Version classiqueVersion mobile

Sens et non-sens de la peine

 | 
Michel Van de Kerchove

Deuxième partie. Le sens de la peine au cœur de la pensée pénale. Conflit ou conciliation des paradigmes ?

Chapitre III. La réparation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

En un certain sens, l’idée de réparation est sans doute liée, dès ses origines, à la peine. Cette idée apparaît d’ailleurs encore dans l’affirmation courante selon laquelle le délinquant doit « payer pour son crime ». Cette idée de paiement n’a cependant de sens que si l’on présuppose que l’infraction commise a un caractère dommageable, qu’elle constitue une « offense » pour autrui ou pour la société et que cette offense doit être réparée par la peine qui constitue en quelque sorte le « prix » qui la compense et la « rachète ». C’est en ce sens que l’on a pu parler également, avec certaines connotations religieuses, d’une fonction « rédemptrice » ou « expiatoire » de la peine. Ainsi Brissot de Warville affirmait-il : « La peine est une expiation du crime par le coupable, qui a pour but de réparer le tort fait à l’intérêt général ou à celui des particuliers925. »

Il est évident, cependant, que cette forme originaire de réparation a un sens très particulie...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search