Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

Pour la quinzième édition du Bon usage

André Goosse

Note de l’auteur

Cet article applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française.

Texte intégral

1De la première (1936) à la quatorzième (2007), les éditions du Bon usage ont toujours été revues, surtout pour le contenu, ce que concrétise le nombre de pages, de 702 à 1600. Cela répond à un désir d’exhaustivité, une ambition irréalisable, sans doute ; mais Grevisse a souvent été le premier, parfois le seul, à voir certains faits. Cela se justifie surtout par la conception du livre, inspirée consciemment d’un passage célèbre de Vaugelas, dans la préface de ses Remarques sur la langue françoise (1647) : « Voicy donc comment on definit le bon Usage. C’est la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de la plus saine partie des Autheurs du temps. » Passage célèbre, mais souvent dénaturé et figé pour deux raisons : la qualité reconnue aux écrivains classiques a rendu suspectes les évolutions ultérieures ; les grammairiens épris de règles et de logique ont imposé beaucoup de prescriptions nouvelles. Autrement dit, Le bon usage devenait celui des classiques et celui des grammairiens.

2En reprenant cette formule, Grevisse courait le risque d’être confondu a priori avec ces conservateurs, d’autant plus qu’il restait plutôt indifférent au bouillonnement que connaissaient les théories linguistiques. Mais il a pris le parti du bon sens contre les traditionalistes et il a séduit un public de plus en plus large.

3Dans la double élite envisagée par Vaugelas, les équivalents de « la plus saine partie de la Cour » étaient devenus introuvables. Il restait à compléter et à moderniser « la plus saine partie des Autheurs du temps ». Aux classiques, pour lesquels Grevisse n’avait aucun mépris et à qui, comme Littré, il joignait Voltaire, se sont ajoutés les romantiques, peu considérés par Littré, puis toutes les générations suivantes : Chateaubriand et Hugo, puis Flaubert, puis Anatole France et Barrés, puis Gide et Duhamel, puis, dans les éditions d’après la guerre, de Gaulle et Camus, puis d’autres encore. Le bon usage (avec ou sans italique), comme la langue elle-même, vit, évolue de façon constante : il suffit de comparer les éditions du livre pour suivre ce mouvement, appuyé sur d’immenses lectures (j’ai cité quelques noms, presque au hasard), non pas pour privilégier une hardiesse ou une distraction isolées, mais pour accumuler les témoignages, montrant par exemple que la locution par contre est attestée par une foule d’académiciens, qui ne respectent pas la doctrine enseignée par leur dictionnaire. Dans l’édition en cours de publication, l’Académie a bien dû, avec une liste d’auteurs (cas unique) inspirée du Grevisse, reconnaître ce fait, mais en concluant par une formule où les rédacteurs essaient de se donner bonne conscience : « Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l’usage s’est établi de la déconseiller, chaque fois que l’emploi d’un autre adverbe est possible. » L’usage ? quel usage ? L’usage des grammairiens, plus puissant que l’usage tout court, que le bon usage, que celui des académiciens quand ils ne sont pas, le jeudi, à la Commission du Dictionnaire...

4Désigné par Grevisse lui-même, j’ai appliqué une conception dont j’étais imprégné dès mon adolescence et, avec quelques rajeunissements de la doctrine linguistique et une réorganisation devenue nécessaire, préparé les trois éditions publiées après la mort de l’initiateur et notamment la quatorzième.

5A peine une édition est-elle imprimée, ou même une partie devenue intouchable quand on corrige les épreuves de la fin du livre, l’auteur, les auteurs des éditions successives sont amenés nécessairement à prévoir des retouches. C’est le cas pour la quatorzième, dont j’ai reçu le premier exemplaire dans les derniers jours d’aout 2007. Pour la quinzième sont déjà envisagées des corrections diverses : additions, substitutions, déplacements, parfois suppressions. Tantôt la formulation est rendue plus claire, plus précise ou plus exacte. Tantôt un exemple nouveau confirme, nuance, rajeunit le jugement antérieur. Il m’a semblé utile de faire connaître quelques additions déjà rédigées qui me paraissent d’une certaine importance : on ne sait jamais... Puis le courrier que je reçois atteste une attente, que je tâche de satisfaire directement. Comme je connais les curiosités de la personne à qui ce volume est dédié, j’ai l’impression que ces pages pourraient l’intéresser. Pour être sûr de la séduire, j’ai retenu le no 4 parce qu’il n’est pas sans rapport avec le domaine dont elle est le (ou la, si elle préfère) spécialiste notoire. Dans le même dessein, j’applique l’orthographe rénovée dont elle est un (ou une, si elle préfère) apôtre efficace. Comme il s’agit de compléments à un ouvrage existant, je dois bien garder la présentation qu’ils auront dans celui-ci (choix des caractères, capitales notamment ; abréviations ; etc.). Je prie les responsables de cette publication d’excuser ces manquements à leurs conventions.

  • 1 Pour les abréviations et symboles, voir Le bon usage, 14e éd., p. 10. Signalons simplement pour le (...)

6Quelles sont les sources de cette inspiration neuve ? Mes lectures principalement. D’abord, les articles et livres de linguistique (voir, par exemple, le no 21), mais cette source a un débit qu’un seul homme ne peut consommer ; ceux où dominent les considérations théoriques sont moins utiles pour un ouvrage qui s’adresse aux usagers plus qu’aux linguistes ; mais d’autres améliorent ma description. Ils me renseignent parfois sur des usages nouveaux. Sur ce point comptent davantage les acteurs actuels (écrivains réputés, mais aussi textes non littéraires, parfois des expressions orales) ; pour des faits moins récents, ils amènent à corriger une opinion généralement reçue (par exemple, no 1). Il y a aussi des rencontres plus occasionnelles avec des auteurs du passé : en relisant, pour vérifier une citation, une partie d’un livre déjà exploré et exploité (no 2) ; en me récitant un poème pour lutter contre l’insomnie (no 14) ; en voyant une citation dans un dictionnaire ou un autre ouvrage. Mes lecteurs sont des collaborateurs essentiels : soit qu’ils expriment, dans un compte rendu (no 7) ou par correspondance, une critique ou un regret ou simplement une question (no 11). Dans beaucoup de cas, je ne peux distinguer ce qui viendrait d’une lecture ou d’une réflexion personnelle, comme la conscience d’une lacune ou d’une imperfection1.

71. Pour le § 15, consacré au pléonasme, addition. Lisant un article écrit, dans la revue officielle de l’Université catholique de Louvain, par un écrivain d’origine libanaise qui venait d’être proclamé docteur honoris causa de cette université, je suis frappé par un passage où l’auteur emploie une formule que de bons observateurs déclarent pléonastique. Or, dans ce contexte, le jugement n’est pas fondé. Je rédige donc le texte qui suit, avec la satisfaction de citer une nouvelle fois un écrivain pour qui j’ai une grande estime et qui renforce la large ouverture du Bon usage.

Un faux prétexte , ainsi qu’au prétexte fallacieux, est souvent critiqué comme pléonastique. Il ne viendrait pas à l’esprit d’ajouter faux dans des ex. comme : Elle n’avait [...] interpellé Mme de Villemur que pour avoir un prétexte de quitter le premier groupe (Proust, Rech., t. II, p. 635). – Pour entrer dans les fermes, tous les prétextes lui étaient bons : acheter des œufs, quémander un verre d’eau (Beauvoir, Mandarins, p. 220). – Cela est conforme à la définition : « raison alléguée pour cacher le véritable motif ». Mais cette raison elle-même peut être inventéeImage : Une invasion, décidée sous de faux prétextes (Maalouf, dans Louvain, juin-juillet 2008, p. 23) Image; en supprimant faux, on donnerait à entendre que les raisons alléguées par les Etats-Unis pour la guerre en Irak (la présence dans ce pays d’armes de destruction massive, etc.) étaient fondées, quoiqu’elles ne fussent pas la vraie raison, explicitée ensuite : invasion [...] motivée, au moins en partie, par la volonté de mettre la main sur le pétrole. (Mettre fin à un régime tyrannique a été un autre prétexte, mais qui n’était pas faux.) – La phrase Tous les prétextes qu’elle a donnés étaient faux (Proust, Rech., t. II, p. 329) montre bien aussi l’existence des deux types de prétextes.

8remarque

9Inventer un prétexte (Balzac, Mod. Mignon, lviii) ou des prétextes (E. et J. de Gonc., Man. Salomon, liii) ou, avec hyperbole, mille prétextes (Proust, Rech., t. I, p. 713) ne semble critiqué par personne. Comp. aussi chez Balzac prétexte menteur (Rech. de l’absolu, Pl., p. 558), habilement forgé (Illus. perdues, Pl., p. 575).

10historique

11Il est intéressant de noter que de 1694 à 1878, l’Acad. a cité sans commentaire la formule faux prétexte. Comp. aussi prétexte spécieux chez La Br., Car., cité Rob., s. v. pépinière.

122. Pour le § 31, consacré à l’inventaire des consonnes, alinéas concernant h, addition. Relisant La chatte de Colette pour vérifier une citation concernant un tout autre objet, je tombe sur un passage montrant que parfois cet h est prononcé.

13Autre situation : Il l’ [= une chatte] appelait tout bas : « Saha... Saha... » en soufflant très fort les h (Colette, Chatte, p. 70).

143. Pour le § 192, consacré aux mots altérés volontairement, addition due à une réflexion personnelle.

e)

La nécessité de trouver des mots inédits pour les marques commerciales est réalisé par divers procédés.

15Combinaison de deux aphérèses : nylon mot anglais, de vinyl et de rayon (fr. rayonne). Autre explication dans le Rob. 2001. – Anagramme (déplacement des lettres) : ozalid, mot anglais, de diazol.

164. Pour le § 286, consacré aux verbes dont l’objet premier s’est effacé, addition due sans doute à la consultation des dictionnaires.

k)

Pour la première fois, en 1989, s. v. coucher, l’Acad. distingue deux constructions pour les locutions verbales formées avec en joue : « Coucher un fusil en joue, l’épauler à l’horizontale en l’appuyant contre la joue. Par métonymie, coucher qqn [ou un animal] en joue, le viser avec son arme. »

Cette distinction est maintenue dans les versions ultérieures de la 9e éd. du dict. de l’Acad. (aussi s. v. joue). La première construction a pour elle la logique (et l’histoire Image). Ce que l’on met (ou tient ou couche) en joue, c’est-à-dire sur ou contre la joue, c’est l’arme (comp. épauler son fusil, avec un dérivé d’épaule), comme dans le commandement militaire resté en usage, En joue ! qui indique comment on doit tenir le fusil avant de faire feu. Cela s’accorde aussi avec le sens des verbes coucher, mettre, tenir, qui concernent une position à donner. Mais cette construction logique est fort peu représentée dans l’usage, du xviie s. au xxe : elle a été ignorée par l’Acad. pendant presque trois siècles. Le Trésor n’en cite aucun ex., sauf celui-ci, de 1832, où l’objet direct n’est pas exprimé, mais on peut estimer que c’est un nom d’une arme plutôt que d’une cible, car il s’agit des exercices de soldats : Amorcer et bourrer, faire craquer le chien, mettre en joue et tirer.Image – Voici pourtant un ex., de 1967, donc sans continuité directe avec l’usage primitif (témoignage d’érudition ?) : Elle tient un fusil de bois qu’ elle met en joue et pointe vers le public (Pieyre de Mandiargues, Marge, cit. Rob. s. v. giboyeur).

L’usage a très vite fait triompher la construction contraire à la logique (la justification du mot joue s’efface) : la désignation de la cible s’est substituée à celle de l’arme comme objet direct. Les ex. abondent, d’abord avec coucher (plus rare au xxe s.) et mettre : Le centre obscur du hallier fut couché en joue de tous les côtés à la fois (Hugo, Quatrevingt-tr., I, 1). [Les soldats ont entendu un bruit suspect.] – Il essaya de coucher en joue le condor. Mais son bras tremblait (Verne, Enfants du capit. Grant, I, 14). – Ses soldats qui mettaient en joue l’ouvrier (Chat., Mém., III, II, xi, 3). – Le régisseur mit en joue une vipérine [plante herbacée] à trente pas de lui et la coupa net (Balzac, Ténébr. affaire, Pl., t. VII, p. 464). – Il mit en joue celui qui s’en venait [= un autre soldat]. Quand il le crut à distance [= à la bonne distance], il tira (Maupass., C., Horrible). – Comment peut naître chez un homme (hormis s’il a faim) le geste de les [= des canards] mettre en joue ? (Montherl., Démon du bien, p. 18.) – Ensuite avec tenir Image qui implique surtout une menace : Ils aperçurent [...] quatre hommes [...] les tenant en joue au bout de leurs fusils (Maupass., C., Deux amis). – Nous nous éloignâmes à force de rames ; les fusils des hommes de garde nous tenaient en joue (Loti, Aziyadé, I, 21). [Le sujet désigne l’arme.] – Il entendit derrière lui : « Haut les mains ! » Katow [...] le tenait en joue. [...]. Il [= le capitaine] posa son revolver (Malraux, Condition hum., p. 88). [L’arme de Katow n’est pas précisée.]

17La joue n’a pas plus de rôle dans certaines applications figurées : 1) Un appareil photographique assimilé à une arme : Mélek, retirant, de dessous son tcharchaf [« voile noir »] d’austère musulmane, un petit kodak du tout dernier modèle, les [= ses compagnes] mit en joue : tac ! une première épreuve ; tac ! une seconde (Loti, Désenchantées, xi). – 2) Le Trésor donne encore comme normal, avec coucher : Les deux dots qu’il avait couchées en joue (Balzac) ; Voyant des allusions malignes dans chaque phrase et se croyant toujours couchés en joue (Amiel, 1862). Mais l’Acad. a renoncé depuis 1932 à de tels emplois psychologiques.

18historiques

191. Wartburg (t. IV, p. 6) et le Trésor donnent un texte de 1618 comme 1re attestation d’une loc. avec en joue ; l’objet direct est un nom d’arme : +Les faisant garder par deux soldats qui avaient toujours le mousquet en joue (Aubigné, cit. Littré, s. v. joue, Hist.). [À quel texte fait allusion le Robert sans autre précision que la date de 1578 ?]

20L’Acad. en 1694 [et encore en 1932-1935] n’envisage pour l’objet direct que la cible. De même, les autres attestations notées pour le xviie s. : +M. de Bouillon [...] ayant été couché en joue par un misérable de la lie du peuple (Retz, Mém., p. 249). – Il a couché en jouë son ennemy par trois fois, & il n’a osé lâcher son coup (Furetière 1690, s. v. coucher). – Emploi plaisant : Il me semble toujours que je voy une douzaine de Lavemens qui me couchent en joué (Mol., Pourc., II, 4). [Obsession d’un malade imaginaire et métonymie.] – Souvent au figuré : La Villageoise est belle et jeune, je l’avoüe ; / Dom Alfonce en passant peut la coucher en joüe (Scarron, Dom Japhet d’Arménie, I, 1). – Il couche en jouë cette charge [= fonction] (Furetière, l. c.).

21Comment expliquer le contresens ? Parce qu’on n’a plus perçu la valeur de en ? comp. § 1050, b. Pourtant la définition de Furetière précisait : « avec une arme à feu qu’on approche de sa jouë ». Mais dans la situation la cible compte plus que l’arme. (Notons qu’en 1694, l’Acad, prévoyait aussi l’arbalète (s. v. coucher), et en 1690 Furetière les armes de trait.)

222. De même dans cette énumération d’exercices militaires imposés à Candide : Hausser la baguette [servant pour enfoncer la charge dans le canon de l’arme], remettre la baguette, coucher en joue, tirer (Volt., Cand., ii).

233. On trouve cependant dans l’Acad. 1694 : Il l’avoit au bout de son fusil & le tenoit couché en joue pour le tirer. La seconde partie de la phrase est maintenue comme ex. jusqu’en 1878.

245. Pour le § 358, a, consacré aux épithètes suivant un pronom, substitution parce que le texte de la 14e m’a paru insatisfaisant.

2°

Propre et parfois d’autres adjectifs avec les pronoms possessifs Image.

25Propre, renforcement du pronom : Priant Dieu pour l’âme du condamné et priant le condamné pour la sienne propre (Hugo, Misér., I, I, 4). – C’est un sujet où [...] la vue des autres et la nôtre propre ne concordent jamais (Proust, Rech., t. I, p. 742). – Nous croyons à son [= du personnage que nous créons en nous analysant] existence aussi fermement qu’à la nôtre propre (Larbaud, Barnabooth, Journal intime, Pl., p. 95). – Préoccupé du bien public autant ou plus que du sien propre (Gide, Thésée, p. 92). – Il est absolûment [sic] impossible de jamais comprendre parfaitement un idiome autre que le sien propre (Damourette et Pichon, § 6).

Autres adj. Image : Tenant la main moite de cette femme dans la mienne plus moite encore (Balzac, Lys dans la vallée, p. 190). – Je ne dois point avoir l’égoïsme d’assujettir ta vie brillante et longue à la mienne bientot usée (id., Femme abandonnée, p. 54). – Cette durée collective qui englobe et dépasse les nôtres individuelles (P. Emmanuel, L’arbre et le vent, p. 197). Image

26L’épithète détachée est « un tour très correct », constate Brunot, Pensée, p. 633, avec cet ex. forgé : Prenez nos harnais. Les vôtres, trop anciens, sont usés. – Ex. observés : J’étais sans cravache ; la mienne, usée et vieille, s’était brisée (Balzac, Mém. de deux jeunes mar., liv). – Chaque port a bien la sienne [= sa maison publique], mais bonne seulement pour les marins (Proust, Rech., t. II, p. 785).

Les épithètes qui se placent ordinairement devant le nom Image sont insérées entre les deux éléments du possessif : Votre âme répondra de la pauvre mienne (restif de la bretonne, cité Trésor, s. v. mien). – Des articles comme les derniers tiens (Romains, cit. Damourette-Pichon, § 2617). – Alice [...] ne voudrait pas de tes vieilles robes maintenant. – C’est plutôt elle qui me donnerait les vieilles siennes (ex. oral, ib.). – Tu es dans sa chambre. Pendant qu’on cambriole la pauvre mienne (Malraux, Noyers de l’Altenburg, p. 76). – Ces ex. concernent surtout l’oral.

27remarques

  1. Les unipossessifs (un seul possesseur), disent Damourette et Pichon (§ 2617), c’est le cas de leurs ex., mais le pluripossessif (plusieurs possesseurs) n’est pas exclu : voir ci-dessus.
  2. Pour le Trésor, t. 12, p. 252, le nôtre peut être accompagné de seul ; mais il ne cite pas d’ex.
  3. Ses baisers ne seraient pas semblables aux tiens – aux délicieux tiens. Ses baisers feraient oublier ses lèvres ; les tiens, les parfumés tiens imposent les tiennes (J. de Tinan, cit. Damourette-Pichon). Cet ex. semble peu naturel.

28historique

29Cet usage a été plus courant jadis : Cette langue estoit la mienne maternelle (Montaigne, I, 26).

306. Pour le § 461, b, addition d’une remarque terminologique, dont l’utilité m’est apparue à la lecture du livre cité en dernier lieu.

31Gentilé [emprunt du neutre latin gentile] n’est pas récent dans cet emploi : depuis 1752, selon Wartburg (t. IV, p. 111), qui donne aussi une dernière attestation (1922). Cependant, malgré son absence dans le Trésor et l’Acad. 2000, le mot est vivant chez les spécialistes, surtout belges et québécois : Bull, de la Soc. liégeoise de littér. wallonne, 1925, p. 43 ; Fr. mod., 1947, p. 13 ; Dialectes de Wallonie, t. 21-22, paru en 1996, p. 276 ; etc. Voir aussi Rob., Boulanger. Certains distinguent gentilé (habitant d’une localité) et ethnique (habitant d’un pays, d’une région) : par ex. J. Germain et J. Herbillon, Dict. des noms de famille en Wallonie et à Bruxelles, p. 113.

327. Pour le § 466, a, dans la liste des homonymes dont le genre et l’étymologie sont différents, addition répondant au souhait de Rhadamante, qui a publié dans le Journal des tribunaux un compte rendu de la 14e édition. Reconnaissant que la langue juridique a une place importante dans le livre, il n’a relevé que cette lacune.

33Un part (empr. du lat. partus, du verbe parere « enfanter »), 1) mise bas, en économie rurale : Le part est plus laborieux lorsque la taille du fœtus est disproportionnée avec la taille de la mère (M. de Dombasle, cit. P. Lar.) ; 2) nouveau-né, surtout dans des formules juridiques (substitution de part, etc. ; voir encore G. Cornu, Vocab. jurid.), parfois dans un contexte inspiré directement du latin : Néron [...] ne rougit point de s’attribuer le rôle [de la fille d’Éole], encore qu’elle accouchât en scène et qu’Éole en jetât le part à sa meute (Carcopino, Vie quotid. à Rome à l’apogée de l’Empire, p. 264). – Une part (lat. pars), partie, etc.

348. Pour le § 485, c, 1°, dans la liste des noms qui n’ont qu’un genre parce qu’ils ne concernent qu’un sexe, addition d’une remarque portant sur un nom qui a un féminin ignoré du français général ; j’ai relevé cette forme dans un roman d’Yves Simon il y a quelques années, mais, pris par la préparation de la 14e édition, je n’ai pu que récemment faire la fiche adéquate.

35Conscrit « soldat nouvellement recruté » n’a pas de fém. Mais, dans le sens régional (surtout quart sud-est de la France) « personne née la même année » (le conscrit de qqn), le mot a un fém. conscrite (parfois –ine) : cf. Rézeau. Ex. où le mot est mis en rapport avec le masc. conscrit : Les jeunes filles nées la même année, les conscrites [en italique] des conscrits, furent invitées au premier repas [où les garçons fêtent leurs vingt ans et leur prochaine entrée à l’armée] (Vailland, 325.000 francs, L. P., p. 74). – Sans ce rapport : Je m’étais laissé enfermer dans une armoire [...] avec ma conscrite, une fille de onze ans (Y. Simon, Prochain amour, p. 72).

369. Pour le § 501, b, qui traite notamment de la paire gouverneur-gouvernante, addition d’un historique présentant le masculin gouverneur appliqué à une femme au xviiie siècle, fait rare à cette époque. Je cite, non pas ma première source, mais un dict. du xixe siècle, dont le récit est plus explicite.

37Dans cette référence au xviiie s., gouverneur est employé pour une femme, mais qui doit s’occuper aussi de garçons : « Le duc [de Chartres] [...] l’institua gouverneur de ses trois filles et de ses fils [dont le futur Louis-Philippe]. / Ce titre avait besoin d’être ratifié par Louis XVI ; lorsque le duc de Chartres lui en parla et lui déclina le nom d’une femme pour gouverneur, le roi répondit : "Un homme ou une femme, peu m’importe » (P. Lar., s. v. Genlis [comtesse de].)

3810. Pour le § 511, d, consacré aux concurrences entre le singulier et le pluriel pour désigner un objet unique, notamment les lieux d’aisances, une addition consacrée à une application particulière à laquelle je n’avais pas été attentif avant de relever ces exemples dans des récits récents.

39Le sing. est assez normal quand on envisage, non la pièce, mais, souvent par métonymie, l’objet principal : Une pièce exiguë où trône un lavabo double et, au fond, un water-closet que laisse deviner une porte entrouverte (P. Jardin, Nain jaune, p. 166). – Le seau émaillé qui servait de commodité à l’ensemble du dortoir (ib., p. 44). – Des ouvriers [venus de la campagne] [...] à qui ça a fait tout drôle de pisser dans un water et non plus dans un trou noir percé au milieu d’une planche de sapin (Ph. Claudel, Âmes grises, p. 80). – Voir cependant : La pièce même dans laquelle dans laquelle les cabinets se trouvaient comme enchâssés (J. Borel, Retour, p. 383). [Cf. plus haut La cuvette de faïence blanche.]

4011. Pour le § 517, c, à propos du pluriel de val, addition d’une remarque répondant à une observation d’un lecteur.

41Les noms de localités Vals et Vaux (sans article) sont des singuliers aujourd’hui. D’ailleurs beaucoup sont d’anciens cas sujets sing. (cf. § 8) – cela est évident pour Lavaux (le nom a été fém.) – et leurs premières attestations, en latin, étaient souvent vallis ou vallem : voir notamment Dauzat et Rostaing, Dict. étym. des noms de lieux en Fr.

4212. Pour le § 536, a, consacré au pluriel des noms italiens en -o, addition d’une remarque inspirée par un auteur d’origine italienne, devenu depuis peu membre étranger de notre Académie de langue et de littérature françaises.

43Cas particulier : Vos ancêtres macaroni (G. de Cortanze, Spaghetti ! p. 13), formule injurieuse pour Italiens. Le titre du livre fait allusion à une des désignations qui lui étaient adressées à l’école (en France). – D’autre part, étant donné son origine, il est assez naturel que l’auteur écrive à l’italienne des confetti (p. 46).

4413. Pour le § 558, b, parmi les adjectifs empruntés qui restent invariables, addition d’intestat, qui dans la 14e édition se trouvait dans le § 559, a ; cette place me parait aujourd’hui injustifiée et le commentaire trop réduit.

Intestat (langue juridique) est surtout employé avec mourir ou décéder.Image Cela expliquerait qu’il soit traité en adverbe et laissé invariable [quoiqu’il ait été emprunté de l’adjectif lat. intestatus « qui n’a pas fait de testament »]. L’invariabilité est sans conteste pour le genre : Elle est morte intestat (Ac. 2000). Logiquement, elle se trouve aussi pour le nombre : Comme vous [= deux jeunes seigneurs] mouriez intestat [...] j’ai cru que je pouvais hériter de vous (Al. Dumas, Reine Margot, xviii, F°, p. 240). – Ils meurent presque tous intestat (A. Daudet, Tart. sur les Alpes, ii, PL, p. 568). – Négociants sans reproche, bonnes ménagères, aimant leur bien, jamais décédés intestat (Bernanos, Sous le sol. de Satan, Pl., p. 205). – Les évêques disposaient de leur fortune tout en paraissant mourir intestat (Fr. Bluche, Despotisme éclairé, p. 216). – Mais, comme le nombre, au contraire du genre, est inaudible, certains auteurs Image mettent l’s : La grande peur de mourir intestats conseille aux hommes [...] (Audiberti, Abraxas, 1977, p. 277). – L’Acad. 2000 admet les deux graphies, mais c’est une innovation ; de 1740 à 1935, ne présentant pas le mot comme un adjectif, elle lui refusait implicitement la possibilité de varier.

45remarques

  1. Intestat s’emploie parfois comme nom. Le Trésor cite seulement un texte de Chat., qui ne témoigne pas pour le fr. du temps, car il s’inspire manifestement d’un texte ancien, comme le prouvent les gloses : Les déconfès ou intestats, ceux qui mouroient sans confession ou sans faire de testament. – Plus pertinent : Formule [...] qualifiant [...] l’héritier d’un intestat, ainsi G. Cornu (Vocab. jurid.) définit-il la loc. ah intestat. – Cette loc., empruntée du lat. ab intestato « provenant de celui qui n’a pas fait de testament » se joint normalement à des mots comme hériter, héritier, succession. On l’imagine difficilement aujourd’hui [mais on a écrit jadis abintestat en un mot (Ac. 1694)] avec la marque du pluriel. – La formule °mourir ab intestat (application qui figure en tête dans l’art, du Trésor), synonyme de mourir intestat, est un contresens.
  2. Ou certaines éditions : parmi les ex. cités, ont un s celui de Daudet dans le Grand Lar. langue et celui de Bernanos dans le Rob. et le Trésor.

4614. Pour le § 766, b, addition d’une remarque sur la prononciation du pronom tous. Le problème m’est venu à l’esprit une nuit où, pour combattre l’insomnie, je me récitais Après la bataille de Hugo (et d’autres poèmes, celui-ci est un peu court pour être efficace à lui seul).

47Dans le vers Suivi d’un seul housard [= hussard] qu’il aimait entre tous (Hugo, Lég., XLIX, 4), tous rime avec doux. Ce n’est pas une licence poétique, car, pour Littré (début de l’art, tout), s est muet dans tous viendront, Ils y sont tous (comme dans tous les quatre), et [tus] est une « mauvaise prononciation ». Il est vrai que l’s du pluriel est muet en fr. moderne de façon générale : cf. § 514, H. Pourtant, la prononc. [tus] s’est imposée pour le pronom, les orthoépistes sont unanimes à ce sujet. L’usage a fait prévaloir sur la règle générale l’utilité de distinguer phonétiquement Ils sont tous contents de Ils sont tout contents, etc.

48Martinon (Comment on pron. le fr., p. 122) présente comme longue la voyelle du pronom tous. Nous avons parfois observé cette prononc. à la Comédie-Française. Elle est minoritaire, sauf dans l’Est de la France (voir l’enquête de Martinet, Pron. du fr. contemp., p. 111-112). Elle est rangée par Grammont (Traité pratique de pron. fr., p. 15) parmi les nuances individuelles et négligeables, et la plupart des orthoépistes ne la mentionnent pas.

4915. Pour le § 777, sur les verbes pronominaux, addition d’une nouvelle section b, qui concerne un problème traité dans le a de la 14e édition en trois lignes, donc d’une manière très rapide et très incomplète.

Soit au plur. pour éviter la confusion avec le même verbe employé de façon réciproque (cf. § 778, a), soit de façon générale pour marquer une opposition ou une simple insistance, le verbe pronominal (comme d’autres verbes : § 661, a, 2°) peut être suivi d’un pronom personnel disjoint redondant, ordinairement (cf. § 664, a) accompagné de même.Image

Le pronom réfléchi est objet direct (parfois la redondance avec l’objet est difficile à distinguer de la redondance avec le sujet Image) : À quoi bon se tromper soi-même ? (Stendhal, L. Leuwen, xlvii). [La confusion avec le sens « faire erreur » est évitée.] – Il faut que j’avise à les [= 7 000 francs] placer et à me caser moi-même (Flaub., Éduc., I, 4). – Toi donc qui enseignes les autres, tu ne t’enseignes pas toi-même ! (Bible, trad. Crampon, Ep. aux Rom., II, 21.) – Notre douce France où l’on aime à se calomnier soi-même (Proust, Rech., t. II, p. 245). – Je me suis moi-même à la longue convaincu que [...] (Valéry, Eupalinos, Pl., p. 84). – Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui (S. Exup., Petit prince, x). – Le pronom réfléchi est objet indirect (la formule redondante a manifestement cette fonction) : Il s’était promis à lui-même de ne pas troubler son [= de Mme Arnoux] existence (Flaub., Éduc., II, 6). – Je cherche des prétextes pour me voiler à moi-même la seule raison qui me fait agir (Montherl., Démon du bien, p. 54). – Comment donc ai-je pu tenter de me faire croire à moi-même que je ne vous avais jamais vraiment aimée ? (Butor, Emploi du temps, p. 347.) Image

La redondance s’exprime aussi au moyen de l’élément de composition auto. Cet emploi (surtout fécond depuis le xxe s. et d’abord dans les langues techniques : cf. § 186, b) a pris dans l’usage écrit une place dont les grands dict. rendent encore peu compte. L’Acad. 2001 cite seulement s’autodétruire, qu’autodestruction a précédé. Le Robert 2001 consacre en outre des articles à neuf autres verbes, tous dérivés de noms. Il cite ces ex. littéraires : Comment un boxeur qui s’autocritique ne serait-il pas un futur vainqueur ? (J. Cau.) – Le sujet [d’une crise d’épilepsie] s’automutile (id.). – Elle [= la civilisation occidentale] aura la vigueur de se renouveler plutôt que de s’autodétruire (Giroud). – Dans le Trésor (qui, dans l’article auto-, néglige les applications verbales), un seul verbe, s’autoféconder, avec une attestation en botanique et une autre dite figurée : L’homme primitif se serait fécondé lui-même, autofécondé, par excès de ressources psychiques et surabondance d’énergies, que peut-être il nous faudra nommer endocriniennes (J.-R. Bloch). Image

50historique

51Cela est traditionnel : Il me prendroit envie [...] / de me battre moymesme, et me donner cent coups (Mol., Étourdi, III, 8). – Je ne puis sans horreur me regarder moy-même (Rac., Phèdre, II, 6). – Pretendrois-tu nous gouverner encor / Ne sçachant pas te conduire του-même. ? (LA F., F., VI, 6.) – Je me la [= une maîtresse] créois de mille façons pour me donner le change à moi-même (J.-J. Rouss., Conf, Pl., p. 219).

52remarques

  1. En utilisant la prépos. de, on indique clairement que la formule redondante concerne le sujet : Elle s’y est couchée d’elle-même (Martin du G., Thib., Pl., t.. I, p. 980), c’est-à-dire sans qu’on la force. – Quand il s’agit de choses, cette construction montre qu’il n’y a pas d’agent extérieur : Si l’épidémie ne s’arrêtait pas d’elle-même (A. Camus, Peste, p. 74).
  2. Construction exceptionnelle : La princesse s’avançait une chaise pour elle-même (Proust, Rech., t. II, p. 635). S’avancer qq. ch. ne semble pas signalé.
  3. Quand le pronom personnel est exclu (avec un nom, un adjectif, un participe passé, un participe présent adjectivé), auto- est le moyen normal d’exprimer la réflexivité. La langue technique s’émancipe, employant notamment auto- avec un verbe sans pronom personnel conjoint et avec un objet direct : °Autoréparer une fracture (dans Science et vie, 1973, cit. Robert, s. v. auto-) « réparer soi-même ». – L’article autos, dans Wartburg, t. XXV, p. 1137-1139, fournit un inventaire suggestif d’une prolifération parfois déroutante.

5316. Pour le § 881, qui présente la question, si complexe, des valeurs de l’imparfait de l’indicatif, addition d’une remarque : dans un roman paru cette année, ce temps répond à un besoin particulier que les autres temps ne pouvaient satisfaire.

54Situation particulière (comme le souligne la formule dans ma mise en scène, le narrateur imagine une scène dont il n’a pas été témoin) : Et pour vous servir, monsieur ? demandait soudain dans ma mise en scène la Grande Nanon [...]. Il cherchait des cartes postales, disait-il [...]. Le doigt tendu vers la vitrine, la vieille désignait un tourniquet sur le trottoir. Qu’il aille donc choisir ! Et elle lui tournait le dos (Nyssen, Déchirements, p. 18).

5517. Pour le § 907, qui présente les verbes unis par à à l’infinitif complément, une addition s’impose pour un verbe qui accepte d’autres prépositions que à.

Après s’ingénier, l’Ac. 2000 prévoit aussi la prépos. pour.Image Ex. : Elle passait les nuits, s’ingéniait pour accroître la prospérité de la maison (Balzac, Birotteau, xv). – Rose [...] s’ingéniait pour lui trouver de l’argent (Zola, Conquête de Plass., xv). Image. – Comp. avec une proposition : Dans nos dîners à la Raspelière, elle s’était ingéniée pour que je ne fusse pas jaloux (Proust, Rech., t. III, p. 57). – Le Trésor mentionne en outre de, comme vieilli (avec un ex. de Sand). Rare conviendrait mieux pour un usage qui a toujours été sporadique : Croizeau s’ingénia de côtoyer Denisart en s’en allant de conserve avec lui (Balzac, Homme d’affaires, Pl., p. 814). – Je m’ingénierai de la [= cette estime de moi] perdre (Gide, Journal, févr. 1902).

56historique

57C’est la seule prépos. signalée par l’Acad, de 1762 à 1878. Un complément de but est normal après un verbe qui s’est d’abord construit absolument (voir les ex. de Littré et comp. avec un verbe comme se débrouiller), ce qui reste possible aujourd’hui : Je m’ingéniais, je faisais de la statistique, je supputais le juste milieu (Gide, cit. Rob. s. v. chaise). – Il avait beau s’ingénier, il ne pouvait faire que Mme Marguet devînt un monstre à ses yeux (Aymé, ib., s. v. faire). – Inutile de chercher, de s’ingénier, de s’appliquer (pesquidoux, cit. Trésor).

58autre exemple

59Flaub., Corresp., 1867, cit. Trésor.

6018. Pour le § 993, c, qui concerne les adverbes en –ment exprimant un haut degré, un historique a paru nécessaire, pour son intérêt propre, mais aussi à cause de l’influence qu’exercerait encore aujourd’hui l’usage du xviie siècle (voir no 19 ci-dessous).

61historique

62La mode a sévi au xviie s., comme en témoigne Mol. (Préc., ix) : Mascarille. Le ruban est bien choisi. / Magdelon. Furieusement bien. [...] / Mascarille. Attachez un peu sur ces gants la reflexion de vostre odorat. / Magdelon. Ils sentent terriblement bon. [...] / Mascarille. Vous ne dites rien de mes plumes ; comment les trouvez-vous ? / Cathos. Effroyablement belles. – Mais certaines modes influencent la langue commune. Terriblement s’est tout à fait implanté. Quant à furieusement, l’Acad. 1694 reconnaissait qu’il était peu usité au sens propre et général comme expression du superlatif, pour laquelle étaient cités quatre ex., maintenus jusqu’en 1878 : Il est furieusement grand. Il est furieusement riche. Il ment furieusement. Elle est furieusement laide (les deux derniers encore en 1932, ce qui restreint le mot aux applications péjoratives).

6319. Pour le même § 993, c, addition d’un alinéa concernant l’usage moderne d’un adverbe particulier.

64En fr. moderne, selon le Trésor, l’emploi superlatif de furieusement « est souvent une réminiscence du langage propre au monde précieux du xviie s. ». C’est exagérer le rôle de la préciosité au xviie s. (cf. no 18, ci-dessus) et aussi son influence ultérieure, laquelle n’est pas perceptible dans les ex. cités (E. de Gonc., Gide, Duhamel) ni dans ceux-ci : Je vous montrerai cette botte-là [en escrime], car elle est furieusement utile [dit Vautrin] (Balzac, Goriot, p. 195). [Nombreux ex. chez Balzac, ordinairement dans des contextes oraux et fam.] – Il répond par des phrases vagues et qui quelquefois n’ont pas de sens... Tu sais, l’opinion générale, c’est qu’il baisse furieusement, le maréchal ! (E. de Gonc., Chérie, xcix.) – J’écrivais ce livre à un moment où la littérature sentait furieusement le factice et le renfermé (Gide, Nourrit, terr., préf. de 1927). – Les indigènes du village vinrent s’assembler autour du foyer, furieusement jacasseurs (Céline, Voy. au bout de la nuit, F°, p. 226). – D’où, le caractère furieusement profane de cet art qui se voulait pieux (Malraux, Musée imaginaire, Id., p. 17).

65remarque

66Dans d’autres ex., surtout péjoratifs, on ne peut exclure un emploi hyperbolique du sens « avec furie » : Il faut que ce jeune homme aime furieusement l’argent, pour ne pas planter là cette fille, si riche qu’elle soit ! pensait Julien (Stendhal, Rouge, II, 13). – Tout moribond qu’il fût, M. Dandillot était encore assez vivant pour se contredire furieusement (Montherl., Pitié pour les femmes, L. P., p. 167). [Il est un peu excité pour un moribond, pensait Costals, précise-t-on un peu plus loin.]

6720. Pour le § 1013, c, qui concerne Que ne puis-je partir ? addition d’un passage montrant que ce tour littéraire est menacé. J’avais déjà une fiche à ce sujet ; un ex. relevé après l’impression de la 14e édition m’a montré qu’il est nécessaire de signaler la tendance actuelle.

Ce tour littéraire peut paraître figé (Damourette et Pichon, § 2237, parlent même de « la locution que ne »). On constate pourtant, depuis le xxe s., une tendance à ajouter l’auxiliaire pas : °Que n’ ai-je pas suivi la sirène jusqu’au fond de la mer ? (Supervielle, Homme de la pampa, 1973, p. 143.) – °Que ne me battais-je pas [...] à leur place ? (Vercors, Aristide Briand, p. 33.) – °Que n’ imitez-vous pas le brave paysan-soldat [...] ? (Étiemble, dans le Monde, 2 avril 1981.) – °Ah ! que la France ne se prend-elle pas pour un petit pays ! (Duneton, dans le Figaro litt., 4 oct. 2007, p. 8.). Image – Cette introduction, que signalent peu de grammaires ou de dict., supprime fâcheusement la distinction avec que pronom interrog. : Que n’ oublie-t-elle pas  ?

68remarque

69On peut se demander si, pour les deux derniers ex., le texte des auteurs n’a pas été altéré mécaniquement à l’impression.

7021. Dans le § 1092, qui s’intitulera C’est à dire et (à) savoir, introduction en a d’un nouveau texte sur c’est-à-dire. C’est en lisant dans Le français moderne de 2007 (p. 241-261) un article de G. Jacquel sur cette locution que je me suis avisé, indépendamment du contenu de cet article, qu’elle méritait plus que la simple mention.

C’est-à-dire indique d’habitude une équivalence (définition, traduction, explicitation) entre deux éléments de même fonction et de natures éventuellement diverses (cf. § 264-265). Image

71Exigerez-vous que des personnages passionnés soient des sages philosophes, c’est-à-dire n’aient point de passions ? (Stendhal, Armance, Avant-propos) – Vous serez dans les mains des ouvriers qui vous demanderont le prix bourgeois, au lieu du prix marchand [= prix de gros] [...], c’est-à-dire qui vous mettront dans la situation de vendre à perte (Balzac, Paysans, I, 8). – Je veux apprendre c’est-à-dire prendre, saisir (Duhamel, Maîtres, II). – Je suis encore aujourd’hui, c’est-à-dire après quarante ans, surpris par le caractère escarpé de M. Lapicque (id., Biographie de mes fantômes, p. 212). – Cette voix que j’avais, [...] diverse, C’est-à-dire capable de passer du grave à l’aigu (Gide, Journal, 12 juillet 1942). – Il me ramenait [...] chez moi, c’est-à-dire dans cet hôtel trop justement nommé l’« Écrou » (Butor, Emploi du temps, p. 132). – La forme la plus haute de l’expression artistique est du côté de la littéralité, c’est-à-dire en définitive d’une certaine algèbre : il faut que toute forme tende à l’abstraction (Barthes, Mythologies, p. 169). – Il s’était juré [...] de ne jamais retourner en Orient, c’est-à-dire en Chine (J. d’Ormesson, Hist. du Juif errant, p. 401).

72Il arrive que ce qui suit c’est-à-dire ne soit pas une simple ou véritable équivalence. Pseudo-définition : Il cherche un endroit où il puisse apprendre à nager, c’est-à-dire, faire aller ses bras, tandis que ses genoux marcheront sur le sable (J. Renard, Poil de Car., cit. Trésor). – Changement d’avis : Mon Dieu ! oui, oui... c’est-à-dire, non (Richepin, ib.) : – Explication étymologique : Douville pourrait fort bien venir d’Ouville, c’est-à-dire : les Eaux (Proust, Rech., t. II, p. 890). – L’auditeur est averti par une pause, traduite par la ponctuation dans les ex. cités. Sans ponctuation : Je m’appelle Vasi, répondit Fabrice, faisant une mine singulière, c’est-à-dire Boulot, ajouta-t-il se reprenant vivement (Stendhal, Chartr., I, 4). [Rem. vivement.]

Quand la coordination se fait entre deux phrases, la seconde commence d’ordinaire par c’est-à-dire que Image, dire conservant la construction qu’il a dans son rôle ordinaire de verbe(cf. § 913, b, 1°) : Cet appareil est automatique, c’est-à-dire qu’il effectue certaines opérations sans que vous ayez à intervenir (Ac. 2001). – Vous refusez mon offre, c’est-à-dire que vous la trouvez insuffisante (ib.). – On peut parler de pseudo-subordination.

73Le que est parfois absent : Je ne suis plus un gueux, c’est-à-dire tu [= son fils] n’es plus un gueux, ta fortune va se trouver en rapport avec ta naissance (Stendhal, Armance, II). – Il rêve, c’est-à-dire il se livre à tout l’essor d’une imagination sans frein (S.-Beuve, Chat., cit. Rob., s. v. essor). – Cela devrait entraîner une pause après c’est-à-dire, pause souvent rendue par la ponctuation : Le réseau télégraphique est analogue au système nerveux ( c’est-à-dire : est à un pays ce que le système nerveux est à un organisme) (Lalande, Vocab. de la philos., ib., s. v. analogue).

74remarques

  1. La description du Trésor ne prévoit, explicitement, que des noms et des infinitifs.
  2. A distinguer d’un ex. comme celui-ci : Il faudrait que vous eussiez eu la preuve du contraire, c’est-à-dire que vous eussiez observé quelques longévités dues à l’inertie de la pensée (Balzac, Martyrs ignorés, Pl., p. 1154), où l’on a une coordination de propositions (et non de phrases). Voir aussi tout au début l’ex. tiré de l’avant-propos d’Armance.

Notes

1 Pour les abréviations et symboles, voir Le bon usage, 14e éd., p. 10. Signalons simplement pour les lecteurs de ce volume :
○ : mot, tour, etc. n’appartenant pas au français commun ou régulier.
+ : édition modernisant l’orthographe ou ex. cité d’après une telle édition.
* : soit étymon reconstitué, soit mot ou tour inexistants.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search