Version classiqueVersion mobile

Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture

 | 
Isabelle Ost

Chapitre V. La pénombre. Espacer le temps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

« Pénombre obscure source pas su » : en cinq mots, le minimum requis est dit – en dire plus serait en dire trop. Avec le vide, la pénombre constitue le lieu originel de l’équation de Worstward Ho, indispensable à la présence des ombres : « Un lieu. Où nul. Pour le corps. Où être. » Pénombre et vide désignent donc avant tout un espace où le corps doit pouvoir se tenir – voire se déplacer. Quant à son étendue, le texte demeure également dans l’indécision, entre large ou exigu, limité ou illimité – joignant ici encore deux contraires en une « vastitude étroite1 ». Lieu dans lequel on ne peut entrer, et d’où on ne peut sortir : on s’y trouve depuis toujours, puisqu’il n’y en a aucun autre – « nul lieu que l’unique », « sans en-deçà sans de-ci de-là là2 ». C’est pourquoi ce lieu unique ne peut disparaître en aucun cas. En effet, la disparition de la pénombre entraînerait la disparition de toute chose, or le texte pose là un interdit : la pénombre s’avère indispensable pour qu...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search