Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

Vers une rationalisation des mots composés

Claude Gruaz

Note de l’auteur

Cet article applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française.

Texte intégral

  • 1 Mathieu-Colas (Michel), 1994, p. 129 à 152.
  • 2 Le millepatte sur un nénuphar, Vadémécum de l’orthographe française, Renouvo, 2002.
  • 3 Catach (Nina), 1981, p. 24.
  • 4 Cité par Mathieu-Colas (Michel), p. 1321.
  • 5 Brunot (Ferdinand), La pensée et la langue, Masson et Cie, Paris, 1927, p. 106.

1Le mot composé est source de bien des interrogations, qu’il s’agisse de son identification, de sa graphie ou de ses marques de pluriel. Dans sa thèse, Michel Mathieu-Colas1 consacre un chapitre entier à ce sujet et relève, parmi les variantes les plus fréquentes, le blanc, le trait d’union et la soudure, ex. audio-visuel / audiovisuel, poisson-lune/ poison lune. Les Rectifications de 1990 préconisent la soudure dans contrappel, autoécole, weekend, portemonnaie, millepatte, etc.2. Des variantes existent d’un dictionnaire à l’autre quand ce n’est pas dans une même édition, ex. lieu-dit (Petit Larousse illustré), lieu dit (Littré), lieu-dit ou lieudit (Petit Robert)3. Nina Catach fait preuve d’une certaine réticence vis-à-vis du trait d’union et propose ensoi, apeuprès, cheflieu, chevalvapeur et outre tombe, cessez le feu4. En ce qui concerne le pluriel, Ferdinand Brunot pose la question du sens lorsqu’il s’interroge sur la graphie de carte de visite : « Monsieur et Madame ont leurs cartes de visite. En bonne logique, il faudrait le pluriel puisque ces cartes leur servent à faire leurs visites » et il ajoute non sans humour et pertinence que si la personne est absente, ils n’auront fait qu’une visite et laisseront alors leur carte de visite5.

2Mon propos est de présenter un critère de reconnaissance des mots composés fondé essentiellement sur la notion de lexicalisation, d’en inférer des propositions pour l’emploi du blanc, du trait d’union et de la soudure, et je terminerai par un examen des marques de pluriel envisageables.

I. Le nom composé et la synapsie6

  • 6 Cet article reprend des arguments développés plus longuement dans Gruaz (Claude), Lenoble-Pinson ( (...)

3Je distinguerais le nom composé (N+N : timbre-poste, N+A : bas-bleu, Av+N : après-midi, A+N : rouge-gorge, V+N : ramasse-miette, etc.) de la synapsie telle que la définit Benveniste (N+Prép+N : pomme de terre, N+Prép+V : machine à coudre, etc.). La confusion provient de ce que l’un et l’autre sont définis comme contenant une seule unité de sens, ce que retenait déjà Darmesteter, et qui me parait bien flou. Ce qui est véritablement significatif est le fait que le nom composé partage avec la synapsie la propriété de provoquer une rupture dans la structure syntaxique de la phrase. On distingue ainsi deux termes rendez-vous dans les phrases 1. rendez-vous (verbe conjugué synonyme de allez, pas de rupture syntaxique) sans faute demain à tel endroit et 2. Pierre vous donne (un) rendez-vous (nom composé, rupture syntaxique ne serait-ce que par la présence possible de l’article) demain à tel endroit. Ce critère de rupture syntaxique permet de souligner l’ambigüité de la séquence rendez-vous demain à tel endroit. On peut dire que le nom composé et la synapsie constituent un ilot syntaxique à l’intérieur de la phrase.

II. Les formes de liaison

1. Dans la synapsie

4Les composants de la synapsie sont classiquement séparés par des blancs : fil de fer, chemise de nuit, pomme de terre, hirondelle de mer, pied de table, bouton d’or.

5Pour ma part, je serais d’avis de mettre des traits d’union dans la synapsie, afin de marquer la rupture syntaxique : fil-de-fer, pomme-de-terre, hirondelle-de-mer, bouton-d’or. Cela permettrait d’identifier immédiatement pomme-de-terre comme signifiant d’un légume et pomme de terre comme signifiant d’un objet fait en terre et représentant une pomme, ou encore bouton-d’or désignant une fleur et bouton d’or, comme bouton de nacre, désignant un bouton de vêtement en or.

2. Dans le nom composé

6On constate que, dans l’état actuel, le nom composé est défini soit par la référence à une unité de sens, ce qui est discutable comme on l’a vu, soit par la présence d’un blanc (compte rendu), d’un trait d’union (après-midi) ou de la soudure (portefeuille), ce qui n’est guère cohérent.

7Je proposerais volontiers de définir les fonctions respectives des trois formes de liaison que sont le blanc graphique, le trait d’union et la soudure en ces termes :

  • le blanc graphique : assure la séparation de mots autonomes, absence de lexicalisation, c’est-à-dire pas de rupture syntaxique : il y avait deux boutons d’or et deux boutons de nacre sur sa veste ;
  • le trait d’union : indique une lexicalisation faible, ce qui est le cas lorsque les composants sont sémantiquement transparents, on écrirait alors compte-rendu, attentat-suicide, comme timbre-poste. Le trait d’union assure alors une double fonction : 1° la liaison entre des unités lexicales qui ont, dans d’autres contextes, un fonctionnement autonome, tel timbre-poste, 2° la séparation entre des unités morphémiques qui sont habituellement liées, par exemple dé-couvrir, contraire de couvrir (l’Amérique a été découverte, elle ne saurait être dé-couverte) ;
  • la soudure : dans les cas de lexicalisation forte, ce qui se produit déjà lorsque, la structure interne du nom composé s’effaçant avec le temps, les composants s’opacifient, sémantiquement et / ou formellement, soit : portefeuille (écart sémantique), plafond (écart formel et sémantique). La lexicalisation forte traduit le fait qu’un constituant au moins n’est pas autonome, par la forme ou / et le sens, ex. dorénavant, portefeuille.

Lien sémantique

Lien syntaxique

Blanc

+

+

Trait d’union

+

Soudure

III. Le pluriel

8Dans les cas de blanc graphique (absence de lexicalisation), l’accord se fait conformément aux règles syntacticocatégorielles classiques.

9Dans les cas de soudure (lexicalisation forte) et quelle que soit la nature des constituants, la marque d’accord se place très logiquement en finale, soit des lieudits, des plafonds, des portefeuilles.

10Qu’en est-il dans les cas d’emploi du trait d’union définis ci-dessus ?

11Dans la synapsie sous sa forme classique, le pluriel est porté par le déterminé : des fils de fer, des pommes de terre, des boutons d’or, des arcs en ciel, des belles de jour, c’est-à-dire que l’on retient les règles syntacticocatégorielles générales.

12Dans l’optique de ma proposition, les constituants de ces synapsies seraient liés par des traits d’union. Deux options apparaissent alors :

  • option 1 : retenir l’aspect séparateur du trait d’union, c’est-à-dire le fait que les constituants conservent une certaine autonomie. Par voie de conséquence on applique les règles syntaxicocatégorielles à l’intérieur de la synapsie, on écrit alors des fils-de-fer, des pommes-de-terre, des hirondelles-de-mer, des boutons-d’or, des arcs-en-ciel, des belles-de-jour. On pourrait étendre ce principe à des synapsies, au sens large du terme, telles que des belles-à-voir, mais on écrirait des sauve-qui-peut, des pince-sans-rire. De la même façon, on appliquerait les règles syntacticocatégorielles générales aux constituants des noms composés séparés par des traits d’union, d’où les graphies suivantes : des comptes-rendus, des attentats-suicides, des belles-filles, des à-coups.
  • option 2 : retenir l’aspect connecteur du trait d’union dans le mot composé et dans la synapsie et n’indiquer le pluriel qu’en finale, soit : des fil-de-fers, des pomme-de-terres, des bouton-d’ors, des arc-enciels, des belle-de-jours, des sauve-qui-peuts, des pince-sans-rires, et également des compte-rendus, des attentat-suicides, des belle-filles.

13La première option, à savoir l’aspect séparateur (des pommes-de-terre) se justifie par le fait que la lexicalisation est faible et que les constituants sont identifiables. La seconde option me parait contrevenir aux règles syntacticocatégorielles générales d’accord et introduire des cas très particuliers, par exemple s après des formes verbales conjuguées, telle des sauve-qui-peuts (il est vrai que des formes verbales nominalisées acceptent cependant le pluriel : des vivres, des rires, des faits).

14Il me parait raisonnable de ne retenir la marque de pluriel finale que dans les cas de soudure, c’est-à-dire dans les cas de lexicalisation forte. L’identification des composants n’est alors plus marquée par un trait d’union et le mot répond à la règle générale d’accord. De plus, ses composants peuvent obéir à un ajustement graphique lié à cette soudure, comme c’est dès à présent le cas pour plafond ou faitout.

15A l’issue d’un séminaire du Centre du français moderne à Paris, Michèle Lenoble-Pinson m’a fait remarquer que l’on dit couramment des queue( ?) de cheval( ?) pour désigner une coiffure féminine. On note d’abord que l’emploi du trait d’union préconisé ici permet bel et bien de différencier les queues-de-cheval, portées par les humains des queues de cheval des équidés. En ce qui concerne le pluriel, le fait que l’on ne dise pas des queue( ?)-de-chevaux tendrait à montrer que l’option 1 (marque du pluriel sur le premier élément) est retenue, auquel cas la graphie serait des queues-de-cheval.

16Lors de cet entretien avec Michèle Lenoble-Pinson, nous avons également examiné le cas du trait d’union dans les expressions construites avec non. Il semble que les principes énoncés ci-dessus soient confirmés. En effet, on écrit cette lettre est non parvenue (structure syntaxique régulière, absence de lexicalisation, en conséquence ni trait d’union ni soudure), mais on écrit un non-dit, un non-sens (structure syntaxique particulière due à la présence de un, cas de lexicalisation faible avec constituants transparents, donc trait d’union) et un nonlieu (lieu n’est pas transparent, d’où lexicalisation forte et donc soudure).

17En conclusion, je dirais que les emplois du blanc graphique, du trait d’union et de la soudure proposés ici traduisent, me semble-t-il, une certaine cohérence et engagent de ce fait dans la voie d’une rationalisation de l’orthographe.

Bibliographie

Brève bibliographie

Catach (Nina), Orthographe et lexicographie, les mots composés, Nathan, Paris, 1981, 350 p.

Catach (Nina), avec la coll. de Gruaz (Claude) et Duprez (Daniel), L’orthographe française. Traité théorique et pratique, Nathan, 3e éd., Paris, 1995, 334 p.

Gak (Vladimir Grigoriévitch), L’orthographe du français. Essai de description théorique et pratique, Selaf, Paris, 1976, 318 p.

Grevisse (Maurice) et Goosse (André), Le bon usage, De Boeck, Duculot, 14e éd., Bruxelles, 2007, 1600 p.

Gruaz (Claude), Aspects du mot français, L’Harmattan, Paris, 2005, 226 p.

Gruaz (Claude), Lenoble-Pinson (Michèle), « Une approche nouvelle du mot composé », dans Gruaz (Claude) dir., A la recherche du mot : de la langue au discours, Lambert-Lucas, Limoges, 2006, 190 p.

Lenoble-Pinson (Michèle), Le Français correct, Grevisse, 5e éd. révisée et actualisée, Duculot, Bruxelles, 1998, 396 p.

Lenoble-Pinson (Michèle), « Sujet bateau ou exposé suicide : l’orthographe des mots composés », dans Le français m’a tuer, UCL, Louvain, 2006, 113 p.

Mathieu-Colas (Michel), Les mots à trait d’union, Didier érudition. Paris, 1994, 352 p.

Notes

1 Mathieu-Colas (Michel), 1994, p. 129 à 152.

2 Le millepatte sur un nénuphar, Vadémécum de l’orthographe française, Renouvo, 2002.

3 Catach (Nina), 1981, p. 24.

4 Cité par Mathieu-Colas (Michel), p. 1321.

5 Brunot (Ferdinand), La pensée et la langue, Masson et Cie, Paris, 1927, p. 106.

6 Cet article reprend des arguments développés plus longuement dans Gruaz (Claude), Lenoble-Pinson (Michèle), 2006, et dans Lenoble-Pinson (Michèle), 2005.

Auteur

Directeur de recherche honoraire au CNRS, Paris

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search