Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

La contribution de la lexicographie pédagogique du français langue étrangère ou seconde (FLES)1 à la dictionnairique du français langue maternelle (FLM)

Jean Binon et Serge Verlinde

Texte intégral

Introduction

  • 1 « La lexicographie pédagogique pour allophones est une sous-branche de la lexicographie qui s’intér (...)

1L’objectif de notre article est triple. D’abord nous soulignerons les différences entre les dictionnaires de FLM et les dictionnaires conçus pour des apprenants de FLES. Ensuite nous passerons en revue un certain nombre d’innovations dictionnairiques, que nous avons été amenés à introduire pour mieux satisfaire les besoins de communication de nos apprenants de FLES et dont la dictionnairique de FLM pourrait sans doute tirer profit. Enfin nous essayerons de montrer que la lexicographie pédagogique du FLES peut apporter une contribution substantielle à la dictionnairique du FLM et que des synergies s’imposent entre la lexicographie du FLM et du FLES.

2Lors du colloque international « Lexicographie et informatique. Bilan et perspectives » qui s’est tenu du 23 au 25 janvier 2008 à l’ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française) de Nancy à l’occasion du cinquantième anniversaire du lancement du projet du Trésor de la langue française (TLF), de nombreux orateurs ont rappelé l’importance de ce joyau de la lexicographie française auquel ont travaillé une centaine de chercheurs pendant trente ans. Comme le rappelait le directeur de l’ATILF, J.-M. Pierrel, dans son allocution inaugurale « Informatisation et valorisation sur le Net. Une deuxième vie pour le TLF », pas moins de 16 volumes ont été publiés entre le début des années soixante et le milieu des années nonante. Pour valoriser le TLF et le rendre plus accessible, il a été informatisé, diffusé sur cédérom (www.tlfi.fr) et sur le web (www.atilf.fr/tlfi), intégré au sein du portail lexical du Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL) (www.cnrtl.fr), un véritable « outil de mutualisation de résultats en lexicographie ». Mentionnons également quelques produits dérivés comme le lexique morpho-syntaxique MORPHALOU (www.atilf.fr/morphalou) et les corpus libres de droits d’auteur et d’éditeur issus de Frantext.

3Avec le monumental TLF et les dictionnaires Larousse, Robert, Flammarion et Hachette, pour ne citer que les produits phares, le français dispose d’excellents dictionnaires encyclopédiques et de langue, surtout pour un public de français langue maternelle (FLM). Ils s’inscrivent dans une longue et prestigieuse tradition lexicographique. A première vue on pourrait donc croire que tout a déjà été dit, que tout a déjà été réalisé.

  • 2 The Perfect Learners’ Dictionary (?).

4Aurions-nous donc affaire avec le TLF au dictionnaire parfait, comme se le demandent Herbst et Popp2 (1999) pour les dictionnaires pour apprenants d’anglais ? Hélas, la perfection n’est pas de ce monde. Beaucoup reste à faire.

  • 3 Feron et Coltier (2008).

5En témoignent les nombreuses pistes d’optimisation qui ont été proposées lors de ce colloque. Certaines portaient sur des aspects pointus comme l’exemple des adverbiaux de phrase du type EN + lexème3. D’autres portaient sur des suggestions pour rendre le TLFi plus accessible et pour faciliter le lancement des requêtes des usagers.

6La proposition du lexicographe québecois Claude Poirier de mise en relation entre le TLFi et la Base de données lexicographiques panfrancophone (BDLP) (http://www.tlfq.ulaval.ca/​bdlp/​) fut à la fois l’une des plus prometteuses et des plus concrètes. Ce mariage entre les deux corpus lexicographiques s’impose de façon impérieuse, comme Poirier (2008, 71-77) le souligne avec raison :

« S’agissant de la représentation des usages du français à travers le monde, on doit se rendre à l’évidence que le contenu du TLF est, en 2008, bien en deçà d’un trésor. [...] Mais l’évolution des mentalités et des connaissances sur la variation géographique du français a été telle depuis les années 1970 que le corpus des quelque 2240 emplois que l’utilisateur du TLFi peut regrouper en se servant de l’indicateur régional n’est plus à la hauteur de l’idéal de départ. [...] Il devient difficile d’accepter que, dans le TLFi ne soit enregistrée qu’une petite partie des emplois originaux et courants que font du français, en parlant et en écrivant, des millions de locuteurs en France et hors de France. » (Poirier, 2008, 71)

7Poirier propose en effet trois formules de mise en relation tout à fait opérationnelles entre les deux corpus complémentaires. La variation topolectale s’en trouverait spectaculairement enrichie. En effet

« la BDLP, avec ses 14 353 emplois définis et illustrés, donne un meilleur aperçu de la variation topolectale que le TLFi qui ne consacre que 2 838 définitions à cette dimension de la langue. Avec ses 32 658 citations, la BDLP offre en outre un rapport définitions/citations plus avantageux que le TLFi. » (Poirier, 2008, 73)

8Il est regrettable que l’ATILF manifeste une certaine lexicofrilosité à intégrer véritablement les données de la BDLP dans le TLFi. On a en effet accès au BDLP, mais en tant que ressource indépendante et non intégrée à part entière.

9Le lexicographe allemand F.J. Hausmann dénonce, lui aussi, les carences du TLF :

« On vient de boucler la grande entreprise du TLF. 25 000 pages pour décrire le vocabulaire français... Il n’y a aucun dictionnaire au monde qui égale le TLF. Et pourtant pour le traitement des locutions, tout reste à faire. [...] Et pour les collocations, une grande partie du travail n’est pas fait. » (Hausmann 1999, 136)

10Comme le TLF a été conçu pour des locuteurs francophones natifs, il va de soi qu’il ne peut répondre adéquatement aux besoins spécifiques des apprenants allophones pour qui le français est une langue étrangère ou seconde et qui ne disposent pas de l’intuition du locuteur natif. Il en va a fortiori de même des autres dictionnaires de FLM destinés au grand public, comme Le Petit Robert, Le Robert Quotidien, le Lexis, etc. Les différences sont en effet considérables entre les dictionnaires de FLM et de FLES. Nous les visualisons dans le tableau ci-dessous où nous reprenons les caractéristiques, telles qu’on devrait les trouver idéalement dans les deux types de dictionnaires.

I. Principales différences entre les dictionnaires de FLM et de FLES

  • 4 Certains dictionnaires récents, e.a. le DAFA, adoptent un classement mixte à l’instar du Longman La (...)

Note 44

11Pour satisfaire les besoins des apprenants de FLES et tenir compte de leurs besoins de communication, de leurs difficultés et de leurs habitudes de consultation, nous devons changer le paradigme canonique, concevoir d’autres types de dictionnaires, des dictionnaires d’(auto-)apprentissage semi-multilingues multifonctionnels et électroniques, procéder à une didactisation poussée, introduire un certain nombre d’innovations. En voici un aperçu.

II. Les principales innovations dictionnairiques5

  • 5 Cf. e.a. Binon, Verlinde, Selva, Bertels et Van Dyck (2005) ; Binon et Verlinde (2004) ; Verlinde, (...)

12Parmi les innovations dictionnairiques principales introduites par le Dictionnaire contextuel du français économique (DICOFE), le Dictionnaire d’apprentissage du français des affaires (DAFA) et le Dictionnaire d’apprentissage du français langue étrangère ou seconde (DAFLES), susceptibles de renouveler la lexicographie pédagogique du FLES et, par ricochet, la dictionnairique du FLM, nous distinguerons les innovations qui portent sur la macrostructure, celles qui se situent sur le plan microstructurel et celles qui sont inhérentes au support électronique.

A. Innovations sur le plan macrostructurel

  • la multifonctionnalité : prise en compte des fonctions lexiculturelle, de décodage, de dépannage, de validation, d’encodage, d’(auto-)apprentissage et de médiation entre la langue maternelle et la langue étrangère ou seconde,

  • le regroupement de toutes les informations lexicographiquement pertinentes, dont l’apprenant de FLES a besoin pour communiquer dans la langue étrangère : informations morpho-syntaxiques, syntagmatiques, paradigmatiques et pragmatiques,

  • l’organisation systématique à la fois linguistique et conceptuelle.

B. Innovations sur le plan microstructurel

  • l’organisation onomasiologique de la microstructure qui permet un regroupement structuré des termes associés, si importante pour l’ancrage cognitif et pour la mise en discours,

    • 6 Cf. Binon, Dancette et Verlinde (1998).

    la différenciation systématique des synonymes et expressions synonymiques6,

    • 7 Cf. Verlinde, Dancette et Binon (1998).

    les définitions actancielles ou phrastiques longues et courtes qui permettent de doser l’information7,

  • la description systématique de la combinatoire des mots, de toutes les unités polylexicales : expressions, locutions, collocations,

    • 8 Cf. e.a. Verlinde, Selva et Binon (2003) ; Verlinde, Binon et Selva (2006).

    l’organisation des collocations selon des critères à la fois morphosyntaxiques, sémantiques et paradigmatiques8,

  • l’enregistrement des variantes géographiques avec l’indication des limites sémantiques et des contraintes d’usage, ainsi que l’attestation des principaux emplois métaphoriques, qui relèvent de la fonction lexiculturelle du dictionnaire,

  • l’indication des aspects connotatifs, des contraintes morphosyntaxiques,

  • la didactisation poussée qui se manifeste par les nombreuses remarques et notes d’usage et par l’ampleur de certains articles, comme par exemple l’article FLUCTUATION dans le DAFA, qui fournit aux apprenants des critères de sélection et de restriction introuvables dans les autres dictionnaires,

    • 9 Cf. Verlinde, Selva, Petit et Binon (2004).

    les schémas actanciels qui visualisent et explicitent de façon systématique tous les actants et circonstants des verbes. En intégrant dans un seul tableau la sémantique et la morphologie lexicale, ils apportent une valeur ajoutée considérable par rapport aux tableaux traditionnels de dérivation qui ne retiennent que les dérivés morphosémantiquement pertinents9.

C. Innovations dictionnairiques inhérentes aux dictionnaires électroniques de la deuxième génération10

  • 10 Cf. Selva, Verlinde et Binon (2002 et 2003).

13Remarquons que les multiples fonctionnalités de la version électronique de nos dictionnaires d’(auto-)apprentissage offrent plusieurs avantages par rapport à la version papier, du moins dans la mesure où il s’agit de dictionnaires électroniques d’une nouvelle génération, et non de la transposition sur support électronique de dictionnaires papier :

  • la multiplication des voies d’accès, entre autres par le biais de la langue maternelle (allemand, anglais, espagnol, italien, néerlandais dans le DAFA par exemple), et la recherche par domaines (ex. économie, droit...) dans les versions électroniques,

  • une consultation différenciée selon les besoins de réception ou de production,

    • 11 Cf. Verlinde, Binon et Bertels (2008).

    un confort d’usage par un accès beaucoup plus rapide et bien plus efficace aux informations, surtout aux unités polylexicales, accessibles par chacun de leurs composants11,

  • une plus grande flexibilité d’usage qui permet de suivre un parcours individualisé,

  • un plus grand contrôle des informations affichées par le biais de l’interactivité,

  • une organisation réticulaire des (para)synonymes ou des expressions synonymiques,

  • des profils combinatoires facilitant la différenciation des (para)synonymes.

D. La Base lexicale du français (BLF)12

  • 12 Cf. Verlinde, Selva et Binon (2006) ; Verlinde, Binon, Ostyn et Bertels (2008).

14La Base lexicale du français (http://ilt.kuleuven.be/​blf/​) constitue le point culminant, la synthèse de toutes ces innovations. Il s’agit d’une base de données accessible en ligne qui offre aux apprenants de FLES, mais aussi aux francophones et aux chercheurs toute une panoplie d’outils pédagogiques à fonctions multiples : en premier lieu, un dictionnaire du FLES pour comprendre et employer correctement les mots les plus fréquents du français, le DAFLES, puis un dictionnaire qui offre les mêmes possibilités pour le français des affaires, le DAFA ; et un générateur d’exercices en ligne sur différents aspects du vocabulaire français (la morphologie, les conjugaisons, le genre des noms, la dérivation, les collocations...), accompagné d’un tuteur en ligne. Comme la BLF permet de plonger directement dans le corpus, d’en extraire des phrases exemples authentiques, qu’elle comprend de nombreux liens vers d’autres sites et ouvrages, il s’agit d’un véritable portail pour l’apprentissage du lexique français et pour la recherche lexicologique.

15Puisqu’il nous est impossible de passer en revue chacune de ces innovations, nous nous proposons de nous attarder seulement sur les définitions (1), sur les informations morphologiques (2), sur les notes d’usage (3) et sur les informations culturelles (4).

1. Définitions

16Le principe de la décomposition sémantique de Mel’čuk veut que la définition « soit constituée exclusivement de liens sémantiquement plus simples que la lexie définie, ce qui assure une analyse véritable du sens » (Mel’čuk et Polguère, 2007, 32). En nous basant sur ce principe, nous avons recours aux définitions actancielles dans le DAFA et aux définitions phrastiques dans le DAFLES. Ces types de définition facilitent sans aucun doute leur intelligibilité. Il suffit de comparer les définitions du Petit Robert et du Lexis d’une part, avec celles du DAFA ou du DAFLES d’autre part, pour se rendre compte que la plus grande simplicité d’un vocabulaire définitoire contrôlé et l’explicitation des actants constituent une valeur ajoutée indéniable, comme l’ont bien montré Verlinde et al. (1998), même si les définitions, comme celle du verbe vendre dans le DAFA sont plus longues.

17Prenons l’adjectif MALADE et le verbe VENDRE à titre d’exemples et limitons-nous à la première acception ou lexie mentionnée.

MALADE

robert quotidien

dafles

1. dont la santé est altérée, qui souffre de troubles organiques ou fonctionnels

1. une personne, un animal malade a un problème de santé à cause d’une infection, d’un trouble d’une fonction du corps

lexis

1. Se dit d’un être vivant dont l’organisme souffre de troubles, qui a subi une altération dans sa santé

VENDRE

robert quotidien

dafa

1. céder à qq. en échange d’une somme d’argent

1. un agent économique (un particulier, une entreprise, un État – X) donne un bien, une valeur ou un droit (Y) à un autre agent économique (un particulier, une entreprise, une administration – Z) ou fournit un service (Y) à cet autre agent économique (Z) en contrepartie du paiement d’une somme d’argent

lexis

1. vendre quelque chose, le céder contre de l’argent

2. Informations morphologiques

a) Les tableaux de dérivation

18Comme nous le faisions remarquer :

« Depuis toujours la morphologie lexicale au sens large est le parent pauvre de l’activité lexicographique. Elle occupe une place de second rang dans les procédures de traitement adoptées par les dictionnaires (d’apprentissage). Sa représentation sémantique en est affectée d’autant qu’elle ne constitue pas une donnée facilement repérable dans le dictionnaire. Or, la morphologie lexicale constitue un élément clé de l’apprentissage d’une langue. Une bonne maîtrise des paradigmes dérivationnels, très variés en français, a une influence sur les capacités de formulation de l’allophone. » (Verlinde et al., 2004, 427)

19C’est pourquoi nous avons systématiquement regroupé dans le DAFA dans un tableau de dérivation tous les dérivés morphosémantiquement pertinents, comme par exemple pour le verbe VENDRE.

b) Les schémas actanciels

20Un schéma actanciel comprend le même nombre de lignes que le verbe compte de lexies ou d’acceptions. Quatre colonnes de ce tableau sont réservées au verbe et aux compléments essentiels du verbe, à savoir le sujet et les compléments d’objet (direct et indirect). Les cinq autres colonnes correspondent au nom d’action (action), au nom de résultat (Nrésultat), au lieu où se déroule l’action (Nlieu), au moment où se déroule l’action (Ntemps) et à l’instrument utilisé pour l’exécution (Nmoyen).

21Les schémas actanciels constituent le point de convergence entre la morphologie et la sémantique lexicales. Ils permettent aux apprenants d’associer sémantiquement des unités lexicales qui ne se retrouveraient pas dans un même tableau de dérivation, ex. épouser et mariage, église, mairie, maison communale, hôtel de ville, ce qui est particulièrement important pour la mise en discours.

22(tableau page suivante)

3. Notes d’usage

23Pour maîtriser le vocabulaire d’une langue de façon réceptive et productive, l’apprenant allophone doit : 1° connaître le sens des unités lexicales de la langue-cible (la dimension sémantique), 2° savoir comment elles se combinent (la compétence combinatoire lexicale, la dimension syntagmatique), 3° savoir comment elles s’emploient (l’usage, la dimension pragmatique), 4° savoir comment les différencier (la dimension paradigmatique), 5° savoir comment les organiser.

  • 13 Cf. Humble (2001) pour ce qui est des qualités que doivent posséder les phrases-exemples, les conte (...)

24Or, si la plupart des dictionnaires actuels sont susceptibles de satisfaire les besoins cités sous 1 (indiquer le sens des unités lexicales), ils sont largement déficitaires ou lacunaires en ce qui concerne la combinatoire et l’indication de l’usage (absence de collocations et/ou de contextes éclairants13 et compréhensibles, absence d’un vocabulaire définitoire contrôlé, d’informations pragmatiques, de notes d’usage). On relève aussi assez souvent des définitions circulaires et des synonymes donnés en vrac. La publication récente du Dictionnaire des combinaisons de mots de Robert (Le Fur, 2007) constitue une tentative louable de combler cette importante lacune, mais ce dictionnaire, dont la nomenclature est assez limitée, manque d’indications sémantiques pour qu’un apprenant puisse en tirer pleinement profit.

Mots utilisés fréquemment avec le verbe épouser

Mots utilisés fréquemment avec le verbe épouser

Extrait du schéma actanciel de épouser (Verlinde et al., 2004, 428)

25Les dictionnaires de FLM recourent rarement aux notes d’usage, absentes du Petit Robert et du Lexis, par exemple, mais timidement introduites dans le Robert Quotidien. Force est cependant de constater qu’il s’agit surtout de notes facilitant la compréhension, rarement la production. Elles portent souvent sur l’étymologie, sur les bizarreries de l’orthographe. Bref elles sont plutôt anecdotiques et peu pertinentes pour le public de FLES.

26Naudts (2005, 9) définit la note d’usage comme suit :

« une notice que l’auteur d’un dictionnaire (surtout d’un dictionnaire d’apprentissage) intègre dans une entrée de dictionnaire (généralement au début, à la fin ou dans un encadré) pour attirer l’attention du lecteur sur des difficultés, des clarifications ou des informations morphologiques, sémantiques, syntagmatiques, paradigmatiques ou pragmatiques de la langue. »

27Ce type de notes d’usage judicieusement dosées et choisies, est quasi indispensable dans un dictionnaire d’apprentissage pour allophones, mais serait également à sa place dans un dictionnaire de FLM. La note d’usage est un genre dans lequel notre collègue Michèle Lenoble-Pinson s’est distinguée de façon éminente par son livre Le français correct. Guide pratique qui rend de grands services aussi bien aux apprenants allophones qu’aux locuteurs francophones.

4. Les informations culturelles14

  • 14 Cf. le mémoire de licence de Lijnen (2005) sur les informations culturelles dans les dictionnaires (...)

28Quelles informations culturelles devraient figurer dans un dictionnaire d’apprentissage, et sans doute également dans un dictionnaire de FLM ?

29Des unités portant sur :

  • l’organisation institutionnelle : ex. lycée (F), athénée (B), gymnase (CH), les statalismes : ex. département (F), matières personnalisées (B), parce qu’un apprenant d’une langue étrangère n’est pas toujours au courant des unités lexicales qui relèvent du système politique, du système social ou du système économique ;

  • les symboles et les traditions : ex. le tea break = la pause-café, le pot de l’amitié, le pot d’adieu ;

  • la variation géographique : ex. précompte professionnel (B), tiers provisionnel (F) (cf. le plaidoyer de Poirier ci-dessus dans l’introduction) ;

  • les noms de marque, traités dans le dictionnaire des noms de marque de Galisson et André (1998), par exemple l’énoncé « Deux Vache qui rit et une Badoit », parfaitement compréhensible pour un Français, mais tout à fait opaque pour un professeur de français étranger. Cet énoncé a constitué l’amorce dictionnairique de ce dictionnaire, dit intersticiel ;

  • les emplois métaphoriques : ex. dégraisser les effectifs ;

  • les sigles : ex. le CAPES (F), le DEUG (F), la CSC (B), la FGTB (B).

III. La lexicographie pédagogique du FLES et la dictionnairique du français langue maternelle : une pollinisation croisée prometteuse

30Dans la mesure où le dictionnaire de FLM ne s’adresse pas uniquement à des locuteurs avertis, mais aussi à de jeunes apprenants francophones, qui ne maîtrisent pas encore parfaitement leur langue maternelle, il aurait peut-être intérêt à mieux assumer la fonction d’apprentissage, par une organisation à la fois conceptuelle et linguistique plus poussée, ainsi que la fonction d’encodage, par une microstructure plus riche. Bref, la multifonctionnalité qui vaut pour le FLES nous paraît tout aussi valable pour le FLM. Ce repositionnement entraînerait la mention obligatoire et plus systématique d’un certain nombre d’informations morphologiques (les principaux dérivés morphosémantiquement pertinents, les noms déverbaux), sémantiques (des définitions plus simples, moins circulaires, actancielles), morpho syntaxiques (valence des verbes, mais aussi des noms et des adjectifs), syntagmatiques (attestation et organisation sémantique des principales collocations) et paradigmatiques (différenciation systématique des (para)synonymes, indication des règles d’usage). Une approche contextuelle, distinctive devrait peut-être se substituer à l’approche cumulative, encore souvent en vigueur actuellement dans les dictionnaires de FLM. Ceux-ci se contentent trop fréquemment de donner les synonymes en vrac, sans les relier à chacune des acceptions d’un mot ou d’une unité lexicale et sans préciser les critères de sélection ou de restriction.

31Les notes d’usage auraient intérêt à être développées davantage, à ne pas se limiter à attirer l’attention sur des problèmes d’orthographe, mais à inclure un certain nombre d’informations pragmatiques, dont le taux de fréquence objective. Nous avons en effet l’impression qu’en faisant l’impasse sur toute une série de données (comme les collocations, des phrases-exemples en nombre suffisant, les constructions syntaxiques, la différenciation systématique des (para)synonymes et l’indication de la fréquence), les dictionnaires de FLM font trop confiance à l’intuition du locuteur natif. De plus en plus d’apprenants sortent d’ailleurs de milieux défavorisés et connaissent de nombreux problèmes lors de leur scolarisation. Dans certaines écoles de FLM se trouvent d’ailleurs pas mal d’apprenants de français langue seconde, des primo arrivants. Il nous semble donc que la lexicographie du FLM aurait tout intérêt à s’engager dans la voie de la didactisation et de la multifonctionnalité, deux pistes intéressantes d’optimisation potentielle.

32S’il paraît tout indiqué que les dictionnaires de FLM adoptent certaines innovations dictionnairiques du FLES, il va de soi que les dictionnaires de FLES, de leur côté, auraient intérêt à enrichir leur nomenclature, à intégrer davantage le français parlé, familier, souvent sous-représenté, faute de corpus représentatifs actualisés et surtout faute de corpus du français oral, facilement accessibles, que l’on réclame depuis longtemps à cor et à cri.

Conclusions

33En passant en revue un certain nombre d’innovations dictionnairiques prometteuses dans le domaine de la lexicographie pédagogique du FLES, nous entendions démontrer l’intérêt qu’elles peuvent revêtir pour la dictionnairique du FLM. Il en va d’ailleurs de même pour d’autres langues que le français. La dictionnairique de langue maternelle et de langue étrangère apparaissent comme deux univers différents qui s’ignorent parfaitement, alors qu’ils auraient tout intérêt à collaborer.

  • 15 Signalons outre la BLF pour le FLES un projet innovateur pour le français langue maternelle, FRANQU (...)
  • 16 Cf. Picoche et Rolland (2002) ; Rey-Debove (1999).

34Nous avons l’impression que c’est surtout dans des institutions universitaires que les innovations sont conçues et mises au point15. Les éditeurs français en revanche font preuve d’une réticence déconcertante. Les innovations dictionnairiques que nous avons présentées ci-dessus sont largement diffusées par de nombreuses publications et lors de congrès comme Euralex et pourtant leur taux de pénétration dans les dictionnaires de FLM est quasi nul. Qu’elles soient parfaitement ignorées par les deux dictionnaires récents16 qui prétendent cibler un public de FLES nous semble même tout à fait incompréhensible.

35Lors d’un colloque qui s’est tenu à Lyon en septembre 2007, P. Corbin, du Silex de Lille, a dénoncé cette relative inertie des éditeurs français qui se contentent trop souvent d’un toilettage, d’un lifting mais n’investissent pas assez dans un renouvellement de la dictionnairique, se limitant parfois à apporter des variations sur le même thème, à changer la couverture ou à réduire quantitativement la nomenclature de dictionnaires existants.

36Quand les éditeurs et les dictionnaristes français vont-ils enfin relever les nombreux défis que leur lancent aussi bien les apprenants que les professeurs de FLES ?

Bibliographie

Bibliographie

A. Dictionnaires

DAFA

Binon (J.), Verlinde (S.), Van Dyck (J.) et Bertels (A.), Dictionnaire d’apprentissage du français des affaires, Didier, Paris, 2000. Version électronique par Selva (T.) et Verlinde (S.) : www.projetdafa.net.

DAFLES

Verlinde (S.), Selva (T.), Bertels (A.), Binon (J.) et ai, Dictionnaire d’apprentissage du français langue étrangère ou seconde, Leuven, Institut interfacultaire des langues vivantes, [en cours d’élaboration]. Version électronique : http://ilt.kuleuven.be/blf/.

DICOFE

Verlinde (S.), Folon (J.), Binon (J.) et Van Dyck (J.), Dictionnaire contextuel du français économique. A – L’entreprise, B – Le commerce, C – Les finances, D – L’emploi, Garant, Leuven, 1993-1996.

Galisson (R.) et André (J.-C.), Dictionnaire de noms de marques courants (DNMC). Essai de lexiculture ordinaire, coll. « Didier Érudition », Didier, Paris, 1998.

Hanse (J.) et Blampain (D.), Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, De Boeck et Larcier, Bruxelles, 2000.

LLA2

Summers (D.), dir., Longman Language Activator. The World’s First Production Dictionary, Longman, Harlow, 2002.

Le Fur (D.), dir., Dictionnaire des combinaisons de mots, Le Robert, Paris, 2007.

Mel’čuk (I.) et Polguère (A.), Lexique actif du français, De Boeck et Larcier, Bruxelles, 2007.

Picoche (J.) et Rolland (J.), Dictionnaire du français usuel, De Boeck et Duculot, Bruxelles, 2002.

Rey-Debove (J.), Dictionnaire du français. Référence, apprentissage, Le Robert, Paris, 1999.

Robert (P.), Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Le Robert, Paris, 2003.

Trésor de la langue Française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècles (1789-1960), sous la direction de P. Imbs, CNRS et Gallimard, Paris, 1971-1994. Version électronique : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm.

B. Livres et articles

Binon (J.), Dancette (J.) et Verlinde (S.), « Comment améliorer le traitement des synonymes dans un dictionnaire de langue », in Fontenelle (Th.) et al., dir., Euralex ’98 Proceedings [Huitième congrès international de lexicographie, Liège, Belgique], université de Liège, Liège, 1998, vol. I, p. 77-86.

Binon (J.) et Verlinde (S.), « L’enseignement/apprentissage du vocabulaire et la lexicographie pédagogique du français sur objectifs spécifiques (FOS). Le domaine du français des affaires », Études de linguistique appliquée, no 135, juillet-septembre 2004, p. 271-284.

Binon (J.), Verlinde (S.), Selva (T.), Bertels (A.) et Van Dyck (J.), « La contribution du Dictionnaire d’apprentissage du français des affaires (DAFA) papier et électronique à la lexicographie pédagogique », Cahiers de lexicologie, no 87/2, 2005, p. 1-36.

Feron (C.) et Coltier (D.), « De la description linguistique à la description lexicographique. L’exemple des adverbiaux de phrase du type EN + lexème », in Pré-actes du colloque de Nancy, ATILF, Nancy, 2008, p. 59-67.

Hausmann (F.J.), « Le dictionnaire de collocations. Critères de son organisation », in Greiner (N.), Kornelius (J.) et Rovere (G.) dir., Texte und Kontexte in Sprachen und Kulturen, Festschrift für Jörn Albrect, WVT Wissenschaftlicher Verlag, Trier, 1999, p. 130-139.

Herbst (T.) et Popp (K.), The Perfect Learners’ Dictionary (?), Max Niemeyer Verlag, Tübingen. 1999.

Humble (Ph.), Dictionaries and language learners, Haag und Herchen, Frankfurt am Main, 2001.

Lenoble-Pinson (M.), Le français correct. Guide pratique, Duculot, Paris, 1998.

Lljnen (B.), Les informations culturelles dans les dictionnaires d’apprentissage. Étude lexicographique du vocabulaire des animaux. Mémoire de licence inédit, Katholieke Universiteit Leuven, 2005.

Naudts (T.), Les notes d’usage dans les dictionnaires (d’apprentissage) monolingues. Étude lexicographique du vocabulaire de l’athlétisme. Mémoire de licence inédit, Katholieke Universiteit Leuven, 2005.

Poirier (C.), « Pour un vrai trésor du français. Proposition de mise en relation du TLFi et de la BDLP », in Pré-actes du Colloque de Nancy, ATILF, Nancy, 2008, p. 71-77.

Schaeffler (F.), Aspects linguistiques et didactiques d’un dictionnaire d’apprentissage en ligne. Le cas du DAFLES. Mémoire de maîtrise inédit, Paris, 2002.

Selva (T.), Verlinde (S.) et Binon (J.), « Le DAFLES, un nouveau dictionnaire pour apprenants du français », in Braasch (A.) et Povlsen (C.) dir., Proceedings of the tenth Euralex International Congress, Copenhagen, Denmark, 13-17 August 2002, University of Copenhagen, Copenhagen, 2002, vol. I, p. 199-208.

Selva (T.), Verlinde (S.) et Binon (J.), « Vers une deuxième génération de dictionnaires électroniques », in Zock (M.) et Carroll (J.) dir., Les dictionnaires électroniques, numéro spécial de la revue Traitement automatique des langues (TAL), no 44/2, 2003, p. 177-197.

Verlinde (S.), Dancette (J.) et Binon (J.), « Redéfinir la définition », in Fontenelle (Th.) et al. dir., Euralex ’98 Proceedings [Huitième congrès international de lexicographie, Liège, Belgique], Université de Liège, Liège, 1998, vol. II, p. 375-386.

Verlinde (S.), Selva (T.) et Binon (J.), « Les collocations dans les dictionnaires d’apprentissage. Repérage, présentation et accès », in Grossmann (Fr.) et Tutin (A.) dir., Les collocations. Analyse et traitement, coll. « Travaux et recherches en linguistique appliquée. Série E », no 1, De Werelt, Amsterdam, 2003, p. 105-115.

Verlinde (S.), Selva (T.), Petit (G.) et Binon (J.), « Les schémas actanciels dans le dictionnaire. Point de convergence entre la morphologie et la sémantique lexicale », in Williams (G.) et Vessier (S.) dir., Euralex 2004 Proceedings, université de Bretagne Sud, Lorient, 2004, vol. II, p. 427-436.

Verlinde (S.), Binon (J.) et Selva (T.), « Corpus, collocations et dictionnaires d’apprentissage », in Blumenthal (P.) et Hausmann (F.J.) dir., Collocations, corpus, dictionnaires, numéro spécial de la revue Langue française, no 150, juin 2006, p. 84-98.

Verlinde (S.), Selva (T.) et Binon (J.), « The Base lexicale du français. A Multifunctional Online Database for Learers of French », in Corino (E.), Marello (C.) et Onesti (C.) dir., Proceedings XII Euralex International Congress, Université di Torino, Torino, 2006, vol. II, p. 471-481.

Verlinde (S.), Binon (J.), Ostyn (S.) et Bertels (A.), « La Base lexicale du français (BLF). Un portail pour l’apprentissage du lexique français », Cahiers de lexicologie, no 91,2008, p. 251-266.

Verlinde (S.), Binon (J.) et Bertels (A.), « La lexicographie au service de l’apprentissage/enseignement des combinaisons de mots », in Pré-actes du colloque de Nancy, ATILF, Nancy, 2008, p. 169-177.

Sitographie

– www.kuleuven.ac.be/grelep (Groupe de recherche en lexicographie pédagogique)

– http://ilt.kuleuven.be/blf/(Base lexicale du français [BLF] qui donne accès au DAFLES [Dictionnaire d’apprentissage du français langue étrangère ou seconde], au DAFA [Dictionnaire d’apprentissage du français des affaires] et à Alfalex [Environnement d’apprentissage pour apprenants de FLES])

– http://www.tlfq.ulaval.ca/bdlp/(Base de données lexicographiques panfrancophone [BDLP])

– http://www.franqus.usherbrooke.ca

Notes

1 « La lexicographie pédagogique pour allophones est une sous-branche de la lexicographie qui s’intéresse à l’étude et à la conception de dictionnaires monolingues, multilingues ou semi-multilingues sur support papier ou électroniques dont l’objectif est de répondre aux besoins de communication des apprenants d’une langue qui n’est pas leur langue maternelle. » (Schaeffler, 2002, 4)

2 The Perfect Learners’ Dictionary (?).

3 Feron et Coltier (2008).

4 Certains dictionnaires récents, e.a. le DAFA, adoptent un classement mixte à l’instar du Longman Language Activator (LLA2), c’est-à-dire que la macrostructure est organisée de façon alphabétique, mais la microstructure est onomasiologique, puisque chaque entrée constitue un microsystème, un champ sémantique autonome.

5 Cf. e.a. Binon, Verlinde, Selva, Bertels et Van Dyck (2005) ; Binon et Verlinde (2004) ; Verlinde, Binon, Ostyn et Bertels (2008).

6 Cf. Binon, Dancette et Verlinde (1998).

7 Cf. Verlinde, Dancette et Binon (1998).

8 Cf. e.a. Verlinde, Selva et Binon (2003) ; Verlinde, Binon et Selva (2006).

9 Cf. Verlinde, Selva, Petit et Binon (2004).

10 Cf. Selva, Verlinde et Binon (2002 et 2003).

11 Cf. Verlinde, Binon et Bertels (2008).

12 Cf. Verlinde, Selva et Binon (2006) ; Verlinde, Binon, Ostyn et Bertels (2008).

13 Cf. Humble (2001) pour ce qui est des qualités que doivent posséder les phrases-exemples, les contextes éclairants.

14 Cf. le mémoire de licence de Lijnen (2005) sur les informations culturelles dans les dictionnaires d’apprentissage.

15 Signalons outre la BLF pour le FLES un projet innovateur pour le français langue maternelle, FRANQUS. Ce « Dictionnaire du français standard en usage au Québec » est élaboré sous la direction de Hélène Cajolet-Laganière et Pierre Martel. La version préliminaire peut être consultée en ligne gratuitement sur http://franqus.usherbrooke.ca.

16 Cf. Picoche et Rolland (2002) ; Rey-Debove (1999).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Note 44
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Mots utilisés fréquemment avec le verbe épouser
Légende Extrait du schéma actanciel de épouser (Verlinde et al., 2004, 428)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

Auteurs

Groupe de recherche en lexicographie pédagogique (GRELEP)
Institut interfacultaire des langues vivantes
Katholieke Universiteit, Leuven

Groupe de recherche en lexicographie pédagogique (GRELEP)
Institut interfacultaire des langues vivantes
Katholieke Universiteit, Leuven

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search