Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

Les masculins en –eur : peut-on mettre les pendules à l’heure ?

Anne Dister et Marie-Louise Moreau

Note de l’auteur

Cet article applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française.

Texte intégral

I. Les –eur : des noms difficiles

1Dans une étude antérieure (Dister et Moreau, 2006), où l’on observait les dénominations des candidates lors de quatre scrutins électoraux, en Belgique et en France, à 15 ans d’intervalle, notre attention a été particulièrement attirée par les titres et noms de professions dont le masculin finit en –eur. En effet, dans un corpus comportant près de 5000 mots, correspondant à 257 lemmes différents, cette catégorie morphologique constituait la classe la plus importante de termes étiquetés « insaturés », c’est-à-dire des unités pour lesquelles on constatait soit des emplois uniquement au masculin, soit une oscillation entre masculin et féminin. Les cas sont répertoriés dans le tableau suivant.

Tableau I. Lemmes insaturés dans les dénominations des candidates

  • 1 Dans les emplois : acteur de terrain, position d’acteur.
  • 2 Dans demandeur d’emploi.

Belgique 1989

France 1989

Belgique 2004

France 2004

Instaurés

19

14

42

43

-eur insaturés

7

3

16

15

Seulement masculin

aministrateur
chercheur
défenseur
directeur
facteur
médiateur
sénateur

administrateur
chercheur

acteur1
adviseur
observateur
promoteur
rapporteur
receveur

armateur

chasseur
contrôleur
demandeur2
éleveur
masseur
pêcheur

Masculin ou féminin

directeur

administrateur
directeur
éducateur
facteur
formateur
ingénieur
instructeur
professeur
rédacteur
sénateur

administrateur
agriculteur
chercheur
directeur
éducateur
inspecteur
professeur
rapporteur

  • 3 Pour le détail des occurrences, nous renvoyons le lecteur à l’article.

2La proportion importante (de 21 à 38 %3) de –eur dans les lemmes insaturés apporte le témoignage d’une difficulté certaine associée à cette catégorie de noms, pourtant particulièrement intéressante pour la féminisation, en ce qu’ils renvoient souvent à des professions de prestige et d’autorité.

3On peut recueillir bien d’autres indices de cette résistance particulière des –eur à la féminisation. Nous en relèverons encore deux autres.

4Il arrive souvent que des personnes fassent état de leurs hésitations entre différentes formes féminines. On en trouve différentes manifestations sur le web. Ainsi :

    • 4 http://www.wiley-vch.de/vch/journals/2266/sf2m/SF2M0403.pdf, consulté le 6 septembre 2008.

    souhaiter bonne chance à ma successeur (successeuse c’est pas terrible ; successrice sûrement pa ; bon : successeur)4.

    • 5 http://3615mavie.canalblog.com/, consulté le 6 septembre 2008.

    Elisa, ma successeuse/succetrice... enfin, successeur au féminin quoi !5

5Cet embarras ne se produit jamais à propos de termes épicènes en –iste ou en –logue. Très rarement pour des noms en –ant, –ien ou en –ier. Mais bien souvent, précisément, pour des noms en –eur.

  • 6 De l’école communale de Fonlin (Esneux), dont nous remercions les élèves et leurs instituteurs, Sop (...)

6Dans une petite enquête sans prétention scientifique, nous avons demandé à 37 enfants des quatre dernières années du primaire (de 8 à 12 ans)6 de donner les féminins correspondant à des mots au masculin que nous leur avons soumis. La liste comportait 20 termes, 10 existants et 10 inventés. Notre idée était de voir si les écoliers possédaient les règles de dérivation morphologique du féminin, qu’ils pouvaient appliquer non seulement à des formes censées connues, mais également à de nouveaux items. Les –eur étaient représentés par 5 termes : directeur, professeur, entraîneur, dévoleur et forateur.

  • 7 Le test a été fait par écrit. Les scores présentés ici tiennent compte de la forme phonique du mot. (...)
  • 8 Curiosité dans les données, qu’il faudrait examiner plus avant, dans une enquête plus solidement co (...)

7Pour les noms autres que ceux en –eur, la proportion de réponses attendues est de 80,9 %. Les pourcentages sont moins élevés pour les items en –eur, avec 73 % de bonnes réponses. Si directeur, entraîneur et le néologisme dévoleur présentent le féminin attendu dans respectivement 97,3 %7, 89,2 % et 83 % des cas, avec professeur, on tombe à seulement 48,6 % d’occurrences correctes et forateur n’obtient que 45,9 % de bonnes réponses8.

II. Difficile, pourquoi ?

8Cette difficulté tient assurément à différentes raisons.

  • 9 En 1927. Jacques Damourette et Édouard Pichon (tome 1, p. 138) discouraient sur le sens attaché à c (...)
  • 10 Nous avons d’ailleurs montré (Dister et Moreau, 2006) que les partis politiques conservateurs fémin (...)

9Commençons par évacuer du champ de la réflexion une mauvaise raison. On invoque parfois comme obstacle à la féminisation de ces noms la péjoration attachée au suffixe –euse, en particulier lorsqu’il y a homonymie. Nombre de formes en –euse, correspondant à des noms de professions au féminin, existent en effet déjà dans la langue pour désigner des machines : faucheuse, laveuse, moissonneuse9... Faut-il pour la cause considérer que le suffixe –euse est péjoratif ? C’est oublier qu’il s’agit d’un procédé très productif en français, attaché aussi à des formes qui ne sont en rien connotées négativement : accoucheuse, amoureuse, berceuse, charmeuse, chartreuse, danseuse, merveilleuse, sérieuse, veilleuse, visiteuse, voyageuse, vertueuse... Quant à l’argument de la polysémie, régulièrement invoqué dans le débat sur la féminisation (avec le porte-étendard stéréotypé de la cafetière), il repose sur une mauvaise information à propos du fonctionnement des langues, qui, toutes, connaissent une proportion importante de mots dotés de plusieurs valeurs sémantiques, sans que cela mette la communication en difficulté, les ambigüités potentielles étant levées par le contexte. Il n’y a d’ailleurs pas que pour les termes féminins que le français accueille des noms désignant à la fois des humains et des machines. De nombreux exemples en témoignent, ainsi adaptateur, analyseur, batteur, décodeur, diffuseur, distributeur, émetteur, etc. L’argument a pour fonction première de permettre aux détracteurs de la féminisation de masquer leur résistance au changement10, sous couvert d’un discours de défense de la langue.

10La difficulté particulière des –eur a sa source ailleurs, dans la complexité générale de ce champ morphologique, qui associe aux masculins en –eur des noms féminins terminés par –eure, –euse, –esse ou –rice, ou bien encore des formes féminines identiques aux masculines, qui connaît un nombre important d’exceptions (voir ci-dessous), et dont les règles supposent généralement une distinction préalable entre noms en –eur et noms en –teur, ainsi que la prise en compte de leur famille morphologique.

De nombreuses exceptions

11Quelle que soit la description proposée pour décrire la formation des féminins correspondant aux noms en –eur, l’analyse échoue toujours à rendre compte d’un nombre relativement important de cas :

  • des formes en –esse sont bien implantées dans la langue, alors que la règle n’est actuellement plus productive : chasseresse, doctoresse, etc. et les archaïsmes de la langue du droit : acquéresse, bailleresse, demanderesse, défenderesse, venderesse ;

  • aucune règle ne peut couvrir les cas de ambassadrice, cantatrice et impératrice, qui viennent respectivement de l’italien ambasciatrice (ou embasciatrice), du latin cantatrix via l’italien cantatrice et du latin imperatrix ;

  • des formes masculines présentent deux féminins différents, qui correspondent à deux significations différentes :

  • un acquéreur : une acquéreuse et une acquéresse (langue juridique)

  • un bailleur : une bailleuse (de fond) et une bailleresse (langue juridique)

  • un chanteur : une chanteuse et une cantatrice

  • un débiteur : une débitrice (« celle qui a une dette ») et une débiteuse (« celle qui débite »)

  • un défenseur : une défenseur, une défenseure ou une défenseuse et une défenderesse (langue juridique)

  • un demandeur : une demandeuse et une demanderesse (langue juridique)

  • un reporteur : une reportrice (dans le journalisme) et une reporteuse (dans l’imprimerie)

  • un vendeur : une vendeuse et une venderesse (langue juridijuridique) ;

  • la langue offre plusieurs formes, sans différenciation de sens, mais de fréquences d’emploi parfois différentes :

  • un auteur : une auteur, une auteure, une auteuse ou une autrice

  • un chasseur : une chasseuse ou une chasseresse (plutôt d’emploi littéraire)

  • un défenseur : une défenseur, une défenseure ou une défenseuse (en plus de défenderesse, qui appartient à la langue juridique)

  • un docteur : une docteur, une docteure ou une doctoresse

  • un enquêteur : une enquêteuse ou une enquêtrice

  • un fauteur : une fauteuse ou une fautrice

  • un imposteur : un imposteuse ou une impostrice

  • un inventeur : une inventeuse ou une inventrice

  • un sculpteur : une sculpte use ou une sculptrice ;

  • émetteur et supporteur se féminisent selon l’usage en émettrice et supportrice, alors qu’en fonction de la règle qui concerne leur catégorie, on attendrait émetteuse et supporteuse ;

  • inférieure, maïeure (mayeure), majeure, mineure, prieure, supérieure, qui procèdent de comparatifs latins, se conforment à une règle plus générale du français, celle de l’adjonction d’un –e final ;

  • enfin, mais ce n’est pas la moindre exception, un certain nombre de nouveaux féminins en –eure échappent aux règles proposées, leur nombre variant selon les guides de féminisation, mais incluant, dans tous, au moins les cas de auteure, pasteure et questeure.

III. Que disent les descriptions ?

  • 11 Ce n’est le cas que pour quelques unités isolées (une chef ici, une cheffe là-bas, par exemple), et (...)

12Si les grammairiens proposent rarement des formes différentes11, leurs descriptions ne se superposent pas toujours. Considérons ainsi les règles formulées dans les six travaux suivants :

  1. la circulaire française parue au Journal officiel en 1986 [CF] ;

  2. Mettre au féminin, le guide de féminisation de la Belgique francophone (1994) [GB] ;

  3. Femme, j’écris ton nom, le guide de féminisation français (Becquer et al., 1999) [GF] ;

  4. le Guide romand d’aide à la rédaction administrative et législative épicène (Moreau Th., 2001) [GR] ;

  5. le site de l’Office québécois de la langue française [OQ] ;

  6. Le bon usage (Grevisse-Goosse), § 502, dans son édition de 2007 [BU] ;

13On peut y retracer différentes lignes de convergence et de divergence. Une grande convergence concerne le découpage de la matière ; dans quatre cas sur six, deux catégories sont distinguées : les noms en –eur et ceux en –teur, chacune de ces deux catégories étant scindée à son tour en deux sous-catégories auxquelles sont associées des règles spécifiques, dans une organisation qu’on peut schématiser comme ci-dessous. Seuls GR et BU adoptent une autre structure, qui fond en un même groupe les –teur/–teuse et les –eur/–euse.

Tableau ii. Catégories de noms distinguées dans les descriptions

  • 12 La solution –eur (une ingénieur) n’est retenue que par CF et GB ; dans GF et GB (2005), elle voisin (...)

Ensemble

Catégories

Sous-catégories

-EUR

-eur

-euse

-eur ou -eure12

-teur

-teuse

-trice

14Des divergences apparaissent toutefois dans l’identification du critère d’appartenance aux sous-catégories. Nous envisagerons d’abord le contenu des descriptions, puis nous en ferons une analyse critique.

a) –eur / –euse

15Considérons ainsi la catégorie des –eur. Elle fournit des féminins en –euse dans des conditions qui ne sont pas définies de la même manière dans les six textes :

  • CF : « si le verbe de base est reconnaissable » ;

  • GB : « lorsqu’au nom correspond un verbe en rapport sémantique direct » ;

  • GF : « lorsque le nom correspond à un verbe en rapport sémantique direct », mais « quelques noms formés sur une base nominale sont féminisés de la même façon » (avionneuse, camionneuse, chroniqueuse, pisteuse...) et « cette règle s’applique aux noms suffixés à partir d’une base nominale empruntée à l’anglais (basketteuse, footballeuse...) » ;

  • GR : « lorsque la racine remonte à un verbe ». « Cette règle s’applique également lorsqu’il s’agit d’une transposition d’un terme d’origine anglaise » ;

  • BU : si le nom est « dérivé d’un mot français (d’ordinaire un verbe, parfois un nom) » ;

  • OQ n’évoque pas la parenté avec un verbe comme une condition, mais signale que « les noms qui passent de –eur à –euse remontent, dans la grande majorité des cas, à un verbe », et précise que la catégorie des –euse accueille aussi « quelques appellations dérivées de noms [qui] ont aussi un féminin en –euse », et des « noms dérivés d’emprunts à l’anglais ».

b) –eur / –eur ou –eure

  • 13 Au Québec, le procédé est recommandé par l’OLF dès 1986. La source la plus ancienne prise en compte (...)

16Un autre point important de convergence réside dans l’intégration, par cinq des six sources13, des nouvelles formations en –eure. Ces formes, utilisées depuis longtemps au Québec séduisent visiblement les scripteurs européens et les descriptions grammaticales, malgré quelques réticences au départ pour certaines, les intègrent seules, ou à côté des formes épicènes avec déterminant féminin. Comme le fait remarquer Michèle Lenoble-Pinson (2006), « [...] sans renier une règle morphologique, admettre une variante permet de refléter l’usage actuel. »

17On pourrait s’attendre à ce que les féminins en –eur ou –eure soient décrits comme réservés aux noms qui ne répondent pas aux conditions posées pour les –euse. C’est le cas parfois, mais pas toujours.

18On a un féminin en –eur ou –eure :

  • CF : « si le verbe de base n’est pas reconnaissable, que ce soit pour la forme ou le sens » ;.

  • GB : « lorsqu’au nom ne correspond pas de verbe » ;

  • GF : « lorsqu’il n’existe pas de verbe correspondant au nom ou que le verbe n’est pas en rapport sémantique direct – il s’agit, le plus souvent, de noms issus directement du latin – » ; on remarque que s’il est question ici d’absence d’un verbe apparenté, on n’évoque plus la racine nominale ;

  • pour OQ, les masculins en –eur à féminiser en –eure « viennent directement de noms latins en –or auxquels aucune forme féminine latine ne correspondait. [...] On remarque que ces noms ne sont pas dérivés directement d’un verbe, contrairement à ceux d’alternance –eur, –euse. » Ici non plus, on ne trouve plus le critère de présence ou d’absence de racine nominale mentionné pour les –euse ;

  • GR : « lorsqu’il n’existe pas de racine directement sous la forme d’un substantif, ou encore lorsque la racine remonte à un substantif se terminant par –ssion, ou que l’usage a imposé le terme » ;

  • le BU intègre des féminins en –eure, mais ne formule pas de règles les concernant.

c) –teur / –teuse

19Les masculins en –teur sont dits se féminiser en –teuse :

  • CF : « si le t appartient au verbe de base » ;

  • GB : « lorsqu’il existe un verbe correspondant qui comporte un t dans sa terminaison » ;

  • GF : « lorsqu’au nom correspond un verbe en rapport sémantique direct comportant un –t– dans sa terminaison et/ou qu’il n’existe pas de substantif corrélé se terminant par –tion, –ture ou –torat » ;

  • OQ : si « le verbe dont ils dérivent a un t à sa finale » et si « ces noms n’ont pas dans leur famille de nom en –tion, –ture ou –torat » ;

  • GR ne consacre pas de rubrique spéciale aux –teur/–teuse, mais en donne un exemple dans la section des –eur/–euse ;

  • BU ne consacre pas non plus de rubrique spéciale aux –teur/–teuse, et range avec les exemples de –eur/–euse ceux qui concernent les –teur/–teuse.

d) –teur / –trice

20Dans ce cas non plus, la règle proposée ne peut s’interpréter comme le pendant inversé de la précédente. On aurait un féminin en –trice :

  • CF : « si le t n’appartient pas au verbe de base » ;

  • GB : « lorsqu’il n’existe aucun verbe correspondant ou lorsque le verbe correspondant ne comporte pas de t dans sa terminaison » ;

  • GF pose trois conditions non exclusives :

  • « il n’existe pas de verbe correspondant au nom, ou bien le verbe est apparu postérieurement au nom » ;

  • « il existe un verbe correspondant au nom ne comportant pas de –t– dans sa terminaison » ;

  • « il existe un substantif corrélé au nom se terminant par –tion, –ture, ou –torat (quelle que soit la terminaison du verbe correspondant) » ;

  • GR : « Les dénominations passent de –teur en –trice lorsque la racine remonte à un substantif se terminant par –te, –tion, –ture ou par –torat, ou encore lorsqu’il s’agit d’une transposition directe du latin. En général, ce sont des mots de formation savante dont on ne peut tirer de participe présent en changeant –teur en –ant » ;

  • OQ : « Les noms passent de –teur à –trice lorsqu’ils viennent de noms latins se terminant par –tor et –trix. Ils ne sont donc pas dérivés de verbes français, ce qui n’empêche pas qu’il y ait des verbes français, sans t final, correspondants. Ces noms s’inscrivent souvent dans une famille qui comporte un nom se terminant par –tion, –ture ou –torat, [...]. En général, ce sont des noms de formation savante » ;

  • BU : « [Les] noms en –teur qui ne présentent pas le suffixe –eur [...] font leur féminin en –trice, soit que le suffixe masculin soit –ateur [...] ; soit que le mot ne soit pas dérivé sur un verbe ou un nom français. »

IV. Que valent les critères proposés ?

  • 14 Nous avons ainsi largement puisé dans les ressources du Forem (www.leforem.be), du portail d’orient (...)
  • 15 Nomenclature des professions INS (s.d.). http://www.statbel.fgov.be/downloads/prof_fr.xls.
  • 16 PCS- ESE (2003), http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=nomenclatures/pcsese/pcsese2003/l (...)
  • 17 Office fédéral de la statistique (2008), Nomenclature suisse des professions (NSP 2000).
  • 18 Classification nationale des professions (CNP) 2006. http://www5.rhdsc.gc.ca/NOC-CNP/app/occupation (...)

21Nous avons constitué une liste de 1823 noms de profession dont le masculin se termine en –eur. Pour ce faire, nous nous sommes abondamment servies des informations fournies par des sites consacrés aux formations et aux métiers14, ainsi que des nomenclatures de professions élaborées par des organismes officiels : l’Institut national (belge) de statistique15, l’Institut national (français) de la statistique et des études économiques16, l’Office fédéral (suisse) de la statistique17 et le ministère (canadien) des Ressources humaines et du Développement social18. Outre les noms concernés par le décret belge de 1993, notre liste accueille quelques substantifs fréquemment utilisés dans les documents officiels pour désigner les personnes dans leur statut (possesseur, successeur...), des mots dont la féminisation parait quelquefois problématique (amateur, vainqueur...), des noms dérivés de mots anglais en –er (on a ainsi hackeur, hotlineur. intervieweur, manageur, sérial killeur...), et des formes liées à l’actualité récente (c’est le cas de tradeur, mis à la mode par l’affaire de la Société générale ou encore épurateur associé à Arkan dans la guerre au Kosovo).

  • 19 Parmi les formes recensées, quelques-unes ne se rencontrent pratiquement qu’au féminin, et c’est le (...)
  • 20 On peut certes critiquer la démarche, en faisant valoir que les personnes qui s’expriment sur la to (...)

22Pour établir la forme féminine de ces noms19, nous avons systématiquement adopté celle que donnaient le cas échéant les sites ou les organismes officiels consultés. A défaut, nous avons interrogé le Dictionnaire Robert électronique et le Trésor de la langue française informatisé (TLFi). A défaut encore, nous avons utilisé ce corpus gigantesque qu’offre l’internet : lorsqu’aucun des deux ouvrages mentionnés n’attribue de correspondant féminin à objecteur, pas plus qu’à connecteur, les moteurs de recherche sont d’une aide précieuse, quand ils recensent 216 sites qui emploient objectrice contre 31 objecteuse, de 600 pages qui recourent à connectrice contre 43 à connecteuse, par exemple20.

23C’est cette liste que nous avons utilisée pour éprouver la validité des règles proposées.

a) –eur / –euse. –eur / –eur ou –eure

24Le critère de l’existence ou de l’absence de verbe ne suffit manifestement pas pour départager les –eur/–euse des –eur/–eur ou eure : le TLFi n’enregistre pas de verbe correspondant à acideur, amareyeur, argileur, benzineur, bouveleur, castorineur, côneur, chimiqueur, chroniqueur, corvoyeur, dissolveur, échasseur, encartoucheur, ensoupleur, féticheur, golfeur, gypseur, isolationneur, levageur, litigeur, louageur, mangleur, ongleur, orpailleur, pavillonneur, pénicheur, piéceur, portiqueur, pupitreur, rembordeur, remolieur, rémouleur, remmouleur, socleur, systémeur, terrilleur, varouleur, verreur, etc. Cette absence dans l’ouvrage de référence est-elle imputable à une lacune dans la langue (qui n’intègre jamais toutes les combinaisons morphologiques possibles) ou est-elle due à la trop grande spécialisation de ces termes de métiers ? Peut-être les mangleurs disent-ils qu’ils manglent et les shérardiseurs qu’ils shérardisent ? En tout état de cause, que l’on sache ou que l’on ne sache pas si les verbes fionner, maillocher, oliver et rhodier existent, on ne voit pas comment fionneur, maillocheur, oliveur, rhodieur et tous les autres noms mentionnés pourraient se féminiser autrement qu’en –euse.

  • 21 On ne dit pas, par exemple, de deux enseignants que l’un professe mieux que l’autre.

25Qu’en est-il de la parenté sémantique ? On fait parfois valoir que si gouverneur et professeur ne forment pas leur féminin en –euse, c’est parce que le lien sémantique avec les verbes gouverner et professer s’est distendu. Il nous semble cependant que les gouverneurs gouvernent davantage que les chauffeurs ne chauffent. On associe pourtant à ces noms les féminins gouverneur ou gouverneure et chauffeuse. Pour professeur, on peut argumenter que professer signifiait « exercer une profession », et pas seulement celle d’enseignant, que professer ne s’emploie plus, pour les enseignants, que pour situer l’activité dans l’espace et dans le temps (Il a professé dans tel établissement, Elle professe depuis dix ans), mais pas pour l’activité elle-même21. Il est vraisemblable toutefois que de telles considérations relèvent davantage de la casuistique. Dans le cas de traiteur, le rapport avec le verbe traiter est considéré comme lâche par les auteurs du guide belge, qui proposent traiteur ou traiteure, mais comme suffisant par les listes française, québécoise et suisse, qui préconisent traiteuse.

26Le critère verbal n’étant pas suffisant, certains nuancent la position et parlent, pour les masculins qui se féminisent en –euse, de noms formés sur une racine verbale ou nominale. Si on reprend la liste du début de ce paragraphe, on peut voir que cela résout le problème pour acideur, argileur, benzineur et la plupart des autres. Mais pas tous : à quel nom se rattachent bouveleur, chimiqueur (n’a-t-on pas plutôt affaire à une base adjectivale ?), corvoyeur, dissolveur, ensoupleur (base adjectivale encore), mangleur, orpailleur, remolieur, etc. ? Et du côté des –eur/–euse, n’a-t-on pas, correspondant à gouverneur, un nom dans l’expression pour sa gouverne ; à procureur le nom procure ; à ingénieur le nom génie (comme dans génie civil) ?

27On peut se demander par ailleurs ce qu’on exclut de la catégorie des –eur/–euse quand on la définit comme constituée par les noms à base verbale ou nominale (et il faudrait sans doute parler aussi, on vient de le voir, de base adjectivale).

28Ne pourrait-on pas, plus simplement, poser qu’il existe une règle fondamentale « Les masculins en –eur ont pour féminins des noms en –euse », sans préciser dans quelles conditions cette règle s’applique, et fournir une liste close des unités qui ne s’y conforment pas ? Cette solution parait d’autant plus opportune que les listes belge, française, québécoise et suisse ne s’accordent pas sur tous les noms en –eure, au minimum à propos de annonceur (alors qu’annoncer existe), assesseur, assureur (malgré assurer), entrepreneur (malgré entreprendre), metteur en scène (malgré mettre), questeur, réviseur (malgré réviser), sculpteur (malgré sculpter), successeur et superviseur (malgré superviser).

b) –teur / –teuse. –teur / –trice

29Pour déterminer quels substantifs en –teur ont pour correspondants féminins des noms en –teuse ou en –trice, le critère de la relation avec un verbe comportant un –t– dans sa finale ne suffit pas :

    • 22 La femme qui audite, qui réalise des audits, est dite auditrice, et non auditeuse.
    • 23 Pour intercepteur, Robert mentionne un féminin en –trice, TLFi considère le terme comme masculin se (...)
    • 24 On pourrait argumenter qu’au moment où supportrice est entré dans l’usage, supporter avait le sens (...)

    on a des féminins en –trice, bien implantés dans l’usage, apparentés pourtant à des verbes comportant un tauditrice22, collectrice, désinfectrice, détectrice, détractrice, éditrice, émettrice, exécutrice, injectrice, inspectrice, interceptrice23, interconnectrice, objectrice, prospectrice, sélectrice, supportrice24, translatrice, vivisectrice ;

  • des noms comme basketteur, casteur, débruteur, écôteur, escaliéteur, gutteur, lunetteur, marketeur, masselotteur, pistoleteur, quilteur, réseauteur, sauveteur, tableauteur... sont associés à des féminins en –teuse, alors que les ouvrages de référence ne fournissent pas de verbe correspondant. A dire vrai, cette situation est plus délicate que la précédente, l’absence d’une unité dans un dictionnaire ne signifiant pas que le verbe n’existe pas. On trouve d’ailleurs sur le web des attestations de formes verbales correspondant, non pas à tous, mais à beaucoup des noms cités.

30Qu’en est-il de l’apparentement à un nom en –tion, –torat ou –ture ? Il ne rend pas compte non plus d’un certain nombre de cas. Des noms masculins en –teur ont en effet pour pendants féminins des formes en –trice, bien qu’ils ne soient corrélés à aucun nom de ce type (nous étendons le champ d’analyse à des noms qui ne se rapportent pas à des professions) : accompagnateur, amateur, blasphémateur, buccinateur, calculateur, calomniateur, commentateur, comparateur, coordonnateur, cultivateur, dessinateur, dispensateur, examinateur, gladiateur, mandateur, orateur, ordonnateur, prosateur, sacrificateur, salvateur, sénateur, spectateur, stucateur, téléspectateur, terminateur, triomphateur, zélateur. On remarquera que dans tous ces cas, on a affaire à des noms terminés au masculin par –ateur. Il faut y ajouter des mots en –cteur : chiropracteur, conducteur, thanatopracteur, vecteur.

31Si, comme le prévoit GF, on combine plusieurs critères (absence de verbe, existence d’un verbe, mais sans –t– dans la terminaison, existence d’un nom en –tion, –torat ou –ture), les unités récalcitrantes, dans cette liste, se réduisent à commentateur et mandateur, associés à un verbe comportant un –t– dans sa finale, et non apparentés à un substantif en –tion, –torat ou –ture. Le résultat peut être considéré comme satisfaisant, du point de vue de la description linguistique, en ce que les règles rendent compte de tous les cas sauf deux. Il est douteux, toutefois, que les utilisateurs ordinaires de la langue soient disposés à se livrer à la gymnastique intellectuelle que représente l’application de ces divers critères.

V. Des règles moins générales, mais plus simples

  • 25 Il n’est pas nécessaire, ici, de mentionner la terminaison en –ture. La condition était nécessaire (...)

32Dans un ouvrage à destination du grand public (Dister et Moreau à paraître), nous avons voulu énoncer des règles de telle sorte que leur application puisse se faire facilement, même par des personnes peu familiarisées avec les démarches linguistiques et le maniement des concepts grammaticaux, même pour des mots nouveaux. S’il existe en effet des principes organisateurs qui permettent de désencombrer le champ particulièrement complexe des –teur, de déboucher, au moins pour une partie de ces noms, sur les solutions escomptées, de façon simple, sans avoir à déterminer si les noms satisfont ou ne satisfont pas à l’une ou l’autre condition, on pourrait rendre la matière beaucoup plus accessible au public non spécialisé. On peut, dans cette optique, remarquer que tous les noms suffixés en –ateur, en –cteur ou en –culteur se féminisent en –atrice, en –ctrice et en –cultrice. Dans notre corpus, on trouve 192, 39 et 55 de ces noms, formant un total de 286 unités, dans un ensemble de 542 noms terminés par –teur. Pour les 256 unités qui forment le reliquat, on aboutit au résultat escompté en appliquant un seul critère : existence ou non-existence d’un nom en –don ou –torat25.

33On gagne donc clairement en commodité pour l’utilisateur ce qu’on perd en généralité de chacune des règles. L’hypothèse n’est d’ailleurs pas hasardeuse, qui consisterait à poser que ce sont des régularités de ce type que les usagers appliquent effectivement lorsqu’ils ont à former un nouveau féminin, et non pas une règle générale, si complexe qu’elle échappe même à l’analyse de la plupart des grammairiens.

34Nous avons établi 5 règles de flexion, qui répartissent les unités en 6 groupes distincts. La catégorisation peut être schématisée comme dans le tableau suivant :

Tableau iii. Les différentes catégories de noms en –eur et leur féminin

Tableau iii. Les différentes catégories de noms en –eur et leur féminin
  • 26 La formulation de la règle stipule que le –ateur en question doit être un suffixe. La précision écl (...)

Note 2626

35Dans chaque groupe, on a des formes attestées depuis longtemps et d’usage fréquent, mais également des termes rares, dont on rencontre peu d’attestations, non seulement au féminin mais également au masculin. Les causes en sont diverses : professions rares, vieillies, pour lesquelles une autre forme est en concurrence (par ex. accoucheuse vs sage-femme), etc.

36Le tableau suivant donne des exemples de féminins pour chaque groupe.

Tableau iv. Exemples correspondant aux règles

Tableau iv. Exemples correspondant aux règles

37Nos 1823 noms se répartissent comme on peut le voir dans le tableau suivant.

Tableau v. Nombre d’occurrences et pourcentages des différentes catégories

Tableau v. Nombre d’occurrences et pourcentages des différentes catégories
  • 27 Toutes ces formes en –eure sont reprises par le guide belge, à l’exception de entrepreneure (la for (...)

38Au total 97,3 % des noms en –eur de notre liste suivent les règles proposées. Quelles sont les 49 unités qui ne s’y conforment pas ? D’une part, les cas mentionnés dans la section « De nombreuses exceptions», celles dont aucune description ne rend compte ; d’autre part, les 20 formations en –eure que nous avons retenues : assesseure, auteure, censeure, commandeure, docteure, entrepreneure, gouverneure, ingénieure, intercesseure, pasteure, possesseure, précurseure, prédécesseure, procureure, professeure, proviseure, questeure, successeure, traiteure, vainqueure27.

  • 28 Dans la petite enquête menée auprès des enfants, la finale en –euse obtient un score remarquable : (...)

39A voir les proportions, on constate que le champ est traversé par une lame de fond : la terminaison –(t)euse concerne 79,5 % des unités : autrement dit, c’est le procédé auquel les utilisateurs recourent dans 4 cas sur 5. Il est vraisemblable que les mécanismes d’analogie qui gouvernent la formation des nouvelles formes sont sensibles à cette pression quantitative28. Mais les métiers modernes, les désignations en relation avec des termes abstraits, les professions de prestige sont du côté des –trice, et, dans la nouvelle distribution des formes, du côté des –eure, même si celles-ci n’alignent que quelques unités.

Conclusion

40Féminiser les noms de professions n’est pas difficile : la majorité des règles sont simples, usuelles et leur champ d’application est large. Néanmoins, il en va différemment pour les substantifs terminés par –eur, dont la morphologie se révèle beaucoup plus complexe. On peut relever de multiples indices de cette complexité : hésitations des usagers, divergences entre les descriptions grammaticales, nombre de règles et de conditions nécessaires pour rendre compte des différentes catégories, paires de noms construits sur des patrons différents, abondance de cas particuliers qui échappent aux généralisations.

41Les usagers non spécialisés savent que, pour la féminisation, la langue propose différentes ressources, savent que, classiquement, les masculins en –eur ont généralement pour correspondants des féminins en –esse (dont ils perçoivent le caractère un peu suranné), en –euse ou en –rice. La plupart ignorent toutefois sur quelle base repose la distinction entre les deux dernières classes, et en particulier que la solution passe par la prise en compte d’un segment plus large que la finale –eur. Il faut dire que la situation est exceptionnelle : quand des finales en –ier, par exemple (mais c’est vrai de toutes les autres terminaisons masculines, –eur mis à part), sont concernées, il n’y a pas à distinguer les –tier ou les –mier, etc. des autres –ier. Sur quoi se fonde alors le choix des utilisateurs ? La pression quantitative de la solution –euse, appliquée dans quatre cas sur cinq ? L’analogie avec certaines unités en –rice ? Leur embarras est bien souvent perceptible. C’est pour le réduire que nous avons proposé un ensemble de règles certes plus nombreuses que dans les autres descriptions du secteur, mais d’application bien plus simple, pour une efficacité supérieure.

42Il ne faut par ailleurs pas s’étonner si c’est précisément pour certains de ces noms en –eur qu’une possibilité nouvelle de dérivation (ou plutôt l’extension d’un procédé existant dans le répertoire de la langue), les formes en –eure, a été proposée, a recueilli immédiatement un succès avéré et gagne du terrain, s’étendant à des cas pour lesquels elle n’avait pas été initialement conçue (assureure, chercheure...). Si les historiens de la langue s’interrogent sur les raisons qui ont provoqué l’émergence de ces formes nouvelles, nul doute qu’ils l’associeront à la complexité du secteur.

43Tout comme ils ne pourront pas négliger que dans la féminisation linguistique en général, on voit illustrée une fois de plus la liaison entre langue et société : c’est parce que les femmes occupent une place de plus en plus importante dans le monde du travail et parce que les préoccupations égalitaristes sont de plus en plus présentes dans les mentalités que les nouvelles dénominations ont été proposées et entrent très largement dans les usages. Verront-ils dans les innovations l’indice de ce que notre société est davantage que les précédentes disposée à bousculer un peu les usages linguistiques traditionnels et à ne pas se plier aux prescriptions normatives auxquelles s’étaient arrêtées les générations antérieures ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Becquer (Annie) Cerquiglini (Bernard), Cholewka (Nicole), Coutier (Martine), Frecher, (Josette), Mathieu (Marie-Josèphe), Femme, j’écris ton nom... Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, La Documentation française, Paris, 1999.

Brick (Noëlle) et Wilks (Clarissa), « Les partis politiques et la féminisation des noms de métier », French Language Studies, 2002, vol. 12, p. 43-53.

Brunetière (Valérie), « La féminisation des noms de métiers : propos de linguiste sur une affaire de tout le monde », Lunes, 1998, no 2.

« Circulaire du 11 mars 1986 relative à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre », Journal officiel de la République française, 16 mars 1986, p. 4267.

Conseil supérieur de la langue française, Communauté française de Belgique, Mettre au féminin, guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, Service de la langue française, Bruxelles, 1994 [2e édition : 2005], www2.cfwb.be/franca/femini/feminin.htm.

Damourette (Jacques) et Pichon (Édouard), Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française. Éditions D’Artrey, Paris, 1911-1940, 7 tomes.

Dister (Anne), « La féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre en Belgique francophone. État des lieux dans un corpus de presse », in Purnelle (G.), Fairon (C.) et Dister (A.), éd., Le poids des mots. Actes des septièmes journées internationales d’analyse statistique des données textuelles, Presses universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, 2004, p. 313-324.

Dister (Anne) et Moreau (Marie-Louise), « Dis-moi comment tu féminises, je te dirai pour qui tu votes. Les dénominations des candidates dans les élections européennes de 1989 et de 2004 en Belgique et en France », Langage et Société, 2006, no 115, p. 5-45.

Dister (Anne) et Moreau (Marie-Louise), Féminiser ? Vraiment pas sorcier !, De Boeck-Duculot, Louvain-la-Neuve, coll. Grevisse Langue française, à paraître.

Fujimura (Itsuko), « Politique de la langue : la féminisation des noms de métiers et des titres dans la presse française (1988-2001) », Mots, 2005, no 78, p. 37-52.

Grevisse (Maurice) et Goosse (André), Le bon usage. Grammaire française, 14e éd., Duculot, Paris-Louvain-la-Neuve, 2007.

Houdebine-Gravaud (Anne-Marie), « Le français au féminin », La linguistique, 1987, vol. 23/1, p. 13-34.

Lenoble-Pinson (Michèle), « Chercheuse ?, chercheur ?, chercheure ? Mettre au féminin les noms de métier et les titres de fonction », in Lenoble-Pinson (M.) et Delcourt (Chr.), éd., Le point sur la langue française, Mélanges André Goosse, Revue belge de philologie et d’histoire et Le Livre Timperman, Bruxelles, 2006, p. 637-652.

Mathieu (Marie-Josèphe), « La France. La féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions : un bilan encourageant », in La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres au Québec, en Suisse romande, en France et en Communauté française de Belgique. Français et Société, Duculot, Louvain-la-Neuve, 1999, no 10, p. 45-63.

Moreau (Marie-Louise), « La féminisation des termes de professions en Belgique francophone », in La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres au Québec, en Suisse romande, en France et en Communauté française de Belgique. Français et Société, Duculot, Louvain-la-Neuve, 1999, no 10, p. 65-80.

Moreau (Thérèse), Écrire les genres. Guide romand d’aide à la rédaction administrative et législative épicène, État de Genève, 2001.

Muller (Charles), « Du féminisme lexical », Cahiers de lexicologie, 1994, vol. 65, p. 103-109.

Wilmet (Marc), « A propos de la féminisation », Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises, 1993, no 71, p. 221-225.

Notes

1 Dans les emplois : acteur de terrain, position d’acteur.

2 Dans demandeur d’emploi.

3 Pour le détail des occurrences, nous renvoyons le lecteur à l’article.

4 http://www.wiley-vch.de/vch/journals/2266/sf2m/SF2M0403.pdf, consulté le 6 septembre 2008.

5 http://3615mavie.canalblog.com/, consulté le 6 septembre 2008.

6 De l’école communale de Fonlin (Esneux), dont nous remercions les élèves et leurs instituteurs, Sophie Defossé et Raphaël Nuzzaci, pour leur participation.

7 Le test a été fait par écrit. Les scores présentés ici tiennent compte de la forme phonique du mot. Ainsi, nous avons considéré, par exemple, que directrisse était une bonne réponse.

8 Curiosité dans les données, qu’il faudrait examiner plus avant, dans une enquête plus solidement construite : mis à part pour directeur, le féminin en –eure est proposé à chaque fois. On recueille quatre professeure (forme proposée par le guide belge à côté de une professeur), une entraineure et deux forateure. Des entretiens avec les enfants devraient permettre de déterminer si les enfants qui ont proposé ces formes en –eure l’ont fait parce qu’ils ont connaissance des « nouveaux féminins » ou parce qu’ils ont appliqué la règle scolaire de base.

9 En 1927. Jacques Damourette et Édouard Pichon (tome 1, p. 138) discouraient sur le sens attaché à ce suffixe –euse, en lien avec les machines : « Les noms féminins de toutes les machines-outils sont particulièrement suggestifs. On dirait qu’ils ont pour prototype la pondeuse, c’est-à-dire la poule, être éminemment féminin, dont la fécondité foncière se manifeste par un acte indéfiniment répété. La pondeuse n’est pas encore un appareil. Mais la couveuse mécanique, rivale de la femelle de l’oiseau, a été imaginée ; elle ne pouvait être que féminine. Et les balayeuses, ébarbeuses, raboteuses, faucheuses, moissonneuses, perforatrices, etc., qui font toujours la même chose, quand une puissance extérieure féconde leur passivité, ne pouvaient être aussi que féminines. Par contre, le curseur, le viseur, le remorqueur, objets indépendants, portant en eux-mêmes leur utililé, devaient être masculins. Si l’on imagine une viseuse, on concevra une machine qui vise, automatiquement, sous l’influence d’une force indifférente ; combien ce sens serait différent de celui de viseur, appareil libre, dont il faut savoir se servir, et qui semble, à chaque action nouvelle, participer de la liberté de l’homme qui la manie. » Il faut le noter, ces considérations n’ont cependant pas empêché ces deux auteurs, dans le même ouvrage (p. 320-321), de se déclarer nettement en faveur de la féminisation des termes de professions.

10 Nous avons d’ailleurs montré (Dister et Moreau, 2006) que les partis politiques conservateurs féminisent moins que les progressistes. Parmi les occurrences rencontrées dans nos corpus électoraux, les trois pêcheur, les deux chasseur et l’éleveur du scrutin français de 2004 qualifient des candidates du parti Chasse, pêche, nature et tradition, où ces fonctions sont hautement valorisées dans un monde d’hommes. Muller (1994 : 107) dit, à propos des termes désignant les femmes de ce parti sur la liste électorale du scrutin de 1994 : « Les sept femmes admises dans ce milieu mâle [sur 87 candidats de la listel se présentent surtout au masculin. ». On verra aussi entre autres Brunetière, 1998, Dister, 2004, Fujimura, 2005, Houdebine, 1987, Mathieu, 1999, Moreau, 1999.
Autre témoin de ce conservatisme, cette réflexion d’un lecteur, sur le blog du journal Le Monde, à propos de la dénomination de Sarah Palin, gouverneure d’Alaska et colistière de John McCain : « Sarah Palin, vu ses choix politiques ultra-conservateurs, préférerait sans doute en français “Madame LE gouverneur”, et ce malgré ses cinq grossesses, pourtant difficiles à mener à bien au masculin ! » http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2008/09/03/gouverneuses-gouverneures/, consulté le 3 septembre 2008.

11 Ce n’est le cas que pour quelques unités isolées (une chef ici, une cheffe là-bas, par exemple), et la liste des nouveaux féminins en –eure, qui varie d’un pays à l’autre. Mais on ne voit pas que pour un même nom, on propose ici un féminin en –trice et là une forme en –teuse.

12 La solution –eur (une ingénieur) n’est retenue que par CF et GB ; dans GF et GB (2005), elle voisine à côté de la solution –eure (une ingénieure), dont elle partage toutes les déterminations.

13 Au Québec, le procédé est recommandé par l’OLF dès 1986. La source la plus ancienne prise en compte ici, CF, la circulaire française de 1986, l’ignore. Le guide belge de 1994 l’intègre, mais timidement, sous la forme d’une note (p. 16), « l’usage devant trancher dans les décennies qui viennent », et exprime sa préférence pour les formes épicènes avec déterminant féminin (une ingénieur). Le guide français de 1999, comme la deuxième édition du guide belge (2005), placent sur le même pied féminins en –eur et en –eure.

14 Nous avons ainsi largement puisé dans les ressources du Forem (www.leforem.be), du portail d’orientation suisse (www.orientation.ch) et dans celles de l’ΑΝΡΕ (http://www.anpe.fr/espacecandidat/romeligne/Rlilndex.do) – ces dernières étant accessibles aussi sur www.studya.com et www.cv.com.

15 Nomenclature des professions INS (s.d.). http://www.statbel.fgov.be/downloads/prof_fr.xls.

16 PCS- ESE (2003), http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=nomenclatures/pcsese/pcsese2003/liste_n2.htm.

17 Office fédéral de la statistique (2008), Nomenclature suisse des professions (NSP 2000).

18 Classification nationale des professions (CNP) 2006. http://www5.rhdsc.gc.ca/NOC-CNP/app/occupation_index.aspx?lc=f.

19 Parmi les formes recensées, quelques-unes ne se rencontrent pratiquement qu’au féminin, et c’est le masculin en –eur que nous avons reconstruit. Il en est ainsi de patchworkeur ou de mosaïqueur, par exemple.

20 On peut certes critiquer la démarche, en faisant valoir que les personnes qui s’expriment sur la toile sont peu nombreuses à disposer de l’expertise linguistique des lexicographes. La tâche déclarée de ceux-ci ne consiste-t-elle pas cependant à décrire l’usage, et n’est-ce pas les pratiques des utilisateurs qui se reflètent sur le web ?

21 On ne dit pas, par exemple, de deux enseignants que l’un professe mieux que l’autre.

22 La femme qui audite, qui réalise des audits, est dite auditrice, et non auditeuse.

23 Pour intercepteur, Robert mentionne un féminin en –trice, TLFi considère le terme comme masculin seulement. Sur le web, on a le féminin en –teuse (29 occurrences) et celui en –trice (173).

24 On pourrait argumenter qu’au moment où supportrice est entré dans l’usage, supporter avait le sens « subir, tolérer » et non celui d’« apporter son soutien ».

25 Il n’est pas nécessaire, ici, de mentionner la terminaison en –ture. La condition était nécessaire pour rendre compte des cas armateur, dictateur, filateur, littérateur, nomenclateur (désormais traités dans le groupe des –ateur), acuponcteur, acupuncteur, lecteur (rangés maintenant dans les –cteur) et les mots en –culteur.

26 La formulation de la règle stipule que le –ateur en question doit être un suffixe. La précision éclaire le comportement de trois unités (dateuse, squatteuse et sulfateuse, où le –at est partie intégrante de la racine et non du suffixe), et celui du féminin de formateur, qui peut s’analyser soit comme une combinaison form– + -ateur (et se féminise en formatrice « celle qui forme »), soit format– + -eur (et se féminise alors en formateuse « celle qui formate »), en suivant la règle 5.

27 Toutes ces formes en –eure sont reprises par le guide belge, à l’exception de entrepreneure (la forme proposée étant là-bas entrepreneuse), intercesseure, possesseure, précurseure, prédécesseure et vainqueure (ces cas n’y étant pas envisagés, parce qu’en dehors du champ des professions).

28 Dans la petite enquête menée auprès des enfants, la finale en –euse obtient un score remarquable : elle constitue la seule mauvaise occurrence dans directeuse (alors que directrice est particulièrement bien implanté dans cette école, qui compte justement une directrice), et on la trouve à 15 reprises avec professeuse et 16 fois avec forateuse. Cette forme est donc proposée par les élèves plus fréquemment que foratrice (15 fois), qui était attendu. Cela est d’autant plus surprenant que la forme perforatrice existant, on aurait pu penser qu’elle influencerait les enfants dans leur choix.

Table des illustrations

Titre Tableau iii. Les différentes catégories de noms en –eur et leur féminin
Légende Note 2626
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau iv. Exemples correspondant aux règles
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau v. Nombre d’occurrences et pourcentages des différentes catégories
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search