Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

Dans le sillage de la gondolière1. Féminisation des noms de métiers : usages, ambiguïtés, stratégies

Christine Jacquet-Pfau

Note de l’auteur

Cet article applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette première partie du titre est une référence à l’intitulé d’une dédicace personnelle que Michè (...)
  • 2 Aussi ne mentionnerons-nous dans la bibliographie que les principaux ouvrages de référence utilisé (...)

1Traiter de la féminisation dans un recueil d’hommages à Michèle Lenoble-Pinson pourrait paraître vain, tant cette remarquable linguiste s’est intéressée avec une extrême compétence au sujet qui a vu fleurir, depuis une vingtaine d’années, une littérature très abondante et très diversifiée, de l’ouvrage scientifique aux commentaires dans la presse grand public2. A plusieurs reprises (notamment dans les séminaires du Centre du Français Moderne institués par Claude Gruaz), nous avons eu l’occasion d’échanger avec elle quelques observations sur ce sujet. Ces conversations amicales, toujours empreintes d’humanisme, sont au nombre de celles qui nous ont aidée à structurer nos observations linguistiques. C’est donc aussi dans ce sillage que l’essai de typologie et de description de la féminisation des noms de métiers tel qu’il se présente dans un corpus d’offres d’emploi n’a de prétention ni à l’exhaustivité, ni (et encore moins !) à la construction d’une quelconque théorie sociolinguistique. Il veut se présenter davantage comme une série de varia, cadeau d’hommage dont Michèle Lenoble-Pinson saura bien mieux que moi tirer les conséquences pour un futur de la langue française.

I. Pratiques discursives et politique linguistique

A. Le corpus

  • 3 Becquer (Annie) et alii, Femme, j’écris ton nom... Guide d’aide à la féminisation des noms de méti (...)
  • 4 Cette spécificité est indiquée en page de couverture.

2Linguiste au féminin, nous avons été très attentive, non sans une part d’amusement et de réel plaisir, à la mise en place et en usage de « la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions »3. Les six pages d’offres d’emploi publiées à la fin de chaque numéro de l’hebdomadaire Télérama ont constitué, depuis plusieurs années, notre corpus de base. Nous y avons ajouté quelques références prises dans un hebdomadaire gratuit, « distribué dans le métro4 », destiné à un public beaucoup plus large et plus hétérogène, A Nous Paris. Nous avons privilégié, pour cet article, les annonces parues depuis deux ans, sans exclure totalement les annonces antérieures, l’objet de notre analyse étant de repérer quelques-unes des principales caractéristiques de l’usage de la féminisation dans des textes non normés, qui doivent être brefs, visibles et dont le lexique et la syntaxe présentent des schémas simples et répétitifs. Les éléments linguistiques marqueurs du processus de féminisation y présentent une grande diversité. Cette diversité présente elle-même l’intérêt de révéler certains fonctionnements de la morphologie, de la syntaxe, de la sémantique, et de mettre en lumière les difficultés d’écriture que pouvait rencontrer un tel processus.

3Il est nécessaire de préciser que ces annonces se présentent sous la forme de textes autonomes, n’ayant pas fait l’objet d’une harmonisation, chaque annonceur restant responsable de la rédaction de son texte. Nous considérerons donc que, s’il a pu suivre les « normes » telles qu’elles se dégagent des précédentes annonces publiées dans le magazine, les écarts notés manifestent, même dans les annonces les plus récentes, une instabilité encore importante dans l’usage, que les phénomènes qu’elle trahit soient conscients ou non. Précisons enfin que nous n’avons pas conservé dans les exemples tous les enrichissements typographiques, trop nombreux et hétérogènes, excepté dans quelques cas pertinents pour notre analyse.

B. Bref rappel historique

  • 5 Yvette Roudy a été ministre des Droits de la femme de 1981 à 1986. Elle a notamment fait voter la (...)

4La suppression de toute discrimination entre les sexes est un principe général du droit français. Un des moyens pour y parvenir est la féminisation des noms de métiers. Aussi, pour adapter, sur ce point, la langue à l’évolution sociale, Yvette Roudy, alors ministre des Droits de la femme5, mit en place en 1984 une commission de terminologie, présidée par l’écrivaine Benoîte Groult. Le travail du groupe aboutit à la circulaire du 11 mars 1986, signée par le Premier ministre Laurent Fabius, qui réaffirme que « L’accession des femmes de plus en plus nombreuses à des fonctions de plus en plus diverses est une réalité qui doit trouver sa traduction dans le vocabulaire ». Cette circulaire précise en annexe les « Règles de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre ». Après un quasi-sommeil de douze ans, le mouvement est réactivé par Lionel Jospin, Premier ministre : la circulaire du 6 mars 1998 fixe l’obligation de faire figurer, dans les textes réglementaires et les documents officiels des administrations et établissements publics de l’État, la dénomination féminine des métiers, fonctions, grades et titres. Ce processus est appuyé dès 1999 par une publication de l’Institut national de la langue française (INaLF) du CNRS, le Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions. Femme, j’écris ton nom... (Becquer, 1999). Préfacé par L. Jospin, ce document, qui fait désormais référence, rappelle l’historique de cet évènement sociolinguistique, en précise les règles et établit la liste des unités lexicales concernées, mettant face à face les formes du masculin et du féminin.

5Notre corpus d’offres d’emploi nous a permis de voir comment, dans un corpus non normé, ces règles et recommandations ont été mises en pratique dans l’usage. Or, si nous pouvons constater, à la suite de ces lois et de ces recommandations, une nette volonté d’indiquer explicitement si les emplois proposés concernent l’un et l’autre sexes ou seulement l’un des deux, nous relevons encore bien des annonces qui s’inscrivent, implicitement ou non, volontairement ou non, dans des pratiques différentes. Nous verrons également que la nécessité ou la volonté de marquer le masculin et le féminin fait apparaître certaines difficultés orthographiques et morphologiques qu’il nous a semblé intéressant d’analyser.

II. Masculin féminin6

A. Un équilibre ?

6Si les premières applications de la féminisation font encore fréquemment alterner les unités lexicales au masculin et au féminin lorsque le mot n’est pas épicène, l’ordre de la notation de genre peut être inversé :

(1) Les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles [...] Recrutement pour la rentrée 2006 de chanteuses et chanteurs français et étrangers (Télérama 2922. 11 janvier 2006).

7L’interprétation de cette inversion sera sans doute différente selon les locuteurs. Convient-il d’y percevoir, dans certains contextes professionnels et socioculturels, une marque de l’élégance qui laisse la préséance aux femmes ? Ou bien l’ordre choisi est-il révélateur de la difficulté à accorder en genre les adjectifs postposés (chanteurs et chanteuses français et étrangers) avec une résistance plus ou moins consciente au principe grammatical que « le masculin l’emporte sur le féminin » ?

8Mais très vite est adopté l’usage d’une notation qui se veut plus « neutre » et économique pour désigner l’un et l’autre sexe. La spécification homme/femme ou, plus fréquente, h/f ou encore H/F (6), (8)-(10), en général postposée (2), (3) et (4), plus rarement antéposée (5), a pour objectif de respecter l’égalité entre les hommes et les femmes dans le monde socioprofessionnel. Mais, comme nous le verrons, le discours laisse souvent percevoir une autre réalité :

(2) La Ville de Melun [...] recrute [...] Deux bibliothécaires h/f (Télérama 2511, 25 février 1998).
(3) Adler [...] Commerciaux h/f (20 Minutes, 5 mai 2003)
(4) VMMagazines... recherche un Gestionnaire Abonnements h/f (Télérama 3016, 31 octobre 2007).
(5) Société de transports de véhicules automobiles recherche h/f Conducteur routier SPL (A Nous Paris, 21-27 janvier 2008).

9Cette notation peut être mentionnée même si l’unité lexicale exprimant le métier ou la fonction est une forme épicène, ne présentant donc aucun changement formel au masculin et au féminin (2). Il s’agit là de marquer avant tout la féminisation dans le monde du travail, l’égalité des sexes s’imposant avant même la féminisation linguistique. Le genre masculin apparaît alors comme le genre générique et, à ce titre, est maintenu dans le discours qui détaille l’annonce, à travers les unités lexicales variables en genre (noms, adjectifs, pronoms) :

(6) Fly [...] recherchons Responsables de rayon – H/F [...] Si vous êtes enthousiaste, réactif [...] (A Nous Paris 384, 18-24 février 2008).
(7) Fitness First [...] recrute Hôtes/Hôtesses d’accueil h/f. Premier(ère) interlocuteur(trice) [...] vous êtes organisé(e) et réactif(ve) (« Dossier spécial emploi », A Nous Paris, 8 octobre 2007).

10Un nombre non négligeable d’offres opèrent une inversion de ces notations. Là encore l’interprétation est souvent difficile : erreur, distraction ou priorité donnée au recrutement féminin... ? Une telle notation répétée sur une même page peut laisser penser qu’un excès de féminisme, pas toujours très heureux, peut aussi en être la cause, à supposer que la rédaction ne soit pas exclusivement laissée au soin de l’annonceur ou de l’annonceuse :

(8) La mairie de Paris recrute sur test d’aptitude des éboueurs (F/H) (Métro, 1er septembre 2008).
(9) La mairie de Paris recrute des vacataires (F/H) (Métro, 1er septembre 2008).
(10) La mairie de Paris recrute [...] des architectes-voyers (F/H) [...] Ils (elles) sont, notamment, chargé(e)s de missions de conseil [...] Les candidat(e)s doivent être détenteurs(trices) [...] (« Carrières Publiques », Le Monde, 27 mai 2008).

B. Féminin et masculin

11Une autre catégorie d’annonces privilégie comme terme générique l’emploi du féminin, tout en l’associant à la notation h/f. Que signifie dans ce cas le marquage de l’égalité des sexes ? En fait la marque du genre, le féminin, sur l’unité lexicale unique, semble bien indiquer la prééminence de la forme lexicale au féminin, forme pleine, apparaissant en premier, donc privilégiée par rapport au masculin. Cette formulation contredit ainsi, en discours, la notation – de plus ordonnée – h/f, en suggérant que le recrutement d’une femme reste souhaitable, la forme féminine étant toujours marquée. En effet, comme l’écrit Marie-Jo Mathieu en titre d’un de ses articles, « Le féminin n’est pas neutre » (Mathieu, 2002).

  • 7 Il n’est par ailleurs pas neutre de constater que le moteur de recherche Google indique pour la re (...)

12Dans les exemples (11) et (12), l’emploi de directeur et de conseiller aurait été possible, impliquant, dans le second de ces exemples, que ambassadrice soit alors remplacé par son masculin, ambassadeur. Dans (12), l’emploi privilégié du féminin est explicité dans la suite de l’annonce par des mots comme « élégance », « raffinement », « luxe », encore traditionnellement associés à des marques de luxe et à des images féminines. L’exemple (13) traduit une réticence encore forte dans l’usage, le masculin puériculteur n’étant que rarement utilisé7. L’exemple (14) note un écart d’ordre sociolinguistique d’autant plus fort que la dénomination « femme de ménage » n’est pas recensée sous cette forme dans le Guide d’aide à la féminisation, mais apparaît sous la forme hyperonyme « homme de... », au féminin : « femme de... » (Becquer, 1999 : 92).

(11) La ville de Noisy-le-Sec recrute une Directrice de crèche (h/f) (Télérama 2954, 23 août 2006).
(12) S.T. Dupont... recherche [...] Conseillère de vente h/f...Vous êtes l’ambassadrice de la marque... Dynamique, rigoureuse et d’excellente présentation [...] (A Nous Paris 383, 11-17 février 2008).
(13) La ville de Montrouge [...] Recrute une Puéricultrice D.E. (h/f) (Télérama 2976, 24 janvier 2007).
(14) Gens de maison – 30 CDI à pourvoir – postes de Femmes de ménage pour H/F (A Nous Paris 402, 30 juin-6 juillet 2008).

13Mais une étape supplémentaire peut être franchie, quand la suite de l’annonce accentue le déséquilibre relevé dans les exemples ci-dessus :

(15) Urgent Paris 10 Recherchons 10 Télévendeuses (h/f). Vous êtes dynamiques et souriantes [...] (A Nous Paris 384, 18-24 février 2008).

14où le commentaire qui accompagne la nature du poste sélectionne déjà, par l’emploi exclusif du féminin, une candidate !

C. Comment interpréter le masculin employé seul ?

15Si le genre grammatical masculin indique, en théorie, le générique (homme et femme), quand il est utilisé seul dans un contexte où d’autres annonces marquent explicitement le sexe, comme c’est le cas dans ce corpus, il devient alors marqué lui aussi, laissant à penser qu’est exclue de l’appel d’offre toute candidature féminine :

(16) Conseil d’administration entreprise d’insertion [...] recherche Directeur (Télérama 2508, 4 février 1998).
(17) Société immobilière Paris [...] recherche Technicien gestionnaire immobilier (A Nous Paris 397. 25 mai-1er juin 2008).

16En dehors de toute spécification explicite de genre, il est toujours possible de se demander si l’annonceur – qui, rappelons-le, élabore son document en relative autonomie – n’éprouve pas la nécessité de lever l’ambiguïté linguistique et sociale, surtout dans le cas de mots épicènes tels discothécaire, gestionnaire, journaliste, responsable de..., standardiste, etc. Ainsi l’annonce suivante :

(18) Carelec Interim [...] recherche Inventoristes (« Dossier spécial emploi », A Nous Paris, lundi 8 octobre 2007).

  • 8 Sur cette délicate distinction, voir, entre autres, Michard (Claire), 2002 et Durrer (Sylvie), 200 (...)

17L’ambiguïté disparaît totalement dans les cas où, dans une même annonce regroupant plusieurs offres d’emploi, les informations linguistiques ou métalinguistiques donnent des renseignements différenciés, selon qu’elles marquent ou non, selon l’emploi, l’alternance du genre ou du sexe8 :

(19) Maison Pou [...] recherche – Vendeurs/ses – Cuisiniers Traiteur [sic] (A Nous Paris 384, 18-24 février 2008).

18Les procédés utilisés pour marquer la féminisation dans cette catégorie de textes sont particulièrement révélateurs d’une certaine représentation sociale (voir notamment Houdebine-Gravaud, 1998 et 2002), parfois de manière surprenante comme dans l’exemple suivant :

(20) La ville de Puteaux recrute un Directeur de crèche h/f Puéricultrice ou infirmière diplômée d’Etat avec 5 ans d’expérience (Télérama 3051, 2 juillet 2008).

D. Métiers de femmes ?

  • 9 Il serait intéressant de faire une étude des marques de genre dans l’extrait de cet article, mais (...)
  • 10 Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques (NDLR).

19Certaines annonces sembleraient, si l’on s’en tenait à la lettre, plus féministes que d’autres. Mais il devient très vite possible d’identifier les catégories socioprofessionnelles encore considérées comme essentiellement féminines. Comme le soulignait Rémi Barroux il y a quelques années, les femmes « sont majoritaires dans la sphère des services alors que les hommes dominent dans la sphère industrielle : assistant maternel (99 % de taux de féminisation en 2002), secrétaire (97 %), aide-soignant (91 %), sage-femme-infirmière (87 %)... Les agents d’entretien représentent le secteur comptant le plus de femmes [...] suivis des enseignants [...]9 » (« Selon la Dares10, l’emploi féminin progresse, mais il reste cantonné aux professions du tertiaire », Le Monde, 12 août 2004, p. 7) :

(21) Maison de broderies [...] recherche Brodeuses expérimentées Main / Cornely (Métro, 1er septembre 2008).
(22) Hôtesses d’accueil [...] Hôtesses Standardistes Hôtesses Standardistes itinérantes [...] Devenez esthéticienne [...] Devenez diététicienne [...] Association recherche [...] Auxiliaires de puériculture Éducatrices de jeunes enfants (20 minutes, 5 mai 2003).
(23) Télémarketing [...] recherche urgent H/F en cdi 15 televendeuses dynamiques et souriantes [...] Débutantes acceptées [...] (A Nous Paris, 30 juin-6 juillet 2008).

20Nous ajouterons que, d’une manière générale, les femmes sont également majoritaires, et quel que soit alors leur grade, dans le monde de la petite enfance :

(24) Ville de Créteil [...] Une puéricultrice Directrice de crèche collective (Télérama 2708, 5 décembre 2001).

E. Les noms de métiers venus d’ailleurs, notamment de l’anglais

21Les noms de métiers empruntés à d’autres langues, essentiellement à l’anglais, font l’objet d’un traitement linguistique spécifique. Le Guide d’aide à la féminisation précise que « Pour les mots empruntés à une langue étrangère dans l’intégralité de leur signe, sans adaptation morphologique, la forme féminine est identique au masculin. » Mais, « [l]orsqu’il existe des équivalents recommandés par les commissions ministérielles de terminologie, seuls ces équivalents sont féminisés » (Becquer, 1999 : 26). Notre corpus fait apparaître une très nette prépondérance d’unités lexicales empruntées à l’anglais sans adaptation morphologique. Deux éléments externes indiquent alors la féminisation de la profession. Le plus utilisé est la notation h/f :

(25) Babychou Services Nous recherchons des Babysitters h/f (Métro, 1er septembre 2008).
(26) Le CIEFA recrute [...] Futurs Managers de Rayons h/f (A Nous Paris 403, 30 juin-6 juillet 2008).

22Plus rarement l’annonceur marque le féminin par le déterminant :

  • 11 Le Guide d’aide à la féminisation... propose la même forme au masculin et au féminin pour baby-sit (...)

(27) Ville de Reims [...] recrute [...] Un(e) Designer produit et un(e) Designer matières et couleur (Télérama 3044, 14 mai 2008).
(28) La Librairie La Procure recherche son Webmaster intégrateur (h/f) (Télérama 2926, 8 février 2006)11.

23Là encore nous avons relevé, dans certains cas, des incohérences, entre l’annonce principale et le texte qui lui est associé. La discontinuité des marques de nombre et de genre n’est pas quantitativement négligeable :

  • 12 C’est nous qui soulignons.

(29) IC.COM Devenez Manager Culturel chargé(e) de production, programmateur attaché(e) de presse, chargé(e) de communication, organisateur d’événements, médiateur culturel (Télérama 3044, 14 mai 2008).
(30) Le CIEFA recrute [...] Futurs Managers de Rayons h/f [...] Dynamique, volontaire et rigoureux, vous avez une 1re expérience dans la vente et la distribution (A Nous Paris 397, 25 mai-1er juin 2008)12.

24Cette incohérence est très certainement liée à l’excès d’informations grammaticales à noter.

25L’absence de féminisation de ces emprunts laisse, dans d’autres contextes, un réel vide linguistique, dont un bel exemple est donné par un article signé L[aureen] O[rtiz], « Les managers sont aussi des pères » (Le Monde, 26 février 2008), qui commence en ces termes : « LES HOMMES managers assumeraient-ils désormais la fonction de père ? ».

II. Le marquage du genre et/ou du sexe dans les offres d’emploi a-t-elle un coût ?

26Si la prise en compte de la distinction homme/femme dans la rédaction des offres d’emploi relève en partie de considérations à la fois sociologiques et linguistiques, nous devons également prendre en compte les difficultés auxquelles se trouvent confrontés les rédacteurs.

A. Variantes et contradictions

27Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, la notation la plus utilisée est celle qui consiste à faire suivre, ou parfois à faire précéder, le nom de la profession au masculin par la mention homme ou femme abrégée en h/f dans tous les cas où le recrutement s’adresse aux deux sexes. Mais, nous l’avons vu, les variantes sont nombreuses.

28A ce marquage peut en effet être associé un déterminant (article, déterminant possessif, numéral cardinal) qui peut préciser le genre :

(31) Saint-Denis [...] recrute par voie statutaire Un directeur (H/F) de résidence pour personnes âgées (Télérama 2511, 25 février 1998).
(32) Quadra [...] recrute son Responsable (h/f) (Le Monde, 29 avril 2008).

29Mais l’information est perdue quand ce déterminant est noté sous la forme de chiffres et quand aucune marque de genre spécifique n’apparaît ni sur le déterminé (épicène) ni dans le texte :

(33) La crèche collective de Soisy-sous-Montmorency recrute 1 auxiliaire de puériculture (Télérama 2922, 11 janvier 2006).

30Dans un grand nombre de cas, que nous allons énumérer ci-après, les rédacteurs ont recours à des éléments typographiques pour indiquer l’alternance entre le masculin et le féminin : si les parenthèses sont de loin les éléments les plus utilisés (38)-(42), le recours aux barres obliques est fréquent :

(34) Le Conseil général du Finistère recrute [...] 2 assistants/es de conservation du patrimoine [...] 1 assistant/e qualifié/e de conservation du patrimoine (Télérama 3054, 23 juillet 2008).

31Il est ici intéressant de noter que cette formulation entraîne bien souvent des difficultés ou des incohérences dans la continuité du marquage du genre et du nombre :

(35) Agglomération Maubeuge [...] recherche son administrateur/ administratrice passionné(e) [...] son/sa Directeur/ Directrice Général(e) (Le Monde, 5 août 2008).
(36) Association nationale recrute un/une directrice/directeur technique (Télérama 2965, 8 novembre 2006).

  • 13 Quelques tentatives typographiques ont été faites pour échapper à cette linéarité : voir ci-dessou (...)

32L’exemple (35) fait apparaître une difficulté particulière : « son » est le masculin du possessif, mais c’est également la forme du féminin quand il est immédiatement suivi d’une unité lexicale commençant par une voyelle. Les deux formes ne sont donc pas morphologiquement et sémantiquement équivalentes. L’utilisation de « son » comme déterminant unique de deux formes distinctes, l’une au masculin, l’autre au féminin, ici séparées par une barre oblique (équivalent à ou), « administrateur/administratrice », introduit un brouillage de l’information donnée sur le genre. Dans l’exemple (36), faut-il analyser l’inversion des genres entre les déterminants et les déterminés comme une erreur ou plutôt comme une tentative de neutraliser le choix imposé par la linéarité discursive13 ?

33La redondance des marques de genre, fréquemment présente dans notre corpus, n’a pas seulement une signification socioculturelle :

(37) L’Espace des Arts Scène nationale de Chalon-sur-Saône recrute Un(e) administrateur(trice) de production chargé(e) de mission sur les relations publiques (h/f) (Télérama 3051, 2 juillet 2008).

34Elle trahit également des difficultés à la fois morphologiques et graphiques. L’accumulation de parenthèses et donc d’alternances de morphèmes (flexionnels et morphologiques) apparaît comme un élément perturbateur pour l’écriture comme pour la lecture. Les notations, quand elles sont nombreuses, peuvent en effet nuire à la lisibilité de l’annonce :

(38) La Ville de Méru [...] recherche [...] Un(e) Assistant(e) du Patrimoine confirmé(e) ou Un(e) Assistant(e) Qualifié(e) du Patrimoine (Télérama 2823, 18 février 2004.
(39) La Ville de Poissy [...] Un(e) Administrateur(trice) du Théâtre chargé(e) de la gestion administrative [...] vous [...] êtes régisseur [...] êtes présent [...]. Associé(e) à la réflexion plus globale de la politique culturelle et politique [...] vous [...] êtes réactif(ve) [...] (Télérama 3048, 11 juin 2008).

35Et que dire quand le marquage du nombre s’ajoute au marquage du genre !

(40) Ville de Colombes recrute des directeurs(trices) adjoints(es) (Télérama 2798, 5 décembre 2001).
(41) Clinique du Landy [...] recrute Aides soignants(es) [...] Infirmiers(eres) diplomes(es) d’Etat (Métro, 1er septembre 2008).

B. Éléments typographiques et paralinguistiques

36Le recours à la typographie ou à des éléments paralinguistiques, tels que l’illustration ou la couleur, contribue à compléter l’information linguistique, voire à lever une ambiguïté. Ainsi, dans l’annonce :

(42) Complétude Soutien scolaire Recrute étudiants (20 Minutes, 28 novembre 2007)

37la photo d’une jeune fille confirme que le masculin fonctionne bien ici comme un générique. Dans l’annonce suivante :

(43) Devenir professeur grâce au label Forprof (Métro, 1er septembre 2008)

38une photo de trois jeunes : au centre une jeune femme, l’actrice principale, à gauche à peine la moitié du visage d’un jeune homme et, à droite, un peu plus de la moitié du visage d’une jeune femme, est encore plus suggestive. Elle laisse en effet penser que les candidatures de femmes sont non seulement recevables, mais qu’elles pourraient même être privilégiées.

39Dans quelques cas relativement isolés mais dont l’originalité mérite d’être relevée, le recours à la couleur permet à la fois de distinguer, de détacher et, finalement, de mettre en valeur l’information. Dans l’annonce suivante l’alternance rouge (le texte, à l’exclusion des éléments graphiques encadrés de parenthèses) / rose (les -e du féminin, ici soulignés par nous en gras) met en valeur l’alternance masculin/féminin :

(44) Théâtres en Dracénie recrute un(e) chargé(e) de relations Publiques (Télérama 2833, 28 avril 2004).

40Le raffinement peut être exceptionnellement poussé plus loin, alliant l’utilisation de couleurs distinctives et une mise en page originale, comme dans l’annonce (45) où le suffixe de féminin trice, traditionnellement entre parenthèses, est de plus placé juste au-dessus du suffixe masculin teur, constituant avec lui un paradigme clairement identifié :

(45) Centre Dramatique National Jeunes Publics Grand Bleu Son (trice)
Administrateur (Télérama 2626, 10 mai 2000).

41Certaines annonces notent le féminin en recourant aux marques typographiques, par exemple des minuscules par opposition aux capitales utilisées pour la forme pleine au masculin (46) ou des exposants (47) et (48), opérant une mise à distance visuelle de la féminisation, dont la présence se trouve ainsi doublement reléguée en arrière-fond, aussi bien par l’abréviation que par la forme typographique adoptée :

(46) Le Centre Hospitalier Esquirol [...] recrute INFIRMIERS (es) (Télérama 2957, 13 septembre 2006).
(47) Bordeaux [...] recrute [...] un adjoint a la directrice générale (h/f) (Télérama 3034, 5 mars 2008).
(48) Musique de Danse en Lorraine [...] Recrute [...] Le(la) Directeur(trice) Pédagogique (Télérama 2619, 22 mars 2000).

42Cette mise à distance est d’autant plus intéressante que nous n’avons trouvé aucun exemple qui aurait développé la forme au féminin et indiqué la forme au masculin sous forme d’exposant.

C. De l’utilité de prendre en compte la morphologie

  • 14 La fréquence de cette notation, prépondérante dans les premières années qui ont suivi la circulair (...)

43Le marquage du féminin, autrement que par la seule notation h/f, renseigne sur l’intuition et la compétence morphologiques du scripteur et, dans une moindre mesure, du lecteur. Aussi préciser le masculin et le féminin de la profession sous leur forme pleine peut constituer une stratégie pour contourner cette difficulté14 :

(49) L’association Saint-Christophe recherche, pour sa résidence personnes âgées [...] Directeur Directrice (Télérama 2508, 4 février 1998).
(50) Le Fresnoy Studio National des Arts Contemporains [...] recrute un Administrateur ou une Administratrice (Télérama 2982, 7 mars 2007).

44Très rapidement de nombreuses annonces ont fait suivre, en partie pour des raisons d’économie en termes de place et donc de coût, la forme au masculin par le morphème flexionnel ou dérivationnel du féminin, en général sans rupture typographique (sous la forme d’une soudure lexicale), encadré de deux parenthèses, mettant ainsi en valeur la féminisation grammaticale. Les marques de genre et de sexe sont ici confondues en un même morphème :

(51) Directeur(trice) Général(e) Adjoint(e) des Services en charge des services généraux et des services au public (Le Monde, 29 avril 2008).

45Un grand nombre d’annonces de notre corpus révèle que le rédacteur ne dispose pas toujours de connaissances morphologiques. Les marques flexionnelles et les suffixes sont alors traités comme des chaînes de caractères finales :

  • 15 Les références du mois de publication pour les exemples (53) et (57) n’avaient malheureusement pas (...)

(52) Chattawak [...] Vendeur(se) (A Nous Paris, 21-27 janvier 2008).
(53) Emeric recherche [...] Vendeuses (rs) (A Nous Paris, [?]15, 2008)
(54) SIMTEL SAS [...] recherche [...] un(e) Monteur(se)/Câbleur(se) (20 Minutes, 28 novembre 2007)
(55) Apfa. Vous êtes attiré(e) par le secteur du Loisir [...], devenez Technicien(ne) du tourisme (Télérama 2957, 13 septembre 2006).

46Cette écriture est peu lisible, rien n’indiquant si la graphie entre parenthèses doit s’ajouter (56) ou se substituer à un ou à plusieurs éléments de l’unité lexicale (53), (54), (55) ou, en cas de substitution, quels éléments sont respectivement concernés. Dans les exemples (52), (53) et (54) il suffisait pourtant de consulter Le Guide d’aide à la féminisation (Becquer, 1999) ou les usages lexicographiques (Petit Robert, Petit Larousse...) qui mentionnent bien vendeur, euse, monteur, euse, câbleur, euse, et de reporter les informations morphologiques pour reconstituer des unités lexicales linguistiquement non ambiguës : « vendeuses(eurs) » ou « vendeuse(eur)s ».

47Cette confusion linguistique entraîne inévitablement quelques perturbations. Dans les exemples ci-dessous, à la difficulté de faire alterner deux suffixes, s’ajoute celle de faire alterner singulier et pluriel. Dans (56) le –s du pluriel du masculin hôtes est mis en facteur commun avec le premier -s- du suffixe au féminin, noté (ses). Dans (57) le –s du pluriel n’est incident qu’au suffixe du féminin, alors que l’on attendait « Hôte(esse)s » :

(56) Hôtes(ses) d’accueil (A Nous Paris, 25 septembre-1er octobre 2006)
(57) Hôte(sses) d’accueil (A Nous Paris, [?]15, 2008).

48L’alternance de la forme pleine de l’unité lexicale au masculin avec la marque morphologique du féminin, selon un procédé d’écriture utilisé en lexicographie, conduit également à devoir traiter la présence de diacritiques dans la forme au féminin de certains suffixes (–er/–ère, –ier/–ière). L’accent se trouve, la plupart du temps, neutralisé par l’utilisation de capitales ou petites capitales (58), pour lesquelles les règles d’accentuation sont variables. Dans le cas des minuscules, cette alternance est le plus souvent négligée (59), constituant le taux d’erreurs orthographiques le plus élevé :

(58) L’Etablissement Public de Santé ESQUIROL [...] recrute [...] des infirmier(e)s (Télérama 2975, 17 janvier 2007)
(59) toys « R » US recrute Conseiller(e)s [...] équipier(e)s Logistique (A Nous Paris, 25 sept.-1er oct. 2006).

49La raison en est évidente dès lors que le « découpage » morphologique de l’unité lexicale n’est pas respecté. Dans l’exemple (59) les formes Conseiller(ère)s et équipier(ière)s sont les seules graphies transparentes, du triple point de vue orthographique, morphologique et sémantique.

50Comme l’attestent de nombreux exemples dans cet article, nous avons relevé un écart notable entre le traitement des suffixes les plus représentés, –euse (–eur), –esse et –trice (–eur). Si les deux premiers ne sont guère présents en tant que morphèmes, puisqu’ils figurent sous les formes (se) (52) et (sse) (57), le troisième en revanche apparaît bien, dans la grande majorité des emplois, comme un morphème (39), (45), (48).

51Ajoutons enfin que rares sont, dans notre corpus, les notations qui indiquent explicitement, par l’adjonction d’un tiret le précédant, que la forme suffixale est traitée formellement comme un suffixe. Les quelques cas que nous avons trouvés ne concernent que le morphème –trice, qui apparaît donc comme le seul suffixe toujours identifié comme tel :

(60) La mairie de Paris recrute [...] des directeurs(-trices) de 2e catégorie des conservatoires de Paris (Télérama 2926, 8 février 2006).
(61) La Comète Recrute [...] Un(e) administrateur(-trice) (Télérama 3060, 3 septembre 2008).

52Remarquons que l’incidence de la marque de nombre (60) est, là comme dans l’essentiel de notre corpus, le suffixe et non l’unité lexicale.

Conclusion

53En essayant de repérer, dans un corpus apparemment contraint, les différentes modalités de l’expression de la féminisation des professions, nous espérons être parvenue à mettre en valeur l’extrême variation et la richesse des ressources de l’expression. Mais elles doivent franchir bien des obstacles, linguistiques et sociaux. Comme le souligne Michèle Lenoble-Pinson : « Les pratiques discursives dénoncent donc, selon les cas, le malaise social, le choix, les hésitations ou l’insécurité linguistique de l’usager » (Lenoble-Pinson, 2006). Les échantillons que nous avons analysés révèlent tous ces aspects. Mais, au-delà de ces constatations, ne peut-on penser que la mise en place et le développement de la féminisation ainsi que la création de nouvelles professions, et donc de nouveaux mots pour les désigner, devraient pouvoir faire l’objet d’une réflexion plus systématique, non sur la féminisation elle-même, mais sur les mises en oeuvre linguistique et paralinguistique ? De nouvelles pratiques pourraient rendre plus cohérente et plus objective l’expression de la féminisation et améliorer ainsi la réception et la visibilité de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la société à travers le monde du travail. Car la langue, « outil linguistique [...] est aussi un outil sexuel, social et culturel qui permet de dire – ou de ne pas dire – le féminin » (Lenoble-Pinson, 2006 : 649). Alors, donnons-lui les moyens...

Bibliographie

Références bibliographiques

A. Dictionnaires de références dans leurs éditions successives

Le Petit Larousse illustré.

Le Petit Robert de la langue française.

B. Ouvrages et articles

Becquer (Annie) et alii, Femme, j’écris ton nom... Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, CNRS/INaLF, Paris, La Documentation française, 1999.

Durrer (Sylvie), « Les femmes et le langage selon Charles Bally : “des moments de décevante inadvertance” ? », Linguistik online 11, 2/02, http://www.linguistik-online.de/11_02/durrer.html.

Houdebine-Gravaud (Anne-Marie) dir., La féminisation des noms de métiers en français et dans d’autres langues, Paris, L’Harmattan, 1998.

Houdebine-Gravaud (Anne-Marie), « Différenciations sexuelles dans les langues et identification sociale des femmes ou De la féminisation des noms de métiers », dans Mathieu (Marie-Jo) dir., Extension du féminin : Les incertitudes de la langue, Paris, Institut de linguistique française – Honoré Champion (« Linguistique française ; 1 »), 2002, p. 13-23.

Lenoble-Pinson (Michèle), « De l’écrivaine à la ministre. Féminisation des noms en Belgique », Panoramiques, 42, 4e trimestre 1999, p. 162-167.

Lenoble-Pinson (Michèle), « Chercheuse ? chercheur ? chercheure ? Mettre au féminin les noms de métier et les titres de fonction », dans Revue belge de philologie et d’histoire, fasc. 3 Langues et littératures modernes, no 84, « Le point sur la langue française. Mélanges André Goosse », 2006, Bruxelles, p. 637-652.

Mathieu (Marie-Jo), « Le féminin n’est pas neutre », dans Mathieu (Marie-Jo) dir., Extension du féminin : Les incertitudes de la langue, Paris, Institut de linguistique française – Honoré Champion (« Linguistique française, 1 »), 2002, p. 95-126.

Mathieu (Marie-Jo) dir., Extension du féminin : Les incertitudes de la langue, Paris, Institut de linguistique française – Honoré Champion (« Linguistique française, 1 »), 2002.

Mlchard (Claire), Le sexe en linguistique : Sémantique ou zoologie ?, vol. 1, Les analyses du genre lexical et grammatical des années 1920 aux années 1970, L’Harmattan, 2002.

Notes

1 Cette première partie du titre est une référence à l’intitulé d’une dédicace personnelle que Michèle Lenoble-Pinson a jointe à l’envoi d’un de ses articles. Elle évoquait ainsi un article de Perrine Sabbat paru dans Le Monde du 8-9 avril 2007 que nous lui avions communiqué, « Une gondolière à Venise ». La journaliste y relate les difficultés rencontrées par la première femme gondolière de l’histoire de Venise : « Cette décision a provoqué l’indignation des 425 membres de l’Association des gondoliers italiens. Devenir gondolier requerrait force, agilité et plusieurs années de pratique, qualités que les détracteurs d’Alexandra Hai lui reprochent de ne pas posséder. » Ces quelques lignes montrent combien la féminisation de certains métiers est encore, au xxie siècle, difficile !

2 Aussi ne mentionnerons-nous dans la bibliographie que les principaux ouvrages de référence utilisés précisément dans cet article.

3 Becquer (Annie) et alii, Femme, j’écris ton nom... Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, CNRS / INaLF, Paris, La Documentation française, 1999.

4 Cette spécificité est indiquée en page de couverture.

5 Yvette Roudy a été ministre des Droits de la femme de 1981 à 1986. Elle a notamment fait voter la loi du 13 juillet 1983 sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.

6 Titre d’un film de Jean-Luc Godard sorti en 1966.

7 Il n’est par ailleurs pas neutre de constater que le moteur de recherche Google indique pour la recherche de l’occurrence « puériculteur » : « Essayez avec cette orthographe : puéricultrice. » Est-il besoin de préciser que pour la recherche « puéricultrice » il n’est nullement conseillé de rechercher la forme « puériculteur »... ? L’Association nationale des puéricultrices diplômées et des étudiantes définit le profil en ces termes : « La fonction de puéricultrice est de contribuer à [...] » (http://www.anpde.asso.fr/fp1a.htm#un).

8 Sur cette délicate distinction, voir, entre autres, Michard (Claire), 2002 et Durrer (Sylvie), 2002.

9 Il serait intéressant de faire une étude des marques de genre dans l’extrait de cet article, mais là n’est pas notre propos.

10 Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques (NDLR).

11 Le Guide d’aide à la féminisation... propose la même forme au masculin et au féminin pour baby-sitter ; à manageur correspond manageuse. Designer (attesté depuis 1969 d’après Le Petit Robert) et webmaster sont absents de la liste. Le terme officiellement recommandé pour le second est administrateur de site ou de serveur, mais la forme épicène webmestre figure dans les dictionnaires consultés.

12 C’est nous qui soulignons.

13 Quelques tentatives typographiques ont été faites pour échapper à cette linéarité : voir ci-dessous (45).

14 La fréquence de cette notation, prépondérante dans les premières années qui ont suivi la circulaire de 1998, semble connaître aujourd’hui un certain regain.

15 Les références du mois de publication pour les exemples (53) et (57) n’avaient malheureusement pas été reportées sur nos documents originaux. Seule l’année y était attestée.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search