Version classiqueVersion mobile

Sens et non-sens de la peine

 | 
Michel Van de Kerchove

Deuxième partie. Le sens de la peine au cœur de la pensée pénale. Conflit ou conciliation des paradigmes ?

Chapitre I. La rétribution

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

L’idée que la peine puisse être associée à un paradigme rétributif est sans doute l’une des plus anciennes. Si les théories utilitaristes de la prévention ainsi que les doctrines de la défense sociale ont tenté progressivement de l’éclipser575, sa réapparition est relativement récente, comme l’illustre le développement aux États-Unis, au milieu des années 1970, du « justice model » ou de la théorie du « just desert » en matière pénale576.

Le paradigme rétributif – qu’on peut également qualifier de « punitif » ou « répressif » si l’on ne retient que le versant négatif de la rétribution – se fonde sur une certaine idée de la justice (ce qui explique notamment que de nombreux auteurs américains parlent actuellement en ce sens de « justice model ») qui veut que l’on considère le mal inhérent à l’acte constitutif de l’infraction et qu’on lui fasse correspondre un mal au moins symboliquement équivalent à titre de sanction, de la même façon que le bien inhérent...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search