Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

La terminologie : ouverture d’un champ disciplinaire

Loïc Depecker

Texte intégral

1Le présent article vise à mettre en relief les avancées de la terminologie en France comme théorie et pratique, compte tenu de l’accélération des recherches dans cette discipline et les disciplines connexes. Michèle Lenoble Pinson a été partie prenante de ce renouveau ces dernières années, en tant que membre de la Commission générale de terminologie et de néologie (Premier ministre), représentant la Communauté française de Belgique, et membre de la Société française de terminologie (Lenoble-Pinson, 2008). Les efforts dans le domaine de la terminologie en tant que francisation concertée des vocabulaires remontent en France au moins au début du xxe siècle. Les recherches en ingénierie linguistique sont venues prolonger les efforts d’aménagement linguistique faits en France depuis quarante ans. Cette accélération s’accompagne d’un intérêt tout particulier pour la terminologie, particulièrement au niveau politique. Plusieurs causes à cela, politiques, culturelles, identitaires, économiques, industrielles, etc. dans une vision qui vise à devenir géopolitique. L’organisation de réseaux internationaux d’aménagement terminologique, particulièrement dans le monde francophone et latinophone, montre la nécessité d’avoir des fondements théoriques solides et des méthodologies efficaces pour traiter de la gestion des langues dans la mondialisation. Il s’agit ici de retracer en partie le chemin parcouru, de mettre en valeur les acquis de la terminologie comme discipline scientifique et d’esquisser des éléments de prospective. C’est un véritable champ disciplinaire qui s’ouvre, dont l’un des intérêts est de renouveler certaines problématiques touchant aux fondements de la linguistique.

2On verra que cette dynamique, d’origine souvent politique, commence à mobiliser laboratoires et entreprises, contribuant à faire se dessiner un nouveau paysage dans ce domaine. Les efforts faits en France permettent de voir émerger une école française de terminologie, – à laquelle la Communauté française de Belgique est étroitement associée –, avec ses propres acquis et ses principes méthodologiques.

I. Quelques jalons historiques

3A l’origine de la terminologie : le besoin de nommer les choses, ce qu’on appelle aujourd’hui, dans les normes internationales portant sur la terminologie, les « objets » (ISO 704, ISO 860, ISO 1087). Les vocabulaires français des « sciences et des arts » sont exceptionnellement riches et proliférants dès les xvie et xviie siècles (Quemada, 1978). La réflexion sur le rôle du langage dans les sciences, abordée par les philosophes européens de l’époque classique et par ceux des lumières, est relayée par la démarche des scientifiques, particulièrement au xviiie siècle. Elle est superbement illustrée en France par les grands botanistes, naturalistes et chimistes. Ces derniers, dans le souci de faire correspondre les mots et les choses et d’élaborer une terminologie rigoureuse, font passer leur discipline d’un mode de raisonnement de type alchimique, fondé sur l’analogie, à la chimie moderne, fondé sur la nature des choses (Foucault, 1966). Le débat sur les noms scientifiques traverse le siècle et déchire les partisans d’une « théorie naturelle» d’un côté et les « nomenclateurs » de l’autre, tenants d’une création raisonnée de noms en rapport avec les théories élaborées (Brunot, 1966).

4Les révolutions industrielles du xixe siècle poussent à la naissance de vastes ensembles de terminologies, comme dans les domaines des chemins de fer et de l’aéronautique (Wexler, 1955 ; Guilbert, 1965). Les besoins des échanges internationaux conduisent, à partir de la fin du xixe siècle, à la création des grands organismes internationaux de normalisation technique, notamment dans le domaine de l’électricité, des télécommunications et de secteurs industriels clés (Depecker, 1990 sq.). Il s’agit de nommer les objets pour décrire les processus et procédés de fabrication des produits ; donc de nommer de façon précise chacun des objets en cause (constituants, procédures, fonctionnements, etc.), à des fins de fabrication des produits, d’échanges internationaux de marchandises, et de sécurité dans les processus industriels. Les Français sont très impliqués dans ces secteurs, découvrant les joies des stratégies normatives. Ils le resteront tout au long du siècle, étant souvent pionniers dans plusieurs secteurs industriels comme l’automobile (années 1900-1920). L’Association française de normalisation (Afnor) voit le jour à ce moment (1926). La présence officielle de la langue française dans les instances de normalisation et dans les normes internationales date de cette grande époque (Durand, 2008).

5Ces évolutions contribuent à faire du français une langue scientifique et technique. Surviennent les bouleversements du xxe siècle, particulièrement les deux grands conflits mondiaux qui ruinent l’Europe et conduisent, en raison de la reconstruction et des plans d’aide économique, à la diffusion mondiale de l’anglais. L’entre-deux-guerres voit s’installer dans les domaines techniques et scientifiques des anglicismes en nombre, tel container, mais aussi les premières tentatives de francisation concertée sous l’impulsion d’intellectuels (conteneur, 1937) (Depecker, 1994, 2001). L’organisme de normalisation internationale des produits et objets industriels (ISO) reprend ses travaux après la seconde guerre mondiale et le comité technique 37 de l’ISO (ISO TC37) renaît en 1956. Il est chargé de fixer dans des normes de nature essentiellement méthodologique les grands principes de la terminologie, à des fins de traitement des vocabulaires dans les secteurs industriels. Les normalisateurs français prennent alors plus amplement connaissance des travaux d’Eugen Wüster, ingénieur autrichien qui avait soutenu sa thèse en 1928 sur la normalisation internationale des terminologies, contribuant à jeter les bases de la terminologie en tant que discipline (Wüster, 1931). Wüster sera pendant près de trente ans l’un des responsables du TC 37 de l’ISO. Ce comité continue aujourd’hui ses travaux, grâce à l’acquis théorique et méthodologique des écoles de pensée de différents pays qui contribuent à la mise à jour permanente des normes de méthodologie en terminologie.

II. Pourquoi s’intéresser aux vocabulaires scientifiques ou techniques ?

6L’histoire est donc là. D’un côté, la fin de l’Empire français (années 1960), de l’autre l’anglicisation massive des vocabulaires techniques et scientifiques français, accueillies parfois à cris d’orfraie (Étiemble, 1964). L’histoire des mouvements intellectuels qui ont poussé en France à la création d’un organisme de politique linguistique trouve son aboutissement en 1966 avec la création du Haut Comité pour la défense et l’expansion de la langue française, rattaché au Premier ministre (Depecker, 1994, 2001). Cet organisme évoluera dans le temps (ainsi que son appellation !), pour devenir aujourd’hui, sous la coupole du Ministère de la culture et de la communication, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France.

7L’existence, en France, d’un organisme de politique linguistique, parfois éclaté en plusieurs instances au gré des gouvernements, a contribué à la création d’une francophonie qui a acquis, par ses instances et son influence au sein des organisations, une existence administrative et politique internationale. Les coopérations à la fois bilatérales et multilatérales qui se nouent entre les pays francophones, notamment entre pays du nord, poussent la France à intensifier le traitement des terminologies scientifiques et techniques. Il n’était plus guère concevable, alors que l’idée francophone et les structures politiques de la francophonie commençaient d’exister dans les faits, que le français subisse une anglicisation de plus en plus préoccupante. Cela, notamment vis-à-vis de partenaires comme le Québec ou la Communauté française de Belgique. C’est ainsi que le Commissariat général à la langue française (1983-1988), puis la Délégation générale à la langue française (1989-1997), ont été amenés à élaborer des éléments de politique terminologique. Au sein et autour de ces organismes (dont les ministères de l’industrie et de la recherche), se mettent en place des programmes qui dessinent les contours d’une véritable politique terminologique, fondée notamment sur :

  • la francisation des terminologies : les premières commissions ministérielles de terminologie voient le jour en 1970 (transports, économie et finances, informatique, etc.) ; leur action est poursuivie et intensifiée (Délégation générale à la langue française, 1994) ;
  • le soutien aux travaux en cours dans les universités et laboratoires de recherche : sont ainsi aidés et développés des projets de lexiques, dictionnaires, bases de données, etc. En 1990 est lancé pour la première fois en France un appel d’offre auprès des universités et laboratoires de recherche sur l’implantation des termes officiels dans les usages réels (Depecker, Mamavi, 1997). Les résultats sont surprenants et éclairent l’importance de ces enquêtes de terrain pour le choix et la fixation des termes. La question reste aujourd’hui largement ouverte ;
  • le lancement de recherches dans ces domaines (expertises, enquêtes sociolinguistiques, etc.), avec un intérêt pour la socioterminologie, particulièrement développée à l’université de Rouen par l’équipe de Louis Guespin et Jean-Baptiste Marcellesi ;
  • des efforts accrus de coopération internationale, notamment avec la francophonie et la latinophonie. Le Réseau international de néologie et de terminologie francophone (RINT), créé en 1987, qui réunit les principaux spécialistes de la terminologie de pays francophones du nord et du sud, met en œuvre les premiers grands travaux et recherches multilatérales en terminologie comparée entre langues partenaires de la francophonie. Son pendant latinophone est créé à Paris en 1993 sous le nom de Realiter (Réseau panlatin de terminologie) (Depecker, Rousseau, 2003). Il a pour objectif de développer conjointement les terminologies des langues néolatines et de favoriser une néologie convergente entre ces langues. La Communauté française de Belgique participe activement à ces deux réseaux ;
  • une nouvelle implication de la France dans le TC37 de l’ISO (1994). Soucieuse de son rôle dans la francophonie, la France prend en 1994 la décision de redevenir membre participant au TC37 de l’ISO. Elle tient un rôle actif dans cette instance à partir de la réunion internationale de Philadelphie (1995) ;
  • des efforts de sensibilisation faits auprès des entreprises, sans beaucoup de résultat jusque dans les années 2000. Il faut attendre juin 2003 pour qu’un premier colloque soit organisé à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris sur la politique linguistique des entreprises. Les choses progressent cependant, grâce à des actions de sensibilisation dans les milieux de l’industrie et de la recherche. Plusieurs symposiums ont lieu, dont un colloque organisé à Paris en 2008 au Comité des constructeurs français d’automobile sur les « Enjeux de la terminologie automobile dans la mondialisation » (Société française de terminologie, 2008) ;
  • un soutien actif donné aux actions en matière d’enseignement du français de spécialité, conçu comme un enseignement incluant terminologies et « parlers métiers » ;
  • etc.

8En 1994, la loi relative à l’emploi de la langue française, proposée par le ministre de la culture et de la Communication, Jacques Toubon, élargit le champ de la précédente loi sur la langue française (1975), en imposant notamment la langue française dans l’espace public (publicité, transports, etc.) et en préconisant l’utilisation d’au moins trois langues dans la signalétique et les annonces. Le Conseil constitutionnel rejette cependant, au nom de l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, le droit de l’État français d’imposer des termes à des personnes privées, instituant par là un des premiers grands principes juridiques de politique linguistique et terminologique.

9Surprise au fil de ces années : à mesure que les travaux et la recherche progressent, la terminologie commence à ne plus être traitée en France comme une simple chasse aux anglicismes, mais comme un facteur de préservation, sauvegarde et développement de la langue. L’« enrichissement » du français se substitue progressivement à la notion de « défense », sentie peu à peu comme archaïque et contreproductive. La notion d’enrichissement (traitement de termes et définitions, et création de néologismes) se trouve soutenue par des principes plus généraux : identité, diversité, exception culturelles (La Lettre de la Société française de terminologie, 2005). La notion de plurilinguisme, affirmée dès 1970 dans certains cénacles politiques et dans la recherche en linguistique (didactique des langues), devient peu à peu et jusqu’à aujourd’hui le principe fondamental, réaffirmé à plusieurs reprises, de la politique linguistique de la France.

III. Avancées théoriques du développement de la terminologie comme discipline scientifique

10L’approfondissement des travaux et recherches en terminologie fait peu à peu apparaître la perspective particulière qu’offre la terminologie conçue comme une discipline scientifique (Société française de terminologie, 2003, 2004). Celle-ci doit en effet au moins prendre en compte à la fois :

  • les unités linguistiques dans les langues ;
  • les concepts par lesquels le réel est représenté dans la pensée ;
  • les objets.

11Et selon une idée qui commence à faire son chemin, les représentations.

12Le point de vue particulier qu’offre la terminologie en réunissant ces quatre ensembles explique sans doute qu’elle a été peu investie par les linguistes, notamment ceux qui se situent dans des théories linguistiques issues d’une manière ou d’une autre de la théorie de Ferdinand de Saussure. De plus, il n’y a pas encore véritablement de discipline consacrée à l’étude des concepts, ce que pourrait être une « conceptologie » (Depecker, 2005). Enfin, l’analyse des objets est éparpillée entre les différentes disciplines scientifiques ou techniques et ne représente pas en tant que tel un champ disciplinaire, malgré des tentatives allant dans cette direction (Simondon, 1969).

13Or, si on regarde les avancées de la pratique de la terminologie ces dernières années en France, on observe que commencent à être traités différemment, et donc parfois remis en cause, certains grands concepts de la linguistique. Ainsi, on observe que :

  • dans le cadre d’une linguistique du signe de type saussurien, le signifié n’est pas le concept (Depecker 1999 et passim). Cela implique qu’on peut analyser les langues à partir des concepts traités par les scientifiques et techniciens. Ce qui conduit à développer une approche onomasiologique particulière, qui part des concepts (sens logique, expérimentalisable) pour aller vers le sens dans les langues (sens linguistique). Cette voie d’analyse s’inspire notamment des recherches en matière de dialectologie et plus récemment en ethnologie et ethnoterminologie (Depecker, 1997, 2007) ;
  • le référent n’est pas l’objet (Depecker, 1999 et passim). La distinction entre référent et objet, essentiel en terminologie, permet de comprendre le sens dans les langues (le signe renvoyant à un référent aléatoire et imaginaire) et le sens en terminologie (l’unité terminologique renvoyant de façon dénotative à un concept subsumant un objet ou une catégorie d’objets). Cette distinction entre référent et objet apparaît d’ailleurs dès qu’on constate que, si je peux toucher un objet, je ne peux toucher un référent ;
  • le domaine n’est pas le secteur d’activité (Depecker 1999 et passim). Le domaine en terminologie est en effet une articulation logique d’unités terminologiques renvoyant à un système de concepts. Le domaine terminologique est donc une reconstruction logique effectuée à partir de l’analyse des concepts d’un secteur d’activité. Le secteur d’activité est une partie d’une branche d’industrie ou de recherche, qui a dans le monde une existence postulée ou avérée. Cette distinction entre « domaine » et « secteur » se révèle dès qu’on observe, par exemple, que la somme des objets d’un secteur industriel excède les terminologies qui les désignent : c’est ce qui explique qu’il y ait dans les langues des « trous » lexicaux, aucune langue ne pouvant rendre compte exhaustivement du réel ;
  • la structure linguistique d’un texte ne coïncide pas avec sa structure conceptuelle (Roche, 2007, Depecker, 2007). Parmi les expérimentations faites pour valider les précédentes hypothèses figure l’analyse de discours faite de façon automatique. Celle-ci vise à extraire les contenus terminologiques de textes, souvent des notices techniques (produites par exemple à EDF R&D). Il apparaît bien que la somme des concepts validés par les experts d’un secteur technique ne coïncide pas avec la somme des sens contenus dans ces documents ;
  • il est possible d’envisager un sens stipulé, qui rende raison de décisions administratives ou politiques. Cet exercice, plus fréquent qu’on ne croit, à des fins le plus souvent de règlementation, permet par exemple de procéder à une harmonisation des concepts, telle qu’on l’a vu récemment pour l’harmonisation des niveaux d’enseignement en Europe (réforme LMD) (ISO 1997) ;
  • etc.

14La terminologie, par son point de vue particulier, contribue ainsi à montrer des aspects de la linguistique qui avaient été insuffisamment mis en valeur et qui se révèlent éminemment opérationnels pour le traitement des langues. Les voies de recherches pour créer les méthodologies adéquates et opérationnelles sont nombreuses. On est par exemple amené à considérer plusieurs paliers de traitement des terminologies :

  • traitement interne à une langue (traitement intralinguistique) : on se situe à l’intérieur d’une même langue, ce qui est indispensable, particulièrement pour l’élucidation des concepts et pour la normalisation des objets ; les questions de rédaction techniques y sont primordiaux (Lenoble-Pinson, 1996) ;
  • traitement extralinguistique (rapport au réel) : on se situe dans une ou plusieurs langues et on examine le rapport de leurs unités au réel. Une grande partie des vocabulaires de la chimie sont construits de cette façon, un terme chimique ayant vocation, par sa structure linguistique, à mimer la structure d’une entité chimique. Au point que l’on peut, pour certains noms, reconstruire cette entité et fabriquer un produit à partir de sa simple dénomination ;
  • traitement interlinguistique (rapport entre les langues) : la terminologie, si elle se conçoit souvent sous l’angle de la normalisation des termes dans une langue, étape nécessaire à tout projet terminologique (ISO 2001), travaille souvent sur la description de plusieurs langues. On voit de plus en plus de dictionnaires terminologiques portant sur une vingtaine de langues et plus. La comparaison entre langues permet d’ajuster les terminologies de langues différentes à des systèmes conceptuels formant une trame logique validée par des experts. Cela permet notamment d’établir des traductions documentées et fiables, et de relever les manques lexicaux dans telle ou telle langue. Ce qui ouvre au vaste champ de la néologie dans les langues ;
  • traitement supralinguistique (relations entre les concepts). L’un des buts postulés de la terminologie étant de faire correspondre les langues à l’armature conceptuelle élaborée par les scientifiques et techniciens à partir du maniement des objets du réel, l’une des visées de la terminologie est de pouvoir reconstituer des ensembles de concepts sur lesquels il y a consensus. Ces systèmes conceptuels sont majoritairement reconstruits à partir du discours, mais s’appuient sur une approche fondamentalement onomasiologique, qui va des systèmes conceptuels aux langues (pas simplement des systèmes conceptuels aux termes : mais aussi des systèmes conceptuels aux formulations et reformulations observées en discours).

IV. Perspectives actuelles de la terminologie comme discipline scientifique : lignes de force et prospectives

15Les perspectives actuelles de la terminologie comme discipline scientifique se révèlent donc multiples.

16Si l’on prend les enjeux politiques : ils sont de plus en plus évidents pour toutes les langues du monde. L’évolution des terminologies dans une langue est garante de sa survie dans le monde moderne. Certains pays commencent à le comprendre. Parmi les enjeux figure aujourd’hui ce qu’on appelle « la perte de domaine ». L’emprunt d’une langue à une autre n’est pas gênant en soi : c’est la vie même des langues. Ce qui est gênant, c’est l’emprunt massif, qui se caractérise souvent dans des domaines particuliers. A force d’emprunter, une langue finit par manquer de termes dans les domaines scientifiques et techniques. Mitage, effritement de la langue, manque de terminologies, puis basculement d’une langue dans une autre : finalement changement de langue. Changement de langue de travail, d’enseignement, de communication. Ne pouvant s’exprimer complètement dans sa langue, on passe à la langue empruntée, comme cela peut s’observer aujourd’hui un peu partout dans le monde (Société française de terminologie, 2005). Le plus souvent, seul le recours à des mesures d’aménagement linguistique et terminologique permet de remettre à niveau la langue maternelle, souvent après des décennies d’emprunts massifs, comme cela s’est passé au Québec dans tous les secteurs (1960-2008) (Loubier, 2003 ; Corbeil, 2007) ou actuellement en France dans le domaine de l’économie et des finances (1970-2008). Ce qu’on peut à rebours appeler « la conquête de domaine », à savoir la réappropriation d’un domaine par une langue, grâce à une création néologique concertée dans les domaines techniques et scientifiques (Depecker, 2007). En tout état de cause, la nécessité du développement des langues, notamment dans leurs dimensions terminologiques, est affirmée à plusieurs reprises depuis quelques années par des organismes comme l’Unesco, le Conseil de l’Europe ou l’ONU, qui a proclamé l’année 2008 « année des langues ».

17En ce qui concerne les enjeux économiques, ils sont aujourd’hui de plus en plus palpables, particulièrement dans le contexte de la mondialisation. Il y a nécessité d’échanger et de livrer des produits adaptés à des marchés de culture souvent très différente. La composante linguistique dans laquelle ces produits sont livrés est partie intégrante de leur ergonomie, de leur utilisabilité et donc de leur acceptabilité par les clients. D’où les demandes de plus en plus pressantes de localisation des produits (acculturation des produits et services aux marchés locaux). Il n’est pas étonnant, par exemple, de voir Microsoft commander à des chercheurs une suite logicielle en sango pour livrer ses produits au marché centrafricain.

18Les enjeux industriels rejoignent ces enjeux économiques. Les entreprises françaises, surtout les grands groupes, commencent à bouger, particulièrement sous l’effet de la nouvelle révolution industrielle que représentent la mondialisation et les microrévolutions technologiques qui l’accompagnent. La prise de conscience de la question des langues est en train de se faire dans différents groupes industriels (aéronautique, automobile, nucléaire, etc.). Le traitement des terminologies reste encore lié, le plus souvent, aux questions de traduction spécialisée. Mais il s’élargit de plus en plus aux questions de maîtrise de l’information, à l’organisation des systèmes d’information, à la communication interne et externe des entreprises qui travaillent à l’international sur des marchés dont les sociétés, – et parfois la civilisation –, ont un mode de pensée très différent, etc. (Société française de terminologie, 2007, 2008). De plus, les données à longue durée de vie (informations qui doivent impérativement être gérées et maîtrisées sur quarante à cinquante années, comme celles concernant la construction et le fonctionnement des centrales nucléaires) deviennent une préoccupation majeure, contribuant à lier interrogation en langue naturelle (incluant des termes) et accès à la documentation (impliquant des millions de documents interrogeables en langue naturelle ou en « parler métier »).

19Les enjeux de recherche sont de ce fait multiples. Ils touchent aussi bien les systèmes de gestion de l’information et de veille sur internet, la toile de troisième génération, l’analyse de discours, etc. La terminotique (application de l’informatique à la terminologie) se développe dans ces environnements. Il s’agit principalement de pouvoir accéder le plus rapidement possible à l’information demandée et de lier les terminologies aux documents requis. L’analyse de discours est là pleinement exploitée. On observe également que la terminologie commence à être considérée comme une partie importante de la gestion des systèmes d’information (Société française de terminologie, 2006). On commence en effet à se demander, dans des organismes comme le CIGREF (Club informatique des grandes entreprises françaises), ce qui est proprement terminologique dans les systèmes d’information et comment gérer au mieux cette ressource, compte tenu du fait que la terminologie apparaît aujourd’hui comme un facteur de compétitivité des entreprises (en raison notamment des améliorations de communication interne et externe qu’elle permet, des gains de gestion des documents, des traductions, etc.). La question des ontologies, à savoir la description linguistique, conceptuelle et factuelle des objets que manient entreprises et organisations à des fins de formalisme informatique et de gestion de systèmes d’information (DSI), est en pleine évolution et représente un marché considérable.

20Sur le plan théorique, la recherche conjointe sur la terminologie et l’ontologie en tant que disciplines montre que la question du point de vue est absolument centrale dans ces deux disciplines. Le point de vue dépend notamment de la finalité de l’observation, de l’utilisation de l’objet décrit, du métier, du degré de spécialisation de l’utilisateur, etc. Mais il faut, au-delà, pouvoir faire converger les différents points de vue, autour, par exemple, de la désignation d’un même acte médical. Donc pouvoir réunir sous un même concept et sous une même codification, voire un même terme, une multiplicité d’actions, analyses et désignations (Charlet, Zweigenbaum, 2006, 2007). C’est dire si la gestion à la fois des ontologies et des terminologies est devenue un enjeu économique, scientifique et social majeur. L’analyse du discours, nouvel eldorado de la linguistique, rejoint ici le développement des bases de connaissances.

21Enfin, la terminologie s’élargit à des questions relevant de la dimension sociale des langues, perspective en pleine expansion actuellement. Il apparaît progressivement qu’il faut aller au-delà d’une approche purement socioterminologique, dont les concepts apparaissent souvent trop larges et inadéquats. Pour rendre compte des réalités et des terrains, il s’agirait d’aller vers une véritable ethnoterminologie, apte à rendre raison des impressionnants phénomènes de variation que l’on rencontre dans les usages spécialisés et à entrer dans l’analyse des représentations. Cette ethnoterminologie, tout comme la conceptologie évoquée un peu plus haut, reste à construire. De même qu’une grande théorie générale de la terminologie.

Bibliographie

Références

Brunot (F.), Histoire de la langue française des origines à nos jours, Le xviiie siècle, tome VI, Colin, Paris, 1966, 860 p.

Charlet (J.), Zweigenbaum (P.), « Ressources termino-ontologiques pour le domaine médical », in Terminologie et ontologies : description du réel. Actes du colloque tenu à l’École normale supérieure le 1er décembre 2006, coll. « Le savoir des mots », Société française de terminologie, Paris, 2007, 128 p.

Commission générale de terminologie et de néologie, Répertoire terminologique (Révision des listes antérieurement publiées), Les éditions des Journaux officiels, Paris, 2000, p. 42003-42192.

Corbeil (J.-C.), L’embarras des langues, Origine, conception et évolution de la politique linguistique québécoise, Québec Amérique, Québec, 2007, 548 p.

Délégation générale à la langue française, Dictionnaire des termes officiels, Journal officiel de la République française, Paris, 1994, 462 p. (auquel s’est substitué le Répertoire terminologique, 2000). www.culture.fr.

Depecker (L.), Terminologie (article encyclopédique). Thésaurus R-Z, 27e volume, Encyclopaedia universalis, Paris, 1990, p. 3423.

Depecker (L.) et Mamavi (G.) dir., La mesure des mots, cinq études d’implantation terminologique, Publications de l’université de Rouen, Rouen, 1997, 528 p.

Depecker (L.), L’invention de la langue, Le choix des mots nouveaux, Larousse/Armand Colin, Larousse, Paris, 1994, 2001,720 p.

Depecker (L.), Entre signe et concept : éléments de terminologie générale, Presses de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2003, 200 p.

Depecker (L.), Rousseau (L.-J.), Realiter 1993-2003, 10 ans d’aménagement terminologique des langues d’origine latine, Union latine, Paris, 2003,61 p.

Depecker (L.), dir., La terminologie : nature et enjeux. Langages, no 157, Larousse, Paris, 2005, 128 p.

Depecker (L.), La Lettre de la Société française de terminologie, no 11, Société française de terminologie, Paris, 2007, 6 p.

Depecker, (L.) Pour une ethnoterminologie, colloque Terminologie et transdisciplinarité, université du Québec en Outaouais, Gatineau, 4 mai 2007 (actes à paraître).

Depecker (L.) dir., Terminologie et médias : descriptions du réel, colloque tenu à l’École normale supérieure, le 7 décembre 2007, Paris, 2008, coll. « Le savoir des mots », Société française de terminologie (actes à paraître).

Descartes (R.), Règles pour la direction de l’esprit, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard (1953 1701, [1628 ?]), 1423 p.

Descartes (R.), Discours de la méthode pour bien conduire sa raison. coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard (1953 1701, [1628 ?]), Paris, 1423 p.

Durand (A.), Afnor-80 années d’histoire, Afnor Éditions, Saint-Denis, 310 p.

Étiemble (R.), Parlez-vous franglais ?, coll. « Folio », Gallimard, Paris (1991 [1964]), 438 p.

Foucault (M.), Les mots et les choses, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », Paris, Gallimard (1966), 400 p.

Guilbert (L.), La formation du vocabulaire de l’aviation, Larousse, Paris, 1965, 709 p.

Iso, Norme internationale ISO 860. Travaux terminologiques – Harmonisation des notions et des termes, Afnor, Paris-La-Défense, 1997, 7 p.

Iso, Norme internationale ISO 704. Travail terminologique – Principes et méthodes (français et anglais). 2e édition, Afnor, Paris-La-Défense, 2000, 41 p.

Iso, Norme internationale ISO 1087, Travaux terminologiques Vocabulaire. Partie 1 : Théorie et application (français et anglais), Afnor, Paris-La-Défense, 2001, 42 p.

Iso, Norme internationale ISO 15188, Lignes directrices pour la gestion de projets de normalisation terminologique (français), Afnor, Paris-La-Défense, 2001, 16 p.

Lenoble-Pinson (M.), La rédaction scientifique. Conception, rédaction, présentation, signalétique, coll. « Méthodes en sciences humaines », De Boeck Université, Bruxelles, 1996, 152 p.

Lenoble-Plnson (M.), « Terminologie franco-belge », Revue générale, avril 2008, Bruxelles, 2008, p. 49-53.

Loubier (C.), Les emprunts : traitement en situation d’aménagement linguistique, Office québécois de la langue française, coll. « Langues et sociétés », no 41, Les publications du Québec, Québec, 2003, 105 p.

Office québecois de la langue française, Interventions sociolinguistiques et pratiques langagières. L’Office de la langue française de 1961 à 2001, Terminogramme, hors-série, no 101-102, Les Publications du Québec, Montréal, 2001, 192 p.

Office québecois de la langue française, Politique de l’emprunt linguistique de l’Office québécois de la langue française, Québec, 2007, 22 p.

Quemada (B.), « Technique et langage », in Histoire des techniques, coll. « Encyclopédie de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1978, p. 1146-1240

Roche (C.), « L’ontologie comme principe terminologique », in Terminologie et ontologie : description du réel, coll. « Le savoir des mots », Société française de terminologie, Paris, 2007, 128 p.

Simondon (G.), Du mode d’existence des objets techniques, Aubier Montaigne, Paris, coll. « Analyse et raisons », 1969, 265 p.

Société française de terminologie, La terminologie discipline scientifique. Actes du colloque tenu à l’École normale supérieure le 17 octobre 2003 sous le patronage du professeur Pierre Gilles de Gennes, Société française de terminologie, coll. « Le savoir des mots », Société française de terminologie, Paris, 2004, 95 p.

Société française de terminologie, Les néologies contemporaines. Actes du colloque tenu à l’École normale supérieure le 15 octobre 2004 sous le patronage du professeur Pierre Gilles de Gennes, prix Nobel de physique. coll. « Le savoir des mots », Paris. Société française de terminologie, 2005, 123 p.

Société française de terminologie, La Lettre de la Société française de terminologie, no 9, hiver 2005, Paris, 4 p.

Société française de Terminologie, Terminologie et sciences de l’information. Actes du colloque tenu à l’École normale supérieure le 2 décembre 2005 sous le patronage du professeur Pierre Gilles de Gennes, prix Nobel de physique, coll. « Le savoir des mots », Société française de terminologie, Paris, 2006, 128 p.

Société française de terminologie, Terminologie et ontologie : description du réel. Actes du colloque tenu à l’École normale supérieure le 1er décembre 2006 sous le patronage du professeur Pierre Gilles de Gennes, prix Nobel de physique, coll. « Le savoir des mots ». Société française de terminologie, Paris, 2007, 128 p.

Société française de terminologie, Enjeux de la terminologie automobile dans la mondialisation. Actes du colloque tenu le 24 janvier 2008 au Comité des constructeurs français d’automobiles sous le patronage du professeur Yves Chauvin, prix Nobel de chimie, coll. « Le savoir des mots », Société française de terminologie, Paris, 98 p.

Wexler (P.J.), La formation du vocabulaire des chemins de fer en France (1778-1842), Société de publications romanes et françaises, Librairie E. Droz, Genève, Librairie Giard, Lille, 1955, 159 p.

Wüster (E.), Internationale Sprachnormung in der Technik, VDI-Verlag, Berlin, 1931, 431 p. ; édition révisée Internationale Sprachnormung in der Technik, besonders in Elektrotechnik (Die nationale Sprachnormung und ihre Verallgemeinerung), H. Bouvier und Co. Verlag, Bonn, 1966, 470 p. ; 3e édition révisée, Bouvier, Bonn, 1970, 507 p.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search