Version classiqueVersion mobile

Mondialisation : utopie, fatalité, alternatives ?

 | 
Anne-Marie Dillens

Mondialisation : la montée des périls

Élie Cohen

Texte intégral

1J’ai intitulé cette conférence « Mondialisation : la montée des périls ». Pourquoi évoquer une montée des périls, alors que le sentiment commun est celui de l'irréversibilité du processus de mondialisation ?

2Cette irréversibilité est, à bien des égards, incontestable : il n’y a plus aujourd’hui de modèle alternatif à l’économie de marché qui s’est imposé au niveau planétaire. Les différents modèles alternatifs ont disparu, qu’il s’agisse du communisme ou du développement autocentré. Pendant près de soixante-dix ans le monde communiste a pu constituer une alternative de même que dans les pays du tiers-monde, les stratégies de développement autocentré ont aussi constitué une alternative. Depuis 1989, l’ère du monde fini a commencé. La planète semble complètement unifiée, gagnée par une logique d’échange marchand. Le monde que nous décrit Thomas Friedman, « un monde plat », un monde où les frontières ont disparu, où elles ont été arasées, un monde où circulent en temps réel des flux permanents d’informations, de biens et d’argent, ce monde-là semble bien être le nôtre. Il faut être singulièrement pessimiste pour imaginer qu’à nouveau des barrières s’élèvent, que des nations s’auto-protègent et que les échanges soient ralentis.

3Irréversibilité encore de la mondialisation parce que peu de gens contestent qu’en matière strictement économique, il est particulière ment efficace de se spécialiser, de se développer dans les domaines où l’on a des avantages comparatifs.

4Irréversibilité aussi parce que l’expérience nous a enseigné que la mondialisation était facteur de développement pour les uns et de désinflation pour les autres. L'expansion économique de la Chine, de l’Inde, et de nombre de pays émergents comme le relais de croissance non inflationniste trouvé par les pays développés plaident pour cette mondialisation, une mondialisation qui a été organisée au sein du GATT et qui est aujourd'hui régulée par l’OMC.

5Irréversibilité de la mondialisation enfin, parce que les problèmes nouveaux qui surgissent, comme le réchauffement climatique ou la sécurité sanitaire, créent une demande d’organisation mondiale, une demande de régulation globale.

6Pourtant l’hypothèse de réversibilité de la mondialisation ne peut plus être exclue. En fait la mondialisation telle que nous l’avons jusqu’ici vécue n’est plus soutenable, des crises récurrentes en mettent en cause la viabilité et la durabilité, des pays et des groupes sociaux en contestent l’équité, des accidents en montrent la vulnérabilité. La critique de la mondialisation est d’abord une critique par les faits.

7Les crises révèlent les déséquilibres d’une mondialisation bancale. Les dix dernières années ont été à la fois des années d’accélération de la mondialisation, de forte croissance, et de multiplication des crises financières. Crise asiatique, crise russe, faillite de LTCM, crise de la nouvelle économie, crise Enron et maintenant crise des subprimes.  A chacune de ces crises, on découvre que la mondialisation économique et la globalisation financière sont source de déséquilibre profond : la libéralisation des marchés et le maintien de régulations nationales créent un équilibre instable. La crise des subprimes  nous invite à réfléchir sur la finance globale : comment des défaillances de ménages américains qui ont emprunté en prenant des risques excessifs peuvent-elles avoir un impact sur la croissance en Europe ou sur l'état de la bourse chinoise ? Essayer de reconstituer ces mécanismes, c’est montrer la communication en temps réel entre les différents marchés, c’est dévoiler les ressorts de la contagion mondiale et c’est montrer la fragilité d’un système qui ne peut s’autoréguler. La crise actuelle a même contribué à faire renaître les peurs ancestrales puisque la gestion approximative de la faillite de Northern Rock a abouti aux scènes de panique d'épargnants faisant la queue dans la rue, attendant l’ouverture de la banque pour retirer leurs petites économies.

8Mais la crise financière n’est qu’un aspect des dérèglements actuels. La globalisation jusqu’ici pouvait être promue comme un jeu gagnant gagnant : d'un côté les pays développés bénéficiaient d'une désinflation importée grâce aux produits à bas coûts fabriqués et exportés par l’atelier chinois ; de l’autre, les pays sous-développés pouvaient amorcer un cycle vertueux de rattrapage et de développement grâce à des marchés ouverts et à des matières premières abondantes. La crise actuelle risque de déboucher sur un équilibre moins satisfaisant combinant inflation et stagnation économique.

9La mondialisation n’est pas seulement victime d’elle-même, elle est l’objet d’une montée des contestations qui se développe aussi bien dans les pays du Sud que dans les pays du Nord.

10Dans les pays du Sud, on voit de plus en plus de protestations organisées contre l’échange inégal et notamment contre les effets du cycle de l’Uruguay. En 1995, les accords de Marrakech ont été conclus sur la base d’un troc qui s’est révélé inégal. Les pays les moins avancés ont accepté la logique de la protection de la propriété intellectuelle qui limitait l’accès de leurs peuples aux médicaments (Inde ou Afrique du Sud pour la production de génériques), alors même que les pays développés n'acceptaient pas de démanteler leurs protections en matière agricole. La protection de quelques cotonniers américains a des effets désastreux sur des dizaines de millions d'agriculteurs africains qui cultivent du coton. Une régulation commerciale mondiale qui met à l’abri tout ce qui a trait aux spécialisations fortes des pays développés tout en protégeant par des subventions prédatrices des activités agricoles inefficaces crée nécessairement des oppositions.

11Mais la critique de la mondialisation n’est pas le seul fait des pays du Sud, une critique à bas bruit a émergé dans les pays du Nord, elle porte sur les inégalités de revenus qu’elle engendre. Les économistes ont longtemps expliqué que la mondialisation n’avait pas d’effet particulier sur la distribution des revenus, les inégalités observées s’expliquant davantage par les effets de la technologie. Mais l’explication tourne court car progrès technique et progrès des échanges interagissent et il est difficile de négliger le constat suivant : la croissance mondiale observée s’accompagne d’une stagnation complète des revenus salariaux en Allemagne au cours des dix dernières années et d’une sensible augmentation des inégalités salariales aux États-Unis (stagnation générale des salaires des catégories moyennes ouverture vers le haut de l’éventail salarial). La tentation est alors grande de dissocier une logique économique productrice de croissance et d’inégalités et une logique politique de redistribution défaillante. Mais dans une situation de concurrence fiscale on ne peut véritablement appliquer une fiscalité redistributive car on prend le risque de faire fuir la matière fiscale. L’un des résultats d’une mondialisation sans régulation globale et sans harmonisation fiscale est bien alors l'attrition de l’offre de biens publics et le creusement des inégalités.

12Le 11 septembre 2001 a saisi d’effroi la planète : une nouvelle menace terroriste faisait irruption, la géopolitique s’en trouvait transformée. L’impact économique du 11 septembre n’a pas tardé à se manifester. Dès le 14 septembre un article de Steve Roach dans le Financial Times  annonçait : « La mondialisation, c’est fini. » La planète est un monde fini, où les technologies ont facilité et abaissé le coût des échanges, où les obstacles administratifs ont été progressivement levés et où circulent sans arrêt, sans frottement, sans obstacles naturels ou politiques, des flux de biens, de services, d’argent et d’informations. Qu’est-ce que le 11 septembre, si ce n’est une contestation fondamentale de cette fluidité des échanges à travers le risque sécuritaire majeur ? Si l’on intègre le risque de rupture dans la chaîne logistique planétaire, l’idée même d’une mondialisation — c’est-à-dire d’une spécialisation et de localisation de chacune des activités à la surface de la planète sur de purs critères d’efficacité économique — ne tient plus. Si l’on intègre la contrainte sécuritaire, ce monde de pure circulation, ce monde d’échanges sans frottement, cet idéal de marché réalisé à travers la fluidité cesse d’exister. Les mesures sécuritaires extrêmes, un moment envisagées, ont été rapidement écartées et le monde a retrouvé ses bonnes ou mauvaises habitudes assez rapidement. Mais la mondialisation a subi un choc sévère et la question de la localisation des activités critiques a été reconsidérée.

13Les déséquilibres, les crises aiguës ou chroniques de la mondialisation, la contestation de ses effets inégalitaires n’auraient pas eu l'écho que l’on sait si une critique sociale articulée n’avait pas été produite par le mouvement altermondialiste. Cette critique est une mise en cause fondamentale de la mondialisation à fois dans ses dimensions économiques, culturelles, et politiques. Les sondages qui sont faits sur la mondialisation dans des pays aussi différents que la France ou les États-Unis témoignent du succès grandissant de cette critique radicale : l'hostilité à la mondialisation est remarquable. Pour ne prendre qu’un exemple, les derniers sondages qui ont été faits montrent que les Français estiment majoritairement que la mondialisation est mauvaise globalement, qu’elle a un impact négatif sur l’emploi, qu’elle a un impact négatif sur les activités localisées dans le pays, et même, qu’elle a un impact négatif sur la consommation. Pourtant, chaque ménage, lorsqu’il va faire ses courses pour Noël dans une grande surface, voit en pratique les bénéfices pour le consommateur de la mondialisation à travers l’accès à des produits peu coûteux. Même dans le domaine où les bénéfices de la mondialisation peuvent paraître incontestables, la contestation porte et la mondialisation est remise en cause. Aux États-Unis également, les sondages montrent qu'on associe la destruction d’emploi à la mondialisation, qu’on associe la perte d’activité à la mondialisation. Si le sentiment se développe dans les opinions publiques que la mondialisation a des effets négatifs sur l’emploi, l'activité et la distribution des revenus, on peut être légitimement inquiet sur la dynamique future de cette mondialisation. Ce mouvement a progressé au cours des dernières années.

14Critique idéologique, critique par les faits, la contestation avait, jusqu’à il y a peu, épargné les économistes. Mais au cours des trois dernières années, des interrogations formulées par Paul Samuelson, remettent en cause les fondements théoriques de l’échange international.

15La théorie économique standard établit que lorsque chaque pays se spécialise dans le domaine où il a des avantages comparatifs relatifs, il y a non seulement un gain pour chacun des pays qui se spécialise, mais aussi un gain de bien être général. Mais Samuelson, rappelle que cette théorie ne fonctionne que sous certaines conditions. Si un pays a des avantages absolus dans toutes les activités, c’est-à-dire les activités intenses ou peu intenses en travail, intenses ou peu intenses en capital, alors la règle générale ne vaut plus, ce qui veut dire qu’il existe des perdants absolus à l’échange. C’est une révolution copernicienne, la théorie du commerce international est à refonder. Peut-on valider cette thèse ?

16Observons la migration de certaines activités industrielles, des pays développés vers les pays émergents et essayons d’en tirer des enseignements. John Sutton montre, en partant d'une séquence sur les années 1973, 1983, 1993 et 2003, qu’au départ, les activités qui migrent des pays développés vers les pays émergents sont des activités à très fort contenu en travail peu qualifié, typiquement, le secteur textile. Puis, ce sont les activités intenses en travail qualifié qui ont migré : sur un triangle dont chaque angle représente des activités intenses en travail non qualifié, intenses en travail qualifié et intense en capital, on voit la tâche représentant la migration des activités progresser des activités intenses en travail non qualifié vers les activités intenses en travail qualifié. L’avantage compétitif que les pays développés pensent avoir en ayant des gens très bien formés est un avantage qui se dilue très rapidement, les pays émergents forment en effet massivement des travailleurs qualifiés et donc, les activités à fort contenu en travail qualifié sont gagnées aussi par ces transferts d’activité. Ce sont les activités à fort contenu en capital qui résistent le mieux. Mais comme il y a abondance de capital dans certains pays émergents, cette tendance est en train de s'inverser aussi. Ce sont les activités à fort contenu en capital et en travail qualifié, et dont les processus productifs ne sont pas facilement reproductibles, ou facilement transposables, c’est-à-dire des activités qui relèvent de systèmes techniques complexes, qui résisteront le mieux dans l’avenir. Ainsi, la logique de désindustrialisation accélérée de tous les pays développés et la montée concomitante de pays qui ont des avantages absolus ne paraît guère réversible.

17Cette théorie des avantages absolus a été contestée par un autre théoricien du commerce international, Jagdish Baghwati qui met en cause une vision fondée sur des catégories aussi grossières que les secteurs d’activités pour apprécier les dynamiques de spécialisation. Celles-ci doivent être pensées au niveau le plus fin des nomenclatures et des valeurs unitaires des exportations pour pouvoir reformuler la théorie des avantages comparatifs. En d'autres termes, il n’y a plus une seule activité qui peut être réservée exclusivement aux pays développés et, bien entendu il n’y a pas d'activité qui relèverait strictement des seuls pays émergents, c’est au sein de chaque activité, qu’il faut repérer les sous-secteurs où des spécialisations et des avantages comparatifs peuvent être identifiés. Si l’on observe le secteur des services informatiques (SSII) on constate certes qu’une grande partie de ces services est en train de migrer en Inde, mais on remarque aussi que les activités de progiciel, les logiciels sophistiqués, le conseil restent dans les pays développés. La dynamique économique générerait donc en permanence des spécialisations de plus en plus fines, et la théorie de l'avantage comparatif resterait fondée. Au total, la contestation du modèle canonique de l’économie ricardienne s’est développée. Depuis, d’autres économistes se sont enfoncés dans la brèche. Joseph Stiglitz, radicalise sa critique et Dani Rodrick, montre à longueur de colonnes, que « la globalisation est allée trop loin ».

18Cette longue évocation des facteurs et arguments qui rendent la mondialisation plus problématique n’ont qu'un objet : inviter à jeter un regard neuf sur une réalité qui a changé nos vies en vingt ans. Dans un premier temps, je vais traiter des caractéristiques de la mondialisation, en essayant de répondre à trois questions simples. Pourquoi le concept de mondialisation a-t-il pris le pas sur la notion plus classique d’internationalisation ? En quoi cette vague de mondialisation est-elle différente des précédentes ? Quels facteurs techniques, politiques, économiques l’ont rendue possible ?

19Dans un second temps, j’essaierais de montrer pourquoi la mondialisation régulée, qu’on pensait acquise il y a quelques années, est aujourd’hui remise en cause. La place m’étant comptée, j’insisterai sur les crises financières, pour montrer l’impact sur les économies réelles de cet ordre financier globalisé et virtualisé.

20Dans un troisième temps, je voudrais ouvrir quelques perspectives sur l'avenir de la mondialisation.

I. Première et seconde mondialisation

21Le concept de mondialisation n’a pas été forgé par les économistes.

22Les économistes ont certes enrichi progressivement les théories du commerce international, mais le terme de mondialisation est une invention de journaliste et d’expert en gestion. Le premier à avoir écrit un ouvrage sur la globalisation, sur « l’interlinked economy », est un consultant japonais de McKinsey, Kenishi Ohmae. Son argument est le suivant : nous croyons vivre dans un monde d’économies nationales régulées par des États nationaux alors que des acteurs économiques nouveaux sont apparus – les firmes multinationales ou transnationales, les organisations internationales – qui remettent en cause la logique de l’échange international. Les firmes transnationales en particulier ont su capter les évolutions technologiques et économiques qui leur ont permis de bâtir un nouveau modèle d’entreprise, en rupture tant avec celui de l’entreprise nationale, qu’avec celui de la firme multinationale classique. Ces firmes ont su mobiliser d’abord les ressources des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour s’organiser en un réseau planétaire coopératif. L'idée de localisation contrainte, d’ancrage sur un territoire et de présence en un même lieu des différents maillons d’une chaîne de valeur n’a plus cours. La disposition de technologies de l’information fiables, à coût faible et déclinant rend possible l’invention d’un processus de production, géographiquement éclaté et économiquement optimisé.

23Le deuxième atout mobilisé par les firmes transnationales est financier. A partir du moment où les marchés de capitaux deviennent mondiaux, où le financement des investissements dépend moins des banques et davantage des marchés financiers, l’ancrage territorial et la relation durable avec un banquier domestique perdent de l’importance. L’idée d’un capital national patient encadrant le développement d’entreprises ancrées nationalement n’a plus beaucoup de sens, les ressources financières nécessaires sont levées là où elles se trouvent.

24L’accélération du progrès technique dans les sciences du vivant, les technologies de l’information, les nouveaux matériaux et, au-delà, l’incorporation du progrès technique comme facteur productif direct dans une économie de la connaissance en pleine expansion produisent des effets d’accélération de la mondialisation. Quand l’innovation devient le ressort essentiel de la croissance, la course vers le marché devient capitale. En d’autres termes, le modèle de diffusion classique de l’innovation ne fonctionne plus. Rappelons ce que Raymond Vernon nous avait appris du cycle d'expansion de la multinationale : un nouveau produit naît dans une région économique disposant à la fois de capacités technologiques, d'un grand marché et de consommateurs sophistiqués (les États-Unis) il se diffuse par exportation dans un premier temps dans des pays riches mais moins développés et dans un deuxième temps vers les pays émergents. Avant que ne s’achève ce cycle d'exportations le relais est pris par un cycle d’exportations de capitaux permettant la substitution aux importations de productions locales. Ce modèle économique ne fonctionne plus dans un inonde de l’instantanéité, de la localisation libre des activités et de la profusion de capitaux. L’entreprise moderne segmente sa chaîne de valeur et localise librement les différentes activités sur la surface de la planète en fonction de critères d’efficacité économique. Ainsi se développe une concurrence entre les espaces de localisation pour attirer ces activités à localisation libre. Kenishi Ohmae conclut donc que la firme mondiale n'a plus de nationalité. Les politiques nationales qui entendent l’encadrer sont inefficaces et nuisibles puisqu'elles l’entravent et donc entament sa réactivité, son rythme de déploiement. Ohmae explique également que la firme mondiale ne peut pas être dominante dans tous les compartiments de son activité. L’entreprise la plus puissante la plus développée n’est pas capable de maîtriser simultanément son développement dans tous les segments de sa chaîne de valeur, elle est donc conduite à développer une stratégie coopérative, une stratégie de partenariats. Comme par ailleurs, la firme globale doit réduire au maximum le temps de passage entre le laboratoire et le marché, elle est obligée d’être simultanément présente sur les trois grandes zones économiques mondiales, en Amérique du nord, en Europe et en Asie. Coopération et concurrence, fragmentation et recombinaison en réseau, « triadisation » sont donc les maîtres mots caractérisant l’entreprise globale.

25La notion de globalisation a été rapidement reprise par l’Américain Robert Reich, un professeur proche du président Clinton qui a développé cette piste de réflexion : si l'entreprise a cette capacité de déploiement mondial et de segmentation de sa chaîne de valeur, que devient la relation de cette entreprise avec son pays ? Que veut-on dire lorsque nous évoquons « nos » entreprises ? « Who is us ? » (Nous, c’est qui ?) Longtemps, on a pu croire que ce qui était bon pour General Electric ou General Motors était bon pour les États-Unis. Si General Motors fabrique l'essentiel de ses composants hors des États-Unis et se contente de les assembler aux États-Unis, et si General Electric déploie l’ensemble de ses activités hors du territoire américain, que veut alors dire « favoriser les entreprises américaines » ? Quel bénéfice tirent les États-Unis en termes de création de richesses et d’emploi sur le sol américain de l’activité d’entreprises américaines par le capital mais qui délocalisent leurs activités et se contentent d’importer des produits fabriqués ailleurs ? Reich invite donc à opérer un renversement de perspectives et privilégier les activités qui sont localisées sur le territoire américain : Toyota quand il localise ses activités aux USA est plus utile au pays que General Motors quand il délocalise. La nouvelle division internationale des processus productifs prend sa pleine dynamique quand les pays émergents deviennent des ateliers de production de biens et de services propres ou délocalisés et quand les pays développés se tertiarisent et investissent dans la connaissance et la recherche.

26Pour Reich, du fait de la mondialisation, on assiste à une dualisation des emplois et des compétences, avec à une extrémité les travailleurs symboliques, ceux qui manient des concepts financiers, fiscaux ou scientifiques et qui forment l’élite des professionnels mondiaux de plus en plus recherchés et de mieux en mieux rémunérés au niveau mondial. A l'autre extrémité, ajoute l’auteur, on aura une multiplication des travailleurs non qualifiés qui vont être les préposés d’une économie de services domestiques. On assisterait donc à une dualisation du marché du travail, et à un creusement des inégalités salariales.

27La mondialisation ainsi définie va au-delà de l’acception traditionnelle de l’internationalisation des échanges et des flux de capitaux pour exprimer une réalité nouvelle d’intégration mondiale et d'apparition d'acteurs globaux. La mondialisation est un processus qui met en concurrence les territoires (ce qu’on appelle les facteurs fixes) pour attirer les facteurs mobiles (le capital, le travail fortement qualifié) et valoriser les facteurs visqueux (le travail non qualifié accroché à un territoire national). C’est une concurrence entre espaces économiques pour attirer les facteurs mobiles internationaux et valoriser les facteurs les moins mobiles. La mondialisation entendue en ce sens renvoie à une conception du monde comme espace sans frontières et à la planète comme un monde fini, pur univers d’échanges de produits d’information et de monnaie.

28La mondialisation réelle, telle que nous avons pu l’observer depuis vingt ans, obéit-elle à ce schéma ?

29On assiste bien dans la période 1985-1995 à une formidable accélération des échanges au niveau mondial. Les ordres de grandeur sont les suivants : les échanges internationaux croissent deux fois plus vite que la croissance du PIB. Ce qui confirme l’idée d'une intensification des échanges. Les flux directs d'investissement prennent rapidement le relais des exportations. Entre 1985 et 1997, les stocks de flux directs d’investissement ont été multipliés par six, ce qui donne une mesure de cette accélération de la mondialisation. Enfin, les flux financiers, notamment les investissements en portefeuille, ont été multipliés par 13. Ces chiffres ne suffisent pas, pour autant, à établir la réalité de la mondialisation telle que nous l’avons définie, on pourrait en effet plus simplement évoquer une accélération de l’internationalisation.

30L’internationalisation est fondée sur un échange développé entre nations à partir de spécialisations acquises au niveau national. Dans la mondialisation, le principe d'intégration réside dans la firme. C'est la firme qui organise les spécialisations, c’est elle qui organise son réseau de localisations en fonction de l’optimisation de sa chaîne de valeur. C’est pour répondre aux pressions de ses actionnaires qu'elle optimise la localisation des différents segments de sa chaîne de valeur. Une autre manière de dégager la spécificité de la vague actuelle de mondialisation est de la comparer aux phases plus anciennes.

31La première mondialisation a été décrite par les historiens. Elle s’organisait autour de villes-mondes. Fernand Braudel en a magistralement fait l'histoire. Les contraintes de place m’empêchent de développer ici les acquis de ses travaux.

32La seconde vague de mondialisation, qui s’est développée entre 1870 et 1914, et s’est arrêtée net avec la grande crise des années vingt-trente mérite d’être évoquée plus longuement. Cette mondialisation a été très avancée. Si l’on considère les données, on relève que l'intensité des échanges était déjà très élevée : il a fallu attendre 1970 pour retrouver un ratio échanges sur PIB entre la France et l’Angleterre équivalent à celui de la fin du xix e siècle, c’est dire la profondeur et la longueur de la phase de glaciation économique que l’on a connue entre 1929 et les années soixante-dix. Il y a eu également au tournant du xix e  et du xx e siècle un fort développement des investissements internationaux, il était alors fréquent que des épargnants français détiennent dans leurs portefeuilles des titres de l’empire ottoman, des chemins de fer russes, ou du canal de Panama. Les fameux emprunts russes ont marqué des générations d’épargnants. De plus, on connaissait déjà des zones monétaires intégrées, on vivait sous l’étalon or et certains pays avaient formé des unions monétaires régionales. Outre cette libre circulation des biens et des capitaux, commune aux deux mondialisations, la caractéristique majeure de cette mondialisation-là réside dans la libre circulation des personnes. La période 1870-1929 a été celle des grandes migrations internationales. Nous sommes aujourd’hui dans une logique de protection : les biens et les capitaux circulent librement, pas les hommes. Il ne faut pas aller chercher plus loin l’origine des délocalisations, et des externalisations vers les pays émergents de pans entiers des activités productives réalisées anciennement sur le sol européen ou américain.

33Un monde plus ouvert, des économies de plus en plus interdépendantes, des firmes désintégrées physiquement et intégrées par des réseaux de communication requièrent des règles, des normes permettant de diminuer les risques de la libre circulation des biens, des capitaux et des informations. La régulation est au cœur de la mondialisation actuelle.

34Celle-ci est organisée et policée. La transformation du GATT en OMC et la création au sein de celle-ci d’une instance arbitrale, l’Organe de règlement des différends (ORD) a joué un rôle décisif. L’ORD en effet donne aux différentes parties la possibilité de faire valoir leurs revendications devant une instance arbitrale. Celle-ci fonctionne comme une instance d’ordre juridictionnel, elle contribue à une production jurisprudentielle qui rend plus prévisible l’issue des contentieux commerciaux, elle prévoit en son sein des modalités d’appel, elle motive ses décisions.

35Avec les différentes instances de régulation qu’elles soient issues de l’ONU, de Bretton Woods ou de groupements régionaux du type Union européenne, on pouvait croire au milieu des années quatre-vingt-dix que cette mondialisation allait favoriser l’avènement d’un monde pacifié et régulé où la norme de droit et l’arbitrage prendraient le pas sur la logique de puissance. Francis Fukuyama a d’ailleurs évoqué la fin de l’histoire avec la généralisation de l’idéal de démocratie et d’économie de marché sur la surface de la planète. Avec la disparition des alternatives au capitalisme, l’avènement d’un nouvel ordre juridique mondial, le développement des instances d’arbitrage, la conversion de tous les peuples aux valeurs de la démocratie représentative et de l’économie de marché, on pouvait penser qu’on avait atteint un nouvel équilibre durable. Mais à peine l’encre de ces livres annonçant la fin de l’histoire était-elle en train de sécher, que les nouvelles contestations émergeaient.

II. La mondialisation et ses adversaires

36Pourquoi cette mondialisation que nombre d’auteurs lestaient d’un poids historique a été si rapidement remise en cause ? Nombre d'arguments ont été évoqués plus haut, ici c’est une perspective chronologique qui sera retenue. C’est à Seattle que s’est jouée la première scène de la contestation générale de la mondialisation.

37A Seattle, au moment où les délégations du monde entier convergent pour rédiger la feuille de route du nouveau cycle de négociations de l’OMC on assiste à la convergence de trois formes de contestation. D’un côté les cols bleus américains, leurs syndicats, manifestent contre la logique d'une mondialisation qui a pour effet la destruction accélérée des emplois industriels aux États-Unis. L’ouverture économique produit un double effet, la désindustrialisation, mais aussi la disparition d'emplois bien payés, stables et avec une bonne couverture sociale. L’attrition du cœur manufacturier américain a des effets en termes de spécialisation qui peuvent être positifs mais elle contribue à une mise en cause du statut de la classe moyenne industrielle salariée américaine. Dans un ouvrage paru à la même époque intitulé The Age of Disminished Expectations , Paul Krugman explique que si des générations entières d’Américains ont connu une mobilité ascendante, de leur vivant, par le travail la perspective n’est plus la même pour leurs enfants. La révision à la baisse des aspirations à la mobilité sociale ascendante par le travail industriel suscite des réactions de repli, voire des demandes de protection. Pour les cols-bleus américains, il n’est pas légitime que des pays qui ont d’autres standards sociaux ou environnementaux puissent commercer librement avec les USA. Quand l’écart entre l’heure chargée du travailleur chinois et celle du travailleur allemand est de un à vingt-cinq, quand les différences de réglementation environnementale aboutissent en une intensité énergétique par point de PIB deux fois supérieure en Chine à ce qu'elle est en Europe, alors l’échange libre produit nécessairement le dumping social et environnemental. Le président Clinton a tenté de donner une traduction politique à cette demande de protection, puisqu’il a proposé d'introduire des éléments de conditionnalité environnementale et sociale dans les échanges à Seattle.

38Aux côtés des cols-bleus américains une coalition hétéroclite de groupes s’était formée : la défense de la culture inca, des tortues de mer, du féminisme, de l’agriculture vivrière les unissait. Tous ceux qui voyaient dans la mondialisation le vecteur d’une homogénéisation culturelle et sociologique et qui entendaient plaider pour la préservation de la diversité culturelle sociétale et environnementale se retrouvaient côte à côte dans les rues de Seattle. Ces combats, pour l’exception culturelle, ou pour la protection de la biodiversité ont fini par trouver des échos dans la communauté internationale. Ainsi une série de « single issue groups  » qui entendaient défendre une spécificité locale, territoriale, culturelle, ou identitaire avaient convergé à Seattle.

39Enfin des mouvements radicaux anticapitalistes ont vu dans le combat contre la mondialisation le combat de toujours : celui qui a un moment s’était incarné dans la critique communiste et qui là s’investissait dans la critique altermondialiste. Ce courant dénonçait pêle-mêle les multinationales, l’OMC, le FMI l’égoïsme des pays riches, c’est-à-dire ceux qui tiraient parti de la mondialisation comme ceux qui voulaient en réguler la dynamique. Lori Wallach, figure de proue de cette tendance, critiquait très fortement l’OMC, le FMI, la Banque mondiale ou le G8, au motif que ces organes ne représentaient pas véritablement un pouvoir arbitral, mais étaient plutôt l’expression de la domination occidentale, le moyen d'imposer des pratiques et des évolutions contraires aux intérêts des pays en voie de développement. Le mouvement altermondialiste avait pris son envol après la crise asiatique de 1997 qui avait conduit à une remise en cause des prescriptions du consensus de Washington portées par le FMI. Les programmes d’ajustement structurel préconisés alors par le FMI rassemblaient des prescriptions qui faisaient alors consensus à Washington, siège du Trésor américain mais aussi du FMI et de la Banque mondiale, ils visaient à fonder une croissance durable sur la base d'un projet libéral. Les politiques alors prônées comportaient invariablement les ingrédients suivants : lutte contre l’inflation, retrait de l’État, libéralisation des échanges, privatisations, déréglementations, faible taxation, protection des investissements étrangers, etc. Cette transposition brutale d'un modèle imposé de l’extérieur et qui aboutissait souvent à réduire les dépenses sociales et d'éducation tout en garantissant le paiement de la dette extérieure a fini par devenir impopulaire et par coaliser des intérêts très différents.

40Cette triple opposition à la mondialisation a suscité notamment après le 11 septembre 2001 une double réponse : réforme de la gouvernance économique mondiale et prise en compte des demandes de la société civile mondiale en matière de lutte contre la pauvreté et s’accès aux biens publics mondiaux. L’agenda des négociations commerciales du cycle du millénaire a été revu l'objectif n’était plus de réaliser rapidement une nouvelle ouverture commerciale mais de favoriser le développement : le cycle de Doha état ainsi lancé. La conséquence pratique en était que le désarmement douanier réciproque pouvait parfois céder la place à des mesures d'ouverture asymétrique des marchés pour favoriser le développement des pays émergents. Par ailleurs, une réforme des organes de régulation internationale était lancée, l’objectif étant de faire une plus grande place aux pays émergents. Cela eut pour effet de remettre en cause, au sein du FMI, les mécanismes de décision et de pondération des votes.

41Mais face à un OMC toute-puissante car porteuse des intérêts de la libéralisation commerciale, il fallait aussi élever des contre-pouvoirs si l’on voulait respecter l’aspiration écologiste, sociale et culturelle. En effet, dans tous les grands conflits commerciaux il y a certes une dimension commerciale mais elle n’est jamais exclusive. Une mondialisation portée par la seule logique de l’échange sacrifie les préférences collectives spécifiques au profit d’un universel marchand. Il n’est pas évident que la valeur que tous les pays poursuivent soit l’optimisation du flux des échanges, certains peuvent vouloir préserver une identité culturelle. D’autres peuvent être acquis au libre échange, mais souhaitent en même temps des législations environnementales considérées par d’autres comme surprotectrices. Dans une pure logique d’échanges, une législation environnementale très contraignante est considérée comme un dispositif protectionniste. Ces ambitions n’ont guère trouvé de matérialisation jusqu'ici. Certes, l’Unesco a adopté une déclaration sur l’exception culturelle. Certes, les conventions internationales sur la biodiversité, le climat... se sont succédées. Mais nulle institution de puissance comparable à celle de l’OMC ne vient contester ses choix. Quant au cycle de Doha, de crise en crise, il a fini par susciter l'indifférence. Les négociations actuelles sont limitées à trois sujets. Comment limiter ou encadrer les subventions pour les produits agricoles, pour que des pays développés n’octroient pas des avantages disproportionnés pour certaines cultures, comme le coton, déjà évoqué ? Comment élargir l’accès aux pays développés des produits agricoles des pays gros producteurs du groupe de Cairns ? Dans quelle mesure, les pays émergents vont-ils accepter la libéralisation des échanges industriels et de services ? L’accord impossible montre d’une part qu'il ne suffit pas de renoncer aux sujets de Singapour (harmonisation des conditions de concurrence, obstacles institutionnels aux échanges, etc.), de réduire les ambitions en matière de développement pour réussir une négociation commerciale, il n’y a plus une grande appétence pour le développement de la libéralisation commerciale.

42La contestation de la mondialisation se nourrit aussi de la défiance à l’égard des instruments de régulation qui devaient favoriser l'intégration de la planète économique et qui ont failli. Aujourd’hui, c’est la régulation financière qui est sur la sellette. Que peut-on tirer comme enseignement des différentes crises financières qui se développent tous les deux ans depuis dix ans ? Une idée simple émerge : l’innovation financière, qui est le moteur du développement financier, a comme logique essentielle de contourner les régulations financières internationales et nationales. Un produit financier innovant est un produit qui permet de couvrir un nouveau besoin ou un besoin ancien à meilleur prix. Le financement des start ups, ou de la transmission d’entreprises ou des ménages à travers la monétisation d’actifs immobiliers constituent chaque fois un progrès. Mais l’innovation financière recule chaque fois davantage les limites qui bornent sa croissance. C’est souvent une faille dans la régulation exploitée par un financier qui permet d’inventer un produit financier attractif. Pourquoi a-t-on aujourd’hui une industrie financière des hedge funds , des private equity , des limited partnerships  qui se développe ? Parce qu'on a régulé les banques et les compagnies d’assurances, parce qu’on a obligé les entreprises cotées à rendre publique une information financière et comptable détaillée. Illustrons cette thèse de l’innovation financière comme arbitrage réglementaire.

43LTCM est un hedge fund  américain qui a fait faillite en 1998. On a découvert à cette occasion qu’avec un capital de 5 milliards de dollars, LTCM avait pris une série d’engagements financiers d’un montant de 1200 milliards de dollars. LTCM était un hedge fund  macro qui arbitrait entre produits obligataires de différentes maturités, en tirant parti d'anomalies de marché. Comment avait-il fait ? En misant beaucoup pour gagner peu sur chaque opération, LTCM mobilisait des techniques mathématiques sophistiquées (l’un des fondateurs a été prix Nobel d’économie) et des techniques financières de levier d’endettement. Pour se couvrir LTCM intervenait tant sur les marchés de taux que sur les différents marchés de devises. Une erreur sur la direction d’une anticipation a conduit le fonds à faire virtuellement faillite. Le risque de voir cette défaillance contaminer l’ensemble de la place de New York a conduit la Fed  a organiser le sauvetage de LTCM.

44Cela montre que le système capitaliste occidental fonctionne mais, en même temps, on voit émerger un problème majeur. Deux anomalies avaient échappé au regard du régulateur. D'une part, l’activité d'arbitrage peut se muer en pure spéculation et déséquilibrer gravement des marchés obligataires. D’autre part, les crédits accordés par les banques aux hedge funds  ne sont pas classés comme crédits à très haut risque et ne sont pas couverts par des capitaux adéquats. Ainsi, on a d'un côté des États, des organisations financières internationales qui mettent en place des régulations. Ces régulations sont contournées par des acteurs financiers innovants qui développent ces produits et font des profits considérables. Mais l’importance de leur activité fait que leur faillite éventuelle peut avoir des effets systémiques qui ne sont pas tolérables pour les autorités de régulation financière. En venant à leur secours, les banques centrales incitent les institutions financières indélicates à poursuivre leurs stratégies risquées. L’affaire LTCM de ce point de vue annonce la crise actuelle des subprimes. 

45Comment permettre l’accès à la propriété de ménages pauvres en profitant de la baisse continue des taux et de l’existence d’un marché hypothécaire dynamique ? La solution fut trouvée avec les subprimes  des crédits risqués proposés à des ménages peu solvables.

46La hausse continue de l’immobilier américain depuis dix ans a permis à des ménages à faibles revenus de s’endetter à plus de 100 % de la valeur du bien acquis, en bénéficiant de taux variables révisables. En cas de défaillance, l’organisme prêteur récupérait le bien le revendait à bon prix puisque les prix de l’immobilier ne cessaient de grimper. La mécanique était tellement vertueuse, que pour les ménages propriétaires de leurs biens et capables d'honorer leurs dettes, il était possible de s’endetter une deuxième fois sur l’appréciation de la valeur du bien immobilier. Il s’est ainsi créé une bulle de l'immobilier, qui a nourri une bulle de l’endettement des ménages, qui a nourri une bulle de consommation. Lorsque le marché de l’immobilier commence à se tendre, les institutions de crédit qui veulent maintenir, à tout prix, leur flux d’activité prennent de plus en plus de risques, en prêtant à des sujets de moins en moins solvables, en utilisant des méthodes commerciales de plus en plus agressives (emprunts à des taux quasiment nuis pendant les deux premières années et au bout de deux ans, révision des taux). Lorsque le retournement du marché survient, ce sont précisément ces crédits qui font défaut les premiers. Facteur aggravant, ces crédits immobiliers n’ont pas été conservés par les banques émettrices, ils ont été en fait titrisés, c’est-à-dire transformés en produits financiers adossés à ces crédits. Ces produits titrisés ayant été revendus à des investisseurs, ils se sont diffusés dans l'ensemble du système financier américain, mais aussi belge, français, suisse ou allemand. On a découvert par exemple que les banques allemandes régionales portaient ces titres dans leurs bilans. Lorsque le marché se retourne et que ces titres adossés à des crédits ne trouvent plus preneurs parce qu’ils sont considérés comme trop risqués, alors ceux qui avaient fabriqué ces produits financiers se tournent vers les banques pour demander des financements pour faire face à leurs obligations. Les banques inquiètes ne veulent plus se prêter entre elles, et c’est alors la crise qui s’installe. Après le 9 août, la crise s’est diffusée sur l’ensemble des marchés du crédit et de proche en proche sur tous les marchés financiers.

47Cette séquence illustre le dilemme du régulateur : ou bien il fait en sorte que ceux qui ont pris de mauvais risques soient sanctionnés et il prend le risque de la crise systémique, ou il soutient systématiquement les banques défaillantes et il incite à des comportements risqués. Ma conclusion à ce stade est que nous avons une course permanente entre l’innovation et la régulation, le glaive et le bouclier. L’innovation a toujours un temps d'avance, ce qui accroît en permanence le risque. Jusqu’ici les crises financières se sont multipliées, mais ont été correctement traitées. Toutefois, le mode de résolution de chaque crise crée les conditions de la crise suivante. Actuellement, on inonde de liquidité les différents acteurs financiers et ils pourront avoir de nouveau des comportements risqués et fabriquer de nouvelles bulles d’actifs.

III. Les futurs de la mondialisation

48Quelles perspectives peut-on envisager pour la mondialisation. La mondialisation est-elle irréversible, est-elle en péril ?

49La mondialisation a été voulue par les pays développés, elle a été organisée dans le cadre de l’OMC, du FMI, du G7... Elle a été rendue possible par l’innovation technologique, elle a permis le décollage de la Chine et de l'Inde. Mais elle est aujourd’hui rejetée par des opinions publiques occidentales qui y voient la source des délocalisations, de la désindustrialisation et maintenant de l’inflation. Peut-on garder le meilleur des deux mondes : la croissance mondiale et la prospérité des peuples ?

50Au cours des dernières années, sur fond de crises et de critiques de la mondialisation, on a assisté au développement de comportements protectionnistes. Qu'elles relèvent du patriotisme économique, de mesures provisoires de protection de tel ou tel secteur ou de promotion d’industries dites stratégiques, ces politiques de protection font école. De ce retour d’une nationale économie, on peut donner trois exemples récents.

51La constitution en Russie d’un corporate State , c’est à dire d’un État-entreprise gazier, est une inversion complète du cours de libéralisation sur les marchés énergétiques. La renationalisation de fait, l’éviction des partenaires étrangers, l’intégration des appareils politiques et pétroliers concourent à ce nouvel ordre énergétique. La Chine a aussi une stratégie agressive dans ce domaine, elle cherche à acquérir des firmes ou des gisements pour en conserver le bénéfice exclusif. À partir du moment où la logique des nations s’impose en matière pétro-gazière, elle est appelé à être contagieuse, du secteur pétrolier au secteur énergétique, du secteur énergétique vers le secteur des matières premières. Avec le néo-bolivarisme de Monsieur Chavez on a une illustration supplémentaire de la tentation nationale. Comme de surcroît 85 % des réserves pétrolières mondiales sont contrôlées par des États ou pire encore par des firmes États, la libéralisation énergétique ne peut que subir un coup d’arrêt. Le débat européen sur la libéralisation de l’énergie en fournit un test. Les commissaires européeens Kroes et Piebalgs se battent pour imposer la logique de libéralisation du marché énergétique, leur outil privilégié est la désintégration verticale des groupes énergétiques européens (« onwnership unbundling »). L’opposition des pays membres ira croissante : que se passe-t-il si l’ownership unbundling  est adopté, si la libéralisation et la privatisation se généralisent et que des acteurs économiques étatiques étrangers aux poches profondes s'intéressent à nos entreprises et les rachètent ? Gazprom est candidat demain à acheter tous les réseaux de distribution gaziers européens. La logique ultime de la libéralisation et de la privatisation en Europe n’aboutit-elle pas à des nationalisations par des puissances souveraines sur lesquelles on n’a guère de contrôle ?

52Et de fait, la contagion des pratiques protectionnistes gagne très fortement. La place manque pour faire la liste très hétéroclite de 12 ou 13 pays qui développent en ce moment des stratégies de protection dans les secteurs énergétiques, technologiques, stratégiques, mais la tendance est claire. Le souverainisme bancaire ou énergétique italien rivalise avec le souci canadien de protection des entreprises ministères, cependant que les Français promeuvent une conception extensive de la protection de secteurs stratégiques et que les Américains au nom de l’impératif de sécurité veulent empêcher les Arabes ou les Chinois d’acquérir des actifs sur leur sol.

53Souverainisme énergétique, patriotisme économique, indifférence bénigne pour les ratés de Doha, autant d’éléments qui indiquent une pause dans la mondialisation. On assiste en revanche au développement d’accords bi-latéraux ou régionaux. Des accords commerciaux sont signés par les États-Unis avec la Corée du Sud ou le Maroc. Le commissaire européen Peter Mandelson évoque à son tour une politique d’ouverture fondée sur le bilatéralisme commercial.

54La remise en cause du modèle du multilatéralisme commercial s’accompagne aussi, à la faveur des crises financières, d’une remise en cause de la libéralisation financière. Des pays comme la Chine, la Russie ou les pays arabes disposent d’excédents financiers considérables. Jusqu’à présent, ils les plaçaient sagement en bons du trésor américain et acceptaient la dévalorisation continue de leurs placements du fait de l’érosion du dollar. Depuis quelque temps ils ont décidé de placer leur argent de façon plus rentable, ils ont commencé par vouloir racheter des entreprises dans divers secteurs d’activité, puis ils ont apporté des fonds à des banques en difficulté et à présent ils investissement même dans des fonds de private equity.  Les sovereign wealth funds  arabes, chinois ou russes font peur. En Allemagne l’idée est née qu’il fallait protéger les entreprises allemandes contre les fonds souverains et aussi les fonds activistes, c’est à dire les entreprises de capital-investissement que sont les fonds de private equity  et les hedge funds.  Ainsi les idées de libéralisation financière et d'intégration des marchés financiers, d’existence d’un marché de capitaux libre, notamment pour le contrôle des entreprises, sont remises en cause.

55La deuxième source d'affaiblissement de la mondialisation tient à la progressive perte de vocation des institutions multilatérales tels le FMI, la Banque mondiale ou l’OMC. Lorsque des pays émergents s’enrichissent, accumulent des liquidités colossales et que les pays les moins avancés disposent de matières premières un court-circuit s’opère, la Chine et l’Afrique nouent des partenariats directs. La perte de légitimité du FMI lorsque celle-ci imposait des plans d’ajustement structurel en échange de ses aides, la perte de crédibilité de la Banque mondiale lorsqu’elle introduisait des conditions politiques ont miné les institutions de Bretton Woods et affaibli la portée de leur action. Lorsque la Chine ou le Venezuela se proposent d’aider sans condition les pays en difficulté, la part de marché du FMI et de la Banque mondiale dans l’aide au développement ou la restructuration ne peuvent que baisser. Il y a une espèce de panne de vocation de ces deux institutions. À quoi servent aujourd'hui FMI et Banque mondiale quand la Chine devient un investisseur direct en Afrique, plus important que la Banque mondiale et moins regardant comme au Darfour aux atteintes aux droits de l’homme. Des organisations financières internationales incapables de prévenir les crises par la régulation financière, moins nécessaires pour aider les pays émergents à se développer, et fonctionnent selon une logique et un partage de pouvoir fixé après la seconde guerre mondiale, on comprend que la crise de vocation soit majeure.

56Dernière source de difficultés, la montée des protestations dans les opinions publiques occidentales sur les effets de la mondialisation en termes d’inégalités salariales est en train de miner les coalitions politiques libre-échangistes qui jusqu’ici avaient favorisé l’expansion de la mondialisation.

57Tout laisse à penser que le point haut de la mondialisation est derrière nous, nous avons passé un stade et nous entrons dans un nouveau monde, marqué par une realpolitik économique. Dans ce monde, les États et les logiques nationales sont de retour, les évolutions sont le produit du rapport de force politique. « Rien de nouveau » oserait-on dire tant nous sommes marqués par les logiques de puissance et par le concert des nations. Certes, mais un moment on a pu croire que le monde se donnait des règles, des arbitres, des processus normés de règlement des conflits. Le multilatéralisme et la jurisprudence semblaient gagner en importance. On a même pu penser que le modèle de l’OMC et de l'ORD allaient faire école avec la naissance d'autres organisations internationales prenant en charge l'environnement, la lutte contre la pauvreté, la préservation de la diversité culturelle. Certains voyaient même poindre une gouvernance mondiale instituée, qui allait pouvoir permettre de faire des arbitrages entre OMC, OMS, OME, etc. Ce n’est pas la logique qui se développe aujourd'hui. Certes, les bénéfices liés à la mondialisation n’ont pas disparu, notamment pour les pays émergents. Certes, la croissance mondiale offre des opportunités pour les pays de vieille industrialisation. Mais un palier a sans doute été atteint. Un nouveau monde est en train de naître sous nos yeux. Ce monde n’est pas soutenable : la croissance actuelle ne peut être prolongée. Une planète de 9 milliards d’hommes ne peut avoir le mode de vie et le niveau de vie américains : les ressources de la planète ne peuvent y suffire. L’Union européenne va devoir prendre en compte ces évolutions, faute de quoi sa propre pertinence serait remise en cause par les opinions publiques nationales.

58La conjonction de la crise des subprimes  et de l’exacerbation des déséquilibres globaux de change et de balance des paiements est en train de changer la donne. Longtemps la mondialisation était discutée dans ses effets inégalitaires, homogénéisateurs mais pas dans ses effets économiques, à savoir la croissance pour les émergents, la désinflation pour les pays développés. Depuis quelques mois la conjonction de la hausse des matières premières énergétiques, alimentaires et minières, d’une part, et l’appréciation de l'euro contre toutes les monnaies, de l'autre, contribue à produire une situation économique faite de stagnation, d’inflation et d’appauvrissement relatif des pays importateurs de matières premières. Dans un tel contexte la mondialisation voit ses soutiens, déjà maigres, s’affaiblir. Le paradoxe est que les altermondialistes ont combattu un double ennemi les multinationales et les organismes de régulation alors que de nouvelles puissances étaient en formation : les pays émergents, les États-entreprises énergétiques, les détenteurs de ressources naturelles. Le monde qui est en train de naître n’est pas la copie du concert des nations passé, l’OMC ne va pas disparaître ensevelie sous un amas de traités bilatéraux de libre-échange mais la mondialisation multilatérale, régulée entrevue dans les années quatre-vingt-dix s’éloigne à l’horizon.

59Nota :

60On trouvera les références aux auteurs et ouvrages cités dans trois livres sur la mondialisation parus chez Fayard :

  • La tentation hexagonale  (1996) ;
  • L’économique mondial  (2000) ;
  • Le nouvel âge du capitalisme  (2005).

Auteur

Économiste, directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po, et membre du Conseil d'analyse économique

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search