Version classiqueVersion mobile

Sens et non-sens de la peine

 | 
Michel Van de Kerchove

Première partie. Le sens de la peine entre mythe et mystification

Chapitre III. Des mesures répressives aux mesures de sûreté et de protection. Réflexions sur le pouvoir mystificateur du langage

Note de l’auteur

Ce chapitre constitue, pour l’essentiel, la reproduction d’un article publié sous le même intitulé dans la Revue de droit pénal et de criminologie, 1976-1977, p. 245-279. Etant donné les modifications législatives intervenues depuis lors, nous y avons ajouté un « épilogue » qui tente, brièvement, d’évoquer les tempéraments que ces modifications apportent actuellement aux conclusions qui se dégagent de l’analyse de la législation antérieure.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Parmi les multiples pouvoirs du langage, il en est un auquel – parmi bien d’autres – le droit semble avoir été continuellement associé au cours de son histoire : c’est celui de la mystification, de la tromperie, du mensonge. Certains peuvent juger excessive l’affirmation radicale d’un auteur comme K. Stoyanovitch pour qui « le droit est un mensonge en tout état de cause et quel que soit son utilisateur, à quelque moment et en quelque lieu qu’il se trouve364 ». Nul ne peut nier cependant la place importante que la pensée juridique a toujours réservée à la fiction365, cette « altération consciente et voulue de la réalité366 », et par là même, au « mensonge367 ».

Sans doute, fera-t-on valoir que « la fiction ne se justifie que par la fin poursuivie368 », laissant entendre que la fin justifie ici les moyens. On dira que « les fictions sont ordinairement utilisées pour permettre à un droit vieilli de s’adapter aux changements quand il n’est pas possible de le...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search