Version classiqueVersion mobile

Sens et non-sens de la peine

 | 
Michel Van de Kerchove

Première partie. Le sens de la peine entre mythe et mystification

Chapitre I. Les mythes de la peine : naturalisation et contractualisation de la peine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

En évoquant le mythe de la peine, on pourrait être tenté de se focaliser sur sa fondation ultime, qu’elle soit de nature religieuse, comme le suggère la Genèse, ou qu’elle soit laïque, comme le suggère la tragédie grecque des Euménides. Nous pourrions également évoquer ses prétendues fins dernières, comme l’envisagent certaines prédictions marxistes ou durkheimiennes. Nous n’irons pas jusque-là et nous nous contenterons d’évoquer des mythes plus rapprochés qui concernent directement le fondement de la peine.

En ce qui concerne le fondement de la peine, il existe au moins deux apories fondamentales, que P. Ricœur a bien mises en lumière et que certaines représentations mythiques de la peine ont précisément pour objet de tenter de résoudre. La première réside dans l’introuvable liaison nécessaire entre ces « moments manifestement hétérogènes » que constituent le crime et la peine36. La seconde réside dans le fait que « le subir et le faire subir (de la pei...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search