Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

Nommer autrement : quelques tabous lexicaux

Henriette Walter

Texte intégral

1Donner un nom à un objet, à une notion, à un phénomène, c’est lui reconnaître une identité en permettant de le distinguer de tout autre objet, de toute autre notion, de tout autre phénomène, que l’on nommerait autrement.

Des noms univoques

  • 1 Walter (Henriette) et Avenas (Pierre), La mystérieuse histoire du nom des oiseaux. Du minuscule ro (...)
  • 2 Walter (Henriette), « Le latin des naturalistes, source d’un bilinguisme bien particulier », in La (...)

2Les noms qui remplissent le mieux cette fonction sont sans doute ceux de la nomenclature des sciences naturelles, domaine privilégié où le nom d’un animal, d’une plante, de tout être vivant, ne peut et ne doit renvoyer qu’à une espèce donnée, à l’exclusion de toutes les autres. Afin d’éviter les équivoques pouvant naître des traductions d’une langue à l’autre ou les variantes lexicales régionales d’une même langue, les naturalistes, depuis Linné1, ont d’ailleurs adopté une classification binominale très précise : le nom du genre y est suivi du nom de l’espèce, dans un latin qui leur est particulier2.

  • 3 Walter (Henriette) et Avenas (Pierre), L’étonnante histoire des noms des mammifères. De la musarai (...)

3Ainsi, seul le renard roux d’Eurasie et d’Amérique porte le nom scientifique Vulpes vulpes, seul le tout petit fennec, ou renard des sables, est nommé Vulpes zerda, tandis que seul le renard polaire est désigné par le double nom Alopex lagopus3. Cela permet aux naturalistes du monde entier d’être sûrs qu’un nom donné renvoie toujours à la même espèce.

  • 4 Walter (Henriette), « Synonymie et terminologie : les noms des oiseaux », in Actes du colloque du (...)

4Face à ces dénominations rigoureuses et incontournables, il existe dans la vie courante des façons variées de nommer le même animal, en utilisant des synonymes plus ou moins approximatifs pour nommer la même espèce4, par exemple, en français, renard polaire, renard bleu ou isatis pour l’unique espèce Alopex lagopus, ou même porc et cochon, où la deuxième forme est plus familière, ou encore cobaye et cochon d’Inde, que l’on n’emploie pas dans les mêmes circonstances.

5Les raisons de la création de ces synonymes sont souvent assez évidentes, mais il est des noms du règne animal qui restent surprenants : leur motivation s’explique mal, car elle a pris des voies plus mystérieuses. Peut-être l’animal a-t-il été l’objet d’une crainte incontrôlée, et son nom, devenu tabou, a-t-il été evité à tout prix, laissant la place à une dénomination plus vague, mais toujours motivée.

6On envisagera successivement, dans le cadre du tabou linguistique, les noms du loup, du renard, de l’ours, de la vache, du cerf, du glouton et de la belette, surtout dans les langues indo-européennes.

Les noms du loup : un consensus presque unanime

7On peut constater, par exemple, que le loup, qui a pourtant terrorisé l’ensemble de l’Europe pendant des siècles, n’a pas fait l’objet d’un tabou linguistique généralisé dans les langues de l’Europe, à l’exception peut-être des langues celtiques, qui n’ont pas adopté la forme issue de la racine indo-européenne*lukwo- ou*wlkwo-, alors que presque toutes les langues de l’Europe l’ont acceptée sans problème :

grec

lukos

anglais

wolf

latin

lupus

allemand

Wolf

français

loup

néerlandais

wolf

espagnol

lobo

danois

ulv

portugais

lobo

tchèque

vlk...

8Mais pour peu que l’on cherche à examiner les dénominations du renard, on se trouve devant une multiplicité de noms dans les différentes langues de l’Europe, ce qui incite à se demander s’il ne s’agirait pas effectivement là d’un tabou linguistique né d’une superstition très répandue, qui attribue au renard des pouvoirs maléfiques, et qui pousse à éviter de prononcer son nom.

Les noms du renard

9Ainsi, on sait qu’en français, renard a remplacé l’ancien nom goupil. Parce que ce canidé est très malin et qu’il rivalise parfois d’intelligence avec l’homme, peut-être a-t-on choisi d’éviter de l’appeler par son nom et lui a-t-on donné des noms le décrivant, différemment selon les langues, par une de ses caractéristiques, physiques, morales ou comportementales.

10On sait d’autre part que l’ancien nom goupil était lui-même issu du latin vulpiculus, diminutif de vulpes « renard », mais on ne voit pas tout de suite que le nouveau nom, renard, qui était le nom du goupil dans le Roman de Renart, vient d’une forme germanique raginhard, ragin signifie « conseil » et hard, « fort ». On désignait donc ce canidé comme un personnage « fort en qualités intellectuelles », donc « futé, malin ».

  • 5 Buck (Carl Darling), A Dictionary of Selected Synonyms in the Principal Indo-European Languages, 1 (...)

11Dans les langues germaniques de l’Ouest (anglais fox, allemand Fuchs, néerlandais vov...), ce n’est pas l’intelligence du renard qui a été mise en avant, mais l’importance de sa queue touffue. En effet, tous ces noms remontent à une base germanique *fuhs, elle-même reliée à une racine indo-européenne *puk- « queue », que l’on retrouve en sanskrit5.

12De même, en portugais, le nom du renard, raposa, évoque aussi la queue bien fournie de ce canidé, car ce nom se relie à rabo « queue », du latin rapum « rave, navet », la queue de l’animal évoquant plus ou moins la forme d’un navet.

13C’est, dans ces deux cas, une façon détournée d’attirer l’attention sur la plus belle partie de la fourrure de ce mammifère tout en le flattant un peu hypocritement, afin de ne pas être obligé de lui donner son vrai nom, tant l’homme préfère se méfier de cet animal dont l’astuce est inépuisable et pourrait constituer un éventuel danger pour lui.

  • 6 Ididem, p. 186.

14Quant aux langues germaniques du Nord, elles ont préféré fixer leur attention sur la couleur souvent brun-rouge de sa fourrure : rav en suédois, ræv en danois, remontent tous deux à une racine indoeuropéenne désignant cette couleur6.

15Enfin, en espagnol, le nom le plus courant du renard est zorro, que l’on met en rapport avec un ancien verbe castillan zorrar signifiant « se traîner », ce qui est vraiment l’impression que donne un renard qui semble bien se glisser sans bruit au ras du sol lorsqu’il est à l’affût d’une nouvelle proie.

Les noms de l’ours

  • 7 Pastoureau (Michel), L’ours. Histoire d’un roi déchu, Le Seuil, Paris, 2007, p. 186.
    Avenas (Pierre (...)

16Avec l’ours, une autre question se pose car, après avoir longtemps été le roi des animaux en Europe, admiré, vénéré, et même objet de cultes millénaires, il a été pourchassé, diabolisé, ou tourné en dérision, pour finalement être détrôné par le lion, devenu définitivement le roi des animaux7.

17C’est donc à la fois par respect, puis par crainte, et enfin par mépris, que le nom de l’ours a fait l’objet d’un tabou. Mais ce tabou ne se manifeste par de nouveaux noms que dans les langues slaves et germaniques. Dans les langues slaves, c’est la racine indo-européenne *medhwed- « mangeur de miel », qui est attestée en russe, en tchèque ou en bulgare, ce qui confirme le goût prononcé de l’ours pour le miel. Dans les langues germaniques, ce n’est pas son penchant pour le miel qui est mis en lumière, mais la couleur de sa fourrure, un nom formé sur une racine indo-européenne *bher(n), qui signifie à la fois « brun » et « brillant ». On peut ainsi constater que bear et brown en anglais, ou Bär et braun en allemand, ont la même étymologie. L’ours a donc d’abord été appelé le « brun » dans les langues germaniques.

  • 8 Meillet (Antoine), « Quelques hypothèses sur des interdictions de vocabulaire dans les langues ind (...)

18Dans le nord de l’Europe, et en particulier en Estonie, où l’on parle une langue finno-ougrienne, l’ours fait l’objet d’un nombre de métaphores particulièrement variées, puisqu’on peut l’appeler soit « la gloire de la forêt », soit « le mangeur de fourmis blanches », ou « le poilu », ou encore « le vieux8 ».

  • 9 Bobbe (Sophie), L’ours et le loup. Essai d’anthropologie symbolique, Éd. de la Maison des sciences (...)

19Par ailleurs, dans les cultures turques, mongoles et lapones, la dénomination de l’ours le rapproche vraiment de l’homme puisque son nom signifie « l’oncle maternel9 ».

Les noms de la vache

20En ce qui concerne la vache, aucun tabou, semble-t-il, ne s’est manifesté dans la plupart des langues de l’Europe, à l’exception toutefois des langues slaves, où ce bovidé semble bien avoir été l’objet d’une certaine vénération, un peu à la manière de la sacralisation que la vache connaît encore de nos jours en Inde. On peut en tout cas constater que dans les langues slaves, c’est sur la racine indo-européenne *ker-« corne » qu’est formé le nom de la vache, qui est par exemple korova en russe, ou krowa en polonais.

Le cerf et le glouton

21Un tabou du même genre pourrait bien avoir été autrefois étendu au cerf, dont les noms dans la majorité des langues d’Europe remontent également à cette même racine indo-européenne *ker- :

latin

cervus

français

cerf

italien

cervo

espagnol

ciervo

portugais

cervo

allemand

Hirsch

néerlandais

hert

danois

hjort...

22Cela est d’ailleurs encore plus compréhensible dans le cas du cerf, attendu que les bois de cerf sont précisément les parties du corps que l’on remarque en premier quand on l’aperçoit.

  • 10 Clavel (Bernard), Le carcajou, Robert Laffont, Paris, 1996, p. 102-103.

23Rien de tel en revanche pour une sorte de gros blaireau rusé qui sévit au Canada, et qui est un animal tellement féroce que personne n’a le courage de prononcer son nom car on l’identifie au diable10. Ce mammifère terrifiant porte un nom amérindien absolument opaque, carcajou, et un nom particulièrement transparent en français : glouton, qui fait foi de sa voracité légendaire, mais qui ne dit pas assez la terreur qu’il inspire aux hommes quand, par hasard, ils le rencontrent sur leur chemin.

La belette

24Enfin, le cas le plus spectaculaire est sans nul doute celui de la belette, qui appartient à la famille des mustélidés, comme l’hermine, la fouine, le putois ou le vison, et dont le nom d’origine (mustela en latin, galeê en grec) a généralement été abandonné en faveur d’un nom plus flatteur et nettement affectueux, par un hypocoristique injustifié en quelque sorte, comme si l’on cherchait à amadouer par des paroles lénifiantes cet animal vorace, dévastateur des campagnes.

25Alors que mustela avait évolué en mostoile en ancien français, c’est belette, autrement dit « petite belle », qui l’a définitivement remplacé au xiiie siècle, en feignant de ne remarquer que son allure élégante, et en paraissant oublier les dégâts qu’elle ne cesse de provoquer.

26Mais ce qui est le plus remarquable, c’est que des euphémismes du même genre ont proliféré dans un grand nombre de langues. On pense à une pratique généralisée probablement d’origine superstitieuse, et que l’on croyait capable de détourner les actions destructrices de cet animal détesté.

27Ainsi, on retrouve la même allusion à la beauté qu’en français :

  • en danois, où kjønne « belette », est formé sur l’adjectif kjøn « beau » ;
  • en anglais, où fairy « belette », est formé sur l’adjectif fair « beau, joli ».

28En portugais, la belette se dit doninha, étymologiquement « petite dame ».

29En espagnol, on se rapproche encore un peu plus des réalités humaines, car la belette est la comadreja, un mot formé sur comadre « commère, marraine ».

30En basque, le nom de la belette est andereder, andere signifie « demoiselle ».

31Enfin, avec le roumain, le hongrois et le grec, on entre même dans l’intimité des noces humaines car, en roumain, nevăstuică désigne la « jeune mariée », en hongrois, menyet « belette » est un nom qui se relie à meny « belle-fille, bru », et en grec moderne, l’évocation est la même qu’en hongrois : nuphitsa est formé sur nuphe « belle-fille, bru ».

Changer le nom et le garder

32A l’issue de ce rapide parcours parmi quelques tabous linguistiques touchant le monde zoologique lié à celui des superstitions, et en particulier celui qui s’attache à la belette, il est bon de rappeler la fable d’Ésope qui met en scène une belette, une souris et la déesse Aphrodite, et qui se termine par une morale peu amène :

  • 11 Fables d’Ésope, éd. bilingue, traduction, introduction et notes par Daniel Loayza, Flammarion, Par (...)

Une belette amoureuse d’un beau jeune homme pria Aphrodite de la métamorphoser en femme. La déesse prit sa passion en pitié, et fit d’elle une charmante jeune fille. C’est ainsi que le jeune homme fut séduit au premier regard et la prit pour femme. Comme ils reposaient sur le lit nuptial, Aphrodite, curieuse de savoir si la belette, en changeant de corps, avait aussi pris d’autres mœurs, lâcha une souris au milieu de la pièce : oubliant sa situation, l’épousée bondit hors de sa couche et poursuivit la souris pour la dévorer. Alors, la déesse courroucée la rétablit dans son ancienne nature.
Ainsi pour les hommes : ceux qui ont un mauvais naturel peuvent changer de façons, mais leur nature reste inchangée11.

33En transposant cette fable animale dans le domaine des changements lexicaux, on en arrive, inversement, à la conclusion que, dans les langues, les nouvelles formes créées, même si elles ne sont que des faux-semblants, réussissent souvent à se maintenir au cours des siècles, et qu’elles peuvent aller jusqu’à faire oublier les noms qu’elles ont remplacés : en français, goupil est sans doute définitivement détrôné par renard, et le nom de l’ours évoquera pour toujours le mangeur de miel dans les langues slaves.

Notes

1 Walter (Henriette) et Avenas (Pierre), La mystérieuse histoire du nom des oiseaux. Du minuscule roitelet à l’albatros géant, Paris, Robert Laffont, 2007, 375 p. Voir p. 21-22, la classification universelle de Linné.

2 Walter (Henriette), « Le latin des naturalistes, source d’un bilinguisme bien particulier », in La linguistique, 41,2005, p. 121-128.

3 Walter (Henriette) et Avenas (Pierre), L’étonnante histoire des noms des mammifères. De la musaraigne étrusque à la baleine bleue, Robert Laffont, 2003, 486 p. Voir notamment p. 62-76.

4 Walter (Henriette), « Synonymie et terminologie : les noms des oiseaux », in Actes du colloque du GEHLF, Paris. 29 novembre-1er décembre 2007 (à paraître).

5 Buck (Carl Darling), A Dictionary of Selected Synonyms in the Principal Indo-European Languages, 1949, The University of Chicago Press, Chicago, p. 187.

6 Ididem, p. 186.

7 Pastoureau (Michel), L’ours. Histoire d’un roi déchu, Le Seuil, Paris, 2007, p. 186.
Avenas (Pierre), « Les trois noms de l’ours en indo-européen », in La lettre d’Île-de-France – Mythologie en Parisis et en France. Bulletin trimestriel du Groupe Île-de-France de Mythologie Française, avril, mai, juin 2008, p. 12.
Avenas (Pierre), Dénomination des mammifères dans les langues d’Europe et synonymie, exposé du 21 octobre 2005 au séminaire du GEHLF, en ligne sur le site : www.sens-texte-histoire.paris-sorbonne.fr.

8 Meillet (Antoine), « Quelques hypothèses sur des interdictions de vocabulaire dans les langues indo-européennes », in Linguistique historique et linguistique générale, Champion, Paris, 1958, vol. 1, p. 281-291, voir notamment p. 285.

9 Bobbe (Sophie), L’ours et le loup. Essai d’anthropologie symbolique, Éd. de la Maison des sciences de l’homme/INRA, Paris, 2002, p. 287.

10 Clavel (Bernard), Le carcajou, Robert Laffont, Paris, 1996, p. 102-103.

11 Fables d’Ésope, éd. bilingue, traduction, introduction et notes par Daniel Loayza, Flammarion, Paris, p. 82-83.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search