Version classiqueVersion mobile

Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture

 | 
Isabelle Ost

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Illimité est l’agencement machinique, processus d’écriture littéraire pour Beckett, philosophique pour Deleuze. Comme à l’infini, les corpuscules textuels et conceptuels s’alignent les uns derrière les autres, s’engendrent d’eux-mêmes, comme automatiquement, avec des variations minimes. Or ne devrait-il pas en aller de même d’une recherche entreprise avec Beckett et avec Deleuze ; peut-être ne faudrait-il pas donner de conclusion à celle-ci et laisser entendre que l’on pourrait continuer à écrire ? Ou, qui plus est, recommencer : reprendre le point de départ pour répéter ses paradoxes, parcourir encore – mais différemment – l’enfilade des chapitres, lancée sur le tracé des lignes de fuite par le mouvement illimité du vide-pénombre ? Mais tout livre, même beckettien, se doit d’avoir une fin malgré tout – fût-elle un « encore ». Donnons lui donc une fin qui reprenne le commencement, et retrace le trajet parcouru.

Trajet initié par un élément crucial dans l’économie littéraire et philos...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search