Version classiqueVersion mobile

Mondialisation : utopie, fatalité, alternatives ?

 | 
Anne-Marie Dillens

Soft Power américain et diversité culturelle

Josepha Laroche

Texte intégral

1Le politiste américain Joseph Nye l’a montré, de nos jours, les sources de la puissance ne reposent plus seulement sur le territoire, les matières premières, la force militaire – l’enlisement américain en Irak et en Afghanistan en témoigne – ou bien encore la population, ce que, en d’autres temps, les théoriciens réalistes avaient bien mis en relief. Il faut désormais compter avec le Soft Power américain. Celui-ci doit s’analyser comme une puissance d’ordre symbolique qui dépend davantage de ressources telles que l’attrait culturel et idéologique ou bien encore les règlements et les institutions de divers régimes internationaux. En l’exerçant, les États-Unis modifient de manière indirecte la position des autres acteurs, aussi bien étatiques que non-étatiques. Par exemple, cela leur permet de faire en sorte que – dans une sorte de mouvement mimétique – leurs interlocuteurs aspirent à leur ressembler. Autrement dit, le Soft Power s’apparente à ce que le sociologue Pierre Bourdieu a qualifié de « coup de force symbolique ». Quant à l’expression « diversité culturelle », qui se substitue désormais à celle d’« exception culturelle », elle indique une extension des enjeux dans le cadre du processus de mondialisation. Ainsi ne s’agit-il plus seulement de maintenir l’équilibre des échanges culturels avec les États-Unis mais – face à son hégémonie – de défendre les identités nationales, locales et religieuses au cœur d'un monde devenu globalisé. Dans ce combat, la France a joué et continue de jouer un rôle majeur.

I. La détention américaine du pouvoir structurel

  • 1 Nye (Joseph), Le leadership américain, quand les règles du jeu changent, trad., Nancy, 1992.

2Avec le contexte de la mondialisation et de la réaffirmation des identités, le Soft Power américain intervient comme violence symbolique en se retrouvant au centre d’un dispositif d'hégémonie. Aujourd’hui, les sources de la puissance des États-Unis relèvent également du Soft Power, c’est-à-dire de ce que Nye désigne dans son ouvrage Le leadership américain1, comme un pouvoir de cooptation, à savoir, la capacité pour les États-Unis de se montrer aptes à structurer une situation, de telle sorte que les autres pays fassent des choix ou définissent leurs intérêts en conformité avec les leurs. En l’occurrence, cela suppose une puissance capable de fixer l’agenda politique international et de se présenter comme une force d’attraction. Bref, cela implique que les États-Unis obtiennent de leurs partenaires qu’ils fassent ce qu’ils veulent les voir faire, sans pour autant les contraindre.

A. La maîtrise de l’agenda politique international

3Au contraire même, il s’agit de convaincre. Pour ce faire, il est bien sûr indispensable de maîtriser l’agenda politique afin de modeler, de formater, de façonner les préférences des autres intervenants engagés dans les différents domaines de l’action internationale. Cela signifie être en capacité de fixer les priorités et le cadre du débat, de dresser l’ordre du jour qui modèlera ensuite les préférences politiques exprimées par chacun. Autant dire que cela nous renvoie à la culture. Cette dernière ne se réduit pas seulement à l’ensemble des connaissances acquises ou bien au savoir savant, accumulé au plan individuel. En l’occurrence, il convient d’adopter une définition et une acception plus larges. Par culture, nous entendrons l’ensemble des traits distinctifs qui déterminent une société ou un groupe social. Ainsi, conceptuellement cadrée, la culture englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. Au plan collectif, elle représente également l’ensemble des structures sociales, religieuses, etc., et des comportements collectifs tels que les manifestations intellectuelles, artistiques, etc., qui caractérisent une société.

B. L’imposition d’un pouvoir normatif

  • 2 Accords sur les droits de propriété intellectuelle qui concernent le commerce négociés dans le cad (...)

4Mais cela renvoie aussi plus précisément à la capacité de fixer des normes internationales. Mentionnons par exemple les ADPIC2 par lesquels les États-Unis réussissent à mondialiser progressivement le droit de propriété américain, à fixer des choix, des orientations culturelles, un mode de vie et des pratiques en conformité avec les leurs. Bref, ils affirment de la sorte leur aptitude à légitimer leur pouvoir auprès des autres acteurs. Mais on observera qu’il s’agit là d’un pouvoir en douceur, d’un pouvoir de douceur, en rupture avec toute forme autoritaire, dure, manifeste, généralement liée à des ressources tangibles comme la force militaire ou la puissance économique (Irak, Afghanistan, ou plus loin de nous, Vietnam). En l’espèce, il nous importe surtout de souligner que ce Soft Power américain s’avère tout aussi important que les attributs de sa puissance traditionnelle. En l’occurrence, la mondialisation des biens culturels américains, permet aux États-Unis de cadrer indirectement les préférences de leurs partenaires, ce qui dans de nombreux cas leur évite de recourir à la coercition pour faire valoir leurs intérêts. Il y a là un gain politique qui n'est pas négligeable. Le Soft Power apparaît donc pour ce pays comme un système de ressources symboliques lui permettant d’assurer et de maintenir son hégémonie à moindre coût. Pour autant, il ne faut pas voir dans le Soft Power des États-Unis une simple politique d’influence. Il faut d'ailleurs, me semble-t-il, récuser ce terme « d’influence » qui n'est épistémologiquement pas opératoire : c’est bien davantage. En fait, nous sommes plutôt face à un pouvoir structurel d'attraction et de persuasion. Structurel, car il est également fondé sur des ressources économiques et fondamentalement lié au processus de mondialisation de l’économie de marché. Ce Soft Power constitue, une autre modalité d’exercice de la puissance. Finalement, que cette dernière repose tantôt sur le hard (Irak, Afghanistan) et tantôt sur le soft (Hollywood), il s’agit toujours de la même ressource qui permet aux États-Unis – suivant les structures d’opportunité – d’atteindre leurs objectifs, à savoir, infléchir en dernière instance la politique des autres acteurs. Cela signifie qu’à l’ère de la mondialisation – et notamment de la mondialisation de l’information – la politique étrangère des États-Unis ne peut plus et ne doit plus se réduire à ce qu'il est de coutume d’appeler « l'exceptionnalisme américain », sous peine de faire l’objet de nombreuses critiques, sous peine plus encore d'être stigmatisés et par conséquent de devoir s'acquitter d’un coût politique exorbitant.

II. Le rôle majeur de la France en faveur de la diversité culturelle

5Attaché à démontrer que la France reste le fer de lance des cultures « non-alignées » devant les logiques marchandes américaines, l’État français précise que l’exception demeure le moyen juridique d’atteindre la diversité. Simplement, cette nécessaire substitution terminologique du terme « diversité » à celui « d’exception » lui permet de sortir de son isolement et de rallier à sa cause 43 gouvernements ; notamment grâce à la création « d’un réseau international pour la politique culturelle » regroupant les ministres de la culture des pays parties prenantes de ce combat. Consacrant la victoire de la conception française en matière culturelle, la déclaration universelle sur la Diversité culturelle, adoptée dans le cadre de l’Unesco (2 novembre 2001), souligne la nécessité de renforcer le rôle des politiques publiques, en partenariat avec le secteur privé et la société civile. En l’espèce, nous sommes là en présence d’une compétition pour le pouvoir structurel que nous venons de présenter plus haut. L’enjeu stratégique tient à la détention des « structures de savoir » si bien conceptualisés par Susan Strange. Je rappellerai brièvement que pour le chef de file britannique de l’économie politique internationale, ces dernières sont tout à la fois économiques, politiques et culturelles. À ce titre, elles s’inscrivent donc à la croisée des structures de pouvoir. Susan Strange a montré que le pouvoir structurel était formé de quatre structures renvoyant à : 1° la production, 2° la finance, 3° la sécurité et 4° la connaissance, au savoir. Chacune d’elles définit un cadre dans lequel les acteurs vont ensuite intervenir et nouer des interactions ; chacune étant constituée d’accords, de normes internationales qui fixent – pour un temps donné – les conditions d’exercice du pouvoir en déterminant les valeurs qui deviendront prioritaires pour l’ensemble des intervenants et s’imposeront ensuite à eux. Pour Strange, l'autorité politique, qui domine au plan mondial, se situe dans ces quatre structures façonnant le monde. Naturellement, il s’agit de types idéaux au sens wébérien du terme car dans la réalité celles-ci apparaissent en constante intrication. Cependant, force est de constater que les États-Unis dominent ces quatre structures et que la France – ancienne grande puissance mondiale, nostalgique de sa grandeur passée – ne se satisfait pas d’être reléguée au rang de puissance moyenne. Manifestement, le deuil n’est toujours pas accompli. Ce faisant, elle demeure le chef de file d’une cause qui – à travers la notion de diversité culturelle – dispute aux États-Unis son hégémonie mondiale fondée en l’occurrence sur son Soft Power.

A. La suprématie des industries culturelles américaines en question

6Prenons l’exemple d’Hollywood qui demeure tout particulièrement emblématique de ce Soft Power contesté par un certain nombre d’États – notamment par la France, aussi bien l’État que les firmes et ses corporations professionnelles. Rappelons que la production cinématographique américaine est distribuée mondialement dans plus de 150 pays. En 2007, les parts de marché des grandes majors américaines s’élevaient en salle à plus de 63 % des recettes totales au Japon, plus de 73 % au Royaume-Uni, 68 % en Espagne et plus de 53 % en France. Ajoutons que les États-Unis exportent actuellement sept fois plus de programmes de TV que le Royaume-Uni et qu’ils sont les seuls à disposer d’un réseau mondial de films. Certes, les réalisations américaines ne représentent que 6 ou 7 % du total des productions cinématographiques tournées dans le monde. À cet égard, on sait à présent que l’Inde fait figure de premier producteur mondial en termes de volumes avec Bollywood. Mais elle n’exporte pas et produit à destination d'un marché quasiment et exclusivement interne. En revanche, il faut noter que les États-Unis occupent à eux-seuls 50 % du temps de projection mondial. En 1981, la part des États-Unis dans la transmission et le traitement des données à l’échelle du monde était déjà de 80 % et depuis, elle s’est maintenue et a même légèrement progressé.

7On constate donc que l'oligopole hollywoodien réussit à déterminer les conditions de production des autres cinématographies. C’est pourquoi, sous l’étendard de l'exception culturelle, la France a mis en place un système de soutien à la création cinématographique qui reste unique au monde. La politique française entend ainsi lui attribuer une valeur diplomatique qui joue aussi comme ressource symbolique auprès des autres pays. L’objectif étant de faire pièce au Soft Power américain.

B. L’emprise mondiale de la Silicon Valley

8Mais l'hégémonie des États-Unis en matière culturelle peut emprunter les voies d’un Soft Power bien plus subtile encore. Ainsi, en est-il aujourd'hui des industries de la recherche en ligne. En effet, ce secteur est dominé de manière écrasante par des entreprises détenant un siège social aux États-Unis. Elles sont largement concentrées en un même point. Silicon Valley, lieu où l’on innove le plus au monde en matière de haute technologie ; la Silicon Valley où Google a monté une consultation mondiale d'ouvrages en lignes.

  • 3 Strange (Susan), Suites and Markets, Pinter, Londres, 2e éd., 1994, p. 24-25.

9S’agissant de la politique de cette firme, elle est devenue glocal. C’est-à-dire qu’elle a su s’ajuster au cas par cas local, à tout type de contexte en adaptant ses services aux données identitaires, locales et fragmentées. Cependant, sa dynamique globalisante apparaît prépondérante et travaille à la mise en place de cadres, homogénéisant ensuite chaque fragment identitaire. On comprendra alors que le faible attachement de Google à un pays ne modifie en rien son rapport à la puissance américaine, bien au contraire. Comme cette entreprise dispose d’un leadership mondial dans le domaine de la recherche en ligne et qu’elle s’est fixé comme mission « d’organiser l’information mondiale », elle fait partie intégrante du Soft Power de la puissance américaine. Compte tenu de l’ampleur de la numérisation annoncée et de l’avance considérable dont cette entreprise dispose sur ses concurrents, on peut estimer que ce prestataire de service bénéficie pour le moment du monopole total de la diffusion d’ouvrages numérisés. Par ailleurs, à l’échelle mondiale, cette opération vient renforcer-ici et maintenant-la prédominance de l’anglais et de l’édition anglo-américaine dans les flux culturels. Or, les outils généraux du web et d'un moteur de recherche comme Google formatent les attentes du public et, comme l’avait souligné Susan Strange en son temps : « Le changement dans la structure du savoir provoque de nouvelles distributions du pouvoir, des statuts sociaux et de l’influence au sein des sociétés et par delà les frontières3. »

10Forte de cette analyse, la France a donc suscité le contre-projet européen à Google Book Search, au motif que l’utilisation exclusive d’une seule bibliothèque numérique pourrait induire des conséquences dommageables sur la pratique de la recherche scientifique et, plus gravement encore, sur l’ensemble de la production culturelle à venir. Mais pour l’heure, ce contre-projet européen ne peut prétendre rivaliser – au regard des faibles ressources dont il dispose – même si le diagnostic formulé au nom de la diversité culturelle apparaît pertinent. En effet, il faut bien prendre conscience qu'en changeant le mode d'accès au savoir, les hommes modifient leur mode de consommation des biens de connaissance et par là même, leurs représentations, leur regard sur le monde, et par voie de conséquence, les relations qu’ils nouent les uns avec les autres. En fait, ce que conteste la politique française, ne tient pas à la monopolisation d'accès à toute information, mais concerne plutôt la maîtrise technique de Google. Celle-ci risque d’avoir pour effet mécanique d’imposer sur le web, un accès quasi unique à une information de plus en plus culturellement formatée et standardisée. Soulignons que l’unanimité face au Soft Power américain masque des revendications qui dépassent largement le seul domaine culturel. A ce stade, la notion de diversité culturelle fédère davantage une résistance aux accords du commerce international négociés en la matière. Cependant, elle ne permet pas, pour l’heure, de formaliser un véritable régime international de la culture.

11Aujourd’hui, la notion de diversité culturelle est constamment invoquée aux noms de cultures qui seraient prétendument menacées. À ce titre, l’hégémonie américaine est régulièrement stigmatisée dans toutes les enceintes multilatérales, avec le plus souvent l’État français comme chef de file des pays contestataires. Dans cette logique, toutes les pratiques et politiques qui renvoient au Soft Power américain sont dénoncées comme constituant une violence symbolique infligée à toutes les cultures. C’est pourquoi le concept de diversité culturelle est constamment posé comme prérequis indispensable à toute survie matérielle de tout foyer linguistique et culturel.

12Face à une telle posture, la violence symbolique des autorités américaines reste totalement déniée par la puissance américaine. Cette politique de déni consiste à réduire entre autres la politique en faveur de la diversité culturelle à « un combat d’arrière-garde », à la déprécier, en tenant un discours de déni la travestissant en un protectionnisme déguisé qui serait simplement prisonnier d’un schéma national périmé, archaïque et rétrograde. Il s’agit ainsi pour les États-Unis de disqualifier la notion de diversité culturelle pour gagner politiquement la bataille symbolique engagée.

13L’objectif ultime da puissance américaine repose sur un Soft Power qui gagnerait en légitimité au plan mondial, de sorte qu’il soit purement et simplement naturalisé, c’est-à-dire, non perçu comme tel. La violence symbolique de leur Soft Power consiste donc à présenter la politique en faveur de la diversité culturelle, comme une croisade qui ne traduirait que l’incapacité de certains pays –notamment la France– à faire face aux coups de force du capitalisme culturel dont les majors américaines constituent le fer de lance.

14Pour l’heure, la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles défendue par la France, mais aussi par le Canada, a été adoptée dans le cadre de l’Unesco le 21 octobre 2005 et est entrée en vigueur le 18 mars 2007. Dans le même temps, le Soft Power américain joue toujours comme processus d’uniformisation des cultures et par conséquent de destruction et de disparition de certaines d’entre elles. Autant dire que l’affrontement symbolique continue plus que jamais et qu’il n’est pas prêt de cesser.

Notes

1 Nye (Joseph), Le leadership américain, quand les règles du jeu changent, trad., Nancy, 1992.

2 Accords sur les droits de propriété intellectuelle qui concernent le commerce négociés dans le cadre de l’OMC.

3 Strange (Susan), Suites and Markets, Pinter, Londres, 2e éd., 1994, p. 24-25.

Auteur

Professeur à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne (Centre de recherches politiques de la Sorbonne, CNRS), Institut d’études politiques de Paris, politologue

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search