Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

De l’épervier à l’émerillon : images de la chasse au vol dans les romans de Chrétien de Troyes1

Baudouin Van den Abeele

Texte intégral

  • 1 Cet article prend appui sur des éléments épars dans notre livre La fauconnerie dans les lettres fr (...)
  • 2 Nous utilisons pour cet article le texte et les traductions publiés dans le volume Chrétien de Tro (...)

1Une des scènes les plus suggestives du Conte du Graal, ou Roman de Perceval, de Chrétien de Troyes, est l’épisode des gouttes de sang sur la neige, dont la contemplation plonge Perceval dans une rêverie profonde. Ce passage célèbre mérite d’être lu et relu ; rappelons-en le contexte2. Le jeune Perceval, qui a quitté sa mère pour partir en quête d’aventure et de chevalerie, a été armé chevalier par Gornemant de Goort et s’est illustré au château de Beaurepaire, qui était en proie à la désolation, assiégé et affamé. Il défait les ennemis, délivre les assiégés, et s’éprend de la belle Blanchefleur, qui l’y a accueilli. Reparti, il arrive au château du Roi Pêcheur, et est reçu par le roi infirme et âgé, épisode crucial pour la suite. C’est là, au cours du repas, qu’il assiste à l’étrange procession où sont portés la lance qui saigne, le Graal et le tailloir. Son silence face à ce spectacle sera lourd de conséquences. Le lendemain, le château est devenu désert et Perceval, désemparé, se remet en route. Il rencontre une cousine qui lui révèle la portée de ce qu’il vient de vivre et doit ensuite se mesurer à un chevalier redoutable, l’Orgueilleux de la Lande, qu’il vainc. Alors, en ce matin d’hiver, Perceval se rapproche sans le savoir du campement du roi Arthur, mais un vol d’oies attire son attention :

  • 3 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 788-789. Texte de Chrétien : Et (...)

Avant qu’il n’atteigne les tentes, voici venir un vol d’oies sauvages que la neige avait éblouies. Il les a vues et entendues au moment où elles prenaient la fuite devant un faucon qui fondait sur elles à toute vitesse ; lequel en rattrapa une égarée, qui s’était séparée des autres et la heurta, la bouscula en la faisant tomber à terre. Mais dans sa précipitation il dut s’en éloigner et renonça à la saisir et l’étreindre. Alors Perceval lança son cheval dans la direction où il avait aperçu le vol. L’oie avait été blessée au cou, et elle avait perdu trois gouttes de sang qui se répandirent sur la neige blanche, avec l’apparence d'une coloration naturelle. L’oie, qui n’avait pas été mise à mal au point d’être clouée au sol jusqu’à l’arrivée de Perceval, s’était envolée, et Perceval ne vit que la trace de la neige foulée là où l’oie s’était abattue, et le sang qui était encore apparent. Il s’appuya sur sa lance pour contempler cette image, car le sang et la neige formaient une composition qui ressemblait pour lui aux fraîches couleurs qu’avait le visage de son amie ; et il s’absorba dans cette pensée3.

  • 4 Sur les techniques d’affaitage et de chasse, voir notre ouvrage La fauconnerie au Moyen Age : conn (...)
  • 5 Voir Monneret (R.J.), Le faucon pèlerin. Description, mœurs, observation, protection, mythologie, (...)
  • 6 Les deux vers 4182-4183 (Lecoy 4162-4163) ont été mal compris par certains interprètes, tel J.P. F (...)
  • 7 Pour les autours et les éperviers, on use du verbe « empiéter ». Pour le lexique spécifique à la f (...)

2Voici donc un tableau de nature, esquissé avec justesse, en des termes choisis, mais qui reste plein de mystère. Ce n’est pas une scène de fauconnerie proprement dite, impliquant l’affaitage, soit l’apprivoisement et le dressage de l’oiseau, en vue de chasser le gibier avec lui4. L’irruption du faucon est un moment fortuit dont Perceval est le témoin. Il en émane cependant une connivence avec les oiseaux qui suppose de la part de Chrétien de Troyes une fine connaissance de la fauconnerie : le romancier recourt à des traits descriptifs et il utilise des mots qui portent la marque de cette activité. Le faucon poursuit un groupe d’oies, mais attaque l’une d’elles, séparée du groupe. C’est bien la technique de chasse du faucon : face à un groupe d’oiseaux, il repère en une fraction de seconde l’individu affaibli ou qui a quelque handicap de plumage ou de mouvement, et c’est celui-là qu’il attaque5. Il pique vers lui et lui assène un coup violent en plein vol, le frappant de ses serres avancées (ce que les fauconniers disent « buffeter »). Une grande proie, comme une oie, en est assommée ou étourdie, et perd de l’altitude, voire s’abat au sol. Mais ici, le faucon ne la volt lier ne joindre : il ne veut pas s’en emparer et la rejoindre (v. 4163)6. C’est très précisément le vocabulaire des fauconniers qu’emploie Chrétien de Troyes : de nos jours encore, on dit que le faucon « lie » sa proie quand il s’en empare avec les serres7. Nous tenons ici la première attestation de cette expression en français, vers 1180-1190.

  • 8 Gallais (P.), Perceval et l’initiation, Paris, 1972, p. 160.
  • 9 Van den abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 174-189.
  • 10 Sur cet épisode, un article à signaler : Pastre (J.M.), « Perceval, Parzival et le faucon, ou l’im (...)

3Au-delà du réalisme de la scène, c’est sa charge symbolique qui compte. Le faucon et l’oie véhiculent une signification seconde, mais dont le sens n’est pas univoque, car il reste tout implicite. Le faucon est-il une image de l’amant, et l’oie de Blanchefleur ? Cette hypothèse de P. Gallais8 est plausible, d’autant plus que le faucon est souvent associé au registre érotique chez les trouvères et romanciers9. Le faucon n’a pas voulu la lier ne joindre, comme Perceval qui a quitté Blanchefleur et s’en est allé de Beaurepaire. Mais il porte en son cœur le souvenir de la belle, que la vision des gouttes de sang sur la neige va raviver. Fleur de sang sur la neige blanche, cette sanblance de Blanchefleur l’immerge dans une rêverie, appuyé sur sa lance, fasciné. C’est ainsi qu’il sera aperçu par les chevaliers d’Arthur, campant non loin de là dans la plaine. On l’envoie chercher, de la part du roi, mais le jeune homme se laissera à peine distraire, sauf pour renverser les émissaires qui veulent user de la force pour le mener vers Arthur. La scène du faucon et de l’oie introduit donc, à un premier niveau, une péripétie dans le récit. A un niveau plus profond, elle se charge de résonances subtiles, et elle porte la marque du talent de Chrétien, dans sa clarté, son sens de la nature, son symbolisme intuitif10.

  • 11 Guerreau-Jalabert (A.), « Le cerf et l’épervier dans la structure du prologue d'Érec », in Paravic (...)
  • 12 Dans cette perspective, voir aussi Peron (G.), « Aspects rhétoriques et aspects techniques de la c (...)
  • 13 Lenoble-Pinson (M.), Poil et plume. Termes de chasse et langue courante. Vénerie, fauconnerie, cha (...)

4L’exemple développé ci-dessus invite à poser la question de l’usage littéraire des realia. Sans doute faut-il se garder de lire les romans de Chrétien de Troyes dans la seule perspective d’un prétendu « réalisme », encore qu’il faille s’entendre sur le sens du terme. Comme l’écrit A. Guerreau-Jalabert, « Le roman médiéval n’est pas de nature réaliste. [...] Le langage propre à ces genres ne vise pas à reproduire ou à rendre compte avec fidélité des réalités matérielles, pratiques ou sociales ; comme celui de la lyrique, il repose sur un choix opéré parmi ces réalités et sur leur encodage, construit en fonction des éléments cardinaux du système de représentations propre à la société chrétienne médiévale11 ». Si cette réflexion est pertinente, il n’en demeure pas moins qu’une interrogation des romans du point de vue même de la réalité thématisée est possible, en ce qu’elle fait ressortir les « effets de réel » avec lesquels le poète s’est plu à monter sa fiction12. C’est l’exercice que nous tentons ici à partir du motif de la chasse au vol, en hommage à une collègue qui a su, avec son livre Poil et plume, mettre en lumière avec vivacité la longue équipée des termes de chasse dans le vocabulaire français13.

5En parcourant l’œuvre de Chrétien de Troyes, on ne peut manquer d’observer la grande place des scènes de chasse et de tout ce qui gravite autour de cette composante essentielle de la vie courtoise. La vénerie entraîne les héros loin des villes et des châteaux, la chasse en forêt les mène à la rencontre et à l’aventure, elle est lieu du défi et école de bravoure. La fauconnerie, quant à elle, plus policée, plus intégrée dans la vie courtoise, est riche de sens et de double-sens.

  • 14 Divers articles ont été consacrés au sujet : West (G.D.), « Gerbert's Continuation of Perceval (li (...)

6Dans le premier roman de Chrétien, celui d’Érec et Énide, que l’on peut dater des environs de 1170, l’activité cynégétique est déterminante14. La longue entrée en matière du roman s’ouvre par la coutume de la chasse au blanc cerf :

  • 15 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 3-4. Texte de Chrétien : Au jor de (...)

Un jour de Pâques, au printemps, le roi Arthur tenait sa cour à Caradigan, son château. Jamais une cour aussi splendide ne s’était vue. Il y avait là beaucoup de bons chevaliers ardents, courageux et fiers, de hautes dames et des demoiselles, filles de rois, nobles et belles. Avant de congédier la cour, le roi annonça qu’il voulait chasser le cerf blanc pour remettre la coutume en honneur15.

7Lors de cette chasse, Érec, qui accompagne la reine Guenièvre, rencontre dans les bois un chevalier qui mène une belle pucelle, et est accompagné d’un nain, bossu et hideux comme il se doit selon les conventions littéraires. Frappé par le nain et menacé par le chevalier, alors qu’il est sans armes, Érec décide de les suivre pour laver l’affront dès qu’il le pourra, et il arrive dans une bourgade avenante. Voici comment Chrétien nous peint l’animation des rues :

  • 16 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 11. Texte de Chrétien : El chastel (...)

Dans le bourg, ils virent une grande foule en liesse parmi laquelle se trouvaient des chevaliers et des demoiselles dont un grand nombre étaient très belles. Dans les rues, les uns donnaient à manger à des éperviers et à des faucons de mue. D’autres apportaient des tiercelets et des autours mués ou en premier plumage. D’autres encore, ici et là, jouaient, qui à la mine, qui à des jeux de hasard, qui aux échecs, qui au trictrac.16

  • 17 Pour les définitions, voir Beaufrère, Lexique de la chasse au vol...
  • 18 Voir le Trésor de la langue française, t. 10, Paris, 1976, col. 242-243, et Beaufrère, Lexique de (...)
  • 19 Pour des explications techniques plus fournies, voir Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Age.. (...)

8Dans cette scène de rue, des oiseaux de chasse de toutes parts, et quatre variétés s’offrent à l’attention. Sans autre précision, « faucon », de nos jours terme générique pour plusieurs espèces de rapaces de la famille des falconidés, désigne couramment dans les textes médiévaux le faucon pèlerin, espèce la plus utilisée en chasse au vol. C’est un oiseau dit « de haut vol », avec lequel les fauconniers chassent du gibier d’eau ou des champs, et qui capture en plein vol des oiseaux qu’il attaque en piqué, après s’être élevé haut dans les airs. L’épervier (ill. 1), plus petit et d'une autre famille que les faucons, est un oiseau « de bas vol », c’est-à-dire que, partant de la main de l’homme en vol battu et sans monter au préalable, il attaque en force des oiseaux des champs ou des bois, jusqu’à la taille de la perdrix17. Ensuite, il est question de tiercelets et d’autours (v. 354). L’autour est très similaire à son proche parent l’épervier, tant pour l’apparence que la technique de chasse, sauf qu’il est bien plus gros que lui et s’attaque à des proies de plus forte taille. C’est ici l’oiseau femelle qui est désigné par ce terme, car « tiercelet » est le terme spécifique réservé au mâle de l’oiseau de chasse, donc dans ce cas-ci l’autour. Les traités de chasse médiévaux, tout comme les linguistes actuels, expliquent le mot par le fait que les mâles des oiseaux rapaces sont inférieurs en taille aux femelles, d’un bon tiers environ, d’où « tiercelet18 ». Avec les faucons, on pratique la fauconnerie au sens strict ou haut-vol, la chasse avec les faucons affaités à cet effet ; avec les autours et les éperviers, on pratique l’autourserie ou bas-vol, et on parle parfois d’« éperverie » (parfois espreveterie dans les textes anciens) pour celle qui utilise exclusivement l’épervier19.

  • 20 Ainsi, chez Pierre de Crescens, Liber ruralium commodorum, livre X, ch. 4, éd. Richter (W.), Petru (...)
  • 21 Lenoble-Pinson (M.), Poil et plume..., p. 103-105 ; voir aussi Beaufrère, Lexique de la chasse au (...)
  • 22 Tobler (A.) et Lommatzsch (E.), Altfranzösisches Wörterbuch, t. 9, Wiesbaden, 1973, col. 851-854.
  • 23 A propos de la spécificité sociale de la chasse au vol, des nuances chronologiques et géographique (...)

9Dans la bourgade vivement dépeinte, on porte les oiseaux dans les rues : de fait, les traités de chasse recommandent de les sortir en toutes occasions, afin de les habituer aux sons inconnus, à la compagnie, aux mouvements imprévus. On en fait de la sorte des auxiliaires assurés et efficaces pour la chasse au vol20. Les fauconniers disent qu’on leur donne ainsi de l'« entregent », terme passé lui aussi dans le langage courant, comme l’a rappelé M. Lenoble-Pinson21. Enfin, les oiseaux sont dits ici mués et sors, ce qui évoque deux conditions bien précises : au terme de la première année et ensuite une fois par an, les oiseaux rapaces renouvellent progressivement leur plumage, ils muent, et dès lors ils sont dits « mués ». Les oiseaux sors sont ceux qui n’ont pas encore mué, et qui ont en général un plumage de ton brun-fauve ou blond, teinte que l’ancien français désigne par l’adjectif « sor », appliqué aussi aux chevaux et à la chevelure22. Dans ce passage donc, tout est spécifique et précis : l’énumération des espèces d’oiseaux et de leurs conditions diverses montre que la bourgade est opulente, que l’on y mène grand train, car les oiseaux de chasse sont une marque de statut social élevé, sinon exclusivement noble23. Cette première évocation des oiseaux de fauconnerie et d’autourserie fait office de prélude, car bientôt un oiseau occupera le devant de la scène.

10Érec est hébergé dans le bourg chez un pauvre vavasseur, qui vit avec sa fille Énide, une pucelle d’une grande beauté. Il apprend de lui qu’un tournoi aura lieu le lendemain : le prix, un épervier, reviendra à celui qui aura la plus belle amie (ill. 1). Le vavasseur lui explique :

  • 24 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres.... p. 15-16. Texte de Chrétien : Biax ami (...)

Bel ami, ce sont les barons du pays, les jeunes et les chenus, qui sont venus à la fête qui se tiendra demain. C’est à cause de cette fête que toutes les maisons sont remplies. Demain, il y aura grand bruit, car, devant tout le monde, on posera sur une perche d’argent un bel épervier de cinq ou six mues, le meilleur qu’on puisse trouver. Le chevalier qui voudra le posséder devra avoir une belle amie sage et sans reproche, et être assez audacieux pour déclarer devant tout le monde que son amie est la plus belle. Il pourra alors lui offrir l’épervier à prendre sur la perche, à moins qu’un autre n’ait l’audace de s’y opposer. Ces barons maintiennent cette coutume, et c’est pour cela qu’ils viennent ici chaque année24.

Ill. 1 – Épervier sur la perche. Attr. Jacopo de' Barbari, ca 1500 (Londres, National Gallery).

11Érec apprend ensuite que c’est le chevalier accompagné d’un nain bossu qui prétend remporter le prix de l’épervier. Érec dit sa rancune au vavasseur et demande alors de pouvoir combattre pour la main de sa fille Énide, ce qui est accepté. L’homme lui prête une armure splendide, et c’est ainsi qu’il ira défier le chevalier Yder qui lui a fait affront. Il triomphe de lui après un rude combat, l’épargne et l’envoie rapporter ses exploits à la cour d’Arthur. Énide remporte dès lors le prix de beauté, et les deux amants partent pour la cour d’Arthur, où Érec ira présenter sa fiancée. Au départ, on reparle de l’oiseau, lorsqu’ils prennent congé : « Érec chevauche près du comte, et à ses côtés sa belle amie, qui n’oublia pas l’épervier ; elle s’amuse avec son épervier, et n’emporte aucune autre richesse », nous dit le poète (v. 1420).

  • 25 Pour ces épisodes, voir Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 100-104.
  • 26 Sur cet épisode, voir Schmolke-Hasselmann (B.), « Accipiter et chirotheca. Die Artusepisode des An (...)
  • 27 On le trouve aux pages 474-537 dans l’édition parue avec traduction dans les « Lettres gothiques » (...)
  • 28 Henri de Ferrières, Les Livres du Roy Modus et de la Royne Ratio, éd. Tilander (G.), Société des a (...)
  • 29 Friedman (M.), « The falcon and the hunt : symbolic love imagery in medieval and renaissance art » (...)

12Avec cet épisode du concours de beauté, ou du défi de l’épervier, un motif fait son entrée dans la littérature en ancien français, qui donnera lieu à plusieurs reprises. On le trouve de façon très similaire dans le roman le Bel Inconnu de Renaut de Beaujeu, vers 1190, puis différemment dans le Meraugis de Portlesguez de Raoul de Houdenc, entre 1200 et 1220, enfin dans l’anonyme Durmart le Gallois, vers 124025. Un texte latin de peu postérieur à l’Érec de Chrétien, le De amore d’André le Chapelain, autre Champenois, intègre lui aussi un défi analogue pour un accipiter, à traduire ici par épervier26. Dans chacun de ces cinq cas, le prix de beauté est un épervier, et ce choix est dicté par les convenances du temps. Cet oiseau rapace de petite taille, assez facile à apprivoiser et aisé à manier, était en effet par excellence l’oiseau des dames. Les traités de fauconnerie l’attestent : ainsi, l’auteur du Ménagier de Paris, qui composa vers 1394 un traité de gestion domestique à l’adresse de sa jeune femme, inclut un exposé sur le soin des éperviers, détaillé et original27. Le normand Henri de Ferrières, qui composa entre 1354 et 1376 les Livres du roy Modus et de la royne Ratio, vaste manuel enseignant les diverses formes de chasse, précise : « On voit bien quelquefois qu’un épervier, quand il a pris une alouette, la rapporte à son maître ou à sa maîtresse, et quand il échoue, il revient de lui-même, et de tels éperviers sont appelés éperviers à dames28 ». La chasse au vol, contrairement à la vénerie, était une forme de chasse pleinement pratiquée et goûtée par les dames, et c’est une des raisons de sa grande faveur dans la société courtoise du Moyen Âge central. C’était un déduit, un plaisir partagé, qui offrait aux hommes et aux femmes un terrain de rencontre raffiné. Du point de vue des représentations, les connotations érotiques y sont à fleur de peau, comme le montrent de nombreux exemples dans la littérature française du Moyen Âge29. L’épervier d’Énide, de « cinq ou six mues », ce qui en fait un oiseau de grand prix, est pour la jeune fille la seule richesse qui vaille la peine d’être emmenée. Gagné de haute lutte, l’épervier est un gage d’amour qui incarne les sentiments d’Érec pour Énide, et il la comble de plaisir lorsqu’elle s’en va avec son fiancé vers la cour d’Arthur (ill. 2).

13Les deux amants arrivent à la cour d’Arthur et sont accueillis avec une joie générale. La reine Guenièvre prend soin d’Énide, qui a voyagé dans ses atours les plus simples, et la fait revêtir d’habits somptueux. Le roi Arthur, pour sa part, accomplissant le dernier acte de la coutume du blanc cerf, donne le baiser à Énide, la plus belle au jugé de tous. Érec obtient la faveur que son mariage soit célébré à la cour, et les noces s’annoncent fastueuses. Les invités viennent de toutes parts, tel le roi Ban de Ganiéret, qui se présente avec un équipage nombreux :

  • 30 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 49. Texte de Chrétien : Avoec ces q (...)

Avec ceux que je vous ai nommés vint aussi le roi Ban de Ganieret avec les gens de sa maison. Tous étaient jeunes et n’avaient ni barbe ni moustache. Deux cents en tout, ils formaient une troupe très joyeuse et chacun tenait au poing un faucon, un tiercelet, un émerillon, un épervier, ou un précieux autour jeune ou mué30.

Ill. 2 – Scène galante sur un ivoire parisien du xive s. (Londres, Victoria and Albert Museum, inv. nr. 219-67).

  • 31 Gace de la Buigne. Le roman des deduis, éd. Blomqvist (A.), Karlshamn, 1951, vers 823-825.
  • 32 Les livres III et IV du De arte venandi cum avibus de Frédéric II, le traité de fauconnerie le plu (...)

14En écho à la scène de rue évoquée plus haut, cette seconde énumération d'oiseaux, dont le spectacle rehausse l’éclat du cortège, se signale par des variantes : apparaît ici l’émerillon, le plus petit des faucons d’Europe, rapide et vif, que l’on affaitait à voler de petites proies, et qui était tout spécialement réservé aux enfants, pour leur apprendre le métier31. Les autours sont sors ou mués, mais les manuscrits apportent ici une variante intéressante. L’édition de M. Roques présente ici gruiers, donc duits à chasser les grues, gibier royal par excellence, comme le montre à suffisance le traité de Frédéric II de Hohenstaufen32.

15Le mariage est célébré dans un grand luxe de réjouissances, on y consomme force pain, vin et venaison – discret rappel du motif cynégétique. Le repas conclu, Chrétien de Troyes nous invite jusque dans la chambre des nouveaux époux. On y lit une comparaison du plus bel effet :

  • 33 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p, 51. Texte de Chrétien : Cers chacie (...)

Le cerf traqué qui halète de soif ne désira jamais autant la fontaine, l’épervier affamé ne vola jamais aussi rapidement à l’appel, que le chevalier et la jeune fille mirent d’empressement à se jeter dans les bras l’un de l’autre33.

  • 34 Le fait est souligné par J. Fournee, Des animaux dans nos églises, Limeil-Brevannes, 1994, p. 29. (...)

16Cette image double est forte et subtile à la fois. De façon allusive, elle résume à elle seule deux moments clef du roman : la chasse du blanc cerf, qui a déclenché l’action initiale, et le défi de l’épervier qui a consacré Énide dans sa beauté sans rivale. Mais il y a plus. L’image se sert d’une réminiscence biblique, hardiment détournée vers le domaine profane. Quemadmodum desiderat cervus ad fontes aquarum, ita desiderat anima mea ad te, Deus, « Comme le cerf aspire après l’eau vive, mon âme aspire à toi, Seigneur » : c’est le début du Psaume 41, qui chante l’aspiration mystique de l’âme. Or, c’est à l’époque par ce psaume que commence le chant de procession de la nuit pascale, lorsque l’on porte au baptistère l’eau baptismale qui vient d’être bénite. Et c’était au chant de ce même Sicut cervus que l’on conduisait au baptême les catéchumènes pour qu’ils fussent plongés dans l’eau qui régénère34. Il y a donc ici une récupération profane étonnante d'un motif sacré de haute inspiration. Dans le contexte de la première nuit d’amour des époux, la métaphore du cerf haletant est d’une hardiesse étonnante : y a-t-il sacralisation de l’amour parfait d’Érec et Énide, ou profanation des mots du Psalmiste ? La question n’est sans doute pas anachronique, car ce genre de rapprochement devait être perceptible à des lecteurs de Chrétien de Troyes disposant d’une certaine culture ecclésiastique.

  • 35 Ainsi, dans le roman d’Enéas, vers 8098, et dans Piramus et Thisbé, vers 411.

17L’épervier, quant à lui, prolonge directement le motif cynégétique, mais hors de tout renvoi à la Bible ; c’est un oiseau qui ne fait de toute manière pas partie de la faune biblique. L’image évoque l’oiseau qui vient a reclain, à nouveau un terme technique d’une justesse parfaite : on faisait revenir vers le poing tendu, tenant un bout de viande ou « reclaim » en guise d’appât, les autours et les éperviers. Pour leur part, les faucons reviennent au « leurre », sorte de simulacre d’oiseau que le fauconnier fait tournoyer au bout d’une courroie. Le « reclaim » est de temps à autre évoqué dans des comparaisons érotiques chez d’autres romanciers, lorsqu’il est question du désir35. Ici aussi, Chrétien de Troyes semble avoir introduit une image appelée à connaître une certaine fortune.

  • 36 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 60. Texte de Chrétien : Cil li pres (...)
  • 37 Sur les types de chiens utilisés, voir Bugnion (J.), Les chasses médiévales. Le brachet, le lévrie (...)
  • 38 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 131. Texte de Chrétien : Maint fauc (...)

18Le motif des oiseaux de chasse n’est pas épuisé pour autant dans le roman d’Érec et Énide. Les époux quittent la cour d’Arthur, ils viennent au pays d’Érec, dans le château de Carnan, où ils sont reçus par le roi Lac et gratifiés avec profusion par les amis et voisins. « Celui-ci lui présenta un jeune autour, celui-là un brachet, un autre, un lévrier, cet autre un épervier, cet autre un destrier d’Espagne36. » A nouveau apparaissent l’épervier et l’autour, comme un leitmotiv. On leur joint le brachet et le lévrier, les deux chiens les plus adaptés pour la chasse au vol, d’après les traités médiévaux37. Puis, et pour longtemps, les oiseaux de chasse ne paraissent plus dans le roman, tout au long des épreuves que subit le couple. Etourdi par l’amour, Érec néglige ses devoirs de chevalier et la rumeur publique l’accuse de récréantise. Énide s’en aperçoit et ses plaintes, surprises par Érec dans la nuit, occasionnent un choc, une brisure. Érec décide de partir à l’aventure, en forçant Énide à le suivre à travers toutes les épreuves, mais en lui interdisant de lui adresser la parole. Les combats se succèdent, les menaces sur le couple et sur Énide en particulier, mais Énide ne fléchit pas. A deux reprises, pourtant, elle n’hésite pas à avertir Érec quand elle sent qu’elle doit enfreindre le silence. Après un combat terrible au château de Limors, Érec est laissé quasi mort, mais reprend vie pour sauver Énide des emprises du comte. C’est alors que les amants se réconcilient et se sauvent dans la nuit, montés à deux sur un destrier qui les éloigne de ce lieu de malheur. Ils sont reçus par Guivret le Petit, après un combat entre Érec et Guivret fondé sur une méprise, et leur hôte leur fait escorte au départ, avec une suite brillante : « Pour les distraire et les amuser, Guivret avait fait apporter un grand nombre de faucons, d’éperviers, d’autours jeunes et mués, de chiens d’arrêt et de lévriers38.» Un dernier déploiement fastueux d’oiseaux de chasse : tant les espèces que les qualificatifs « sors et muiers » font écho à divers passages évoqués, et l’effet de rappel est assurément voulu. Est-ce un hasard si les oiseaux de chasse réapparaissent au moment où le couple est réconcilié, et s’apprête à traverser avec succès les dernières aventures ?

  • 39 Trad. par P. Dembowski dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 158. Texte de Chrétien : La reine ne (...)
  • 40 Oiseler dans le sens de pratiquer la chasse au vol est une locution fréquente dans les textes en a (...)
  • 41 Regnier (C.), « Notes de lexicographie et de dialectologie médiévales », in Etudes de langue et de (...)

19Il reste un dernier passage à relever dans le roman d’Érec et Énide, et à vrai dire il n'est pas tout à fait transparent. Après la dernière aventure, celle de la Joie de la Cour, où Érec vainc un chevalier géant et brise les enchantements dans le royaume de Brandigan, le couple revient à la cour du roi Arthur. La joie de les revoir est à son comble, chez la reine Guenièvre en particulier : « La reine n’hésita pas à embrasser Érec et Énide : elle était si joyeuse que l’on aurait pu aller chasser l’oiseau avec elle39.» Le vers 6264, de li poist l’en oiseler, assez énigmatique, pourrait vouloir dire qu’elle semblait pleine de joie comme un faucon qui s’élance en vol. Car oiseler qualifie ici l’action de chasser au vol, même si le verbe a pu désigner aussi l’oisellerie, la tenderie aux petits oiseaux40. Comme l’a montré Claude Régnier, voler de joie ou oiseler de joie est une expression qui a cours dans les textes en ancien français, et c’est donc bien en ce sens que l’on doit comprendre ce passage qui a intrigué plus d’un lecteur de Chrétien41.

20Au terme de ce parcours dans Érec et Énide, force est de constater d’une part la récurrence du motif des oiseaux de chasse, d’autre part, sa charge significative et son rôle crucial dans le récit. Loin de ressortir au registre des détails anecdotiques, les oiseaux de vol, et en particulier l’épervier, sont porteurs d’une charge sentimentale et symbolique forte. Les huit passages relevés, sans compter les mentions répétées de l’épervier lors du défi de beauté, tissent un fil bien perceptible et assurément intentionnel de la part du romancier.

  • 42 Trad. de Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 185 (ce sont les v. 466-488 dans l’éd. (...)

21Le second roman de Chrétien de Troyes, Cligès, fournit diverses utilisations de la chasse au vol. Au début du récit, l’amour naissant entre Soredamor et Alexandre donne lieu à une reprise du motif du reclaim. Soredamor se demande : « Si sa beauté attire mes yeux et si mes yeux voient cet attrait, dirai-je pour autant que je l’aime ?42 » Il faut ici lire le texte d’origine, car la traduction ne rend nul compte du vocabulaire cynégétique :

Se sa biautez mes ialz reclainme
Et mi oel voient le reclaim.
Dirai ge por ce que ge l’aim ? (vers 492-494)

22Bien qu’aucun oiseau de chasse ne soit nommé dans ces vers, c’est bien une image de fauconnerie, car reclaim est un terme de l’art, comme on l’a vu plus haut. Les yeux qui se portent vers le reclaim évoquent l’irrésistible attirance de l’oiseau rapace vers ce qui le rassasiera, partant le magnétisme qu’exerce le jeune Alexandre arrivé à la cour de Bretagne. Dans un tel contexte, l’image rappelle indéniablement le reclaim de la nuit de noces d’Érec et Énide.

  • 43 Trad. de Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 239. Texte de Chrétien : Si sot plus d’ (...)
  • 44 Ils ont été étudiés à plusieurs reprises : Saly (T.), « Tristan chasseur », in La Chasse au Moyen (...)
  • 45 Voir pour divers exemples, Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 15-20.

23Lorsque le roman fait entrer en scène Cligès, fils d’Alexandre et de Soredamor, Chrétien a soin de préciser que le jeune homme s’y connaît en toutes formes de chasse : « Il surpassait Tristan, le neveu de Marc, à l’escrime et au tir à l’arc, au dressage des oiseaux ou des chiens. Aucune qualité ne lui manquait43 ». L’allusion à Tristan, parangon littéraire du chasseur, rappelle les épisodes de chasse célèbres dans l’histoire de Tristan et Yseut44. Plus que le dressage des animaux, tel que l’entend le traducteur, la tournure « savoir d’oiseaux et de chiens » vaut pour les deux formes de chasse aristocratique, la vénerie et la fauconnerie. Les animaux auxiliaires sont synonymes de ces chasses éminemment valorisées. Ce type de compliment fait figure de topos dans la littérature en ancien français45.

24Bien plus tard dans le récit, Cligès et Fénice sont à leur tour en proie aux doutes de l’amour, et Chrétien caractérise la timidité paradoxale du jeune homme : c’est le monde inversé, où le chien fuit devant le lièvre, où la truite chasse le castor, où le faucon fuit devant la cane :

  • 46 Vers 3838-3839. Dans l’éd. Micha, ce sont les vers 3808-3809.

Et si fuit li faucons por l’ane
Et li gripons por le heiron46.

  • 47 Trad. de Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 265.
  • 48 A moins qu’il ne faille postuler dans le vers 3839 un accident dans la transmission manuscrite, me (...)

25Le dernier vers a été traduit « Le vautour devant le héron47 », mais par gripons il faut comprendre le griffon, être hybride lion-aigle dont la force terrifiante est rappelée dans les encyclopédies et les bestiaires. Un vautour, exclusivement charognard, n’est en rien un prédateur du héron48.

  • 49 Notre traduction. Texte de Chrétien : Par tans sera de quatre mue, / Se il chascun jor par costume (...)
  • 50 Un tel nombre de mues était effectivement exceptionnel, car on perdait bien plus facilement un ois (...)
  • 51 Voir Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 139-152.

26Ensuite, lorsque Cligès retourne en Bretagne pour soutenir Arthur, et qu'il participe incognito au tournoi d’Oxford, il combat chacun des trois jours avec une autre armure, sans se faire connaître, à la stupeur de tous. Chrétien rapporte les propos railleurs de Gauvain, qui sera son adversaire le quatrième jour : « Il sera bientôt de quatre mues, si chaque jour par coutume, il ôte et remet de nouvelles plumes49 ». La comparaison ironique prête à réflexion, car l’oiseau de chasse gagne en valeur à chaque mue. Rappelons-nous l’épervier de cinq mues ou de six dans Érec et Énide, oit le nombre de mues qualifiait cet oiseau comme un épervier d’exception, « le meilleur que l’on puisse savoir50 ». Dans le Cligès, l’image du combattant comme un oiseau de mue est insolite et réussie, sans équivalent connu dans la littérature en ancien français. On constate à nouveau comment Chrétien renouvelle les métaphores. Il était en effet courant de comparer un héros combattant à un oiseau rapace fondant sur sa proie51, mais ici, les connotations changent et une pointe d’ironie s’y glisse subrepticement.

27L’usage le plus travaillé du motif, dans ce roman, apparaît lors des épisodes qui suivent la « fausse mort » de Fénice. Pour soustraire Fénice à l’emprise de l’empereur de Constantinople, avec lequel elle vit une sorte de mariage blanc grâce aux enchantements de sa nourrice Thessala, Cligès a mis en scène un stratagème. Fénice se donne pour morte, est enterrée puis secrètement soustraite à la tombe et ravivée par sa nourrice. Menée hors du palais, elle passe ensuite ses jours dans une tour sise dans un verger clos de hautes murailles, où Cligès vient la trouver régulièrement. Il va et vient vers cet enclos pour une raison plausible :

  • 52 Traduction par Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 325. Texte de Chrétien : Cligès v (...)

Hardiment, Cligès va dans la tour et en revient, sans se cacher. Il y a déposé un autour en mue, et prétend lui faire des visites. Nul ne s’aperçoit qu’il y va pour une autre raison que pour l’autour52.

  • 53 Les traités donnent souvent des recettes pour favoriser, voire hâter la mue ; voir Van den Abeele,(...)

28Mettre un oiseau en mue est une opération délicate, qui se répète tous les ans au printemps, à l’époque où les oiseaux changent leur plumage, muent. Les fauconniers mettent pendant plusieurs mois l’oiseau dans une pièce spéciale, la mue, le nourrissent de façon plus abondante et appropriée, et peu à peu l’oiseau jette ses pennes et plumes, qui repoussent une à une53. Le prétexte est donc judicieux, c’est un « effet de réel » de la part de Chrétien. Mais c’est aussi une image au second degré : Cligès a enfermé sa bien-aimée comme un autour, la femme est à sa manière cet oiseau précieux qui fait l’objet de tous les soins de son amant.

  • 54 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 328 : El tans que l’en vet an gibier / De l’esprevier et del bra (...)
  • 55 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 328 : Bertranz ot non li chevaliers. / Essorez fu ses espreviers (...)
  • 56 Beaufrère, Lexique de la chasse au vol..., p. 161.
  • 57 Manuscrit Cambridge, University Library, Add. 4085, fol. 22. On comparera avec la scène analogue d (...)

29L’ironie se poursuit une centaine de vers plus loin, car c’est un autre oiseau qui fera découvrir les amants. Un jour en effet, Fénice a tellement envie d’être à l’air libre, dans le verger, que Cligès y consent. Ils sont de toute manière protégés par de hauts murs, et ils s’y étendent, dévêtus. Or c’est l’époque, nous dit Chrétien, où l’on sort chasser avec l’épervier et le brachet, ce petit chien de traque qui avait la prédilection des fauconniers54. Un chevalier de la cour, Bertrand, passe près de là, mais son épervier s’envole au loin, essorez après avoir manqué sa prise, une alouette55. Le rapace s'est donc « essoré », autre verbe du jargon des fauconniers, qualifiant l’oiseau qui part en altitude et s’écarte de l’homme56. L’épervier va se poser au-delà du mur, le chevalier décide d’y grimper et il passe à l’intérieur du verger enclos. C’est ainsi qu’il voit les deux amants, ahuris autant que lui : les voilà découverts au propre et au figuré. L’ironie veut que ce soit un oiseau de chasse, image fréquente pour l’amant lui-même, qui a causé la fin de la parenthèse enchantée. On y voit une fois encore la finesse de Chrétien de Troyes, qui sait ménager les rappels et les anticipations. Une miniature marginale dans un livre d’Heures conservé à Cambridge (ill. 3), et dont la décoration est inspirée du célèbre Psautier de Gui de Dampierre, peut servir d’équivalent visuel pour cette scène : un homme à pied, portant la main au front et tenant de l’autre le leurre, tente de retrouver son oiseau, posé plus haut sur la baguette marginale, qui s’orne pour sa part de deux têtes : un couple d’amoureux y est à l’abri57.

Ill. 3 – La quête de l'oiseau perdu.
Livre d’heures flamand du début du xive s. (Cambridge, University Library, ms. Add. 4085, f. 22).

30Abordons rapidement les occurrences d’oiseaux de chasse dans les autres romans de Chrétien. Yvain, ou le Chevalier au lion, fournit deux comparaisons martiales. Au vers 882, Yvain qui s’élance à la poursuite de son adversaire est similaire au gerfaut qui fond sur la grue. Chrétien y insère une belle comparaison homérique, qui va bien au-delà de l’image stéréotypée du combattant comparé à l’oiseau de chasse. Elle fait se dérouler sous nos yeux une poursuite qui se prolonge, comme celle de l’oiseau de chasse attaquant un gibier vigoureux et rapide :

  • 58 Traduction par Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 360. Texte de Chrétien : Si con g (...)

On aurait dit un gerfaut s’élançant sur une grue : parti de loin, il s'approche doucement d’elle, croyant la capturer, mais il est incapable finalement de l’atteindre. De la même façon, le chevalier fuit, Yvain le pourchasse, arrive à sa portée mais finalement ne peut pas l’atteindre58.

  • 59 Beaufrère, Lexique de la chasse au vol..., p. 314-315. Lenoble-Pinson, Poil et plume..., p. 179-18 (...)
  • 60 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 416 : Messire Yvains trestot aussi / Les feisoit venir a merci / (...)
  • 61 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 574 ; texte de Chrétien : Tant l (...)
  • 62 Le livre IV du De arte venandi cum avibus est consacré à la chasse des grues à l’aide du faucon ge (...)
  • 63 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 344 : Et sor le pont an piez estoit, / Cil cui la forteresse est (...)
  • 64 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 395 : Et messire Yvains en envoie / Devant la rote un escuier, / (...)

31Au premier vers de cette image, Si con girfauz grue randone, on notera encore un terme technique : l’oiseau de chasse randonne ou prend de randon lorsqu’il est forcé d’infléchir son vol pour suivre une proie qui s’échappe en louvoyant59. Au vers 3191, Yvain défait les ennemis comme le faucon abat les sarcelles60. Même registre d’image dans Lancelot ou le Chevalier à la charrette, au vers 2745 : Lancelot fait ployer son adversaire qui doit demander merci, « comme l’alouette qui ne peut plus résister à l’émerillon une fois que, débordée et dominée par son vol, elle n’a plus de recours61.» Pour stéréotypée qu’elle soit, l’image est précise : avec ce faucon en miniature qu’est l’émerillon, une petite proie comme l’alouette est le gibier tout indiqué. De même, le gerfaut était selon Frédéric II de Hohenstaufen le faucon par excellence pour chasser les grues, tandis que le faucon pèlerin est l’espèce qu’il réserve à la chasse des canards62. Chacune de ces trois images de Chrétien allie avec justesse un oiseau rapace particulier et sa proie de prédilection. On doit encore mentionner, dans le récit de Calogrenant qui entame les aventures d’Yνain, la rencontre d’un châtelain qui tient sur son poing un autour mué63, et le passage où Yvain envoie vers son château un messager qui porte un faucon gruier, pour avertir ses gens que la compagnie d’Arthur va venir loger au château64. Sans être fort significatifs chacun, ces deux passages servent de rappel pour le motif des oiseaux de chasse.

  • 65 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 894 ; texte de Chrétien : Tant q (...)

32Pour finir comme on a commencé, avec le Perceval, signalons dans ce roman deux autres citations à verser au dossier. Après l’épisode du gué périlleux, Gauvain rencontre Grinomalant, un chevalier désoeuvré qui gibeçoit ou chassait au vol : « Il finit par rencontrer un chevalier qui chassait, seul, avec un épervier65 ». Plus intéressante est, dans ce dernier roman, l’évocation du Roi Pêcheur, qui habite le château du Graal. Comme l’explique la pucelle que rencontre Perceval après avoir quitté le château déserté, il est infirme et ne peut plus s’adonner au « déduit », au plaisir qu’est la chasse, mais en est réduit à pêcher :

  • 66 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 772. Nous changeons au v. 3525 l (...)

D’où le nom qu’on lui a donné de Roi Pêcheur. Et si telle est sa distraction, c’est que son état ne lui permettrait pas de pratiquer d’autre activité. Il ne peut plus chasser dans les bois ni en rivière, mais il a ses fauconniers, et ses archers et veneurs pour chasser dans ses forêts66.

  • 67 Riverer ou aller en riviere sont en ancien français des expressions courantes pour la chasse au vo (...)
  • 68 Il existe un seul traité sur le sujet, daté du xiiie siècle : Guicennas, De arte bersandi, éd. Lin (...)
  • 69 Il existe une abondante littérature secondaire sur le Roi Pêcheur et sa portée narrative. Voir, pa (...)

33Les rivereors qui vont riverer désignent les fauconniers, ceux qui vont chasser le gibier d’eau le long des rivières67. Avec les archers, qui s’adonnent à l’ars bersandi ou l’art de chasser le gibier des bois à l’arc ou à l’arbalète68, et les veneurs, qui pratiquent la chasse à courre, c’est tout l’éventail de la chasse aristocratique qui se décline ainsi sous la plume de Chrétien. Privé de ces deduits, le Roi Pêcheur chasse par procuration. Pour sa part, il ne peut plus s’adonner qu’à la pêche, loisir surprenant pour un souverain, car c’est une activité non noble selon les conventions sociales de l’époque, qui dès lors nécessite une explication dans le roman. La pucelle répond à l’étonnement de Perceval en lui disant que le roi est infirme à la suite des blessures encourues lors d’une bataille69.

ill. 4 – Sceau de Marie de Champagne, 1151-1181.
(Archives départementales de l’Aube, Na 835/1 193).

34Ce parcours dans les romans de Chrétien de Troyes y a révélé la fréquence du motif de la chasse au vol, la diversité de sa mise en œuvre aussi. On a noté la justesse de ces évocations, le vocabulaire technique précis, les jeux d’échos intra- et intertextuels, la symbolique diffuse. Tout ceci devait résonner à merveille auprès du public du romancier. Ces hommes de cour vivaient en contact avec les oiseaux de chasse, dans des châteaux où l’on portait les faucons avec soi, où ils étaient mis sur des perches dans les grandes salles ou même dans la chambre à coucher. Les nobles se faisaient un point d’honneur à savoir parler d’oiseaux et de chasse et se gaussaient des ignorants en la matière. Comme la comtesse Marie de Champagne, que l’on voit l’oiseau au poing sur un sceau contemporain des romans de Chrétien (ill. 4), ils avaient tous eu sur la main un épervier ou un faucon à paître de vif, à suivre du regard, à rappeler. Chez eux donc, la métaphore de l’épervier revenant au reclaim n’avait besoin d’aucune glose. Transposée aux amants lors de la nuit de noces, l’image montre Érec et Énide sans fard, beaux comme peut l’être un épervier mué au plumage éclatant, oiseau de caractère sauvage mais apprivoisé, comme les amants le sont par l’accoutumance de la courtoisie. Même si les romans ne sont pas en soi « réalistes », les péripéties de chasse et les métaphores cynégétiques peuvent se lire au premier degré, elles sonnent juste et témoignent d’un discours en prise sur le réel. Chaque fois cependant ou presque, on peut accéder à un sens plus profond, un deuxième langage que le romancier s’est plu à développer de façon toute implicite.

Notes

1 Cet article prend appui sur des éléments épars dans notre livre La fauconnerie dans les lettres françaises, du xiie au xive siècle, coll. « Mediaevalia Lovaniensia », XVIII, Leuven University Press, Leuven, 1990, et les approfondit dans une perspective d’analyse des realia et des ressorts littéraires. Le sujet a fait l’objet d’une conférence à Troyes dans le cadre du « Mois médiéval » en mai 2001, à l’initiative de Jean-Luc Liez. Nous tenons à remercier aussi Colette Storms et Fabienne Arboit pour des notes de lecture judicieuses.

2 Nous utilisons pour cet article le texte et les traductions publiés dans le volume Chrétien de Troyes. Œuvres complètes, édition publiée sous la dir. de D. Poirion, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1994. La numérotation des vers diffère parfois légèrement de celle qui est suivie dans l’édition parue dans les « Classiques français du Moyen Âge » (5 tomes, Érec et Énide par M. Roques, 1952, Cligès par A. Micha, 1957, Lancelot par M. Roques, 1958, Yvain par M. Roques, 1960 et Perceval par F. Lecoy, 1975) ; nous le signalons le cas échéant.

3 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 788-789. Texte de Chrétien : Et einz que il venist as tentes, / Voloit une rote de gentes /Que la nois avoit esbloïes. / Veües les a et oïes, / Qu’eles s’an aloient fuiant / Por un faucon qui vint bruiant / Aprés eles de grant randon, / Tant c’une an trova a bandon / Qu’ert d’antre les altres sevree ; / Si l’a ferue et si hurtee / Qu’ancontre terre l’abati. / Mes trop fu tart, si s’an parti, / Il ne la volt lier ne joindre. / Et Percevax comance a poindre / La ou il ot veü le vol. / La gente fu ferue el col, / Si seinna trois gotes de sanc / Qui espandirent sor le blanc, / Si sanbla natural color. / La gente n’a mal ne dolor / Qu’ancontre terre la tenist / Tant que il a tans i venist ; / Ele s’an fu ençois volee, / Et Percevax vit defolee / La noif qui soi la gente jut, / Et le sanc qui ancor parut. / Si s’apoia desor sa lance / Por esgarder cele sanblance, / Que li sans et la nois ansanble / La fresche color li resanble / Qui est an la face s’amie, / Et panse tant que il s’oblie. (v. 4171-4202 ; ce sont les v. 4151-4180 dans l’éd. F. Lecoy, CFMA).

4 Sur les techniques d’affaitage et de chasse, voir notre ouvrage La fauconnerie au Moyen Age : connaissance, affaitage et médecine des oiseaux de chasse d’après les traités latins, coll. « Sapience », 10, Klincksieck, Paris, 1994.

5 Voir Monneret (R.J.), Le faucon pèlerin. Description, mœurs, observation, protection, mythologie, Delachaux et Niestlé, Lausanne-Paris, 2000, p. 60-61. L’observation nous est confirmée par des amis fauconniers qui volent la corneille en Brabant : dans un groupe de corneilles, le faucon attaque un individu bien particulier sans se laisser détourner par les autres, et à l’autopsie, il apparaît souvent que cet oiseau présente quelque imperfection de plumage.

6 Les deux vers 4182-4183 (Lecoy 4162-4163) ont été mal compris par certains interprètes, tel J.P. Foucher, Perceval ou le Roman du Graal, Gallimard, Paris, 1974, p. 111 : « Perceval arrive trop tard sans pouvoir s’en saisir encore ». Or c’est bien le faucon qui trop fu tart et ne veut pas la « lier », et non Perceval, dont il est question au vers suivant.

7 Pour les autours et les éperviers, on use du verbe « empiéter ». Pour le lexique spécifique à la fauconnerie, un utile instrument de travail apporte des définitions techniques et des exemples nombreux : Beaufrère (H.), Lexique de la chasse au vol. Terminologie française du xvie au xxe siècle, coll. « Bibliotheca cynegetica ». 4, Jacques Laget, Nogent-le-Roi. 2004.

8 Gallais (P.), Perceval et l’initiation, Paris, 1972, p. 160.

9 Van den abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 174-189.

10 Sur cet épisode, un article à signaler : Pastre (J.M.), « Perceval, Parzival et le faucon, ou l’image thériomorphe d’un héros », in Buschinger (D.) et Spiewok (W.) éd., Perceval – Parzival, hier et aujourd’hui. Festschrift zum 95. Geburtstag von Jean Fourquet, Reineke Verlag, Greifswald, 1994, p. 195-202.

11 Guerreau-Jalabert (A.), « Le cerf et l’épervier dans la structure du prologue d'Érec », in Paravicini Bagliani (A.) et Van den Abeele (B.) éd., La chasse au Moyen Age. Sociétés, traités, symboles, coll. « Micrologus' Library », 5, Sismel, Florence, 2000, p. 203-219, cit. p. 203.

12 Dans cette perspective, voir aussi Peron (G.), « Aspects rhétoriques et aspects techniques de la chasse dans les romans français du Moyen Âge », in La Chasse au Moyen Age. Actes du colloque de Nice (22-24 juin 1979), Les Belles Lettres, Paris, 1980, p. 403-422.

13 Lenoble-Pinson (M.), Poil et plume. Termes de chasse et langue courante. Vénerie, fauconnerie, chasse à tir, coll. « Le plaisir des mots », Duculot, Paris-Louvain-la-Neuve, 1989.

14 Divers articles ont été consacrés au sujet : West (G.D.), « Gerbert's Continuation of Perceval (lines 1528-43) and the Sparrow-hawk episode », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, 7, 1955, p. 79-87 ; Harris (R.), « The white stag in Chrétien's Érec et Énide », French Studies, 10, 1956, p. 55-61 ; Cigada (S.), « La leggenda medievale del Cervo Bianco e le origini della "matière de Bretagne" », in Atti dell'Accademia Nazionale dei Lincei, 12, 1965, p. 1-121 ; Fasso (A.), « Érec, lo sparviero e il cervo bianco », Lectures, 7-8, 1981, p. 213-224 ; Gouttebroze (J.), « La chasse au blanc cerf et la conquête de l'épervier dans Érec et Énide », in Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Alice Planche, Nice, 1984, p. 213-225 ; Le Rider (P.), « L’épisode de l’épervier dans Érec et Énide », Romania, 116 (1998), p. 369-393. Voir aussi l’art, cit. n. 11.

15 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 3-4. Texte de Chrétien : Au jor de Pasque, au tans novel, / A Quaradigan, son chastel, / Ot li rois Artus cort tenue. / Einz si riche ne fu veüe, / Que mout i ot boens chevaliers, / Hardiz et conbatanz et fiers, / Et riches dames et puceles, / Filles de rois, gentes et beles ; / Mes einçois que la corz fausist, / Li rois a ses chevaliers dist / Qu’il voloit le blanc cerf chacier / Por la coutume ressaucier (vers 27-38).

16 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 11. Texte de Chrétien : El chastel mout grant joie avoit / De chevaliers et de puceles, / Car mout en i avoit de beles. / Li un peissoient par les rues / Espreviers et faucons de mues, / Et li autre aportoient hors / Terciax, ostors müez et sors ; / Li autre joent d’autre part, / Ou a la mine ou a hasart, / Cil as eschas et cil as tables (v. 348-357).

17 Pour les définitions, voir Beaufrère, Lexique de la chasse au vol...

18 Voir le Trésor de la langue française, t. 10, Paris, 1976, col. 242-243, et Beaufrère, Lexique de la chasse au vol.... p. 354.

19 Pour des explications techniques plus fournies, voir Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Age..., p. 45-51.

20 Ainsi, chez Pierre de Crescens, Liber ruralium commodorum, livre X, ch. 4, éd. Richter (W.), Petrus de Crescentiis (Pier de’ Crescenzi). Ruralia Commoda. Das Wissen des volkommenen Landwirts um 1300, t. 3, Universitätsverlag C. Winter, Heidelberg, 1998, p. 172.

21 Lenoble-Pinson (M.), Poil et plume..., p. 103-105 ; voir aussi Beaufrère, Lexique de la chasse au vol..., p. 150-151.

22 Tobler (A.) et Lommatzsch (E.), Altfranzösisches Wörterbuch, t. 9, Wiesbaden, 1973, col. 851-854.

23 A propos de la spécificité sociale de la chasse au vol, des nuances chronologiques et géographiques doivent être gardées en mémoire. Voir à ce sujet Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Âge..., p. 165-171.

24 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres.... p. 15-16. Texte de Chrétien : Biax amis, ce sont li baron / De cestpaïs ci an viron : / Trestuit li juene et li chenu / A une feste sont venu / Qui an ce chastel iert demain ; / Por ce sont li ostel si plain. / Mout i avra demain grant bruit, / Quant il seront assanblé tuit, / Que devant trestote la gent / Iert sor une perche d’argent / Uns espreviers mout biax assis, / Ou de cinc mues ou de sis, / Le meillor qu’au porra savoir. / Qui l’esprevier voldra avoir, / Avoir li covandra amie / Bele et saige sanz vilenie. / S’il i a chevalier si os / Qui vuelle le pris et le los / De la plus bele desresnier, / S’amie fera l’esprevier / Devant toz a la perche prandre, / S’autres ne li ose desfandre. / Icest costume maintienent / Et por ce chascun an i vienent (vers 557-580).

25 Pour ces épisodes, voir Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 100-104.

26 Sur cet épisode, voir Schmolke-Hasselmann (B.), « Accipiter et chirotheca. Die Artusepisode des Andreas Capellanus – eine Liebesallegorie ? », Germanisch-Romanische Monatsschrift, N.F., 63, 1982, p. 387-417.

27 On le trouve aux pages 474-537 dans l’édition parue avec traduction dans les « Lettres gothiques » : Le mesnagier de Paris, éd. Brereton (G.E.) et Ferrier (J.M.), trad. et notes K. Ueltschi. Le Livre de poche, Paris, 1994.

28 Henri de Ferrières, Les Livres du Roy Modus et de la Royne Ratio, éd. Tilander (G.), Société des anciens textes français, Paris, 1932, p. 227, chap. 116.

29 Friedman (M.), « The falcon and the hunt : symbolic love imagery in medieval and renaissance art », in Lazar (M.) & Lacy (N.) éd., Poetics of Love in the Middle Ages. Texts and Context, Fairfax, 1989, p. 157-175 ; Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 174-189 et passim.

30 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 49. Texte de Chrétien : Avoec ces que vos ai nomez / Vint li rois Bans de Ganieret, / Et tuit furent juesne vaslet / Cil qui ansanble o lui estaient : / Ne barbe ne grenon n’avoient. / Mout amena gent anvoisiee, / Deus cenz en ot an sa mesniee, / N’i ot nul d’ax, quiex que il fust, / Qui faucon ou terçuel n’eüst, / Esmerillon ou esprevier, / Ou riche ostor sor ou tnuier (vers 1936-1946 ; ce sont les v. 1922-1932 dans l’éd. M. Roques, CFMA).

31 Gace de la Buigne. Le roman des deduis, éd. Blomqvist (A.), Karlshamn, 1951, vers 823-825.

32 Les livres III et IV du De arte venandi cum avibus de Frédéric II, le traité de fauconnerie le plus volumineux et le plus orignal que nous ait laissé le Moyen Âge, sont consacrés à l’affaitage du gerfaut au vol de la grue, qui jouissait aux yeux de Frédéric II d’une priorité sans équivoque. Voir la traduction française par A. Paulus et B. Van den Abeele, Frédéric II de Hohenstaufen, « L’art de chasser avec les oiseaux ». Le traité de fauconnerie De arte venandi cum avibus, traduit, introduit et annoté, coll. « Bibliotheca Cynegetica », 1, Jacques Laget, Nogent-le-Roi, 2000.

33 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p, 51. Texte de Chrétien : Cers chaciez qui de soif alainne / Ne desirre tant la fontainne, / N’espreviers ne vient a reclain / Si volontiers quant il a fain, / Que plus volontiers n’i venissent, / Einçois que il s’antre tenissent. (vers 2041-2046 ; ce sont les v. 2027-2032 dans l’éd. M. Roques, CFMA). Dans la traduction, on aurait préféré voir utiliser ici, plutôt que l’insipide « appel », le ternie « reclaim », qui fait partie du vocabulaire technique actuel, bien que peu usité.

34 Le fait est souligné par J. Fournee, Des animaux dans nos églises, Limeil-Brevannes, 1994, p. 29. S’explique ainsi la présence fréquente, dans le décor des baptistères, de représentations du cerf, symbole du catéchumène. Voir Leclercq (H.), article « Cerf », Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. II, Paris, 1910, col. 3301-3307.

35 Ainsi, dans le roman d’Enéas, vers 8098, et dans Piramus et Thisbé, vers 411.

36 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 60. Texte de Chrétien : Cil li presante un ostor sor, / Cil un brachet, cil un levrier, / Et li autres un esprevier, / Li autres un destrier d’Espaigne. (vers 2404-2407 ; ce sont les v. 2388-2391 dans l’éd. M. Roques, CFMA).

37 Sur les types de chiens utilisés, voir Bugnion (J.), Les chasses médiévales. Le brachet, le lévrier, l’épagneul, leur nomenclature, leur métier, leur typologie, Infolio éditions, Gollion, 2005.

38 Trad. par P. Dembowski, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 131. Texte de Chrétien : Maint faucon et maint esprevier, / Et maint ostor sor et muier / Et maint brachet et maint levrier / Fist Guivrez avoec ax porter / Por aus deduire et deporter (vers 5360-5363 ; ce sont les v. 5314-5318 dans l’éd. M. Roques, CFMA)

39 Trad. par P. Dembowski dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 158. Texte de Chrétien : La reine ne rest pas coïe / D’Érec et d’Enyde acoler : / De li poïst l’en oiseler, / Tant estoit de grant joie plainne (v. 6462-6465 ; ce sont les vers 6407-6411 dans l’éd. de M. Roques, CFMA).

40 Oiseler dans le sens de pratiquer la chasse au vol est une locution fréquente dans les textes en ancien français. Nous en avons relevé une dizaine de cas : Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 42, 205 et 207.

41 Regnier (C.), « Notes de lexicographie et de dialectologie médiévales », in Etudes de langue et de littérature du Moyen Âge offertes à F. Lecoy, Paris, 1973, p. 507-517, en particulier p. 513-514. L’auteur rappelle que Wilhelm Foerster avait déclaré le passage incompréhensible, tandis que Gaston Paris avait judicieusement interprété que « Guenièvre était par la joie si bien devenue oiseau qu’on aurait pu se servir d’elle comme un oiseau pour la chasse », hypothèse rejetée ensuite, à défaut d’exemples parallèles connus à l’époque, par P. Imbs, « La charrette avant la charrette. Guenièvre et le roman d’Érec », in Mélanges de langue et de littérature du Moyen Age et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, Genève, 1970, p. 419-432, cit. p. 427.

42 Trad. de Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 185 (ce sont les v. 466-488 dans l’éd. A. Micha, CFMA).

43 Trad. de Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 239. Texte de Chrétien : Si sot plus d’escremie et d’arc / Que Tristanz li niés le roi Marc, / Et plus d’oisiax et plus de chiens : / En Cligès ne failli nus biens. » (vers 2771-2774 ; ce sont les v. 2749-2752 dans l’éd. d’A. Micha, CFMA).

44 Ils ont été étudiés à plusieurs reprises : Saly (T.), « Tristan chasseur », in La Chasse au Moyen Âge. Actes du Colloque de Nice (22-24 juin 1979), Les Belles Lettres. Paris, 1980, p. 436-441 ; Brault (G.), « Le rituel de la chasse dans le "Tristan" de Thomas », in Actes du xive Congrès international arthurien. Rennes, 1985, p. 112-119 ; Dick (E.S.), « Tristan the hunter : towards a metanarrative reading of Gottfried’s stag ritual », in Fide et amore. A Festschrift for H. Bekker, Göppingen, 1990, p. 41-69.

45 Voir pour divers exemples, Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 15-20.

46 Vers 3838-3839. Dans l’éd. Micha, ce sont les vers 3808-3809.

47 Trad. de Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 265.

48 A moins qu’il ne faille postuler dans le vers 3839 un accident dans la transmission manuscrite, menant à gripons à partir de grifaus (peut-être écrit griphaus). Ce serait alors non pas le griffon mais le gerfaut, ce qui serait encore plus cohérent, ce grand faucon pouvant être affaité à chasser le héron.

49 Notre traduction. Texte de Chrétien : Par tans sera de quatre mue, / Se il chascun jor par costume / Oste et remet novele plume (vers 4892-4894 ; ce sont les v. 4852-4854 dans l’éd. A. Micha, CFMA). Nous préférons voir en ces vers une réflexion de Gauvain, comme y invite le paragraphe, plutôt qu’un commentaire du narrateur, comme l’a compris Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 291 : « Bientôt Cligès aura mué quatre fois à force d’ôter et de changer son plumage tous les jours ». On notera que la mention de Cligès ne figure pas dans le vers 4892/4852.

50 Un tel nombre de mues était effectivement exceptionnel, car on perdait bien plus facilement un oiseau à l'époque que maintenant : tant la thérapeutique des oiseaux de chasse que les techniques de repérage ont changé la donne durant les dernières décennies.

51 Voir Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., p. 139-152.

52 Traduction par Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 325. Texte de Chrétien : Cligès va en la tor et vient / Hardiemant, tot a veüe, / C’un ostor i a mis en mue, / Si dit que il le vet veoir, / Ne nus ne puet aparcevoir / Qu’il i voist por nule acheison, / Se por l’ostor seulemant non (vers 6302-6308 ; ce sont les v. 6236-6242 dans l’éd. A. Micha, CFMA).

53 Les traités donnent souvent des recettes pour favoriser, voire hâter la mue ; voir Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Âge..., p. 154-157.

54 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 328 : El tans que l’en vet an gibier / De l’esprevier et del brachet / Qui quiert l’aloe et le maslet, / Et la quaille et la perdriz trace (vers 6412-6415 ; ce sont les v. 6342-6343 dans l’éd. M. Roques, CFMA).

55 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 328 : Bertranz ot non li chevaliers. / Essorez fu ses espreviers, / Qu’a une aloete a failli. / Or se tandra por malbailli / Bertranz, s’il pert son esprevier (vers 6421-6425 ; ce sont les v. 6351-6355 dans l’éd. M. Roques, CFMA).

56 Beaufrère, Lexique de la chasse au vol..., p. 161.

57 Manuscrit Cambridge, University Library, Add. 4085, fol. 22. On comparera avec la scène analogue dans le Psautier de Gui de Dampierre (Bruxelles, BR, ms. 10607), reproduite dans Van den Abeele, La fauconnerie dans les lettres..., fig.4, mais où le couple est dissocié aux deux extrémités du feuillet.

58 Traduction par Ph. Walter dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 360. Texte de Chrétien : Si con girfauz grue randone, / Qui de loing muet et tant l’aproche / Qu’il la cuide panre et n’i toche. Ensi cil fuit, et cil le chace / Si pres qu’a po qu’il ne l’anbrace, / Et si ne le par puet ataindre (vers 880-885 ; ce sont les v. 882-887 dans Téd. M. Roques, CFMA).

59 Beaufrère, Lexique de la chasse au vol..., p. 314-315. Lenoble-Pinson, Poil et plume..., p. 179-180, développe le sens de « randonner » dans le contexte de la vénerie, sans allusion à son usage ancien en chasse au vol.

60 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 416 : Messire Yvains trestot aussi / Les feisoit venir a merci / Con fet li faucons les cerceles (vers 3195-3197 ; ce sont les v. 3189-3191 dans l’éd. M. Roques, CFMA).

61 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 574 ; texte de Chrétien : Tant le painne, et tant le travaille / Que a merci venir l’estuet, / Corne l’aloe qui ne puet / Devant l’esmerillon durer, / Ne ne s’a ou aseürer / Puis que il la passe et sormonte (v. 2748-2753 ; ce sont les v. 2742-2747 dans l’éd. M. Roques, CFMA).

62 Le livre IV du De arte venandi cum avibus est consacré à la chasse des grues à l’aide du faucon gerfaut, tandis que le livre VI exposé comment chasser des canards avec le faucon pèlerin.

63 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 344 : Et sor le pont an piez estoit, / Cil cui la forteresse estoit, / Sor son poing un ostor müé (v. 195-197).

64 Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 395 : Et messire Yvains en envoie / Devant la rote un escuier, / Qui portoit un faucon gruier (v. 2316-2318).

65 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 894 ; texte de Chrétien : Tant que un seul chevalier vit / Qui gibeçoit d’un esprevier. / El pré devant le chevalier / Avoit trois chiennez a oisiax (v. 8536-8539).

66 Traduction par D. Poirion, dans Chrétien de Troyes. Œuvres..., p. 772. Nous changeons au v. 3525 la traduction « ses chasseurs pour le gibier d’eau » en « ses fauconniers », car il s’agit bien de cela avec les rivereors. Les vers de Chrétien sont : Por ce li Rois Peschierre a non, / Et por ce ensi se deduit / Qu’il ne porroit autre deduit / Por rien sofrir ne andurer. / Ne puet chacier ne riverer, / Mes il a ses rivereors, / Ses archiers et ses veneors / Qui an ses forez vont berser (vers 3520-3527 ; ce sont les v. 3506-3513 dans l’éd. F. Lecoy, CFMA).

67 Riverer ou aller en riviere sont en ancien français des expressions courantes pour la chasse au vol.

68 Il existe un seul traité sur le sujet, daté du xiiie siècle : Guicennas, De arte bersandi, éd. Lindner (K.), coll. « Quellen und Studien zur Geschichte der Jagd », 1, Berlin, 1954 et Tilander (G.), coll. « Cynegetica », 3, Uppsala, 1956.

69 Il existe une abondante littérature secondaire sur le Roi Pêcheur et sa portée narrative. Voir, parmi les articles récents, Vincensini (J.J.), « Impatience et impotence. L’étrangeté des rois du château du Graal dans le Conte du Graal », Romania, 116, 1998, p. 112-130.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 – Épervier sur la perche. Attr. Jacopo de' Barbari, ca 1500 (Londres, National Gallery).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Ill. 2 – Scène galante sur un ivoire parisien du xive s. (Londres, Victoria and Albert Museum, inv. nr. 219-67).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Ill. 3 – La quête de l'oiseau perdu.Livre d’heures flamand du début du xive s. (Cambridge, University Library, ms. Add. 4085, f. 22).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende ill. 4 – Sceau de Marie de Champagne, 1151-1181.(Archives départementales de l’Aube, Na 835/1 193).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

Auteur

Maître de recherches du FNRS, Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search