Version classiqueVersion mobile

Pour l’amour des mots

 | 
Martine Willems

Michèle Lenoble-Pinson : rigueur et enthousiasme

Tanguy Logé et Marie-France Renard

Texte intégral

Éléments biographiques

  • 1 Mercier (Jacques), Les Maîtres de la langue française en Belgique, La Renaissance du Livre, Bruxell (...)

1Est-ce une réaction à cette fameuse « insécurité linguistique » des provinces frontières ? La Belgique, on le sait, est terre de grammairiens. Michèle Lenoble-Pinson s’inscrit dans une lignée, celle de Maurice Grevisse, de Joseph Hanse, d’André Goosse. De ces deux derniers, elle a recueilli l’enseignement à l’Université catholique de Louvain. Et c’est très légitimement que nous pouvons la ranger à son tour parmi les « maîtres » de la langue française en Belgique1.

2Depuis ce jour d’octobre 1965 où le chanoine Henri Van Camp lui proposa un poste d’assistant, Michèle Lenoble-Pinson n’a cessé pendant quarante-trois ans de former les étudiants des Facultés universitaires Saint-Louis à la maîtrise de la langue. Comme maître de conférences, chargé(e) de cours, puis professeur (1981) et professeur ordinaire (1993), elle a assumé aux Facultés un enseignement centré sur la grammaire et la lexicologie.

  • 2 Idem, p. 48.

3De son père, libraire et imprimeur à Libramont, Michèle Lenoble Pinson reconnaît avoir hérité la nature scrupuleuse de l’artisan consciencieux : ce qu’on fait, on le fait bien. Aussi s’est-elle investie avec passion dans ses cours. Ce qu’elle dit de Maurice Grevisse – « il était méticuleux et perfectionniste2 » –, on le lui appliquerait volontiers. En témoignent tant de leçons minutieusement préparées et toujours d’une rigoureuse ponctualité : une heure de cours, c’était soixante minutes pleines à ras bord. En témoignent aussi tant de dictées, de rédactions, de dissertations corrigées avec une précision et une netteté exemplaires.

4Exigeante, certes, vis-à-vis de ses étudiants mais d’une disponibilité sans faille à leur égard – comme, d’ailleurs, envers ses collègues, toujours prompts à lui poser une question de langue-, Michèle Lenoble-Pinson avoue que le partage des connaissances constitue « l’un de [ses] bonheurs ». Sous sa houlette, des générations de romanistes – et d’étudiants d’autres facultés – auront appris à maîtriser l’orthographe grammaticale, à rédiger et ponctuer correctement, à traquer l’anacoluthe - une de ses bêtes noires ! –, à mener enfin des enquêtes lexicales. Celles-ci ont conduit à de belles réalisations comme le travail collectif sur « le message publicitaire et la langue française. Presse et affiches » (1987).

5Le sens pédagogique de Michèle Lenoble-Pinson a trouvé son prolongement dans diverses publications comme ce guide lumineux, indispensable à tout étudiant, qu’est La rédaction scientifique (De Boeck, 1996). Il a fait aussi merveille en d’autres circonstances. Les rhétoriciens qui viennent à nos séances d’information sont souvent indécis quant au choix de leur filière. Notre collègue leur parlait des études romanes avec une force de conviction et une chaleur persuasive qui ont sans doute suscité plus d’une vocation de romaniste.

6Fidèle à ses origines, Michèle Lenoble-Pinson fait partie depuis 1988 de l’Académie royale luxembourgeoise, à Arlon. Cette fibre ardennaise rend-elle compte de la ténacité dont elle fait preuve dans certains combats ? Combats langagiers, s’entend. Trois causes surtout mobilisent son énergie : la réforme de l’orthographe, la chasse aux anglicismes, la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre. Pour les défendre, elle est toujours prête à prêcher la bonne parole dans les médias ou au sein des diverses instances francophones dont elle est membre, et membre assidu – à commencer par le Conseil international de la langue française (CILF, Paris) et le Conseil supérieur de la langue française de la Communauté française de Belgique.

7La réforme de l’orthographe : Michèle Lenoble-Pinson ne se veut pas rivée à une norme grammaticale immuable et unique. Elle conçoit que la norme évolue. Engagée en faveur des recommandations orthographiques de 1990, elle a travaillé au Vadémécum de la nouvelle orthographe (2e éd., 1995) et préside l’Aparo (Association pour l’application des rectifications orthographiques). Consciente de la résistance que certains opposent aux habillages nouveaux de l’orthographe rectifiée – ah ! ces ognons ! ces nénufars ! ces chaussetrappes qui n’en sont plus ! –, elle sait aussi que la meilleure riposte est la patience : il faut laisser à l’usage le temps de s’installer.

8Mais Michèle Lenoble-Pinson, dans son élan novateur, va encore plus loin. Au sein d’un Groupe français de modernisation de la langue, qui se réunit à Paris et qu’elle préside depuis 2002 – bel hommage rendu à ses compétences ! –, elle réfléchit au français de demain : comment rationaliser certaines règles grammaticales ? simplifier l’accord du participe passé ? Comment aussi rendre plus lisibles les textes juridiques ? Cette dernière préoccupation l’amène à participer, comme seule linguiste, à un séminaire franco-belge de magistrats : le souci langagier rejoint ici l’exigence citoyenne.

9La chasse aux anglicismes : Michèle Lenoble-Pinson a longtemps œuvré dans le cadre du CQFD (Cercle de qualité du français dynamique) qui fait office d’observatoire pour les emprunts anglo-américains. Sa contribution est imposante : pas moins de 258 fiches d’anglicismes et de substituts français. N’adressez pas d’e-mail à notre collègue, elle ne lit que les courriels. Cet intérêt pour la création néologique fait qu’en 1997, Michèle Lenoble-Pinson, déjà membre à Bruxelles de la Commission de terminologie, a été appelée par Alain Juppé, alors Premier ministre français, à siéger, en tant que «personnalité qualifiée », à la Commission générale de terminologie et de néologie, à Paris. Autre bel hommage à ses compétences : elle est le seul membre étranger de cet organisme qui se réunit mensuellement pour passer au crible les listes terminologiques établies par diverses commissions spécialisées.

10La féminisation des noms de métier : ce sujet lui tient à cœur, elle lui a consacré aux Facultés sa dernière leçon, à laquelle assistait un public d’étudiants et de professeurs visiblement séduit et captivé. On lui doit la rédaction d’un Guide de féminisation publié sous le titre Mettre au féminin. Les deux éditions (1994 et 2005) ont connu le plus vif succès.

  • 3 Les Maîtres de la langue française en Belgique, op. cit., p. 58.

11Cette évocation serait bien incomplète si nous n’insistions sur un aspect qui sous-tend tous les autres : l’amour de la langue, le plaisir des mots. Michèle Lenoble-Pinson préside les Championnats d’orthographe de la Communauté française et la demi-finale belge de la « Dictée des Amériques » (dont la finale se déroule au Québec avec lequel elle a tissé de nombreux liens). Certains accusent ces manifestations d’élitisme. Michèle Lenoble-Pinson balaie l’objection : « Une affaire d’élite, mais surtout une affaire de plaisir !3 ». Ce plaisir, voire cette ivresse que procurent les mots, elle les a pleinement éprouvés quand elle travaillait à sa thèse de doctorat. Nous avons parlé plus haut de traque et de chasse. Les locutions cynégétiques sont de mise avec Michèle Lenoble-Pinson : sa thèse, menée à l’UCL sous la direction d’André Goosse, soutenue en 1974, parue en 1977 dans les Publications des FUSL, s’intitule Le langage de la chasse. Gibiers et prédateurs. Étude du vocabulaire français de la chasse au xxe siècle. On y sent une vibrante passion pour l’immense domaine lexical de la chasse à tir, de la fauconnerie, de la vénerie surtout - cet art de la chasse à courre jadis décrit dans La grande meute par Paul Vialar, romancier que notre collègue s’empressa d’ailleurs d’aller interroger.

12Riche encore de nombreuses fiches lexicales inutilisées, Michèle Lenoble-Pinson rêve de pouvoir rédiger un jour un dictionnaire des termes de chasse. Après nous avoir mis en appétit avec Poil et plume (Duculot, 1989), savoureux recueil d’expressions imagées, elle nous doit de réaliser son beau projet.

13La Commission de néologie propose, l’Académie française dispose. Michèle Lenoble-Pinson regrette que les Quarante n’aient pas validé un néologisme dont elle avait pourtant plaidé la cause avec succès au sein de la Commission : « assertivité », pour signifier une affirmation de soi qui, loin de toute arrogance, s’exerce dans le respect d’autrui. Quitte à nous attirer les foudres des Immortels, risquons, ne fût-ce qu’une fois, ce néologisme illicite : au cours de sa longue et fructueuse carrière, Michèle Lenoble-Pinson a fait preuve d’assertivité, et elle continuera sans nul doute à le faire.

Notes

1 Mercier (Jacques), Les Maîtres de la langue française en Belgique, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 2003, p. 45-69.

2 Idem, p. 48.

3 Les Maîtres de la langue française en Belgique, op. cit., p. 58.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/23140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search