Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

Les apparences sont trompeuses... Réflexions sur l’identité des proverbes

Monique Coppens d’Eeckenbrugge, Jean René Klein et Jean-Marie Pierret

Note de l’auteur

Cet article applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française et approuvées par l’Académie française.

Texte intégral

1Qui va à la chasse..., proverbe bien connu, se voit sérieusement remis en cause par la collègue à qui nous rendons hommage ici. Traqueuse de gibiers linguistiques de tous poils, elle n’a jamais perdu... ni sa place ni son temps. Langage cynégétique, terminologies et questions d’usage n’ont cessé de remplir sa gibecière lexicologique.

  • 1 Ce projet est né en 1999 d’une collaboration entre les membres du Celexrom (Centre d’étude sur les (...)

2Attelés depuis quelques années à la réalisation d’une base de données des proverbes français1, nous nous proposons, après un rappel succinct de la nature du projet (1), d’évoquer plus rapidement quelques points méthodologiques (2), tels que la détermination de la forme canonique servant d’entrée, la formulation du sens proverbial, la notion de première attestation, pour nous attarder à l’examen de la question délicate de l’identité du proverbe (variantes ou proverbes différents ?) (3).

I. DicAuPro

3Le projet DicAuPro (Dictionnaire automatique et philologique des proverbes français) (Conenna et al., 2006) consiste en la réalisation d’une base de données informatisée des proverbes du français recensés dans le dictionnaire de Littré, le Larousse du xxe siècle et le Grand Larousse encyclopédique. L’entreprise trouve son origine dans une trentaine de mémoires sur les proverbes français effectués naguère sous la direction d’André Goosse. A défaut d’informatisation, ces travaux consacrés à la description systématique des proverbes français, inexploitables dans leur forme originale, risquaient d’être perdus. Ce corpus a été actualisé par l’addition de proverbes absents des sources lexicographiques précitées, grâce à l’apport des membres de l’équipe et à l’enquête menée par Arnaud (1992). A titre d’exemples, parmi cette centaine d’ajouts, on trouve : Il vaut mieux prévenir que guérir ; Petites causes, grands effets’, La femme de César ne doit pas être soupçonnée ; La tartine tombe toujours du côté de la confiture ; Les gourmands creusent leur tombe avec leurs dents ; Dans le cochon, tout est bon ; etc.

4Cette base, en voie d’achèvement, fournit la première attestation de toutes les variantes des proverbes depuis le Moyen Age. Pour ce faire, ont été dépouillés les grands dictionnaires français, de 1606 (Nicot) à nos jours, les dictionnaires historiques, les recueils de proverbes depuis le Moyen Âge jusqu’au xxe siècle, les éditions de textes littéraires munies d’une liste de proverbes. On dispose ainsi d’un corpus de plus de 1 600 proverbes, ce qui représente environ 25 000 variantes.

5Il ne s’agissait pas de se livrer à un travail hâtif d’informatisation, du genre des compilations dépourvues de toute forme de référence, comme on en trouve de très nombreuses sur Internet. Base de données automatisée qui se présentera sans doute sous la forme d’un CD-ROM, DicAuPro permettra, grâce à des liens, d’effectuer divers types de requêtes ciblées (unités lexicales, dates, sources, etc.). En outre, le travail a été réalisé en suivant un protocole strict d’enregistrement respectant toutes les exigences philologiques. Le principe directeur est que tout utilisateur doit pouvoir retourner à la source de chaque énoncé proverbial présenté, par le biais d’une notice comportant des indications se rapportant à l’auteur, à l’œuvre et aux références précises de celle-ci. Comme le montre le tableau en annexe, outre la référence à l’auteur, une cellule « œuvre » signale les titres d’œuvres littéraires, les dictionnaires et les recueils de proverbes ; quant à la cellule « références », elle précise l’édition utilisée ou à défaut de celle-ci, la source, quand il s’agit d’une citation de seconde main. Pour les datations, il a fallu distinguer une date d’affichage (date précise ou approximative de l’attestation de la variante) et une date de tri (qui permet à l’ordinateur de classer les variantes selon un ordre chronologique). Tout utilisateur de la base pourra contrôler le bienfondé du mode d’enregistrement en se référant au protocole ; il sera aussi en mesure de vérifier toutes les attestations de variantes en se reportant à l’importante bibliographie générale répertoriant tous les ouvrages mentionnés (avec leurs abréviations) dans DicAuPro : dictionnaires, recueils de proverbes, essais sur les proverbes, éditions de textes littéraires, etc.

6Il importe de noter que cette base de données répertorie les premières attestations des variantes proverbiales, ce qui n’est pas nécessairement une preuve de leur vitalité effective au moment où elles sont enregistrées, car les dictionnaires ou les recueils attestent parfois des formes anciennes ou simplement copiées dans des ouvrages antérieurs. En outre, il est rare de trouver des indications sur le vieillissement de certaines variantes, sauf dans les dictionnaires récents, qui ne le font toutefois que de façon sporadique.

II. Principes méthodologiques

A. Détermination de la forme canonique

7Comme pour n’importe quel dictionnaire, la nature et la forme des entrées à faire figurer dans la nomenclature – en l’occurrence, ici, la forme du proverbe qui servira d’entrée au tableau des variantes – est une question qu’il n’est pas toujours aisé de résoudre (Klein, 2006). Dans le cas particulier des proverbes, qui ressortissent par définition à la tradition, déterminer la variante la plus commune et la plus usuelle de nos jours demande un examen attentif des témoignages disponibles. Les dictionnaires récents (Dictionnaire de l’Académie française, 1992- ; Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, 1982-1985 ; Grand Larousse encyclopédique, 1960-1964 ; Le Grand Robert de la langue française, 2001 ; Le Nouveau Petit Robert, 2006 ; Le Petit Larousse illustré, 2005 ; Trésor de la langue française, 1971-1994) ne s’accordant pas nécessairement sur la prédominance d’une forme déterminée, l’idéal serait de disposer d’enquêtes sur l’utilisation réelle des formes proverbiales par les usagers contemporains. Pour le français, on ne dispose que des données utiles fournies par l’article de Pierre Arnaud (1992), qui a enquêté sur l’usage de 415 proverbes. Une consultation des sites sur Google peut constituer un indice de vitalité actuelle de telle ou telle forme, à condition de vérifier qu’il ne s’agit pas de listes recopiant de vieux recueils, mais d’attestations dans la presse ou dans des textes récents.

8Les proverbes se perpétuent souvent depuis le Moyen Âge et gardent paradoxalement une incontestable identité à travers de multiples variantes.

  • 2 La date qui suit les proverbes donnés comme exemples est la date de la première attestation de cet (...)

9Pour ceux qui sont sortis de l’usage, on a choisi comme forme canonique la variante qui parait la plus représentative dans le déroulement diachronique, en général celle de Littré. En effet, pour un proverbe tombé en désuétude comme A chevaux maigres vont les mouches (16902 ; « On fait tomber les charges sur les petits plutôt que sur les grands », Littré, s.v. maigre), il n’y a aucune raison de choisir une autre forme que celle de Littré.

10Pour les proverbes encore en usage, on a retenu la forme la plus usuelle de nos jours, par exemple, Pierre qui roule n’amasse pas mousse plutôt que Pierre qui roule n’amasse pas de mousse, variante déjà présente dans Trévoux (1771) et adoptée par Littré. De la même façon, il serait difficile de présenter aujourd’hui comme forme canonique l’énoncé retenu par Littré (et encore présent dans la 8e édition du Dictionnaire de l’Académie) Un bon averti en vaut deux, pour le proverbe bien connu Un homme averti en vaut deux, tel que l’attestent tous les ouvrages de référence actuels.

B. Sens des proverbes

11Il ne s’agit pas ici de s’interroger de façon générale sur le sens des proverbes. Georges Kleiber (1989 ; 2000) a mené à ce sujet des analyses éclairantes. Les sens proposés par les lexicographes sont parfois loin d’être éclairants, en particulier lorsqu’il s’agit de proverbes peu connus. Faut-il s’en étonner ? Sûrement pas, comme l’explique Kleiber (2000 : 52) :

La difficulté d’exprimer de façon claire et complète le sens d’un proverbe se retrouve en effet avec les unités lexicales simples et les expressions figées. Elle est inhérente au statut dénominatif : une dénomination n’est jamais équivalente sémantiquement à sa ou ses paraphrases, précisément parce que les paraphrases n’ont pas le statut de dénomination. Et si la formulation du sens peut être maladroite ou paraître artificielle, c’est bien souvent la preuve de l’utilité de la dénomination.

  • 3 Voir par exemple cette définition dans le GLE (s.v. proverbe) : « Un malheur amène son frère ou pl (...)

12II en est ainsi des proverbes comme Les apparences sont trompeuses ; Un malheur n’arrive jamais seul ; Il y a un temps pour parler et un temps pour se taire, etc., dont le sens est parfaitement « transparent ». Toute tentative de définition n’aboutirait qu’à une paraphrase maladroitement redondante3. Il en va de même pour certaines expressions figées, par exemple, prendre ses désirs pour des réalités, dénominations parfaitement explicites que l’on serait bien en peine de « définir ».

13Pour DicAuPro, lorsque les sources proposaient différentes formulations du sens, on a choisi la définition qui parait la plus claire.

C. Première attestation

14Quelle variante considérer comme première attestation d’un proverbe ? Il faut distinguer la première mention absolue du proverbe et la première mention de la forme canonique.

  • 4 Reuele : « réveille ».

15Dans un cas comme Quand le chat n’est pas là, les souris dansent (« quand l’autorité supérieure est absente, les subalternes en profitent», TLF, s.v. chat), la forme qui apparaît en premier lieu dans l’inventaire des mentions anciennes date du xiie siècle : Ou chas n’a souriz i reuele4 (Prov. au vilain, Tobler 209, ca 1180). Il est aisé de constater que cette forme est bien l’« ancêtre » de la forme canonique, mais elle n’a avec elle qu’un lointain rapport formel et parfois, seule une bonne connaissance du français médiéval permet de l’identifier. En ce qui concerne notre exemple, l’apparition de la forme canonique actuelle est bien tardive : il s’agit de la 42e variante de l’inventaire constitué et elle date de 1927, ce qui amène à expliciter les critères retenus.

16Est considérée comme première mention de la forme canonique l’énoncé proverbial qui ne diffère de la forme canonique que par des variations phonétiques, graphiques ou morphologiques (par exemple : les formes de la conjugaison, etc.), le lexique et la syntaxe devant rester communs. Cela explique qu’on n’a pas retenu une formulation plus ancienne pourtant très proche, mais lexicalement différente, Quand le chat n’est pas au logis les souris dansent, signalée en 1547.

17Autre exemple significatif : on peut distinguer selon les critères que l’on vient de définir

  • Oigniez a mastin le cul, il vous chiera en la paume (ca 1 180) est la première mention absolue du proverbe ;
  • Oingnés villain il vous poindra, / Poingnés villain il vous oindra (ca 1444) est à considérer comme la première attestation de la forme canonique, qui n’apparait qu’en 1694 avec sa graphie actuelle : Oignez vilain, il vous poindra ; poignez vilain, il vous oindra (« si vous traitez bien un rustre, il se comportera mal envers vous ; si vous le traitez durement, il vous respectera », TLF, s.v. oindre).

18Malgré ses différences phonétiques et morphologiques avec la forme actuelle (Qui se fait brebis, le loup le mange, depuis 1538 ; « qui a trop de bonté trouve bientôt des gens qui en abusent », Littré, s.v. manger), la variante de 1444 Qui se fait brebis, le leu le mengue est bien la première attestation connue de la forme canonique de ce proverbe.

III. Variantes ou proverbes différents ?

  • 5 Cela ne concerne évidemment pas les premières mentions d’un proverbe en ancien français qui, pour (...)

19La condition nécessaire pour parler de variantes entre formes de proverbes est le maintien d’un même sens à travers les variations morphologiques, lexicales ou syntaxiques. En outre, les structures de base des énoncés proverbiaux mis en relation ne peuvent pas différer fondamentalement5.

20La combinaison de plusieurs types de variantes entraîne évidemment des degrés plus ou moins importants de variation. La difficulté principale consiste à déterminer la frontière qui sépare un degré maximal de variation, permettant de préserver l’identité du proverbe, et un stade d’altérations qui indique que l’on a affaire à un autre proverbe.

21Le fait qu’on trouve deux séries relativement importantes de variantes, se développant parallèlement à travers la diachronie, incitera à distinguer deux proverbes différents, même si la proximité interprétative est grande. Dans ce cas, on parlera de proverbes entretenant des relations de proximité et on veillera à renvoyer de l’un à l’autre.

22L’exemple suivant illustre cette différence de traitement :

On ne peut pas être à la fois (variante : en même temps, 1875) au four et au moulin (1865 ; « on ne peut s’occuper utilement de plusieurs choses à la fois », GLE, s.v. proverbe)
On ne peut pas être en même temps à la cave et au grenier (1898).

23Alors que la première mention du proverbe remonte au xviie siècle (On ne peut estre ensemble au four, et au moulin, 1611), la seconde forme n’est attestée qu’à partir de 1898 et est suivie d’autres, assez récentes, où four est remplacé par foire (1960) ou ferme (1965). 11 s’agit bien de variantes.

24Il en va tout autrement pour le proverbe de même sens :

On ne peut sonner les cloches et aller à la procession (1855 ; « on ne peut faire à la fois deux choses pour lesquelles il faut être en des lieux différents », Littré, s.v. sonner)

25qui compte 16 variantes depuis sa première mention en 1664 (Celui qui sonne les cloches ne peut pas aller à la procession). Il est assez net que deux séries de formes se sont développées en parallèle depuis le xviie s., en partant d’images différentes, profanes ou religieuses.

26Dans les pages qui suivent, nous tenterons d’analyser un certain nombre de cas significatifs illustrant :

  • les possibilités de variation d’un même proverbe, en proposant une brève typologie de variantes simples ou combinées (1) ;
  • des exemples de proverbes, sans doute apparentés du point de vue du sens, mais dont les différences formelles ne permettent pas de conclure à l’existence d’une seule unité proverbiale (2).

A. Variation des formes proverbiales

27Un grand nombre de variantes lexicales et syntaxiques n’affectent en rien le sens global du proverbe.

1. Variantes lexicales simples

28a) Pour le proverbe C’est le ton qui fait la chanson (1842 ; « c’est la manière dont on dit les choses qui dénote l’intention de celui qui les dit », Littré, s.v. ton), on a relevé les variantes suivantes :

C’est le ton qui fait la musique (1815)
C’est l’air qui fait la chanson (1853)
C’est le ton qui fait la mélodie (1938)

29Les variations dans le lexique de ce proverbe n’ont pas une réelle incidence sur le sens même de ces diverses variantes.

  • 6 Voir ci-dessous, III. B.

30En revanche, à cause de la négation, ce proverbe est à distinguer de L’air ne fait pas la chanson (1868 ; « l’apparence n’est pas la réalité », GLE, s.v. proverbe), qui utilise le même lexique que l’une des variantes6.

31Comme on l’a montré plus haut, une forme attestée pour la première fois dans la documentation à une date récente (1938) n’est pas nécessairement la plus usuelle de nos jours, mais bien C’est le ton qui fait la chanson, signalée entre autres dans le Grand Robert 2001.

32b) Chat eschaudé craint l’eau froide (1611)

33Chien eschaudé craint l’eau froide (1611)

34L’on peut constater que la même source (Cotgrave, 1611) propose une variante avec chien. Alors que l’aversion du chat pour l’eau est bien connue, il n’en reste pas moins qu’une dizaine de sources anciennes mentionnent la variante avec chien. 11 faut d’ailleurs noter que les premières traces du proverbe ne font aucune allusion à un animal en particulier :

Eschaudez iaue crient (ca 1180)
E(s)chaudés eve crent (f. xiie s.), etc.

35c) Le cas suivant pose un problème particulier :

Les jeunes médecins font les cimetières [sic] bossus (1694)

36Il y a deux variantes sans l’adjectif jeune :

Les médecins font bossus les cimetieres (1690)
Les médecins font les cimetières bossus (1710)

37Le tableau des variantes montre bien que la tradition (17 variantes sur 19), depuis la première mention (Medecin nouveau, homme mort, ca 1260), insiste nettement sur l’inexpérience de ceux qui causent la mort, d’autres métiers produisant parfois des effets similaires :

Jeune president, Jeune mire / Font plain gibet, plain cimetire (1398)
De jeune advocat, héritage perdu, et de nouveau médecin, cimetière bossu (xve s.)

38Les deux mentions qui suppriment la qualification jeunes ne peuvent logiquement pas constituer de simples variantes, le sens étant clairement différent et nettement plus sévère pour les médecins en général... Néanmoins, on peut s’interroger sur le caractère « accidentel » ou plus malveillant de cette version du proverbe qui apparaît chez Furetière et que l’on pourrait croire inspirée par l’œuvre de Molière. Dans cette hypothèse, il serait plus légitime de maintenir l’unicité du proverbe.

39d) Certaines variantes s’inscrivent dans des moules productifs.

40Par exemple, les proverbes construits avec répétition d’un nom ou d’un adjectif substantivé suivi de et demi :

A trompeur trompeur et demi (1585)
A vilain, vilain et demi (1710)
A corsaire, corsaire et demi (1835)

41Ce moule peut s’utiliser avec toute une série de noms ou d’adjectifs substantivés, ainsi que le signale le dictionnaire de Rey-Chantreau (2003, s.v. demi) : « À..., ... et demi s’emploie avec des adjectifs exprimant l’habileté, la ruse ou une malveillance active. » Les exemples cités sont : À malin, malin et demi ; À roublard, roublard et demi (Proust).

42Notons qu’il existe d’autres séries d’énoncés proverbiaux utilisant des formules basées sur le même modèle :

Qui a bu boira (1610-1612)
Qui a joué jouera (1732)

43Les amplifications faites par Hébert (voir ci-dessous) prouvent bien que ces énoncés « Qui + verbe [passé composé] + verbe [futur] » sont sentis comme des moules dans lesquels peut se couler la même vérité générale (« on ne se corrige pas de ses vieux défauts ou de ses vieilles habitudes »), exprimée par des images différentes :

Qui a bu boira, qui a trompé trompera, qui a trahi trahira (Hébert, 1791)
Qui a bu boira, qui a été jean-foutre, sera encore jean-foutre (Hébert, 1793)

2. Variantes lexicales multiples

44L’examen des inventaires réalisés par DicAuPro montre qu’un grand nombre de proverbes ont connu des variantes lexicales multiples :

Qui se sent morveux se mouche (1612)
Qui se sent galleux se grate (1640)

La caque sent toujours le hareng (1749)
Le mortier sent toujours les aulx (1823)

Autant de têtes, autant d’avis (1677)
Autant d’hommes, autant d’avis différents (1960)

45Lorsque l’on considère les énoncés proverbiaux suivants, on est tenté d’y voir une certaine unité de sens (« il ne faut pas juger les personnes d’après les apparences »), même si l’on peut déceler des nuances différentes, notamment dans les deux variantes (b) et (c), qui peuvent être considérées comme des applications plus particulières :

  1. L’abit ne fait pas le moine (avant 1444)
  2. La robe ne fait pas le médecin (1835)
  3. La robe de lin ne fait pas le prêtre (1846)

46En revanche, ces trois variantes d’un même proverbe ont des relations de proximité plus ou moins importantes avec d’autres proverbes, par exemple :

Les apparences sont trompeuses (1762)

47Remarquons enfin que, pour chacune des paires de formes proverbiales qui suivent et qui s’opposent sur le plan sémantique, il y a lieu de distinguer une formulation abstraite qui constitue la variante non métaphorique du proverbe :

Il n’y a pas de fumée sans feu (1771)
Il n’y a pas d’effet sans cause (1845)

Il n’y a pas de feu sans fumée (1808)
Il n’y a pas de cause sans effet (1960)

3. Variantes syntaxiques

48Si l’on examine les variations syntaxiques, on découvre que, dans la diachronie, la langue a utilisé des moyens assez différents pour énoncer une même « vérité » contenue dans les proverbes.

49Par exemple, au lieu de l’impersonnel il faut (il ne faut pas), on peut trouver un impératif :

Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud (1612 ; « il faut saisir l’occasion favorable », Littré, s.v. chaud)
Battons le fer pendant qu’il est chaud (avant 1873)

Il ne faut pas réveiller le chat qui dort (1690 ; « il ne faut pas renouveler une méchante affaire qui est assoupie », Littré, s.v. dormir)
Neveille [n’eveille] point le chat qui dort (1531)
Ne réveillons pas le chat qui dort (1934)

50Certains de ces proverbes, introduits par il faut que et contenant deux propositions, connaissent des variantes dans lesquelles l’ordre des deux propositions est interverti :

Il faut faire une dette paiable à Pâques pour trouver la carême court (1710 ; « le moment de payer une dette, de remplir un devoir onéreux, arrive plus vite qu’on ne voudrait », Littré, s.v. carême)
Pour trouver le carême court, il faut faire une dette paiable à Pâques (1710)

51Dans ce même proverbe, les rapports entre les deux propositions peuvent être exprimés par la juxtaposition :

Fais une dette payable à Pâques, et tu trouveras le carême court (1846)
Veux-tu trouver le carême court ? Fais une dette payable à Pâques (1856)

  • 7 Voir l’inventaire complet des formes relevées dans Conenna et al. (2006).

52Les variantes du proverbe Qui a peur des feuilles n’aille au bois7 (1595 ; « qui craint le péril ne doit pas aller où il y en a », Littré, s.v. bois) révèlent des variations syntaxiques qui se rencontrent dans un grand nombre d’autres proverbes : l’interversion des propositions (a), dont un exemple a déjà été cité plus haut ; l’emploi de l’indicatif au lieu du subjonctif pour formuler le conseil prodigué (b) ; le conseil donné est exprimé par un verbe personnel (c) ou impersonnel (d) ; au lieu d’une proposition avec un qui nominal, l’énoncé contient une temporelle dont le sujet est l’indéfini on (e) :

  1. N’aille au bois qui a peur des feüilles (1718)
  2. Qui a peur des feuilles ne va pas au bois (1927)
  3. Qui a peur des feuilles ne doit point aller au bois (1690)
  4. Il ne faut pas aller au bois qui a peur des feüilles (1640)
  5. Il ne faut point aller au bois quand on a peur des feuilles (1752)

53Quelques autres exemples (les variations syntaxiques sont mises en évidence par le caractère droit) :

Qui fait la faute la boit (1640 ; « on porte la peine des fautes qu’on fait », Littré, s.v. boire)
Qui a fait la faulte si la boive (xve s.)
Qui a fait la faute, il faut qu’il la boive (1612)

Loin des yeux, loin du coeur (1573 ; « l’absence fait oublier l’amour, l’amitié », Littré, s.v. œil)
Celui qui est loing de l’ueil / Est loing du cuer (ca 1444)
Qui est loing des yeux est loing du coeur (1579)

Quand on parle du loup, on en voit la queue (xve s. ; « se dit lorsqu’un homme survient au moment où l’on parle de lui », Littré, s.v. loup)
Qui du loup parle en voit la queue (1594)
Qui parle du loup en void la queuë (1606)
En parlant du loup, on en voit la queue (1883-1924)

Qui veut noyer son chien l’accuse de rage (1694 ; « on ne manque jamais de prétexte pour se débarrasser d’une personne qui déplaît », Littré, s.v. chien)
Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de rage (1787)

Gouverne ta bouche selon ta bourse (1640 ; « ne fais pas pour ta table, et en général pour quoi que ce soit, plus de dépenses que ta fortune ne permet », Littré, s.v. bouche)
Il faut gouverner sa bouche selon sa bourse (1694)

4. Variantes lexicales et syntaxiques multiples

54Un grand nombre de proverbes ont connu au cours de l’histoire des variations affectant aussi bien leur lexique que leur syntaxe. On a déjà cité Il ne faut pas réveiller le chat qui dort (1690) pour montrer que la formule impersonnelle peut être remplacée par un impératif. On a relevé un autre énoncé qui utilise aussi l’impératif, mais avec un substantif différent (lion), et il existe des variantes introduites par des tournures impersonnelles qui attestent une autre variation lexicale (chat ~ chien) :

Ne réveille pas le lion qui dort (1930)
Il fait mal esveillier le chien qui dort (ca 1317)
C’est follie resveiller le chat qui dort (1578)

55L’utilisation du participe présent seul est fort rare :

Eveillant le chien qui dort, / S’il te mord, il n’a pas tort (1952)

56Par contre, le gérondif apparaît dans un certain nombre d’énoncés. Ainsi, le proverbe Qui court après les souliers d’un mort, risque souvent d’aller nu-pieds (1846 ; « on souffre quelquefois longtemps en attendant une succession », Bescherelle, s.v. mort) a été concurrencé par des variantes utilisant cette construction :

En attendant les souliers d’un mort, on va longtemps nuds-pieds (1752)
En attendant les souliers d’un mort, on marche longtemps pieds nus (1856)

57Pour ce même proverbe, il y a encore d’autres variations dans la syntaxe et dans le lexique à mettre en évidence :

Ne comptons pas sur les souliers d’un mort pour être bien chaussés (1847-1848)
Qui s’attend aux souliers d’un mort, court risque de marcher longtemps nu-pieds (1853)
Il ne faut pas compter sur les souliers d’un mort pour se mettre en route (1869)
A vouloir les souliers d’un mort, on risque d’aller pieds nus ! (2006)

58Dans l’inventaire des variantes de Qui mange la vache du Roi, à cent ans de là en paie les os (1710 ; « quiconque fait tort à plus puissant que soi en supporte longtemps les conséquences », GLE, s.v. proverbe), la « vache » intervient cinq fois seulement et ces cinq formes utilisent le même lexique. Dans la grande majorité des autres variantes recueillies (24 sur 29), l’animal en cause est l’« oie du roi », qui a été « mangée » ou « plumée », le « châtiment » qui est promis au coupable cent ans après étant exprimé de diverses manières :

Tel mange l’oye du Roy, qui cent ans après en rend la plume (xve s.)
Qui a plumé l’oie du roi, cent ans après en rend la plume (1607)
Qui mange l’oye du Roy il en chie la plume cent ans apres (1611)

59Pour le proverbe Si le ciel tombait, il y aurait bien des alouettes de prises (1774 ; « se dit d’une supposition absurde », Littré, s.v. alouette), on a relevé bien d’autres formes :

Se les nubz cheent, les aloes sont toutes prises (2e moitié xive s.)
Si le ciel tombe, nous aurons des cailles (1611)
Si les nuës tomboient, il y auroit bien des cailles prises (1612)
Si le ciel tomboit, il y auroit bien des allouettes prises (1633)

60Dans DicAuPro apparaît, construit sur le même moule, mais avec des variations lexicales et syntaxiques, un énoncé proverbial attesté pour la première fois chez Diderot (Jacques le fataliste, Œuvres, éd. Billy : 481) et qui est mentionné par Quitard (1860 : 198) et le Larousse du xxe siècle :

Si la mer bouillait, il y aurait bien des poissons de cuits (avant 1784)

  • 8 Les versions humoristiques de ce proverbe constituent également des indices de sa vitalité :
    Si ma (...)

61Ce proverbe, de même sens, est à considérer comme une variante du précédent, car la définition donnée par le Larousse du xxe siècle (« il ne faut pas chercher à prévoir tous les accidents possibles et les malheurs qu’ils entraîneraient avec eux », s.v. bouillir) est trop étroitement liée à la citation de Diderot et décrit donc une situation particulière. Une recherche avec Google montre que ce proverbe a une certaine vitalité ; en effet, il est abondamment cité dans les « blogs » et il présente même des variantes8 :

Si la mer bouillait, les poissons cuiraient (28 novembre 2006)
Si la mer bouillait, les poissons seraient cuits (30 juin 2007, 24 mai 2008 ; donné aussi comme proverbe de l’île Maurice, dont la version créole est : « Si la mer ti a bwi, pwason ti a kwi »)
Si la mer bouillait, il y aurait bien des poissons cuits (30 juillet 2008)

62Par contre, on distinguera le proverbe suivant qui entretient des relations de proximité avec les énoncés précédents :

  • 9 Sa variante parodique constitue également un signe de vitalité :
    Avec des si, on mettrait Lutèce en (...)

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille9 (1963 ; attesté dès le xviiie siècle : Avec un si, on mettroit Paris dans une bouteille, 1718)

63Certaines variantes présentent, par rapport à la forme canonique, des différences importantes sur le plan du lexique comme sur celui de la structure même de l’énoncé, mais il s’impose de les réunir car elles développent une même métaphore. Ainsi, à côté du proverbe La poule ne doit pas chanter avant le coq (1863 ; « il faut que l’autorité appartienne au mari », Littré, s.v. coq), composé d’une seule phrase, il y a des énoncés modernes qui diffèrent sensiblement de cette forme canonique, notamment par leur lexique, mais surtout par leur complexité syntaxique. Par exemple :

Chetive est la maison ou le coq se tait, et la poule chante (1706)
Quand la poule veut chanter comme le coq, il faut lui couper la gorge (1842)
Malheureuse maison et méchante, où le coq se tait et poule chante (1845)
Femme qui parle comme homme et geline qui chante comme coq ne sont bonnes à tenir (1852)
Pauvre maison que celle où les poules chantent et le coq se tait (1856)
Ce n’est pas à la poule à chanter avant le coq (1868), etc.

64La base de données a réuni au sein d’un seul tableau de DicAuPro des proverbes qui paraissent donc parfois fort différents, mais que divers critères incitaient à ne pas séparer. Ainsi, à côté de Qui donne tôt donne deux fois (1710 ; « on ajoute au prix d’une grâce en ne la faisant pas attendre », Littré, s.v. donner), qui a connu de nombreuses variantes très proches, on trouve aussi une série d’énoncés décrivant la même action, mais qui la présentent sous un angle opposé :

Qui tard donne fait chiche aumône (1578)
Tard donner c’est refuser (1856)

65Une fois de plus, « les apparences sont trompeuses » : étant donné que l’intention communicative est la même dans les deux énoncés et qu’il existe des formules associant ces deux points de vue différents

Qui donne tost deux fois il donne. Qui tard retient, il n’abandonne (1577)

66il a paru naturel de réunir ces deux séries d’énoncés proverbiaux sous la forme canonique Qui donne tôt donne deux fois.

B. Proverbes différents

67La grande majorité des proverbes rassemblés dans DicAuPro se distinguent nettement par le sens et par la forme. Ce qui est donc délicat à distinguer, ce sont, d’une part, comme on l’a vu, les variantes déclinant un énoncé proverbial et, d’autre part, les proverbes qui, malgré certaines apparences (similitudes formelles, proximité sémantique), constituent des énoncés différant par certains aspects de leur contenu tout en entretenant entre eux des relations de proximité ou d’opposition. Quelques exemples illustreront les difficultés rencontrées.

68a) Les deux proverbes suivants

Ce qui est dit est dit (1538)
Ce qui est écrit est écrit (1694)

69signifiant respectivement « la parole donnée sera tenue » (Littré, s.v. dire) et « on ne peut rien changer à ce qui est écrit » (Littré, s.v. écrire) diffèrent par leur sens analytique tout en partageant une valeur générique commune : « un engagement doit être respecté ». Ainsi, des proverbes différents semblent avoir en commun, au-delà d’une interprétation plus littérale (ici, le biais de la parole ou de l’écrit), une même valeur fonctionnelle (Kleiber, 2000).

70b) Une autre paire de proverbes

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs (1807)
Ici les conseillers n’ont point de gages (1762)

71illustre un phénomène assez similaire. Ces proverbes que Littré définit de la façon suivante : « celui qui donne un conseil n’a pas la responsabilité de la chose qu’il conseille » (s.v. conseilleur) et « proverbe avec lequel on écarte ceux qui donnent des conseils sans qu’on leur en demande » (s.v. conseiller) diffèrent par leur sens spécifique. Pourtant, si l’on considère l’intention communicative que Littré mentionne à la place d’une vraie définition pour le second proverbe, il apparaît qu’elle pourrait tout aussi bien traduire l’intention exprimée par l’utilisateur du premier énoncé. Il faut peut-être voir un indice de la contamination due à la proximité entre ces deux proverbes (dont seul le premier semble encore bien vivant) dans la variante Les conseilleurs n’ont point de gages (1853), qui utilise le dérivé en -eur sans aucune nécessité d’allitération avec payeur.

72c) Le cas de

Ce qui est fait est fait (1384)
Ce qui est fait n’est pas à fere (2e moitié du xive s.)

  • 10 La formulation de la définition par Littré confirme cette intuition : « quand on peut faire une ch (...)

73montre une différence entre les sens de ces deux proverbes, le premier insistant sur le caractère irrémédiable de ce qui est accompli, alors que le second mettrait plutôt l’accent sur la nécessité de ne pas différer ce qui peut être fait sans tarder. Toutefois, la formulation du premier énoncé semble permettre la double interprétation par le caractère accompli inéluctable ou comme forme d’encouragement prospectif : « ce qui est fait ne sera plus à faire »10.

74d) Certains proverbes peuvent aussi différer par l’adjonction de jugements de valeur au sein de l’un ou l’autre énoncé, par exemple :

Il faut être enclume ou marteau (1784)
Il vaut mieux être marteau qu’enclume (1690)

75le premier énoncé signifiant que les circonstances amènent à jouer le rôle de l’opprimé ou de l’oppresseur, tandis que le second manifeste une nette préférence pour le rôle de celui qui domine... De même, les proverbes suivants

  • 11 Cette forme n’est mentionnée que par Dournon (1986, s.v. maître). Elle a sans doute pour source l’ (...)

Tel maître, tel valet (1538)
Les bons maîtres font les bons valets (1688)
De grand maître, hardi valet11 (1986)

76expriment de façon générale une relation dominant / dominé, mais ils le font selon des modalités différentes allant de l’influence non précisée (Tel maître...) à des formules qui soulignent une relation bénéfique (Les bons...) ou négative (De grand maître...).

77e) Il arrive aussi que des énoncés proverbiaux tels :

Dire et faire sont deux (1555)
Il y a loin du dire au faire (1865)

78constituant de simples variantes (ici, lexicales et syntaxiques) soient en relation très proche avec un proverbe qui demande toutefois à être distingué

Les grands diseurs ne sont pas les grands faiseurs (1694)

79dont le sens met plus nettement l’accent sur la vantardise (ce que confirme l’emploi de vanteur au lieu de diseur dans 7 des plus anciennes variantes) et dont la forme joue systématiquement sur l’allitération (–eur) dans les 14 variantes.

80f) On peut considérer aussi que des proverbes de même sens comme

Les lunettes et les cheveux gris sont des quittances d’amour (1710)
Bonjour lunettes, adieu fillette (1771)

81montrant que les signes de l’âge rendent les amours plus improbables sont à distinguer pour des raisons essentiellement formelles, le second énoncé manifestant une structure parémique très caractéristique (rythme équilibré des deux parties, allitération). A cela s’ajoute que les deux types d’énoncés ont développé à travers le temps des réseaux de variantes en parallèle.

82g) On trouve enfin des proverbes qui entretiennent des relations d’opposition marquées soit par la négation pure et simple

  • 12 Énoncé nettement plus rare que la forme négative.

L’abit ne fait pas le moine (avant 1444)
L’habit fait le moine (1829)12

83soit par une inversion des actants mettant au premier plan l’importance de l’éducation ou de la nature

Noreture passe nature (1268)
Nature passe noriture (fin xiiie s.)

84ou encore par des énoncés faisant appel à des concepts différents

Abondance de biens ne nuit pas (1768)
L’argent ne fait pas le bonheur (1855)

Conclusion

85Édifier une base de données telle que DicAuPro ne permet pas de laisser sous le boisseau certains problèmes méthodologiques, en particulier ceux qui sont censés influer sur l’organisation même des matériaux. La lexicographie française depuis le xvie siècle ainsi que les recueils spécialisés ont enregistré de très nombreux proverbes sous des formes plus ou moins variables, sans se poser la question de l’identité proverbiale sous-jacente à ces variantes ou, à l’inverse, de la nécessité de distinguer explicitement des formes assez divergentes pour constituer des proverbes différents. Ce problème, tel qu’il apparaît nettement à travers la diachronie, n’est pas simple à résoudre. Comme pour le phénomène de figement, qui est essentiellement scalaire (avec tous les stades allant des séquences libres aux totalement figées, en passant par les semi-figées), il faut bien admettre qu’il existe un certain nombre de cas-limites où il est permis d’hésiter entre variantes d’un même proverbe ou formes se rattachant à des proverbes différents. C’est ce que nous avons essayé de montrer au moyen d’exemples significatifs, en mettant en œuvre un certain nombre de critères formels et sémantiques.

86Deux situations en résultent :

  • des proverbes de sens identique se rattachant manifestement à un même type d’énoncé moyennant des variantes formelles (morphologiques, lexicales, syntaxiques) ;
  • des proverbes sémantiquement proches13, mais qui diffèrent par des nuances suffisamment importantes ou par certains traits d’ordre pragmatique qui empêchent de les considérer comme en relation de variation. À ceux-là s’ajoute le cas des proverbes s’opposant par le sens alors qu’ils sont très proches formellement (lexique identique ou presque).

87Il s’avère ainsi que la base DicAuPro constitue un excellent révélateur de l’évolution des proverbes avec le temps, ce qui peut sembler en contradiction avec le caractère figé, parfois controversé, mais généralement attribué à ce type d’énoncés (Anscombre, 2003 et 2005 ; Klein, 2006). On constate en tout cas que, depuis le xvie siècle, les proverbes tendent à se figer sous des formes très proches. Parlera-t-on, dans ces cas, de figement, de semi-figement ou de « figement du deuxième type », selon la formule d’Anscombre, le débat n’est pas clos...

Bibliographie

Bibliographie14

Anscombre (J.-Cl.), « Les proverbes sont-ils des expressions figées ? », Cahiers de lexicologie, 82, 2003(1), p. 159-174.

Anscombre (J.-Cl.), « Les proverbes : un figement du deuxième type ? », LINX, 53, 2005, p. 17-33.

Arnaud (P.), « La connaissance des proverbes français par les locuteurs natifs et leur sélection didactique », Cahiers de lexicologie, 60, 1992(1), p. 195-238.

Conenna (M.), Coppens d’Eeckenbrugge (M.), Flamini (F.), Klein (J.R.), Plerret (J.-M.), « Le projet DicAuPro (Dictionnaire automatique et philologique des proverbes français). Développement d’une base de données informatisée des proverbes du français », dans Häcki Buhofer (A.), Burger (H.) dir., Phraseology in motion 1, Methoden und Kritik, Schneider Verlag, Baltmannsweiler, 2006, p. 79-90.

Dournon (J.-Y.), Le dictionnaire des proverbes et dictons de France, Hachette, Paris, 1986.

Kleiber (G.), « Sur la définition des proverbes », dans Greciano (G.) dir., Phraséologie contrastive, Université des Sciences humaines, Strasbourg, 1989, p. 233-253.

Kleiber (G.), « Sur le sens des proverbes », Langages, 139, 2000, p. 39-58.

Klein (J. R.), « Problemas relacionados coa determinacion da forma "canonica" nunha base de datos de refrans franceses (DicAuPro) », Cadernos de fraxeologia galega, 8, 2006, p. 147-163.

Klein (J. R.), « Le figement dans les proverbes et les expressions verbales figées : un débat qui n’est pas encore... figé », dans Conde Tarrio (G.) dir., Nouveaux apports à l’étude des expressions figées. Nuevas aportaciones al estudio de las expresiones fijas, E.M.E. et Intercommunications, Cortil-Wodon, 2007, p. 129-156.

Maloux (M.), Dictionnaire des proverbes, sentences et maximes, Larousse, Paris, 1960.

Mergnac (M.-O.), avec la collaboration de Unal-Kesenci (D.) et de Freda (B. et G.), Mille proverbes et dictons de tous les temps, Archives et Culture, Paris, 2003.

Quitard (P.-M.), Études historiques, littéraires et morales sur les proverbes français et le langage proverbial, Techener, Paris, 1860.

Rey (A.) et Chantreau (S.), Dictionnaire des expressions et locutions, « Les usuels du Robert », Le Robert, Paris, 2003.

Smith (W. G.), The Oxford Dictionary of English Proverbs. Third Edition by Wilson (F. P.)., Clarendon Press, Oxford, 1970.

Walter (G.), Hébert et le Père Duchesne, coll. « La roue de fortune », Janin, Paris, 1946.

Annexes

Annexe 1 : Un tableau extrait de DicAuPro

Inventaire des variantes du proverbe Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage (1re attestation surlignée) « on ne manque jamais de prétexte pour se débarrasser d’une personne qui déplaît » (Littré, s.v. chien)

Notes

1 Ce projet est né en 1999 d’une collaboration entre les membres du Celexrom (Centre d’étude sur les lexiques romans, Université catholique de Louvain), Monique Coppens d’Eeckenbrugge, Fiorella Flamini, Jean René Klein, Jean-Marie Pierret, et Mirella Conenna, professeur à l’Université de Bari. Il va de soi que les considérations qui suivent ont profité des discussions que nous avons eues avec nos collègues Fiorella Flamini et Mirella Conenna, que nous remercions.

2 La date qui suit les proverbes donnés comme exemples est la date de la première attestation de cette forme relevée dans la base de données DicAuPro.

3 Voir par exemple cette définition dans le GLE (s.v. proverbe) : « Un malheur amène son frère ou plus souvent, Un malheur ne vient jamais seul, un malheur est toujours suivi d’autres malheurs. »

4 Reuele : « réveille ».

5 Cela ne concerne évidemment pas les premières mentions d’un proverbe en ancien français qui, pour des raisons d’évolution de la langue, sont souvent assez éloignées des formes du français moderne.

6 Voir ci-dessous, III. B.

7 Voir l’inventaire complet des formes relevées dans Conenna et al. (2006).

8 Les versions humoristiques de ce proverbe constituent également des indices de sa vitalité :
Si ma tante en avait, on l’appellerait « mon oncle » (Wiktionnaire, 23 août 2008)
Une variante est mentionnée comme étant un proverbe anglais par les recueils de Maloux (1960, p. 489) et de Mergnac (2003, p. 105) :
Si ma tante avait été un homme, elle serait mon oncle.
L’Oxford Dictionary of English Proverbs (1970 ; s.v. aunt) confirme l’existence de ce proverbe (If my aunt had been a man, she’d have been my uncle), que sa source accompagne de ce commentaire : « Spoken in derision of those who make ridiculous surmises. »

9 Sa variante parodique constitue également un signe de vitalité :
Avec des si, on mettrait Lutèce en amphore (Le tour de Gaule d’Astérix, 1965).

10 La formulation de la définition par Littré confirme cette intuition : « quand on peut faire une chose, il ne faut pas la différer à un autre temps ; et aussi, il ne faut pas revenir sur ce qui est fait », Littré, s.v. fait.

11 Cette forme n’est mentionnée que par Dournon (1986, s.v. maître). Elle a sans doute pour source l’historique de Littré (s.v. maître) : « Proverbe qui dit que de grand maistre hardy valet, H. Est. Apol. pour Hérod. p. 674, dans Lacurne. »

12 Énoncé nettement plus rare que la forme négative.

13 Il est clair que les proverbes qui se distinguent nettement et par le sens et par la forme ne posent pas de problème.

14 Pour ne pas allonger notre contribution, nous ne donnons pas ici la description des grands dictionnaires du français ni celle des principaux recueils de proverbes qui ont été dépouillés pour la constitution de la base de données DicAuPro, ainsi que l’atteste le tableau donné en annexe.

Auteurs

Centre d’étude sur les lexiques romans (Celexrom)
Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve

Centre d’étude sur les lexiques romans (Celexrom)
Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve

Centre d’étude sur les lexiques romans (Celexrom)
Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search