Version classiqueVersion mobile

Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture

 | 
Isabelle Ost

Chapitre IV. Le trois – le crâne. « Minorer » l’œil et le mot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

« Tête inclinée sur mains atrophiées. Occiput au zénith. Yeux clos. Siège de tout. Germe de tout » : voici la première apparition de ce que Beckett inscrit dans le vide-pénombre sous le chiffre trois – une tête isolée posée sur des mains, image familière d’« épuisé », qui abolit le visage. Un élément essentiel : les « yeux clos », dits aussi, paradoxalement, « yeux clos écarquillés » ; et une précision capitale : « siège de tout. Germe de tout ». « Tout », c’est-à-dire les deux premières ombres, mais encore le vide et la pénombre, et surtout, la tête elle-même – tout cela réuni dans le même « siège ». Sans la tête, donc, pas de trois, et sans le trois, pas de un ni de deux, ni même de vide-pénombre – de fait, la tentative initiale de ne dire que le corps et le lieu (grâce à ces quatre éléments), mais « nul esprit », avorte très vite. Pour former une compagnie, il faut nécessairement un « inventeur ». D’où le jeu triadique des pronoms « personnels » : « il » joue le rôle ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search