sanction analogue à celle que le Droit Canonique appelait latae sententiae, l’acte criminel étant immédiatement porteur de sa condamnation et de la sanction appropriée. Des règles aussi fondamentales sont censées émaner de la totalité comme telle — sociale ou naturelle — mais elles appartiennent également à la spontanéité essentielle de chacun des êtres singuliers qui participent à ces ensembles. Les pollutions graves que nous avons connues et que nous connaissons encore ne sont-elles pas des offenses contre des lois de ce genre ? Et ne conviendrait-il pas, par conséquent, d’intégrer au droit quelques-uns des principes fondamentaux de la science ?

62Cependant une législation naturelle ne traduit pas son caractère d’immensité par le seul fait que sa nécessité est condition interne de la vie de ses sujets. Les voyages autour de notre planète et sur la lune, l’exploration commencée du système solaire font découvrir davantage sa dynamique propre : tous ces principes d’action sont en même temps principes d’articulation. L’amplitude des possibilités d’agir reconnues à chacun par la loi s’étend maintenant à des parties de territoire estimées d’abord hors des prises de l’homme. Et certains comportements, telle la vie en apesanteur, qui paraissaient à première vue des défis suicidaires aux lois fondamentales, s’avèrent en être des applications. Ainsi l’immensité même de la nature ne soumet pas seulement ses sujets à une nécessité dont seule celle de la logique formalisée et des mathématiques donnerait une idée : elle les ouvre à une unité souple dont la complexité est comme l’expression et chaque élément singulier est une nouvelle possibilité de mouvement pour l’ensemble.

63Mais considérons d’abord ce qu’entraîne une nécessité des lois de la nature de conception censément physicienne. Le caractère d’immensité de la nature garantirait l’égalité et l’universalité de la loi et il trouverait son expression la plus adéquate dans l’objectivité de la théorie. Les lois seraient celles d’un enchaînement infini, tel qu’à toute loi logique correspondrait nécessairement un enchaînement dans les choses : l’univers réaliserait en dur un logiciel, dont nos formalismes n’exprimeraient à jamais que des parcelles infimes, mais rigoureusement nécessaires.

  • 5 Cité par George PLIMPTON, Death in tbe Family, in The New York Review of Books, (XLV), 1993, n° 5, (...)

64Cette conception de l’immensité est particulièrement exposée à transformer la nature en un réservoir d’énergie ou en un champ de déploiement des possibilités techniques. C’est ainsi que la considère, dirait-on, l’association Wise Use aux Etats-Unis. Son agenda 19895 demandait par exemple « qu’il soit permis d’abattre, sur le territoire des forêts nationales, toutes les forêts en mauvais état, qui y consomment de l’oxygène, et de les remplacer par des arbes jeunes afin d’éviter le réchauffement global » ; il faudrait encore, pour les mêmes sages usagers de la nature, punir au civil tous ceux qui contestent en justice l’activité économique et le développement sur les terres fédérales, et il s’impose de « retirer toute protection aux espèces non-adaptatives » ! A écouter pareilles requêtes, on en vient à penser qu’elles prétendent défendre devant les cours américaines des droits légitimes de la nature. L’environnement se porterait demandeur chaque fois que l’action de l’homme ralentirait l’utilisation des énergies que les théories formelles permettent de maîtriser. Il est difficile cependant de décider si les auteurs du texte se considèrent comme les avocats de leur client molesté ou bien comme les procureurs d’une législation tellement immense qu’elle en serait tyrannique.

65La faiblesse de pareilles thèses apparaît de plus en ceci que jamais la nature ainsi réduite ne pourrait faire figure d’accusée. En effet la totalité est, en vertu de son immensité, intérieure à l’essence de tout élément singulier. Toute contradiction par rapport à une norme naturelle, à un algorithme du logiciel, provoquerait soit un blocage, soit l’annihilation du système.

  • 6 Dans un ordre d’idées analogue, A.SCHOPENHAUER, Die Welt als Wille und Vorstellung, II, Kap.44, mo (...)

66Le néant supprime évidemment toute question. Quant au blocage, il renvoie à la possibilité que l’incalculable recèle des ressources provenant comme d’un autre monde, ou du moins d’un monde dans lequel l’actuel partenaire de la nature n’a pas ou n’a plus de rôle à jouer. Est-ce un pareil blocage qui s’est rencontré déjà dans les évolutions régressives, telle celle du tigre aux dents de sabre, disparu d’être suréquipé : ses terribles dents ne lui permettaient plus d’ouvrir la bouche. Une déficience analogue est-elle en train de se manifester dans l’espèce humaine ? L’incapacité croissante à donner au problème de la surpopulation6 une réponse qui tienne compte à la fois des critères les plus élevés de la moralité — l’apanage évolutif le plus marquant de l’homme — et de la complexité des impératifs biologiques — croissez et multipliez ! — n’indique-t-elle pas qu’a commencé déjà, au cœur de la prolifération, la disparition de l’espèce ? Après quelques centaines de millénaires seulement, une contradiction dans l’algorithme règlant le développement du genre humain sortirait-elle enfin tous ses effets ? Ah ! vraiment marâtre nature Puisqu’une telle fleur ne dure Que du matin jusques au soir ! Mais la plainte de Ronsard rend évident, par contraste, que la raison ne saurait envisager aucun processus de dédommagement s’il s’avérait que l’homme est voué à disparaître. Tout au plus celui-ci peut-il retarder l’échéance — en ralentissant par exemple le réchauffement de la terre, dont son industrie est la cause. Quant à la nature, elle a toute chance de résorber à long terme les effets catastrophiques, tel l’anéantissement de notre espèce, que provoquerait notre incapacité à dominer les conséquences physiques et morales de notre évolution.

La nature, bon administrateur

67Il est cependant une autre manière d’envisager les conséquences de l’immensité, nous l’avons suggéré.

  • 7 ARISTOTE, De la génération des animaux, B 6, 744bl6 : ὥσπερ οἰκονόμος άγαθός ἡ φύσις ούθὲν άποβάλλ (...)

68L’immensité rend la nature, totalité des étants en devenir, peu distincte du divin. En chaque étant singulier, serait aussi nature la part du divin qui constitue sa réserve propre d’agir et de développement dans la totalité. De la nature dans le premier sens, Aristote dit : « de même qu’un bon administrateur, la nature a coutume de ne rien rejeter de ce dont il est possible de tirer quelque chose d’utile7 ».

69La figure de l’administrateur, de l’économe, mérite notre attention. Il règle l’acquisition et l’usage des biens dans la maison familiale ou dans la cité. Dans le second cas, il agit selon les normes d’une des quatre « constitutions » qu’Aristote prend en considération, monarchique, tyrannique, oligarchique ou démocratique. Mais que son rôle soit politique ou simplement privé, sa tâche le confronte à la technique des affaires, qui devait apparaître nécessairement dans les communautés plus complexes, où le simple troc ne peut plus suffire à restaurer l’autarcie naturelle. Cette chrématistique, œuvre de raison, se divise en deux branches : Tune s’occupe de la qualité de la vie, de la santé, de l’approvisionnement, l’autre vise à accroître sans fin l’enrichissement. La première, qui porte en elle-même sa limite, est dans la ligne de la nature κατὰ φύσιν et on lui donne le nom d’économie. La seconde, art et technique du commerce, exploite la possibilité de tout estimer en monnaie ; par conséquent elle ramène à un enrichissement de type financier toute question de propriété ou d’acquisition des biens ; la possibilité indéfinie d’accroissement, tel est son objet et ce à quoi elle tend à réduire tout étant.

70L’économe gère ce qu’il reçoit de la nature, ainsi que le politique utilise les hommes qui sont naturellement prêts à réaliser ses desseins ou ceux de la communauté. La nature considérée comme administrateur ne dispose donc pas d’un droit d’initiative absolue : toujours elle a déjà commencé de recevoir les biens qu’elle gère, ou à gérer les biens qu’elle a reçus et qu’elle peut éventuellement accroître :

  • 8 ARISTOTE, Politique, I, III 8, 1256 b.

« Il y a donc un type d’acquisition conforme à l’ordre de la nature qui est une partie de l’économique, en sorte qu’il faut ou bien qu’existe déjà, ou bien que la technique fasse qu’existe déjà une réserve des biens nécessaires à la vie et profitables pour la communauté de la cité ou de la maison. Et il y a tout lieu d’admettre que la véritable richesse est constituée de ces biens-là. En effet, dans la perspective de la vie bonne, la liberté d’approvisionnement en ces matières n’est pas sans limite, en dépit du vers de Solon disant que « de la richesse nulle borne n’a été révélée aux humains. » Car il y a une limite, comme en toutes les autres techniques. En effet l’outil illimité n’existe en aucune technique, ni en nombre, ni en étendue, tandis que la richesse, c’est un grand nombre d’outils pour l’homme d’Etat ou pour l’administrateur. Qu’il y ait, pour l’administateur et l’homme d’Etat, une technique d’acquisition conforme à la nature, et quelle en est la cause, c’est maintenant évident. »8

71Ce modèle aristotélicien est celui d’une nature dont les ressources demandent à être gérées, car elles ne sont pas illimitées et elles sont subordonnées à une fin déterminée, qui est d’ordre spirituel.

  • 9 ARISTOTE, Politique, I, III 12, 1257 a.
  • 10 ARISTOTE, Politique, I, III 22, 1258 a.

72Selon l’ordre de la nature en effet l’homme reçoit tout à la fois trop peu de certains des biens suffisants à ses besoins et trop de certains autres d’entre eux9. Par l’échange, il peut acquérir ce qui lui manque. S’il se met, non seulement à échanger, mais à commercer et à y trouver un profit pécuniaire, il faut que celui-ci, demeure orienté par le bien vivre, par la vie éthique. La gestion économique, si elle fait bien partie elle aussi de la technique des affaires, n’est absolument pas technique d’acquisition de l’argent : elle doit assurer en premier lieu à tous les membres de la communauté une alimentation suffisante ; c’est là son œuvre propre, comme c’est l’œuvre de la nature de nourrir ce qu’elle engendre10.

73Dès lors la nature en tant qu’administrateur ne dispose pas d’un outil sans limite, pas plus qu’aucun artisan n’en dispose dans sa spécialité. C’est qu’un outil illimité serait destiné à faire littéralement n’importe quoi. Or l’action qui produirait n’importe quoi ne serait plus une action singulière, assignable à tel agent. L’illimité, l’ἄπειρον, n’est pas susceptible d’être considéré, fût-ce métaphoriquement, comme l’auteur d’un εργον.

74Bien qu’ils aient découvert et manié plusieurs des méthodes du calcul infinitésimal, les Grecs demeuraient quelque peu perplexes concernant le statut de certains irrationnels, telle la mesure de l’hypothénuse, la racine carrée de 2. C’est que l’illimité fait l’objet, de leur part, d’un refus total, parce qu’il est synonyme d’indétermination ontologique : une possibilité pure, mais qui existerait réellement, sans la moindre forme. Elle ne pourrait que se répéter dans son indétermination. Du coup, il serait impossible de savoir si c’est bien le même qui se répète : Sosie n’aurait même plus à s’étonner de rencontrer Mercure sous ses propres traits !

75Or le texte de la Politique, si nous lisons bien, rapproche de cette absence absolue de détermination un caractère ambigu du commerce et du mode purement financier de l’enrichissement : l’accumulation de l’argent serait menacée de perdre toute signification, si elle ne s’articule pas aux autres modes d’acquisition, à ceux dont la nature et l’administrateur s’offrent l’un à l’autre un modèle. En tout premier lieu, elle doit demeurer subordonnée à une économie dont la fin est la vie bonne, pas simplement la survie, si prospère fût-elle. Supposer que la nature pourrait prospérer de cette manière, à savoir par répétition d’un identique mais sans la moindre singularité vraie, ce serait lui refuser toute possibilité de former une totalité articulée, ce serait la définir exclusivement par le calculable, au sens le plus étroit du terme.

  • 11 Cf ARISTOTE, Politique, I, III, 16-19, 1257 b — 1258 a.

76Aristote admet en effet que toute fin — la richesse financière pour le commerce, la guérison pour la médecine — est à la fois borne d’une activité, ce qui en définit le cours, et susceptible en elle-même d’un développement illimité, si elle ne s’intègre pas un système, dont le terme premier et suprême est l’esprit, la plénitude de l’acte. L’administrateur est ainsi, sans avoir à être médecin, intéressé au rôle, à la place, à la qualité de la médecine dans la communauté. Et le développement, en soi illimité, des réalisations médicales est dépourvu de sens s’il ne s’articule à ces autres richesses, limitées, gérables, dont dispose l’administrateur, que ce dernier soit un homme ou bien la nature11.

  • 12 ARISTOTE, De Coelo, β 5, 288 a : « ἐκ τῶν ἐδεχομένων, ἐκ τῶν δυνατῶν τò βέλτιστον. »
  • 13 ARISTOTE, De la génération des animaux, α 4, 717 a 15.

77Autrement dit, celle-ci comprend en sa totalité, non pas l’absolument excellent, mais « le meilleur de ce qui se trouve, (de ce qui est acceptable), de ce qui est possible12. » Elle opère, dit ailleurs le Philosophe13, « soit en vertu du nécessaire, soit en vertu du meilleur possible. » On est tenté de comprendre : certains domaines de la nature seront accessibles à des méthodes déductives de type cartésien, d’autres à un empirisme de type baconien. Et la synthèse ne peut procéder que d’une pensée oekonomique, une pensée du meilleur relatif, du plus acceptable.

Immensité, finalité, désordre.

78Pour suggestive que soit la métaphore du bon administrateur, ne contredit-elle pas d’emblée cependant l’idée de l’immense, du sans-mesure, d’une totalité appartenant à un ordre qualitatif autre, en vertu de la démesure même du quantitatif qui la constitue ? De plus, sous ses aspects raisonnables, la métaphore n’est-elle pas liée à une métaphysique qui rapporte totalement la nature à l’homme : que l’esprit soit inclus dans la totalité, à titre de fin ultime immanente, ou qu’il trace la limite du développement jamais achevé de la vie, l’homme ne demeure-t-il pas le seul des étants à saisir la finalité de ce monde destiné à être compris par lui ?

79L’immense n’est nullement l’ἄπειρον, même pas l’ἄπειρον d’une fin limitée mais jamais satisfaite de s’accomplir. La dimension dont il est question ici, c’est celle qui doit, par exemple, maintenir ouvertes et en transformation nos systématiques en botanique et en zoologie, celle aussi où se situent des événements qui rendent présente au milieu de notre quotidien l’appartenance de notre planète à une histoire cosmique. Si l’ornithorynque doit un jour être protégé, si une région d’Asie pouvait un jour réclamer des dommages pour des dégâts dus à l’explosion, voici huit ans, du Mont Sainte Hélène dans le Nord des Etats-Unis, ne faudrait-il pas tenir compte de l’immensité de la nature, pour que les jugements rendus dépassent le stade du bricolage et des considérations étroitement pécuniaires ? De plus, l’analogie de la gestion prudente, qui convient pour des ressources limitées et des populations très variées, loin de supprimer ou d’oblitérer le sans-mesure, ferait apparaître la complexité de la nature vivante comme susceptible d’être représentée par un avocat, sans trouver du coup ses intérêts réduits à la production et à la dépense de réserves d’énergie intégrables à des projets purement humains.

  • 14 ISAIE, 55,8 : « Non enim cogitationes meae, cogitationes vestrae : neque viae vestrae, viae meae, (...)

80Ainsi l’idée du sans-mesure oblige-t-elle à revoir, une fois de plus, celle d’une finalité de la nature. Les Grecs nous en offrent la possibilité puisque, pour eux, ce qui est par excellence comme un objet de désir, l’Acte pur de Penser, est cependant au-delà de toute finalité : il n’est nullement providence, encore qu’il assure une cohérence du tout, il n’est aucunement atteint par ce qui constitue la vie de l’homme, ni des autres étants, matériels ou divins. Ce serait donc demeurer dans leur perspective que d’envisager un plan, une orientation de la nature, mais en affectant toute proposition qui appartiendrait à ce registre du discours d’une clause : toute chose étant immensément inégale par ailleurs, parce que la Raison en elle-même, l’Acte pur, échappe à toute saisie ! Sans tenir compte de cette tout autre dimension, comment dire le droit, par exemple, en législateur ou en juge, dans le cas où seraient en cause une série de séismes le long d’une faille tectonique. Il est possible de déterminer des normes obligatoires concernant la construction d’immeubles, il est souhaitable de constituer des fonds de secours. Mais il ne faudrait pas légiférer comme si, envisageant le nécessaire et l’acceptable, nos mesures parlaient au nom de la Raison ultime. Viae vestrae non sunt viae meae14 dixit... Domina Natura ! Aussi lorsqu’il lui prête sa voix, le droit doit-il laisser percevoir, comme le lieu d’un immense écho, la distance qui subsiste entre les fins ou le sens de la vie selon la nature et le sens ou les fins de la vie selon la liberté de l’homme.

  • 15 PLATON, Gorgias, 507 e - 508 a, (traduction A. Croiset).

81Car tel est bien l’enjeu que le droit de l’environnement découvre et accroît en se formant. Ce monde est-il celui de l’homme...« dont les savants affirment », nous dit Socrate, « que le ciel et la terre, les dieux et les hommes, sont liés ensemble par l’amitié, le respect de l’ordre, la modération et la justice15 » ? Ou bien faut-il admettre que règnent, comme le voulait Calliclès, l’άκοσμία et l’άκολασία, l’absence d’ordre et de règle ? Notre époque apprend que la dignité de l’homme ne consiste pas à s’en remettre aveuglément à une puissance qui le dispenserait de sa liberté. Et elle ne s’attend plus à ce qu’un jour tous les comptes soient définitivement clos. Mais est-elle capable d’apprendre aussi à saisir et à comprendre, dans la vie même de la nature et en ses dimensions à elle, une amitié, une modération, un respect de l’ordre qui, sans être des manifestations immédiates de la Raison première, n’en sont pas moins de raisonnables raisons de se tourner vers le sans-mesure et de marquer sa place dans la communauté des hommes ?

Notes

1 Cf. Paul and Anne EHRLICH, Extinction : The causes and consequences of the disappearance of species, New-York, Ballantine, 1981. (Cité d’après George PLIMPTON, Death in the Family, in The New York Review of Books, (XLV), 1993, n° 5, p.32).

2 Sur la pitié cf ARISTOTE, Rhétorique II, 1385 b 5 — 1386 b 6 ; S. THOMAS d’AQUIN, Summa theologiae, 2a 2ae, q.30, a.1 ; Arthur SCHOPENHAUER, Die Welt als Wille und Vorstellung, § 67 ; Die beiden Grundprobleme der Ethik, §§ 16, 18, 19, 20.

3 B. PASCAL, Pensées, in Œuvres complètes, (L’intégrale), Paris, Seuil, 1963, p.528.

4 Peut-être ce caractère ne resterait-il pas étranger aux autres domaines du droit : même si son incidence y était nulle pour l’immédiat, il ouvrirait cependant une perspective qui modifierait leur fonction dans le système juridique.

5 Cité par George PLIMPTON, Death in tbe Family, in The New York Review of Books, (XLV), 1993, n° 5, p.33.

6 Dans un ordre d’idées analogue, A.SCHOPENHAUER, Die Welt als Wille und Vorstellung, II, Kap.44, montre comment la pédérastie pourrait n’être pas « contre nature », mais conforme, au contraire, à une fin moins apparente de cette même nature.

7 ARISTOTE, De la génération des animaux, B 6, 744bl6 : ὥσπερ οἰκονόμος άγαθός ἡ φύσις ούθὲν άποβάλλειν εἴωθεν έζ ὧν ἔστι ποιῆσαί τι χρηστόν. — Le Philosophe compare encore la nature à l’artisan, à l’artiste, au politique, à un agent dont un principe important serait de ne rien faire en vain et dont l’aspiration est orientée vers le mieux.

8 ARISTOTE, Politique, I, III 8, 1256 b.

9 ARISTOTE, Politique, I, III 12, 1257 a.

10 ARISTOTE, Politique, I, III 22, 1258 a.

11 Cf ARISTOTE, Politique, I, III, 16-19, 1257 b — 1258 a.

12 ARISTOTE, De Coelo, β 5, 288 a : « ἐκ τῶν ἐδεχομένων, ἐκ τῶν δυνατῶν τò βέλτιστον. »

13 ARISTOTE, De la génération des animaux, α 4, 717 a 15.

14 ISAIE, 55,8 : « Non enim cogitationes meae, cogitationes vestrae : neque viae vestrae, viae meae, dicit Dominus. »

15 PLATON, Gorgias, 507 e - 508 a, (traduction A. Croiset).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search